Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nouveau Centre : espoir pour les libéraux ?

Nouveau Centre : espoir pour les libéraux ?

Quel parti politique pour les libéraux français, bien seuls ces dernières années ? Le Nouveau Centre est-il vraiment libéral, veut-il évoluer dans ce sens ?

aa4a945e78d6cdd020c6662a36982bee.gif

Les libéraux en France vivent une errance perpétuelle dans la politique française depuis mars 1998 et les déchirements internes de l’UDF. La question des alliances avec le Front national avait alors fait éclater la tendance libérale du parti, qui rejoint majoritairement Démocratie libérale fondée en 1997 par Alain Madelin (le parti était alors partie intégrante de l’UDF). Une partie des libéraux resta cependant au sein de la coalition UDF, au sein du pôle républicain indépendant et libéral (François Léotard, Gilles de Robien, Gérard Longuet).

Quatre ans plus tard, le déficit laissé par la campagne présidentielle d’Alain Madelin oblige DL à la fusion avec l’UMP. Le processus allait faire beaucoup de déçus devant la politique menée par les gouvernements successifs de Jacques Chirac. Nouvelles déceptions, nouveaux découragements, nouvelles fuites.

Pour tenter de rassembler les libéraux éparpillés et lassés de ne pas trouver la moindre écoute à l’UMP ou au PS, Alternative libérale fut lancée en mars 2006. Le parti ne dépassa cependant jamais le stade embryonnaire et, malgré les espoirs que beaucoup mirent en lui à sa création, laissa beaucoup de doutes quant à la sincérité de l’engagement libéral de certains de ses dirigeants. Le Parti libéral démocrate, lancé dans la foulée par Aurélien Véron, tente une nouvelle fois de regrouper les libéraux français. La tâche s’annonce difficile, surtout si le but est d’obtenir des élus davantage que défendre les idées libérales. Souhaitons-lui malgré tout bonne chance, sans renoncer à notre esprit critique.

07f90f84ff4c0acafa04c13c452ed640.jpg Face à cette situation déprimante, nombreux sont ceux qui ont vu dans le Nouveau Centre d’Hervé Morin une lueur d’espoir, une formation politique libérale classique. Il est vrai que le parti fait beaucoup pour rallier à lui les libéraux déçus par l’absence de rupture effective dans la politique de Nicolas Sarkozy : Hervé Morin déclarait ainsi dans Le Figaro du 14 mars 2008 : « La défense et la promotion des libertés forment un tout qui conditionne le projet centriste et en détermine le contenu », et ajoutait : « Les centristes doivent avoir le courage de promouvoir franchement la liberté économique et, en particulier, la liberté d’entreprendre, celle qui combine la réussite personnelle avec le progrès matériel de la collectivité dans son ensemble. Il est très préoccupant pour notre pays de constater que plus personne ne semble pouvoir revendiquer cette liberté sans être aussitôt qualifié d’« ultralibéral  », formule qui est une sorte d’équivalent du cynisme absolu ! »[1] Ajoutez-y une grande pétition contre la dette et pour la présentation d’un budget à l’équilibre et de nombreux libéraux tombaient en pâmoison...

Je fus, certes sans trop d’illusions, l’un de ceux-là. J’ai donc pris sur un coup de tête ma carte au parti il y a plusieurs semaines. Pas tant dans l’idée illusoire de transformer d’un coup de baguette électorale magique la situation française ou dans celles plus illusoire encore de rejoindre une version française du Libertarian Party américain. Il s’agit plus d’une découverte de l’intérieur de la vie politique et d’une modeste tentative pour faire évoluer « dans le bon sens » les idées et le programme d’un parti encore en gestation... Après quelques rencontres, un premier bilan est assez facile à dresser : le champ est immense et l’enthousiasme que manifestent certains libéraux vis-à-vis du Nouveau Centre est clairement excessif.

Car, au-delà des envolées lyriques d’Hervé Morin, le libéralisme réel du parti est bien minime. Ainsi, la pétition contre la dette ne se résume qu’à de vaines paroles en l’air sans engagement précis sur la baisse des dépenses publiques qui en est la condition nécessaire. Or, loin de s’engager là-dessus, le Nouveau Centre dans sa pétition affirme au contraire que « l’Etat doit pouvoir s’endetter, mais pour investir ». Et de citer, évidemment, l’Education nationale ou la recherche. Très politiquement correct, mais légèrement contradictoire quand on sait que l’Education nationale est le premier budget de l’Etat... Et un homme politique qui refuse de s’engager de façon courageuse alors qu’il n’a pas le pouvoir n’a aucune chance de donner un réformateur courageux.

f13a1b1fccb8f8a35c46ca8c02e2994f.jpg Le premier séminaire national des Jeunes Centristes qui avait lieu ce week-end à Paris a conforté ces funestes pressentiments. Pour inaugurer dignement la séance, Damien Abad, président des Jeunes Centristes, affirmait sans ciller qu’il fallait abandonner toute baisse d’impôt. Cela alla de mal en pis au fil des heures, avec en particulier l’exemple de l’inénarrable Jean-Christophe Lagarde, député de la circonscription de Drancy (93). Avec un certain cynisme (mais une certaine honnêteté...), Lagarde d’affirmer : « nous ne sommes pas là pour réfléchir, mais pour agir et appliquer des idées ». A ceux qui doutaient de l’efficacité des think tanks... Le summum était à venir avec des affirmations péremptoires « le capitalisme financier a échoué » ou « regardez ces financiers qui s’enrichissent sans rien produire, c’est amoral, Nicolas Sarkozy a raison de les critiquer »... Ayant apparemment du mal à intégrer que les services participent aussi de la richesse, il lançait sans surprise une nouvelle énormité dans la foulée : « l’échange ne crée aucune valeur ». J’avoue qu’à ce moment-là j’ai abandonné et que je suis parti boire un café. Le masochisme, très peu pour moi. Cela fait pourtant plus de deux siècles que Condillac (portrait à gauche) a écrit ces phrases qui devraient faire partie de l’enseignement minimum de tout élève : « Il est faux que dans l’échange on donne une valeur égale pour une valeur égale. Au contraire, chacune des parties toujours abandonne une moins grande pour une plus grande valeur »[2]. La route est longue...

En outre, les intervenants de ce séminaire national des Jeunes Centristes m’ont franchement gêné sur un point particulier. L’opposition récurrente, quasi systématique, des libertés politiques aux libertés économiques. La liberté d’entreprendre semble être la seule qui trouve grâce aux yeux des dirigeants du Nouveau Centre, probablement en raison de l’image socialement clean de l’entrepreneur... A vouloir ainsi distinguer artificiellement libertés politiques et libertés économiques, on finit par perdre les deux, comme l’ont pourtant déjà souligné de nombreux auteurs.

Dès lors, l’enthousiasme serait déplacé vis-à-vis du Nouveau Centre. Ce qui ne veut pas dire qu’il soit inutile, au contraire ; comme aiguillon du gouvernement, il pourrait, s’il le voulait, infléchir la politique menée vers une plus grande rigueur. Mais le veut-il ? Il aurait pourtant tout à y gagner, une ligne politique courageuse attirerait à lui tous les libéraux déçus du sarkozysme... En l’état, ce sont donc les libéraux qui sont un espoir pour les centristes, et non l’inverse.

Notes

[1] "Qui sont les centristes ?", tribune parue dans Le Figaro, 14 mars 2008

[2] Le Commerce et le gouvernement considéré relativement l’un à l’autre, 1re partie, 6e section


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 28 avril 2008 10:06

    Vous savez en France,le "centre" a toujours été un rassemblement d’opportunistes qui savent se vendre au plus offrant

    Et quand il existe autant d’opportunistes qui se vendent ils existent aussi autant de parti se reclamant du centre

    Il est évident que ce mouvement n’a jamais rien apporté à la France et ceux qui sont au gouvernement sont plus près de l’UMP que du MODEM

    Ces partis en France n’ont pas d’avenir et c’est une bonne chose

     


    • Vieux Sachem 28 avril 2008 11:33

      @ Lerma

      Entre nous, vous avez dû sacrément bénéficier du paquet fiscal et du bouclier fiscal pour être un inconditionnel du pouvoir en place.

      On peut se demander qui sont les vrais opportunistes : les bénéficiaires des mesures bien sûr !

      En fait, vous ne devrez être qu’un qu’un tout petit opportuniste ; sinon vous auriez pris un billet pour la Suisse.


    • Icks PEY Icks PEY 28 avril 2008 14:40

      Pour mémoire, je ne peux m’empêcher de reproduire ce qu’écrivait Lerma le 20 avril 2007 sous un de mes articles intitulé « de la fierté d’être de droite » ...

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=22687

      Je cite Lerma, donc :

      "JE SUIS FRANCAIS,JE SUIS HEUREUX,je vote BAYROU pour écarter Sarkozy !

      Et aux législatives je vote pour mon parti de gauche

      Vive la République ... mais sans Sarkozy "


    • Voltaire Voltaire 28 avril 2008 10:13

      Votre engagement au sein de ce parti me semble largement basé sur une erreur d’interprétation sur l’objectif politique du Nouveau Centre.

      Ce parti n’a pas été créé sur la base d’un projet ou d’une vision de la société. Il a été créé afin de permettre à un certain nombre d’élus de conserver leurs mandats. Sur le fond, les responsables du Nouveau Centre défendent donc la vision politique traditionnelle du centre-droit, tempéré par leur soumission à l’UMP. Cela les oblige parfois à un grand ecart entre leurs valeurs et leurs votes, mais ce parti n’a pas procédé à une refondation de son projet, pour la simple raison qu’il n’a pas vocation à être majoritaire, et donc à proposer un projet identitaire aux électeurs. Son ambition se restreint à essayer d’influencer de façon minimaliste la politique de la majorité actuelle, ce qu’elle ne peut d’aileurs faire faute de peser un poids politique suffisant. En réalité, le NC ne sert que d’alibi centriste à l’UMP.

      Ceci explique que les seules considérations lors de ce meeting soient électoralistes et non programmatiques. Il semble donc peu probable que vous pussiez y trouver l’organse de réflexion que vous cherchez. Le libéralisme, en tant que doctrine politique, a besoin d’un profond processus de rénovation. Le terme a en effet été injustement détourné de sa signification initiale pour devenir synonyme de capitalisme sauvage. Il est évident qu’un travail de fond est nécessaire pour lui redonner des bases programmatiques actualisées, mais cela ne pourra pas se faire au sein d’un parti comme le NC. Je ne peux que vous recommander plutôt de rejoindre un véritable think tank, groupe ou club de réflexion, moins politisé, qui vous permettra de travailler et d’échanger sur le fond du sujet.


      • Alpo47 Alpo47 28 avril 2008 10:53

        Pour ma part, je pense que le "nouveau centre" est d’abord une arme anti-Bayrou, destinée (et qui y réussit fort bien) à scier la branche sous les pieds du leader de la 3e voie. On a pu le constater, Bayrou, à titre individuel, jouit dans le pays d’une bonne popularité, les socialistes sont décrédibilisés pour très longtemps, reste donc F.B qu’il faut (selon Sarkozy) commencer à isoler et réduire. 

        On peut tout de même se poser une question importante : Si Bayrou avait été élu, ce serait avec ces gens là, qu’il aurait gouverné ? Terrifiant !

        Le "nouveau centre" en très grande partie de personnes avides de prébendes, "maroquins" et tous avantages de l’élu politique national, dont l’opportunisme n’a d’égal que la grande médiocrité.

        Sarkozy recompose ainsi le paysage politique, cherchant à renforcer le bipartisme, et commence à désigner (comme il l’a fait pour S.Royal) , son prochain adversaire : B.Delanoe.

        Autrement dit, il prépare 2012 avec plusieurs coups d’avance.


        • JFCAMPION JFCAMPION 28 avril 2008 12:00

          Un peu de mauvais esprit ne fait pas de mal. Le Nouveau Centre a surement beaucoup de défauts mais il a le mérite d’essayer de rassembler le centre-droit avec ses valeurs sur l’europe, la liberté et le social. J’ai rejoins le Nouveau Centre sans jamais avoir été un politique et uniquement sur ces convictions. Je crois effectivement que le Nouveau Centre doit pousser le gouvernement à aller au bout des réformes et de ne pas trop se laisser freiner par la frange trop conservatrice de l’UMP.

          Le parti socialiste, parti institutionnel, n’a pas la moindre idée qui tienne la route, alors on peut laisser un peu de temps au Nouveau Centre pour être parfaitement cohérent.


          • Alpo47 Alpo47 28 avril 2008 13:10

            Pour l’instant, les seules valeurs apparentes des "leaders" du nouveau centre, sont la trahison de leurs engagements, la défense de leur ’intérêt personnel, l’opportunisme ...

            Si ça vous suffit ...


          • masuyer masuyer 28 avril 2008 21:23

            JFCAMPION,

            J’ai rejoins le Nouveau Centre sans jamais avoir été un politique et uniquement sur ces convictions.

            Ah bon ! je croyais juste que c’était parce que vous aimiez les cravates sérieuses. Moi par exemple, j’ai adhéré au PC parce que j’aimais bien porter la barbe et avoir de la corne sur les mains.

            En tout cas, vous avez raison, un peu de mauvais esprit ne fait pas de mal.


          • JFCAMPION JFCAMPION 28 avril 2008 13:50

            Parce que vous pensez sérieusement que les leaders des autres partis ne sont pas opportunistes et ne defendent pas leurs interêts. L’ambition personnelle est la caractéristique de tous les leaders nationaux sans aucune exception maintenant jugeons aux actes....

             


            • JFCAMPION JFCAMPION 28 avril 2008 22:17

              Reduire le Nouveau Centre à un parti anti-Bayrou est réducteur, les voies sont différentes. Je ne dis pas d’ailleurs que le modem n’ai pas d’interêt. localement dans ma ville ils sont jeunes et dynamiques pour la plupart mais nous avons un différent politique c’est tout. La destruction du PS un peu comme en Italie est une option à laquelle je ne crois pas par conviction mais on verra bien dans le futur.

              Quand à l’animosité de certains cela dénote une certaine fébrilité et les nouveaux du Nouveau Centre sont ambitieux pour leur parti, je vous donne à tous rendez-vous aux prochaînes élections...


            • Chtiboom 28 avril 2008 14:10

              Plutôt que "partir prendre un café", que n’êtes vous pas intervenu ? Pourquoi n’avez-vous pas exprimé vos idées ? N’avez-vous pas entendu le trésorier des Jeunes Centristes, Vincent Perrier-Trudov, faire remarquer à Hervé Morin que les 800 millions d’euros d’économies dues au non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite l’année prochaine, diminuées de moitié pour cause de redistribution en pouvoir d’achat, n’étaient qu’une goutte d’eau dans l’océan du déficit ?

              Toute l’après-midi, jusqu’au soir, se sont succédées les tables rondes et les débats sur l’Europe, le logement et l’insertion des jeunes, le développement économique avec Christian Blanc, etc. La parole a été donnée à tous ceux qui l’ont demandée, les questions étaient libres et non préparées.

              Je trouve que votre attitude est un peu facile. Quand vous êtes sur place, vous ne dites rien, et derrière, vous critiquez, sans avoir participé au débat.

              Au Nouveau Centre, comme à l’époque de l’UDF, il y a plusieurs sensibilités. Pour caricaturer, il y a les libéraux, comme Hervé Morin, et il y a les chrétiens sociaux, comme JC Lagarde et Valérie Létard.

              Si ce que vous cherchez est une secte libérale, Alternative Libérale vous tend les bras. Mais si ce que vous cherchez c’est un parti politique libéral, capable de présider aux destinées de la France, sans que vous ayez a "mouiller votre chemise" pour convaincre d’autres personnes, laissez tomber la politique.


              • Alpo47 Alpo47 28 avril 2008 14:53

                "...un parti politique libéral, capable de présider aux destinées de la France,..." 

                C’est bien du "nouveau centre", dont vous parlez là ? Vous êtes de Marseille ?...

                 


              • Chtiboom 28 avril 2008 16:23

                "un parti politique libéral, capable de présider aux destinées de la France", non je ne parle pas du Nouveau Centre, bien au contraire.

                Si vous lisez la suite, je dis "laissez tomber la politique", parce que la France n’aura jamais un parti qui soit uniquement libéral. Les "Libéraux" en France, n’ont jamais à eux seuls représenté plus qu’un courant politique assez minoritaire.

                Les français ont une conception de la vie en société et du modèle politique qui refuse de laisser les gens sur le bord du chemin. Et le Nouveau Centre avec des gens comme Valérie Létard, Jean-Christophe Lagarde et bien d’autres représentent ces valeurs. Mais ce n’est pas parce que l’on a une conception humaniste de la vie en société que l’on est forcément pour une dépense publique déraisonnée.

                C’est l’erreur fondamentale du PS en particulier et de la gauche en général que de confondre social et gaspillage de fonds publics.

                Le Modem, lui, a laissé ses valeurs au bord du chemin, et ses jeunes en particulier. Au Modem, il n’y a pas de mouvement jeune indépendant des aînés, avec son bureau librement élu (librement élu et Modem, d’ailleurs, cela ne va pas ensemble) son autonomie sur le plan de l’organisation, des finances et des prises de positions politiques.

                Les Jeunes Centristes, eux, ont organisé ce séminaire national, vont élire leur bureau lors du Congrès de Nîmes, bref, ils s’organisent comme des grands, tandis que les jeunes au Modem sont mis sous l’étouffoir.

                Preuve de leur liberté et de l’esprit d’ouverture des Jeunes Centristes, leur Président Damien Abad a annoncé l’organisation d’Universités d’Eté du Centre, en invitant tous les jeunes de tous les partis centristes, avec les Jeunes Radicaux, les Jeunes Centristes et les Jeunes Modem.

                Ce sera vraiment intéressant de savoir, pour la première fois, ce que les Jeunes Modem pensent par rapport à leur avenir et l’avenir du Centre, quelles sont leurs positions politiques, quels sont leurs projets.

                Et là, il y a peut-être des chances que certains aient des surprises...


              • Voltaire Voltaire 28 avril 2008 16:44

                @chtiboom : votre commentaire confirme l’analyse d’alpo47 : ce parti (le nouveau centre) a été conçu comme un parti anti-MoDem, et non sur la base d’un projet original. Tant que le principal objectif et la principale activité de ce parti sera de casser du Bayrou, il n’aura bien évidemment aucun écho : ses membres ont soutenus la vision et le projet de Bayrou jusqu’en mai 2007, ainsi que ses critiques vis à vis de Nicolas Sarkozy. Difficile de défendre autre chose de façon crédible maintenant... Il suffit d’ailleurs de lire ou d’écouter JC Lagarde pour comprendre l’inanité de ce positionnement : il reprend l’essentiel de l’analyse et des propositions de Bayrou...avant de soutenir le président de la république... Avec une telle schizophrénie, on est difficilement lisible. En réalité, l’existence du nouveau centre est simplement liée à un désaccord de stratégie politique de certains élus avec François Bayrou, pour des raisons purement électorales. Ce n’est pas avec cela que l’on construit un parti politique... 


              • Chtiboom 28 avril 2008 22:24

                @ Voltaire,

                Il n’y a pas de schizophrénie du tout ! Les idées que Bayrou a demandé à ses lieutenants (dont JC Lagarde) de pondre pour qu’il puisse faire campagne pendant la présidentielle sont bonnes, sauf qu’il a démontré, par son incapacité à négocier, qu’il n’est pas le bon client pour les mettre en oeuvre.

                Un mec qui veut être Président de la République et qui ne négocie rien, n’est pas bon pour le service. Un Président est tout le temps obligé de négocier, avec tout le monde. Avec les autres pays européens, pour commencer, avec les partenaires sociaux, avec les collectivités locales, avec le Parlement et j’en passe.

                Bayrou n’a montré que son côté intransigeant et sectaire et c’est pour cela que ses lieutenants l’on quitté pour créer un nouveau parti politique, qui puisse mettre en oeuvre correctement ses idées.

                Parce que, les idées du centre, pour l’instant, ce n’est pas Bayrou qui les met en oeuvre, ce sont les gens du NC. Alors ils ne le font pas avec la même force que si Bayrou avait été capable de négocier avec Sarkozy (avec 18% des voix le centre aurait plus de 100 députés), mais au moins ils essayent.

                Bayrou ne reste que dans l’incantation et ne fait que donner des leçons. Sauf que quand on ne gagne pas tout seul, et qu’en plus on refuse de négocier, eh bien on ne fait rien. Et on transforme un parti (l’UDF) qui avait tout pour être plus fort que l’UMP et le PS en machin nul à chier qui peu à peu se transforme en secte auto-centrée et stérile car elle néglige toutes ses forces vives (le débat interne, les mouvements jeunes, etc...).


              • filou44 28 avril 2008 21:10

                Bonsoir,

                 

                 

                 je pense effectivement que vous auriez du faire entendre votre voix lors du séminaire...il était fait pour cela !

                Le Nouveau Centre est transparent et entend chacun des avis, ce qui permet d’avancer. Mais emettre des avis n’empêche pas le courage politique du soutien à un gouvernement qui essaie de réformer malgré les conservatismes et quelques défauts de communications ou erreurs (le Président de la République et le Premier Ministre s’en sont d’ailleurs expliqués recemment).

                Cela fait longtemps qu’il n’y avait pas eu de mise en place d’autant de réformes...le libéralisme n’est pas mort ! Le projet de loi présenté aujourd’hui en est la preuve. Quant au courage politique...passer l’âge de la retraite à 41 ans et tenir le cap envers et contre tous en est la preuve.

                Le Nouveau Centre n’a pas vocation à être seulement un lieu de réflexion mais un allié de gouvernement, courageux, volontaire et actif.

                Si cela gène certains, à mon sens tant mieux...cela veut dire qu’il fait son boulot et tiens sa place...le centre, européen, libéral et social.

                J’y suis bien, et je compte bien le faire savoir autour de moi et participer à la construction d’une force politique solide.

                Rendez-vous lors des prochaines échéances électorales !


                • Marc Bruxman 28 avril 2008 22:09

                  Cela fait longtemps qu’il n’y avait pas eu de mise en place d’autant de réformes...le libéralisme n’est pas mort ! Le projet de loi présenté aujourd’hui en est la preuve. Quant au courage politique...passer l’âge de la retraite à 41 ans et tenir le cap envers et contre tous en est la preuve.

                  Le problème c’est que peu des réformes faites par Sarkozy sont en réalité libérales. Et croyez moi bien : Je le regrette fortement.

                  Le problème c’est que Sarko croit encore dans le pouvoir de régulation de l’état. Plutot qu’une baisse des impots générale, les baisses ont été liées à des actions particuliéres : devenir propriétaire, faire faire des heures sups, etc, etc... Quelque part j’ai de la chance je suis concerné par la catégorie "devenir propriétaire". Mais pourquoi mon choix ferait il de moi un meilleur citoyen qu’un autre qui a le droit de payer moins d’impots ?

                  Le vrai libéralisme, c’est désengager l’état progressivement des affaires qui ne le regarde pas. Ce que je fais de mon fric ne devrait pas regarder l’état. Que j’achéte une maison ou une grosse bagnole après tout je suis libre. J’ai gagné cet argent. De même le fait que je fumes du cannabis ne devrait pas regarder l’état. De même les allégements de charges sur les entreprises devraient être généraux et non ciblées sur un secteur particulier qui a les bonnes grâces du commissaire au plan. Ce qui inclut de dégommer TOUTES les niches fiscales pour chacun paie son impot de la même façon et qu’il n’y ait pas d’exemption si l’on a dépensé le fric d’une façon qui plait à l’état.

                  Plus grave, ces baisses d’impots auraient du être faites APRES seulement que l’on ait diminué les dépenses. Car la dette est bel et bien l’ennemi du libéralisme. Elle garantit à elle toute seule que l’on aura encore des impots à payer pour les décénnies à venir.

                  Enfin le fait d’avoir reculé sur des mesures symboliques comme la libéralisation des taxis à la moindre microgréve a fini de me dégouter de Sarkozy. La libéralisation des taxis et notaires, cela fournissait justement une plateforme pour montrer à tous que finalement le libéralisme c’est pas si mal. La il va falloir attendre la libéralisation du courrier et celle du chemin de fer.

                   


                • Le péripate Le péripate 29 avril 2008 08:36

                  Clap clap....


                • Marc Bruxman 28 avril 2008 21:59

                  Gilles de Robien liberal ?

                  On croit réver ! Celui la même qui a fait mettre en place les machines de controle étatique que l’on appelle radars ? En tout cas il l’a payé aux municipales :)

                  Le libéralisme ce n’est pas juste l’économie ! Si la société est libérale dans son ensemble, la libéralisation de l’économie est alors une conséquence. Au contraire le maintient d’une économie libérale "controlée" par une structure étatique forte qui s’immice dans nos vies donne des résultats désastreux. On ne peut pas avoir de libéralisme économique sans libéralisme social. C’est incompatible.

                  Notez que je ne demanderai que ca d’avoir un vrai parti qui défende les idées libérales (AL c’est bien mais malheureusement cela manque de politiques d’expérience) mais il faut cesser de les défendre à moitié ! Si on continue comme cela, les gens vont finir par associer vraiment libéralisme à Bush et Sarkozy (ce qu’ils font déja). Et bien franchement c’est contre productif au possible.

                  Si cela choque les gens qu’un parti puisse être libéral économiquement mais défendre la légalisation du cannabis (et d’autres drogues), vouloir protéger la vie privée et qui n’est pas xénophobe, alors c’est qu’on a du boulot d’explication à faire !

                  Par ailleurs, si il s’agissait de créer un nouveau parti libéral tous ces gens auraient mieux fait de rester au Modem. Il y avait une belle structure toute prete qui ne demandait qu’à être prise en main. Et pas mal de libéraux ont votés Modem car sur le long terme son programme était plus utile au mouvement que celui de Sarkozy. Notez que je ne suis pas encarté au modem (ni à AL même si je les ai vu plusieurs fois) mais si vous voulez avoir les voix des libéraux il faut présenter des choses claires. Parce qu’il y en a plus que marre de se faire enculer à chaque élection. 


                  • 1liberal 1liberal 29 avril 2008 00:40

                    Je partage les avis exprimés dans les commentaires. Le Nouveau Centre est un parti créer par des politiques pour servir leurs intérêts électoraux, point. Ce n’est clairement pas sur des bases aussi malsaines que le courant libéral pourra se reconstruire en France.

                    Reste donc Alternative Libérale et le Modem. L’un comme l’autre tiennent a rester indépendant et c’est je pense la bonne démarche pour éviter le cannibalisme des deux principaux partis. L’un comme l’autre ont également besoin d’une refondation plus juste des institutions pour avoir une chance d’exister au parlement.

                    A mon sens, le quinquennat actuel va être décisif. Si les réformes s’avèrent efficaces, ce dont je doute, l’UMP et le PS continueront de se partager le pouvoir encore quelques décennies. Dans le cas contraire, l’UMP risque de connaître le sort du PS, ce qui serait en définitive une très bonne chose pour la démocratie.


                    • vivelecentre 29 avril 2008 07:21

                      LE Modem liberal ?

                      le modem des anciens verts ? celui qui s’inscrit de plus en plus à gauche selon la stratégie du chef qui est de tenter un hold up sur la sociale democratie sur les faiblesses du ps ?

                      Aucune formation n’est ou se revendique liberale et c’est bien dommage

                      Il y avait autrefois DL mais le courant qui en a découlé n’existe pratiquement plus.

                      Le Nc ? pas beaucoup mieux apparemment, formation crée suite au virage(impossible à suivre) et à la stratégie de conquête à gauche de Bayrou

                      La (presque) harmonie de feu , la grande Udf des années 90( merci Mr Bayrou) sera difficile a réinstaller (Européenne, sociale et liberale)

                      En tout cas Sarkozy dans une certaine "tradition gaulliste" fait tout sauf du libéralisme ( sauf contraint par les textes européens)

                      En effet le libéralisme est le contraire de son interventionnisme (stérile) en matière industriel et économique..


                      • Raymond 44 29 avril 2008 10:14

                        En réaction à l’article, je souhaite revenir sur plusieurs points.

                        La dette publique et la liberté d’entreprendre sont des leviers importants pour créer de la richesse, impulser la croissance et le pouvoir d’achat qui en découle. Prendre ces problématiques en considération n’a rien de clientéliste ; au contraire, il est de l’intérêt général de s’en préoccuper ici et maintenant, de façon à ce que les générations futures ne connaissent pas les mêmes problèmes que notre génération.

                        L’enthousiasme n’a rien d’excessif lorsqu’il est porté par la jeunesse et l’envie de faire bouger les choses. A moins d’être calculateur, il est encore heureux d’avoir la "vocation" !

                        Concernant les coupes dans les dépenses publiques, il n’est pas contradictoire de diminuer les budgets dans un service ministériel (trop bien loti) pour les réinjecter dans d’autres services du même ministère (plus nécessiteux).

                        Les services participent effectivement à la richesse, dès lors que l’humain est au centre des préoccupations. A moins de me tromper gravement, un échange bancaire créé suite à des opérations boursières ne se soucie pas de l’humain.

                        Quelle image "clean" ?! La raison d’être du nouveau centre est de se construire comme un Parti Social Libéral Européen. Comme le dit si bien le dicton, "c’est comme le Port Salut, c’est écrit dessus". Je ne pense pas que l’on puisse parler "d’alibi social" en la matière, surtout à regarder les prises de positions nationales des Jeunes Centristes.

                        Enfin, le Nouveau Centre peut avoir vocation à tempérer certaines ardeurs, tant à droite qu’à gauche. Ce n’est pas pour autant qu’il chercher à "attirer tous les libéraux déçus du sarkozysme". Les libéraux et les centristes ont des valeurs communes. Cependant, les libéraux recherchent les centristes, et pas l’inverse. Quant aux citoyens, ils sont suffisamment intelligents pour comprendre où va leur intérêt primordial, et qui s’en préoccupera correctement.

                        La place étant suffisamment large entre la gauche et la droite, je pense que le Nouveau Centre a toute sa raison d’être. A mon sens, l’article est donc partisan. Il est difficile de croire qu’un nouvel adhérent (tout comme moi) peut ainsi faire volte face après son adhésion. S’encarter demande du temps, car une certaine maturité est nécessaire pour s’investir, surtout en politique. A bon entendeur...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Miscellanées


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès