Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Non à l’Index dans les écoles publiques !

Non à l’Index dans les écoles publiques !

JPEG Autrefois il y avait l'index, c'est à dire la liste des livres interdits par l'Eglise catholique ;

Cet index n'est plus obligatoire depuis le milieu des années 60.

Aujourd'hui c'est le retour de l'index et son extension dans le domaine scolaire.

Il ne s'agit pas pour les réactionnaires d'interdire la lecture de tel livre à leurs enfants - acte regrettable mais autorisé - mais d'organiser une police de la pensée dans les écoles.

Cela commence en Loire Atlantique et peut se propager dans d'autres départements.

Cette initiative a scandalisé nombre de personnes....Elle émane des tenants et organisateurs de la « manifestation pour tous » et des adeptes de la croisade contre une théorie des genres qui n'est d'ailleurs pas en cours dans l'école publique où l'on enseigne l'égalité des droits entre filles et garçons, ce qui gêne des messieurs et dames.

Ces nouveaux croisés ont choisi la Loire Atlantique. Bien mal leur a pris car dans ce département existe une forte tradition syndicale chez les enseignants et un attachement à la laïcité de l'école.

Cet attachement aux principes de laïcité est fort y compris chez beaucoup de croyants qui croient au progrès et refusent l'obscurantisme.

Voici un communiqué de la FSU 44 qui fixe les enjeux de cette offensive et qui organise la défense des principes républicains .

« Dans une lettre adressée à des centaines d’enseignants de Loire-Atlantique, un collectif issu de la « manif pour tous » (vigigender 44) vient s’ingérer et faire pression sur l’École avec l’intention de « surveiller » ouvrages et projets pédagogiques, manuels scolaires et livres de jeunesse dans et hors

l’école. Les temps périscolaires sont aussi cités. Il est affirmé que des parents « volontaires » se mobiliseront. Ce type de d’intervention est inadmissible, tant en direction de l’école de la République, que tout service complémentaire ayant reçu délégation de mission publique.

Ce courrier reprend les fantasmes et théories du complot déjà utilisés contre les « ABCD » de l’égalité.

Il entretient une vision clivée de l’éducation des garçons et des filles, une conception cabrée de la famille sur des modèles traditionnalistes. Au prétexte d’une approche d’abord fondée sur un certain ordre moral, nous sommes là face à une entreprise qui a aussi des ressorts politiques graves. N’en déplaise aux porteurs de courrier lourd de menaces, la liberté et l’égalité, y compris entre les sexes, participent bien de la mission de l’École. On y apprend l’exercice de la citoyenneté avec tout ce que cela suppose.

En menaçant les chefs d’établissement de collège, les directions d’écoles, par effet induit les structures éducatives périscolaires, ce collectif témoigne d’un obscurantisme sur les droits et devoirs d’égalité, sur le nécessaire respect des diversités inscrites dans le cadre républicain. Il est de la responsabilité de l’Ecole à tous les niveaux, dès la « formation des maîtres », de sensibiliser et apprendre toutes dimensions de notre socle républicain construit sur la laïcité.

Ne voulant pas participer d’un concert de publicité autour de cette triste initiative, La FSU de Loire-Atlantique a interpellé sur cette question l’Inspecteur d’Académie de Loire-Atlantique le jeudi 4 Septembre lors du comité technique de rentrée. La FSU attend un soutien sans faille des autorités de l’Éducation Nationale.

Avec les fédérations de parents d’élèves représentatives, ses partenaires syndicaux, les mouvements Laïques complémentaires à l’École, les collectivités territoriales, la FSU de Loire-Atlantique prendra ses responsabilités pour ne pas laisser place à des manoeuvres intrusives qui au demeurant prennent les élèves comme prétextes à une action politicienne. »

Les militants laïques et tous ceux qui sont attachés à l'indépendance pédagogique des enseignants dans le respect des programmes nationaux ne peuvent que soutenir la FSU 44.

Ils seront aux côtés des professeurs et des chefs d'établissements avec les associations de parents d'élèves opposées comme nous à cette milice privée qui veut imposer ses vues et ses choix.

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • eric 10 septembre 2014 09:53

    Grand rassemblement mobilisateur des adeptes du genre.

    C’est eux qui le disent, « c’est politique ».

    Le point 11 de la charte de la laïcité à l’école républicaine, précise nettement que les personnel de l’EN ne sauraient faire état de leur convictions politiques à l’école.

    Il ne saurait donc être question, au nom de nos traditions laïques de laisser ces gens continuer à tenter de violenter les consciences des élèves et des parents, au nom de leur convictions politique, autour « d’études » dont le statut scientifique est loin d’être clair.

    « Affuter des stratégies offensives » disent-ils ?

    « Le genre pour tous » ? Pourquoi ? Qui en a décidé ? Quand a-t-on demandé son avis aux intéressés ?

    Ces gens sont en guerre. Notre école ne saurait leur servir de champs de bataille. Qu’ils luttent plutôt contre la répudiation des concubines dés-aimée par voie de presse, ou contre le troussage de domestiques.

    Que cela reste entre adultes.

    Évidemment, il est plus facile de bourrer le crane à un gamin dans le primaire, que de s’attaquer aux comportements de grands de ce monde qui sont « des exemples pour tous ». De dénoncer les parents qu’un premier ministre qui justifie le choix d’une ministre sur des critères d’âge, de genre et d’ethnie. (elle est jeune, elle est femme, elle est originaire de la diversité, trois stigmatisations nauséabondes plutôt que de dire, elle est adaptée à la fonction).

    L’Institut

    Émilie du Châtelet et la Région Ile-de-France vous invitent à participer aux

    ASSISES DE L’IEC 2014

     organisées cette année sur le thème
     
    Offensives pour l’égalité

     
    Les lundis 6 et 13 octobre de 14h à 20h

    Université Paris Diderot, amphi Buffon
     
    15 rue Hélène Brion 75013 Paris

    Inscriptions

    uniquement via le formulaire sur le site internet :

      Je m’inscris


    Pour ses 7es assises, l’IEC a choisi de mettre en valeur les offensives pour l’égalité, notamment en faveur des études de genre, particulièrement attaquées depuis 2011. Comment les associations féministes et le monde universitaire se sont-ils mobilisés pour répondre à la désinformation sur le concept de genre et sur la pédagogie de l’égalité ? Quels sont les enjeux tant politiques qu’universitaires et scientifiques de ces initiatives ? La confrontation d’expériences devra permettre d’affûter des stratégies offensives.

    Programme

    6 octobre 2014 • 14 h
    Vive le genre
    Table

    ronde 1 · Troubles devant le genre
    Sandra Boehringer, histoire grecque, Université de Strasbourg
    Colette Coffin, directrice d’école primaire, Paris XXe
    Marlaine Cacouault, sciences de l’éducation, université de Poitiers
    Marie Leroy, chargée de mission Droits des femmes, Ville de Saint-Denis

    Table ronde 2 · Le genre « pour tous »
    Chahla Chafiq-Beski, sociologue et écrivaine, directrice de l’ADRIC
    Nadine Plateau, co-fondatrice du réseau Sophia, Belgique
    Une militante de « La Barbe »
    Dimitri Lentulus, proviseur adjoint du lycée polyvalent d’Alembert, Paris XIXe


    13 octobre 2014 • 14 h
    Politiques d’égalité
    Table

    ronde 3 · L’égalité : un sport mondial pas comme les autres
    Pilar Aguilar Carrasco, critique de cinéma
    Elisabeth Elgán, historienne, Université de Stockholm
    Manon Tremblay, politiste, Université d’Ottawa
    Neil Datta, The European Parliamentary Forum on Population and Development

    Table ronde 4 · Quelle éducation à la sexualité ?
    Michel Bozon, sociologie, Ined
    Aurore Le Mat, sociologie, Science-po Lille
    Elise Devieilhe, sociologie, université de Caen
    Véronique Séhier, Planning familial

    Informations et inscriptions :
    http://www.institutemilieduchatelet.org/assise-detail?id=238


    • Aldous Aldous 10 septembre 2014 11:17

      L’idée selon laquelle vos enfants ne vous paartiennent pas est déjà réalité en Allemagne où l’administration du Jungendamt qui poursuit les parents qui n’envoient pas leurs enfant aux coyrs d’education sexuelle nouveau genre et pour laquelle il est légitime d’enlever des enfants à leurs familles pour les empêcher de déménager hors d’Allemagne... 



      On a entendu Valls et Belkacem volciférer des menaces de poursuites contre les parents qui suivaient les JRE. Le totalitarisme avance et il avance vite.

    • doslu doslu 10 septembre 2014 17:08

      Bin oui le bon pour se faire enculer, c’est bien la sacristie, par le curé


    • eric 10 septembre 2014 17:33

      A dislu, Et ben allez en parler à ce colloque...J’ai mis le lien pour cela. Il seront ravi d’avoir votre opinion sur les éphèbophiles, les homo et les curés. Ces gens tournent entre eux en circuit fermé et c’est aussi pour cela qu’il finissent par dire n’importe quoi. Toute intervention extérieure sera un grand bol d’air frais, même du niveau de la votre...

      Et pareil pour les autres. C’est nous qui finançons ces réunions. C’est là qu’il décide comment ils vont nous « attaquer ». Ce serait pas mal que nous y participions aussi.


    • robert 12 septembre 2014 17:03

      toujours pas retourné en Russie Eric ?


    • soi même 10 septembre 2014 10:02

      @ Jean-François de quoi te mêles tu ?

      Anna et Mister God, de Fynn

      « Il y a de bons livres, des livres quelconques, et de mauvais livres. Parmi les bons, il y en a d’honnêtes, d’inspirants, d’émouvants, de prophétiques, d’édifiants. Mais, dans mon langage, il y a une autre catégorie, celle des livres-ha ! Celui-ci en est un. Les livres-ha ! sont ceux qui déterminent, dans la conscience du lecteur, un changement profond. Ils dilatent sa sensibilité d’une manière telle qu’il se met à regarder les objets les plus familiers, comme s’il les observait pour la première fois. Les livres-ha ! galvanisent. Ils atteignent le centre nerveux de l’être, et le lecteur en reçoit un choc presque physique. Un frisson d’excitation le parcourt de la tête aux pieds. »

      Ta rater de vocation, tu ne fais penser à ces curés qui montaient en Chaire pour faire le sermons édifiant sur le Bien et le Mal.

      Je préfère écouté un curé même s’y il dit, des galéjades évangélique, que de lire ton sermon d’un curé défroquer !

       smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 10 septembre 2014 10:05

        Les milices subventionnées, laïques et de gauche auraient donc plus de légitimité que celles privées et de droite ?


        • soi même 10 septembre 2014 10:06

          @ Jean-François de quoi te mêles tu ?

          Anna et Mister God, de Fynn

          « Il y a de bons livres, des livres quelconques, et de mauvais livres. Parmi les bons, il y en a d’honnêtes, d’inspirants, d’émouvants, de prophétiques, d’édifiants. Mais, dans mon langage, il y a une autre catégorie, celle des livres-ha ! Celui-ci en est un. Les livres-ha ! sont ceux qui déterminent, dans la conscience du lecteur, un changement profond. Ils dilatent sa sensibilité d’une manière telle qu’il se met à regarder les objets les plus familiers, comme s’il les observait pour la première fois. Les livres-ha ! galvanisent. Ils atteignent le centre nerveux de l’être, et le lecteur en reçoit un choc presque physique. Un frisson d’excitation le parcourt de la tête aux pieds. »

          T’as rater ta vocation, tu ne fais penser à ces curés qui montaient en Chaire pour faire le sermons édifiant sur le Bien et le Mal.

          Je préfère écouté un curé même s’y il dit, des galéjades évangélique, que de lire ton sermon d’un curé défroquer !

           smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley

          • Jelena XCII 10 septembre 2014 10:09

            Etant donné que la nouvelle ministre de l’EN est littéralement obsédée par l’homosexualité et la transsexualité, je comprends leurs craintes...


            • CHALOT CHALOT 10 septembre 2014 10:20

              Aucune police de la pensée ne peut être acceptée dans les écoles publiques.
              Les programmes nationaux s’appliquent et les enseignants respectent leurs élèves et la laïcité.
              C’est clair et net


              • soi même 10 septembre 2014 10:29

                Tu retards où tu mens, la police de la pensée est devenue une réalité objective en France !
                Mais pas là où tu le penses, dans cette résistance scolaire, mais par exemple dans ton article qui comprend pas le pluralisme des points de vues sur la question !
                 


              • Aldous Aldous 10 septembre 2014 11:04

                Les parents ne font que réagir aux objectifs de sexualisation precoce et et d’endoctrinnement idéologique qu’on veut imposer àleurs enfants contre leur gré.


                Standards de l’OMS pour l’éducation sexuelle :


                Il parait qu’il faut « informer l’enfant [de 0 à 4 ans] sur le plaisir et la satisfaction lié au toucher de son propre corps », ainsi que sur « la masturbation enfantine précoce », et que, dans cette perspective, il faut « permettre à l’enfant [de 0 à 4 ans] d’exprimer ses propres besoins, désirs et limites, par exemple en jouant au docteur ».

                What the fuck ? 

                Mais si on regarde ce que promeuvent certains agité du bocal dans les loges maçonniques on comprends pourquoi Rossignol nous disait que les enfants n’appartiennent pas à leurs parents. 

                http://www.rose-croix.org/Documents/propheties-des-rose-croix-02-2013.pdf

                « Autrement dit, ce que Jung désignait sous les mots « animus » et « anima » s’équilibrera à travers un genre androgyne. »

                A ben comme ça c’est plus clair...

                 


              • trevize trevize 10 septembre 2014 11:38

                "Mais si on regarde ce que promeuvent certains agité du bocal dans les loges maçonniques on comprends pourquoi Rossignol nous disait que les enfants n’appartiennent pas à leurs parents.  "

                Pas besoin de maçon pour comprendre que les enfants n’appartiennent pas à leurs parents, l’explication est beaucoup plus simple. C’est pas le XIXe siècle ici, les enfants sont des êtres humains, ils n’appartiennent à personne, pas même à leurs parents. C’est pas parce que ta dernière visite en coup de vent dans le vagin de mme Michu a donné naissance à un petit être que t’as le droit de te prendre pour dieu, et de façonner la prochaine génération à ton image défaillante.


              • César Castique César Castique 10 septembre 2014 11:57
                  •  »...un petit être que t’as le droit de te prendre pour dieu, et de façonner la prochaine génération à ton image défaillante.*


                • Tandis que l’Etat, lui, il a le droit de façonner toutes les générations à son image décadente. Ben voyons.

              • Jelena XCII 10 septembre 2014 12:05

                @Chalot >> Aucune police de la pensée ne peut être acceptée.
                 
                On se croirait dans « 1984 »... Il n’y manque qu’un « Big Brother is watching you » à la fin du commentaire.


              • Pere Plexe Pere Plexe 10 septembre 2014 16:46

                « Aucune police de la pensée ne peut être acceptée dans les écoles publiques. »

                Je dirais même mieux « Aucune police de la pensée ne peut être acceptée dans les écoles »

              • legrind legrind 10 septembre 2014 20:44

                @ « Aucune police de la pensée ne peut être acceptée dans les écoles publiques. »

                une fois, expérience d’assistant d’éducation, une élève est venue me raconter un conte « le prophète et le juif », issu d’un de ses livres d’enseignement islamique, elle ne comprenait même pas que je lui demande de garder ce genre d’histoires pour elle, mais ne faisons pas de « police de la pensée » voyons...

              • Baasiste 2 10 septembre 2014 23:36
                • Pas besoin de maçon pour comprendre que les enfants n’appartiennent pas à leurs parents, l’explication est beaucoup plus simple. C’est pas le XIXe siècle ici, les enfants sont des êtres humains, ils n’appartiennent à personne, pas même à leurs parents. C’est pas parce que ta dernière visite en coup de vent dans le vagin de mme Michu a donné naissance à un petit être que t’as le droit de te prendre pour dieu, et de façonner la prochaine génération à ton image défaillante."

                • si les gosses n’appartiennent pas à leurs parents, ça veut dire que les parents n’ont aps d’enfants et les enfants aucun parents, donc c’est la volonté d’arracher les enfants à leurs parents comme dans 1984. les enfants sont obligés d’êtres éduqués si ils n’appartiennent pas à leurs parents ça veut dire qu’ils appartiennent à l’etat et qu’ils doivent êtres éduqués par l’etat, 1984-staline-mao-hitler-mussolini.


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 11 septembre 2014 12:35

                Dans ce cas, chaque commentaire pourrait être considéré comme un élément de la police de la pensée, le vôtre notamment.


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 11 septembre 2014 12:51

                Si je comprends bien, vous pensez que la masturbation enfantine doit être interdite ? En quoi cela vous gêne-t-il que vos enfants et ceux des autres découvrent que leur corps peut leur procurer du plaisir.
                Ah oui, j’oubliais : cela rend sourd !


              • Julien30 Julien30 11 septembre 2014 13:15

                Danièle, cela ne vous dérange pas que l’on souhaite, comme l’OMS le préconise, enseigner la masturbation à des enfants de 4 ans ? Qu’on les rendent obsédés par le sexe comme leur enseigne en soutien la télé, la pub et maintenant nos gouvernements ? Ne devrions-nous pas plutôt leur apprendre à maîtriser leurs pulsions pour qu’ils aient une sexualité saine au lieu de les encourager à en devenir esclaves, une fois qu’ils sont en âge de faire face à ces sujets ? 


              • soi même 11 septembre 2014 13:31

                Il manque plus la gaucho fasciste à l’appel, vous correspondez à merveille ma chère au dialogue d’Audiard  :

                https://www.youtube.com/watch?v=CMzgMva5ekk

                 smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley  smiley

              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 11 septembre 2014 13:58

                Julien, je pense qu’un être sain, homme ou femme, est naturellement capable de maîtriser ses pulsions sexuelles, qu’il ait ou non découvert à 4 ans que toucher certains endroits de son corps pouvaient provoquer des sensations qu’il était capable ou incapable d’expliquer. Je suppose que cela doit être intégré dans les cours d’éducation sexuelle, J’espère qu’on y apprend quels sont les organes-outils, mais aussi le mode d’emploi et les valeurs qui y sont rattachées telles que le respect, et dans le meilleur des cas l’amour.
                Personnellement, je suis trop vieille pour avoir connu ce genre d’éducation, même en famille. J’ai ouvert tous les gros choux verts du potager de ma grand’mère dans l’espoir d’y trouver le petit frère désiré. J’aurais préféré une soeur, mais les roses me semblaient bien petites pour cacher un bébé. Je n’étais guère plus savante quand, le jour de mon mariage, je suis passée du bras de mon père à celui de mon mari. C’était, à mon avis, un omission dans mon éducation qui pouvait être catastrophique. Je suis heureuse que mes enfants et petits-enfants aient vécu autre chose. Cela prouve qu’il ne faut pas toujours croire que les parents soient toujours les mieux placés pour s’occuper seuls et entièrement de l’éducation de leurs enfants.


              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 11 septembre 2014 14:15

                Gaucho ? Oui, je suis de gauche, c’est à dire pour la solidarité et l’humanisme. Fasciste ? Alors là, non sûrement pas, je suis démocrate et républicaine. Je suis désolée, je n’ai pas le temps de regarder votre vidéo. Prenez donc plutôt le temps de vous expliquer. S’il y a des fachos parmi nous, ce n’est pas de mon côté qu’il faut chercher. Les fachos ont maintenant l’habitude de se dissimuler derrière des sourires engageants, des blondeurs féminines, de belles promesses dont ils n’expliquent ni les dangers, ni les procédés qui permettraient de les rendre possible. En fait, ils n’en connaissent même pas eux-mêmes : Ils sont menteurs et tricheurs par stratégie.


              • soi même 11 septembre 2014 14:22

                En raccourcis , Les cons ça osent tout !


              • Baasiste 2 11 septembre 2014 20:50

                ce que les gauchistes veulent enseigner à nos gosses, journal libératon : http://98.img.v4.skyrock.net/2200/30562200/pics/3163043240_1_2_l9kX5Vs1.jpg


              • Cocasse Cocasse 10 septembre 2014 10:28

                Typique de l’inversion des valeurs et de l’inversion accusatoire.
                La police de la pensée est pratiquée par l’éducation nationale, il suffit de voir les coupes franches dans les programmes d’histoire.
                Les lobby LGBTP n’ont rien à faire dans les écoles, pas plus que leurs ouvrages de propagande.
                Vade retro à la bête immonde.


                • eric 10 septembre 2014 10:31

                  C’est bien pourquoi tous ce qui a à voir avec les « études de genre », définies par leur affidés comme une « pensée politique » ne saurait avoir sa place dans l’école républicaine. Et il ne suffit nullement de les camoufler sous le vocable « d’égalité ».

                  Parce qu’il le dénature.

                  Entre un homme pauvre et une femme riche, ou est la vraie inégalité ?

                  Avec leur priorité sexuées, ces sectes dépossèdent le débat social de ses vraies priorités.
                  Il suffit de voir la liste des intervenants à leur colloque pour comprendre pour quoi leurs affaires de fesse les passionnent plus que la pauvreté.

                  Si tous vrai laïque républicain doit s’opposer à leur volonté de manipuler les consciences des enfants, tout progressiste doit s’insurger contre leur volonté de détourner les priorités sociales.

                  Non, madame Bettancourt n’est pas plus à plaindre que le SDF du coin de ma rue ! Et avant d’avoir des toilettes « de genre » il faut des toilettes pour tous.


                  • soi même 10 septembre 2014 11:17

                    Je m’’interroge à quoi sert cette réforme, si ce m’est le paravent idéal pour masquer la décrépitude navrante d’un pouvoir politique qui use et abuse de cette théorique pour imposer par la force de se maintenir !

                    En soit, il y a pas besoin de théorie sur ce sujet, cela se fait naturellement à cet âge là, la petite enfance est asexuer, ( et si elle est préserver de l’intervention surjective et interventionniste des adultes on l’on voit très bien que ceux qui veulent imposer comme étant une avancer éducative , que si il avait un respect réel des enfants) ,qu’il est courant dans un milieu ouvert de voir un garçon jouer aussi bien avec des jouets de fille que des fille jouer comme des garçons , et sans intervention d’adulte .

                    En réalité le sujet n’est pas de démonter les stéréotypes garçon où fille, car le naturel reviendra au gallo !

                    Ce que omet Chalot de dire en bon Marxiste totalitaire, c’est la volonté d’imposer par la force d’un changement de paradigme sociétal et en cela quand il parle de police de pensé, il sait qui la pratique et pourquoi, il pratique l’ inversement des arguments pour masquer l’évidence de la véritable situation qui s’opère dans les écoles publiques, où les parents sont excluent de tous débats sur la question !

                    Ces propos relève du Fascisme Rouge et il est normal et salutaire que la parenté se défende même maladroitement, et si il n’accepte pas cela , c’est bien la preuve que sa soi- disant Libre Pensé est un Totalitarisme à combattre par tout les moyens !


                  • Jelena XCII 10 septembre 2014 11:59

                    >> Je m’’interroge à quoi sert cette réforme
                     
                    A fragiliser l’équilibre des enfants, tout ce qui zombifi l’individu est bon pour le pouvoir en place.
                     
                    >> Ces propos relève du Fascisme Rouge
                     
                    Rien à voir avec le communisme, « la théorie du genre » c’est une doctrine du libéralisme (humain = marchandise).


                  • soi même 10 septembre 2014 12:13

                    ( Rien à voir avec le communisme, ) c’est que tu n’as jamais réaliser le Comunisme pour exister, commence justement par définir qui sont à abattre !
                    Ce qu’à fait l’URSS pendant plus de 70 Ans !
                    Une théorie fonction toujours d’une manière circulaire, fait qu’il y a aucune différence de traitement entre le Communiste et le Libéralisme, on arrive au même résultat, l’asservissement de l’homme pour l’un c’est une raison d’Etat pour l’autre c’est une raison privé !


                  • Jelena XCII 10 septembre 2014 14:30

                    @soi-meme Tous les systèmes politiques formate l’individu, cela n’empêche pas qu’il y a des différences.
                     
                    Quand à Chalot qui défend les « Young Leaders », son « Che Guevara » c’est Montebourg.


                  • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 11 septembre 2014 13:09

                    @ Eric. Je suis d’accord avec vous sur les priorités sociales, mais n’oubliez pas que sur ce point essentiel de l’égalité sociale, les femmes sont les premières victimes : salaires inférieurs, le plus gros pourcentage de chômeurs et du travail à temps partiel rarement choisi, orientation moins intéressante dans les choix d’études etc... La lutte sociale et le combat pour une réelle égalité des sexes peuvent être menées ensemble ou dans le même temps. Les anciennes, comme moi, qui ont réussi à obtenir grâce à des luttes acharnées l’égalité des sexes dans le droit, ne l’ont pas encore obtenu dans les comportements et les pensées. Votre commentaire en est malheureusement la preuve. C’est ensemble, femmes et hommes, cher camarade, que nous nous battrons pour conserver nos droits sociaux pour tous.


                  • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 11 septembre 2014 13:27

                    @ Jelena La théorie du genre n’est rien d’autre que l’égalité des êtres humains, quel que soit leur sexe biologique ou autre. L’égalité n’a jamais été un choix libéral.
                    En réalité, la différence de statuts entre les sexes, les schémas sexués, la répartition sexuelle du travail, l’infériorité des femmes, tout cela n’est apparu qu’avec l’idée de patrimoine, donc le patriarcat,
                    l’importance de la filiation qui s’imposait pour la transmission du patrimoine, donc pour le capitalisme.
                    Le libéralisme moral devrait libérer les femmes, mais le libéralisme économique, celui dont vous parlez, a tout intérêt à conserver les inégalités sexuelles, notamment dans le cadre de la famille
                    patriarcale si bien défendue par l’Eglise, son alliée de toujours.


                  • Baasiste 2 11 septembre 2014 22:06

                     Eric. Je suis d’accord avec vous sur les priorités sociales, mais n’oubliez pas que sur ce point essentiel de l’égalité sociale, les femmes sont les premières victimes : salaires inférieurs, le plus gros pourcentage de chômeurs et du travail à temps partiel rarement choisi, orientation moins intéressante dans les choix d’études etc... La lutte sociale et le combat pour une réelle égalité des sexes peuvent être menées ensemble ou dans le même temps. Les anciennes, comme moi, qui ont réussi à obtenir grâce à des luttes acharnées l’égalité des sexes dans le droit, ne l’ont pas encore obtenu dans les comportements et les pensées."

                    un facho modifier les pensées, l’homme est identique à la femme, il faut faire croire à l’uniformité, je vais vous expliquer les inégalités hommes-femmes c’est lié à la biologie on y peux rien, l’etat à décider de détruire le travail au foyer de la femme et de le mettre de force au travail marchand, on a des résultats cata. mais cessez de lutter pour l’uniformité hommes-femmes c’est impossible, sinon les hommes ont je en sais combien de fois moins diplômés que les femmes, discrimination. l’égalité c’est le droit là vous voulez standardiser et imposez vos pensées tel un totalitaire.

                    " Jelena La théorie du genre n’est rien d’autre que l’égalité des êtres humains, quel que soit leur sexe biologique ou autre. L’égalité n’a jamais été un choix libéral."

                    non la théorie du genre vise à enseigner l’uniformité sexuelle comme le souhaite les libéraux qui veulent abolir toutes les identités non-marchandes et limites non-marchandes.


                    "En réalité, la différence de statuts entre les sexes, les schémas sexués, la répartition sexuelle du travail, l’infériorité des femmes, tout cela n’est apparu qu’avec l’idée de patrimoine, donc le patriarcat,
                    l’importance de la filiation qui s’imposait pour la transmission du patrimoine, donc pour le capitalisme."

                    marx proposait d’abolir la propriété privé pour éviter l’asservissement de la femme, ça été le cas sous l’urss, mais les différences hommes-femmes dans l’urss, étaient plus grandes que celles actuelles en occident, le socialisme n’a jamais nié les différences hommes-femmes. le patriarcat ne concerne pas que la propriété et a toujours existé... le matriarcat jamais, à plus ou moins grand degré mais jamais. il y a l’égalité des droits et ça vous déplaît car la nature avec l’égalité des droits suit son cours librement et toujours avec des différences sexuelles ;) sinon ’l’asservissement de la femme est lié à son travail capitaliste bien plus dévalorisant que celui au foyer avec les gosses.


                    "Le libéralisme moral devrait libérer les femmes, mais le libéralisme économique, celui dont vous parlez, a tout intérêt à conserver les inégalités sexuelles, notamment dans le cadre de la famille
                    patriarcale si bien défendue par l’Eglise, son alliée de toujours."

                    pauvre idiot utile du capitalisme mon pauvre rockefeller et la cia ont financé-soutenue votre pseudo émanicipationhttps://www.youtube.com/watch?v=v0b5eHk-mfQ avec warren buffetthttps://www.youtube.com/watch?v=_ZxTeeYbNIY&list=UUpFwLT8Ts70cINSjEiABb-w

                    l’eglise a perdu son pouvoir progressivement depuis 1789 le coup d’état libéral-bourgeois. « inégalités » ça veut dire différences en fait. « l’émancipation » féminine est la plus forte en occident libéral où la famille disparaît avec l’individu seul isolé face au marché à la place.



                  • Aldous Aldous 10 septembre 2014 10:53

                    Article absurde qui confond adultes et enfants. 


                    Toute pédagogie doit tenir compte de l’âge des apprenants. 

                    De plus il faut tenir compte de l’avis des parents, du moins tant qu’on prétendra être en démocratie.

                    • soi même 10 septembre 2014 11:34

                      @ Aldous, derrière l’absurde, se cache des intentions :

                      Alimenter la révolte ?

                      Fichet les réactions et recenser les personnes ?

                      Préparer les grandes rafles ?

                      Car , il étonnant qu’un sujet, aussi controverser, n’admet pas que l’on puisse être contre ?

                      Je serais intéresser comment Chalot définir la Liberté d’expression et la Liberté de pensé ?


                    • César Castique César Castique 10 septembre 2014 11:17

                      ...à des manoeuvres intrusives qui au demeurant prennent les élèves comme prétextes à une action politicienne. »




                      Prétexte, mon c... !. aurait dit Zazie. Et « égalité homme-femme » tout pareil.


                      En 2004, alors que la perspective du mariage homosexuel paraissait bien lointaine, Didier Eribon, philosophe nous dit-on, et l’un des penseurs du lobby homosexuel, déclarait à une intervieweuse du magazine « Regards » :


                      "La revendication du mariage, souvent présentée comme réactionnaire, est en fait plus subversive que le discours de la subversion. Elle a un effet de déstabilisation de l’ordre familial, sexuel, du genre, beaucoup plus fort que la subversion incantatoire.« 


                      Hormis ceux qui étaient déjà engagés dans l’action subversive salement dite, rares étaient ceux qui comprenaient ce que pouvait bien signifier  »déstabilisation de l’ordre du genre« . 


                      Personne, évidemment, ne parlait encore de mettre des robes aux garçons et des étuis péniens aux filles. L’indifférrenciation sexuelle n’était pas (officieiiement) à l’ordre du jour. Mais désormais, Vallaud-Belkacem se situe en plein dans cette perspective.  »20minutees.fr« du 31 août 2011, publiait une interview de la future ministre. 


                      A la question :

                      En quoi la « théorie du genre » peut-elle aider à changer la société ?

                      ...la khmère rise ne répond pas »La théorie du genre n’existe pas...", comme elle le ressassera par la suite, mais :

                      La théorie du genre, qui explique « l’identité sexuelle » des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d’aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l’homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets.

                      Naturellement, tout le monde peut vérifier !

                      C’est assez dire que le mouvement Vigigender joue un rôle de salut public dans la débâcle sociétale actuelle. Réveillée par le prétendu mariage pour tous - qui a scandaleusement laissé les incestueux, entre autres déviants, sur la touche -, la partie saine de la population ne se laissera pas abuser par la prétextueuse défense de la laïcité de ses ennemis.


                      • trevize trevize 10 septembre 2014 11:41

                        Personnellement, je pense qu’on aurait du commencer par un truc simple.
                        On prend les livres de conjugaison, et pour les 3e personnes du singulier et du pluriel, au lieu d’écrire « il/elle » et « ils/elles », on écrit « elle/il » et « elles/ils »
                        ça n’a l’air de rien, ça n’est presque rien, mais ça peut pourtant changer bien des choses.

                        Je suis heureux que le peuple français s’inquiète enfin un peu de l’éducation que l’état donne à leurs enfants ; je trouve ça très triste que ça se passe sur un tel sujet et dans de telles conditions. Tout cela finira mal si vous ne rouvrez pas le dialogue pour trouver un terrain d’entente.

                        Parce que l’éducation nationale, quand on y pense, tout le monde la finance ; c’est donc normal que chacun ait son mot à dire dessus.
                        Maintenant, imaginez : vous êtes gays, des grenouilles de bénitier font tout ce qu’elles peuvent pour vous empêcher d’adopter et d’éduquer des enfants, manifestent pour vous maintenir au rang de sous-humains, et ensuite elles viennent vous racketter pour financer l’école de leurs enfants, dans laquelle bien sûr on enseignera que les homos sont des sous-citoyens, et autres conneries déjà en vigueur.
                        Personnellement, à leur place, je pense que j’aurai les boules comme on dit. Et je les trouve bien patients de laisser tout ça se dérouler sans rien dire.


                        • vesjem vesjem 10 septembre 2014 22:14

                          @trevize
                          une étude américaine fait apparaître qu’un couple mâle a 10 fois plus de risques d’abuser d’un enfant qu’un couple de femelles ;
                          comme on dit : tu mets çà sur ton pain et tu digères (tu prends l’info , et tu vérifies)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès