Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Obsession présidentielle

Obsession présidentielle

Ceux qui ont fait campagne aux élections européennes ont entendu très souvent un message des citoyens : le rejet du système politique. Message en grande partie lié à un phénomène devenu primordial en France depuis l’instauration du quinquennat. Ce phénomène, c’est l’obsession présidentielle.

Une fois tous les 5 ans, le peuple de France désigne le chef de l’Etat et, aussitôt dans la foulée, vote pour ses députés. Résultat : l’Assemblée est asservie à la victoire du chef suprême. Et l’élection présidentielle est la seule « utile » pour les partis. Bayrou le sait ; il l’a trop dit. Sarkozy le sait aussi ; il fait tout pour que ça dure. Les chefs socialistes se déchirent pour cela ; l’obsession, chez eux, tourne au drame collectif. Les autres tentent leur chance.

Dans ce « délire » généralisé, un OVNI déboule : Europe Ecologie. Pour une campagne qui mobilise une partie minoritaire de l’électorat (40% de votants). Europe Ecologie réussit à conjuguer, pour le moment, des horizons associatifs et citoyens largement autonomes, bien dans l’air du temps (au bon sens du terme). Cette dynamique s’est cristallisée en quelques mois autour d’un chef de file qui rejette toute ambition présidentielle. Cohn-Bendit ne veut être ni président de la République (de toute façon il n’est pas Français de nationalité), ni même président de parti (« c’est pas mon truc » dit-il). L’OVNI vert a, en quelque sorte, percuté l’obsession présidentielle à la française, un peu comme on ouvre une brèche en psychanalyse.

Il y a encore des électeurs fidèles à des socles classiques (minoritaires). Mais pour ceux qui attendent « autre chose », la cohérence du message est essentielle. C’est une question de stratégie. Sortir de l’obsession n’est pas facile. Mais c’est nécessaire.

Vers une VIè République guérie de son obsession

Bayrou veut une VIè République. Cela tombe bien. Que le Modem se mette en cohérence avec son projet ! Et si cette République nouvelle abandonnait l’idée de l’élection suprême ? Cela permettrait plus facilement de présenter aux citoyens des projets plutôt que des chefs.

Chez les Verts et au Modem, on trouve des candidats et des militants motivés, des contenus élaborés et réfléchis collégialement, ainsi qu’un projet de société. Depuis octobre dernier, le Modem a mobilisé près de 4 mille personnes pour construire son programme européen, avec un message écologique fort mais mal mis en valeur ! Le Mouvement Démocrate doit sans doute s’offrir un nouveau mode de gouvernance, comme le souhaite Corinne Lepage.

Inutile de jouer les boyscouts au pied d’une pyramide qui s’enfonce. Il vaut mieux miser sur des réseaux pensants, organisés pour le débat et l’affirmation d’alliances électorales, le moment venu. Passer de l’obsession présidentielle à l’obsession de placer les personnes au centre de la politique.

L’idéal serait que les abstentionnistes viennent participer à cette façon de faire de la politique « autrement », comme dirait Jean-François Kahn. Un rêve ?

Laurent Watrin


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • L’obsession présidentielle, c’est Sarkozy qui en souffre le plus. L’ennui, c’est que même élu et en fonction depuis deux ans, il en souffre encore. Eternel Iznogoud, il en veut toujours plus. Il lorgna vers la présidence de l’Europe qu’il voulut garder et qu’il prolongea un peu au-delà de son mandat, vers le poste d’Obama qu’il jalouse. Il veut être président de tout, même du pouvoir d’achat, d’Internet, de la télé, des faits d’hiver, de l’histoire à sa façon, de la religion à sa façon, de la culture à sa façon, des faits d’hiver, de la justice, de l’écologie. Et, en fin de compte, à trop en faire, il n’est plus président de la République du tout.

    Je vous le dis : l’obsession présidentielle, c’est Sarkozy qui en souffre plus ! Juste après, c’est Jean-Franois Copé.


    • LE CHAT LE CHAT 11 juin 2009 12:22

      @taverne

      iznogoud , c’est Bayrou en ce moment , et he’s no good du tout ! et haroun el Poussah est là pour longtemps tant qu’il aura de tel loosers en face . Au P.S , c’est encore pire , il s’entretuent à savoir qui sera leur iznogoud !


    • JoëlP JoëlP 12 juin 2009 08:44

      Il y avait trois obsédés. Congrès de Reims, exit Royal. Européennes, exit Bayrou. Il en reste encore un, Amédée ou comment s’en débarrasser ? Attention aussi au Copé et à tous les raseurs qui se rasent en y pensant !  


    • Alpo47 Alpo47 11 juin 2009 11:26

      .... mais surtout pas Bayrou ?


      • bernard29 bernard29 11 juin 2009 12:38

        Malheureusement pour casser cette obsession présidentielle, il faut gagner les présidentielles.

        C’est le piège de notre constitution . Car à peine élu « le président » devient obsessionnel.


        • plancherDesVaches 11 juin 2009 14:17

          Tout ce que je vois est que de Chirac à Sarkosy, nous sommes passés de mauvais à pire.


          • Omniprésident ou OVNIprésident serait le choix pour 2012 ? Non ! ça y est, tout est joué  !

            Le Dany a bien rempli son rôle piloté par Mémaître de l’Elysée et désormais les jeux sont faits (et nous aussi) : le poste est réattribué à Sarkozy. On fera voter le peuple par simple formalité.

            Dans ce contexte, une obsession présidentielle pour 2012 serait bien malvenue et pour tout dire pafaitment vaine et inutile.

            Mais pour le mandat suivant, pourquoi pas  ? Xavier Bertrand ? Jean-François Copé ? Jean Sarkozy ? Leur obsession a déjà commencé...


            • Et pardon à tous de vous montrer la réalité aussi crument. Mais dura lex sed lex.

               


            • moebius 11 juin 2009 21:41

               Summum jus, summa injuria , chef ! 


            • Lapa Lapa 11 juin 2009 16:15

              cette mascarade électorale au suffrage universel uninommal à deux tours tous les 5 ans plombe notre horizon politique .

              A la rigueur, qu’on foute un roi sur le trône et que les élections décentralisées puissent permettre aux citoyens de choisir leurs dirigeants locaux et une assemblée nationale. Au point où nous en sommes...


              • moebius 11 juin 2009 22:55

                obsession....


                • andz 12 août 2009 16:48

                  avant le quiquenat les election legislative faisaient contrepoids maisegime semi parlementaire a totalement presidentiel meme les etats unis qui en sont le meilleur exemple ont des election parlementaire de mi-mandat nous sommes donc actuellement dans une semi-monarchie ou le seul qui puisse remporter en les faisant obligatoirement coincider avec les presidentielles elles sont videes de leur substance elles ne servent a rien nous sommes passes d’un rla presidentielle est l’homme qui a le plus grand parti derriere lui jospin en creant le quiquenat a donné a la gauche le baiser de la mort car le melange explosif UMP+quiquenat = monarchie sarkozyste 


                  • andz 12 août 2009 17:07

                    avant le quiquenat les elections legislatives faisaient contrepoids a la presidentielle mais elle sont desormais inutiles car places obligatoirement apres la presidentielle d’un regime semi-parlementaire nous voila rendu a un regime presidentiel mais meme les etats unis qui sont le meilleur exemple de regime presidentiel on des elections parlementaires de mi mandat nous sommes actuellement dans une monarchie elective ou seul l’homme ou la femme qui a derriere lui le plus grand parti peut gagner la presidence jospin en creant le quiquenat a donne le baise de la mort au PS parti trop disperse et a favorise l’UMP qui lui deumeure uni derriere un chef incontestable cense representer toute la droite

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès