Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Opposition tunisienne : L’Histoire vous attend et vous jugera (...)

Opposition tunisienne : L’Histoire vous attend et vous jugera !

Il est clair, en ce début décembre, que la Tunisie est dans une situation critique : Un pouvoir non seulement incompétent mais qui n’hésite pas, par le biais de milices, à semer la terreur, une économie en perte de vitesse avec de toute évidence une crainte des investisseurs devant un tel désordre, un tourisme qui ne risque pas de se développer, l’image du pays à l’étranger étant particulièrement mauvaise.

De nombreux organismes internationaux condamnent les pratiques de ce pouvoir et la Ligue des Droits de l'Homme renonce - acte fort - à tenir son congrès dans ce pays.

Il est clair que cette situation tient au fait que le pays est profondément divisé mais surtout dans une situation institutionnelle bâtarde qui ne peut perdurer sans causer de graves dommages.

 

Le pouvoir actuel n’a plus de légitimité ni politique, ni morale, ni juridique !

Mais l’opposition est trop désunie pour en tirer toutes les conséquences qui s’imposent, bien qu’elles soient évidentes.

Que le pouvoir soit illégitime c’est, malgré les discours de la troïka, une évidence pour tout juriste et même pour tout citoyen suffisamment lucide.

Doit-on rappeler qu’en démocratie l’unique source du pouvoir est le peuple ? Il semble que ce rappel soit nécessaire puisque aujourd’hui le pays n’en tire pas la conséquence qui s’impose.

Qu’a décidé le peuple tunisien ? La seule façon de répondre logiquement et juridiquement à cette question fondamentale est de dire qu’il s’est exprimé sur la base, et uniquement sur la base du décret de convocation aux élection du 23 octobre 2011.

Or ce décret, quelles que soient les analyses et les arguties que l’on peut tenter, est très clair : le peuple était appelé à voter pour élire des députés à Une Constituante qui devait élaborer une Constitution dans le délai d’un an. Le peuple a-t-il voté autre chose ? Non.

Au terme du délai d’un an, c’est-à-dire le 23 octobre 2012, la Constituante, et donc le pouvoir qui en est issu, n’a plus de légitimité puisque le délai décidé par le peuple était passé.

 

Il n’est nulle part indiqué autre chose qui permette de croire qu’il puisse en être autrement !

D’ailleurs, si l’on soutient que le délai d’un an n’était pas impératif, quel est le texte qui permet de le dire ? 

La Constituante est-elle alors sans limite dans le temps ? Si telle est l’analyse, l’on se trouve alors en présence d’une dictature d’Assemblée et donc du pouvoir qui en est issu.

Hors les pays totalitaires, une assemblée ne peut se maintenir au-delà du terme pour lequel elle a été expressément élue !

Or de cette situation juridique et politique claire, l'opposition n'a pas su se saisir.

Elle a continué, pour des raisons qui nous échappent mais dont on peut craindre qu’elles ne soient pas très honorables (la crainte de perdre les quelques avantages tirés de l’Assemblée) à participer à ce pouvoir, à maintenir ses élus dans l’Assemblée, à participer au jeu des institutions alors que tout cela n’a plus aucune légitimité démocratique.

Cette faute de l’opposition est grave et montre son immaturité ou sa connivence !!

Après les nombreuses exactions du pouvoir, l'opposition va boycotter l’Assemblée Constituante pendant trois jours ! C’est tout simplement risible et cela ne doit pas beaucoup impressionner le pouvoir qui, au contraire joue la montre et pourra dire que le retard est dû à l’opposition qui refuse de siéger ! Un comble !

Aujourd’hui la Tunisie est un théâtre d’ombres et n’a aucune institution juridiquement légitime. Comment voulez-vous dans ces conditions que le désordre ne règne pas ?

 

L’inaction de l’opposition le 23 octobre 2012 n'a pas eu, quoiqu’on en dise la troïka, pour résultat de maintenir une « légitimité » ! Car il n’y a pas en démocratie, de légitimité tacite !

Et ce n’est pas parce que l’opposition a continué à siéger que la légitimité est revenue.

Seul le peuple qui a voté sur une base précise est capable de redonner une légitimité ! Ce qu’il n’a pas fait. Les « petits arrangements entre amis » ne sont en aucune façon une légitimité !

Alors oui l’opposition, si elle était à la hauteur de son rôle historique, démissionnerait de l’Assemblée Constituante !! Certains vont dire que cela va créer du désordre. Certes, mais cela obligera à trancher une bonne fois pour toute cette question de légitimité qui empoisonne la vie du pays…. et dont se « joue » la troïka et Ghannouchi à sa tête.

Rien de solide ne se crée sur l’ambiguïté, sur les petits accords, sur les compromissions ; car c’est une façon de discréditer cette grande idée de démocratie et de décevoir ce peuple qui en attendait beaucoup et qui aurait pu être un exemple pour le reste du monde.

Au lieu de la clarté et de la détermination, l’opposition se fait embobiner de nouveau.

Après ce qui s'est passé à Tataouine, à Siliana et au siège de l'UGTT à Tunis ; après les tentatives d’assassinat d’hommes politiques comme Jawher Ben M’Barek, Saïd Aidi … avec passage à l’acte sur la personne de feu Lotfi Naghd de Nida Tounes, toutes ces violences étant commises par la milice de Ghannouchi qu’il nomme hypocritement « Comité de Protection de la Révolution » ; on s'attendait à ce que tous les partis progressistes et démocrates, la société civile avec toutes ses associations et syndicats, à leur tête l'UGTT... demandent la démission du gouvernement ; mais que l’opposition quitte aussi la Constituante ! 

Et qu'est-ce qu'on entend ? Encore des discours de conciliation et d'apaisement de la part de l’opposition dans un « Embrassons-nous Folleville ! » .... comme si toutes ces forces vives tremblaient devant Ghannouchi et son parti ! Qui ne manquent d'ailleurs pas de narguer de nouveau une opposition décidément toujours aussi molle !

Ceux de l’opposition ont tort d’accepter de débattre à la Télévision avec des représentants de ce que Ghannouchi s’obstine à appeler « comité de protection de la révolution » pour les narguer un peu plus ! Ces miliciens sont des voyous à la solde d’Ennahdha, ils ont du sang sur les mains.

Débattre avec eux c’est les reconnaître et légitimer leur violence !

Puisque l'UGTT donne encore une nouvelle chance à Ghannouchi et à son parti pour les sortir par le haut, en demandant à la troïka :

- la dissolution des comités de protection de la révolution,

- de revenir à la table des "palabres" avec tous les partis pour trouver des solutions consensuelles à la crise.

- de placer des ministres "neutres" aux postes régaliens,

- un agenda précis pour :

° La constitution,

° ISIE ou ce qui la remplacera,

° Date des élections ...

Avec menace de grèves générales si Ennahdha ne se plie pas à ces exigences !

 

C'est comme si l'UGTT pissait dans un violon ! 

Car depuis qu'Ennahdha est au pouvoir, ses hommes n'ont montré que mépris envers l'UGTT et toute l'opposition. Pourquoi changeront-ils aujourd'hui ? Qui peut croire un seul instant qu’ils vont coopérer, qu’ils soient sincère de vouloir le consensus … alors qu’ils continuent à nier l’évidence et refusent de reconnaître avoir échouer ! Préférant imputer leurs échecs aux « comploteurs » de l’ombre : l’opposition, les anciens du RCD … voir, l’UGTT !

Les réactions d'Ennahdha d'ailleurs, n'ont pas tardé à fuser de partout : 

- ses hommes passent de plateau TV à l'autre pour crier à nouveau au complot... et 

- rejouer la comédie de la "légitimité"... 

- puisque Ghannouchi lui-même s'en prend à toutes ces forces vives (opposition et UGTT...), et leur demande de ne plus conserver de milice ni de matériel de protection dans leurs locaux : Molotov, bâtons, pierres ... 

- leur rappelle une nouvelle fois que les comités pour la « protection de la révolution » tiennent leur légitimé du peuple ...mais doivent rendre compte à la justice (sic !) de leur exactions ... si exactions il y a !

C'est dire que Ghannouchi se fout de leur gueule à tous !

Naïveté, compromissions, crainte de perdre leurs avantages ou mauvais calculs politiques de la part de l'UGTT et de l’opposition ?

Dommage qu'à la tête de l'UGTT et des partis d’opposition il n'y ait pas de chefs courageux pour faire savoir que le temps des palabres est fini ... et que le temps joue contre les tunisiens.

En accordant encore du temps à Ghannouchi dans l'espoir de le changer ... il ne fait qu'en profiter pour se "réorganiser" et préparer ses troupe pour le hold-up définitif sur la révolution tunisienne ! 

Il ne reste aux tunisiens, excédés par tout ce petit monde et par ses petits calculs politicards ... que de reprendre son destin en main et de décider d'une manifestation gigantesque pour dégager une dictature qui est en phase d’installation et qui s'incrustera à cause du laxisme affligeant de l'opposition !

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • eric 8 décembre 2012 12:47

    l’ugtt est a ma connaissance, un syndicat essentiellement d’agents publics, c’est a dire les second couteaux du régime précédent. L’affubler, avec d’autres de l’étiquette « progressiste » ne change rien a la réalité des choses. Il en allait de même du dit regime avec son dirigeant membre reconnu de l’international socialiste et donc estampille par ses pairs. Notamment le PS français. Etre fonctionnaire dans les regimes socialistes familliaux et clanique du monde arabe en developpement n’est pas neutre. On se souvient que le printemps tunisien a commence par le sacrifice d’un petit commerçant s’immolant pour protester contre les rackets abusifs de cette categorie sociale. Il n’est pas sur qu’ils soient les mieux places pour faire progresser le pays, et notamment pour resoudre ses difficultés économiques. Sur le fond, c’est surtout parce que Ben Ali tentait de libéraliser un peu le regime qu’il l’ont trahi, alors qu’il constituaient traditionellement sa base sociale. Islamistes et syndicats de fonctionnaires socialisant, sont malheureusement les principales forces suseptibles d’organiser et de profiter de violence politique. Eseprons que les vrais démocrates, libéraux, sauront user de leur poids pour limiter les exces des uns et des autres.


    • lsga lsga 8 décembre 2012 14:55

      La Tunisie et l’Egypte sont l’illustration parfaite du déroulement des Révolutions telles que décrite et analysée par Marx et Lénine. 


      Etablir la démocratie ’d’Etat’ après une Révolution est toujours une erreur. Nous l’avons souvent commise en France. Alors que les révolutionnaires sortent et risquent leur vie pour renverser le pouvoir, 80% de la population reste planquée, et l’immense majorité de cette population ne soutient pas les révolutionnaires dont elle juge les buts ’utopiques et désespérés’ et les actes ’semeurs de troubles’. Quand finalement, les Révolutionnaires arrivent à renverser le pouvoir, ils comment une grave erreur en le redonnant à cette population conservatrice et aliénée. 

      Nous avons eu Napoléon 3. Amusez vous bien avec Morsi et Marzouki. 

      • Yves Dornet 8 décembre 2012 18:11

        c’est vrai, d’ailleurs si les Tunisiens en France qui ont voté islamiste pouvaient rentrer chez eux pour vivre leur foi avec dignité...plutôt que de survivre ici... 


      • jaja jaja 8 décembre 2012 18:40

        Ah la belle alliance raciste des sionistes et des antisémites quand il s’agit de cracher sur les immigrés, surtout s’ils sont musulmans !


      • lsga lsga 8 décembre 2012 19:44

        @jaja


        tu arrives à concevoir que la majorité de la population est réactionnaire en Tunisie et en Egypte ?
        tu arrives à concevoir que comme à chaque fois, la Révolution a été conduite par une minorité progressiste ?

        tu comprends que les révolutionnaires ont commis une erreur en donnant le pouvoir à un peuple soumis qui n’avait pas fait la révolution ?

        tu comprends que donner la démocratie à une population aliénée revient à donner le pouvoir aux Fascistes ?

      • Yves Dornet 8 décembre 2012 19:00

        où est le racisme jaja ??? smiley

        j’ai le droit de dire que je considère qu’il faut réduire au strict minimum l’immigration et inviter les musulmans à vivre avec dignité leur foi dans un pays sous charia, non ?

         


        • lsga lsga 8 décembre 2012 19:49

          Enhada, Front National, même combat.


          vous avez exactement la même position sur l’échiquier politique : l’Extrême Droite.
          vous avez exactement le même rôle social : Ecraser les révoltes, écraser le syndicalisme, protéger la propriété des grandes familles. 
          vos méthodes sont les mêmes : anti-occidentales d’un côté, islamophobes de l’autre. 
          votre quotient intellectuel est très similaire : vous êtes des crétins. 


        • Yves Dornet 8 décembre 2012 21:08

          Enhada, Front National, même combat.


          vous avez exactement la même position sur l’échiquier politique : l’Extrême Droite.
          vous avez exactement le même rôle social : Ecraser les révoltes, écraser le syndicalisme, protéger la propriété des grandes familles.
          vos méthodes sont les mêmes : anti-occidentales d’un côté, islamophobes de l’autre.
          votre quotient intellectuel est très similaire : vous êtes des crétins.
           
          vive les FLORANGE(s) et à bas la CGT et mélenchon qui ont trahi en appelant à voter hollande en connaissance de cause.
          VOUS étes un traite aussi avec votre propagande pro MEDEF igsa !
          DEGAGE...comme diraient les démocrates Egyptiens à MORSI

        • Romain Desbois 9 décembre 2012 10:02

          comme si il n’y a avait de capitalisme dans les états nationalistes !!!!

          On a tout de même de sacré exemple.

          Et même l’URSS fonctionnait de manière capitaliste. Le nomentlatura , les datchas, les grosses fortunes accumulées par les caciques du parti, tout ça c’était du capitalisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès