Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > NPA : Nouveau Parti d’Action directe

NPA : Nouveau Parti d’Action directe

Olivier Besancenot n’en démord pas : l’ancien terroriste Jean Marc Rouillan, encarté au NPA, demeure son ami, n’en déplaise aux juges, au PS ou à la bonne morale. Il appelle à une manifestation de soutien au condamné, au nom de la « liberté d’expression ». Sans rire.

Il était une fois une gentil postier, rond de joue et discret de sourire, énervé pour tout ce qui touche aux inégalités sociales, batteur de pavé et agitateur de banderole, qui avait rejoint un parti pseudo révolutionnaire, rouge sombre et suranné, dénommé « Ligue Communiste Révolutionnaire ». Une sorte de gauche de la gauche, ou gauche ultra, comme dirait Emmanuelli. Le gentil postier, toujours facteur malgré ses activités médiatiques, candidat tout le temps et agacé en permanence contre ce méchant capital dont le sang impur abreuve nos campagnes, qui n’avaient rien demandé, Olivier Besancenot, puisque c’est son nom, devint en moins de temps qu’il n’en faut pour madame Royal de changer de tunique bleue, un des piliers de cette gauche dite caduque, antique, préhistorique qui d’un seul coup d’un seul se révéla porteuse de jeunesse, d’espoir et de promesse, même pour Joey Starr, poteau du postier, fan de NTM. Jusqu’ici tout allait de soi pour l’employé PTT, qui additionnait les bons points tandis qu’à ses côtés la gauche se divisait, s’aplatissait, et finissait presque par disparaître à force d’invraisemblances. Le jeune Olivier, désormais bien rodé aux questions des journalistes, se permit même le luxe d’effacer le « révolutionnaire » de la Ligue, histoire de balayer d’anciens fantômes moches et lourds, pensait-on. Jusqu’ici tout allait bien…jusqu’à ce que Jean Marc Rouillan se mette à parler.

Jean Marc Rouillan, révolutionnaire d’opérette, rejeton légèrement attardé d’un soi disant élan libertaire des années 68, qui s’était compromis avec sa compagne et quelques amis dans un groupuscule anarcho-intégriste qui avait pour objectif de faire payer ces salauds de grands capitalistes pour le mal qu’ils faisaient, aux usines ou dans les têtes. Action Directe, puisque c’était le nom du mouvement, fit régner une certaine terreur chez les politiques et les policiers jusqu’au début des années 80, jusqu’à l’assassinat lâche et injustifiable de George Besse, alors patron de la régie Renault. Les membres d’Action Directe furent arrêtés dans une ferme du Loiret en 1987, puis condamné, plusieurs fois, à de lourdes peines de la prison, dont la perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 18 ans. Mais aujourd’hui, Rouillan, est libre. Enfin, était libre. Régime de semi liberté depuis septembre 2007. Régime assortie d’une obligation de ne pas évoquer en public son passé de terroriste. Rouillan d’abord se tait, adhère au mouvement de Besancennot, puis accepte une interview à l’Express. Et là, patatras, l’homme, plus méchant qu’intelligent, se laisse emballer et à une question sur l’assassinat de George Besse et explique confusément qu’il ne peut en parler puisqu’il ne le regrette pas. : "Le fait que je ne m’exprime pas est une réponse. Car il est évident que, si je crachais sur tout ce qu’on avait fait, je pourrais m’exprimer. Par cette obligation de silence, on empêche aussi notre expérience de tirer son vrai bilan critique", dit-il. Une phrase pas nette, interprétée comme une absence totale de regrets par les journalistes, la gauche, la droite, et beaucoup d’amis de Besancenot. Plus loin dans l’interview Rouillan affirme qu’il pense encore aujourd’hui que dans certains cas la lutte armée est nécessaire.

Rouillan ne se renie pas, la belle affaire : a-t-on jamais vu 20 ans de placard rendre un homme meilleur, plus juste, plus tolérant, plus philosophe ? Entre les murs une bête demeure une bête. Là donc n’est pas le problème. Le problème c’est de savoir ce que le gentil facteur Besancenot, soutien depuis pas mal de temps des détenus d’Action Directe, compte faire de son invité bruyant, mal embouché et sulfureux ? Lui qui venait d’effacer le syndrome révolutionnaire de son parti devra-t-il retourner en arrière ou au contraire demander à Rouillan de rendre sa carte ? Dans un premier temps, le facteur se tait. Qui ne dit mot consent hurlent alors les loups socialistes, trop heureux de tenir enfin une lourde casserole à accrocher aux basques du facteur. Besancenot continue à se taire, coupe son portable, refuse de condamner les propos de Rouillan, refuse de l’exclure de son mouvement. Les juges, eux, voient rouge et annulent la mesure de semi liberté de Rouillan, redirigé vers la case prison. Là, Besancenot parle enfin, comme on pouvait s’y attendre, stigmatisant ce qu’il appelle un « acharnement judiciaire » et convoquant tous ses amis à manifester avec lui au nom de la liberté d’expression ! Deuxième lourde erreur du postier, qui a tort de s’obstiner. Hollande boit du petit lait, les socialistes s’imaginent déjà débarrassé pour un temps du gêneur et l’UMP, pour une fois distrait de la crise, se régale.

L’UMP, justement…Que n’aurait-on entendu si dans l’état major de Sarkozy ou encarté à l’UMP on avait déniché un quelconque bandit, terroriste notoire ou assassin pas vraiment repenti ! Que n’aurait-on entendu Besancenot geindre et se plaindre de ce mélange des genres délicat voire extrêmement limite. Les pères la morale se seraient déchaînés, à la pelle et au mortier, sur ce pays qui marche sur la tête voire cette énième « dérive monarchique ». Mais là, pas grand-chose. Laurent Joffrin n’en parle pas trop, Bernard Henri Lévy s’occupe de son livre, Royal répète son prochain show et Emmanuelle Béart doit être en tournage. Les manipulateurs de bonne conscience crient du bout des lèvres, qu’on les entende pas trop, surtout. Le NPA, devenu Nouveau Parti d’Action directe, prétend ne pas s’inquiéter du passé de ses troupes. Bon grain, ivraie, tous ensemble pour le Grand Soir ? En tout cas, selon le facteur Besancenot, le banquier irresponsable est moins fréquentable que le criminel de droit commun. C’est cela, sans doute, la Révolution : l’art d’enterrer la vérité pour mieux recycler les cadavres.


Moyenne des avis sur cet article :  3.04/5   (581 votes)




Réagissez à l'article

223 réactions à cet article    


  • morice morice 4 octobre 2008 10:24

     L’ex parti de Besancenot était déjà une fin de non retour, on ne voit pas pourquoi ça changerait chez lui... Rouillan est un dinosaure égaré dans le temps. Et doit retourner en prison, c’est indéniable. La prison est faite normalement pour faire amende honorable. L’homme n’a donc pas d’honneur. Ses vieux rêves de prise de pouvoir par les armes ont tout intérêt à disparaître avec lui. Et Besancenot ferait mieux de l’oublier.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 5 octobre 2008 15:07

      Message d’intérêt général avec mes excuses à l’auteur du présent article

      J’ai un article qui concerne Demian West en modération depuis le 29 septembre. J’invite tous ceux qui veulent s’exprimer quand à l’opportunité de sa publication à le faire rapidement.

       Pierre JC Allard


    • Nobody knows me Nobody knows me 6 octobre 2008 14:22

      J’invite tous ceux qui veulent s’exprimer quand à l’opportunité de sa publication à le faire rapidement.

      Je ne sais si ca s’adresse qu’aux modérateurs ou à l’ensemble de la communauté, mais personnellement, aucun intérêt... Pourquoi pas le diffuser alors ?
       smiley


    • K K 4 octobre 2008 10:34

      L’UMP, justement…Que n’aurait-on entendu si dans l’état major de Sarkozy ou encarté à l’UMP on avait déniché un quelconque bandit, terroriste notoire ou assassin pas vraiment repenti !

      hum, il n’y a pas d’anciens de l’OAS ou du SAC à l’UMP ? On nous mentirait ?

      http://lgvsite.canalblog.com/archives/2008/09/19/10630550.html


      • spartacus1 spartacus1 4 octobre 2008 10:55

        C’est vrai, on m’a toujours dit qu’un certain Charles Pasqua avait fricoté avec le SAC (lequel SAC s’autorisait des actions que l’on doit bien qualifier de terroristes), notamment avec le groupe "Solidarité et défense des libertés" qu’il a créé. Et Charles Pasqua n’est-il pas membre de l’UMP ? Ancien ministre de l’intérieur des gouvernement de droite (décidemment les anciens ministres de l’intérieur de droite ne valent pas la corde pour les pendre) ?

        M’aurait-on menti ? Je ’ose le croire !


        Maintenant, au sujet de Rouillan, j’estime également que sa place est en prison. Elle serait également en prison dans une société plus égalitaire et débarassée du capitalisme.

        L’action individuelle et le meurtre ne sont en aucun cas des actes de gauche.

        On sait depuis longtemps que le gauchisme est une maladie de jeunesse du communisme.


      • JJ il muratore JJ il muratore 4 octobre 2008 11:12

        @ K. Bien entendu qu’il y en a ! Mais M. Rouillan n’a pas été mis en prison pour avoir été un ex- d’Action Directe. Tout comme les anciens d’Action Directe n’ont pas été mis en prison. Vous faites casuistiquement l’impasse sur les deux meurtres qu’il a commis et pour lesquels il a été condamné à la prison. En démocratie (vous connaissez ?) on ne met pas en prison pour avoir appartenu à , mais seulement pour avoir commis des crimes. C’est pour cette raison que tous les anciens d’Action Directe ne sont pas en prison, tout comme tous les anciens du SAC ou de l’OAS ne le sont pas (ceux qui ont commis ou participé à des crimes ont été condamnés ; à mort pour l’un d’entre eux)
        L’honêteté - de quel bord qu’elle soit requiert un minimum- d’effort pour ne pas faire ce genre de glissement.
        Bien à vous.


      • jeje46 4 octobre 2008 11:27

        Bonjour,

        J J il muratore,

        Votre confiance naïve pour notre "justice" est touchante.

        Cordialement.

        Jérôme


      • foufouille foufouille 4 octobre 2008 11:40

        ah ?
        et papon, juppe, tapie..............


      • jeje46 4 octobre 2008 11:42

        Bonjour,

        J J il muratore,

        P.s. : votre naïveté par rapport à la "démocratie" actuelle et en vigueur dans notre pays l’est tout autant !

        Cordialement.

        Jérôme


      • jeje46 4 octobre 2008 11:49

        Bonjour,

        foufouille,

        On peut rajouter l’affaire des frégates qui vient de se solder par un non-lieu. VIVE NOTRE JUSTICE !

        Cordialement.

        Jérôme


      • K K 4 octobre 2008 12:00

        merci à tous pour vos réponses, je ne relevais que la phrase avec laquelle je ne pouvais absolument pas être d’accord.

        En ce qui concerne la remise en liberté conditionnelle d’un assassin, cela relève de la justice. Il a par la suite prouvé qu’on ne peut pas lui faire confiance pour respecter les conditions, le juge tranche. 

        Il y a d’autres assassins ou escrocs ou toout ce que vous voulez qui échappent à la justice et parfois paradent devant les caméras. Mais c’est un autre débat.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 octobre 2008 13:48

        Décomposition en facteurs. N pour la loyauté x M pour le buzz est-il plus grand ou plus petit que P pour l’immoralité x Q pour la rectitude politique ? Voyez le résultat dans les sondages. Rouillan et Besse ? Négligés - peut être négligeables - dans l’équation. Comme Horst Wessel, ils prendront la valeur des sons de clairons et des roulements de tambours. J’ai peine a m’émouvoir, je dois vieillir, mais un symbole peut-être n’importe quoi et si le bon jugement était une condition de popularité la politique perdrait son charme...

        Pierre JC Allard



      • Traroth Traroth 6 octobre 2008 12:13

        @spartacus : Pasqua a fait plus que "fricoter" avec le SAC. Il en est un des fondateurs !

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Service_d%27action_civique


      • pinson 7 octobre 2008 01:03

        Concernant la mouvance OAS, il n’y a pas eu un fusillé mais quatre:le colonel Bastien -Thiry, le lieutenant Degueldre, le sergent Dovecar et Claude Piegts.
        Et s’il n’en avait tenu qu’à De Gaulle , il y en aurait eu bien plus.
        Je n’oublie pas non plus aussi que les belles consciences hostiles à la peine de mort ne se sont à l’époque guère fait entendre .


      • JJ il muratore JJ il muratore 4 octobre 2008 10:59

        @ Massoulier. Vous écrivez dans un beau style pour dire des vérités. J’ajouterai ne soyons pas étonnés par le gentil postier car il sait que ses belles et généreuses idées ne pourront être mises en oeuvre et en politique qu’avec la musique de la violence si non de la terreur. Ce que représente ce .... (auto-censure) de Rouillan.
        Bien à vous.


        • Yvance77 4 octobre 2008 11:22

          Euh il y a quand même une grosse différence enntre un Pasqua et le SAC et un Rouillan ... un des deux a payé sa peine il me semble.

          Il a été castré de ses droits pendant de nombreuses années non ?

          Je me méfie également du contenu des journaliste ou une phrase sorti de son contexte peut dire tout et son contraire. Ce ne serait pas une première.

          Le mec il luttait contre des idées qui chaque jour condamne des êtres à la misère, à l’asservissement, et à la précarité à perpétuité. Mais cette sphère s’est arrogée des droits sous couvert de légalité. C’est sa logique et je peux comprendre qu’il s’exprime là dessus.

          Même si à titre personnel je ne me sens pas le droit de tuer mon voisin.

          A peluche


          • K K 4 octobre 2008 12:04

            Je n’ai personnellement pas cité Pasqua.. Il y a d’autres UMP qui ont été soit à l’OAS (là c’était du terrorisme pur) soit au SAC (beaucoup plus flou... et plus du banditisme que du terrorisme)


          • Gilles Gilles 5 octobre 2008 08:46

            Et Maurice Papon ?

            Il était ministre gaulliste non ?

            Mis à part les faits pour lesquels il a été condamné, puis libéré trés vite, c’est lui qui a donné en tant que préfet de police carte blanche aux flics de Paris pour tuer 100 à 200 "français musulmans" (dont femme et enfants) qui manifestaient pacifiquement à paris en 1961

            Bref, des assassins......encore


          • toubakouta 5 octobre 2008 17:02

            Papon est une sacrée ordure c’est certain... Mais je ne vois pas en quoi Rouillan est moins un assassin quand on a dit cela. 

            D’autre part, Rouillan n’a pas purgé sa peine car il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité et bénéficiait seulement d’un régime de semi-liberté soumis à des conditions qu’il n’a pas respectées


          • Lefrançois 4 octobre 2008 11:35

             Leur moral et la nôtre, ainsi Trotsky résumait-il sa position vis à vis des pleureuses à sens unique sur les victimes du terrorisme atteignant l’aristocratie russe et ses affidés, sans jamais prendre en compte les victimes du peuple, sa condamnation étant elle politique : inopportunité, accentuation de la répression, renforcement du pouvoir policier. Quand on pense aux suicidés de Guyancourt dont les nouvelles méthodes de management introduites par Georges Bess sont à l’origine, et au reste, le seul désaccord est celui du moment où le peuple se saisit de ce moyen pour ne plus avoir à subir l’insupportable. A nos morts de 1870, à la commune, aux mineurs de 1947 assassinés une première fois par les crs vychistes en 1941 puis par les crs socialistes (crs=ss vient de là) ai-je envie de dire.
            Quand on a une morale elle doit s’appliquer à tous, sans exclusive, le reste n’est que parti pris politique implicite (morale petite bourgeois qui méconnait son histoire : ça ne se fait pas alors que la bourgeoisie française a été une des plus sanguinaires du monde) ou explicite. L’utilisation de la souffrance légitime de sa veuve à cette fin est proprement scandaleuse, l’on devrait interviewer les nombreuses veuves de chez Michelin quant à la reprise du travail les garde mobiles et crs ont tiré, qu’elles viennent aussi exprimer leurs souffrances.
            Mais le message est clair : taisez-vous, la lacheté et l’absurdité de tels actes ne vient, n’est venu et ne peut venir que d’un camp.
            Et ça c’est un message politique, dès lors la liberté d’expression de tout citoyen doit permettre de le contester.


            • JJ il muratore JJ il muratore 4 octobre 2008 15:39

              @Lefrançois. Si j’ai bien compris Rouillant avec vous seriez Le Peuple ? Et vous nous en apportez la preuve ?
              MDR ! trop drôle ! Allez prenez vos cachets, vous savez ceux qui calment les bouffées délirantes.


            • JJ il muratore JJ il muratore 7 octobre 2008 17:32

              @ Archi, merci pour votre sympathie. Je viens de prendre 7 balles moinseuses dans la peu. pourquoi ? aurais-je levé une grosse anguille ? Vi ils n’aiment pas qu’on leur dise :’ "vous vous prenez pour le peuple" mais vous n’êtes pas le Peuple. Vous pourriez cependant le devenir à force de pédagogie, d’intelligence. Mais hélas vos références sont plutôt le fusil, le T34, la Terreur. Vos références vous condamnent à une pitoyable haine solitaire.
              Bien à vous !


            • wesson wesson 4 octobre 2008 11:49

              Bonjour,
              je suis indigné par le traitement qui est réservé à JM Rouillan. Cet indiscutable meutrier n’en est pas moins un homme qui a en théorie le droit de ne pas regretter les actes qu’il a commis, et de le dire en temps que tel.

              Autant la place de Rouillan était en Prison après avoir commis cet assasinat, autant il me parait excessif de le remettre en prison pour ce qui n’est qu’un délit d’opinion.

              C’est une phrase ambigue paru dans la presse, une seule qui lui vaut sont retour en cellule. Une phrase qui plus est suggérée par un journaliste. Depuis quand met-on en Prison parce que l’on dit ce que l’on pense ? Et depuis quand la rédemption est obligatoire ?

              Certains passent leur temps ici même à souhaiter publiquement que quelques personnalités se balancent au bout de quelques cordes. On l’entends même parfois à la radio ou à la télé. Doit-on mettre en prison toutes les personnes qui ont tenu ces propos ? Je ne le pense pas. Alors pourquoi ce serait différent avec M. Rouillan ?

              Mais où sont-ils, les défenseurs de la liberté d’expression ? La liberté d’expression, ça ne consiste pas seulement à défendre un dessinateur d’extrème droite venu provoquer les islamistes radicaux, mais aussi les terroristes d’extrème gauche qui ne disent pas regretter les actes qu’ils ont commis.


              • JJ il muratore JJ il muratore 4 octobre 2008 15:32

                @ wesson. Votre position de principe quant à La Liberté d’Expression est belle, très belle. Elle a cependant ses limites. Exemples : peut-on librement et publiquement inciter au meurtre, à la violence ou au racisme ?
                Notre Loi, assise sur notre Constitution répond clairement non. En particulier pour un homme public.
                Prenons un homme public au hazard (!) Meusieur le Député Le Pen. Supposons que devant les médias il appellerait à la haine raciale. Il serait condamné par la Loi à X mois de prison. Mais notre (intolérante et extrêment rigide) Justice prévoit un dispositif qui se nomme la liberté conditionnelle, qui a valeur de contrat accepté ou refusé par le condamné. Mr. Le Pen bénéficie dans ce cas d’une liberté conditionnelle assortie d’un certain nombre de restrictions. Si l’une d’entre elle n’est pas pas respectée, retour à la case prison pour éventuellement finir la condamnation. Est-ce une atteinte à votre sacro-sainte Liberté d’Expression ? En résumé êtes-vous partisant d’une liberté d’expression sans limites aucunes ? Si oui vous êtes un irresponsable ; si non vous êtes en contradiction avec ce que vous avez écrit.
                Bien à vous.


              • mikaboom 4 octobre 2008 15:54

                 Moi ce qui m’indigne c’est la stupidité de tes interventions.

                J’ai toujours du mal à m’en remettre.

                Plus borné et idéologisé, c’est dur.

                Le portrait type du bobo.


              • wesson wesson 4 octobre 2008 16:05

                @JJ Il muratore

                "peut-on librement et publiquement inciter au meurtre, à la violence ou au racisme ?"

                d’une part, je constate que par exemple les états unis ont une notion de la liberté d’expression bien plus étendue que la notre. Chez eux, faire profession de foi du nazisme, de racisme, d’antisémitisme total, appeler au meutre et à tout ce que vous voulez de funeste fait partir de leur définition de la liberté d’expression. Tand que cela ne se traduit pas en actes, ça ne leur pose pas de probèmes.

                D’autre part, et pour re situer le contexte, voici les propos restranscrit de l’express et qui ont valu à M. Rouillan d’etre remis en prison :

                "Je n’ai pas le droit de mexprimer là-dessus. Mais le fait que je ne m’exprime pas est une réponse. Car il est évident que, si je crachais sur tout ce qu’on avait fait, je pourrais m’exprimer. Par cette obligation de silence, on empêche aussi notre expérience de tirer son vrai bilan critique""

                Dans ces propos on discerne parfaitement que M. Rouillan ne regrette pas ou très peu ce qu’il a fait. Par contre je n’y décèle aucune haine ni incitation au meurtre ou à la violence, tout juste un regret de ne pas pouvoir évoquer cette partie de son histoire pour en faire la critique. Fallait-il le remettre en prison pour avoir dit cela ? Je persiste à ne pas le croire.



              • K K 4 octobre 2008 16:45

                Au vu des propos que vous rapportez, je suis d’accord avec vous. Il a pris le maximum de précaution oratoire. Mais le journaliste l’a bien piégé .

                Il ne me parait pas indispensable de le mettre en prison pour si peu.


              • wangpi wangpi 6 octobre 2008 10:39

                je pense que cette phrase, qui ne romp pas formellement l’obligation de réserve à laquelle est soumis jm rouillan, soit la véritable raison de son retour en prison.
                mais bien qu’il ai rappelé cette vérité historique : tout processus révolutionnaire est un jour confronté à la nécessité de la lutte armée.
                cela a toujours été vrai, et le sera toujours.
                bien sûr, les défenseurs de la fin de l’histoire - dissoute dans le bonheur permanent assuré par un système parfait - n’aiment pas cette vérité.
                et comme ils ne peuvent pas y substituer un mensonge, ils la criminalisent.


              • Cascabel Cascabel 6 octobre 2008 11:04

                @ Wesson

                En ce qui me concerne je suis tout aussi indigné que vous. En effet, JM Roullian a été remis en prison sur des bases floues.
                Mais vous vous réveillez tardivement, ce type de "justice" à géométrie variable existe en Europe depuis déjà un certain temps et malheureusement beaucoup de citoyens l’approuvent. Peut-être vous même y avez-vous trouvé satisfaction quand cela concernait un autre bord politique que le vôtre.

                Quoi qu’il en soit il est grand temps d’exiger à notre justice d’appliquer à la lettre les principes du droit.


              • Cascabel Cascabel 6 octobre 2008 11:22

                Un quart d’heure à peine après avoir posté j’ai été moinssé.

                Visiblement certains ne tienent pas à ce que la justice soit appliquée à la lettre.

                A la tête du client alors ?


              • Traroth Traroth 6 octobre 2008 12:18

                100% d’accord avec ce que dit Wesson. Rien à ajouter.


              • Nobody knows me Nobody knows me 6 octobre 2008 14:49

                d’une part, je constate que par exemple les états unis ont une notion de la liberté d’expression bien plus étendue que la notre. [...] Tand que cela ne se traduit pas en actes, ça ne leur pose pas de probèmes.

                Bonjour E-fred,
                En effet, sur ce terrain là, on a beaucoup de chemin à faire. Par contre, on joue les moralisateurs partout dans le monde...
                A noter que si on dit un truc qui dérange et fait réellement chier les grandes instances (multinationales, lobbies, ...), on vous le fait vite savoir en mots (menaces) et en actes (harcèlement voire plus si affinités).
                Sauf que c’est des puissants, donc faut pas l’dire... Chhhhht !


              • Deneb Deneb 4 octobre 2008 11:53

                Nicolas S., un homme politique français se réveille un matin d’hiver et regarde par la fenêtre le paysage enneigé.Il remarque des traces d’urine dans la neige . Il voit que quelqu’un a uriné en écrivant "Nicolas S. est un porc"
                Son sang n’a fait qu’un tour. Il appelle le chef de la police en le sommant d’effectuer immédiatement les prélèvements sur place. Dans une heure, le chéf de police le rapelle : "jai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous"
                Nicolas S : "donnez moi la bonne d’abord"
                Chef de police : "Les analyses d’ADN ont clairement
                établies que l’urine appartenait à Besancenot."
                Nicolas S. : "Ah ! Je me disais bien que ce salaud finira par m’insulter Son compte est bon !"
                Chef de police : "Oui, mais l’expert graphologue est formel : l’écriture est de Carla ..."


                • Deneb Deneb 4 octobre 2008 12:09

                  Zigouiller un puissant est certes condamnable, c’est un humain après tout. Mais quand on voit que leur magouilles et speculations nous emmenent aujourd’hui au bord de la plus grave crise economique peut-être dans l’histoire de l’humanité, je comprends Besancenot de ne pas vouloir lacher son ami.


                • Deneb Deneb 5 octobre 2008 08:44

                  InVinoVeritas, puisque on en est à l’apitoiement, pensez aussi aux habitants du Pacifique, devant supporter les essais nucléaires français. En effet, le gentil ingenieur a un merite considerable dans l’elaboration de la force de dissuasion nationale, comme dans la catastrophe écologique en Polynésie. Mais ce n’est pas votre problème, vous avez déjà vécu et ce qui se passe après vous, vous vous en fichez un peu. Vous appartenez au monde ancien, qui a plus ou moins empoisoné la planete, celui de la course aux armements, celui où un emploi voulait dire carriere, celui où le bon peuple avalait les couleuvres par respect pour le patron. Un assasinat c’est toujours moche, reste que, si quelqu’un avait eu dans les années 30 la bonne idée de zigouiller Adolf, il arait sauvé quelques dizaines de millions de vies. En devenant puissant, on s’expose, mon chèr Monsieur. Et Renault est une entreprise très humaine, il en temoignent les suicides des employés de la Régie, écrasés par la pression venu de la direction. G. Besse ne fut certainement pas étranger des méthodes musclés pour accroître l’efficacité de ses subordonnés.


                • Deneb Deneb 5 octobre 2008 08:51

                  J’ai du mal à croire que l’on plebiscite InVinoVeritas. En effet, je croyais le public d’AV un peu moins conformiste et plus du coté du peuple que du côté des patrons, bref, plus proche du Besancenot que de Marine le Pen. Etrange ...


                • K K 5 octobre 2008 13:31

                  les propos rapportés par vino veritas sont ceux de Charles Pierre et non les siens.

                  Tu sais Deneb, on peut être patron et très éloigné de Marine Le Pen voire même, j’en connais un seul, très proche de Besancenot. On peut aussi être "du peuple" et très éloigné des idées du facteur. De plus, entre le facteur et l’avocate à la voix (en)rouée, il existe toute une gamme d’opinions intermédiaires ;)

                  Bon week end


                • pinson 6 octobre 2008 00:27

                  Et où avez-vous vu que Marine Le Pen (que je n’apprécie pas plus que ça) est proche des patrons ? Ou que les patrons sont proches de Le Pen ?

                  Si je vous comprends bien droite=patrons, Le Pen =droite, donc Le Pen = patrons ? C’est ça ?

                  Et Rouillan est contre les patrons donc il est du côté des gentils, c’est ça aussi ?

                  Je n’insiste pas, c’est vraiment trop con...


                • jaja jaja 6 octobre 2008 06:45

                  Marine est même devenue châtelaine à St-Cloud grâce à l’héritage de son papa. Qui fricotte avec les patrons récolte parfois un peu d’oseille...

                  Wikipedia : Le Pen "tient une partie de son patrimoine de la vente de la société de cimenterie Lambert, que lui lègue par testament Hubert Lambert (héritier des ciments Lambert, décédé sans enfant à l’âge de 42 ans et auteur de très nombreux articles dans diverses revues nationalistes). Cette succession donne lieu à un début de poursuites judiciaires, qui sont abandonnées après négociation avec les cousins Lambert. Cette fortune le met à l’abri du besoin et aide son ascension politique à la fin des années 1970. Il tirait jusque-là ses revenus des éditions phonographiques de la Serp. Il est assujetti à l’ISF depuis la création de cet impôt."


                • Cascabel Cascabel 6 octobre 2008 11:15

                  @ Deneb

                  En somme il existe selon vous un monde bipolaire simple. D’un côté les gentils exploités, de l’autre les méchants capitalistes oppresseurs. Les uns sont représentés par le sympathique Besancenot, les autres par la méchante Marine Le Pen.

                  Confondant.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès