Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Parrainage républicain : J’accuse

Parrainage républicain : J’accuse

La République a-t-elle encore un sens ?

La candidature à la présidence de la République serait-elle uniquement le domaine de certains privilégiés qui seuls, peuvent prétendre au pouvoir suprême ?

JPEG - 11.8 ko
J’accuse

Je m'insurge au nom de la démocratie et de la République française.

Comme le fit Emile Zola au moment de l'affaire Dreyfus, J'ACCUSE.
 
J'ACCUSE les représentants de la République, à commencer par le Chef de l'Etat et le Premier Ministre, les représentants de la Nation, députés et sénateurs, de rester totalement indifférents aux problèmes liés au parrainage des candidats à la présidence de la République.
 
J'ACCUSE tous les représentants des collectivités territoriales, notamment les maires et les maires délégués des communes associées, ainsi que les conseillers généraux des départements de ne pas vouloir jouer le jeu de la démocratie en apportant leur « parrainage » aux candidats secondaires qui s'expriment au nom de la France et de ses valeurs républicaines.
 
J'ACCUSE une certaine citoyenneté qui manifeste et s'insurge pour tout et pour rien, mais par contre ne réagit nullement quand il s'agit de défendre l'identité de la République et les droits légitimes de tout français désireux d'être présent dans la course aux présidentielles.
 
J'ACCUSE le laxisme quotidien d'un électorat qui souhaite changer la politique de la France, mais qui à contrario, cautionne par son silence un système destiné à imposer au Pays l'alternance permanente entre les partis de droite et de gauche, ce va-et-vient politique empêchant l'arrivée et le développement des idées nouvelles, et l'accession éventuelle au pouvoir des rénovateurs de la démocratie.
 
J'ACCUSE les méthodes politiques qui instaurent les inégalités entre les candidats, ceux qui sont considérés comme les « grands » et qui jouissent d'un énorme soutien médiatique, et ceux qui sont classés dans les « petits » qui sont délaissés, oubliés et pratiquement mis à l'index du débat politique, alors qu'ils représentent souvent les meilleurs postulants dans les idées qu'ils véhiculent et les projets qu'ils exposent.
 
Il est donc grand temps de changer un système qui n'a pas plus aucun sens aujourd'hui au niveau des valeurs démocratiques, et l'on ne peut qu'espérer maintenant la volonté d'un nouveau pouvoir politique désireux d'entreprendre une réforme profonde des procédures électorales, et tout spécialement celle portant sur l'élection du Président de la République, et sur la représentation des partis à l'Assemblée Nationale.
 
CONCLUSIONS
 
A l'heure où j'écris ces lignes, certains candidats ou candidates n'ont pas pu obtenir encore les 500 signatures indispensables à valider leur candidature.
 
Si ces candidats ou candidates ne pouvaient être présents au premier tour des élections présidentielles le 22 avril prochain, le Café Républicain et diverses associations républicaines viennent de décider d'un commun accord, à déposer un recours pour l'annulation de ces élections, pour irrégularité et discrimination démocratique et pour entrave aux principes fondamentaux permettant à tout citoyen de participer à une élection nationale en qualité de candidat.
 
Information complémentaire
 
Le parrainage des candidats à la présidence de la République n'a aucun rapport avec l'orientation politique. Un élu peut très bien « parrainer » une personne candidate, sans pour autant lui apporter son soutien public et son vote.
 
Le parrainage est uniquement un acte citoyen qui consiste à apporter d'une manière objective l'assistance républicaine à un candidat ou une candidate représentant une idée démocratique et (ou) un groupe d'électeurs potentiels.
Le parrainage reste une obligation pour tout élu lorsqu'elle lui est demandée, à moins qu'il puisse prouver que la démarche est purement fantaisiste ou antirépublicaine.
 
NB : Entre autres candidats ou candidates qui ont aujourd'hui des difficulté à rassembler les 500 signatures de parrainage sont : François Asselineau représentant l'UPR (Union Populaire Républicaine), Marine Le Pen représentant le FN (Front National), Corinne Lepage représentant Cap 21, Philippe Poutou représentant le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), etc...
 
A noter que certaines personnalités politiques se sont résignées à ne pas être candidates à l'élection présidentielle, faute d'avoir la possibilité de recueillir la totalité des parrainages nécessaires.
 
Pierre-Alain Reynaud

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • non667 8 mars 2012 10:34

    à pierre
    pas mieux .
    lisbonne à été un viol de la démocratie  et a montré de quoi l’umps était capable dans ce domaine . de plus ils ont le cynisme de traiter le fn d’antidémocrate et d’antirépublicanisme voir de facho !

    après tout pourquoi s’en priver puisque les français ....... smiley smiley smiley smiley


    • Catart Catart 8 mars 2012 15:56

      Hola bonjour,

      je dirais même pas mieux de pas mieux.

      Nous nous associons totalement et sens réserve à toutes ces accusations qui font partie du texte de notre conférence de presse du 17 mars à Paris à 15h30 au Café du Croissant...là où Jaurès fu assassiné.
      Conférence soutenue par 5 petits candidats qui n’ont pas les 500 signatures...une honte pour la Démocratie.
      Même ici notre communiqué de presse est interdit...comme l’article sur le vote blanc...merci et bravo...

      a lire sur

      http://www.indigne-je-propose.fr/


    • Catart Catart 8 mars 2012 15:57

      POUR PIERRE J’AI OUBLIÉ

      UN GRAND MERCI

      Nous diffusons ton article sur le site


    • Nicolas novice2005 8 mars 2012 11:03

      + Nicolas DUPONT-AIGNAN (DLR).


      J’ajoute également qu’en plus d’avoir du mal à obtenir ces parrainages, ces candidats ont beaucoup moins de visibilité dans les médias. 

      Double peine pour être sûr qu’on ne change pas une équipe qui perd (UMP/PS)

      • Txotxock Txotxock 8 mars 2012 11:53

        Notre système électoral fonctionne de plus en plus comme un système mafieux.


        • focalix focalix 8 mars 2012 12:30

          Des candidats moins connus que Marine le Pen, comme Nicolas Dupont Aignan ou Jacques Cheminade, ont déjà, ou presque, décroché leurs 500 signatures.

          Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) les a déjà déposées au Conseil Constitutionnel.
          Puisque Marine aime tant les ouvriers, ele devrait demander conseil à Nathalie qui lui réservera sûrement un accueil des plus chaleureux.

          Curieusement, Villepin, lui aussi, rame malgré sa notoriété.

          De toutes façons, la règle du jeu est la même pour tous les candidats, et si elle doit être changée, ce n’est pas en cours de partie !

          PS : N’est pas Zola qui veut. Vu l’ambiance de l’époque, il a sacrément mouillé sa chemise Mimile !


          • Scual 8 mars 2012 14:17

            Et bien moi j’accuse Pierre Alain Reynaud de ne rien comprendre à ce dont il parle et même de chercher à manipuler le lecteur en racontant des choses carrément fausses. Prenons chaque accusations dans l’ordre.

            1 Au nom de quoi le Chef de l’Etat et le Premier Ministre, les représentants de la Nation, députés et sénateurs devraient intervenir dans les décisions des maires, dans ce qui serait un abus de pouvoir anti-démocratique flagrant et inacceptable ?

            2 Pour commencer la démocratie n’est pas un « jeu ». Ils n’autorisent pas, ils « parrainent » ce qui signifie qu’ils donnent leur avis, leur soutient au moins à la démarche de candidature et leur bénédiction. En vérité c’est même pire, puisque le terme exacte est qu’ils présentent le candidat. Ce qui veut dire que la démarche de présenter la signature est même sensée carrément venir des maires et que leur démarchage et plus « toléré » qu’autre chose. Ils ne sont donc certes pas obligé d’être 100% d’accord, de faire campagne pour celui qu’ils ont parrainé ou de voter pour lui, mais rien ne justifie qu’ils accordent leur parrainage à n’importe qui et il serait carrément contraire à l’esprit de la loi qu’ils présentent quelqu’un avec qui ils ne sont pas d’accord du tout... Il ne s’agit pas simplement d’un dossier administratif où ils doivent rester neutre. Par conséquent ce dont vous les accusez, c’est de faire ce qu’on leur demande. Mais surtout et là c’est carrément grave, quand vous dites :

            "Le parrainage est uniquement un acte citoyen qui consiste à apporter d’une manière objective l’assistance républicaine à un candidat ou une candidate représentant une idée démocratique et (ou) un groupe d’électeurs potentiels.
            Le parrainage reste une obligation pour tout élu lorsqu’elle lui est demandée, à moins qu’il puisse prouver que la démarche est purement fantaisiste ou antirépublicaine."

            Tout ceci est carrément un tissu de mensonges purs et simples.


            3 Ceci est complètement faux puisque la présidentielle est ouverte à tous. Il n’y a pas un seul citoyen dans ce pays qui ne puisse se lancer et il peut même carrément démarcher les maires s’il le désire.

            4 Il suffit de regarder le nombre de candidats et de partis de tout bords effectivement présents à chaque fois pour comprendre que cette remarque est littéralement fausse.

            5 Effectivement le traitement médiatique est complètement biaisé et asymétrique. C’est absolument n’importe quoi et il faut règlementer avec bien plus de vigueur.

            Pour conclure, peu importe les personnes et les programmes et même si ça nous attriste pour certains d’entre eux, le fait est que les candidats qui n’arrivent pas à avoir les 500 signatures ne sont pas crédibles pour diriger la France. C’est d’ailleurs complètement évident à moins de ne pas vouloir ouvrir les yeux volontairement. Si un candidat n’est pas capable de convaincre 500 maires, comment pourrait il diriger 65 millions de français et se faire respecter dans le monde ? C’est à ça que sert le système des 500 signatures. Alors que ce soit un déficit de notoriété (asselineau), d’ un simple manque d’encrage concret dans les communes (NDA, Lepage) ou d’approbation (LePen), de répartition géographique pour les mouvement régionaux, de crédibilité (Poutou depuis la scission du NPA et la création du FdG) ou peu importe, il faut réussir à franchir le cap des 500 signatures pour prouver qu’on a ce minimum disons de « poids » au niveau national et qui fait de la présidentielle autre chose qu’une bataille de popularités individuelles mais quelque chose de solide concrètement.

            Ces candidats et mouvements peuvent bien sur être intéressants à l’avenir, mais s’ils veulent diriger la France qu’ils commencent d’abord par réussir à diriger 500 communes ou au moins à ne pas rebuter complètement 500 maires. De plus si le système des 500 signatures est imparfait, puisqu’il a beau nous épargner d’incroyables dérives, il peut en entrainer d’autres même si elles sont bien moins graves, il vaut mieux chercher à l’améliorer que de fustiger ceux qui suivent les règles et de les accuser en plus de ne pas les détourner.


            • Inquiet 8 mars 2012 14:55

              C’est ce qu’on appelle un sophisme : « Je ne peux pas gouverner car je ne peux pas convaincre ».

              Pour commencer, il existe certains candidats, comme par exemple JL Mélenchon, qui veulent être élus pour faire une constituante ou tout autre système basé sur le culte de la personnalité.

              Ensuite, l’argument peut être inversé : un militant aura tendance à freiner l’accession à la candidature d’un opposant qu’il juge convainquant car dangereux.

              Cependant, en ce qui me concerne, je suis pour le maintient des 500 signatures car je pense qu’on doit « mouiller sa chemise » quand on est parrain. Par contre, comme je suis aussi soucieux qu’une force significativement représentative puisse se présenter à l’élection, même si j’y suis idéologiquement opposé, je pense qu’on a toute la technologie nécessaire aujourd’hui pour substituer à 1 parrainage d’élu 2000 parrainages citoyens :
              à l’extrême la possibilité de pouvoir se présenter si on a 1 000 000 de parrainages citoyens (= 500 x 2000) ce qui indiquerait sans équivoque possible une représentativité populaire établie à défaut de ne pas être représenté par les représentants smiley


            • Scual 8 mars 2012 16:10

              Ce n’est pas un sophisme ou alors il faut expliquer en quoi.

              "Pour commencer, il existe certains candidats, comme par exemple JL Mélenchon, qui veulent être élus pour faire une constituante ou tout autre système basé sur le culte de la personnalité.« 

              Un mensonge et un procès d’intention en une seule phrase...

               »un militant aura tendance à freiner l’accession à la candidature d’un opposant qu’il juge convainquant car dangereux."

              L’argument n’est pas inversé. Il est normal qu’il s’oppose à quelqu’un dont il ne veut pas, peu importent les raisons. S’il en est à dépendre des concurrents pour les 500 signatures cela veut déjà tout dire...

              Sinon la proposition est intéressante même si au fond c’est quand même un peu la définition de ce qu’est un maire : quelqu’un qui a reçu le bulletin de vote de plein de gens... d’où sa légitimité démocratique à donner son accord pour une candidature. On pourrait déjà commencer par impliquer le conseil municipal par exemple. Mais de toute façon avec les citoyens directement, il y a aussi le problème géographique, par exemple un candidat indépendantiste corse ou breton qui aurait même 100000 citoyens derrière lui n’aurait aucune légitimité à l’échelle de la France. En plus ce système permettrait à des personnes qui n’ont aucune expérience du pouvoir et aucune compétence de se présenter. Il faudrait donc rajouter des conditions, mais pourquoi pas et puis rien n’empêche de combiner ce système à celui des signatures.

              D’une manière générale il faut se mettre dans la tête ce que cela signifie d’être président de la France. Avec entre autre comme pouvoir de faire péter la planète, déclencher des guerres et autres petites joyeusetés suffisamment parlantes pour qu’on veuille avant tout s’assurer qu’on a quelqu’un de vraiment solide et pas seulement quelqu’un de populaire.


            • jymb 8 mars 2012 20:07

              Argumentation incroyable qui cherche à accroître l’idée que seuls une pincée de personnes peuvent se partager les rôles et le pouvoir, les autres ne représentant rien, et surtout devant bannir tout espoir d’émerger ou de changer les choses.
              Autant signer immédiatement pour une dictature, les choses au moins seront claires et sans hypocrisie !
              Les maires qui refusent tous les parrainages devraient voir leurs nom publiés, en tant qu’adversaires de la démocratie ouverte, pour que leurs électeurs les jettent à la porte aux élections locales suivantes.


            • emphyrio 8 mars 2012 20:20

              @Scual
              Le parti que tu soutiens n’est pas représentatif de la population française. A chaque élection vous contribuez à éloigner davantage les Français du suffrage républicain, des Français qui ne se reconnaissent plus dans la politique de leur pays. Le verrouillage du système au profit de l’UMPS est consommé, les prochaines élections nous le prouveront encore une fois. Vous ne voulez pas entendre ceux qui vous disent que vous êtes « peut-être »dans l’erreur, et fuyez donc la contradiction, mais la réalité vous rattrapera tôt ou tard.
              " Au nom de quoi le Chef de l’Etat et le Premier Ministre, les représentants de la Nation, députés et sénateurs devraient intervenir dans les décisions des maires, dans ce qui serait un abus de pouvoir anti-démocratique flagrant et inacceptable ?"
              Pompidou et Jospin sont les chefs d’état et de gouvernement qui ont limité les possibilités d’accès à la tribune électorale, en augmentant le nombre de signatures nécessaires et en levant l’anonymat sur les parrainages. Pourquoi ces mêmes chefs d’état et de gouvernement ne défont-ils pas ce qu’ils ont déjà fait ? La réponse est dans la question.


            • Scual 9 mars 2012 11:33

              @jymb : Euh vous vous rendez compte que je ne dis pas ça du tout... même en cherchant bien ? Ah non pardon, vous ne savez pas lire ou alors vous n’avez pas lu ce que je dis. Seule explication pour ce commentaire sans le moindre argument... a, c’est ça en fait ! Vous n’avez pas le moindre petit début d’argument à avancer et donc vous ne pouvez qu’essayer de me rabaisser et faire des incantations...

              @emphyrio : le parti que je soutiens n’est pas représentatif de la population française ? Ah oui ? Alors ça, ça me ferais bien ch*** . Dites moi donc en quoi ce n’est pas le cas plutôt que de rester dans l’incantation sans le moindre argument... surtout que je ne soutiens aucun Partis en particulier mais un programme commun à plusieurs partis et que je le soutient justement parce qu’il représente vraiment la population française.

              Quand au reste... je ne comprend pas le rapport, surtout que ça part d’une constatation complètement erronée à la base. Je dis pas, peut-être que si j’étais du PS ou de l’UMP, ça aurait un sens. Je mentirais en réalité pour en gros défendre l’oligarchie que je soutiendrais ou un truc du genre, sauf que c’est pas le cas du tout.

              Et je le répète votre critique ne tiendrait que si il n’y avait pas plus de 3 ou 4 partis à chaque élection, mais la réalité concrète prouve que ce n’est pas le cas : on tourne à chaque fois autour de 10 candidats de tout bords sans compter ceux qui n’ont pas eu les signatures... bref ça fourmille. C’est donc FAUX ce que vous dites, ce n’est pas verrouillé comme je l’avais déjà dit.

              Sinon effectivement, ce qui a été fait peut être défait ou amélioré et une règle peut-être changée... c’est exactement ce que je dis.

              Franchement je me demande à quoi ça sert que j’écrive des commentaires précis où tout est bien expliqué si c’est pour n’avoir comme retour que des trucs irrationnels par rapport à ce que j’ai écrit. Vous savez, non seulement ça ne me convainc pas mais au contraire, ça me conforte dans l’idée que ceux qui fustigent ce système ne font que défendre leurs poulains sans aucun argument rationnel.


            • Asspopulaire Asspopulaire 8 mars 2012 14:25

              Hier midi Canal+ « La nouvelle édition »


              Titre du débat : « comment les petits partis font-ils pour exister dans les médias ? »

              Invités sur le plateau, deux représentant de EELV et Front de Gauche..
              Sont-il des petits partis ?

              Pour rappel Mélanchon est crédité de 10% récemment.

              « DE QUI SE MOQUE-T-ON ?! » François Asselineau, Président UPR.

              • Magnon 8 mars 2012 23:32

                Les candidats à l’élection présidentielle ne sont pas là pour obtenir un % de voix, mais pour que soit désigné un président de la république.
                Les personnes écartées ne seront jamais président de la république, faute d’abord de relais sur le terrain et d’une certaine manière de représentativité, cap 21 représentait une écologie de centre-droit et tourne autour de la personne de Corinne Lepage, c’est un essai politique raté.
                Philippe Poutou représente l’usure d’un parti groupusculaire, qui a raté le NPA, et sa base a été reprise en partie par le Front de Gauche. Marine Le Pen n’est finalement que la patronne d’une PME familiale. Sa vindicte, obstinée et méchante, sans la faconde de son père, a écarté toute possibilité d’alliance et fait fuir ceux qui pouvaient la parrainer !
                Il faut aussi prendre en compte que la publicité des parrainages empêche ce qui se faisait, dans la suite de la politique de Mitterrand. La gauche apportait en sous-main son soutien à JM Le Pen, même en 2002 où elle l’a fait à son détriment !
                On n’a pas besoin de candidature de témoignage, on n’a pas besoin de zozos qui viennent manger les millions d’euros de subventions automatiques ! On n’a pas besoin de politicards qui viennent chercher un % pour le monnayer ensuite !


                • jaja jaja 8 mars 2012 23:47

                  « On n’a pas besoin de candidature de témoignage »

                  Qui est ce on totalitaire qui ne me représente pas ? Occupez-vous donc de votre camp, celui des exploiteurs... chacun sa tranchée... Le jour où les médias seront libres et les temps d’antenne répartis égalitairement la démocratie ne sera plus pipée comme elle l’est actuellement. Alors et alors seulement les gens pourront réellement se prononcer...


                • Croa Croa 9 mars 2012 08:27

                  « On n’a pas besoin de candidature de témoignage, on n’a pas besoin de zozos qui viennent manger les millions d’euros de subventions automatiques ! »

                  C’est vrai qu’un nouveau candidat n’a quasiment aucune chance d’être élu MAIS sa campagne peut être bien plus qu’un « témoignage », un début ! (Rappelez-vous la candidature de Dumont en 1974 qui a marqué l’avènement de l’écologie politique.)

                  Concernant les millions de subvention,
                  - Tu te trompes d’élection : Nous en reparlerons aux législatives !
                  - Ce sont les gros partis qui se goinfrent, les autres n’ont que des miettes et comme ce n’est qu’une question de répartition ils ne coûtent pas un sou de plus.


                • Croa Croa 9 mars 2012 08:36

                  MERCI Alain ! smiley

                  Je rapelle que le candidat des vrais écologistes fait la grève de la faim devant le siège du CSA parce qu’il est exclu des médias et que des parrainages lui manquent encore ! (Les deux choses sont intimement liés.) 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès