Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nous n’irons plus voter

Nous n’irons plus voter

Ou l’abstention comme acte civique

Depuis dimanche soir, les commentateurs sont unanimes : c’est le grand retour de la démocratie. Contre toute attente, les deux candidats les plus largement médiatisés sont arrivés largement en tête. Les plus grands sont plus grands, les plus petits sont plus petits : tout va bien.

Evidemment, l’abstention n’a pas le vent en poupe. Et pourtant, elle est de plus en plus justifiée. Non pas comme un geste de bouderie, encore moins de désengagement, mais comme un acte plus authentiquement politique que le vote. Elle seule peut signifier que notre démocratie tourne à vide. Le vote est un puissant facteur d’intégration à la communauté politique. Mais aujourd’hui, en raison justement de sa force symbolique, il est un puissant support d’inertie. Car c’est lui qui nous fait croire que la démocratie se porte bien.

Si l’on pose la politique comme le lieu de rencontre entre tous ceux qui ont à partager un bien commun, il faut reconnaître que nos campagnes électorales en sont à des kilomètres. Comme l’a amèrement relevé Nicolas Hulot, la réunion de tous pour défendre un intérêt général ne peut être qu’une « transgression de formes ». Le 23 janvier, au micro de RTL, il revenait sur le grand oral qu’il venait de faire passer aux candidats :

« Au passage, j’aurais souhaité - et j’ai échoué - qu’ils viennent non pas successivement dans le même lieu, le même jour, mais conjointement, simultanément pour illustrer le Pacte écologique. Eh bien cette transgression de formes, elle est impensable chez eux et elle est quand même très significative.

- Elle vous inquiète ?

- Oui, parce que ne pas être capable, un quart d’heure de son temps, ensemble, de dire aux Français : “Cet enjeu est d’une telle dimension que nous prenons acte qu’au moins là-dessus on se réconcilie”, ça n’a pas été possible et ça en dit lourd sur cette fameuse inertie culturelle et sur ces moeurs politiques qui plombent un peu la société française. »

On ne saurait mieux dire. Il aurait fallu que les politiques acceptent de servir l’écologie, mais inéluctablement, ils s’en sont servi, jusqu’à neutraliser le sujet dans la campagne. Il ne peuvent être d’accord, la machine électorale ne le leur permet pas.

Souvenons-nous aussi de la pré-campagne : Ce sont les partis politiques eux-mêmes qui nous l’ont dit, la compétition électorale est directement nuisible à la promotion d’un intérêt commun. Quand ils défendaient vraiment des intérêts, c’est-à-dire quand ils défendaient leurs intérêts, les partis s’inquiètaient des dissensions qui accompagnent la rivalité du jeu électoral. La primaire socialiste était paraît-il une leçon de démocratie ; mais tout a fini par être minutieusement contrôlé, les débordements de salles empêchés par de stricts quotas, les débats entre candidats lyophilisés, etc. A l’UMP, on a entendu les parlementaires évoquer « la machine à perdre » au sujet des dissensions internes ; mais le candidat n’avait toujours pas été désigné, et il était là aussi question de primaires. Il ne s’agissait que de l’expression d’autres courants au sein d’un même parti, c’est-à-dire la transposition du jeu démocratique à l’intérieur de l’UMP. Si ce jeu démocratique est une machine à perdre pour l’UMP, s’il a fait peur au PS, par quelle magie devient-il dans le cadre plus large de la France un moyen de défendre l’intérêt général ?

Les exemples ne manquent pas et les autres raisons de remettre en cause notre système électoral sont citées régulièrement : la part prise par les médias et les sondages, le problème de la représentativité des partis politiques, le monopole que cherchent à prendre les partis sur des thèmes cruciaux, etc.

Bien-sûr, on évoquera Bayrou et sa tentative de dépassement des clivages par le centre. Mais si Bayrou a critiqué un clivage, il a utilisé à plein les ressorts d’un système qui fabrique le clivage et il a cherché à en installer un nouveau : celui du centre contre la bipolarité. Il a parlé de rassemblement, mais a justement prospéré sur un rejet ; il a prôné le gouvernement avec la gauche et la droite, mais a fini par admettre qu’en cas de victoire, il fonderait un grand parti pour en obtenir une majorité. Ce sont les structures de notre système politique qui contredisent le fond de son message et en rendent impossible la mise en pratique. C’est pour cette raison qu’on a dénoncé à gauche comme à droite son « imposture » ou sa « supercherie », son « absence de projet » et « l’immobilisme » voire la « crise politique » que son élection entraînerait. Son discours est un produit de la campagne, il est mécaniquement enfanté par le marché des élections : c’était pour lui une façon efficace de se démarquer. De toute façon notre démocratie ne laisse pas le choix : elle ne tolère que cette manière de faire de la politique. Elle est une matrice qui transforme tout, même la volonté de rassemblement, le dépassement des clivages, la recherche de l’intérêt général, en artificieuse posture électorale.

A l’issue du premier tour, on ne peut que se réjouir, bien-sûr, de l’intérêt croissant des Français pour la vie politique. Mais en retour, ils n’auront que le spectacle. Le grand gagnant de ce premier tour, c’est encore lui, et sous des applaudissements nourris. Comme d’habitude, mais dans une plus large proportion, les urnes l’ont consacré.

Alors, comme on suit une cure, pour se purger du délétère esprit de parti, retrouver enfin la politique et la considérer comme le lieu du bien commun, j’ai choisi l’abstention. Il n’y a plus qu’elle pour signifier aujourd’hui ce que voter veut dire.


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • MyHyene MyHyene 26 avril 2007 08:22

    ne pas voter, c’est abandonner son choix et ses responsabilités aux autres...je ne suis pas convaincu que ce soit un geste civique...

    bonne journée quand même.


    • fullbert 26 avril 2007 08:46

      Quel choix ? celui qui nous est imposé par le medef ? celui de candidats dont les thèmes ne répondent pas aux réelles attentes ? Je n’irais non plus pas voter. Advienne que pourri...


    • MyHyene MyHyene 26 avril 2007 09:46

      « quel choix ? »

      croyez-vous qu’à chaque élection précédente les français étaient enthousiasmés par les deux finalistes ?


    • fullbert 26 avril 2007 10:01

      mon choix c’est d’attendre comme le prédisait Tocqueville la révolte inéluctable et on verra où seront les choix, je ne cautionne pas ce système de dupe et je nous crois nombreux dans cette posture.


    • Gasty Gasty 26 avril 2007 10:16

      C’est ça fullbert , laissez faire les autres y compris la révolution. Surtout ne bougez pas !


    • Gasty Gasty 26 avril 2007 10:17

      Gardez la pose SVP !


    • fullbert 26 avril 2007 10:21

      Ne vous inquiétez pas tant pour moi, peut être aurez vous l’occasion de me croiser lors de rassemblements. On a déjà commencé et on ne s’arrêtera pas en si bonne route. Comme je ne respecte pas vos choix ovins, vous avez ma permission de ne pas respecter les miens.


    • Avatar 26 avril 2007 11:29

      A Gatsy,

      Joli tableau du maitre.

      Connaissez vous celui-ci sur sa période viennoise alors qu’il était étudiant en art.

      D’ailleurs certains disent que s’il avait réussi ses études en peinture, nous n’aurions jamais entendu parler de lui sur Agoravox....

       smiley


    • jps jps 26 avril 2007 13:32

      il est puéril de croire que ne pas voter ou voter blanc ne profite à Personne. Bien au contraire, c’est faire le choix de favoriser la personne en tête en l’occurence sarkozy


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 26 avril 2007 15:23

      Salut l’Chat bleu,

      Comme je te cherchais ben j’ai suivi ma souris et je viens de te trouver, c’est au sujet de l’un de tes messages d’hier, .. ou tu disais que je devenais pas marrant, ben c’est un peu vrai avec nos deux duettistes en final pas facile de faire marrer !

      Tiens en attendant :

      http://www.leplacide.com/dossier.php?dossier=24

      http://www.leplacide.com/dossier.php?dossier=46

      @+ P@py


    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 26 avril 2007 15:51

      voter est un devoir (malheureusement pas obligatoire), même si on vote blanc ou nul...

      Il est cependant dommage que les votes blancs ou nuls ne soient reconnus que par le Ministère de l’Intérieur, celui des Affaires étrangères et le Conseil Constitutionnel...

      Tant que les votes blancs et nuls ne seront pas pris en compte par les instituts de sondage, le débat démocratique sera faussé, car on se garde bien d’analyser les véritables raisons d’un vote blanc ou nul !

      Donc, allez tous voter en masse ! C’est un devoir qu’il faut remplir au nom de la préservation de notre Démocratie !


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 26 avril 2007 15:52

      Le 22 avril à 20 heures, quand j’a i appris les résultats de 1er tour, et l élimination de François Bayrou pour le second tour, je l’avoue, j’ai été très déçu, et immédiatement pour la perceptive du 2éme tour ma solution a été que je voterai blanc.( pas d’abstention par respect aux anciens qui se sont battus pour le droit de vote et voter blanc, c’est voter )

      Alors pourquoi voter pour des candidats qui ne sont même pas capables d’écrire eux même leurs discours faut pt’être voir là leur respectifs discours tangos !

      http://www.liberation.fr/transversales/portraits/243519.FR.php

      http://www.marianne2007.info/Emmanuelle-Mignon,-la-plume-de-Sarkozy_a66.html

      En prime su rSarko ce cadeau !

      http://nounours.typepad.com/nounours/sarkozy/index.html

      et concernant la madone des socialistes c’est là :

      http://segoroyal.over-blog.com/article-5555695.html

      http://www.page2007.com/2007/02/12/promesses-de-lune-et-presidentielle/

      Entre la peste ou le choléra ,ben je ne choisi pas , allez zou, vote blanc, comme ça dans l’avenir , quel que soit l’élu ( e ), je me sentirais pas responsable des mauvaises situations qui arriveront certainement dans le pays à cause de l’un ou de l’autre !

      @+ P@py


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 26 avril 2007 16:00

      Ah ! j’ai oublié, vieux Gaulliste, et ça sera mon premier vote blanc !

      @+ P@py


    • Philippe95 26 avril 2007 17:37

      @Papy :

      S je faisais ça, je me sentirai au contraire CORESPONSABLE à chaque connerie et quelque soit l’élu(e). Je suis sûr que vous vous rappelerez de ce message avant longtemps...


    • chiktaba 26 avril 2007 18:50

      Tout a fait d accord Papy. Et en plus j utilise les memes expressions smiley


    • Fabrice Trochet Fabrice Trochet 30 mai 2007 14:10

      Certains se sont battus pour le droit de vote. Avec ce genre de raisonnement, on devient de toute façon capable de tout légitimer même l’inqualifiable...S’il suffit simplement que les gens aient versé leur sang et sacrifié leur vie pour qu’une idée devient légitime, acceptable et même moralement défendable, quelle aubaine ! Le fascisme, le nazisme, le stalinsme, le maoisme, l’islamisme deviennent soudainemet tres fréquentables, car combien de centaines de milliers de personnes n’ont elles pas volontairement sacrifié lers vies pour ces idéologies ?


    • Sme 26 avril 2007 08:48

      Bonjour,

      Interessant cette réaction de rejet du vote de dimanche, compréhensible aussi. Mais pourtant vivre ensemble n’est ce fixer ensemble des priorités. Voter permet de définir les priorités, sur un programme. Les responsables politiques sont là pour porter des projets, les expliquer, pour que les français puissent chosir les priorités sur des bases programmatiques. Ils ne s’agit donc pas de se mettre d’accord sur telle ou telle priorité entre partis. Quand on tombe d’accord sur la majorités priorités, on est dans le même parti.

      Si les français avaient en tête de fixer l’écologie comme une priorité ils auraient certainement voter Verts. Malheureusement ils ont votés « utile », une notion qui m’échappe.

      Alors plutôt que de voter utile en votant pour une stratégie au lieu de priorités, plutôt que de ne pas voter pour montrer le vote d’aujourd’hui ne vaut pas celui d’hier ou de demain (?) pourquoi ne pas voter utilement en votant pour un programme ?

      Je dirais que si les français on vraiment compris que le 21e siècle doit relevé l’enjeu de la crise environnementale, ils voteront Royal.


      • Jo 26 avril 2007 09:36

        Royal va arreter 50% du nucleaire. Cela va faire du bien a l’environnement, des centrales qui ne servent a rien et des centrales thermiques productrices de CO2 un peu partout smiley


      • Philippe95 26 avril 2007 09:49

        @jo :

        Ou avez-vous entendu cela ?

        Royal se propose de remplacer 20% de l’énergie nucléaire par autant d’énergie renouvelable A TERME. Donc pas plus de CO2 et pas question de remplacer des centrales nucléaires par des centrales thermiques ! Clairement c’est D’ABORD mettre en place de l’énergie propre et ENSUITE en profiter pour ne pas renouveler tout le nucléaire. Ensuite c’est un but, pas un dogme. Le pragmatisme n’est pas un défaut que je sache...

        Toujours ce procès en incompétence qui traine...


      • Philippe95 26 avril 2007 09:43

        Votre point de vue est intéressant, et je comprends qu’on puisse rejeter le spectacle qui se déroule sous nos yeux : Moi non plus je ne le trouve pas très glorieux.

        Pour autant, je refuse de ne pas voter, et pour des raisons nombreuses dont quelques unes suivent :

        - La plus évidente, combien de personnes dans le monde seraient heureuse d’avoir ce droit, même aussi imparfait qu’il est actuellement en France ?

        - On ne peut nier que cette élection donnera une France différente en fonction de son résultat. Donner sa langue au chat est pour moi, sauf votre respect, une solution de facilité.

        - Ce que vous reprochez à la politique est en bonne partie dû aux institutions qui forcent le bipartisme. Or, dans l’étrange trio qu’on voit se dérouler, 2 veulent changer les institutions, le 3ème veut les garder. Il y a donc là une sorte de référendum caché dans le second tour.

        Je m’arrête là, mais chacun pourrait sans doute en trouver d’autres.

        En ce qui concerne Mr. Hulot, je ne suis pas écologiste mais je respecte ses idées. Seulement je pense qu’il a lui-même poignardé l’écologie dans le dos en n’allant pas au bout de son combat. La règle du jeu lorsqu’on défend quelque chose d’aussi influent sur la vie de chacun, c’est de se présenter devant les électeurs pour mesurer l’importance que ceux-ci vous accordent. Il a cru pouvoir s’en dispenser, l’expérience prouve qu’il avait tort.


        • tvargentine.com lerma 26 avril 2007 09:56

          Voter est généralement le seul droit qu’il vous reste quand tout s’écroule autour de vous.

          Ne pas voter,c’est ne plus faire parti de la société,c’est s’exclure de la société,c’est déjà pour la personne la solitude avancée.

          Il faut aller voter pour l’un ou l’autre candidat.

          Personnellement,j’ai des amendes à faire payer à Nicolas Sarkozy,car pendant que les voitures brulés dans les cités la police passait son temps à mettre plein de pv ailleurs.

          4430 euros,voila la politique de SARKOZY,elle à consisté à créer de nouvelles taxes et de mettre plein de pv pour ensuite tondre la population et si vous n’avez pas l’argent pour vous offir un avocat pour le vice de procédure,alors la machine se met en route pour vous ECRASER !

          Voter SARKOZY c’est 5 ans d’insécurité economique,sociale et sécuritaire (police/voyoux)

          Oui,Sarkozy n’est pas digne de représenter la France et les Français,il représente,par son comportement un danger pour la stabilité de notre société


          • grangeoisi 26 avril 2007 10:03

            On vote au 2e tour... si on a son candidat. Le résultat, par une simple règle arithmétique, sera représentatif en tenant compte des abstentions.

            Pourquoi des gens qui n’apprécient aucun des programmes en lice voteraient-ils ? Masochisme civique ?

            Il est tout de même plus simple et plus pragmatique d’attendre maintenant les législatives.


            • Boileau419 Boileau419 26 avril 2007 10:04

              Il y a eu sur ce site des gens lucides pour dénoncer l’imposture du vote électronique. Chose étrange, personne ne veut plus y penser, ni même admettre que des manipulations pourraient expliquer certaines anomalies du vote de dimanche passé.

              Je crois que c’est maintenant, alors que les deux candidats vont se retrouver au cou-à-coude que les machines à voter (ou plutôt à votes) vont pouvoir jouer leur rôle à plein.

              Un million et demi de voix manipulables à merci et à distance, c’est intéressant, non ?

              Je suis entièrement d’accord avec l’auteur du billet : comme il n’y a pas de choix réel (et aucune garantie du respect du vote émis là où des ordinateurs sont en place) il est inutile de voter.

              Bien plus, voter, c’est apporter sa caution à un système corrompu et in-réformable.

              A l’avenir, je souhaite que tous les partis qui s’opposent réellement à l’Etablissement s’abstiennent de présenter des candidats.


              • fullbert 26 avril 2007 10:18

                Personnellement je pense, et ce ne sont que des assertions infondées, que les outils de tricherie ont déjà bien fonctionné au 1er tour, quand a t on vu un résultat aussi prôche des derniers sondages ? De mon point de vue non seulement on a triché mais l’effet est double, le résultat et la légitimation de ces appeaux institutionnels ( les sondages) qui nous enlèvent à chaque élection toujours plus de démocratie.


              • Jérôme V 26 avril 2007 10:23

                Toutes ces réactions sont intéressantes. Certaines montrent l’attachement à l’acte du vote pour ce qu’il représente ; d’autres défendent le vote comme moyen de peser sur le contenu d’une politique et pour cette raison considèrent l’abstention comme une solution de facilité. Soit, je ne nie pas tout cela. Mais ce qui m’intéresse ici est le débat sur les institutions : notre système, en tant que tel, permet-il de promouvoir le bien commun ? Je ne le crois pas, et l’abstention est le meilleur moyen pour le dire. Ces idées sont un peu plus développées dans un essai que j’ai mis en ligne : www.nousnironsplusvoter.fr


                • Gasty Gasty 26 avril 2007 11:02

                  l’abstention est le meilleur moyen pour le dire

                  Jusqu’à présent, combien ce sont rebellé contre cette politique depuis des décénies. Combien ont manifestés leurs mécontentements. Combien se sont retrouvé avec les jeunes dans la rue. Combien se plaignent d’être pris en otages, ne militent nul part, insultent et trainent dans la boue les derniers bastions syndicaux. Le MEDEF lui va bien et rigole fort.

                  C’est peut-être aussi une abstention pour un monde meilleur, trop triste smiley

                  Rebellez-vous, l’abstention dans les chaumières tous ensemble.


                • Gasty Gasty 26 avril 2007 11:05

                  Si c’est ça le meilleur, on a du soucis à se faire.


                • Anto 26 avril 2007 11:11

                  « la dictature c’est ’ferme ta gueule’ et la démocratie c’est ’cause toujours’ » alors autant la boucler hein ? Moi j’y crois pas trop.

                  Il y a une différence entre se plaindre tout le temps du système(ce que font les français) et etre contre le système(alors qu’on en est tous complice). La révolution ce n’est pas pour demain car il est des questions que personne ne veut se poser (et après on fait quoi ?). néamoins jme gourre souvent... mais si le changement passe par l’abstention, je suis plutot confiant sur l’esperance de vie de nos institutions...


                • Aurélia Lemonnier Aurélia Lemonnier 26 avril 2007 12:47

                  Justement, Ségolène Royal propose des réformes garantissant plus de démocratie ! c’est pour cela qu’elle fait peur à ceux qui tiennent les manettes et qu’ils essaient de la décrédibiliser...


                • fullbert 26 avril 2007 13:56

                  @ Aurélia Peut être alors pourrez vous me renseigner sur la rumeur vite étouffée qu’Alain Duhamel lors la promotion d’un de ses ouvrages a évoquée, Sarko et Sego seraient tous les deux conseillés dans l’ombre par Laurence Parisot. J’ai essayé qu’on réponde à mes inquiétudes sans succès. Et puis je suis étonné qu’elle ait comme prôche Montebourg et qu’on ne l’entende jamais s’exprimer sur la VIeme république.


                • minijack minijack 27 avril 2007 01:32

                  Entièrement d’accord avec Aurelia.

                  Ségolène propose depuis plus d’un an maintenant la « Démocratie PARTICIPATIVE » sur son site www.desirsdavenir.org. Si vous avez des choses à dire, que ne le dites-vous ?

                  On voit très nettement la différence avec le site de l’UMP où j’ai eu le malheur de laisser mon email. Du coup je reçois chaque jour, parfois deux ou trois fois par jour, des mails de relance pour voter et faire voter Sarko... Ca devient vraiment lassant mais ça correspond parfaitement à la logique de la vieille école de communication politique : c’est toujours de l’information DESCENDANTE. Et je ne parle pas des noms achetés auprès de Google pour que les internautes arrivent directement sur le site de Sarko...


                • fullbert 27 avril 2007 07:04

                  @minijack : j’ai posé ma question sur (vain ?)désir d’avenir et j’ai reçu comme seule réponse un tract propagandiste par mail alors que ma question était très claire.


                • ExSam 26 avril 2007 10:57

                  Bon article qui souligne la responsabilité majeure des médias dominants dans la construction du spectacle électoral et de son aboutissement dans les mains de qui tire les ficelles.

                  Les français pris par ce miroir aux alouettes, vont voter pour le pyromane qui fout le feu à leur liberté et dévaste leurs consciences par cette torsion perverse qu’il inflige au débat, à la représentation, à la vérité du discours, lui qui adopte - pour ne prendre qu’un seul exemple - la « rupture » et se dit ennemi de l’ultra-libéralisme trois mois plus tard.

                  Abstention de ce piège à con, ça se défend tout à fait, sauf qu’aujourd’hui on est en face d’un type dont la conception de la politique ne fait pas entrer la démocratie, dont les stratégies sont toujours la coercition et la manipulation, et dont le tempérament inquiète s’il s’agit de toucher au bouton nucléaire, par exemple.

                  Donc, je voterais, sans illusion sur Royal et clique qui ont eux-mêmes permis aux médias privés de se développer - TF1 notamment - médias qui sont une propagande permanente pour les valeurs les plus réactionnaires et anti-démocratiques, pour le mercantilisme le plus répugnant, pour le loisir non pas le plus distrayant, ni le plus reposant, mais le plus con.

                  Je voterai pour préserver mon peuple, garder à mon pays ses institutions qui l’honorent, conserver l’esprit qui en fit une terre d’asile et une terre de démocratie. Contre SDNB, naturellement.


                  • fullbert 27 avril 2007 07:50

                    TF1 a été privatisé à l’époque d’un gouvernement Chirac sous l’égide de F Leotard qui sut déterminer le « mieux disant culturel » de l’équipe Bouygue drivée par l’honorable Bernard Tapie.


                  • Anto 26 avril 2007 11:00

                    notre système, en tant que tel, permet-il de promouvoir le bien commun ?

                    C’est toujours le biais que l’on retrouve entre théorie et pratique. Le probleme vient sans doute des institutions mais plus certainement de la mécanique des partis politiques. Ces dernier ont été créés dans le but de prendre le pouvoir de gouverner et ne sont guères différents des syndicats ou autre groupe de pression. Pour que la politique ne s’occupe que du bien commun, il faudrait que ce lobbying exercé par les partis n’existe pas.

                    Or ce qui a entrainé cette logique des partis politiques, c’est l’existence du parlement et en fait des fondements meme de la république.

                    L’abstention que vous revendiquez est une volonté de remettre en cause notre modèle de démocratie imparfaite. Cette imperfection n’est pas un scoop puisqu’elle a transformé notre système en ce que certains n’hésite pas à appeler « la dictature de la majorité ». Le problème c’est que ce système plait à l’immense majorité des gens : sécurité, peur du changement et de l’inconnu(quel système à la place ?) etc... Du coup, cette méthode de protestation sera tjs minoritaire et se noiera plus surement dans des statistiques dt personne ne se souciera.

                    Nous n’irons plus voter...l’idée et la motivation sont intéressantes. le geste en lui meme n’aura jamais l’impact que vous recherchez. Car si par hasard, il y avait 50% d’abstention à une election, c’est que le système se serait déjà effondré. Tout ça pour dire que l’abstention ne peut etre un element déclencheur de quoi que ce soit car les absents on toujours tort.


                    • euryale 26 avril 2007 11:31

                      Le droit de vote est un devoir pour le citoyen. C’est la base de la démocratie, même si l’on se retrouve souvent devant des cas de conscience. Il faut voter, s’est notre devoir de citoyen libre, nous sommes garants de notre propre liberté en votant et en incitant les gens à ce servir de cet outil de liberté. Tout le monde en age de voter devrait en être conscient. Les jeunes, sutout, eux qui font notre avenir. S’abstenir c’est prendre le risque de donner le pouvoir à des idées non-respectueuses de nos valeurs démocratiques, c’est laisser-aller, abandonner...

                      Voter dimanche 6 mai, même si c’est férié 2 jours après.... voter et remplissez votre devoir pour vos valeurs, respectez les ! Votez blanc si c’est mieux pour vous, mais rendez-vous à votre bureau et signez de votre griffe le listing des inscrits, vous existez, vous êtes connu sous votre nom, vous êtes libre d’être ce que vous êtes...profitez-en.


                      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 26 avril 2007 11:48

                        A tout ceux(celles) qui ne sont pas convaincu(es) du bilan catastrophique du candidat Sarkosy comme ministre de l’intérieur, téléchargez le bouquin de Serge Portel « Ruptures » (interdit de publication avant le 2ème tour,mais après il sera trop tard) vive Internet et les médias citoyens,qui nous permettent de garder un semblant de démocratie... le lien :

                        http://www.404brain.info/NEWExpression/ExpressionEnginePB/images/uploads/Se rge.Portelli.Ruptures.FRENCH.pdf


                        • Aurélia Lemonnier Aurélia Lemonnier 26 avril 2007 13:00

                          Le bilan de Sarkozy, résumé dans le rapport dirigé par le fêlon Besson : « Secrétaire d’Etat au Budget de 1993 à 1995, [Nicolas Sarkozy] laisse les finances de l’Etat dans un état »calamiteux" : la dette explose et passe de 45,3% à 54,6% du PIB ; les prélèvements obligatoires atteignent 43,6% du PIB en 1995 contre 42,9% en 1993. Pendant son passage à Bercy en 2004 en tant que ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, la croissance [...] est à son départ 6 fois moins élevée qu’à son arrivée ! Par deux fois ministre de l’Intérieur, il multiplie les chantiers législatifs afin d’entretenir l’illusion médiatique d’un fléchissement de la délinquance. La réalité est moins avouable [...] Les violences contre les personnes n’ont jamais cessé de s’accroître [...] au total 40,3% sur la période 2001-2006. Il s’ingénie à casser le thermomètre pour faire croire que la température a baissé."

                          Chiffres à l’appui !


                        • minijack minijack 27 avril 2007 01:37

                          Exact Aurélia. La croissance a chuté... Mais évidemment, c’est dû à l’euro trop fort ! Encore une fois le thermomètre est le fauteur de troubles !

                          Pourtant... les Allemands ont le même, non ?


                        • toto1701 26 avril 2007 12:01

                          la peur est le carburant de mon vote contre le candidat de l’ump,depuis 5 ans je trime sans discontinuer pour assurer mon existence,qu’aisje donc fait dans ma vie anterieure pour elire mon bourreau réincarné moi arriere arriere petit fils d’esclave...maintenant que je ne suis plus entravé ,je ne peux accepter de revenir en arriere et je suis décidé a en assumer toutes les conséquences !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès