Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Où est donc la France du Non de 2005 ?

Où est donc la France du Non de 2005 ?

En mai 2005 le Non au référendum européen remportait une large victoire avec 55% des votes. Deux ans après que sont devenus ces électeurs ?

Lors du référendum sur l’Europe, les femmes et les hommes politiques du Non au Traité établissant une Constitution pour l’Europe avaient rapidement transformé leur victoire en celle des antilibéraux, des anticapitalistes, des antimondialisation, des altermondialistes, etc. Ils promettaient des lendemains qui chanteraient et surtout un plan B toute à leur gloire ainsi qu’à celle des gens du peuple qui leur avaient fait confiance.

Presque deux ans après, rien ! Pas de plan B, pas de lendemains qui chantent et, une Europe économique exactement dans l’état où elle était avant le référendum. Par contre, une Europe politique dans laquelle le poids de notre pays a fortement diminué. Pour preuve, la majorité des nations européennes se réunissait sans nous, le 26 janvier dernier à Madrid, pour parler de l’avenir de l’Union. Comme si désormais c’était la leur et non plus la nôtre, celle dont le peuple de France se serait exclu, de lui-même, le 29 mai 2005 !

Les politiciens du Non européen, promettaient aussi, il y six mois, un large rassemblement pour l’élection présidentielle française, toujours au motif d’être antilibéraux, anticapitalistes, antimondialistes et altermondialistes. Mais cette fois, force est de constater que leur électorat ne désire plus être à nouveau pris pour un faire-valoir d’ambitions politiques personnelles.

Aujourd’hui les sondages créditent les « Nonistes » de gauche et d’extrême gauche de seulement 8 ou 10 % et entre 12 et 17 % pour ceux de droite et d’extrême droite. Un total largement inférieur à 30% du corps électoral. Donc très loin des 55 % obtenus lors du référendum de 2005 ! Pire, la faiblesse et la dispersion des anti(s) et des alter(s) d’extrême gauche, laissent la part belle à une seule et vraie force d’extrême droite et en tout cas, un immense boulevard à la droite républicaine, pour le gain probable de la présidentielle.

Comment cela est-il possible ? Les politiciens du Non au TCE auraient-ils menti à leurs électeurs ? Leur rassemblement de 55% n’aurait-il était que la fusion de vagues contestations faites de bric et de broc d’extrême gauche et d’extrême droite anti-Chirac, anti-Turquie, anti-bureaucratique, anti-ouverture des frontières ou le contraire, anti-Europe musulmane, anti-OGM, anti-capital, anti-libérale ... sans oublier naturellement le cannibalesque et non moins fameux plombier polonais ?

Certains politiques auraient-ils voulu préparer dès 2005 leur rampe de lancement pour 2007 ? Force est de constater, là aussi, qu’autant dans les élections internes à leur parti politique que dans les sondages d’aujourd’hui, leur coup a vraiment fait pschissssst ! Pire pour eux, ils ont, pour des raisons d’ambitions personnelles, transformé une France anti tout en son contraire, pour autant qu’ils soit teinté de réponses personnelles parfumées d’un peu de social, comme le prouvent aujourd’hui les intentions de vote pour les leaders du Oui à l’Europe. Qu’ils soient UMP, PS ou UDF, la somme des intentions de vote en leur faveur avoisinerait désormais 75 %.

Pourquoi un tel échec des Non ? Les Français auraient-ils beaucoup appris durant le référendum européen, notamment en termes de fondamentaux économiques ? Pensent-ils aujourd’hui avoir été trompés par des politiciens en fin de carrière avides de pouvoir, même éphémère ? Pensent-ils aussi en voyant les pays de l’Europe que leur père et leur mère ont construits durant 50 ans se réunir sans eux à Madrid, que ce n’est finalement pas cela qu’ils voulaient en votant non le 29 mai 2005 ? Alors, ayant beaucoup appris lors des derniers scrutins, les Français pensent désormais que leur avenir, c’est aussi celui qu’ils construiront avec tous les pays de l’Union européenne. Ils savent que leur pays est un pays qui, même grand, a des défauts et des qualités. Et, que ce pays, la France, fait partie d’une Union dans laquelle il y en a 26 autres, tous aussi beaux et grands vus par leurs propres citoyens. Respectés et respectables aussi.

En réservant probablement leur vote du 22 avril puis du 6 mai 2007 à un concept d’économie sociale de marchés situé entre le libéralisme social et le social capitalisme, les Français savent désormais qu’on a rarement raison contre tous et surtout qu’ils ne sont plus les seuls à détenir la vérité sur tout et sur n’importe quoi !

Nous savons désormais qu’être anti tout, c’est finalement n’être pour rien.

N’est-ce pas là le constat qui marque la maturité politique d’un pays porteur d’avenir !


Moyenne des avis sur cet article :  2.69/5   (208 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • (---.---.38.189) 2 mars 2007 10:17

    Le refus du TCE n’était pas, pour l’immense majorité des nonistes, un non à l’Europe dans son principe, mais un non aux dispositions d’un texte purement technocratique, et contraire aux intérêts de la France. Le sujet à été largement débattu à l’époque.

    La France du non est toujours là, plus que jamais vigilante et encore prête à rejeter de telles ignomignies.


    • (---.---.38.189) 2 mars 2007 11:06

      Vous allez d’ailleurs en avoir un petit aperçu sous votre article...Celà vous ouvrira les yeux j’espère


    • (---.---.38.189) 2 mars 2007 11:29

      Il faut rappeler que la plupart des pays Européens ont forcé l’adoption du TCE par voie de suffrage indirect. Sinon, il est probable que les résultats eussent été différents.

      Il semble d’ailleurs que le candidat UMP ait déclaré, lors de sa visite en Allemagne qu’une fois élu il ferait passer le TCE par vote parlementaire comme un texte Européen ordinaire. Le sujet n’est pas clos.....


    • . (---.---.131.11) 2 mars 2007 11:48

      Fabius du sang sur les mains ? je ne sais pas et les medecins alors. je me suis fait insulter par des docteurs et toute ma famille parceque je refusais la poche de sang, on m a traitee de moins que rien et on m a dit qu un enfant ca ce merite en juin 85 . J ai resiste, puis peu apres virement.


    • TB (---.---.21.162) 2 mars 2007 11:58

      Je parlais du TCE. Au fait, tu sais ce qu’elle est devenu ensuite Georgina Dufoix, « responsable mais pas coupable » dans le scandale du sang contaminé ? ...

      Présidente de la Croix Rouge Française ! (pendant 3 ou 4 ans je crois) (Idem pour Mattei après sa « gestion » de l’été caniculaire ...)


    • . (---.---.106.234) 2 mars 2007 12:12

      excusez moi de troller, mais si ce que vous dites est vrai, j aurais du accepter la poche de sang parceque maintenant trop c est trop dans tout les domaines


    • TB (---.---.21.162) 2 mars 2007 12:36

      Les derniers dirigeants de la Croix Rouge Française :
      - 1989 - 1992 : Georgina Dufoix
      - 1992 - 1994 : André Delaude
      - 1997-2003 : Pr Marc Gentilini
      - 2004- : Pr Jean-François Mattéi


    • murat (---.---.31.231) 2 mars 2007 13:55

      Merci Paul Khayat pour cet article qui resouligne (ce n’est jamais assez) par lui-meme comment les partisants du non soit se sont fait avoir, soit étaient incapables d’avoir une vision nette de la suite, et qui montre par les commentaires qui le suivent que les partisans du non, bien que le bateau continue à couler, sont incapables de raisonner juste et ne comprennent pas que l’amélioration de l’UE, meme par petites touches imparfaites, est le seul moyen qu’ils obtiennent ce qu’ils critiquent l’Europe de ne pas leur avoir donné. Regardez « Eric le Viking » des Monty Python et vous comprendrez ce que je dis (si vous n’etes pas partisan du non bien sur...)


    • murat (---.---.31.231) 2 mars 2007 13:58

      De Gaulle disait des Français qu’ils sont des veaux. Les Veaux sont en train de détruire ce qu’il a aidé à construire. Bravo les veaux, vous vous vengez bien en le faisant mentir : vous allez droit vers la boucherie et allez devenir des steaks...


    • (---.---.109.12) 2 mars 2007 18:03

      Le projet de De Gaulle était sans commune mesure avec celui du TCE.

      Un veau


    • TB (---.---.21.162) 2 mars 2007 18:47

      C’EST TOTALEMENT DEGUEULASSE DE LA PART D’AVOX.

      Mon commentaire qui était le second commentaire a été censuré. Il était étayé et bien construit sauf qu’il était contre Bayrou et son oui au TCE.

      IL N’Y A PAS DE LIBERTé D’EXPRESSION SUR AVOX !!!


    • paul11 (---.---.199.208) 3 mars 2007 12:25

      Le Non a bien été perçu comme un Non à l’Europe. D’ailleurs aucun commentaire de l’époque était favorable à l’UE, quelle qu’elle soit.


    • Loïc Decrauze Loïc Decrauze 6 mars 2007 21:56

      Depuis quand la démocratie représentative a-t-elle moins de légitimité que la démocratie directe ? Je vous rappelle, en outre, que le Luxembourg et l’Espagne ont dit OUI par référendum. Ca fait donc deux partout côté démocratie référendaire. Quant aux autres pays, quel genre de fumeuse pythonisse êtes-vous pour présumer de l’opinion des autres peuples européens ? Il me semble que l’enthousiasme espagnol de l’époque vaut bien les traîne-savates français qui se supposent, à tort, l’essentiel du poids de l’UE. http://pamphletaire.blogspot.com/2005_06_23_archive.html


    • Fred (---.---.20.123) 2 mars 2007 10:44

      L’europe a été créée après la 2ème GM ( 25 mars 1957 : Traité de Rome ).

      Le but de l’Europe était d’unir les pays, pour éviter une nouvelle guerre. Cependant la tournure que prend l’Europe est inverse.

      La concurrence , le chomage ... bref , les pays se montent les uns contre les autres par paires si bien qu’il n’y a plus une union mais autant de camps que de pays.

      La division devient plus forte que l’union. Il faudrait que tous les européens se sentent identiques , ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

      Les prix diffèrent d’un pays à l’autre, les protections, les salaires, ... Bref ... Comment se sentir européens dans ces conditions ?

      Personnellement , je suis fondamentalement pour l’Europe, mais CONTRE l’Europe actuelle qui ne sert que les intérets d’une minorité.


      • (---.---.236.107) 2 mars 2007 10:45

        Ou est la France du Non ? Ils attendent leurs signatures...


        • seb59 (---.---.180.194) 2 mars 2007 10:56

          La france du non n’attendait rien.

          Et que l’europe continu (à ne rien faire) sans elle ne la derange pas.

          Car elle n’attend plus rien de l’europe !

          Tout ce que l’europe avait promis : paix, securité, egalité, emploi, protection economique, croissance, politique forte, union militaire, l’europe n’a pas su lui donner.

          Alors voter oui pour un texte à tiroir, voter oui à plus de bureaucratie, oui à plus de liberalisme, oui à l’europe à 50, oui à la « citoyenneté europeene », ca ne l’interesse pas.


          • phileb (---.---.126.27) 2 mars 2007 17:24

            Il faudrait savoir plus de bureaucratie ou plus de libéralisme, les deux sont antinomiques !


          • Gentil diable (---.---.87.148) 2 mars 2007 22:10

            Bah ! Comme les bureaucrates européens sont complaisants avec le dogme néo-libéral, il est logique que « plus de néo-libéralisme » implique aussi « plus de bureaucrates ». Plus il y aura de bureaucrates à la botte à la botte à l’écoute des lobbies industriels, plus le néo-libéralisme se répandra rapidement dans l’UE.

            Mais bon, je pense que votre remarque concernait l’application « honnête » de la théorie libérale. En effet, cette théorie propose un Etat réduit à ses fonctions régaliennes (rendre la Justice, assurer la sécurité et émettre une monnaie) au profit d’une plus grande liberté offerte aux individus, à la condition que ceux-ci aient une éthique forte. Or dans la pratique, on constate tous les jours que le néo-libéralisme (que je distingue du libéralisme « classique ») oublie complètement cette nécessité d’éthique individuelle.

            Sans l’éthique, l’histoire de l’humanité restera à jamais un balancier entre deux totalitarismes, celui des individus et celui des groupes.


          • Fred68 (---.---.64.1) 2 mars 2007 11:01

            Il faut être très naïf (ou malhonnete) pour penser que les 55 % de français qui ont voté non au referendum sont d’extreme gauche (ou d’extreme droite). Si ces partis réunissaient une telle masse éléctorale, ça se saurait. On lit toujours les mêmes bétises quant au résultat de ce vote. Les gens n’ont pas voté comme des moutons, c’est quelque chose qui devrait convenir à tout le monde.


            • mcm (---.---.121.69) 2 mars 2007 11:02

              L’auteur va bien constater que contrairement à ses délires le non à l’Europe n’a pas bougé d’un pouce et va même s’amplifier !

              Le seul qui a tenu sa promesse c’est Le Pen, tout les autres se sont défroqués !

              Le seul qui va recevoir le vote des nonnistes c’est donc Le Pen !


              • Anthony Meilland Anthony Meilland 2 mars 2007 11:23

                Il n’y a jamais eu un « non » au TCE, mais des « nons ».

                Le non nationaliste xénophobe de Le Pen et De Villier

                Le non nationaliste gaulliste de Dupont Aignant

                Le non altermondialiste de bové ou de certains Verts

                Le non cripto-communiste du PCF, de la LCR et de LO

                Le non archéo-socialiste de Fabius, Mélanchon...


                • Morgan Stern (---.---.53.203) 2 mars 2007 11:31

                  C’est encore trop simplifié et caricatural... C’est croire que ceux qui ont voté « non » ne sont que des moutons obéissants aux appels des partis et des idéologues anti-[ce que vous voulez], etc.

                  Il y a aussi des « non » sans partis, qui ont simplement lu totalement ou partiellement un texte qu’ils ne veulent pas voir érigé en Constitution.

                  Car, on peut s’étonner de beaucoup de choses dans cette constitution (et pas seulement de la troisième partie).


                • mcm (---.---.121.69) 2 mars 2007 11:51

                  « Il n’y a jamais eu un »non« au TCE, mais des »nons« . »

                  Malgré vos insultes ce sont 55% des Français qui on dit non !

                  Mais je sais bien que vous pensez que ce sont des cons !

                  Votre facheuse manie de prendre pour des cons ceux qui ne sont pas de votre avis est ignoble !


                • Anthony Meilland Anthony Meilland 2 mars 2007 12:11

                  @seb59

                  « Le nationalisme n’est pas synonyme de xénophobie »

                  Effectivement c’est pour cela que j’ai séparé le nationalisme de NDA qui n’est pas xénophobe, de celui de le Pen, qui l’est. Sinon mon expression « nationalisme xénophobe » aurait été un pléonasme.

                  @mcm

                  Non je ne trouve pas que ces gens soient tous cons. Les nationalistes (qu’ils soient gaullistes ou xénophobes) ont eu raison de voter non.

                  Par contre, les alter mondialistes, les socialistes et même les communistes, qui ont votés non, ont fait une grave erreur stratégique. Car il plus facile de réussir une révolution (ou une réforme) dans un états constitué (même si celui-ci ne semble pas totalement démocratique) que dans une multitude d’état à la fois. Voilà pourquoi, même l’extrême gauche aurait du voté oui.

                  Ainsi, seul les tenant d’un « non » progressiste sont en réalité un peu couillons.


                • mcm (---.---.121.69) 2 mars 2007 12:18

                  L’hypocrisie de cet article est vomitive à souhait, bien incapable de nous expliquer ce que l’Europe apporterait à la France, l’auteur s’interroge sur la disparition des nonnistes !

                  Ben voyons, selon les fantasmes de l’auteur, 55% des Français se seraient purement et simplement volatilisés ! Disparus dans la nature vous dis-je ! Désintégrés !

                  En apothéose à cette fumeuse démonstration l’auteur nous sort de son chapeau une bonne lapalissade : « Nous savons désormais qu’être anti tout, c’est finalement n’être pour rien. »

                  Puis après cela il nous invoque l’acné juvénile de ces électeurs, dont la future maturité lui donnera raison !

                  A l’égal des politiciens maffieux les plus corrompus et des banquiers les plus véreux, l’auteur comme toujours nous propose un avenir d’autant plus brillant qu’il est lointain !

                  La seule politesse m’empêche de dire à l’auteur ce que je pense de son article.


                • Bill Bill 2 mars 2007 12:54

                  Bonjour Seb59,

                  Un petit article sur Le Pen, concernant les signatures.

                  Bill


                • Anthony Meilland Anthony Meilland 2 mars 2007 13:05

                  La liste des comdamnations de le Pen pour incitation à la haine raciale, antisémitisme, apologie de crimes contre l’humanité est trop longue pour que je la reproduise ici, mais vous pouvez la retrouver sur wikipedia.


                • Ernest Rougé (---.---.61.173) 2 mars 2007 18:06

                  Merci monsieur Morgan Stern poour votre intervention...

                  J’ai voté « non » parce que j’ai essayé de lire en entier le texte du projet de constitution et je n’y suis pas arrivé ! Un truc souvent incompréhensible ! Et d’une longueur effarante ! Et plus un texte est long, plus le diable est dedans !

                  Une constitution doit être, d’après moi, un texte court, fondateur, simple, avec uniquement l’énoncé des grands principes ! Je voterai alors certainement « oui » ! Mais déjà à la seule condition que le texte soit lisible, clair et précis...

                  Je suis atterré de voir que 45 % des citoyens ont voté « oui » à ce qui n’était en fait que de la m..., en confondant la défense de l’idée européenne avec ce curieux projet abracadabrantesque qui nous a été soumis.


                • ExSam (---.---.188.231) 2 mars 2007 11:32

                  Article banquier. L’auteur tricote autour de ses présumés, propose de fausses inférences, fait renifler la conclusion dès les premisses. Peu ragoutant.

                  Inutile, comme trop souvent dans cet Agora Vox nouvellement partisan et abonné au « people » qui font péter de discordantes paillettes à tous les coins d’articles.


                  • ade (---.---.47.45) 2 mars 2007 11:34

                    On peut être « non-iste » et ne pas être d’(extrême-) gauche ou droite !

                    Dans mon cas, je me considère plutôt comme centriste, et j’ai pourtant voté non (sans aucun regret), mais pas pour les motifs raillés par la plupart des médias (et des oui-ouistes). Je ne pense en aucun cas être « anti-tout » ! Pour rappel, les raisons qui m’ont fait voter non sont essentiellement :
                    - un fonctionnement institutionnel non démocratique (voir le texte d’ Etienne Chouard sur le sujet, même si je ne suis pas forcément 100% d’accord avec tout ce qu’il dit je trouve que c’est pertinent sur la question institutionnelle). Un exemple montrant le fonctionnement dévoyé de cette lobbycratie est la manière dont s’est passé le débat sur les brevets de logiciels ! D’une manière générale et pour résumer, le parlement (qui est le seul organe directement élu) a trop peu de pouvoirs (même avec le TCE, même avec la procédure de « codécision »). Le conseil des ministres en a bcp trop, et accessoirement représente une chambre législative au niveau européen alors même qu’ils sont l’exécutif dans leur propre pays !
                    - le caractère profondément non modifiable du traîté. OK, c’est le cas de tous les traités, mais celui-ci avait vocation à durer longtemps et à entériner tout le cheminement (notamment institutionnel) qui s’est fait dans notre dos
                    - le caractère illisible : vous signez des chèques en blanc, vous ?

                    Le fait qu’il soit mauvais sur d’autres points (trop/pas assez social, etc...) n’est qu’un détail selon moi : si les institutions étaient démocratiques, si le traîté était modifiable, ces points auraient pu être revus plus tard !

                    Mais les 3 points que je décris sont fondamentaux pour moi. Les arguments selon lesquels il fallait voter oui « parce que sinon c’est dire non à l’europe » (on nous a déjà fait le coup avec Maastricht) ou tout autre argument du même acabit (« avoir une europe puissante pace à la Chine et aux US », etc...) sont fondés sur des généralités à 2 balles et pas sur le contenu du traîté. Je suis tout à fait d’accord pour une europe puissante, et même pour une europe plus fédéraliste que ce truc qui était proposée (avec par ex un gouvernement (élu) européen et un affaiblissement des gouv nationaux, un impôt européen, recherche, serv public, etc...). Mais pour autant je ne suis pas prêt à dire oui à n’importe quoi !

                    Et franchement, les oui-ouistes qui raillent l’inexistence du prétendu plan B commencent à me gonfler ! Jamais il n’a réellement été question d’un plan B. Mais ce n’est pas parce qu’il n’y en a pas là tout de suite qu’il n’y aura jamais rien ! Je préfère que l’europe se fasse + lentement mais bien que trop vite et mal (de manière irréversible). Accessoirement, la plupart des candidats proposent aujourd’hui des solutions (comme un « mini-traîté »). Ce n’est pas génial (le problème institutionnel que j’ai soulevé subsiste) mais au moins ça limite le caractère « illisible » du texte.

                    Dernière chose : beaucoup de pays ayant voté oui l’ont fait par voie parlementaire, ne pas l’oublier ! J’espère que le futur président aura l’élégance de nous poser à nouveau la question plutôt que de faire passer la chose dans notre dos...


                    • Morgan Stern (---.---.53.203) 2 mars 2007 11:54

                      Les médias grand public et les « élites » approuvaient en masse, et ont mené une véritable campagne de dénigrement. Alors, pour oublier ce déni par le peuple, c’est simple, une solution : ne jamais en parler, ne pas l’évoquer. C’est presque orwellien : bientôt, le passé sera réécrit et ce ne sera peut-être jamais vraiment arrivé. Ce n’était qu’une foule stupide dupée par des « nonistes » furieux et un simple vote contre la politique gouvernementale. Dans le fond, se dit-on, le peuple a été abusé et n’a pas voté contre cette proposition de constitution, bien sûr, mais par simple ignorance ou dépit. Donc, aucune raison d’en tenir vraiment compte, n’est-ce pas ?

                      C’est pourquoi nous verrons peut-être bientôt surgir un nouveau texte, très remanié dans la forme, et très similaire dans le fond ? Car j’avoue douter qu’on puisse nous proposer autre chose que ce qu’on nous a déjà montré, tant les discours tournent en boucle sans guère se renouveller.


                    • Algunet 2 mars 2007 13:00

                      Je m’excuse de faire partie de ceux qui te gonflent...

                      Mais enfin ceux ne sont pas ceux du « oui » qui ont mis en avant le plan B ! Dire « non » est tout à fait respectable mais proposer une autre voie est plus constructif et après le vote fini, plus rien ; le silence des nonistes a fait du bruit et nous a mis « out » au sein de l’Europe. smiley : L’Europe se fera sans nous comme acteur principal.


                    • Trick (---.---.38.22) 2 mars 2007 14:48

                      Sans vouloir refaire le match, les éléments avancés par E. Chouard étaient pour la plupart totalement faux et ont été démontés largement sur le net, malheureusement le mal était déjà fait. De même pour le fameux Quizz d’ATTAC.

                      Le TCE est plus modifiable que l’actuel. Pour le TCE, une majorité qualifiée est nécessaire alors qu’actuellement tout changement demande l’unanimité. Ce qui sera encore plus difficile pour le prochain traité puisque plus de pays concernés.

                      Le seul point qui voit grâce à mes yeux c’est la troisième partie du TCE qui était plutôt illisible car rédigée par des juristes en condensant les traités précédents.

                      Après on peut se poser la question de savoir où sont les nonistes maintenant. Moi je me demande où ils étaient lors de la rédaction du traité ?


                    • Gentil diable (---.---.87.148) 2 mars 2007 22:31

                      Le principal argument des gens qui étaient favorables au TCE était que « c’est moins pire que le traité de Nice ». D’accord, mais ce n’est pas pour ça que le TCE était suffisamment bon. De plus, on parlait quand même d’un texte « constitutionnel » qui aurait été accepté par un vote du peuple... Le TCE et le traité de Nice ne boxent pas dans la même catégorie !


                    • Gentil diable (---.---.87.148) 2 mars 2007 22:46

                      Le plan B, c’est d’exclure les Anglais de l’UE, d’interdire l’usage de l’anglais dans les institutions, d’interdire les livres anglo-saxons qui ont permis aux théories néo-libérales des Anglais de prendre pied sur notre continent.

                      Une fois que cela sera fait, on aura une vraie pensée européenne et on pourra recommencer à construire l’UE sans être sous influence anglo-américaine. Tant que nous serons colonisés par l’idéologie et la langue des vainqueurs de la guerre froide, il n’y aura aucune identité européenne possible, et par là, rien de bon à attendre de l’UE.


                    • non666 non666 2 mars 2007 11:42

                      Ah, on invoque le NON au TCE ? On sonne donc directement a ma porte...

                      C’est un argument de beni-ouiste de dire que c’est aux nonistes d’apporter un plan B. Le plan A, l’immonde TCE, a t’il etait elaboré par tous, de façon democratique et transparente ?

                      Non.

                      Le deux « representants » du parlement français ont été elu sur les 35h, le oui a Chirac contre Lepen, pas sur leur projet de constitution europeenne.

                      Une constitution est sensé etre un large consensus, entre toutes les parties, entre tous les partis sur le fonctionnement democratique commun. Ce n’etait pas le cas.

                      Dès le depart de la convention Giscard, les journaux ont parlé de son echec. Pourquoi ?

                      Parce qu’elle n’a finalement aboutie qu’a une ressucée du fonctionnement actuel, relooké de façon mineure. Comment en serait il autrement puisque ceux qui se sont mis d’accord sur le traité de Nice etaient present, dans les memes proportions, a la convention Giscard ?

                      Quand les 12 millions de franciliens pèsent moins que les 10 millions de Belges, de Portugais ou de Grecs, pourquoi voulez vous que les minorités ne soient pas surepresentés dans la democratie « inversement proportionnelle » europeenne ?

                      La grande bretagne de T Blair, confirme par deux fois que son pays s’opposera par tous les moyens a toute Europe qui pretendra s’erriger en rivale des etats unis. Comment voulez vous construire une Europe qui ne sous-traite pas sa defense au Holding Anglo-saxons de l’Otan ? Comment voulez vous avoir une Europe grande puissance si les citoyens europeens ne sont pas conscient de ces enjeux la ?

                      Le jour ou l’on aura une assemblée constituante avec des questions claires, imposées a tous les partis qui oseront se presenter devant les electeurs pour y participer, on aura peut etre un texte acceptable par tous.

                      Ces questions sont : Etes vous pour une Europe souveraine, grande puissance, OU pour une Europe vassale des etats unis dans une Otan ?

                      Etes vous pour une Europe Confederale, basée sur les etats nations existants OU Etes vous pour une Europe federale et centralisée ?

                      Etes vous pour une simple constitution politique OU Etes vous pour un verrouilage economique et social de tous les sujets par cette constitution qui donnera le pouvoir aux juristes contre les citoyens ?

                      Etes vous pour le principe un homme, une voix, l’Egalité des citoyens devant le vote Ou Etes vous pour la surepresentativité des micro-Etat paradis fiscaux sur les grands pays d’Europe ?

                      Etes vous pour l’Europe telle que ce mot a un sens dans le vocabulaire usuel(geographique) Ou Etes vous pour une Europe-concept, vaste Nato-Land ou Turquie, israel et tous ceux qui le voudront bien pourront adherrer ?

                      Sur toutes ces questions, le TCE reponds par le deuxieme choix, moi par le premier. Mais les questions n’ont jamais été soulevées.

                      Tu vois bonhomme, les nonistes ont un plan B : Il s’appelle Democratie et questions claires Vous vous avez agit dans l’ombre, en caricaturant votre proposition sous le chantage : Notre immonde TCE ou la fin de l’Europe ...

                      Bush dit cela beaucoup plus clairement : « avec nous ou contre nous »

                      Et bien forcé de repondre a votre chantage, nous avons massivement dit NON.

                      Que Sarkozy/Bayrou/Royal qui pèsent officielement 75% des intentions de vote dans les sondages parlent de tout, sauf du sujet principal est logique.

                      Ils sont en porte a faux avec 55% des electeurs, encore une fois.

                      Il leur faut donc mieux parler d’autres sujets : les sans papiers, les sans logis et tout ce qui sera gerer par une futur gouvernement plutot que de sujets "presidentiels :

                      Place de la France, de l’Europe, de la defense et de la diplomatie de notre pays.

                      Ceci dit tu as bien fait de tenter de ricaner des nonistes. Nous reveiller etaient bel et bien le plus mauvais choix que tu pouvais faire pour servir tes candidats cheris.


                      • moniroje moniroje 2 mars 2007 11:48

                        Zont pas l’air ridicules, la France du Non aujourd’hui !!! hi hi, la Marie-George Buffet qui promettait des tas de choses si le Non gagnait, avec son plan B aussi !!! et... dès que le non a gagné, on ne l’a plus vue !!! disparue !!! rien... aucune action ; aucune promesse tenue... là, elle a vraiment pris toute la France pour des cons !!! et elle est apparue dès qu’on a parlé d’élections présidentielles : la gauche c’est pas les autres, c’est moi la chef !!! et une fois les autres écartés, la voilà qui nous fait un programme d’autres promesses !!!

                        Zont pas l’air ridicules, les nonistes !!! grâce à eux le libéralisme forcené du Traité de Nice règne sur l’Europe !!! pire que la constitt !!! Certes, en France, pour pas avoir l’air idiot qu’on a hors de l’hexagone, on dit que l’Europe est en panne ; la bonne blague !!! elle vit, elle grandit, elle pousse l’Italie, l’Espagne, les autres... Oui, ya qu’en France qu’on a la désagréable impression de ne pas être dans le train qui avance.

                        « ...un non aux dispositions d’un texte purement technocratique, et contraire aux intérêts de la France... » cette phrase relevée plus haut est typique de ceux qui restent enfermés dans leur manteau de mauvaise foi. Ce Non, il fallait le hurler au traité de Maestricht encore plus facile à lire : 30 pages sur le fric et son pouvoir et 4 lignes sur l’être humain !!! La constitt en reprenait certes les lignes mais essayait, c’était un début, de le moraliser : je crois que peu de nonistes ont lu cette constitt et encore moins le traité de Maestricht qui était le véritable démon qu’ils pourchassent.

                        Et demain ??? on va nous la resservir, la Constitt ; paraît-il légèrement modifiée pour faire plaisir au Non ; au moins cela que nous aurons tous gagné grâce à la victoire du Non ; mais qu’on aurait gagné aussi avec le Oui à la Constitt et ensuite la modifier. Et on aurait évité les délocalisations qui continuent à saigner notre pays, ou du moins un peu moins. Parce que là, grâce à ce Non providentiel, le libéralisme a encore les mains libres pour quelque temps !!!

                        Mouais, fallait une Europe mais celle-là qui détruit beaucoup et fait de nos gouvernants que des rapporteurs d’ordre (privatisations du service public depuis Jospin par exemple), qui m’impose d’oublier mes fromages préférés, etc, elle ne me plaît pas trop, cette Europe. J’envie l’Angleterre d’y être entrée en posant ses conditions et son identité !!! et la Suisse ...

                        Wé, demain... le rouleau compresseur est inéluctable : la France devra accepter la constitution européenne ; elle le fera sans un mot sous Ségolène ; elle le fera avec des maniffs et des émeutes sous Sarkozy. Histoire de personne : une saura nous la mettre jusqu’au coude et on gémira juste un tit peu ; l’autre, même s’il nous proposait du fric, on gueulerait !!!


                        • ade (---.---.47.45) 2 mars 2007 12:01

                          1) le « plan B » est une ineptie raillée par les oui-ouistes. Jamais il n’en a réellement été question. Pour autant, ça ne signifie pas qu’il faille accepter n’importe quoi

                          2) le traîté de Nice règle sur l’Europe, OK, mais il a vocation à être remplacé (et le sera tôt ou tard), alors que ce TCE avait vocation à durer.

                          3) à la limite, OK pour l’argument Maastricht (mais en ce qui me concerne j’étais trop jeune pour voter). Je me rappelle qu’il y avait déjà des arguments aussi démago : « dire non, c’est dire non à l’europe »... Et le « oui » l’avait emporté de manière assez serrée AFAIK

                          4) Sarko ou Ségo feront passer leur « mini-TCE » en force ou en catimini ? Peut-être, mais je constate que Bayrou (qui est pourtant un européen convaincu, un vrai) est un des rares à clarifier la constit qu’il veut faire passer et à s’engager sur un référendum ! Si vous voulez avoir le choix, si vous refusez « l’inéluctable », votez Bayrou !

                          5) le TCE n’aurait pas eu d’influence aussi directe sur les délocalisations ou autres pb de ce genre. Prétendre ça, c’est garder l’image simplificatrice « TCE = europe qui marche ». As-tu vraiment lu le traîté ? Parce qu’apparemment tu ne parles que de généralités... Accessoirement, la plupart des délocalisations le sont d’une région à l’autre (pour les subventions) ou d’un pays de l’UE à l’autre. Les délocs vers la Chine sont rares en proportion (et majoritairement le fait de grandes entreprises, qui TCE ou pas n’auraient pas eu de scrupules).


                        • guillaume (---.---.186.19) 2 mars 2007 12:04

                          Ayant voté non au référendum de 2005 je vais sans doute glisser le bulletin Bayrou le 22 avril et (je l’espère) le 6 mai prochain. Pourtant Bayrou est sans aucun doute le plus européen de tous les candidats...paradoxal ? pas tant que ça... Tout d’abord mon NON n’était pas anti-européen. Mon NON était tout d’abord une manière de dire merde a nos gouvernants.(Je sais ça à un côté puéril, Bernard Kouchner a d’ailleurs traité les électeurs d’irresponsables au lendemain du vote mais bon honnêtement quand on voit comment on est gouverné j’ai envie de dire que la classe politique l’avait bien cherché et que ça avait un côté plutôt jouissif de faire exactement le contraire de ce qu’ils auraient voulu) smiley La deuxième raison qui m’a poussé à dire NON c’était le décalage entre l’Europe qu’on m’avait fait espéré et celle qui a été réellement mise en place. Quand j’étais petit (je précise que j’ai actuellement 23 ans) j’étais persuadé que je vivrais plus tard dans les Etats Unis d’Europe déjà vanté par Victor Hugo. A la place on a juste le droit a une machine a faire des règlements utilisée comme alibi par nos politiques pour pouvoir continuer a ne rien faire et dire que c’est pas leur faute... De plus ayant pris la peine de lire le texte en entier avant de me faire une opinion définitive il m’est apparu clairement que 90% de ce qui y était écrit m’était incompréhensible ! Et donc que je ne pouvais tout simplement pas dire OUI a quelque chose que je ne comprenais pas ( a ceux qui en profiterait pour dire qu’on aurait mieux fait de faire voter ce texte par nos députés et sénateurs je leur dirait qu’a mon avis PERSONNE n’a pu comprendre intégralement ce texte - et ceci sans vouloir remettre en cause les capacités intellectuelles de nos chers représentants smiley Or voici un candidat qui promeut une Europe fédérale et non plus un simple marché commun. Un candidat qui nous dit que le Peuple européen doit faire entendre sa voix dans le monde pour défendre une vision non impérialiste de celui ci. Un candidat qui ne se réfugie pas derrière l’alibi facile que l’UE nous empêche de gouverner correctement mais qui ose dire que l’Union c’est la force et que si nous voulons que la voix de la France et des valeurs qu’elle est censée représenter soit entendue il faut qu’elle soit reprise en choeur par l’ensemble de l’Europe. Alors il s’en trouvera encore sans doute pour me dire que je suis trop bête, que Bayrou fait partie du système, que son ni-gauche ni-droite n’est qu’un attrape nigaud, qu’il n’aura pas de majorité législatives etc... Peut être qu’effectivement je suis un imbécile, mais je commence de plus en plus a me dire que le plan B ça pourrait bien être le plan Bayrou. Le seul des candidats qui aura sur le plan européen une légitimité assez forte (s’il est élu ce sera clairement un Oui des français pour l’europe) pour remettre la France au coeur de l’Europe et surtout pour relancer le processus de création d’une véritable Europe Politique, préalable indispensable à celui d’une Europe Sociale.

                          Ps : oui encore un commentaire pro-bayrou dur Avox smiley


                          • noniste (---.---.33.243) 2 mars 2007 12:13

                            on n’est pas contre le jeu, mais contre les règles du jeu qui sont faites par et pour des tricheurs dont on ne veut plus, surtout à grande échelle :

                            http://www.1001podcast.com/podcast/RMCInfo/channel49/20070301_ggjour.mp3

                            http://www.1001podcast.com/podcast/RMCInfo/channel49/20060920_ggjour.mp3

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès