Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Obamacare : une victoire par le peuple et pour le peuple

Obamacare : une victoire par le peuple et pour le peuple

Faire de la politique en France et aux Etats-Unis ne relève vraiment pas des mêmes méthodes ou convictions. En France, le débat se fait finalement relativement sur le fond, même s’il reste assez démagogique pour la plupart des candidats, et les campagnes sont assez civilisées et réglementées notamment sur les dépenses. Je pense que l’existence d’une certaine dose de pluralisme (le PS et l’UMP ne totalisent que 57% des voix au premier tour des présidentielles 2012…), relève aussi le niveau en imposant parfois des sujets qui ne sont pas forcément ceux sur lesquels les deux partis majoritaires voudraient s’affronter.

Aux Etats-Unis, royaume du bipartisme, le discours reste extrêmement rhétorique, très simpliste notamment quand on écoute les débats des primaires Républicaines. Surtout, l'argent investit fait souvent la victoire et tous les coups sont permis : la vie privée, la famille, les amis, la religion… car « les Américains ont le droit de savoir ».

Peut-être en ferai-je le sujet d’un prochain billet, mais je voudrais d’abord et avant tout m’attarder sur un point qui me parait essentiel alors que, les élections françaises étant passées, je m’apprête à revêtir mon T-Shirt Obama-Biden (version 2008, il faut que je réactualise !) et que mon « bumper-sticker » 2012 est déjà bien voyant à l’arrière de ma voiture - ce qui doit faire jaser dans mon voisinât...

Quelques soient les convictions que l’on défende en politique française, on retrouve une majorité de Franco-américains ou expatriés soutenir les Démocrates au nom d’une motivation simple : « what is right versus what is wrong ». Cette notion basique du bien et du mal peut paraitre grossière et exagérée, mais elle est tout à fait légitime, et se vérifie très bien dans le cas du désormais fameux Obamacare.

Comment expliquer la guerre, que dis-je, la croisade dans laquelle les Républicains se sont engagés, contre une loi juste et nécessaire pour les américains, et qui constitue un véritable progrès pour le pays ? Le problème est bien là : ils ne peuvent pas laisser passer une telle victoire pour Barack Obama. Car il s’agirait d’une victoire personnelle d’abord, historique ensuite, et idéologique enfin.

Personnelle, parce qu’il s’est engagé sur cette loi depuis sa campagne de 2007 et que les Républicains sont eux-mêmes responsables d’avoir affublé le « Affordable Care Act » du doux nom d’Obamacare. Comme le dit Obama lui-même : « Yes, he cares !  ». Historique parce que tous les présidents, qu’ils furent Républicains ou Démocrates, se sont échoués sur l’iceberg aussi complexe que profond de la réforme du système de santé. On se souviendra en particulier de l’échec retentissant de Bill et Hillary Clinton dans les années 90 avec l’usine à gaz qu’ils avaient voulus faire passer en force contre l’avis de la plupart des acteurs du système. Enfin idéologique, car elle porte soit disant atteinte au « free-market » en mettant les fructueuses compagnies d’assurance sous pression face à la création d’une offre concurrente gérée par le gouvernement pour forcer la baisse du coût des polices d’assurance. Enfin, le nouveau mandat rendant la souscription à une assurance maladie obligatoire pour tout citoyen sous peine d’une pénalité financière - comme l’est actuellement l’assurance automobile pour tout conducteur d’ailleurs - est mis en jeu comme une atteinte aux libertés individuelles si chères aux américains, à juste titre ceci dit, mais souvent au détriment de l’esprit de solidarité gouvernemental (on trouve d’autre part aux Etats-Unis un effort admirable de soutien bénévole au niveau associatif, au sein des communautés et dans les quartiers, ainsi qu’une forte culture du don financier qui renforce pour eux l’idée du choix de faire ce qui est juste sans besoin d’intervention de l’Etat, mais c'est un autre sujet).

Du coup 26 Etats, tous dirigés par des Républicains, ont porté plainte auprès de la Cour suprême, composée de 9 juges indépendants mais très politisés (5 plutôt Républicains contre 4 plutôt Démocrates), considérant l’Affordable Care Act comme une loi anticonstitutionnelle.

Apres 3 mois de délibération, les 9 juges ont approuvé la loi à 5 votes contre 4. Le juge Roberts, qui a fait peser la balance dans le sens des Démocrates, a expliqué que « le gouvernement fédéral n’a pas le pouvoir d’ordonner aux gens d’acheter une assurance santé, mais il a le pouvoir d’imposer ceux qui n’ont pas d’assurance maladie ». Il est en effet prévu par cette loi que les pénalités soient recouvrées par le fisc américain (l’Internal Revenue Service, bien connu sous l’acronyme IRS) comme une taxe.

C’est la victoire historique du passage d’une loi pour le peuple et par le peuple, la plus importante dans le domaine de la santé depuis la création de Medicare (sécurité sociale pour les personnes âgées) et Medicaid (sécurité sociale pour les pauvres) en 1965 sous le Président Johnson (par ailleurs encore mal jugé par l’histoire à cause de sa responsabilité dans l’enlisement de la guerre du Vietnam malgré un bilan remarquable en politique intérieure, un autre sujet aussi !).

Le revers de la médaille est que la rage des Républicains a redoublée, et la levée de fonds pour Romney qui dépasse déjà celle de la campagne d'Obama, va elle aussi redoubler. Le leitmotiv est que le mot « taxe » a été lâché, ce qui est un argument fort contre Obama qui avait promis, et tenu, de ne pas augmenter les taxes sur la classe moyenne. Mais une taxe-évitable est-elle une taxe ou une pénalité ? La nuance fera-t-elle la différence ?


Quoi qu'il en soit, les Républicains ont déjà investi $235 millions en publicité et affiches anti-obamacare et déclarent habilement à 4 mois de l’élection « Si on veut se debarasser d'Obamacare, il va falloir remplacer le Président Obama ».


Cette victoire pour le peuple sera-t-elle reprise par le peuple ?


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • schuss 1er juillet 2012 21:20

    bonjour,
    le temps nous dira si cette loi est une bonne loi pour au moins deux raisons :

    1) nos systèmes de soins occidentaux créent plus de maladies qu ils n en soignent ! il serait étonnant que les américains échappent aux lobby sanitaires qui sévissent dans le domaine de la santé.
    2) la contre partie de l accès aux soins est le puçage des américains. chaque assuré social devra recevoir dans son corps une puce informatique ! pourquoi diantre injecter une puce électronique dans le corps des individus ? n y a t il pas de technologie suffisamment sûr pour le faire sur une structure de type carte de crédit ? La puce injectée sera une mémoire des informations concernant l assuré. qui peut nous assurer qu elle ne possédera pas non plus la capacité d engendrer des micro courants suffisant pour perturber directement la circulations des énergies subtiles du corps humains telle que la circulation du Chi ! la perturbation du Chi est a l origine des affections organiques que nous appelons maladies en occident. L acupuncture fonctionne uniquement sur le principe de la restauration de la libre circulation du Chi dans le corps...
    La puce informatique est une très mauvaise idée sauf si le but est de contrôler les Américains eux mêmes et non pas le parcours de soins...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès