Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Olivier Guichard (1920-2004), le baron typique du gaullisme (...)

Olivier Guichard (1920-2004), le baron typique du gaullisme (2/2)

« On ne se méfie jamais assez de son passé. » ("Nouvel Ouest", mars 2000).
Seconde partie.



Olivier Guichard, qui a disparu il y a exactement dix ans, fut l’un des hommes politiques les plus fidèles du Général De Gaulle. Ministre et élu au long cours, il a soutenu la candidature malheureuse de Jacques Chaban-Delmas en 1974.


Le légitimisme en politique

Très étrangement, la situation des clivages internes à la majorité giscardo-gaulliste s’est par la suite inversée : après la démission avec fracas de Jacques Chirac de Matignon en été 1976 qui allait mener pendant cinq années sa guerre de tranchées contre le pouvoir giscardien, Valéry Giscard d’Estaing s’était rapproché des barons gaullistes pour endiguer la véhémence chiraquienne. C’est comme cela que Jacques Chaban-Delmas a été élu au perchoir en mars 1978 grâce aux voix UDF contre le sortant Edgar Faure soutenu par le RPR.

Entre 1976 et 1981, Olivier Guichard faisait donc figure, au même titre que Robert Boulin et Alain Peyrefitte, de premier-ministrable, la personnalité RPR incontestable proche du giscardisme (par légitimisme) qui aurait pu réduire les prétentions de Jacques Chirac.

Le 28 août 1976, Michèle Cotta notait ainsi dans ses Cahiers : « Je dis que [ces barons] ne sont pas mécontents [du] départ de [Chirac de Matignon]. Olivier Guichard est-il le nouveau "coordinateur" ? [Yves] Guéna sourit : "Coordinateur, c’est un mot chargé désormais de maléfices ; il aura un rôle politique, sans coordonner quoi que ce soit". ».

Olivier Guichard fut en effet nommé Ministre d’État, Ministre de la Justice dans le premier gouvernement de Raymond Barre, du 27 août 1976 au 29 mars 1977, succédant à Jean Lecanuet. Sa présence très politique avait pour objectif d’assagir le RPR mais cette stratégie giscardienne n’a pas été couronnée de succès.


Amertume postgiscardienne

Après le premier tour des élections municipales et la victoire de Jacques Chirac à Paris, Michèle Cotta écrivait le 14 mars 1977 dans ses cahiers : « [Philippe Moret, conseiller politique de Guichard] croit savoir que Giscard prévoit un remaniement ministériel après les élections municipales, toujours dans le but de "dégager" ce qu’il appelle les "mauvais" ministres. Dont, sans doute, Olivier Guichard à ses yeux fait partie. Raymond Barre, lui, serait très hostile à ce remaniement. ». Et Michèle Cotta de conclure : « Le ton a changé : Chirac aurait-il gagné aussi chez les barons ? ».

Le 30 mars 1977, Michèle Cotta faisait état d’une conversation « avec Olivier Guichard, notamment, qui venait de recevoir la lettre de Raymond Barre lui notifiant son éviction du futur gouvernement. Il est un peu écœuré, tout en sachant qu’il n’est pas arrivé à faire ce pour quoi il était entré au gouvernement, c’est-à-dire contenir Chirac. Au reste, comment quelqu’un a-t-il pu penser que Guichard, avec sa placidité et son bon sens, son expérience aussi, parviendrait-il à contenir ce cheval échappé ? Il n’a peut-être pas servi à cela, mais il a découvert à cette occasion, me dit-il, qu’il était impossible de gouverner avec Giscard, "à la fois macro et micro-interventionniste", auquel il n’a jamais vraiment pu parler. ».

Le fidèle lieutenant giscardien Michel Poniatowski a confirmé auprès de Michèle Cotta le 20 mai 1981, juste après l’échec présidentiel, ce type de constat : « Giscard a usé du monde sans prendre beaucoup de précaution : Lecanuet, Guichard, et même Alexandre de Marenches. (…) Il en a usé sans témoigner de rien. Ce qui me choque, c’est le gâchis des hommes ! Il est vrai que c’est une mécanique horriblement compliquée. Il y a des aspects très contradictoires, chez lui ! ».

Se confiant à Michèle Cotta le 20 décembre 1977, Olivier Guichard ruminait encore son éviction : « Après tout, si les ministres politiques [lui, Ponia, Lecanuet] ont sauté, s’ils ont été vidés du deuxième gouvernement Barre, c’était pour que le gouvernement soit autonome vis-à-vis des partis, et que ceux-ci conduisent eux-mêmes leurs électeurs en dehors du gouvernement. Alors, pourquoi Barre irait-il maintenant conduire la campagne des législatives [de mars 1978] ? ».

En 1977, il laissa donc son portefeuille à Alain Peyrefitte et ne remit plus jamais les pieds dans la salle du conseil des ministres. Il fut nommé ensuite au Conseil d’État en 1978.


Contenir Chirac

Pendant la fin du septennat giscardien, Olivier Guichard s’était opposé au comportement très arrogant de Jacques Chirac. Au cours d’un dîner avec lui, le 11 avril 1978, Michèle Cotta précisait : « [Guichard] est accablé, littéralement, par la dérive du RPR chiraquien. Au fond, il n’a jamais aimé Chirac, dont tout sépare. Pas seulement la conception du gaullisme, mais la conception de la politique elle-même. L’activisme de Chirac l’exaspère, ses conseillers aussi, et surtout le ton personnel, revanchard, sur lequel se passe ce règlement de comptes, qu’il juge inutile, entre Chirac et Chaban. ».

yartiGuichardOlivier03

Olivier Guichard s’était opposé à la constitution d’une liste RPR aux élections européennes du 7 juin 1979. À ceux qui disaient que Jacques Chirac a présenté cette liste pour sauver le gaullisme, Olivier Guichard rétorquait : « Quand on fait moins de 16% des voix, on ne sauve rien ! » (26 septembre 1979).

Un peu avant, le 4 avril 1979, devant Michèle Cotta, Olivier Guichard s’était montré toujours très agacé par Jacques Chirac : « Je n’ai pris position contre [Chirac] qu’une fois : après l’appel de Cochin, le 6 décembre [1978]. Lorsque je suis intervenu au comité central [du RPR] sur les problèmes européens, un peu avant, mes propos ont été applaudis par la plupart des parlementaires et accueillis par des hurlements de rage par le service d’ordre. Alors, forcément, je me suis un peu lassé… (…) Je ne vois pas d’inconvénient à ce que Jacques Chirac poursuive son aventure politique personnelle. Mais voilà : la baptiser comme étant gaulliste, je trouve cela scandaleux. Et, aujourd’hui, j’ai l’intention de continuer à dire ce que je pense. J’en suis même à envisager de quitter le RPR ! ».

Et Michèle Cotta poursuivit ainsi son récit quasiment prémonitoire : « Toujours aussi aigu, aussi fin analyste que son apparence est lourde, Guichard va plus loin : "Quand Chirac dit, comme il le fait en ce moment : Giscard sera battu, il dit en réalité : je le ferai battre. Il finira par le faire, tout le monde le sait ! (…) Toute tragédie commence quand les héros, emportés par leurs passions, deviennent aveugles et sourds." ».

En 1981, comme d’autres gaullistes légitimistes, très hostiles à la candidature de Jacques Chirac, il a soutenu Valéry Giscard d’Estaing à l’élection présidentielle dès le premier tour.

Durant les vingt dernières années de sa vie politique, Olivier Guichard se consacra à son fief, la région des Pays de la Loire et sa ville de La Baule où il a favorisé le tourisme de haut niveau. Le 27 juillet 1990, il épousa en secondes noces (il était veuf) la journaliste Daisy de Galard née de Gourcuff (1929-2007) qui avait été nommée membre de la CNCL (Commission nationale de la communication et des libertés) en 1986 par Jacques Chaban-Delmas en même temps que Jacqueline Baudrier, et reconduite membre du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) en 1989 (jusqu’en 1995) par Alain Poher.


De Gaulle avant tout

Olivier Guichard prit sa retraite de maire en 1995, de parlementaire en 1997 et de président de conseil régional en 1998. Il se consacra à la rédaction de deux livres sur le gaullisme publiés en 1999 ("Du particulier au général" et "Vingt ans en 40") avant de s’éteindre cinq années plus tard.

Plusieurs années avant, Olivier Guichard avait déjà rédigé un livre sur De Gaulle ("Mon Général", en 1980), et Michèle Cotta dans ses Cahiers a détaillé le 24 avril 1980 ce qu’en disait l’auteur : « Il y a travaillé trois ans en se retirant quelques heures par jour dans un endroit où personne n’a jamais eu l’idée de le chercher : dans son bureau de l’Assemblée Nationale. (…) Il faut dire qu’ils [De Gaulle et Guichard] ont vécu tous les deux à peu près seuls rue de Solferino, en 1947, quand tout le monde commençait à leur tourner le dos. ».

Olivier Guichard avait décelé chez De Gaulle une "faille" en 1968. Ses ministres ne lui "obéissaient" plus : « Il s’est senti privé de ses courroies de transmission. Il a voulu établir un contact personnel direct avec les Français, le 24 mai [1968], et cela a été une catastrophe. Puis il a voulu en sortir par un référendum, et son idée a fait fiasco. Après les législatives, qu’il n’avait pas voulues et qui ont néanmoins été un triomphe, il est revenu à son idée de référendum, et il s’est cassé la gueule. Personne n’a essayé de le retenir vraiment, et d’ailleurs, personne n’aurait pu le faire. ».

Et Michèle Cotta de conclure, sur Olivier Guichard lui-même : « Il parle à cette époque déjà ancienne avec une sorte de désolation. Peut-être pense-t-il à tout ce qu’il a fait aux côtés du Général, et surtout à ce qu’il n’a pas fait : être son Premier Ministre. À un moment de la conversation où il commence à parler de sa carrière à lui, Olivier Guichard, il s’arrête, soupire et me confie dans un élan : "Finalement, je tiens davantage au Général qu’à moi !". Je ne sais pas pourquoi, je ne doute pas de sa sincérité. ».


Grognard grognon

Grognard fidèle de la légende gaullienne, Olivier Guichard avait eu de quoi soupirer pendant toutes ces années après le départ de De Gaulle : Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac. Il aurait sans doute soupiré davantage s’il avait vécu encore un peu plus longtemps avec Nicolas Sarkozy et François Hollande


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (20 janvier 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Les héritiers du gaullisme.
"Cahiers secrets de la Ve République" par Michèle Cotta (éd. Fayard).
Charles De Gaulle.
Michel Debré.
Georges Pompidou.
Alain Poher.
Jacques Chaban-Delmas.
Pierre Messmer.
Valéry Giscard d’Estaing.
Jacques Chirac.
Raymond Barre.
Alain Peyrefitte.
Jean Lecanuet.
Edgar Faure.
Roger Galley.
Jean-Marcel Jeanneney.
Jean Foyer.
Robert Boulin.
François Fillon.

yartiGuichardOlivier04
 


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Chavireau 22 janvier 2014 16:39

    Olivier Guichard était un baron d’Empire (avant d’être un « baron » du gaullisme).


    • BarbeTorte BarbeTorte 22 janvier 2014 21:20

      Pour moi, Olivier Guichard, c’est surtout la pseudo-région « Pays de la Loire » et le bétonnage de La Baule.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès