Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nouvel ISF : le cadeau de Sarkozy aux gros patrimoines

Nouvel ISF : le cadeau de Sarkozy aux gros patrimoines

Le projet de réforme de la fiscalité récemment présenté par François Baroin à la demande de Nicolas Sarkozy en vue de la présidentielle de 2012 comporte un très beau cadeau pour les possesseurs de gros patrimoines sous la forme d’un spectaculaire allègement de l’ISF. Zoom sur ce nouvel Impôt sur la fortune, et plus particulièrement sur le cas de ces assujettis à faibles revenus, « victimes » de la hausse des prix de l’immobilier...

Les chantres de la droite la plus libérale nous ont servi, depuis des années, la même chanson sur l’injustice de l’ISF, cet impôt scélérat qui, du fait de la hausse des prix de l’immobilier, condamnait de facto à une injuste taxation des braves gens aux revenus modestes – on a même parlé de smicards ! – dont le seul patrimoine déclaré était constitué d’une résidence principale, le plus souvent héritée. Drapés dans leur compassion pour ces malheureuses victimes, ces zélés avocats de la cause des démunis d’Auteuil ou des indigents de Saint-Martin-de-Ré s’empressaient ensuite, avec des airs de divas outragées, de citer, pour illustrer leur propos, quelques cas de Parisiens ou de Rétais enrichis à leur corps défendant. Les Français, pas aussi naïfs que le croyaient ces bons apôtres, ont pourtant bien compris que ce bel élan de générosité visait avant tout, derrière quelques cas aussi rarissimes qu’atypiques, à servir les intérêts des possesseurs de gros patrimoines en revendiquant la suppression pure et simple de l’ISF.

Avant d’aller plus loin, rappelons deux choses : d’une part, le seuil de déclaration était fixé, au 1er janvier 2011, à 800 000 euros ; d’autre part, le Code des impôts prévoyait un abattement de 30 % pour la résidence principale. L’estimation du bien au dessus de laquelle les gens « modestes » précités pouvaient être assujettis à l’ISF était par conséquent de... 1 143 000 euros (1 143 000 – 30 % d’abattement pour résidence principale = 800 000 euros). Sachant en outre que l’ISF est un impôt déclaratif et que les Français sont particulièrement enclins à la sous-estimation de la valeur de leurs biens soumis à taxation, on peut ajouter à cette somme déjà rondelette quelques dizaines de milliers d’euros de dissimulation. Et cela sans le moindre risque pour les déclarants si l’on en croit les agents du fisc et les notaires. Ces professionnels estiment en effet que dans la pratique, une sous-estimation de 10 % de la valeur réelle des biens concernés ne peut entraîner de pénalité. Et pour cause : il n’existe pas une méthode unique d’évaluation du bien, mais plusieurs méthodes (indices notariaux, synthèses immobilières, prix constatés dans le voisinage, etc.) qui débouchent très souvent sur des résultats sensiblement différents. Bref, nos « modestes » propriétaires pouvaient, pour les mieux lotis d’entre eux, vivre dans une masure de... 1 250 000 euros sans débourser un centime d’ISF ! Á cet égard, on se demande comment des gens modestes, et a fortiori des smicards, pouvaient faire face à la taxe foncière (plusieurs milliers d’euros) afférente à un bien de cette valeur, mais ne chipotons pas...

Or, voilà que le camarade Baroin, à l’instigation du très social Sarkozy, vient d’annoncer que le nouveau barème de l’ISF supprime la première tranche de l’ancien barème. Ce qui revient à porter pour tous les contribuables, y compris nos fameux résidants de Paris et de l’Ile de Ré à faibles revenus, le seuil d’imposition à 1 300 000 euros. Compte tenu de l’abattement de 30 %, le seuil réel de la valeur d’un patrimoine seulement constitué d’une résidence principale se trouve par conséquent rehaussé à 1 857 143 euros (1 857 143 – 30 % d’abattement pour résidence principale = 1 300 000 euros), voire, avec la petite sous-estimation évoquée plus haut et implicitement tolérée par l’administration fiscale, près de... 2 000 000 d’euros !

Certes, il est bien connu, et nos libéraux nous l’ont largement asséné, que l’on ne possède pas grand-chose à Paris pour ce prix. Encore que cette affirmation puisse se discuter comme en témoignent, en ligne sur le site seloger.com, ce vaste 206 m² à Trocadéro ou ce luxueux 144 m² à Auteuil. Mais force est de reconnaître que ce sont les provinciaux qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Grâce aux « socialistes » Sarkozy et Baroin, soucieux de sauvegarder le pouvoir d’achat des nécessiteux, seront désormais exonérés d’ISF, pour peu que leur patrimoine se résume à leur résidence principale, les possesseurs de ce château renaissance de 850 m² proche de Nantes, de cette superbe maison de maître de 360 m² dans la bonne ville de Toulouse, ou de cet hôtel particulier de 600 m² près de Dijon. Rien que des propriétés occupées par de modestes concitoyens !

Au delà de la question liée à la résidence principale, et sans entrer dans le détail, il faut en outre savoir qu’il existe de multiples cas d’exonération partielle ou totale des différentes composantes du patrimoine d’un assujetti à l’ISF. Des exonérations professionnelles liées à la notion – parfois très élargie – d’outil de travail, mais aussi une longue liste d'exonérations accessibles aux particuliers. Elles concernent, entre autres, les œuvres d'art, les véhicules de collection, les revenus de rentes viagères, les stock-options non levées, les biens ruraux non professionnels, etc. Tout cela sans compter les allègements liés aux investissements dans les PME ou les organismes d’intérêt général. Bref, autant de niches qui permettent de réduire dans des proportions parfois spectaculaires la valeur des biens exposés à l'ISF. Au point que certains titulaires de gros patrimoines échappent totalement à cet impôt par le biais de ces dispositions.

Grâce à la compassion de MM. Sarkozy et Baroin envers des indigents injustement frappés, 300 000 Français, soit près de la moitié des assujettis, seront désormais dispensés d’ISF. Et, cerise sur le gâteau, le taux le plus élevé est ramené de 1,8 % à 0,5 % pour les autres. Une mesure de justice sociale heureusement compensée par le gel de l’indice des nantis de la fonction publique !


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (72 votes)




Réagissez à l'article

166 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 20 avril 2011 09:40

    Bonjour à tous.

    Vrai ou faux, mais cela n’aurait d’étonnant dans le maquis fiscal existant et le recours à de très pointus experts fiscalistes, Ségolène Royal a annoncé ce matin lors d’une interview conduite par Jean-Michel Apathie que la suppression annoncée du bouclier fiscal et la réforme concomitante de l’ISF allait se traduire pour Liliane Bettencourt par un allègement d’impôt de... 30 millions d’euros ! Merci qui ?


    • NOTRE PRESIDENT EST VRAIMENT UN MAFFIEUX....DE LA MAFFIA DU FRIC...AVOCATS ET HOMMES D AFFAIRES...MARCHANDS DE BIEN....SCI IMMOBILIERES..banques d affaires


      voila son milieuu de prédilection....aucun autre président n’a tellement fait du mal FRANCE ET a ses citoyens....



      TOUSENSEMBLE


      • Fergus Fergus 20 avril 2011 10:47

        Malgré quelques mesures cosmétiques imposées par la dégringolade dans les sondages et le risque d’un échec en 2012, la collusion entre le pouvoir sarkozyste et les puissances d’argent est une évidence.

        Puissent les électeurs des classes populaires qui ont voté Sarkozy en 2007 s’en rendre compte !

        Bonne journée.


      • lebosstom 20 avril 2011 10:53

        incroyable mais vrai alors que tout va mal sarkozy réduit la pression fiscal des plus riches....

        et ce n’est pas tout si j’ai bien compris l’ISF PME est également maintenu.

        Autant dire que même pour ceux qui paye l’ISF, il reste l’échapatoire de cette niche fiscal.

        • eric 20 avril 2011 11:36

          Peut importe ces détails. Comme l’impôt sur les successions, l’ISF est un impôt stupide, démagogique, populiste, symbolique et dévastateur. Ces impôts ne rapportent rien a l’État (les successions, c’est la moitie du bénef annuel de Total, l’équivalent de la subvention au fret SNCF et encore, c’est parce que l’immobilier a double en 10 ans, avant, cela devait être de l’ordre de trois fois la subvention aux syndicats publics ou le déficit du régime des intermittents du spectacle, le cout complet sur une carrier de 1000 postes de fonctionnaires) Ils sont très conflictuels : ce sont ceux qui entrainent le plus de contentieux fiscaux, et pour cause, il portent sur des valeurs virtuelles Ils sont donc chers a percevoir. En revanche, si ils ne rapportent rien a la collectivité, ils peuvent causer au niveau des ménages impliques, des drames. Obligation de vente d’un patrimoine familial par exemple. Le tout, a un moment, celui de la perte d’un proche, ou on a un peu la tête ailleurs qu’a la discussion avec un inspecteur des impôts .Ils portent sur de l’argent qui a déjà paye des impôts a tous les niveaux (revenu, taxe, diverses, droits de mutations etc...) c’est de l’impôt sur l’impôt sur l’impôt. Je ne sais pas si c’est toujours le cas, mais a l’époque, comme les bons anonymes du trésor étaient taxes d’office a l’ISF, ils constituaient une grosse part des revenus de cet impôt, et comme les gens assez peu informes pour acheter encore ce type de truc sur les conseils de leur percepteur n’étaient pas les plus informes des méandres de l’investissement, l’essentiel de l’ISF était effectivement paye par de petits épargnants.

          La reforme incomplète des ces impôts débiles va passer, et même, elle ne sera pas remise en cause dans le cas d’une victoire socialiste ou alors très symboliquement. Le programme des Strauss Kahnien prévoyait une exonération des patrimoines dits « raisonnables » que l’on peut évaluer au doigt mouille et compte tenu des gens qui l’ont élaboré, a la moyenne de celui des cadres A de la fonction publique. C’est impôts représentent vraiment la face noire de la gauche. Inutiles, nuisibles pour les particuliers, ne rapportant rien a l’État, comportant toutes sortes d’effets pervers plus ou moins compenses par des régimes d’exonérations genre usine a gaz, a la fin, leur seul intérêt et de donner a la gauche l’impression qu’elle fait quelque chose dans le domaine du social et de la lutte contre les inégalités.


        • Fergus Fergus 20 avril 2011 12:22

          Bonjour, Eric.

          Lebosstom a raison. Quand à qualifier l’ISF et les prélèvements sur les successions de stupide, absolument pas d’accord avec vous. Je suis même pour un alourdissement significatif des prélèvements. La conséquence du dispositif fiscal global tel qu’il existe est à l’évidence de donner un avantage considérable aux rentes au détriment du travail. Mais sans doute trouvez-vous normal, non seulement de pérenniser les rentes existantes, mais de les accentuer alors que des pans entiers de la population ont basculé dans la précarité, voire la pauvreté ?

          Curieux que les « libéraux » qui défendent bec et ongles les baisses d’impôts concernant les gros patrimoines, et par conséquent les rentes qui en résultent parfois pour des héritiers oisifs, heureux de vivre des rendements d’un patrimoine qu’ils n’ont pas constitué eux-mêmes, soient également ceux qui stigmatisent avec le plus de virulence l’assistanat, autrement dit le versment de modestes allocations à des Français dans la galère !

          Manifestement nous n’avons pas les mêmes valeurs !


        • Fergus Fergus 20 avril 2011 13:41

          @ Eric.

          En complément à cet article et pour mieux comprendre ma position sur le sujet des successions, mais surtout des donations, je vous invite à lire mon récent papier intitulé « Comment soustraire, au profit des héritiers, des millions d’euros au fisc ».

          Bonne journée.


        • eric 20 avril 2011 14:45

          J’avais lu cet article et ressenti la même chose que vous ;. Nous n’avons pas les mêmes valeurs. En premier lieu, on ne soustrait pas au fisc, on arrête de le prendre a ses propriétaires. Avec un PIB d’en gros 2000 milliards d’euro on a en gros 55% dépensés par le secteur public. . C’est la qu’est l’argent. l’ensemble des prélèvements sur le patrimoine représente de l’ordre de 0,4% des recettes de l’État. Mais pour la famille concernée, c’et quelques dizaines de pourcent de ce qu’elle reçoit de ses parents qu’il faut sortir. Or, en améliorant de 5% l’efficacité de la dépense d’État on obtient 8 fois plus d’argent qu’avec les droits de successions. Pour abonder les budget de l ;aide social, c’est la dessus qu’il faut évidemment agir si on a une préoccupation sociale. Jouer sur les taux de l"isf ou des successions, n’a aucun impact notable sur le budget de l’État, mais met dans la difficulté des tas de gens. Quant au rentes ! Arrêtez de me faire rigoler ! 10% des français possède en gros 50% du patrimoine, mais celui ci représente en moyenne de 4 a 8 ans de revenus et a 50 ans, pour ceux qui ont hérité, la part de ce qu’ils ont reçu est en moyenne également de 30% de leur patrimoine. EN tendance, l’héritage n’est pas la source prépondérante des rentes patrimoniales. En revanche, les enfants de 2,5% de la population trustent 50% des places en grandes écoles et donc par la suite des plus hauts revenus. Les enfants d’enseignants, qui se sont donne la peine de naitre pour hériter d’un patrimoine culturel. Il trustent donc la plus grosse part des revenus pendant leur 40 ans de vie active.
          SI vous aviez vraiment une vraie préoccupation sociale, vous exigeriez une reforme de l’État, et des quotas dans les grandes écoles parce que la cela concerne des millions de gens, pas d’aller emmerder une poignée d’héritiers au moment du décès de leur proche.
          La fascination pour les droits de successions et les impôts sur le patrimoine, n’est pas le signe d’une préoccupation sociale, mais le mélange complexe de rejet de jalousie pour des valeurs familiales, patrimoniale, de transmission et de propriété. On a le droit d’avoir ces positions. En revanche, il y a quelque chose d’assez nauséabond de la part de ceux qui l’invoque et qui parallèlement, sont hostiles a une reforme des nos administrations ou, par exemple, a une différentiation des salaires des enseignants si ils accepte d’aller dans les banlieue a problèmes. C’est de la tartufferie et de la forme la plus grave, parce qu’elle se fout des pauvres.


        • french_car 20 avril 2011 15:01

          On est d’accord sur la question de la reproduction social par le milieu, effectivement l’ascenseur social est un leurre, cela-dit les quotas ne sont pas une bonne solution, en vigueur dans les pays communistes sous la forme d’un malus imposé aux enfants issus des classes intellectuelles.
          Par contre il n’est pas normal que l’on s’enrichisse plus par héritage que par le travail. Il faut augmenter l’impôt sur l’héritage qui remet tout le monde à égalité et permet de faire baisser les prix de l’immobilier. L’immobilier parisien a été rendu inaccessible de par les fortunes héritées qui viennent alimenter les comptes des acheteurs potentiels.


        • eric 20 avril 2011 16:20

          A french car, ce n’est ni normal ni anormal, ce sont des choix de société, idéologiques, aussi démocratiquement légitime l’un que l’autre. Personnellement, je crois a la famille, au lien social entre les génération dans le cadre familial, a la transmission culturelle et patrimoniale, a la propriété privée comme droit de l’homme et rempart de l’individu contre tous les pouvoirs et les aléas de la vie. J’y crois d’autant plus que j’ai vu le modèle contraire a l’œuvre et ses résultats en Russie soviétique. Et de même que les quotas dans l’enseignement étaient de toute façon transgresses en pratique, le résultat du reste a été une pénurie de logement, une désagrégation de la famille, et une société sombrant massivement dans la désespérance et l’alcoolisme.
          On peut gagner de l ;’argent par le travail, l’héritage, le commerce, les placements financiers et il n’est écrit dans nul au delà transcendant que l’une ou l’autre forme serait indigne.
          Dans le monde entier, les pauvres sont d’autant moins pauvres et les inégalités d’autant moins fortes, que mes valeurs sont respectées. On peut y être hostile, mais je le répète, c’est de la tartufferie d’essayer de faire croire que ce serait pour des motivations d’ordre social. Ce n’est pas vrai et on le vérifie concrètement dans tous les pays du monde.
          A nouveau, je bosse notamment pour mes gosses et pour que leur vie soit plus facile. Je refuse le modèle que vous proposez et qui en fait une incitation a la consommation. SI je ne peut rien ou peu laisser a mes gosses, alors claquons. Rien avant, rien apres, et sans doute pas grand chose pendant en terme de relations humaines et familiales. Sous des oripeaux soi disant sociaux, c’est en faite une posture hyper libéral individualiste et matérialiste.
          A nouveau, pourquoi pas, chacun et libre, mais de grâce, arrêtez d’essayer de faire croire que ce serait par égard pour les « pauvres »


        • Daniel Roux Daniel Roux 20 avril 2011 16:52

          Eric

          Imposer les plus riches, c’est démagogique. Travaillez pour l’état, c’est du parasitisme. Héritez une fortune, c’est de la chance et ceux qui toussent sont rien que des jaloux...

          Les bons et les méchants, les riches rentiers qui font marcher la France et les pauvres qui la ruinent.

          Ah ! Comme le monde m’apparaît simple en vous lisant.


        • eric 20 avril 2011 17:44

          C’est parce que vous inventez la moitie de ce que vous lisez sur la base de techniques politiques d’un autre age et qui ne sont d’ailleurs pas sans nous rappeler « les heures les plus sombres de notre histoire » et que vous réagissez a tout sur la base de prejuges qui ne datent pas d’hier non plus. C’est dommage. Dans une démocratie, on a a priori besoin de tous le monde. Mais vos pertes de contact avec la réalité, vos procès d’intentions, vos vision biaisées font que vous ne pouvez guère apporter grand chose au débat démocratique. A nouveau, ces impôts rapportent trois fois rien a l’État pour un cout de collecte élevé, posent des problèmes parfois majeurs aux famille et depuis que l’ISF a été introduit, tous vos semblable s’accordent a « constater » une « hausse fulgurante des inegalites », elles seraient désormais supérieures a ce qu’elles étaient avant son introduction, donc même pour cela, il serait inutile.

          Faire payer les riches est demagogique parce que ce n’est pas une solution aux problèmes sociaux de l’heure. Cela aura pour conséquences qu’il y aura moins de riches. Point barre. quant 55% du pib est entre les mains de l’Etat et que les actionnaires touche de l’ordre de 5% de la VA après impôts c’est dans une amélioration des performances de l’État que se trouve les plus grandes possibilités de dégager de l’argent. Ce que vous preconisez est de faire disparaitre les riches. Ce que cherche a faire la droite est d’améliorer le sort des pauvres et elles y parviennent. C’est bien pour cela qu’en longue période, les peuples et en particulier en France choisissent préférentiellement les paris de droite pour les gouverner.
          C’est aussi pour cela que les gauches méprisent le peuple en s’imaginant qu’ils serait assez stupide pour se laisser abêtir par TF1.


        • Fergus Fergus 20 avril 2011 17:53

          @ Eric.

          Je souscris au commentaire de Daniel Roux (que je salue).

          Je ne sais pas quelle est votre situation, et cela ne me regarde pas. Toutefois, à vous lire on peut avoir l’impression que c’est un plaidoyer pro domo qu vous prononcez, comme si vous disposiez, pour vous-même et vos enfants, de revenus conséquents et d’un patrimoine important.

          Ni dans cet article ni dans le précédent sur les sucessions et les donations, je ne défendais une thèse confiscatoire, mais simplement l’idée que, plus le patrimoine est important, plus la contribution à la redristribution doit être élevée. Rien d’autre, et cela ne visait évidemment pas des biens de quelques centaines de milliers d’euros, pourtant déjà très au-dessus des moyens dont disposent nos concitoyens, mais des patrimoines évaluables en... millions d’euros.


        • Daniel Roux Daniel Roux 20 avril 2011 18:36

          Eric

          Plutôt que de faire disparaître les riches, tant qu’à choisir je préfèrerais faire disparaître les pauvres.

          J’aime beaucoup les clichés comme « les zeures sombres de notre histoire » ou les « proposnoséabons »

          Bonjour Fergus.

          Bon article, une fois de plus.


        • Fergus Fergus 20 avril 2011 19:29

          Salut, Daniel, et merci.

          D’accord avec toi pour la « disparition des pauvres ». C’est d’ailleurs à ce critère qu l’on mesure le mieux l’élévation ou la déliquescence d’une société.

          Bonne soirée.


        • eric 20 avril 2011 19:51


          C’est très exactement cela. Ces impôts inutiles et couteux sont exclusivement idéologiques et l’idée sous-jacente est une attaque contre des valeurs et non contre de l’argent ou des inégalités.
          Comme vous le comprenez sans doute, avec l’ISF, on ne taxe en réalité pas le patrimoine. On ne taxe pas une maison. On taxe toujours des flux. des revenus de l’argent. Quand on paye l’ISF on ne paye pas en vendant un pourcentage du biens mais avec ses revenus. Or, les patrimoines reffletent des choix personnels. Les ecart a l’intérieur d’une même catégorie de revenus sont plus fort qu’entre catégories.
          Il s’agit d’une imposition sur le revenu, mais appliquée sur la base du choix de ce quelqu’un a fait de son revenu. Soit il consomme tout et paye apres l’IR la TVA et basta, soit il epargne et paye, sur les revenus de son épargne, sur l’acquisition, sur la revente éventuelle, sur le bien ( taxes diverses) et sur l’existence même de ce bien, ISF. Sur une existence, il l’aura paye entre deux et trois fois, et a ce moment la on explique a ses enfants qu’ils doivent a nouveau passer a la caisse. Et tous cela pour quoi ? 7 milliards d’impôts sur les successions après la bulle immobilière. C’est confiscatoire pour les ménages sans être efficace en matière de redistribution. Au combien serait il plus simple d’augmenter le pourcentage d’imposition sur les flux, et plus juste a tous égard, si tant est que l’on considère nécessaire de piquer aux ménages plus de plus de 55% de leur argent. Mais non, avec le choix de l’ISF et des successions, ce n’est ni une logique de justice, ni une logique d’efficacité, ni une logique sociale, mais bien une lutte idéologique contre des valeurs qui ne vous plaisent pas, famille transmission, propriété privée. On privilégie le type qui a un appart assez modeste a Neuilly mais claque l’essentiel de son argent au Fouquets, en vacances de luxe et en montres couteuses par rapport a la famille avec 5 enfants qui veut leur assurer une base pour l’avenir, Sarko plus tot que Sego Hollande. Eux payent l’ISF, lui pas. C’est cela, votre choix de société. A titre personnel, c’est bien comme cela que je le prends et c’est pour cela que je prend la question a cœur comme vous le constatez. Pour ma part, je vis dans un pays ou il n’y a aucun impôts sur le patrimoine ou sur la successions et ou il n’y en a jamais eu ce qui est un comble quant on pense que c’est celui du socialisme réel.


        • eric 20 avril 2011 20:00

          A daniel roux, oui, moi aussi et puis j’ai remarque que si on veut arriver a vaguement dialoguer avec des gens de gauche, il vaut mieux utiliser leur jargon....


        • Fergus Fergus 20 avril 2011 20:06

          @ Eric.

          Celui qui claque son fric contribue de facto, et de manière très directe, à la redistribution des biens et à la solidarité nationale.

          Et encore une fois les droits de succession, tels qu’ils existent, ne sont en rien confiscatoires. Ils pourraient (et devraient à mon sens) être alourdis sans pour cela devenir confiscatoires tant il reste de marge.

          Bonne soirée.


        • eric 21 avril 2011 07:03

          A Fergus ! Je ne vous le fait pas dire ! Vous préférez sur le plan économique, un modèle de débauche consommatoire, matérialiste et hyper-individualiste, pour des gens vivant dans l’instant et dans le nombrilisme plutôt qu’un modèle de solidarité entre génération, de lien social et d’inscription dans le temps.
          Vous prenez deux cadres. L’un il y a 15 an s’est acheté un appart a 3-400 000 euro, après avoir épargne ( ce qui est une nécessite pour l’économie) aujourd’hui il paye l’ISF, l’autre est reste locataire, avec le blocage des loyer pour les gens en place, il paye un peu plus qu’a l’époque, il a dépensé son argent en dépenses de consommation, il n’est pas taxe. Pourtant, ils ont les mêmes revenus. D’une certaine manière, c’est presque comme si on demandait au premier d’en quelque sorte subventionner une partie des impôts du second. La ou il y un rééquilibrage, c’est que si le premier met son bien en location, il va évidemment essayer d’inclure son ISF dans le le loyer, ce qui contribue a la hausse des loyers.....
          Mais si en plus le premier a acheté en plus une chambre de bonne pour un enfant qui est grand et n’en a plus besoin, retraite, il va peut être rester dans son appart et louer le studio. C’est sur ce seul bien qu’il va essayer de créer un revenu pour payer son ISF. Et puis, a la revente, il va évidemment essayer d’inclure ces impôts dans les couts de son appart. En d’autre termes, plus on a de patrimoine, plus on la possibilité d’échapper a cet impôt et de le faire payer aux autres. En définitive, il n’est vraisemblablement paye réellement que par les gens qui ont un patrimoine ne produisant pas de revenu. genre un appart a Paris et une résidence secondaire. On pourrait continuer longtemps sur les effets pervers de ces impôts débiles créé par des socialiste ignorant de l’économie dans le seul but de se donner l’illusion de « faire payer les riches » Bon, après vous pourrez toujours allez manifester en déplorant que l’égoïsme des propriétaires rendent le logement difficile pour les étudiants et que les prix montent....


        • Fergus Fergus 21 avril 2011 09:35

          Bonjour, Eric.

          Il est curieux que vous écriviez autant de commentaires basés sur des hypothèses... fausses. Manifestement, vous n’avez pas lu mon article. Si tel était le cas vous sauriez qu’en aucun cas, ni dans le nouvel ISF ni dans la version qui prévalait jusque là votre cadre propriétaire, au titre de la résidence principale, d’un appartement à 300 ou 400 000 euros ne serait pas exposé à l’ISF. Il faudrait, pour que ce soit le cas, que ce cadre soit propriétaire d’un bien 3 à 5 fois plus cher, selon la version del’ISF, pour être taxable !!!


        • Fergus Fergus 21 avril 2011 10:05

          @ Eric.

          Excusez-moi, j’avais moi aussi mal lu. Votre cadre n’est pas propriétaire d’un appartement de 300 ou 400 000 mais s’est acheté cet appartement il y a 15 ans. OK. Sauf à habiter dans quelques quartiers très chics de la capitale, ce cadre à hauts revenus (il fallait cela pour s’acheter un appartrement de ce type il y a 15 ans) n’aurait couru aucun risque de payer l’ISF car il aurait fallu pour cela que la valeur de son appartement triple durant cette période, ce qui n’a pas été le cas au niveau national, bien qu’il y ait eu doublement depuis 10 ans et l’envolée de la bulle immobilière. Qui plus est, il faudrait que ce cadre ait terminé de rembourser ses emprunts, les sommes restants dues étant déductibles de la base imposable. Aucun risque par conséquent, notamment dans la nouvelle grille décidée par Sarkozy car il faudrait que la valeur de ce bien (diminuée d’éventuels emprunts) ait été multipliée par 5 ou 6 durant ces 15 ans. Et quand bien même ce serait le cas : que ces cadre soit obligé de déménager pour un appartement moins exposé à l’ISF ne me semblerait pas relever du drame, comparé aux centaines de milliers de familles qui, du fait de la crise et des délocalisations, sont contraintes à vivre des habitations insalubres ou vétustes.


        • eric 21 avril 2011 10:08

          A fergus, c’est vous qui ne lisez pas mes commentaires..... J’ai bien précisé qu’il l’avait acheté il y a 15 c’est a dire qu’aujourd’hui, il vaut 3 a 4 fois plus, et comme cela, sans rien faire, en dormant, et sans avoir un centime de plus dans la poche, ce type est appelle a contribuer plus que les autres a même niveau de revenu, pour faire plaisir a quelques égalitaristes qui en plus ont mal compris le fonctionnement de l’économie. Maintenant, si demain, il y a une chute de l’immobillier comme a Berlin, qu’est ce qu’on fait ? Ne serait il pas legitime de defalquer sa perte virutelle de ses impots surle revenus, de la meme maniere que l’on a impose sa plus value virtuelle ?


        • eric 21 avril 2011 10:42

          A fergus, toujours le même problème avec le réel. Qu’un couple de cadre ait acheté il y a 15 ans avec un emprunt un appart a 350 000 euro et compte tenu que les français en période de croisière consacrent, a tous les niveaux de revenu, de l’ordre de 4 ans de leur revenu moyen a l’achat d’une résidence, cela signifie des gens qui gagnaient de l’ordre de 3600 euro chacun il y a 15 ans. Comme par hasard, c’est également la durée moyenne d’endettement. Je n’ai pas choisi mon exemple au hasard. Je comprends bien votre désir irrépressible d’obliger ces « grands bourgeois » a déménager. Cela d’autant plus que selon toute vraisemblance, ils sont en ce moment a la retraite et donc leur revenus diminuant, ils ont moins les moyens de payer l’ISF ou il est pus lourd pour eux. Mais comme les impôts sur le patrimoine c’est aussi les droits de mutations, vendre pour racheter plus petit entraine une perte sèche, donc, ils vont louer, puisque grâce a vous, après une vie de travail, il ne pourront plus vivre chez eux dans leur quartier ( volem viure al pais !) et se trouver a louer plus petit en banlieue. Bien évidemment, ils vont inclure leur ISF dans le loyer, qui deviendra plus cher et abordable uniquement pour de riches doubleincomenokids ultraliberaux mondialises et fiscalises au Luxembourg. Les cas extrêmes, mais qui mettent bien en évidence l’absurdité intrinsèque de ces impôts, c’est le fameux cas des pêcheurs de l’ile de re qui ne peuvent plus habiter chez eux parce que Jospin a découvert que le climat y était bon. A l’autre bout, si on est vraiment riche, on a un patrimoine qui crée un revenu et on augmente ce revenu de l’ISF. Plus on est riche, moins on le paye. Ils ne concerne que des pauvres et des moyens. D’ailleurs demandez a des inspecteurs des impôts, la liste des imposables a été une surprise pour tous le monde tellement cet impôt était mal conçu.
          Je rends hommage a votre honnêteté intellectuelle, effectivement, grâce aux nouveau taux proposes par Sarko, ce genre d’aberration sera moins fréquent. L’impôt n’en restera pas moins couteux, rapportant peu, imbécile et demagogique.
          Quant au reste, c’est comme si je vous disais, il y a deux milliards d’êtres humains qui n’ont pas vraiment assez a manger et pas d’électricité, alors les difficultés des français défavorisés qui peinent a payer leur forfait internet en fin de moi....C’est bien pour faire pleurer Margot, mais j’aurai tendance a ne croire en votre sincérité que si vous m’affirmez que vous partagez vos revenus d’hyper privilégiés occidental avec ces vrais pauvres parce que la vraie générosité, c’est de déjà partager ce que l’on a et ensuite éventuellement ce qu’ont les autres. Pour partager l’argent des « riches » il vous faudra gagner des élections ou une révolution. On ne sait pas quand. Ceux qui meurent de faim ici et maintenant, vous pouvez les aider tout de suite et sans délai. La reponse des tartuffes de gauche habituelle est qu’il est hors de question qu’ils se privent de leur superflu tant que d’autre en auront plus. En attendant de résoudre ce grave prealable ethique, les pauvres peuvent crever en paix. Je vous souhaite de ne pas etre dans ce cas.


        • Krusty Krusty 21 avril 2011 11:03

          @eric

          Passionnant votre discours...

          Mais vous qui étes si prompt à désigner d’un doigt accusateur le comportement malhonnête des gens faisant preuve d’humanisme et de civisme sociale, j’espère au moins que vous mettez vos pompeux principes en avant dans votre vie quotidienne...
          Aussi je suis sûr que vous n’empruntez aucune route, n’allez jamais à l’hôpital, n’utilisez pas d’éléctricité et d’une manière générale ne profitez de rien de ce que la société finance ou a financée par l’impôt...
          Sinon toute votre prose égocentrique s’écroule comme un vieux soufflet et vos idées libérales du ’chacun pour moi’ paraitront pour ce qu’elles sont en réalité : un repliement sur soi, un autisme à la société...


        • Fergus Fergus 21 avril 2011 11:42

          @ Eric.

          Il ne s’agit pas pour votre cadre d’acheter plus petit (sauf à vouloir absolument rester dans le même quartier hypercoté) mais de déménager dans un quartier moins cher, le cas échéant en bénéficiant d’une surface et d’un confort supérieurs (exemple : en passant du Marais au 12e arrondissement, et a fortiori au 20e !). Qui plus est, tout votre raisonnement reste basé sur des cas particuliers qui ne reflètent pas, loin de là, la réalité du pays et les prix moyens de l’immobilier des métropoles régionales (même pas besoin d’évoquer les petites villes !).

          Une loi ne doit pas être construite pour répondre à quelques rares cas individuels mais à la situation du plus grand nombre.

          Je note en outre que le sort des classes populaires précarisées et contraintes à de longs et épuisants trajets domicile-travail pour se loger à prix raisonnable dans des cités dortoir, ou le cas, encore plus dramatique, de ceux qui sont contraints de vivre dans des locaux exigus et insalubres semble moins vous émouvoir que celui des malheureux potentiellement exposés à l’ISF...

          Bonne journée.


        • eric 21 avril 2011 12:08

          A krusty, Et vous parlez d’égocentrisme ! Je vois que vous n’avez pas besoin que l’on vous brosse les pompes, concernant l’autosatisfaction éthique, vous vous débrouillez tous seul. C’est l’onanisme du social. Vous devez faire parti des gens qui se demande pourquoi les pauvres votent a droite prouvant par la que les observateurs extérieurs et intéressés par la politique sociale ne semblent pas reconnaitre en vous les qualités que vous vous prêtez. En ce qui concerne l’humanisme, vous devez confondre. C’est une pensée liberale, issue assez largement du protestantisme, dont l’éthique économique porte le nom de liberalisme. Cela commence avec la traduction de la bible par Erasme pour que tous le monde puisse la lire. Rien a voir avec le marxisme et ses différents avatars qui sot une regression vers la pensee primitive neo paienne, en laquelle les symboles sacres et les incantations sont plus important que les realites et les gens. Confere l’ISF et l’impot sur les succession. Quant a votre nouveau pléonasme de gauche, la « civisme sociale » ce n’est pas parce que cela ne veut rien dire en francais que c’est ridicule, c’est parce que vous avez le choix entre récupérer 100 milliards d’euro pour améliorer la situation sociale en améliorant l’efficacité de l’État de 10 pour cent, ce que n’importe quelle boite privée parvient a faire en période de difficultés ou 7 milliards en doublant l’impôt sur les successions et que c’est évidemment la seconde solution qui vous intéresse vivement.
          En ce qui concerne votre remarque debilissime sur l’utilisation des routes et des impôts, j’ai déjà vu. C’est curieux comme vous vous répétez les uns les autres. C’est soit tout Etat, soit pas d’Etat. Cela doit etre ce que Coluche appelait l’esprit d’équipe avec un grand L. Être pour des impôts raisonnables et surtout pour leur utilisation raisonnée n’est pas être hostile aux impôts. Du reste, il n’existe d’impôts de service public et de société « civile civique citoyenne » que dans les pays capitalistes libéraux. Maintenant, on est pas oblige de regarder les beautes qui nous entourent, on peut préférer les plaisirs solitaire de se remâcher des fantasmes.


        • eric 21 avril 2011 12:19

          A fergus : c’est parce que je me place sur votre terrain. Pour les gens qui vivent mal ou loin, 100 milliards d’euro (10% d’amélioration de efficacité de la dépense publique voir mes autres commentaires) , il y aurait de quoi faire... ! C’est faisable, c’est possible et c’est urgent. Mais non, ce qui vous intéresse, c’est les 7 milliards de ceux qui ont déjà un logement et comment se débrouiller pour qu’ils vivent plus a l’étroit. Eraser ce qui dépasse vous passionne plus que tenter de faire vraiment quelque chose pour ceux qui en ont besoin. A nouveau, on a le droit, mais appeler cela une préoccupation sociale......
          Je note que :
          "le sort des classes populaires précarisées et contraintes à de longs et épuisants trajets domicile-travail pour se loger à prix raisonnable dans des cités dortoir, ou le cas, encore plus dramatique, de ceux qui sont contraints de vivre dans des locaux exigus et insalubres semble moins vous émouvoir que celui des "bienheureux insuffisamment exposés à l’ISF..."

          Bonne journée.


        • Krusty Krusty 21 avril 2011 14:19

          (Eric) « A krusty, Et vous parlez d’égocentrisme ! Je vois que vous n’avez pas besoin que l’on vous brosse les pompes, concernant l’autosatisfaction éthique, vous vous débrouillez tous seul. »

          Heu... A vrai dire je ne vois pas dans mon texte ou je fais preuve d’autosatisfaction. Alors de « l’autosatisfaction éthique »...Outre le fait que ca ne veut rien dire, je vois pas...

          (Eric) « C’est l’onanisme du social. »

          Préférable, je trouve, à l’onanisme tout court, non ? Mais sans doute qu’à votre âge (et vu la mentalité de vos posts), la veuve poignée est-elle votre unique compagne...


          (Eric) « Vous devez faire parti des gens qui se demande pourquoi les pauvres votent a droite prouvant par la que les observateurs extérieurs et intéressés par la politique sociale ne semblent pas reconnaitre en vous les qualités que vous vous prêtez. »

          Diantre !!! Mon cher Eric, vous m’avez démasqué. Sous mon maquillage de clown se cache la pire des espèces. Un individu ignoble qui éprouve de la compassion pour ses concitoyens et cherche par sa misérable existence à aider son prochain.
          J’aimerais tant être comme vous...pouvoir au travers d’un message connaitre tout de la vie, des aspirations, des pensées de mon interlocuteur...

          (Eric) « En ce qui concerne l’humanisme, vous devez confondre. C’est une pensée liberale, issue assez largement du protestantisme, dont l’éthique économique porte le nom de liberalisme. Cela commence avec la traduction de la bible par Erasme pour que tous le monde puisse la lire. »

          Hourra !! Eric a découvert...wikipédia (nb : technique courante en sarkozie, consistant à utiliser cette formidable encyclopédie pour masquer en 2 clics son inculture).
           
          Quel dommage en revanche que vous n’ayez pas lu la définition de l’humanisme entièrement. Si vous aviez au moins lu le 2ème paragraphe, vous auriez appris que, à l’instar du libéralisme, il existe plusieurs acceptations. Ainsi, l’humanisme auquel je fais référence est plutôt l’acceptation courante, celle de Voltaire, de Montaigne.

          (Eric) « Rien a voir avec le marxisme et ses différents avatars qui sot une regression vers la pensee primitive neo paienne, en laquelle les symboles sacres et les incantations sont plus important que les realites et les gens. »

          Mon film préféré ! Marx attack les libéraux...vous avez lu Marx ?
           
          (Eric) « Confere l’ISF et l’impot sur les succession. Quant a votre nouveau pléonasme de gauche, la »civisme sociale« ce n’est pas parce que cela ne veut rien dire en francais que c’est ridicule, c’est parce que vous avez le choix entre récupérer 100 milliards d’euro pour améliorer la situation sociale en améliorant l’efficacité de l’État de 10 pour cent, ce que n’importe quelle boite privée parvient a faire en période de difficultés ou 7 milliards en doublant l’impôt sur les successions et que c’est évidemment la seconde solution qui vous intéresse vivement. »

          Relisez-vous camarade, c’est du charabia...

          (Eric) « En ce qui concerne votre remarque debilissime sur l’utilisation des routes et des impôts, j’ai déjà vu. C’est curieux comme vous vous répétez les uns les autres. C’est soit tout Etat, soit pas d’Etat. »

          Ah ? Vous n’utilisez donc pas les services publiques ? J’ai parlé du tout-état moi ?

          (Eric) « Cela doit etre ce que Coluche appelait l’esprit d’équipe avec un grand L. »

          Laissez donc Coluche en paix. Son idéologie est trés loin de celle que vous défendez. La compassion, l’altruisme (vite wiki !) ne semblent visiblement pas faire parties de vos valeurs.

          (Eric) « Être pour des impôts raisonnables et surtout pour leur utilisation raisonnée n’est pas être hostile aux impôts. »

          Vous avez raison. Alors ensemble, soutenons la mesure sarkozyste permettant à la pauvre Ingrid d’économiser 30 millions d’euros !! Voilà qui est raisonnable...

          (Eric) « Du reste, il n’existe d’impôts de service public et de société »civile civique citoyenne« que dans les pays capitalistes libéraux. »

          Ah ? J’aimerais bien savoir lesquels ?

          (Eric) "Maintenant, on est pas oblige de regarder les beautes qui nous entourent, on peut préférer les plaisirs solitaire de se remâcher des fantasmes.

          Mon dieu comme je vous plains d’être dans l’incapacité d’admirer la beauté de la nature, des êtres, de tout ce qui nous entoure. Moi qui suis un admirateur des arbres, je ne peux que être décu...

          Cela dit je vous admire. Vous devez être trés souple pour n’être obnubilé à ce point, que par votre fondement.
          Et puis pour le reste, n’oubliez pas, ca rend sourd...


        • eric 21 avril 2011 15:42

          Heureux de constater vus la longueur de la réaction que mon message a touche quelque chose en vous...


        • Krusty Krusty 21 avril 2011 16:35

          @Eric

          Oula, attention. smiley Ce n’est pas parcque nous avons discuté onanisme ensemble que je me sens attiré par toi camarade...

          Plus sérieusement, je pense sincérement que votre vie centrée uniquement sur vous-même ne doit pas être trés heureuse. Je vous souhaite le temps passant, à défaut de compassion, de découvrir au moins l’empathie...


        • eric 22 avril 2011 06:16

          A Krusty : Allez j’ai 5 minute avant de prendre l’avion. La question était, un impot qui ne rapporte rien a l’Etat, qui est un faux impôt sur le patrimoine, qui pénalise l’épargne et la constitution d’un patrimoine au profit du « tout consommation », qui est difficile a recouvrer, qui et une usine a gaz d’exemptions, d’exceptions etc.. qui met des familles dans des situations difficiles, qui fait monter les loyers et le cout des logements a-t-il un sens. Est ce une priorité quand on a sous la main la possibilité de dégager l’argent nécessaire a une grande politique sociale. Votre reponse est que je dois être bien malheureux. C’est sans doute ce que l’on nomme a gauche le débat politique et le triomphe de la raison raisonnante......


        • criticaldistance 24 avril 2011 10:14

          Le discours d’éric est similaire au discours du mouvement Alternative Libérale !

          Ce mouvement néo-féodal, néo-conservateur, et non libéral, souhaite une taxation du travail plus élevée que la taxation du capital, avec un IR flat tax et une détaxation des plus values et héritage !

          Ce discours est idéologique à l’extrême et s’adresse à des idiots sensibles à ces terribles injustices subies par les riches .

          Balzac : derrière chaque grande fortune se cache un crime

          exemple : Microsoft, le crime c’est un monopole !

          Les faux libéraux en réalité néo-conservateurs, néo-féodaux, sont favorables à la concurrence, pour les autres, pas pour eux !

          Imposture !


        • Robert GIL ROBERT GIL 20 avril 2011 11:06

          Ces dernières années nous avons passé notre temps à distribuer de l’argent aux
          riches afin qu’ils soient plus riches. Nous avons donné tout ce qu’ils voulaient aux
          banques et aux grosses entreprises. Nous avons appauvri les pauvres pour qu’ils
          deviennent plus pauvres. Nous avons étranglé économiquement les classes
          moyennes et endetté la nation. Cela, nous l’avons parfaitement réussi !
          Alors que les familles de salariés arrivent difficilement à joindre les deux bouts,
          et voient sans cesse diminuer leur pouvoir d’achat, des petits malins se partagent
          des milliards d’euros de bonus, en contrepartie de bien peu de contraintes. Chaque
          jour des millions de travailleurs se battent pour garder leur emploi et conserver un
          toit sur la tête de leur famille. Ceci est la loi du marché !

          Voir ci-dessous qui coute vraiment cher a la nation :
          http://2ccr.unblog.fr/2010/10/20/les-riches-nous-coutent-trop-cher/


          • Fergus Fergus 20 avril 2011 12:24

            Bonjour, Robert Gil.

            100 % d’accord avec vous !


          • Croa Croa 20 avril 2011 14:13

            S’il te plait,

            un peu moins de « nous » ! smiley


          • LA MEILLEURE ARME DES TRES RICHES /LE DON MANUEL QUI PERMET DE VERSER DE TRES GROSSES SOMMES AUX ENFANTS ET PETITS ENFANTS...QUI VOUS REVERSENT DISCRETEMENT LA PLUS GROSSE PARTIE....ET LE TOUR EST joué..

            sinon essayez de faire un gros don a l UMP ET A QUELQUES DEPUTES...on touvera un clone de l’affaire bettencourt ( qui payerati seulement 4% d’impot...) pour vous aider a bercy...n’hésItez pas a donner aussi une pincée aux avocats d’affaires...

            PLUS ON EST RICHE PLUS ON FAIT DES AFFAIRES....TOUSENSEMBLE


          • Traroth Traroth 21 avril 2011 10:38

            Non, mais vous n’avez rien compris. C’est la faute des immigrés, en fait. Si, je vous assure, c’est Guéant qui l’a dit. Et Le Pen aussi ! C’est forcément vrai, alors, non ?

            Non ?


          • Fergus Fergus 22 avril 2011 10:00

            Bonjour, Traroth.

            Le sarkozysme consiste, trop souvent, à jeter l’opprobre sur des boucs émissaires commodes. En cela, Guéant est dans la droite ligne de son mentor.


          • BA 20 avril 2011 11:10
            Liliane Bettencourt ne paye que 4 % d’impôts, selon le Canard enchaîné.

            La fin du bouclier fiscal et la réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ne bouleverseront pas la vie de Liliane Bettencourt. 

            Au contraire : pendant un an ou deux, révèle le Canard enchaîné, la femme la plus riche de France verra « sa ponction fiscale divisée par quatre, passant -pour l’impôt sur le revenu et l’ISF- de 40 millions (en 2010) à 10 millions. A comparer avec des revenus tournant autour de 250 millions ». 

            Soit « un taux d’imposition direct global d’environ 4 % de ses revenus effectifs, soit le taux appliqué à un contribuable touchant 1 300 euros net par mois », assure le journal. 

            Selon le Canard, l’explication est la suivante : avec la réforme, le taux de l’ISF est divisé par 3 (0,5 % contre 1,80 % au maximum actuellement), afin de compenser la fin du bouclier fiscal. Or, ce dernier est calculé sur les revenus perçus deux années plus tôt. Pour 2011 et 2012, « les contribuables soumis à l’ISF auront donc le beurre et l’argent du beurre : le taux réduit et le remboursement du bouclier fiscal », écrit le Canard. 


            • Fergus Fergus 20 avril 2011 12:30

              Bonjour, Ba.

              Merci pour ces précisions. On est bien loin des projections avancées et sans doute n’avons-nous pas fini de découvrir les effets pervers de cette réforme fiscale. Gageons en outre que les fiscalistes, très bien rémunérés par les grandes fortunes sauront exploiter aux mieux des inétrêts de leurs clients les failles du système. Des failles dont on ne saura jamais si elles résultent d’une maladresse des pouvoirs publics ou d’une volonté souterraine de ne pas froisser ceux qui financent les campagnes électorales...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès