Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Acharnement du pouvoir : méthodes staliniennes

Acharnement du pouvoir : méthodes staliniennes

Fonctionnaire civile au ministère de la défense, j'ai refusé de participer à des détournements et j'ai géré avec rigueur un bureau de marchés. Pour tout remerciement, le ministère m'a mise d'office 26 mois en arrêt de maladie pour raisons psychiatriques et m'a licenciée à 56 ans sans droit à indemnités de chômage ni retraite. Je suis chef de famille. Pourtant, en février 1998, le directeur de cabinet du ministre avait demandé que je sois affectée à un poste remédiant à tout le dysfonctionnement subis. Mais six mois plus tard, le haut fonctionnaire a quitté son poste pour devenir Président d’EDF. Ses instructions n’ont pas été suivies et les services ont sérieusement dysfonctionné.
 
J'ai établi un recours devant les tribunaux administratifs et j'ai aussi porté plainte pour faux, usage de faux, discrimination et harcèlement. En effet, le médecin du travail ayant demandé ma mise d'office en arrêt de maladie pour raisons psychiatriques ne m'a ni convoquée ni vue. Son rapport et ses certificats ne m'ont pas été transmis en dépit de demandes. Le comité médical a établi des arrêts médicaux rétroactifs de 4 et de 8 mois. Mon dossier administratif et l'expertise du propre psychiatre du ministère témoignent de mon importante dévotion pour le travail. Mon licenciement repose sur des mesures discriminatoires et un faux dossier d'un directeur du personnel s'arrogeant le droit de statuer sur des questions médicales en lieu et place de médecins. Sa propre correspondance atteste des problèmes médicaux soulevés. Je n'ai pas été licenciée pour faute. Aucun des représentants du personnel n'a participé à cette mesure.
 
Je n’ai pas pu faire valoir mes droits auprès des tribunaux en raison des écrits et interventions de l’équipe actuellement au pouvoir. Je suis victime de sa répression et de son acharnement. Au départ, mes contacts avec les services du Procureur de la République et le tribunal administratif ont été excellents. Puis ceux-ci ont été désinformés. Ainsi aucun des documents que m’a présenté le juge d’instruction n’avait été déposé par la partie adverse mais ils provenaient tous du ministère de la défense. Celui-ci les a transmis en les faisant passer pour pièces remises par la partie adverse. Le pourvoir a également essayé de m’interner d’office, grâce à des convocations anonymes auprès d’un hôpital psychiatrique et grâce à l’intervention de la police pour étouffer l’affaire. Toutefois, les expertises que j'ai fait effectuer par des psychiatres assermentés auprès des tribunaux, après avoir dû quitter rapidement mon domicile, ont déjoué cette manœuvre.
 
Mon site http://florence-jarrier.net donne davantage d'informations. J’ai créé un comité de soutien et je signale l’article de l’association humanitaire Top Alerte publié fin mars 2010 sur mon dossier : http://petition.jarrier.free.fr/Article%20TOP%20ALERT%20Mars%202010.pdf&nbsp ; .

Je vous remercie de diffuser mon affaire.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • anny paule 5 juin 2010 16:19

    C’est tout bonnement ahurissant ! Nous sommes très nombreux à douter de l’intégrité de ce gouvernement, mais cette affaire est tellement énorme qu’elle laisse sans voix !
    Avez-vous tenté de saisir la LDH ? Je fais circuler votre texte puisque vous demandez qu’il soit diffusé. Il FAUT que nos concitoyens sachent ce qui se pratique dans certaines antichambres du pouvoir.
    Et dire que les mêmes se réclament d’incarner la Patrie des droits de l’homme ! Honte à eux !


    • mjgd mjgd 8 juin 2010 12:07

      AIDONS FLORENCE JARRIER.

      voir vidéo-interview (et faire passer) sur :


    • mjgd mjgd 8 juin 2010 12:10

      AIDONS FLORENCE JARRIER

      voir vidéo-interview (et faire passer) sur : wat tv « une caisse noire au ministère de l’intérieur »


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 5 juin 2010 16:53

      Défendez-vous Florence ! 

      Votre cas n’est pas unique, ce sont des méthodes utilisées pour museler ceux qui l’ouvre.
      Votre méthode de dénonciation publique est la bonne. Persévérez. Vous allez gagner la partie, car vous êtes une femme, et Dieu sait que ce que femme veut, Dieu le veut.
      Ongles et griffes dehors, ils ne le supporteront pas.
      Donnez des faits, des noms, ils le supporteront encore moins.
      Leur fin est proche.
      Cordialement. 

      • mjgd mjgd 8 juin 2010 12:12

        AIDONS FLORENCE JARRIER.

        voir vidéo-interview (et faire passer) sur : wat tv : « une caisse noire au ministère de l’intérieur »


      • MAIKEULKEUL 5 juin 2010 17:08

        Cette affaire ne m’étonne pas du tout.
        J’en connais d’autres. Les soi-disant « hauts fonctionnaires » politisés contrôlent toute la chaîne et peuvent étouffer ou casser ceux qui ne veulent pas obéir au doigt et à l’oeil.
        Et il faut beaucoup de courage et de solides appuis pour leur résister(ou un bon dossier les mettant en cause).
        Il sera indispensable de casser l’énarchie en obligeant ce type de fonctionnaires à démissionner
         s’ils sont élus nationaux, et limiter leur nombre au sein des cabinets ministériels. Tout le système se mettra à nouveau à respirer, notamment dans la fonction publique.
        Par contre, je comprends difficilement le licenciement sans droit à la retraite. Ce n’est pas possible, sauf faute grave, et obligatoirement passage en conseil de discipline où sont présents les élus syndicaux.
        Bon courage


        • leypanou 5 juin 2010 19:39

          Le mieux serait que vous puissiez passer à une émission de grand écoute car seulement ici, vous aurez peu de chance d’obtenir gain de cause. De toute façon, tout est en train de se mettre en place pour « casser » tout ce qui n’est pas dans la ligne et dans certains milieux, l’honneteté/l’intégrité n’est pas une vertu, bien au contraire. Le remplacement de 4 entités défenseurs de droits par une seule entité va dans le même sens du « muselage » de tout ce qui est de travers, d’une manière subtile et hypocrite.


          • Marc.M Marc.M 5 juin 2010 23:30

            Clearstream, Karachigate ou ce Jarriergate, plus que tout, l’Etat craint l’étalage de ses malversations sur la place publique. C’est l’une des principales motivations de l’Elysée, Matignon et leurs officines, de contrôler - voire bâillonner - la presse et internet.

            Plus vous étalerez, plus l’Etat sera merdeux et aculé, soit aux négociations, soit aux extrêmes, pour arrêter l’hémorragie de discrédit.

            Je crains seulement pour vous, Florence, que vous rencontriez un très opportun (du point de vue de l’Etat) « dingue de service » qui vous fera avaler votre acte de naissance. C’est arrivé à moins « dangereux » que vous.

            En mémoire à : Anna Politkovskaïa (http://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_Politkovska%C3%AFa)


            • mjgd mjgd 7 juin 2010 12:19

              Campagne BALLADUR-SARKOZY-PASQUA de 1995

              affaire Florence JARRIER

              UN JUGE PARLE

              voir vidéo-interview (et faire passer) sur :


              • zelectron zelectron 5 juin 2010 23:53

                Quelque soit le pouvoir, il ne faut pas le déranger. Surtout n’imaginez pas que ce soit un phénomène de droite ou de gauche : le pouvoir corrompt.

                Quand aux méthodes staliniennes, les gouvernements successifs (g&d confondues) ont bien compris qu’ils jouissaient de l’impunité...

                Un dernier pour la route (du genre vérité première) : la corruption n’est ni de droite ni de gauche, elle est.

                @anny paule : uniquement ce gouvernement ?
                @eugène wermelinger : vous avez raison, c’est comme ça qu’il faut agir (les hauts fonctionnaires n’obeissent à aucuns gouvernements, sauf à leurs propres (façon de parler) intérêts.


                • Yakaa Yakaa 6 juin 2010 00:16

                  Il existe réellement en France un mafia de hauts fonctionnaires inamovibles malgré les changements de gouvernements et ces gens sont prêts à tout pour maintenir leurs privilèges, leur énorme pouvoir ou renvoyer l’ascenseur à leurs copains.

                  J’ai eu affaire à quelques unes de ces enflures lors d’un concours de titularisation
                  et ils ont tenu à me faire comprendre que mon sort était plié d’avance
                  compte tenu de mon attitude de non soumission vis à vis de ma direction
                  (j’étais donc bien attendu..)
                  Ce jour là j’aurais aimé avoir sur moi une caméra cachée.

                  Puis j’ai été de plus en plus « placardisé » donc pour ma santé mentale j’ai fui ce milieu de collabos,
                  en leur faisant cracher 2 ans de chômage (ce qui n’était pas gagné d’avance)
                  après avoir brandi la menace d’un procès pour harcèlement moral.

                  Tenez bon et surtout médiatisez votre affaire au maximum !
                  (ils ont vraiment horreur de ça)


                    • raissa 7 juin 2010 12:37

                      http://www.youtube.com/watch?v=ywYv3phLjYk&feature=related
                      va voir cette vidéo et regarde aussi « désobéissance civile » c’est top !
                      Merci pour cette vidéo.


                    • mjgd mjgd 7 juin 2010 12:09

                      COMMISSIONS , DETOURNEMENTS DE FONDS PUBLICS, CORRUPTION : UN JUGE PARLE.
                      UN ENTREPRENEUR REFUSE DE VERSER DES COMMISIONS.

                      Un conseiller de MAM à la défense puis aujourd’hui directeur-adjoint au ministère de la justice au coeur de ces affaires, comment faire la lumière ?

                      voir vidéo-interview sur :
                      http://www.wat.tv/video/caisse-noire-l-interieur-1dm9_2fufx_.html
                      et


                      • raissa 7 juin 2010 12:30

                        J’ai vécu une situation similaire dans une grande entreprise, je me suis battue contre une restructuration que je jugeais inacceptable , mais le combat était trop inégal et j’ai mordu la poussière. Je n’ai pas oublié, je n’oublierai jamais car j’étais dans mon bon droit et malgré tout j’ai du démissionner. C’était humiliant et déstabilisant, d’autant que la qualité de mon travail n’était pas remise en cause. 
                        J’ai subi un harcèlement pendant plusieurs mois et puis je me suis dit que ma vie était plus importante que mon job .
                        Mais si on veut plus de justice dans ce pays il faut arrêter de voter pour l’UMP ou le PS . Il y a des partis qui proposent de vrais changements, comme « Debout la République » ou le « Front de Gauche ». Si on veut élever nos enfants dans une société plus humaine , il faut s’impliquer , militer et voter. Il n’y a pas d’autre solution pour sortir de ce tunnel.


                        • raissa 7 juin 2010 12:33

                          http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/dupont-aignan-invite-chez-la-radio-26390?debut_forums=0#forum12627256
                          J’ai vraiment apprécié cette intervention et pour la première fois depuis longtemps, j’ai de l’estime pour un politique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Florence JARRIER

Florence JARRIER
Voir ses articles







Palmarès