Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Obama va-t-il perdre dans l’isoloir ?

Obama va-t-il perdre dans l’isoloir ?

Il ne reste plus que deux semaines avant que les électeurs ne s’expriment pour choisir le prochain président des États-Unis. L’avance dans les sondages pour Barack Obama est confortable oscillant entre 4 et 14 points d’avance sur son rival, soit une moyenne autour de 7 points au vote populaire d’après le site fivethirtyeight, mais l’élection aux Etats-Unis se fait via un collège électoral, avantageant encore plus Obama qui s’impose d’après les sondages dans de nombreux États ayant voté pour Bush en 2004 (les fameux Swing States), avec des écarts lui assurant une marge suffisamment importante de grands électeurs pour gagner dès aujourd’hui. Malgré la légère remontée dans les sondages de McCain, probablement due à la prise de position de certains indécis suite au dernier débat, l’écart reste très conséquent au point que McCain pour gagner doit changer la donne dans plus de 6 Swing States, ce qui est énorme.

On voit bien mal comment la situation pourrait être renversée du point de vue politique tant McCain semble incapable de faire des propositions en accord avec les attentes des électeurs. Un seul cas de remontée spectaculaire eut lieu en 1980 avec Ronald Reagan qui combla en trois semaines un retard de 6 points face au président sortant Jimmy Carter après un débat qui mit en lumière la stature présidentielle de Reagan et sa proposition de rupture économique. Mais aujourd’hui la situation est inversée, le statu quo est du côté de McCain et Obama apparaît comme le politicien neuf, énergique et surtout avec un programme cohérent et adapté...

Toutefois, il reste encore des questions en suspens.

 

L’Effet Bradley

Vous avez probablement entendu parler de cet effet "Bradley" qu’on associe à une mise sous silence du racisme dans les sondages d’opinions et qui s’exprimerait lors du vote. En 1982, le maire afro-américain de Los Angeles, Tom Bradley (pour la petite anecdote si vous visitez Los Angeles en vol direct depuis l’étranger vous atterrirez au Terminal Tom Bradley), était en lice pour le poste de gouverneur de Californie. Lors de la fin de la campagne, celui-ci était donné gagnant par la presse et les sondages (certains le créditant de plus de 10 points d’avance sur son adversaire républicain). Or, Bradley perdit l’élection de peu contre toute attente. Il y eut entre 1980 et 1992, cinq élections reproduisant le même schéma entre un candidat Noir et un candidat Blanc, sous-évalué par les sondages. Mais, depuis une dizaine d’années, le phénomène n’est plus apparent. Toutefois, le caractère inédit d’un candidat Noir aux présidentielles fait renaître cette variable, d’autant plus que la différence d’Obama, ainsi que les suspicions bidons qui y sont associées (musulmans, anti-américain, arabe, terroriste...) sont régulièrement mises sur le tapis par le camp républicain.

Alors soyons rationnels et essayons de mettre en perspective l’aspect contradictoire de ce raisonnement qui induit que toute cette élection pourrait se jouer sur un effet Bradley :

  • Les élections soulignant l’effet Bradley sont toutes basées sur le vote populaire et non sur un vote pondéré comme pour la présidentielle. C’est-à-dire qu’un vote à 50-48 en défaveur d’Obama n’est pas obligatoirement une défaite pour lui, il lui faut surtout dominer dans les États rapportant une majorité de grands électeurs et à ce niveau son avance est bien plus importante. J’ai tendance à croire que l’effet Bradley pourrait s’exprimer majoritairement dans les Etats du Sud et du Mid-West, ceux-la mêmes qui votent majoritairement républicains, si ces Etats votaient à 100 % McCain au lieu de 60 cela ne changerait absolument rien. Seuls les Swing States sont importants à prendre en compte donc.
  • Les sondages sont bien plus conservateurs aujourd’hui après s’être fait vivement critiqués pour ne pas avoir anticipés l’effet Bradley à plusieurs reprises, ils intègrent désormais une correction pour inclure cet effet.
  • Historiquement, le racisme non avoué dans les sondages résiderait chez les indécis et les indépendants. Cet aspect est évident au regard des sondages ayant souffert de l’effet Bradley, montrant un nombre très élevé d’indécis avant le vote, qui finissent par voter contre le candidat Noir, au regard de ces sondages le vote final pour le candidat Noir reste dans la marge d’erreur. Le nombre d’indécis mesuré dans les sondages présidentiels est plus bas que pour les votes au Congrès, et cette année ne déroge pas à la règle avec un nombre d’indécis ridiculement bas. Vu les nombreux sondages donnant Obama à 50 % et plus, le risque de voir McCain rattraper son retard durant le vote et qu’Obama perde 3 points est relativement faible.
  • La radicalisation du parti républicain du côté néo-conservateur donne aux plus intolérants vis-à-vis des Noirs une occasion de se réfugier dans un vote suffisamment à droite qui ne fait pas la part belle aux programmes sociaux ou à la mixité sociale. En somme, le vote motivé par le racisme se cache moins qu’avant car il rejoint idéologiquement le socle social du GOP (Grand Old Party, soit le Parti républicain). Ainsi le nombre de personnes occultant leur racisme dans les sondages et se présentant comme indécis diminue au profit d’un vote d’approbation pour le GOP.
  • Lorsque le sujet central est l’économie comme cette année, le vote devient plus rationnel et, sur ce point, la grande majorité des Américains voient Obama bien plus qualifié que McCain. L’argent reste la motivation centrale et le thème de la sécurité intérieure, sujet qui généralement pousse les électeurs à exprimer du ressentiment face aux communautés black et latinos, a totalement été évacué cette année.
  • La population afro-américaine est très mobilisée pour cette élection présidentielle, on a même vu une sous-estimation d’Obama dans les sondages pour les primaires face à Clinton. Or, dans les Swing States, cet électorat qui habituellement vote peu par manque de foi en la politique risque de se mobiliser bien plus fortement que d’habitude. Il convient de noter que les Noirs votent à plus de 90 % démocrates aux présidentielles.
  • La défaite en 1982 de Bradley a été interprétée comme du racisme et cela reste encore à prouver. Celui-ci était maire de Los Angeles, une ville centrale en Californie, mais qui n’est pas forcément appréciée par les autres Californiens vivant dans les zones rurales. Aujourd’hui, au regard du soutien que reçoit Obama dans les sondages en Californie, il ne fait aucun doute que le présupposé racisme a évolué. J’ai tendance à en conclure que les votes motivés par le racisme ont tendance à s’exprimer bien plus dans les Etats pro-républicains ou les Swing States. L’éventuelle surprise ne viendra pas des Etats votant pour les progressistes (démocrates). Cela pourrait être inquiétant dans les Swing States, mais là encore il mène largement dans de très nombreux Etats, certains lui offrant des avances tellement confortables (plus de 10 points) que même un racisme caché aux yeux des sondeurs ne renverserait pas le vote.

Quelques sources pour appuyer mon avis : Pewresearch, if Bradley effect is gone, what happened et un article du Monde.

Ah et pour ceux qui veulent contredire mes quelques arguments avec l’enquête issue de Stanford sur le vote des électeurs Blancs, n’oubliez pas que ces sondages sont sortis avant la crise et incluant uniquement les votants Blancs seyants, ne comptabilisant pas les millions de nouveaux votants inscrits sous l’impulsion de la candidature d’Obama. Eh oui les Blanc votent majoritairement McCain, mais aux Etats-Unis les Blacks et les Latinos votent aussi... Les résultats du sondage sont interprétatifs d’un racisme en rapport avec un questionnaire sur des adjectifs qualificatifs sur les Noirs. Utiliser un sondage d’opinion pour souligner que le racisme ne s’exprimerait pas dans les sondages est un sacré comble :)...

La fraude électorale

En 2000, Bush a été élu sur une décision de la Cour suprême qui a offert le vote de la Floride (Etat gouverné à l’époque par le frère de G. W. Bush, Jeb). La fraude électorale n’a pas été avérée juridiquement, mais le doute est largement permis : de nombreux votants ont vu leur vote refusé, en 2004 le même scénario s’est passé dans l’Etat d’Ohio où Kerry n’a même pas eu le courage de demander un recompte...
Depuis, des lois ont été votées, par le Congrès majoritairement démocrate depuis 2006, qui devraient permettre de réduire la fraude électorale. Mais, cette semaine, un journaliste de la BBC, Greg Palast, vient de publier un rapport avec Robert F. Kennedy Jr. mettant l’accent sur les nouvelles techniques de fraude qui pourraient influencer l’élection en novembre : le Colorado a rejeté une inscription sur six dans cet Etat-clé où les sondages donnent Obama victorieux.

Toutefois, l’élection ne semble pas se jouer sur un seul Etat comme en 2000 et 2004, Obama mène dans de nombreux Etats qui ont voté républicains en 2004 : Colorado, North Carolina, Minnesota, Nevada, New Mexico, Michigan, Virginia, Missouri et la bataille est serrée en Ohio et en Floride. Renverser par la fraude autant d’Etats semble impossible
On vient par ailleurs d’apprendre que la Cour suprême venait de refuser la demande du camp républicain de revoir la validité des inscriptions de 200 000 nouveaux votants en Ohio, signe que les manœuvres républicaines visant à toujours faire réduire le nombre de votants (ce qui tourne à leur avantage en général) ne sont plus automatiquement acceptées.

Je vous invite à voir le documentaire Free for all, fort intéressant sur le sujet.

Epilogue

La campagne de désinformation quant à elle continue, que ce soit sur William Ayers, ou à nouveau sur l’éligibilité d’Obama via cette vidéo qui connaît un grand succès sur Youtube (plus de 2 millions de visionnages en 12 jours), mais qui est pourtant un tissu de mensonges et d’approximations : la demi-sœur kenyanne d’Obama, Maya aurait ainsi assisté à la naissance de son grand frère, ou encore McCain aurait rendu public ses dossiers médicaux contrairement à Obama, ce qui est l’inverse, on attend toujours que McCain livre son dossier afin de savoir l’espérance de vie que les docteurs donnent à ce miraculé qui fut atteint à quatre reprises par un cancer de la peau... Démontage en règle de la vidéo chez Snopes ou FactCheck.

Malgré tout, je reste optimiste sans pour autant crier à la victoire du camp démocrate, deux semaines c’est encore bien long et de nombreux événements inédits pourraient encore troubler la répartition électorale. Et quand bien même Obama semble la personne la mieux préparée à affronter les quatre années de récessions que les Etats-Unis vont traverser, les prédictions des économistes quant à la situation économique des Etats-Unis sont terriblement négatives (on parle d’une cessation de paiement durant l’été 2009). Si Obama a bien peu de chances de renverser la vapeur, il reste toutefois le choix le plus sage afin que ce déclin se passe sans un sursaut militaire dévastateur.

Mon blog :
http://cafecroissant.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 octobre 2008 13:45

    Bon article mais une remarque, l’effet Bradley remonte à plus de 25 ans. Il s’est passé beaucoup de chose depuis et il n’y a aucune raison que le phénomène se reproduise


    • roOl roOl 23 octobre 2008 14:01

      Hum, comme dis dans l’article, cet effet n’as plus trop été constaté lors des dernieres années, mais il peut ressurgir lors de ces elections.

      dixit l’auteur :
      "Mais, depuis une dizaine d’années le phénomène n’est plus apparent. Toutefois, le caractère inédit d’un candidat noir aux présidentielles, fait renaître cette variable, d’autant plus que la différence d’Obama, ainsi que les suspicions bidons qui y sont associées (musulmans, anti-américain, arabe, terroriste ...) sont régulièrement mises sur le tapis par le camp Républicain."

      Remarque infondée, donc.


    • Edward Bernays Edward Bernays 23 octobre 2008 15:58

      Entièrement d’accord, vous faites référence à un événement datant de 25 ans ! Il y a 25 ans, on n’aurait pas imaginé Obama Président car trop à gauche avant même sa couleur de peau. Toutes ces choses changent.

      Le phénomène Obama est national, le racisme est un phénomène individuel.
      Depuis 2 ans que la campagne d’Obama a commencé, les américains se sont habitués à la couleur de peau peu banale de ce candidat et il n’est plus honteux dansla société d’envisager le démocrate Président.

      Rappelons qu’en mai dernier, 75% des Américains se déclaraient prêts à élire un Président noir (donc disons 60%), seulement 50% une femme.




    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 octobre 2008 14:22

       @ Edward Bernays : Cette statistique sur l’acceptation d’une femme candidate est du grand Bernays smiley Mais le fond d ela question est que les élections américaines sont totalement trafiquées et que cette fois l’Establishment a interet a un candidat "différent" qui pourra calmer le jeu durant la crise qui s’installe, puis porter ensuite le chapeau pour ce qu’il aura fallu faire.... 

      Pierre JC Allard

      http://les7duquebec.wordpress.com/2008/09/01/le-quitte-ou-double-d&rsquo ;oncle-tom/

      http://nouvellesociete.org/5192.html




    • Arafel Arafel 27 octobre 2008 05:07

      2 chevaux qui appartiennent à la même écurie. A l’arrivée, c’est tjrs le même proprio qui gagne.
      Alors que ce soit l’un ou l’autre qui gagne, aucun changement à attendre sur le fond. Et c’est pas parce que l’un des deux candidats est noir, qu’il fera mieux que le blanc, soyez pas naif. S’il est là c’est parce que "ON" lui a permis d’être là.


    • Arafel Arafel 27 octobre 2008 05:08
      2 chevaux qui appartiennent à la même écurie. A l’arrivée, c’est tjrs le même proprio qui gagne.
      Alors que ce soit l’un ou l’autre qui gagne, aucun changement à attendre sur le fond. Et c’est pas parce que l’un des deux candidats est noir, qu’il fera mieux que le blanc, soyez pas naif. S’il est là c’est parce que "ON" lui a permis d’être là.

    • TSS 23 octobre 2008 13:46

      OUI, si l’on en croit les dires de nombreux democrates de l’amerique profonde qui voteront republicain car il

      n’aiment pas les negres  !!!


      • Charles Bwele Charles Bwele 23 octobre 2008 14:10

        @ Garçon,

        Avant toute chose, j’adore tes articles qui fournissent - même lors de parti pris sincère mais argumenté - une vision des choses du point de vue américain.

        Mes craintes s’orientent plus vers le vote Internet (différent du vote électronique !). Les Américains du Japon, d’Allemagne, de GB et de divers pays voteront à partir de e-kiosques spécialement dédiés (des PC portables cybersécurisés à cette fin... Cela fait tt de même 6 millions d’expats US, soldats compris. Ce système sera d’ailleurs implanté... dans les fameux swing states ! De nombreux experts et think tanks plus ou moins orientés cybersécurité (comme le Security and Assurance in Information Technology (SAIT) Laboratory, le Computer and Information Sciences at the University of South Alabama et le Florida Voters Coalition) estiment que les défauts de tels systèmes surpassent leurs avantages, à savoir :

        1. Qui est responsable de la gestion finale des serveurs afférent sachant que les données de ce système transitent... par un datacenter située à Barcelone ?!!!
        2. La détection des bogues et intrusions est consécutivement très compliquée
        3. En cas de litige entre le vote classique, le vote électronique et le vite Internet, lequel prime ?

        Les incidences de tels facteurs sur le vote sont bien plus probables qu’un quelconque risque de cyberpiratage (interception/reroutage des paquets par exemple), ce qui une fois de plus avantagerait les Républicains d’une courte tête.

        Amicalement. smiley


        • Gilles Gilles 23 octobre 2008 15:13

          Un bémol. Vous dîtes :

          En 2000, Bush a été élu sur une décision de la Cour suprême qui a offert le vote de la Floride (Etat gouverné à l’époque par le frère de G. W. Bush, Jeb). La fraude électorale n’a pas été avérée juridiquement, mais le doute est largement permis : de nombreux votants ont vu leur vote refusé

          Le document de Kennedy que vous citez :

          rior to the 2000 election, Florida Secretary of State Katherine Harris and her predecessor, both Republicans, tried to purge 57,000 voters, most of them African-Americans, because their names resembled those of persons convicted of a crime. The state eventually acknowledged that the purges were improper — two years after the election........

          mais aussi un peu partout :

          In 2000, Katherine Harris, Florida Secretary of State, ordered county elections officials to purge 57,000 citizens from voter registries as felons not allowed to vote in Florida. In fact, about 95 percent of these voters were innocent of crimes — but 54 percent were guilty of being African-American


          Alors fraude non officielle OK, mais les autorités ont avoué que cette "erreur" , non pénalisable juridiquement à changé la donne de l’élection ! Selon les décomptes, avec ces voix, Gore devait gagner de 22 000 voix en Floride

          Vu que ça a marché une fois, et que le nombre d’électeurs retités des listes serait de l’ordre de 10 millions. La plupart pour des motifs fumeux (homonymie avec un "felons", en vacance au moment où un recommandé lui est envoyé pour vérifier l’adresse, une coquille dans son nom dans un fichier d’etat...) , mais aussi arbitrairement ( des administrateurs ont tout les droits de modifications...même s’ils sont engagés politiquement) , la plupart ignorant de ce fait (dont des politiques, des technocrates...), on peut penser que l’effet trucage jouera dans cette élection.

          Lire l’article cité par l’auteur :

          Block the Vote
          Will the GOP’s campaign to deter new voters and discard Democratic ballots determine the next president ?



          • Gilles Gilles 23 octobre 2008 15:21

            La seule chose qui permet d’espérer (en rêvant un peu....) un scrutin "a peu prés" propre est la peur parmi les républicains sérieux que si Obama perd de peu, et que comme en 2000 en Floride, on découvre diverses magouilles, là, les démocrates et nombre de leurs électeurs ne se laisseront pas faire. La communauté noire verrait aussi dans ce cas un véritable "hold-up" de leur vote

            On risque bien fort de créer un mouvement de révolte violent, ou bien dans le meilleur des cas, la contestation prendra des mois et des mois fragilisant encore plus le pays. Ce qui tomberait au plus mal pour les USA, embourbés dans la guerre et la crise financiaro-économique

            Rapellons que pour 2004, les démocrates avaient préparé tout un arsenal d’avocats, d’huissiers, de juristes (grassement payés) pour contester devant media et tribunaux toutes les combines douteuses. Rien ne s’est passé car en dépit de quelques fait louches, Bush l’a largement emporté, suffisament pour que la contestation reste stérile.




          • Le péripate Le péripate 23 octobre 2008 15:52

             Regardez bien chacune de ces personnes, sur la photo qui illustre les deux articles.

            Tous autant qu’ils sont, tous ensemble, constituent le Mal le plus absolu, le plus pur et le plus féroce qui ait jamais existé sur cette planète.

            Chacun d’entre eux est persuadé d’agir pour le Bien. Chacun d’entre eux est convaincu que son prophète a raison sur absolument tout. Chacun d’entre eux est mu par une aliénation totale, investi par l’adoration fébrile, et possédé par une passion dévorante - au delà de toute raison, de toute compassion, de toute humanité.

            Qu’un de leurs parents, amis, collègues ou connaissances émettent le moindre doute quand au bien-fondé de leur abjecte soumission, et ils le rejetteront avec une fureur d’autant plus glaçante qu’elle est artificielle.

            Chacun d’eux est potentiellement un milicien de la sécurité d’état, un bureaucrate du parti, un contrôleur, un censeur, un mouchard, un commissaire du peuple, un Komsomol, un juré fanatisé dans un procès truqué, un garde de camp de concentration, un bourreau, un tortionnaire, au service d’un ordre dément et inhumain.

            Chacun d’entre eux a choisi de lutter farouchement pour une cause, et donc d’avoir un ennemi -vous ! - que vous le vouliez ou non. Chacun d’entre eux a décidé de mener une guerre totale, jusqu’à l’écrasement complet de toute résistance.

            Contre ce mal il n’y a qu’une seule solution : la dissidence pacifique. A chacun de vos proches infecté par ce mal, dites simplement que vous désapprouvez totalement leur choix - mais que vous continuez de l’aimer quand même. Ils ne peuvent se libérer que s’ils le décident.

            Extrait d’un blogue libertarien, à Jesrad, que je remercie.


            • Le péripate Le péripate 23 octobre 2008 17:23

               Oh, je suis sûr que ça vous démange. Heureusement, vous n’en avez pas (encore) le pouvoir.


            • Traroth Traroth 23 octobre 2008 18:14

              Je pense que s’il essayait sérieusement, il réussirait à demander. Ca n’a rien de difficile. Moi, un jour, j’ai essayé de demander l’heure à quelqu’un, et bien croyez-moi ou pas, ça a marché, j’ai vraiment réussi à lui demander ! smiley


            • Le péripate Le péripate 23 octobre 2008 19:36

               Merci Leon de cette touche d’humour. Votre sollicitude me touche. Si si...


            • morice morice 23 octobre 2008 16:39

              Au sortir des urnes, en 2004, Kerry avait 7 points d’écart aux sondages de sortie (Exit polls). Il a perdu quand même... l’histoire peut très bien se refaire. Il reste beaucoup de choses en place pour ça. Et ça marche toujours pareil. Obama est loin d’avoir gagné. Si en plus on déterre un Ben Laden, il ne gagnera pas nécessairement. ET le Ben Laden empaillé, il frémit en ce moment, il frémit... hier on avait des « enveloppes » envoyées à des journaux : ça ne vous rappelle rien ??? Si vous le voulez bien, je vous convie à ma lmongue enquête sur le sujet que je vous proposerais après demain.... jusque’au jour de l’élection, histoire de voir comment ça se passe... en même temps...


              • Gilles Gilles 23 octobre 2008 17:48

                surtout quand je vois

                26 modérateurs ont également exprimé leur vote sur cet article.

                ce qui est assez inhabituel

                (mesurons les votes négatifs....)


              • Calito 23 octobre 2008 18:11

                Morice a tout à fait le droit de publier.
                En revanche, s’il ne passe pas la modération, qui peut s’en plaindre.

                J’ai lu son article et j’ai donné mon avis.
                Ma voix vaudrais moins que celle d’un autre ?

                Quand je poste mes articles et qu’ils sont parfois refusés, je ne viens pas ici hurler comme un dingue en annoncant la fin de la démocratie.

                Vous avez conscience de qui vous soutenez ?


              • Godwin Godwin 23 octobre 2008 21:23

                Bonsoir George Cake,

                vous dîtes que les Etats-Unis ne sont pas une démocratie, pouvez vous étayer vos propos ?


              • Cascabel Cascabel 23 octobre 2008 22:10

                Le vote électronique et le 911 prouvent que les USA ne sont pas une démocratie.


              • Godwin Godwin 23 octobre 2008 22:23

                 smiley

                C’est une réponse un peu legère, pour les machines de vote bien d’accord mais quel est le rapport avec le 9/11 ?


              • Godwin Godwin 24 octobre 2008 00:19

                Salut "Arlequin" smiley fait gaffe en m’appellant "Alex" t’a grillé ta couverture là smiley

                A+ smiley


              • Godwin Godwin 24 octobre 2008 01:36

                Ah ?

                Donc vous affirmez que les U.S. ne sont pas une démocratie mais vous ne pouvez me dire pourquoi ?


              • Gilles Gilles 24 octobre 2008 09:31

                Ecoutez, Calito, d’aprés ce que j’ai compris il y a une sorte de Cabale ici, qui dit expréssement tout faire pour éviter que Morice publie. Donc je suppose que ces articles sont automatiquement votés négativement.............voir sans être lus

                Ceci dit, les votes sont consultatifs et la rédaction peut publier si elle veut.

                Sinon, je ne sais pas qui est Morice, je lis ses articles et les juge un par un . Ils sont des fois bons, des fois mauvais, des fois douteux....mais je n’y découvre pas les propos islamiste/antisémites que vous dénoncez

                Quels sont-ils ?


              • Traroth Traroth 24 octobre 2008 11:12

                @Gilles : Calito et sa bande pratiquent simplement le harcélement à l’encontre de Morice, à priori sans que la rédaction ne fasse rien. Mais personne n’a jamais vu de preuve de leurs affirmations. D’ailleurs, on a déjà eu la preuve qu’ils racontaient n’importe quoi : ils sont allé jusqu’à dire que moi, j’étais Morice, en fait, ainsi que Sysiphe, si je ne m’abuse. Je ne suis pas sûr qu’ils aient encore beaucoup de crédibilité, mais comme ils ont chacun plusieurs comptes, ils les utilisent pour déséquilibrer les votes sur les articles et replier des commentaires, ceux de Morice pour commencer.
                Jusqu’à présent, ils n’avaient que peu d’influence sur les votes concernant la publication d’articles, mais vu ce qui est en train de se passer avec les articles de Morice (ça fait deux ou trois fois qu’il dit que ses articles ne sont plus publiés, si j’ai bien compris), ça a l’air d’avoir changé. C’est inquiétant pour l’avenir d’Agoravox.


              • FYI FYI 23 octobre 2008 16:53

                De base, 33 % des électeurs US ne voteront pas pour un BLACK, quoi qu’il en coûte.
                Dans l’isoloire et malgrè ces sondages, Obama a tout de même une chance de perdre car McCain représente aux yeux de ces concitoyens leur modèle, ils leurs ressemblent.

                De toute manière, Obama n’est pas à la hauteur, beaucoup de gens pensent qu’il est de "gauche", ce qui n’est absolumment pas le cas.
                Barack Obama a été promu par des groupes d’intérêts liés à l’oligarchie financière, de Georges Soros et Mark Malloch Brown.


                • le saviezvous 23 octobre 2008 17:42

                  ce sont les machine à voter qui seront vainqueur de ce scrutin pour infos elles appartiennent à des boites privées dont les proprios sont proche des républicains....je ne pense pas qu’obama gagnera , et si pouvais je ne voterai ni pour l’un ni pour l’autre...


                  • Jaime Horta Jaime Horta 23 octobre 2008 17:53

                    ZEITGEIST:ADDENDUM (Zeitgeist II) sous-titré fr

                    Forum RIM

                    http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php?topic=4962.0
                     


                    • frédéric lyon 23 octobre 2008 18:42

                      Le point de vue de "Garçon" n’est pas un point de vue américain.
                       
                      Il ne s’agit que du point de vue d’un Français, qui prétend habiter et nous écrire de Los Angeles. Nuance.

                      Il y a suffisamment d’imposteurs sur le site, la prudence est donc recommandée.

                      Quant à l’article, il s’agit d’un article de plus dont le but est de débiner la candidature Républicaine. Parfait, pourquoi pas ? La pensée unique c’est la pensée fournie clef en mains à tous ceux qui ne pensent pas.

                      La candidature démocrate est-elle la candidature unique ?

                      Non, bien qu’elle aurait largement suffit à beaucoup de médias, en France et aux Etats-Unis, qui démontrent tous les jours qu’à leur avis la candidature Républicaine n’a pas tellement lieue d’être ! 

                      Celà sufira-t-il pour assurer l’élection d’Obama ?

                      La candidature purement médiatique de Ségolène Royal n’a pas été endossée par les électeurs, nous verrons bien si la candature d’Obama sera endossée par les électeurs américains.

                      Pour le moment le seul pronostic fiable que l’on puisse faire est que la participation électorale sera très forte (selon les standards américains) car les opérations de votes ont déjà commencées par anticipation dans un certains nombre d’Etats et les votants sont très nombreux.

                      Qui celà va-t-il favoriser ?

                      On serait tenter de dire que celà favorisera Obama.

                      De toutes façons, en dehors de toute préférence et de toute polémique, l’élection du candidat Républicain, après deux présidences Républicaines successives et en plein milieu d’une crise financière, serait une grosse surprise !

                      Quelle sera l’influence de l’élection de l’un ou de l’autre sur la politique Américaine ?

                      Partiquement aucune, les problèmes "politiques" sont aujourd’hui, dans une très large mesure, des problèmes techniques qui sont traités par des techniciens, et les leaders ne font qu’incarner et représenter le pouvoir aux yeux du public, au dedans et au dehors.

                      Je ne dis pas que cette incarnation n’est pas nécessaire, mais qu’il ne faut pas lui attacher une importance qu’elle n’a pas dans la prise des décisions au jour le jour. Or le processus de décision est toujours le même, les conseillers, ou ministres présentent quelques options au Président, qui tranche. Et il n’y a généralement aucune différence de nature "politique" entre les options, seulement des différences techniques.

                      Il est facile de comprendre, d’ailleurs, que dans un pays aussi puissant et dans une société aussi complexe, les opinions personnelles dites "politiques" n’ont pas beaucoup de sens.

                      Enfin, l’élection éventuelle d’Obama aurait une signification symbolique supplémentaire, puisqu’elle incarnerait l’intégration de la population Noire dans l’histoire politique Américaine. 

                      Ce qui est assez drôle, car celà se produit au moment où la communauté Noire tient une place de moins en moins importante dans la vie du pays, du fait de la montée en puissance des communautés Hispaniques et Asiatiques aus Etats-Unis, qui sont des concurrentes, et parfois même carrément hostiles aux communautés Noires. 


                      • Garçon Garçon 23 octobre 2008 22:53

                        Je suis bel et bien francais, mais j’aurais tout autant pu etre francophone quebecois vivant aux USA... enfin bon je vis a Los Angeles depuis 2003 , 4 annee a Marina del rey sur la cote, puis depuis 1an et demi a Glendale.

                        si tu veux plus de detail pour verifier la veracite de ma situation geographique n’hesites pas a me poser des questions, ou lis mon blog tu verras que j’y ecrit suffisament mes experiences des USA pour te convaincre que j’y habites.

                        Par ailleurs je crois que ce que les francais veulent entendre c’est justement qu’il se trompe comme en 2000 et 2004 en soutenant Kerry ou Al Gore alors meme que leur victoire etait pas du tout annonce aux USA... Donc la campagne visant a minimiser l’avance d’Obama (ce qui n’est pas forcement un mal en soit, il est bon d’etre prudent) vise surtout a combler le pessimisme reccurent des francais, qui n’y croient peut etre plus depuis que Sarkozy est passe ? je ne sais pas, en revanche Royal elle n’avait pas 5 a 14 point d’avance dans les sondages deux semaines avant l’election...

                        Ensuite quand on vois l’impact de la politique de Reagan ou celle de Clinton ou celle de Bush on peut difficilement dire que le president n’influence pas le pays et encore moins qu’il n’influence pas au niveau international... en bien ou en mal.

                        a bon entendeur...


                      • frédéric lyon 24 octobre 2008 02:45

                        Je n’ai pas dit que vous ne viviez pas aux Etats-Unis, j’ai dit qu’il y avait trop d’imposteurs sur ce site, qui prétendent être ce qu’ils ne sont pas et qui cachent ce qu’ils sont réellement, donc la prudence s’impose.

                        Agoravox est visiblement incapable de déceler les fraudes, et ne réagit pas lorsque ces fraudes sont dénoncées par les participants aux forums.

                        Chacun peut le constater tous les jours.

                        Celà étant dit je prends acte que vous habitez la région de Los Angeles, une région que je ne connais pas personnellement.

                        Pour en revenir à l’élection, la personnalisation et la médiatisation (le star system étendu au domaine politique) est inévitable, j’en conviens volontiers.

                        Les médias savent à qui ils s’adressent et, apparemment, leurs études et les analyses qu’ils font de leur clientèle-cible, ne les ont pas conduit à avoir une haute estime du niveau intellectuel moyen des gens à qui ils destinent leurs messages.

                        Il suffit de regarder les annonces publicitaires, ou la propagande politique, qui sont les deux mamelles du cirque médiatique, pour s’en apercevoir.

                        Il n’en demeure pas moins que l’Administration Américaine ne repose pas sur la personnalité d’un tel ou un tel, fût-ce le Président des Etats-Unis d’Amérique.

                        Les décisions politiques de ce pays sont prises à l’issue de processus complexes, qui ne résument pas à savoir qui est le Président, Obama ou McCain.

                        D’ailleurs, je vous parie que dès le lendemain d’un élection éventuelle (et probable) d’Obama et de ses premières prises de décision importante, nous commencerons à entendre éructer tous ceux qui voudront s’étonner que ces décisions ressemblent comme deux gouttes d’eau, ou presque, aux décisions que McCain aurait sans doute prises à sa place !


                      • Mr Mimose Mr Mimose 23 octobre 2008 18:50

                        Les républicains vont voler le vote en faveur d’obama, il y aura des révoltes, Bush va décreter la loi martiale et hop le tour est joué, Bush reste au pouvoir !
                        Elle est pas belle la vie ?


                        • antitall antitall 23 octobre 2008 19:24

                          les goulags sont même opérationnels....http://www.apfn.org/apfn/camps.htm


                        • Cascabel Cascabel 23 octobre 2008 22:30

                          OK mimose, moi je vous torche un autre scénario.
                          Obama gagne, mieux "il" triche pour cela. La gauche est super contente et du coup ne dénonce pas la fraude. Parallèlement les USA qui sont en faillite fabriquent du papier monnaie en quantité. L’inflation plombe alors les ménages défavorisées et des émeutes éclatent. Obama impose la loi martiale, prend des mesures impopulaires et rempli les camps. Pour cela il est obligé de s’appuyer sur une base militante qui le soutient en tout et pour tout. Il donnera à cette dernière des avantages significatifs pour mieux peser sur le reste du pays.
                          Quand la crise sera à son comble, Obama est destitué sur le motif qu’il est un imposteur puisqu’il est né au Kenya et non à Hawaii comme il le prétend. Hillary le remplace et impose à son tour la loi martiale mais cette fois-ci en se présentant comme une libératrice. Le système est épargné et beaucoup continuent à se croire en démocratie.

                          Maintenant, moi je parie sur la victoire d’ Obama car pour ce mandat là un républicain ne peut pas être au pouvoir. C’était ou Hillary ou Obama. Cela fait plus de huit mois d’ailleurs que je mise sur Obama, et jusqu’ à présent l’actualité me donne raison.






                        • Mr Mimose Mr Mimose 24 octobre 2008 08:26

                          Oui, interessant votre scénario Cascabel.
                          Bon tout cela reste de la fiction. Espérons que cela n’arrive pas, qu’Obama soit élu et arrive à sortir le pays de la crise !


                        • JONAS JONAS 23 octobre 2008 18:51

                          Les USA étaient considérés dans le monde, en dehors de l’Occident, comme la Grande Babylone et la France la Petite.

                          Ils vont perdre leur titre si Obama est élu. La France seule ne pouvant représenter la Grande Babylone, c’est l’Europe qui va prendre le relais et à juste titre.

                          À voir l’engouement que vous avez pour être gouverné par des personnes d’origines étrangères, si j’étais le Président du PS, je ferai du charme à Yannick NOAH, je lui céderais même ma place, il est la personne la plus populaire de France.

                          À force de se repentir, à force de renier ses valeurs, son histoire, on n’a plus d’avenir que par les autres, sous-entendu ceux devant lesquels on s’est mis à genoux !

                          C’est votre avenir et celui de vos enfants que vous fixez en ce moment.

                          Je ne voudrais pas être à leurs places, je doute que leurs futurs maîtres leur fassent des cadeaux ! Ils vont payer l’addition !

                          Bonne soirée…


                          • guibbs 24 octobre 2008 09:02

                            Et que faîtes-vous du droit du sol ?

                            Les Français d’origine africaine sont nés en France, ils sont donc Français à part entière ! Ils peuvent donc prétendre à la magistrature suprême.

                            Néanmoins, j’avoue moi-même que j’aurais du mal à voter pour un cadidat beur...soyons honnêtes pour la vaste majorité des Français, la religion tout autant que la race pourrait être un critère rédhibitoire.

                            C’est pour cela que les principaux partis politiques français ne mettent pas en avant de tels candidats, les Français ne sont simplement pas prêts !


                          • antitall antitall 23 octobre 2008 19:16

                            Les questions,que va donner la fraude ? que vont faire les machines à voter Diebold ? une autre maguouille en pespective ? une "surprise d’octobre" ?.....Bush (et sa clique d’assassin )n’a été qu’un usurpateur ,un criminel et un escroc ! on ne peut pas faire aussi pire que ça,sans compter le discrédit et la haine anti-américaine répandue à coup de bombe à fragmentation,de missile,de coups d’états,de massacre de masse,de mensonges, de ruinage de pays et de propagande....la"côte"est au plus bas !! le travail sera très difficile.....avec mac cain ,ils se régleront à coups de bombes atomique ......
                            http://www4.dr-rath-foundation.org/The_Hague/complaint/complaint04.htm


                            • judel.66 23 octobre 2008 22:02


                               bien sur ..obama perdra dans l’isoloir .... jamais le yankee profond ne votera pour un noir.....il se reconnait dans busch et a voté pour lui 2 fois.....


                              • antitall antitall 23 octobre 2008 22:31

                                et les isoloirs s’appellent Diebold ,machines à voter (selon l’humeur de ceux qui les contrôlent...) smiley


                              • Nexuses 23 octobre 2008 22:43

                                 c’est interessant de voir d’autres points de vue.

                                The Reverse-Bradley Effect

                                The WashingtonPost.com
                                www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/10/21/AR2008102102328.html
                                By Kathleen Parker
                                Wednesday, October 22, 2008 ; 12:00 AM

                                At this juncture, I wouldn’t want to bet even a subprime mortgage on this presidential election. As perhaps never before, multiple hidden factors could alter the outcome.

                                Judging by polls, it would seem that Barack Obama will be our next president. Monday’s Washington Post-ABC tracking poll, for example, showed Obama even winning 22 percent of conservatives and getting 12 percent support among Republicans.

                                But polls only reflect what people say they think, not what they really think.

                                Which is to say, we have both an election and a shadow election in progress. The latter, in which unconscious motivations come into play and buried prejudices surface in the privacy of one’s voting space, is the one that counts — and that can’t be quantified in advance.

                                The 2008 election may prove to be history’s highest stakes game of Liar’s Dice.

                                Among the hidden factors is the so-called Bradley Effect, meaning that whites lie to pollsters about their support for a black candidate. It is cited as the reason Los Angeles Mayor Tom Bradley lost to George Deukmejian in the 1982 California governor’s race, despite polls showing him up to seven points ahead.

                                But equally significant this time may become known as the Reverse-Bradley Effect : whites who would never admit to voting for a black man, but do. And, expanding the definition somewhat, Republicans and conservatives who would never admit to voting for a Democrat, especially one so liberal. Whether these dynamics are in balance won’t be known for a while — or perhaps ever. That’s because the crux of the reverse syndrome is a code of omerta.

                                No one talks.

                                While some have minimized the impact of a Bradley effect in this election, we’d be wrong to discount it. Anti-black has morphed to some degree into anti-foreigner and anti-Muslim.

                                "Palling around with terrorists," as Sarah Palin said of Obama, gets to an underlying xenophobic, anti-Muslim sentiment. Using surrogates who strategically use Obama’s middle name, Hussein, feeds the same dark heart.

                                This tactic, denied but undeniable, has been effective with target audiences, some of whom can be viewed on YouTube entering a Palin rally in Pennsylvania. One cherubic older fellow totes a stuffed Curious George monkey wearing an Obama sticker as a hat.

                                "This is little Hussein," he says, holding the monkey up to the camera and cackling as he walks away.

                                To McCain’s credit, he has tried to correct his audience — when, for example, a woman said she couldn’t trust Obama because he’s an Arab. Gosh, wonder where she ever got that idea ? But the McCain-Palin bad cop-good cop routine is what it is. The hot babe lathers the crowd ; the noble soldier hoses them down. This isn’t a campaign ; it’s a sideshow.

                                Nevertheless, it is fair to concede that a few fruitcakes — those who yell epithets or make racial slurs — are not representative of Republicans, any more than those now Photoshopping ugly (and violent) depictions of Palin should be considered typical of Democrats.

                                One can hope that the uglies will cancel each other out. That leaves an X Factor of possibly exponential proportions that includes not just the Bradleys, but the Reverse-Bradleys.

                                I’ve received too many e-mails and had too many conversations that began, "Just between you and me," and ended with, "I wouldn’t want anyone at work to know," to believe that this is an insignificant trend.

                                Sitting quietly at their desks are an unknown number of discreet conservatives who surprise themselves as they mull their options. Appalled by McCain’s erratic behavior, both in dealing with the financial crisis and his selection of an unsuitable running mate, they will quietly (and with considerable trepidation) vote for Obama.

                                Are they are worried about higher taxes, a premature withdrawal from Iraq, and Obama’s inexperience in matters executive ? You betcha. But they do not want to vote for a divisive, anti-intellectual ticket headed by a man who, though they admire him, lately has made them embarrassed to be Republicans.

                                Should Obama win, it will be in part because some number of quiet, mostly white-collar men and women who speak Republican in public voted Democratic in private.

                                Whatever the final tally, Obama should not interpret his victory as a mandate. Many of the Reverse-Bradley ballots won’t have been votes cast for Obama, but against a campaign turned ugly. They also will have been delivered with solemn prayers that Obama will govern as the centrist, pragmatic leader he is capable of being.



                                www.nexus-et-jonction.com/






Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Garçon

Garçon
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès