Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Papy fait de la résistance

Papy fait de la résistance

« Les Françaises et les Français ont majoritairement apporté leurs suffrages sur les candidats de gauche et sur les élu-es et candidat-es communistes qui font de notre Parti la troisième force politique de notre pays ». Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF, peut se réjouir de ce 9 mars 2008. Le principal apprentissage de ce premier tour des municipales ne réside pas dans la défaite attendue de la droite ni dans la victoire, moins large qu’espérée, du PS mais dans les bons scores du Parti communiste.

Le PCF jouait sa survie dans ce scrutin. Au lendemain du premier tour, il est toujours présent et bien vivant. Troisième formation politique du pays, le Parti communiste devance le MoDem, censé être le grand arbitre du scrutin, et démontre une fois de plus l’importance de son assise locale. Des bastions perdus en 2001 sont reconquis (Dieppe par exemple), d’autres, lorgnés par le PS, ont été ou sont en passe d’être conservés.

Ces résultats posent une question fondamentale à la gauche française et notamment au Parti socialiste. De quel côté doit-il tourner son regard ? Vers le centre et le MoDem comme l’a fait Ségolène Royal, réitérant ses appels du pied à François Bayrou ? Ou vers un PCF revigoré par une audience sensiblement accrue par rapport aux scrutins de 2007 ?

La stratégie socialiste était pourtant simple : en finir avec l’assistanat de leur voisin de gauche, en finir avec ce qui leur paraissait être de l’acharnement thérapeutique. Ainsi de nombreuses listes dissidentes PS entraient en concurrence avec des listes PCF dès le premier tour dans 7 des 13 municipalités de Seine-Saint-Denis, historique « banlieue rouge ». La Courneuve et Bagnolet, villes symboliques tant l’assise et la tradition "rouge" y sont fortes, ont confirmé la résistance communiste. La bataille sera rude pour la présidence du département de Seine-Saint-Denis, communiste depuis sa création en 1967, qu’entend ravir le socialiste Claude Bartolone. Les citoyens ont préféré faire confiance aux équipes communistes sortantes qu’aux nouveaux venus socialistes. Un aveu de confiance et de fidélité au PCF autant qu’un avertissement à un PS « embourgeoisé » (Laurent Joffrin) qui réussit ses meilleurs scores grâce à l’électorat « bobo » des centres-villes.

Mais la résistance est nationale. A Vénissieux, à Martigues, à Arles, à Vierzon ou à Dieppe..., les équipes communistes sont élues dès le 1er tour ou en ballottage très favorable en vue du second. Fort d’une légitimité démocratique retrouvée, le PCF met en garde le PS : « les alliances avec le MoDem sont contre-nature », explique un dirigeant du parti. Pendant que l’UMP et le PS vont se battre les faveurs de François Bayrou, le « vieillissant » Parti communiste français résiste et entend bien démontrer que la gauche française doit encore compter sur lui. Un argument de poids en cas de fondation, à l’italienne, d’un nouveau parti à gauche auquel les communistes pourraient participer.


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Leila Leila 12 mars 2008 10:37

    J’ai bien apprécié le jeu de mots du Canard Enchaîné de ce matin :

     

    Bayrou ouvre un centre commercial

     

    Espérons qu’il fera bientôt faillite !


    • Gazi BORAT 12 mars 2008 10:40

      Je travaille dans une ville qui vient de réélire au premier tour son maire communiste... et j’en suis fort aise..

      Je pense qu’ici a beaucoup plus joué l’attachement de la population à un individu qu’au parti qui le porte..

      gAZi bORAt

       


      • Ran 12 mars 2008 10:51

        La montée de l’extrême gauche s’observe également avec les bons scores de la LCR.

        En l’occurence, l’alternative me paraît simple :

        - soit le PS s’affirme comme un parti de "centre gauche", en tirant un trait sur l’électorat communiste mais en captant tout ou partie de l’électorat de MoDem. Ce qui laisserait un espace viable à sa gauche pour d’autres formations comme PCF ou LCR,

        - soit le PS recale sa politique à gauche, en étouffant le PCF, parce qu’il n’y a pas en France en 2008 un électorat de gauche suffisant pour faire vivre ces 2 formations sur le même créneau ; mais en laissant le champ libre au centre au MoDem.

        D’un point de vue purement politique c’est un non-problème, si le PS aspire à être aux commandes un jour : les électeurs du PCF ne voteront jamais pour l’UMP, alors que ceux du MoDem peuvent très bien le faire. A mon sens c’est un simple exercice de logique de comprendre pourquoi le PS à intérêt à s’ancrer au centre-gauche, quitte à laisser les déçus de sa propre gauche rejoindre un PCF aux coudées plus franches.


        • parousnik 12 mars 2008 11:00

          Hier les régimes ultralibéraux monarchiques ont fait naître le communisme. Aujourd’hui aux mêmes maux le mêmes remédes ? Il est évident que les grandes misères et injustices épouvantables que font naître les régimes totalitaires de nos démocraties ultralibérales ne peuvent que faire renaître les envies d’une société "humaine" de partages. La propagande ultralibérale dépeignant le communisme, accusant le communisme de tous les maux, avec le complot intérieur du 11 septembre 2001 et la naissance du terrorisme démocratique, ne peut plus sérieusement paraître aux occidentaux comme un idéal... L’ultralibéralisme ne peut mener le monde qu’à des abîmes extrêmes .. il est vraiment temps que les populations s’en rendent compte et se réveillent... 


          • Bulgroz 12 mars 2008 11:59

            Dans une élection où le taux de participation a été de 84%, Marie Georges Buffet (paix à son âme) a réalisé un score sans appel de 1,93% .

            Nous assistons donc au retour triomphant du communisme radieux, ce communisme qui va illuminer le monde et qui va enfin nous amener la belle et valeureuse dictature du prolétariat, qui doit être, selon le mot de Lénine, « un million de fois plus démocratique que n’importe quelle démocratie bourgeoise » (sic).

            Les 100 millions de victimes (au bas mot) (i) de cette idéologie totalitaire et répressive ne sont qu’une étape, vivement le deuxième tour des municipales afin que les déportations, les assassinats, les goulags, les camps de rééducation puissent reprendre du service.

            A quand la reconnaissance de tous ces crimes contre l’humanité ? Pourrions nous au moins faire en sorte que les mots Communisme et Socialisme soient définitivement bannis du langage humain ? A quand une loi Gayssot pour bannir cette idéologie funeste ?

            Tous les imams intérgistes se retrouvent dans ce parti communiste Français et votent massivement pour lui. 

            Gazi Borat, complice des crimes communistes, aux chiottes

             

            (i) Soljenitsine a établi un bilan de 80 millions de victimes pour la seule URSS dont 15 millions de morts.

             

             


            • thirqual 12 mars 2008 13:48

              Les communistes c’est des gros nuls ! Même pas capables de battre les seuls anglais dans la seule Chine au XIXème, plusieurs centraines de millions de morts dans les guerres pour le contrôle du commerce de l’opium, avec les ethnies dressées les unes contre les autres à la grande joie des colons !


            • Sebus 12 mars 2008 14:34

              Effectivement pour le titre, j’ai longuement hésité entre mamie et papy

              j’ai préféré papy car je parle du parti communiste, vieux parti au nom peut-etre archaïque certes, et non de marie george buffet elle meme

              D’autre part, le score de MGB aux présidentielles n’était pas de 1,3 mais de 1,9. Sachant que cette élection releve plus du charisme (ou pas !) des candidats plus qu’un parti. De plus, ce score ne reflete pas l’importance du réseau communiste encore fortement implanté


            • Bulgroz 12 mars 2008 15:40

              Exact, Kamarad, je me suis trompé, c’est pas 1,3 mais 1,93%.

              Remarque en comptant qu’ un électeur communiste vaut 30 électeurs Sarkozistes (hypothèse basse), les 707 000 votes en faveur de MGB (ça me fait tout drole de l’écrire comme ça) deviennent 21 000 000 soit le double de voix de Sarkozy himself.

              A quoi ça tient une élection ! On aurait appliqué un simple principe (1 communiste = 30 UMP) et on aurait MGB à l’Elysée et tous les clandestins sans papiers aujour’hui auraient été régularisés.

              A propos, avez vous pensé à télécharger sur votre Ipod le compte rendu analytique complet de la XLVII session du secrétariat unifié de la Quatrième internationale ?

              C’est ici : http://www.democratie-socialisme.org/article.php3?id_article=61

               

               


            • Marc Bruxman 12 mars 2008 21:23

              Oui sauf que tout le monde sait comment se passent les municipales dans les villes coco. Les arguments sur les tracts sont : "l’UMP ou le PS vont détruire les HLM, vous mettre à la rue et couper toute subventions aux associations".

              En gros le PCF subventionne un nombre délirant de logements sociaux et d’associations sur le dos des plus riches de sa commune et s’en sert ensuite pour acheter les voix des plus pauvres.

              En tout cas le PS leur a mis une bonne carotte hier avec la reconduction des listes dans 4 villes. Ce qui est logique vu que la droite n’a aucune chance de prendre des villes comme Aubervilliers et que certains électeurs PS vomissent sur le PCF. En Seine Saint Denis le PC va prendre cher en terme du nombre de conseiller municipaux même si ils conserveront certainement leurs bastions. L’avantage c’est que cette baisse du nombre d’élus agira mécaniquement sur les finances du parti de Staline.

              Bref la vermine rouge est bientot éradiquée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès