Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Non, je ne voterai pas !

Non, je ne voterai pas !

A l’approche des régionales en France, comme à chaque élection, les journalistes commencent à aller bon train de leur analyse politique, et notamment sur la question récurrente de l’abstentionnisme. « Pourquoi les Français ne s’intéressent-ils pas aux élections ? », se demandent-ils, faisant ainsi un raccourci bien commode. Comment ça, un raccourci ? Si les Français ne votent pas, c’est parce qu’ils ne le veulent pas, non ? Ils sont bien totalement libres de voter, n’est-ce pas ? Non ?

Travailler ou voter, il faut choisir

Certes, en droit, nous, Français, sommes bien libres de voter. En ce sens, le suffrage universel est bien respecté. Mais qu’en est-il en réalité ? Il faut, en effet, deux choses pour pouvoir voter :

  • avoir le droit de vote

  • avoir accès à un moyen de faire comptabiliser son vote

Or, sur ce deuxième point, il y a une inégalité criante entre les citoyens. Si la répartition des bureaux de vote ne pose pas vraiment problème, le mode d’affectation des citoyens aux bureaux de vote est indigne d’une démocratie moderne.

 

Carte électorale tamponnée

 

Analysons : comment se fait cette affectation ? Le citoyen doit déclarer son domicile à la mairie, en fournissant les preuves de sa nouvelle domiciliation.

Et là, le bât blesse à deux niveaux :

  • les justificatifs de domicile : seules sont admises les factures d’électricité, de gaz ou de téléphone fixe.

A défaut, nous dit l’administration, vous pouvez y substituer "les pièces permettant de prouver que vous êtes inscrit(e), pour la cinquième fois et sans interruption, au rôle d’une des contributions directes communales ou que votre conjoint répond à ces conditions." (1)

Personnellement, étant en location depuis quelques mois, je ne possède aucune des pièces réclamées.

  • les délais de prise en compte du nouveau domicile pour être affecté au bureau de vote : en France, il faut attendre de 3 à 15 mois pour pouvoir voter dans sa commune de résidence ! (2)

Là encore, ma situation personnelle m’exclut du vote, puisque je ne reste, pour raisons professionnelles, guère plus de quelques mois au même endroit. Sauf heureux hasard, je n’aurai jamais accès à un bureau de vote dans ma commune de résidence.

 

Près d’un million de votants potentiellement exclus

Mais, me direz-vous, ce cas de figure est peut-être négligeable. C’est regrettable pour les citoyens concernés, mais cela n’a pas d’influence sur les résultats des votes. Voyons voir çà. Les flux migratoires interrégionaux sont d’environ 2% (3). Nous ne compterons pas les flux intrarégionaux, plus nombreux, qui peuvent pourtant aussi poser problème à ceux qui n’ont pas de moyen de locomotion rapide (ou de quoi remplir le réservoir d’essence). Mais déjà, 2%, ça ne change certes pas la face du monde, mais c’est certainement suffisant pour faire basculer une élection d’un côté ou de l’autre. (Pour un ordre d’idée, comme il y a plus de 40 millions d’inscrits sur les listes électorales, cela fait plus de 800 000 personnes concernées).

Il se pourrait d’ailleurs bien que les migrants aient une sensibilité politique assez différente du reste du pays. On peut supposer que les discours politiques résonnent différemment sur quelqu’un qui possède un bout de terre sur lequel il a toujours vécu, avec des souvenirs pleins le grenier, des murs qui ont gardé l’empreinte de sa vie, et quelqu’un qui n’a guère de possessions encombrantes, toujours sur le départ. Je doute cependant qu’il n’y ait jamais eu de statistiques sur le sujet.

 

Une particularité française

Qu’en est-il dans les autres pays ? Curieusement, un petit tour d’Europe nous fait comprendre que nos voisins européens sont bien mieux servis. Un intéressant rapport du Sénat de 2006, resté depuis lettre morte, en témoigne (4) : au Danemark, par exemple, tout citoyen peut voter dans sa commune de résidence s’il y habite depuis plus de 15 jours, voire 7 jours seulement pour certaines élections. En Allemagne, 3 semaines. On est loin de la rigidité administrative française...

 

Le vote par procuration ne résout rien

 On pourrait penser que le vote par procuration constitue un remède. Mais, outre qu’il ne respecte pas l’anonymat du vote, ni n’assure que la volonté du votant soit respectée, il souffre de nombreuses restrictions :

  • même commune d’inscription du votant et de la personne ayant la procuration

  • 1 procuration seulement par personne *

Personnellement, je n’ai aucun moyen de voter par procuration, à moins de confier cette procuration à un parfait inconnu, ce qui bien sûr n’aurait aucun sens.

La procuration n’est donc pas adaptée aux gens qui changent de domicile. (Elle est très utile par contre pour les gens qui ont à s’éloigner temporairement de leur domicile.)

 

La démocratie n’est pas encore acquise

Il nous reste donc à réclamer l’instauration d’un véritable suffrage universel en France. En attendant, la légitimité démocratique de nos « élus » est douteuse ; ils ne sont pas mes représentants, ils ne sont pas les représentants du peuple. Le vote libre ne suffit pas à faire une démocratie, mais c’en est certainement la pierre angulaire. Sans lui, la démocratie n’est plus qu’une vaste farce. Malheureusement, l’inertie de nos politiques face à ce genre de problématique n’est qu’une preuve supplémentaire qu’au fond, ils entretiennent avec nous la même relation qu’un vendeur malhonnête en train de « pigeonner » un client : derrière les flatteries, un profond mépris. Tant qu’il y a assez de « bons » électeurs pour voter pour les « bons partis », et mettre les « bonnes » personnes au pouvoir, les oligarques qui nous gouvernent ne voudront rien changer.

 

Rappel à nos dirigeants : article 21 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :

« 1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
[...]
3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. »

 

Sources :

(1) [http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/elections/comment_voter/inscription-sur-listes/downloadFile/attachedFile/formulaire_cerfa_francais.pdf?nocache=1247157456.74]

(2) [http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/elections/comment_voter/inscription-sur-listes]

(3) ([http://recherche.univ-lyon2.fr/grs/textes/colloques/baccaini.ppt]

(4) [http://www.senat.fr/lc/lc161/lc161_mono.html]

* une deuxième procuration est autorisée si au moins une de ces procurations émane d’un électeur établi à l’étranger [http://vosdroits.service-public.fr/F1604.xhtml#N100F7]

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 3 mars 2010 10:49

    vu le faible taux de participation , plutôt que de vouloir faire voter les étrangers comme certains partis de gauche le désirent pour augmenter leurs scores , oui réformer la procédure en facilitant le vote par correspondance et en réduisant le temps d’inscription , ça serait bien .


    • Asp Explorer Asp Explorer 3 mars 2010 12:52

      Dans le monde merveilleux des bisounours, effectivement, vous auriez raison. Toutefois, nous sommes en France, beau pays, vieille démocratie, patrie des droits de l’homme etc... mais où il n’y a pas si longtemps, les bureaux de vote subissaient de mystérieuses invasions de morts-vivants, comme par exemple dans le Ve arrondissement de Paris. Hélas, notre pays a une longue tradition de fraude électorale, et ce que vous appelez des « lourdeurs administratives » ne sont pas des tracasseries absurdes uniquement destinées à faire perdre leur temps aux honnêtes gens sous l’oeil goguenard de fonctionnaires taquins, mais la contre-mesure (du reste insuffisante) à une série de curieuses pratiques qui, dans d’autres nations plus sourcillieuses, auraient fait sauter des gouvernements entiers.


      • curieux curieux 3 mars 2010 13:02

        Le vote par procuration est facile vu que l’UMP ira chercher les procurations dans toutes les maisons de retraite. Ce système de vote est une honte. Essayez de voter par conrrespondance, système qui serait juste, vous aurez bien du mal à le faire.


        • PUCK 3 mars 2010 23:15

          Mais ,cher ami ,aller dans les maisons de retraite pour faire voter les gens n’est pas l’apanage de l’UMP !J’ai vu des militants de tous les partis aller chercher les petits vieux dans les maisons de retraite .Ils se battraient presque !
          De toutes façons ,correspondance ou procuration ,ça fait des années que je n’arrive pas à faire voter mes enfantset ,cette année ,j’avais envie de faire comme eux ,mais ,après ,si on ne vote pas ,ça enlève le délicieux plaisir de se plaindre ,du moins ,ça devrait l’enlever .


        • Fergus Fergus 3 mars 2010 13:21

          Bonjour, Vivredifférent.

          Votre article m’a laissé perplexe car il est presqu’entièrement à charge contre l’administration, et n’évoque pas de solutions sur divers points abordés.

          Par exemple, il est parfaitement possible d’être inscrit sur une liste électorale, en dehors des pièces justificatives évoquées, sur présentation d’une pièce d’identité et d’un contrat de location en bonne et due forme.

          D’autre part, il est très facile (du moins en ville) de voter par procuration, même si l’on ne connaît personne, en contactant le parti pour lequel on veut voter et qui se charge immédiatement de vous mettre en contact avec des militants disponibles (et ravis) de vous aider !


          • VivreDifferent VivreDifferent 3 mars 2010 20:14

            Merci pour ces remarques. Mon article est loin d’être exhaustif sur le sujet, j’ai simplement voulu montrer les difficultés que peut rencontrer un quidam moyen, qui après quelques recherches sur comment voter va probablement vite y renoncer, face au rapport bénéfice/énergie dépensée. 

            Je nuancerais cependant vos autres solutions pour pouvoir voter :

            • les propriétaires ne font pas forcément de contrats de location, cela m’est déjà arrivé récemment (ce qui est, je crois, légal pour un bail < 1 an). De plus, comme on sort des cases des formulaires de l’administration, d’après des expériences similaires, je crains que ça devienne un parcours du combattant, pour peu qu’on tombe sur une personne un peu tatillonne. Alors, surtout si on sait qu’on a de fortes chances de déménager d’ici les prochaines élections, on va vite renoncer à s’engager dans ce processus.
            • contrairement à une procuration transmise à un proche, contacter des militants signifie que l’on a choisi longtemps à l’avance pour qui on veut voter (quand j’ai utilisé des procurations, il me semble que le délai conseillé pour entamer la procédure était d’un mois ; mais cela doit varier suivant les lieux)
            De plus, l’idée de contacter des militants peut vous sembler naturel, mais combien de personnes penseront à ce recours ?

            Il y a peut-être toujours des solutions pour aller voter, mais si cela demande trop d’efforts, trop de planification, alors même d’un point de vue purement citoyen, est-ce que cela vaut vraiment la peine d’y consacrer tant d’énergie ? Le vote n’est qu’une des nombreuses façons de s’engager dans la vie publique.

            Surtout, ce qui me gêne, c’est que cette lourdeur administrative est purement artificielle, comme le montre l’exemple de nos voisins européens. De mon point de vue, le service public a le devoir de faciliter le vote ; et aujourd’hui, avec les moyens de communication actuels, quelle que soit sa situation, voter pourrait (et devrait !) devenir aussi simple que d’acheter une baguette de pain ou d’ouvrir un mail.

            Mais mon article n’avait pas pour but de dire que l’abstentionnisme n’est pas pour une grande partie dû au manque d’intérêt des électeurs, ou à un dégoût vis-à-vis des politiciens. S’il est si à charge contre l’administration, c’est que j’estime qu’il n’y a pas de raison pour qu’elle ne porte pas sa part de responsabilité dans l’absentéisme aux élections.


          • pasdessous 3 mars 2010 13:42

            l’abstention profite au vainqueur !


            • simplesanstete 3 mars 2010 23:23

              au vainqueur de quoi ? des vainculs ?


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 3 mars 2010 14:30

              Rappel à nos dirigeants : article 21 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme :

              « 1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.
              [...]
              3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. »

              Pour l’article (21. 1 ) voici ce qu’est proposé dans la « Déclaration universelle des devoirs humains) :
              Article 21 :
               »Prendre part à la gestion directe des affaires publiques étant une ambition personnelle et non une nécessité vitale pour les individus, chacun est libre d’emprunter les voix légales pour se placer selon ses compétences dans la hiérarchie administrative de son pays ; les responsables de tous les pays du monde ont le devoir d’éliminer les obstacles et les entraves illégales à l’ascension des nouvelles compétences. « 

              Pour la suite (21. 3)voila ce que dit la »Déclaration universelle des devoirs humains«  :

               »Article 06 : Gouvernants et gouvernés sont égaux devant l’application des lois ; les premiers ont encore le devoir de faire respecter les lois sociales pour mieux prévenir les fautes des seconds.« 

              Voila pour quoi je pense qu’au lieu de quémander les droits, il faut plutôt obliger les gouvernants à remplir leur devoirs en respectant eux-mêmes les lois sociales.
               
              Pour comparer un par un les articles, vous pouvez lire »la Déclaration universelle des devoirs humain« proposée pour la publication dans la rubrique »International".

              Mohammed MADJOUR.


              • hs47 3 mars 2010 16:01

                SI les gens ne vont plus voter c’est tout simplement parce qu’ils ont compris que de toute façon nos élus de droite, de gauche et d’ailleurs, sont impuissants. Les leviers de commandes ont été depuis longtemps confisqués par les hauts fonctionnaires, bureaucrates et autres énarques, seuls véritables décideurs.
                Les politiques passent et seuls demeurent, tapis dans l’ombre, ces véritables décideurs.
                Quel que soit le dirigeant politique local ou national, il n’est qu’une marionnette entre leurs mains n’ayant pour objet que de s’exposer médiatiquement sur la scène du grand guignol politique, pour détourner l’attention du vrai pouvoir, beaucoup plus discret celui-ci...
                Seuls ces hauts fonctionnaires rédigent les projets de lois et les font adopter ; le vrai pouvoir de changement n’est plus entre les mains des politiques depuis longtemps, mais entre les mains de ces permanents de la République qui regardent passer les élus comme les vaches regardent passer les trains...
                Les Etats Unis ne sont pas parfait, mais au moins, lorsqu’il y a un changement au niveau d’un état (équivalent de nos régions) ou au niveau du Président, les hautes administrations sont remplacées par celles des nouveaux élus (administrations Clinton, Bush, Obama etc...).
                Les dirigeants politiques disposent alors de tous les leviers de commande ou presque (exceptés Wall Street et autres lobbys...) pour agir et mettre en place leurs politiques


                • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 8 mars 2010 06:21

                  "Les leviers de commandes ont été depuis longtemps confisqués par les hauts fonctionnaires, bureaucrates et autres énarques, seuls véritables décideurs« 

                  Mais ces gens, comme les politiques eux-mêmes, font-ils autre chose que ce que souhaitent les lobbies financiers et industriels ?

                  Ce sont les grands capitalistes, qui détiennent le véritable pouvoir. Et les résultats des élections n’y changent rien.

                  D’ailleurs, politiques, »hauts fonctionnaires« , PDGs et autres »personnalités influentes" du secteur public comme du secteur privé se retrouvent ensemble dans nombre de think tanks et de réseaux.

                   Cordialement

                  Le Collectif Indépendance des Chercheurs
                  http://science21.blogs.courrierinternational.com/


                • Laurent Watrin Laurent Watrin 3 mars 2010 17:14

                  Eclairage intéressant. Mais il y a une autre raison majeure, à mon avis, qui explique le désintérêt des citoyens pour les élections. C’est l’absence de traitement de l’information, ou presque, par les médias majoritaires en audience que sont la télé, la radio et la « grande » presse régionale. Ne pas traiter les sujets de fonds, ne pas mettre les programmes à la question, et ne pas décrypter les projets, c’est participer à l’abstention. Hélas, c’est pourtant le travail des journalistes. Ils sont bien malheureux dans leur rédaction, souvent. Ils sont aussi très mal informés eux-mêmes sur les compétences des institutions politiques. La démocratie est un régime que l’on peut oublier quand ceux qui doivent observer oublient de faire leur métier. Danger...


                  • Asp Explorer Asp Explorer 3 mars 2010 18:05

                    Oui, ça, et puis le fait que de plus en plus de gens sont persuadés que quoi qu’ils votent, ça ne changera rien à de « grands projets » qui ont été décidés sans qu’on daigne seulement les informer et dont ils seront invariablement les dindons de la farce.

                    J’avoue que depuis 2005, j’hésite à aller voter, pour ne pas apporter ma caution à ce système qui n’a de démocratie que le nom.


                  • Frabri 3 mars 2010 20:37

                    Parmi les abstentionnistes il y a plusieurs tendances :

                    Ceux et celles qui s’abstiennent par conviction, comme des libertaires qui pensent que « si les élections servaient a quelque chose elles seraient interdites »

                    Ceux et celles qui pensent que la politique ça ne sert a rien, pour eux que ce soit la gauche ou la droite au pouvoir (local, régional, national), c’est toujours la galère, ce sont peut être les plus nombreux-se-s.

                    Il y a ceux et celles qui sont pour l’« abstention active »

                    http://cochonoux.free.fr/40.00_Abstention_Active.html

                    Ceux et celles qui s’abstiennent car il manque l’offre politique. Y a t ’il un parti politique de crédible pour sortir des différentes crises (financière, économique, sociale, écologique...etc) ? ? ? ?

                    A la rigueur en faisant un gros effort, ils et elles pourraient voter blanc ou nul.

                    Pour le vote nul un parti intéressant c’est le PdR : Le Pari d’en Rire de Pierre Dac et Francis Blanche

                    http://www.youtube.com/watch?v=ZrbT9e42IHA

                    La liste des différentes tendances d’abstentionnistes n’est pas exaustive.


                    • patroc 3 mars 2010 20:43

                       La révolution, en démocratie, c’est le vote !.. Il n’y aura jamais plus belle idée que le vote démocratique et toute révolution d’un peuple amène à la démocratie, de même qu’aucune révolution ne peut naître de la démocratie. A celui ou celle qui refuse de voter sous prétexte du même sac pour tous les politiques, je dis : Présentez vous vous-même si vous voulez changer les choses, mais déjà, pratiquement toutes les idées de sociétés existent : Des racistes aux babas cools, de l’ultralibéralisme au communisme et même à l’anarchisme, du guerrier au pacifique, tout est là, devant vous, alors ne restez pas aveugle, on a même le parti des hommes battus !.. Ce refus de voter est le début de la fin pour la démocratie car elle n’est pas un acquis et comme les acquis sociaux, elle peut tout aussi rapidement disparaître !.. Non, en politique, on ne peut pas mettre le FN et le NPA dans le même sac, désolé.. Donner le pouvoir à l’un ou à l’autre, la société ne sera la même..


                      • xray 3 mars 2010 20:56


                        Lorsque vous cesserez de croire que ce sont les élus qui ont le pouvoir, on pourra peut-être avancer. 
                        La politique n’est que de la diversion.  Le pouvoir est ailleurs.

                        Vos chers élus se moquent de vous. Ils ont bien raison. 
                        Ils ne sont que des marionnettes d’un grand guignol. 
                        Le pouvoir est dans les mains de ceux qui contrôlent le capital de la Dette publique. (Pour la France, cinq fois le budget net de l’État.) 

                        Le « capital de la Dette publique » gagne à pourrir la vie du plus grand nombre. C’est de cette façon qu’il s’est construit. (Misères et maladies) 

                        Le capital de la Dette publique est entre les mains de ceux qui bénéficient de la loi 1905. La loi 1905 défiscalise les immenses revenus des « curés ». 

                        Le Grand Guignol politique 
                        http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

                        Le bourbier européen 
                        http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/09/le-bourbier-europeen.html 

                        GOOGLE, Blog-spot, Le Post 
                        http://echofrance.monblogue.branchez-vous.com/2009/11/21#215760  

                        L’EUROPE 

                        Les
                        Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
                        Ils sont soumis à : 

                        - Une monnaie d’occupation ; 

                        - Des journalistes d’occupation ; 

                        - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

                        - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les
                        Étasuniens, ou le Vatican ? 

                        Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

                        - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
                        Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

                        L’EUROPE des curés
                        http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/22/l-europe.html 

                        Le bourbier européen 
                        http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2009/05/09/le-bourbier-europeen.html 



                        • hs47 3 mars 2010 22:15

                          @Cassino
                          Sauf que dans le cas d’une secrétaire elle rédige ce que lui demande son patron.
                          Le problème justement c’est que les vrais patrons, ceux qui rédigent et présentent leurs dossiers à nos élus, ce sont les hauts fonctionnaires et autres énarques.
                          Les députés que je connais, de droite comme de gauche m’ont expliqués qu’ils voyaient ressortir toujours les mêmes propositions « prêtes à l’emploi » de ces hauts fonctionnaires-énarques.
                          Les hauts fonctionnaires ressortent toujours les mêmes textes qu’ils arrangent et ne font qu’accepter de nos élus des adaptations mineures qu’ils compliqueront à souhait pour les rendre inapplicables donc sans effet  : c’est le règne de la bureaucratie castratrice de la démocratie.
                          La démocratie a été confisquée par les hauts fonctionnaires et autres énarques c’est surtout pour cette raison que les gens ne vont plus voter.
                          Les gens retourneront voter lorsque nos élus seront véritablement des forces de proposition pas une simple délégation de signature attachée à notre vote.
                          Les gouvernements ont un pouvoir d’intervention sur le budget de l’Etat de 5 à 9%.
                          91 à 95 % du budget annuel, ce sont des reconductions automatiques d’une année sur l’autre décidées par des hauts fonctionnaires pour des hauts fonctionnaires... charité bien ordonnée commence par soi-même !
                          Dis moi qui décide des dépenses et je te dirais qui est le vrai patron...


                          • Internaute Internaute 4 mars 2010 09:44

                            Parfois cela vaut mieux. heureusement qu’il y a dans l’ombre un haut fonctionnaire chevronné pour gérer l’Epad.

                            Lorsque les députés voient repasser les mêmes textes, pourquoi votent-ils oui ?

                            Dés qu’on parle des députés les gens semblent croire qu’il est normal qu’ils votent tout ce qu’on leur présente et les absolvent à priori de toutes les horreurs qu’ils ont décidé de nous appliquer. Si un député est incapable de comprendre un texte de loi il doit démissionner pour incompétence notoire. C’est ce qui me fait peur avec la tendance actuelle de choix des candidats en fonction de leur race (tout sauf blanc c’est mieux), de leur religion (tout sauf catholique), de leur origines (tout sauf française). On ne voit jamais pointer le critère d’aptitude au poste.

                            Si on admet que le critère d’aptitude au poste n’a pas lieu d’être parceque le député s’en réfère aux instances de son parti, laquelle supposément a des spécialistes compétents, alors allons jusqu’au bout et posons-nous la question de savoir si on a besoin de 577 députés, qui nous coûtent 20.000 euros par mois hors charges, plus une double retraite plus un parachute doré en cas de non ré-élection. Autant donner à un seul représentant du parti le nombre de droits de vote correspondant aux sauffrages. Actuellement on est dans un système où le citoyen perd à tous les coups. Il perd une première fois en votant pour un député qui ne le représentera pas et il perd une deuxième fois en ayant l’obligation de payer cher cette marchandise de basse qualité.


                          • simplesanstete 3 mars 2010 23:20

                            NON, NON, NON, NON et NON je ne voterais pas, je n’ai jamais « veauté » excepté 2 fois ou j’ai glissé une merde bien grasse, écrasé dans le bulletin, c’est la démocrachie du troupeau, que voulez vous, je ne suis pas motivé, va falloir créer bientôt des cellules psychologiques pour aider cette misérable engeance qui essaie de se faire représenter, qu’ils aillent se faire mettre quelque part comme le dit franchouillardement le gros cochon rose Freche et en même temps maquignon.
                            Les cochons ne veulent toujours pas entendre parler du charcutier, comme on les comprends.


                            • Internaute Internaute 4 mars 2010 09:30

                              Dommage que l’article soit hors-sujet.... par rapport à son titre bien entendu.

                              L’abstentionnisme vient de l’absence d’alternative politique et du niveau de plus en plus bas de la politique. Les journalistes ne s’intéressent qu’aux petites attaques personnelles, qu’aux petits mots qu’on pourrait interpréter de travers et aux combines électorales. On n’a pas envie d’être représenté par ces clowns de mauvais café-théâtre..

                              Avez-vous vu un vrai débat lancé sur :
                              1 - L’OMC et la suppression des protections de nos marchés. La misère qui en résulte.
                              2 - Le pouvoir mondial. Le bilan de 30 ans d’UE.
                              3 - L’immigration et le métissage obligatoire.

                              L’abstenstionnisme vient de l’uniformité de l’offre politique. On nous propose des mondialistes de conviction, des mondialistes immigrationnistes et des mondialistes économiques. Le système est verrouillé au plan marketing par le parrainage des élus, le financement des élus et la répartition des espaces médiatiques.

                              Pendant un temps on a cru que de nouvelles têtes allaient amener du sang neuf. Entre Ségolène et Sarkozy certains (dont moi) ont vu une différence et le « vote utile » a fait baisser un peu l’abstention.

                              On ne m’y reprendra plus. Au premier tour je voterai pour mes convictions et au second, si mon candidat n’est plus en lice les autres n’auront pas ma caution. Je m’abstiendrai.


                              • Romain Desbois 5 mars 2010 13:36

                                A notre époque nous avons les moyens matériels de pouvoirs voter dans n’importe quel bureau de vote voire de son propre ordinateur.
                                Car il suffit de contrôler sur une liste électoral nationale pour vérifier que l’on ne vote pas plusieurs fois.

                                Le vote électronique se fait deja pour les élections professionnelles, l’on reçoit un code perso, ce vote n’étant pas rattacher à une quelconque identité sur le site sur lequel on vote (respect de l’anonymat).


                                • jcb21dij jcb21dij 10 mars 2010 12:14

                                  LES 14 & 21 MARS 2010... VOTEZ MASSIVEMENT
                                  CONTRE LES ESCROCS EN COL BLANC !

                                  Après les scandales successifs et répétitifs récents...

                                  LE SENAT et ses superprivilégiés
                                  « LE SENAT... Enquête sur les superprivilégiés de la République »

                                  de Robert Colonna d’Istria & Yvan Stefanovitch
                                  Editions du Rocher (11 Sept. 2008)

                                  Retraite d’un sénateur : plus de 4 000 euros nets mensuels de retraite pour 15 ans de cotisation)...
                                  Rémunérations royales : 11 540 euros nets par mois
                                  + 1.000 euros/mois de « prime informatique »...
                                  des derniers princes de la République, nos 343 sénateurs.
                                  De plus...
                                  Le Sénat emploie 1260 fonctionnaires. La fourchette des salaires va de 2400 à 20000 euros/mois. Tous, même les jardiniers , bénéficient de la prime de nuit, de 4 mois de congés payés, et font la semaine de 32 heures.

                                  LA REFORME DES RETRAITES

                                  Main basse sur nos retraites Agirc/Arco

                                  http://www.sauvegarde-retraites.org/dossier-retraite-du-mois.php

                                  IL FAUT ALLER VOTER MASSIVEMENT LES 14 et 21 Mars
                                  2010 « CONTRE CES NULS » AVEC « VOTRE » BULLETIN DE VOTE PERSONNEL
                                   !

                                  Voici, LE bulletin de vote (A4 format officiel), pour exprimer
                                  notre RAS-LE-BOL... aux Régionales 2010
                                  (bulletin de vote ci-dessous à imprimer chez soi)

                                  http://img229.imageshack.us/img229/8007/bulletindevoteregionale.jpg

                                  ... ET A DIFFUSER MASSIVEMENT !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès