Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > OUI à l’UDI (1) : construire une mutuelle politique

OUI à l’UDI (1) : construire une mutuelle politique

L’Union des démocrates et indépendants vient de naître. Entre une renaissance anachronique et nostalgique de l’UDF et la création d’un mouvement moderne propre aux enjeux du XXIe siècle, le capitaine Jean-Louis Borloo devra tenir le cap de la crédibilité et de la mobilisation. Première partie.

JPEG - 21.6 ko

Je me suis rendu à l’assemblée constituante de l’UDI, Union des démocrates et indépendants, ce dimanche 22 octobre 2012 à la salle de la Mutualité, rue Saint-Victor à Paris. L’enjeu était très important et je pense que la mission de cette première grande réunion politique a été remplie. La création effective a eu lieu le 18 septembre 2012.

Je reconnais avoir émis quelques réticences et réserves sur la formation de l’UDI, en préparation depuis juillet 2012. Si l’idée d’origine me paraît solide, celle de regrouper dans un seul et même parti tous les centristes et baser ce parti sur des lignes programmatiques fortes (l’Europe, la décentralisation, la discipline budgétaire, la compétitivité des entreprises, la justice sociale, la préoccupation écologique, entre autres), il me semblait que la simple addition de tous les mouvements actuels, parfois groupusculaires, se réclamant du centre n’était pas forcément la meilleure méthode.

Ils étaient là, d’ailleurs, ces mouvements : le Parti radical valoisien de Jean-Louis Borloo et de Rama Yade, le Nouveau centre d’Hervé Morin, la Force européenne démocrate de Jean-Christophe Lagarde, l’Alliance centriste de Jean Arthuis, la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel et deux ou trois autres mouvements non médiatiquement identifiables (le CNIP de Gilles Bourdouleix, "Territoires en mouvenement" du député-maire de Neuilly-sur-Seine Jean-Christophe Fromantin et des groupes d’outremer, "Calédonie ensemble" et "Tahoeraa huiraatira").


Le ciment a pris !

Pourtant, à l’évidence, il s’est produit quelque chose ce dimanche midi. La sauce a pris, pourrait-on dire. Plus de trois mille personnes se sont rendus à la Mutualité, parfois de très loin, et non seulement la grande salle était remplie, mais également les salles du dessus retransmettant les débats sur écran géant. Yves Jégo, député-maire de Montereau et grand ordonnateur de la cérémonie, retransmise aussi en direct sur LCP, s’émerveillait que parallèlement, plus de trois mille internautes suivaient les débats depuis leur ordinateur.

Cette très forte mobilisation, cette très forte participation, elle est due avant tout à un grand besoin, celui de l’existence d’une formation politique de centre droit. Ce besoin était d’autant plus grand, au fil de ces dix dernières années, que l’UMP s’est droitisée de plus en plus avec Nicolas Sarkozy et que le MoDem, fils légitime de l’UDF, s’est, lui, au contraire, gauchisé avec François Bayrou. Or, l’échec respectif de ces deux leaders à l’élection présidentielle de 2012 les a rendus absents du jeu politique, pour le moment (on ne peut jamais rien savoir de l’avenir) mais c’est un fait nouveau depuis 2002 ! Ce qui permet aux initiatives de se réaliser hors du contexte de Nicolas Sarkozy et de François Bayrou.

Ayant soutenu les candidatures présidentielles de François Bayrou depuis 2002 (déjà à l’époque, il avait mis en garde comme la dette publique qui filait), je regrette évidemment que le rassemblement des centres ne se réalisent pas avec la réunion de François Bayrou et de Jean-Louis Borloo dans une même formation. Les deux le justifieront en parlant de « projets différents » mais nul doute que la psychologie humaine a sa part dans l’affaire.

Je l’ai déjà beaucoup évoqué dans le passé, mais l’expérience du printemps 2012 a été encore plus démonstrative : il n’y a pas d’alliance possible des centristes avec la gauche pour la simple raison que la gauche n’en veut pas. Cela pourrait d’ailleurs être une erreur cruciale pour François Hollande (j’en reparlerai) mais c’est une réalité et la conséquence, c’est que la stratégie d’isolement de François Bayrou n’est plus tenable. Apparemment, ce dernier ne semble pas encore l’avoir bien compris malgré sa défaite personnelle dans sa circonscription.


Le barrisme n’est pas encore mort !

Ce dimanche, des signes ne trompaient pas. J’ai d’ailleurs retrouvé beaucoup d’anciens UDF dans cette assemblée, et même, des barristes, ce qui me réjouit même si je conçois que le barrisme en 2012 ne peut plus rien signifier en terme d’avenir politique ! Raymond Barre fut le dernier Premier Ministre à avoir équilibré un budget de l’État. C’est peut-être maintenant qu’il faudrait lui ériger une statue, celle de l’orthodoxie budgétaire qui a volé en éclat par tous ses successeurs, tous partis confondus, aux profits de tous les clientélismes électoraux et démagogiques.

Parmi ces signes concrets, il y a que c’est un véritable rassemblement. L’UDI ne sera pas seulement l’addition sans intérêt d’appareils politiques commodes en vue d’une syndicalisation d’élus indépendants (comme le fut le Nouveau centre). Non, il s’agit d’un mouvement de fond bien plus profond. D’abord, il y a les valeurs et le projet (j’en reparlerai à la suite), notamment le principe de ne plus avoir l’Europe honteuse, un élément fort de l’UDI. Ensuite, il y a un phénomène d’attraction qui s’est réalisé dès ce 21 octobre, venu des deux côtés de l’échiquier politique.


Des élus du MoDem et de l’UMP rejoignent l’UDI

D’une part, quelques élus éminents du MoDem sont venus à la Mutualité. Le principal, le sénateur d’Arras Jean-Marie Valerenberghe, vice-président du MoDem, était heureux de rappeler sa fidélité à François Bayrou mais a admis que la réunion des centristes devenait plus que jamais nécessaire dans le contexte politique où le PS fonce dans un mur et l’UMP s’effondre dans une surenchère de la droitisation décomplexée.

D’autre part, il y a eu l’arrivée surprise de l’ancienne Ministre de l’Écologie, actuelle sénatrice de Paris, Chantal Jouanno qui a quitté l’UMP pour rejoindre Jean-Louis Borloo (sans nul doute avec comme horizon, les municipales à Paris en mars 2014). D’autres parlementaires de l’UMP ont aussi adhéré à l’UDI, comme Henri Plagnol (dont l’élection vient d’être invalidée pour une erreur mineure) et Christine de Veyrac (députée européenne).


Des "témoins" de haute volée

En outre, il y a eu aussi la venue de certaines personnalités de premier plan comme l’ancien Premier Ministre belge Guy Verhofstadt, ami de longue date de François Bayrou et se rendant régulièrement à ses invitations, l’ancien ministre gaulliste et actuel commissaire européen Michel Barnier (par ailleurs, ancien rénovateur), l’ancien Ministre des Finances Thierry Breton (maintenant président d’Atos, à la tête de 90 000 ingénieurs, très discret dans les médias), et aussi l’ancien commissaire général du grand emprunt René Ricol (dont le successeur, Louis Gallois, va avoir du mal à vendre auprès de la gauche son rapport sur la compétitivité).

Absent de la réunion mais présent en pensée, l’ancien Président de la République Valéry Giscard d’Estaing s’est évertué à refaire le coup de l’allocution dans un bureau chic (faisant oublier son "au revoir" ?) pour rappeler les principes qui l’ont amené à créer l’UDF en 1978 et pour souhaiter bonne chance à l’UDI. Un encouragement d’autant plus précieux que l'académicien Valéry Giscard d’Estaing est désormais silencieux dans le débat politique depuis plusieurs années.


Séquence émotion avec…

Enfin, le moment le plus émouvant fut sans doute juste avant le discours de clôture de Jean-Louis Borloo. Jean-Louis Borloo montrait à l’évidence des signes de stress pendant toute la matinée, l’enjeu pour lui était assez important. Il s’est pourtant éclipsé pour revenir avec la musique triomphante, mais ce n’était pas pour lui, l’arrivée de la vedette américaine. Au contraire, si lui arrivait effectivement, il n’était pas seul et il laissait la première place à celle qui est devenue la marraine de l’UDI, à savoir… Simone Veil, 85 ans, académicienne, ancienne ministre et ancienne première Présidente du Parlement européen.

yartiUDI02

Bien que visiblement fatiguée, Simone Veil a tenu en effet à faire le déplacement pour assister à la naissance de l’UDI. Dès le début de l’été, elle avait beaucoup encouragé Jean-Louis Borloo, son ancien numéro deux sur sa liste aux élections européennes de juin 1989, à faire cette nouvelle formation politique qui manquait tant au pays. J’imagine aussi, car il me faut être objectif, que Simone Veil a sans doute eu l’arrière-pensée que la réussite de l’UDI signerait la mort du MoDem et également, le retrait définitif de François Bayrou dont elle voue une haine qui va bien au-delà des options politiques.

L’émotion, c’est évidemment que Simone Veil, très faible, était présente, l’œil toujours brillant des espoirs sans mesure, alors qu’elle n’avait jamais été partie prenante dans aucun parti jusqu’à maintenant. À ses côtés, plutôt rocardien, son mari Antoine Veil était également présent, ce qui est, à ma connaissance, sans précédent puisqu’il avait toujours voulu resté discret jusqu’à maintenant pour les choses politiques. Ce serait d’ailleurs très intéressant de lire une enquête sur l’influence du couple Veil dans la vie politique, tant à gauche qu’à droite.

Sa présence a donc été un signe marqueur fort pour soutenir l’UDI et Jean-Louis Borloo qui, évidemment, ne pourrait jamais se permettre d’être un "homme guide" comme le furent les différents présidents de l’UMP ou le président du MoDem.


Pas de culte de personnalité : avant tout, le projet et les élections

Jean-Louis Borloo va devoir faire attention à la susceptibilité de ceux qui lui ont fait confiance, mais il a déjà averti qu’il ne se préoccuperait pas d’un dosage des différentes composantes, car la règle de l’UDI sera un homme (ou femme), une voix. Cela peut paraître évident, mais c’est ce qui avait tué en partie l’UDF avant 1998 : la confédération centriste avait vécu pendant vingt ans (1978-1998) à l’époque d’avant-le-serment du Jeu de Paume dans la mesure que seuls comptaient les différentes composantes sans tenir compte de leur poids respectif réel dans l’opinion publique.

Si l’unité de lieu était tout un symbole, quelques ténors ayant fait remarquer que la Mutualité était une salle de grande camaraderie, l’unité de temps a sans doute été déterminante dans le succès de ce lancement : d’une part, une majorité socialo-écolo en pleine débandade non seulement dans l’opinion publique, mais également sur des sujets déterminants de la vie nationale ; d’autre part, une opposition supposée menée par l’UMP en pleine expectative et qui attend fébrilement l’issue du match entre Jean-François Copé et François Fillon (j’y reviendrai).

L’UDI a pour ambition de regrouper les républicains, européens, laïcs, patriotes, indépendants et démocrates et va s’activer dans deux directions, la mise en forme d’un projet national (prévu pour juin 2013) et la préparation des deux prochaines échéances électorales, les municipales de mars 2014 et surtout, les européennes de juin 2014 où l’UDI pourra se mobiliser pour peser dans le paysage politique. François Bayrou a d’ailleurs estimé sur France Inter le soir du 21 octobre 2012 qu’il n’excluait pas des listes communes MoDem-UDI aux européennes. Quant à Jean-Louis Borloo, il n’exclut pas une dissolution, une victoire de l’UDI et sa désignation à Matignon, un peu à la manière Mendès France. Il peut toujours rêver...

Dans d’autres articles sur l’UDI, je reviendrai sur plusieurs thèmes qui me sont chers, en particulier le thème de la construction européenne et celui de la compétitivité des entreprises.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (22 octobre 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La famille centriste.
À qui appartient l’UDF ?
Les chapelles du centre.
Centre pour la France.
Le MoDem.
Le Nouveau centre.
François Bayrou.
Jean-Louis Borloo.
Valéry Giscard d’Estaing.
Hervé Morin.
Simone Veil.

yartiUDI03 

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.31/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • jocelyne 22 octobre 2012 17:50

    J’ai bien peur (ou pas...) que vous ne fassiez erreur, aujourd’hui, avec le spectacle de ce qui se passe chez nos voisins et l’imposture des MES/TSCG il n’y a plus de place pour l’eau tiède, ce sera de l’huile bouillante et des pavés.


    • wesson wesson 22 octobre 2012 18:13

      bonjour l’auteur,

      héhéhé jouez hautbois, résonnez musette, tel le phoenix le centre renaît de ses cendres.

      ça fera un excellent soutient aux futurs gouvernement d’extrême droite.

      • appoline appoline 23 octobre 2012 16:40

        Vu les couilles molles pour lesquelles vous avez voté, je serais à votre place je ne serais pas fier. Vous voyez où nous en sommes maintenant.


      • marc 24 octobre 2012 19:00

        Appoline


        Où on en est maintenant ? ma foi, on échappe au pire, c’est déja ça, même si c’est loin de suffire. .

      • Nicolas novice2005 22 octobre 2012 18:42

        Parti sans aucun intérêt. L’UDI a le même programme que le PS / UMP / EELV : fédéralisme européen. A partir de là, le gouvernement quel qu’il soit appliquera la politique décidée au niveau Européen.


        • chantecler chantecler 23 octobre 2012 12:06

          Super !

          Restent le FN et le FdG comme partis valables si j’exclus les TPP .

          TPP : tout petit parti .


        • Yvance77 22 octobre 2012 19:35

          Tiens encore un groupuscule qui va jouer contre les gueux du peuples... au suivant ! Vous êstes ) votre place in fine chez les tocards !


          • Soi même Soi même 22 octobre 2012 20:29

            Décidément Sylvain tu patines dans la choucroute !


            • goc goc 22 octobre 2012 21:35

              décidément, ça devient un réflexe pavlovien
              des que je vois un article de rako je me dépêche de le moinsser avant qu’il soit fermé

              bon je vous rassure, je ne pousse quand même pas le vice jusqu’a lire l’article, jsuis pas maso
              faut pas charrier !!


              • appoline appoline 23 octobre 2012 16:42

                Avec une bonne biture Jean-Louis n’y verra que du feu


              • filo... 22 octobre 2012 22:37

                @l’auteur

                Soit vous faites de l’intox en permanence soit vous êtes un maso incurable ?


                • nicolas_d nicolas_d 22 octobre 2012 23:05

                  « Droite » « gauche » c’est kif kif.
                  Mais « centre droit » c’est la solution.
                  lol.


                  • moussars 23 octobre 2012 12:40

                    « ...Jean-Louis Borloo devra tenir le cap de la crédibilité ».
                    Crédibilité ! Tout est dit dès l’entête !
                    L’ancien avocat d’affaires de Tapie, millionnaire sur le fumier des sociétés en difficultés et sur l’argent de la finance spéculative, veut encore faire croire qu’il y a la place d’une feuille de cigarette entre l’UMP et le PS !

                    Ce serait comique si ce n’était pas si grave et représentatif du manque total de décence et de prise de conscience de la profondeur de la crise systémique et structurelle de nos sociétés libérales suicidaires...


                    • morice morice 23 octobre 2012 13:16

                      Borloo, un Bayrou raté, ou la fable de la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf. C’est pas avec les bras cassés comme Morin qu’il va repeindre le centre à neuf....


                      remarquez, il s’est trouvé un nouveau coiffeur ; c’est déjà ça, mais c’est le seul changement chez lui. 

                      ministre en charge de l’écologie, il est devenu girouette et ne sera jamais éolienne. Laissons-me tourner sur lui, il fabriquera peut-être un jour de l’électricité, à défaut d’être un alambic fiable.

                      • morice morice 23 octobre 2012 13:17

                        Pourtant, à l’évidence, il s’est produit quelque chose ce dimanche midi. La sauce a pris, pourrait-on dire. 


                        c’est une pâle mayonnaise, qui va vite sentir l’aigre....

                        • Voltaire Voltaire 23 octobre 2012 13:43

                          La création de ce parti était devenu chose inéluctable depuis de nombreux mois (même si l’auteur n’en paraissait pas convaincu lorsque je le lui avait annoncé...). Nécessité fait loi pourrait-on dire. Certes, il a fallu plus d’un an pour que cette nécessité s’impose aux responsables divisés et aux égos démesurés de la galaxie centriste, mais la pression de la base (notamment celle des élus locaux) et de l’électorat central et modéré était devenue irrésistible.

                          Trois éléments ont conduit à ce succès souligné par les média :

                          - l’echec de Nicolas Sarkozy et de sa politique droitière, et la guerre des chefs à l’UMP, qui crée des clivages et des mécontents à droite ;

                          - le refus absolu de la gauche à chercher un accord avec le centre, et sa préférence pour l’alliance traditionnelle des partis de gauche ;

                          - l’échec de François Bayrou à rassembler autour de lui, en raison de son incapacité à clarifier ses alliances, et donc à peser sur la vie politique.

                          Par rapport à ses prédécesseurs dans l’espace politique modéré, l’UDI a deux atouts : une dimension écologique incontestable, domaine déserté par EELV dont l’existence a éclaté de fait, se réduisant à sa simple composante gauchisante des Verts, rendant orphelins les électeurs de centre-gauche à conscience environnementale, et sa capacité à reconquérir les territoires de part son idéologie très décentralisatrice, comme le démontre le ralliement très rapide de nombreux élus locaux, mal à l’aise avec les systèmes pyramidaux et centralisateurs de l’UMP et du PS. Mais elle devra aussi faire face à des défis : JL Borloo, qui a su imposer son leadership par défaut (en l’absence de Bayrou), ne peut prétendre à incarner un candidat présidentiel crédible (même si 2017 est encore loin), et la réunion des différentes composantes de l’UDI ne manquera pas d’entrainer des petites luttes d’influence locales potentiellement délétères lors des futures élections.

                          Pour autant, comme le souligne l’auteur, l’UDI a su démontré lors de ce congrès fondateur sa capacité à relier des valeurs traditionnelles du centre (Europe, rigueur financière) et d’autres plus progressistes (environnement, progrès social). Les vigoureuses critiques exprimées par les leaders de l’UMP sur ses ambitions et sur le ralliement de figures inattendues comme Chantal Jouanno démontrent que la menace est prise très au sérieux à droite quant aux capacités de l’UDI à réaliser des scores importants, au moins lors des élections intermédaires de 2014-2015.

                          Si la stratégie politique de l’UDI devrait rassurer les électeurs modérés quant à sa capacité à remporter des élections (et donc à appliquer ses idées) ce qui était le défaut majeur du MoDem, son succès dépendra à la fois de sa capacité à proposer un projet de société original, différent de celui de l’UMP, et à celle de JL Borloo de limiter les querelles internes.
                          Le second point s’avèrra peut-être plus aisé à réaliser (car seule l’union est susceptible de redonner du pouvoir à ses dirigeants) que le premier, qui nécessite lui une véritable stratégie de débat d’idée et d’ouverture aux problèmes actuels. C’est donc sur le contenu et la vision que sera jugé l’UDI dans les mois à venir, à sa capacité à proposer des solutions originales en cette période de crise. Mais on ne peut que souhaiter que cela fonctionne, étant donné les ratés à répétition du gouvernement et de la majorité actuelle, et la piètre image donnée par l’UMP dans sa critique stérile.


                          • Gasty Gasty 23 octobre 2012 15:31

                            L’Union des démocrates et indépendants vient de naître. Entre une renaissance anachronique et nostalgique de l’UDF et la création d’un mouvement moderne propre aux enjeux du XXIe siècle, le capitaine Jean-Louis Borloo devra tenir le cap de la crédibilité et de la mobilisation.

                            On ne peut pas mieux lécher.  smiley 


                            • gogoRat gogoRat 25 octobre 2012 17:45

                               On en viendrait presque à regretter que ce non-événement mobilise si peu l’attention des Français
                               ( Il faut dire que la technique des faux-débats pour endormir l’opinion joue à merveille avec des inventions de nouveaux types de ’mariage’ ...)
                               Au-delà du pitoyable ( = un mariage Radicaux-UDI après les mariages Radicaux-UMP, Radicaux-PS et Radicaux-UDF/MODEM ...) le véritable événement est beaucoup plus profond ; à savoir : une matérialisation par le vide d’un tout nouveau trou noir politique !
                               ( décidément c’est le parti qui se déclare le moins devant les Français qui fait placer le plus de ses pions au Pouvoir ... Comme si les Français ne pouvaient jamais avoir vu à l’oeuvre certains députés avant leur ascension ...)

                               Ce serait pourtant l’occasion de prendre collectivement conscience d’un changement de société :
                               plus aucune tête d’affiche n’a la moindre chance de faire rêver les Français !

                               Quelle confiance peuvent encore nous inspirer les « Politiques » qui étaient encore hier à peine les plus en vue ? ( eh oui , la confusion Politique/Politicien en dit déjà long ..)
                               Combien d’ex-UDF, sympatisants ou simples observateurs curieux, après avoir regretté pendant 14 que VGE ait été détrôné par Mitterrand, ne cessent depuis Chrirac, Sarko, en passant par le fameux projet de Constitution Européenne ... de regretter d’avoir regretté !
                               N’est-il pas significatif que face à une Gauche éclatée , dont la seule Tête en vue a éclaté avec les affaires DSK, des personnages hier aussi prestigieux n’aient d’autre prétendants à introniser que cet ex-comparse d’un certain Tapie ? ...
                               Si le petit Français n’est pas en mesure de se faire une idée juste des personnages qu’on lui présente, en se contentant des noms de scandales avec lesquels on l’amuse ... pourquoi continue-t-on à vouloir le faire voter et à lui demander de prendre parti ?

                               Il vaudrait bien mieux que cette création de nouveau parti mobilise largement l’attention publique et fasse date ... pour qu’enfin, une bonne fois pour toutes les Français fassent le constat du vide,
                               et disent :
                               à partir d’aujourd’hui, coup de karsher sur la politicaille !

                                


                              • orsatone 26 octobre 2012 09:51
                                Que quelqu’un éclaire ma lanterne.
                                UDI, ça veut dire quoi ?
                                Unis Derrière l’Ivrogne ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès