Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nouvelle saignée au Parti socialiste

Nouvelle saignée au Parti socialiste

Bernard Kouchner, Eric Besson, Jean-Marie Bockel, Fadela Amara, Martin Hirsch..., on ne compte plus les défections dans les rangs socialistes. Aujourd’hui, c’est Jack Lang qui claque la porte de la rue Solferino. Menacé de suspension s’il acceptait de participer à la commission sur la réforme des institutions voulue par Nicolas Sarkozy, l’ancien ministre a pris les devants en démissionnant mercredi du secrétariat national et en suspendant sa participation au bureau national du parti.

Autre point de discorde qui fait grincer des dents la direction socialiste, la candidature de Dominique Strauss Kahn à la tête du FMI, pressé par Nicolas Sarkozy lui-même. Le soutien du président de la République est-il promu par des considérations de politique intérieure qui visent à ébranler encore un peu plus la structure socialiste ? Croire le contraire relèverait certainement de la naïveté. Sur ce terrain, le président de la République n’a rien à envier à son prédécesseur.

L’ouverture tous azimuts pratiquée par le président Sarkozy n’est pas sans rappeler le discours du candidat Bayrou qui prônait un gouvernement d’union rassemblant les talents de droite et de gauche. Sur cette base le président de la feue UDF s’était placé en troisième position au soir du premier tour, preuve que sa théorie avait reçu un écho auprès de 18 % des électeurs. Nicolas Sarkozy l’a bien compris. Une fois élu, le président s’est attaché à composer un gouvernement d’ouverture et à débaucher les talents socialistes.

Embarrassé le Parti socialiste se recroqueville sur lui-même. La « rénovation » est sur toutes les lèvres, mais les réflexes claniques perdurent. Au moins, les démissions successives des éléphants de Jack Lang à Dominique Strauss Kahn en passant par Laurent Fabius sont de nature à injecter du sang nouveau. Au-delà des choix idéologiques qui sont ceux du Parti socialiste, ce renouvellement générationnel est de bon augure pour la santé et la vitalité de la démocratie. Il reste au PS à transformer l’essai en engageant la fameuse « rénovation ». Mais pour que celle-ci soit effective, l’opposition ne fera pas l’économie d’une mue idéologique.

Quant à la sincérité de la fameuse ouverture version Sarkozy, le sort qui sera réservé aux contre-propositions de Martin Hirsch fournira un premier élément de réponse. Sur bien d’autres chantiers, tel celui de la réforme des institutions, il sera de l’intérêt général que l’ensemble des formations politiques soient consultées et entendues.


Moyenne des avis sur cet article :  3.69/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 12 juillet 2007 10:22

    Sègolène Royal dans sa folie du pouvoir aura détruit toutes idées socialistes et les écarts de conduites pour passer alliance avec des « centristes démagos et populistes » aura choqué plus d’un citoyen de gauche.

    Le PS ,durant ces dernières années,a plivilègié un électorat qui n’est pas le sien : le BOBO ,au détriment des classes ouvrières et moyennes.

    Il s’est produit une rupture dans la démarche,dans les idées et la confusion du personnage représenté par Me ROYAL

    Aujourd’hui,tous les grandes figures du PS,que Ségolène Royal ne voulait pas,vont quitter le navire PS,qui ne sert plus à rien en France.

    La France à besoin d’un grand parti de gauche aux idées modernes et progressistes,elle ne veut pas d’un parti qui propose la compassion sociale comme idéal de société


    • le mave 12 juillet 2007 11:07

      Tout à fait d’accord ,le PS ne sert à rien ,si ce n’est à capter les voix de « gauche » et à empècher l’émergence d’un vrai parti de « gauche » .

      Que le PS explose en plein vol est la meilleure nouvelle de cet été .

      Le départ des Straus Kahn ,Lang et autres ne peut que me réjouir ,les dirigeants du Ps montrent leur vrai idéal politique :nourrir leur ego surdimensionné de titres honorifiques (avec les avantages qui s’y rattachent.

      Bon appétit messieurs dames ,et bon débarras .


    • Djanel 12 juillet 2007 11:17

      à Mave

      Vous n’avez pas l’air de connaitre Lerma. Il n’est pas sérieux. Il ne se donne pas la peine de lire les articles. Il pond ses commentaires comme une poule au lever du jour. Il dit ce qu’il pense, il pense ce qu’il dit, il dit ce qu’il pense, c’est comme jusqu’à l’infini.


    • le mave 12 juillet 2007 11:37

      si si je connais Ierma, c’est soit un provoc ,soit un vieux con . J’opterais pour la première solution , quoiq’un panaché des deux....

      Mais je maintiens ,je suis d’accord avec lui , le PS ne sert à rien .

      Pour le reste tout m’oppose à lui.


    • notregeneration ales 12 juillet 2007 11:52

      La vraie question c’est qui peut faire la rénovation ? Je pense que Ségoléne a toute ses chances car là Hollande reste vraiment seul !

      Mais Ségolène a toutes les raisons pour se planter :

      * Elle a la moitié du PS contre elle dont les destructor s : Hollande, Fabius and co, * Le PS est sûr de faire moins au Européenne et au Régionale donc de futur échec.

      Donc si DSK accepte le poste, il ne court que sur une durée de cinq ans... Puis il nous fait une Prodi, c’est à dire revenir sur la scène politique Française 6 mois avant l’élection présidentielle de 2012 comme le sauveur de la gauche... Mais bon ça ressemble à de la science fiction...

      http://notregeneration.com


    • Djanel 12 juillet 2007 13:11

      C’est facile de dire que le PS ne sert à rien. C’est le plus vieux parti politique de France. Il est à l’origine de toutes les avancées sociales avec son frère de lait. Il sera difficile à Sarko de s’en débarrasser. Je ne crois pas d’ailleurs qu’il le veuille. Il aura besoin d’un interlocuteur en face de lui à un moment ou à un autre.

      A l’origine le parti socialiste est un parti ouvrier qui s’est battu pour être reconnu. Sa force réside dans son électorat. Sans ses électeurs, le parti socialiste n’est plus rien. Qui sont ses électeurs ? Peut-on les faire disparaître ? Non mais ils pourraient se radicaliser, ce qui n’est pas de bon augure.

      Ce qui se passe aujourd’hui, c’est une sorte d’épuration. Ceux qui ont adhéré comme d’autre fond carrière dans l’épicerie s’en vont au chant des sirènes voir si n’y aurait pas quelque opportunité ailleurs. Tant mieux parce qu’ils commençaient à donner des ordres.

      Pour beaucoup de gens, le comportement de Jaques Lang est une surprise. Pas pour moi, il ne m’a jamais convaincu. D’ailleurs dans les années 80, on le surnommait le chouchou. De qui ? Vous le devinez très bien.


    • Cédric 12 juillet 2007 14:22

      Voilà un commentaire très intéressant. Royal serait donc responsable des choix de Kouchner, Bockel, Vedrine et cie ? Autant d’adultes responsables qui ne seraient pas capables de faire leurs propres choix sans que quelques forces obscures ne soient à l’oeuvre, voilà une thèse qui ne peut que réjouir les adeptes des théories du complot. Regardons les choses avec un peu plus de sérieux. Si ces personnes se permettent de faire cela, je mets à part les cas de DSK et Lang, c’est simplement parce que la discipline de parti, ce vilain mot, a été brisé depuis le référendum. Et qui s’est chargé de faire cela ? Les partisans du non qui, après avoir fait fi du résultat d’une consultation interne qu’ils avaient pourtant demandé, ont fait campagne contre leur propre parti et qui, à la différence de Chevènement, n’avaient pas pris congé du PS pour ce faire. En conséquence les premiers responsables sont beaucoup plus des personnalités comme Fabius, Mélenchon ou Emmanuelli. Ceci a d’ailleurs permis à l’aile libérale et aux jospiniens de faire une campagne pour le moins paradoxale durant la présidentielle. Un DSK prenant plus que son temps pour clarifier les choses quand Bayrou lui faisait de l’oeil, un Védrine qui se répandait en off auprès des journalistes, ne parlons même pas d’Allègre. Après ça, c’est sûr, tout est de la faute de Royal.

      Ajoutons à cela l’incapacité de Hollande de faire preuve d’autorité quand il fallait le faire et d’aujourd’hui verser dans un excès de zèle où un Lang est traité de la même manière qu’un Védrine. Pourtant le premier va dans une commission où des personnes comme Schrameck sont présentent pour réfléchir sur l’évolution de nos institutions (ce qui dépasse le clivage droite-gauche) alors que le deuxième se voit transformé en ersatz de Xavière Tibéri quand on lui commande un rapport sur la mondialisation.


    • Dr Rached Trimèche Dr Rached Trimèche 14 juillet 2007 13:46

      effectivement seule Ségo peut faire du Parti Socialiste un nouveau parti !

      Pas un RAssemblement Pour Rigoler (RPR) mais un Rassemblement Pour Avancer, RPA

      Actuellement, Sarko fait feu de tout bois et débauche de partout (et continuera à le faire) pour assoir encore plus son pouvoir et amoindrir toute pseudo-opposition , comme dans une Royauté !

      Vivement Royal Vivement Une République


    • impertinent3 impertinent 15 juillet 2007 14:10

      Je vis à l’étranger et j’ai donc un peu de recul par rapport aux français de France.

      Ce qui me pose problème, c’est la consternante médiocrité (pour ne pas dire nullité) du personnel politique français, qu’il soit de gauche, de droite ou des extrêmes des deux bords. Lorsque ce personnel n’est pas médiocre, il est carriériste, arriviste, affairiste et ne pense qu’à ses intérêts particuliers.

      On a l’impression qu’au sortir de l’ENA (ou de quelque autre grande école), certains se posent la question : « quelle est le parti qui m’offre maintenant les meilleures opportunités ? l’UMP ? alors je suis UMP ! le PS ? alors je suis PS, etc ». La politique semble être une carrière comme d’autres sont bouchers, ingénieurs ou maçons. Navrant.

      Pourtant, je suis persuadé que dans le pays, il y a un grand nombre, une majorité, de militants (quelque soit le bord politique) qui sont compétents, dévoués, qui se sont inscrits pour promouvoir leurs idées, malheureusement, ils sont bloqués par la chape de plomb des copains (et parfois coquins) situés au dessus et qui sont, depuis des décennies aux commandes (de nouveau, tant à droite qu’à gauche).

      Pour pouvoir réellement changer les choses, il faudrait faire en telle sorte qu’il ne soit pas possible de faire une carrière politique. Par exemple en interdisant strictement, par voix légale, tout espèce de cumul, fini les députés-maires, fini les maires-conseillers généraux, etc. De même, une limitation stricte du nombre de mandats, par exemple un maximum de 2 mandats à un certain niveau de responsabilité.

      Bon, on peut toujours rêver ! Tant il est vrai que ceux qui concoctent les lois sont aussi ceux qui bénéficient du fromage politique.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juillet 2007 00:20

      Pierre JC Allard

      J’ai pensé beaucoup de bien de SR ; j’avais été obnubilé par ses premiers suces faciles qui me l’avaient fait croire habile. Elle ne l’est pas. Pour qu’une vraie gauche naisse, « du passé, faisons table rase... » D’elle et des autres de la direction PS.

      http://www.nouvellesociete.org/5148.html

      Pierre JC Allard


    • patrice 12 juillet 2007 11:15

      Il n’y a pas de nouvelle saigné au PS,

      permettez moi de vous rappeler que Monsieur Martin Hirch n’a jamais été membre du PS que Monsieur Khouchner n’a été membre du PS que depuis 1998 parler de saigné pour Besson Bockel c’est leur faire beaucoup d’honneur.

      Vous gagnerez beaucoup à vous occuper de votre propre parti je viens d’apprendre que votre parti existe encore. Cette tache noble est plus importante pour vous je crois que de commenter sur un parti que vous semblez très peu connaître.

      Revenez commenter après les municipales, nous verrons pour Jack Lang entre autre...

      Bon courage.


      • Bulgroz 12 juillet 2007 11:53

        Oui, Patrice, t’as raison, le PS est en pleine forme, sa nouvelle plateforme politique fait un tabac.

        Et pendant ce temps là, Ségo est à la plage en Corse et attaque Paris Match pour violation de vie privée.

        Qu’il est le loin le temps où la madone convoquait la presse pour l’admirer dans sa chambre d’accouchement.


      • Djanel 12 juillet 2007 13:44

        Ce que vous dites à l’air de plaire votre compteur de popularité affiche plus six. Demain je voterai avec le chant des cigales pour BULGROZ. Pourquoi il foutu un Z dans son speudo. Zorro est arrivé avec la jaquelang pendante.


      • Anto 12 juillet 2007 15:51

        mais d’ou vient cette douce certitude qu’a le PS qu’il va ecarteler la majorite aux prochaines municipales ? D’ou vient cette conviction que, si NS s’agite aujourd’hui, c’est parcequ’il redoute cet eventuel contre coup ? Pourquoi, apres deux revers electoraux en l’espace d’un mois, le PS refuse toujours de parler de defaite et de remise en question ?


      • rem 12 juillet 2007 15:51

        Certes beaucoup de militants socialistes ont pu trouvé un poste. C’est bien pour eux, le partage du travail sans doute.

        Mais dans le système actuelle, les pouvoirs nationaux sont autrement plus important que les les élus locaux. Si le parti socialiste se réjouit d’être un parti d’élus locaux qu’ils continuent comme ça.


      • Anto 12 juillet 2007 16:55

        Je ne vois pas les choses comme ça. Le resultat des dernières elections est la consequence :

        1) du mode de scrutin en deux tours

        2) de la crainte d’avoir un majorité trop omnipotente à l’assemblée (cet argument decisif ne jouera plus pour les locales)

        3) de la vista politico-politicienne de fabius epinglant borloo sur la tva sociale.

        Au premier tour des legislatives, la berezina rose etait la plus totale, c’est une fait. Nulle part il n’a été fait mention d’un elan pro-PS au second tour, mais d’un barrage anti UMP/Sarkozy. Ces circonstances qui font que la défaite du PS a été moins lourdes que prévue, ne sont pas des signes d’espoirs...

        Enfin moi je dis ça je dis rien. En dehors de toute convictions idéologique, je constate juste que les cadres du PS se reposent sur une defaites pour expliquer une victoire future. C’est un peu leger. Si Patrick Bruel était leur directeur de com’, il ne ferait pas de bluff plus mauvais...

        Mais vous avez sans doute raison, je n’ai rien remarqué (avec trois points d’exclamation). Que voulez vous je ne perçoit que le reflet de la surface de la partie emergente de l’iceberg. Je ne pose que des questions cons...Mais grace a vous tout c’est eclairé. Moi aussi j’ai la foi maintenant


      • farahmi 12 juillet 2007 11:38

        Même s’il faut bien un renouvellement générationnel,il faut garder aussi des gens d’expérience et de terrain politique,comme DSK.S’il partent,le Parti Socialiste perdra de son aura et de son autorité auprès des électeurs socialistes. Il faudra que les lions et les éléphants fassent équipe malgré les divergences qui peuvent exister entre eux,sinon le PS va droit dans le mur. Il s’y approche dangeureusement.


        • farahmi 12 juillet 2007 12:06

          Oui mais DSK ne pourra faire aucun mal à Sarko,justement parce qu’il sera au FMI...


        • Djanel 12 juillet 2007 14:03

          Pour quoi inventer des mots ? Générationnel ce n’est pas beau. On doit dire : renouvèlement de génération. Mais comme tout le monde parle ainsi, çà finit par devenir lassant et vulgaire.

          S’il faut améliorer le français, on pourra à partir de votre trouvaille construire un nouveau pour en mettre plein les oreilles aux imbéciles qui nous écoutent : Générationnalité . J’ai vérifié dans le dictionnaire parce j’ai peur d’inventer un mot qui existait déjà.Comme quoi, on apprend tous les jours.


        • Yoann Gontier Yoann Gontier 12 juillet 2007 14:20

          Cher Djanel, Quand je parle de renouvellement générationnel je n’invente rien le terme existe dans le dictionnaire : c’est un adjectif défini comme « qui concerne une génération, les relations entre les générations » ; on dit bien d’ailleurs « un conflit générationnel ». Vous préférez « renouvellement des générations », c’est une question de tournure mais je ne pense pas que ce soit là ce qui est fondamental. Si je voulais tomber dans le lassant et le vulgaire comme vous le laissez sous entendre, je vous rappellerai qu’en matière de bon usage de la langue française, la candidate socialiste à la présidentielle est un modèle, cf l’épisode de la « bravitude »....


        • Anto 12 juillet 2007 14:57

          Pour DSK, s’il prend effectivement la tete du FMI, il signe pour 5 ans. Meme s’il « fait bien son travail », il ne pourra pas en profiter pour les prochaines echeances electorales quelles qu’elles soient.


        • Djanel 12 juillet 2007 15:03

          A l’auteur

          Peut-être que vous avez raison mais cet adjectif n’est pas dans médiadico. J’ai regardé avant pour être sur. Ce n’est pas une référence.

          Mais néanmoins cet adjectif ne sert à rien on peut l’exclure de son vocabulaire parce qu’il n’apporte pas de concept supplémentaire. Il ne prend sa signification qu’avec sa racine. Génération. Du reste ce n’est qu’une question de style.


        • Bulgroz 12 juillet 2007 15:17

          Yoann Gontier, 490 voix dans la 1ière circonscription de l’Eure, soit 1,01% des 49194 votants. Même le CNPT a fait plus avec 590 voix.

          Pas mal, pour un représentant de la renouvellation générationaliste.

          Son plus gros score, 1.72% soit 2 voix dans la seule commune importantissimesque de Champigny-la-Futelaye (27220). Pas de bol, même là, le CNPT fait le double avec 4 voix.


        • Yoann Gontier Yoann Gontier 12 juillet 2007 16:23

          On peut parler de mon résulat à la dernière législative, cela ne me pose aucun problème même si je ne pense pas que ça apporte quelque chose de plus au débat ici. Effectivement, j’étais candidat sur la 1ère circonscription de l’Eure en juin dernier. Effectivement, j’ai réuni 490 voix, soit 1.01%. Effectivement, le score n’est pas glorieux et j’espérais mieux. Mais pour une 1ère élection en tant que titulaire, à 23 ans, benjamin des candidats sur la région, avec un budget de campagne 10 fois inférieur aux « grands partis », je ne suis pas si mécontent de moi. Il n’y a qu’à regarder le score de mes concurrents. Aucun ne peut se targuer d’avoir fait un superbe score. Pour moi, cette élection constituait un point de départ, une 1ère étape. Je rajouterais juste que j’ai effectivement incarné le changement de génération dans cette élection et les messages de sympathie que j’ai pu recevoir au cours de la campagne m’ont conforté dans l’idée que les gens en avaient ras le bol qu’on leur présente toujours les mêmes têtes. Vous voilà rassuré, mon résultat aux législatives n’a pas ébranlé ni mes convictions ni ma volonté de vouloir devenir acteur du changement.


        • Bulgroz 12 juillet 2007 18:28

          Sur les 10 circonscriptions de l’Eure et du Calvados où Génération Ecologie avait un candidat, le score moyen est de 0,9%.

          Je pense donc qu’il s’agit de candidatures d’opportunité destinées à saisir le pognon des élections. Ces candidatures ne servent pas la démocratie mais la dévoient.

          Penser qu’un jour, tout seul, vous pourrez influer sur les décisions me fait doucement rigoler.

          J’ai bien lu la plateforme électorale, les 52 pages d’« une planète d’avance », vos 7 urgences sont :

          Sauver la planète (normal, qui ne le veut pas, même les chinois voteraient Génération Ecologie)

          Protection de la biodiversité

          Réconcilier Economie et Ecologie

          Une Nouvelle Gouvernance

          Promouvoir l’égalité des chances

          Relever le défi de la santé

          Positionner la France en Europe et dans le monde

          Je ne retiens qu’une chose et je termine :

          Dans l’urgence numéro 5 « Relever le défi de l’Egalité des chances, comment ? », je lis :

          Une politique de recherche ambitieuse constitue le catalyseur d’une véritable politique de développement durable.

          La Recherche constitue un axe majeur d’une politique d’innovation et d’emploi.

          Mes propositions :

          • Convoquer de nouvelles « Assises de la Recherche » afin de mettre en place une nouvelle loi cadre de la recherche à la place de celle de 2006 qui n’a pas été négociée avec les chercheurs mais imposée par le gouvernement.

          • Indexer durablement le budget de la recherche à 3% du PIB. Les activités dédiées à l’environnement représentent un vivier de 400 000 emplois à créer.

          Qu’est ce que cela à voir avec l’égalité des chances ? On va négocier 3% du PIB avec les chercheurs, pour chercher quoi ? La plaquette politique limite boy scout est bonne à refaire.

          Cela me confirme dans l’idée que vous n’êtes qu’une bande d’artistes rigolos prêts à amuser le passant. La politique, c’est bien plus compliqué.

          Sans méchanceté, bien sur et bonne rigolade pour la suite !!!

          Au fait,pour qui avez vous voté au 2ième tour ?


        • Yoann Gontier Yoann Gontier 12 juillet 2007 20:15

          Croire que l’on s’engage dans une campagne comme celle des législatives juste par opportunité ou pour récolter un financement public, c’est bien mal connaître la charge que représente le fait d’être candidat.

          Sur le programme, je suis rassuré il n’y a que l’axe Egalité des chances qui vous interpelle (et encore c’est le sous cahpitre recherche de l’urgence Egalité des chances).

          Quoi qu’il en soit, j’arrête ici les commentaires qui n’élèvent pas le dabt. Faîtes en de même avec vos critiques stériles. Je suis près à débattre, je n’aime pas la langue de bois mais les critiques gratuites, qui répondent très certainement à un intérêt qui est le vôtre, ne m’intéressent pas.


        • NEUF 12 juillet 2007 20:43

          je cite Yoann Gontier : « je suis investi dans le champ politique... » Question : >Investi par qui ? 19 smiley


        • caramico 12 juillet 2007 11:44

          Ce n’est pas une saignée, c’est une purge, un lavement !


          • Lilian Lilian 12 juillet 2007 12:04

            Je tenais à signaler , avant que ça degenère comme ça ne va pas manquer de le faire, que vos propos sont très interessants. Je n’ai pas d’opinion particulière sur le PS mais les commentaires et le débat sont enrichissants pour une fois smiley. En fait, il faut venir tôt sur les forums pour lire des choses constructives.


            • Yoann Gontier Yoann Gontier 12 juillet 2007 13:18

              Merci pour votre commentaire Lilian. Les commentaires ne vont pas manquer de dégénérer, les stéréotypes et les formules toutes faites vont fuser c’est certain. Il n’y a qu’à lire certains des commentaires qui sont postés plus bas. C’est ce qui est paradoxal avec Internet : les médias tel Agoravox permettent de nouvelles formes d’expression, d’échange, de discussion, de débat ... mais trop souvent la qualité s’en trouve biaisée par les vieux réflexes claniques et manichéens. Quoi qu’il en soit, sachez que cet article est également en ligne sur mon blog et que vous pouvez le commentez à l’adresse suivante : http://yoann-gontier.over-blog.com/


            • Max 12 juillet 2007 12:11

              Le PS est un parti de nantis et de privilégiés, presque que des fonctionnaires d’Etat (enseignants, et autres), des fonctionnaires territoriaux, et des salariés d’entreprises protégées (edf, gdf, sncf, ratp, et autres).

              Par exemple, un ouvrier, un travailleur, ça paye deux fois les retraites, une fois à travers ses cotisations (pour payer les retraites actuelles, en espérant que dans le futur, il y ait du monde pour payer la sienne) et à travers ses impôt, il paye la retraite des fonctionnaires et assimilés.

              Un ouvrier, un travailleur, ça a sa retraite à 60 ans, pas 55 voire 50.

              Un ouvrier, un travailleur, ça a sa retraire calculée sur 25 ans, pas 6 mois.

              Un ouvrier, un travailleur, ça cotise pour sa retraite plus longtemps que les salariés du secteurs public et assimilé.

              Un ouvrier, un travailleur cotise à l’unedic / assedic et aide les chômeurs par la même, pas les salariés du secteur public et assimilé.

              Un ouvrier, un travailleur, ça n’a pas un emploi à vie, y compris quand on fout plus rien.

              Un ouvrier, un travailleur, travaille dans une entreprise soumise à la concurrence, souvent international.

              La liste pourrait être longue...


              • bushrie 12 juillet 2007 12:21

                Sur ! Vivement le retour au XIXé Siècle , au moins on sera tous exploités et il n’y aura plus de jaloux ni de nantis ... Tous tous seuls , tous tous seuls ,ouais, ouais !


              • Djanel 12 juillet 2007 14:12

                Le parti socialiste est devenu, vous avez raison, un parti pour milliardaire de gauche. Les prolos de la haute finance qu’il faut plaindre à cause des impôts qu’ils paient pour entretenir les privilèges des mecs au RMI.


              • Bulgroz 12 juillet 2007 12:28

                Pour se désabonner du PS en seulement 33 clics :

                http://www.desabonnement-ps.fr


                • caramico 12 juillet 2007 12:33

                  Moi je vois plutôt un mouvement inverse, une fois les vieux pachydermes partis.


                • haddock 12 juillet 2007 12:41

                  Mais c’ est quoi donc exactement la gauche ? Ca sert à quoi faire ?


                  • phildur 12 juillet 2007 13:16

                    Quelqu’un peut-il me confirmer que DSK etait pressenti au FMI avant que Sarko ne récupère le bébé pour lui « ouais j’ai une super idée on met DSK au FMI ! »


                    • Djanel 12 juillet 2007 14:27

                      oui il y a un article là-dessus. Je ne me souviens pas de son titre. Il a éte désigné avant par Prodi, par Junker par l’espagne et ensuite Sarkozy qui a dit qu’il soutiendrait sa candidature. Il n’y a pas de problèmes ici parce que FMI est une juridiction internationale indépendante des autorités françaises. Ce n’est pas la France qui nome ce fonctionnaire mais les pays européens.


                    • Anto 12 juillet 2007 14:52

                      le FMI n’est pas une institution europeenne. Les pays europeens designent leur candidat a sa tete mais c’est bien le Board du FMI qui prend la decision en derniere instance. Certes c’est souvent le candidat du vieux continent qui est retenu, mais, en l’occurrence, ce n’est pas une garantie d’avoir le poste, aujourd’hui moins que jamais. D’ailleurs, le CA du FMI l’a clairement fait comprendre...


                    • PiRK 12 juillet 2007 13:35

                      Bonjour,

                      Suis le seul a penser que ceux que certains ici appellent « les vieux pachydermes » sont les seuls a etre pragmatiques en apportant leurs opinions et competences, alors que les autres se crispent sur des ideologies et des clans au point de refuser de faire progresser le debat sous pretexte que leut clan ne preside pas les debats ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès