Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Parti socialiste, Royal, Hollande, primaires présidentielles et apparence (...)

Parti socialiste, Royal, Hollande, primaires présidentielles et apparence d’impartialité

Quel que soit le programme affiché par un parti politique à la veille d’élections présidentielles, on sait bien qu’après ces élections les promesses n’engagent que ceux qui avaient bien voulu y croire. A fortiori, pour ce que des images médiatiques ont pu laisser entendre. Sans doute, la pratique réelle des politiques est-elle beaucoup plus importante pour juger de ce qu’on peut vraiment en attendre. Par exemple, on ne peut pas valablement espérer d’un parti au gouvernement un comportement plus strict dans le domaine institutionnel que celui dont il a fait preuve dans son fonctionnement organisationnel interne. De ce point de vue, on ne peut que s’inquiéter du maintien de François Hollande dans la fonction de premier secrétaire du Parti socialiste pendant la campagne interne pour l’investiture présidentielle, où Ségolène Royal a été candidate.

D’après Wikipedia, Ségolène Royal est la compagne de François Hollande, avec qui elle a eu quatre enfants. Il existe donc d’incontestables intérêts qui lient ces deux dirigeants politiques. Toujours d’après Wikipedia, leur patrimoine commun est « géré dans une société civile immobilière "de la Sapinière" créée en 1990 au capital de 914 694 euros (6 millions de francs) ».

Cette situation est parfaitement comparable à celle que prévoit le Code de procédure civile, dans son article 341. Un magistrat peut être récusé, notamment, « s’il existe un lien de subordination entre le juge ou son conjoint et l’une des parties ou son conjoint ». Ce qui paraît logique. Mais, si un tel critère est bien connu dans les procédures judiciaires, il devrait a fortiori prévaloir dans des opérations politiques au niveau d’une précampagne présidentielle, où les enjeux sont beaucoup plus importants que dans la grande majorité des affaires de justice et, par conséquent, les risques de confusion d’intérêts devraient faire l’objet de précautions encore plus sévères.

En l’occurrence, l’impartialité de la direction du Parti socialiste a été à plusieurs reprises mise en cause par des candidats potentiels ou réels à l’investiture présidentielle de ce parti. Une solution parfaitement viable eût été que François Hollande abandonne provisoirement, jusqu’à la fin des primaires, la fonction de premier secrétaire, avec, au besoin, quelques mesures complémentaires de façon à garantir, au moins, l’apparence d’impartialité de l’exécutif de l’organisation. A la place, François Hollande a continué à contrôler l’appareil, et le site du Parti socialiste renvoie de manière très visible à un entretien de ce dirigeant, paru le 6 novembre dans Libération.

N’étant pas membre du Parti socialiste, je me suis abstenu d’aborder cette thématique avant le premier tour des primaires du PS. Ce dont il s’agissait, pour moi, c’était de voir si le PS était capable de se poser lui-même cette question et de la régler de manière conséquente et vraiment éthique. Il me semble que le constat qui s’impose est décevant.

Peut-on raisonnablement espérer qu’un parti fonctionnant de la sorte procède, s’il l’emporte en 2007, à une réforme positive des institutions du pays ? On peut sérieusement en douter, d’autant plus que la question de l’apparence d’impartialité de toutes les instances de l’Etat et des autres pouvoirs publics est très certainement essentielle et constitue l’un des défis pour toute transformation ou évolution progressiste sur le plan institutionnel. Un problème qui ne concerne pas seulement le Parti socialiste ou l’UMP, d’ailleurs, mais qui résulte d’un mode de fonctionnement collectif de l’actuelle classe politique française et des "élites" qui gèrent le pays.

En tout cas, ce qui paraît clair, c’est qu’avec des dirigeants issus des « fournées d’élites » des trois dernières décennies, ce n’est pas le changement qui nous attend mais l’aggravation de ce qu’on subit déjà, et dont, en principe, on ne veut plus. Une réalité qui peut ne pas plaire à de nombreux croyants des idoles politiques à la mode, mais qui malheureusement m’apparaît incontestable.


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (205 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • (---.---.68.200) 17 novembre 2006 12:38

    L’auteur a d’autant plus raison, que c’est François Hollande qui, au nom du Parti Socialiste, a « salué » la victoire de sa compagne :

    http://www.latribune.fr/info/PS—Francois-Hollande-salue-la-victoire—sans-appel—de-Segolene-Royal- -AP-PRESIDENTIELLE-PS-ROYAL-HOLLANDE-$Db=News/News.nsf

    France

    PS : François Hollande salue la victoire « sans appel » de Ségolène Royal

    Le Premier secrétaire du PS François Hollande a salué vendredi la victoire « claire, transparente, ample » et « sans appel » de sa compagne Ségolène Royal au premier tour de la primaire du PS jeudi. « Une autre étape s’ouvre aujourd’hui, c’est celle de la dynamique de victoire que nous devons engager dans le pays », a-t-il dit.

    « Il y a eu le vote et ce vote a été clair, transparent, ample quant à son résultat et je crois qu’aujourd’hui nous pouvons être collectivement fiers : les vainqueurs, en l’occurrence une, et les vaincus », a-t-il commenté sur France-Inter en direct de sa ville de Tulle (Corrèze). « Ce sont tous les socialistes qui ont gagné ».

    (...) [fin de citation]

    C’est fort de café, de la part, du « candidat consort - prémier secrétaite », de dire « Ce sont tous les socialistes qui ont gagné » à cause du score de Mme. Royal.


    • (---.---.68.200) 17 novembre 2006 12:43

      Le lien n’a pas bien marché à cause d’un caractère qui n’a pas été repris. Voici une autre dépêche :

      http://tf1.lci.fr/infos/elections-2007/0,,3356455,00-hollande-salue-victoire-royal-.html

      Hollande salue la victoire de « tous les socialistes »

      (...)

      Le premier secrétaire du PS, François Hollande, a déclaré vendredi sur France Inter que « ce sont tous les socialistes qui ont gagné », après la victoire de Ségolène Royal à la primaire pour la présidentielle. Le vote a été « clair, transparent, ample quant à son résultat et je crois aujourd’hui que ce sont tous les socialistes qui ont gagné » même s’il y a « un vainqueur et des vaincus », a-t-il dit...


    • melanie (---.---.121.158) 18 novembre 2006 11:35

      Que voulais-tu qu’il dise ?......

      DSK aurait gagné avec le même score , le commentaire aurait été identique.

      C’était les primaires pour désigner un candidat.

      Un candidat l’a emporté avec plus de 60% des voix alors qu’aux derniers sondages ce n’était pas gagné.

      Quels devaient être les commentaires ?

      Soyons réalistes. Quand aux intêrets financiers communs , où est le problème , dans un couple pérenne ?

      Tiens à propos de compagne, Cécilia a curieusement disparu de la presse people, ce n’était plus un bon joker électoral ? Après nous l’avoir joué à la Kennedy, avec femme, enfants et labrador ......


    • WWWWW (---.---.98.14) 18 novembre 2006 12:46

      Les pratiques de l’UMP n’excusent pas celles du PS. Hollande n’aurait tout simplement pas dû rester premier secrétaire du PS pendant ces primaires.

      D’ailleurs, on dirait que Royal marche avec une télécommande...


    • DJ PESSOA (---.---.214.224) 17 novembre 2006 13:20

      Article pertinent. (le seul aspect qui me déplait étant la source Wikipédia alors qu’il y avait mille autres moyens qu’une encyclopédie libre de justifier les relations Hollande-Royal)

      Evidemment, des manquements à l’éthique de base pourront se trouver dans la plupart des partis : en tirera les conclusions qui veut ^^


      • (---.---.16.28) 17 novembre 2006 13:33

        Il y a d’autres sources, c’est vrai, mais davantage censurées, et dans lesquelles on ne trouvera pas l’information :

        « ... leur patrimoine commun est « géré dans une société civile immobilière »de la Sapinière« créée en 1990 au capital de 914 694 euros (6 millions de francs) ». »

        qui n’a pas été démentie, ni attaquée en diffamation.

        Wikipédia vérifie ce genre de choses.


      • JaK (---.---.4.44) 17 novembre 2006 17:37

        Mais pourquoi cette affirmation serait démentie ou attaquée en diffamation ? Je ne sais si elle est vraie puisque je ne connais pas personnellement le couple, mais elle me parrait tout à fait réaliste et pas du tout choquante. Ce patrimoine ne correspond finalement qu’à la propriété d’un appartement de 5 pièces à Paris, ce qui pour un couple de cadres supérieurs avec 4 enfants ayant passé les 50 ans, ne me parrait pas correspondre à une extraordinaire richesse. Qu’apporte cette information ? Aurais-je mal compris quel était l’intéret de l’info ? Parceque s’il s’agit juste de prouver que Royal et Hollande ont des intérets commun, il était inutile de sourcer l’info, tout le monde sait qu’ils ont eu 4 enfants ensemble ce qui habituellement prouve une relative proximité il me semble.


      • JaK (---.---.4.44) 17 novembre 2006 18:08

        Bon, je le redis en peu de mot (ça évitera qu’on en prenne un au hasard pour dénaturer mon propos). Le premier secrétaire du parti socialiste ne fait pas le vote, ce sont les militants. L’HISTOIRE LE PROUVE puisqu’un premier secrétaire a déjà perdu l’investiture face à son challenger.


      • JaK (---.---.4.44) 17 novembre 2006 18:11

        Bon, je le redis en peu de mot (ça évitera qu’on en prenne un au hasard pour dénaturer mon propos). Le premier secrétaire du parti socialiste ne fait pas le vote, ce sont les militants. L’HISTOIRE LE PROUVE puisqu’un premier secrétaire a déjà perdu l’investiture face à son challenger.

        (désolé, du doublon, cette réponse a été faite plus haut à un très mauvaise endroit, toutes mes excuses)


      • (---.---.26.125) 17 novembre 2006 20:26

        Les militants sont soumis à une propagande des dirigeants les plus influents. Au PS, la machine pro-Ségolène a travaillé à fond. Plus les sondages, faits par des instituts dont les propriétaires ont aussi leurs préférences. A leur tour, la direction a largement instrumentalisé les sondages.

        La question de l’impartialité de la direction du PS pendant la période du scrutin était donc essentielle.

        Ajoutons les barrages opposés à un certain nombre de candidats à la candidature.


      • (---.---.48.39) 17 novembre 2006 20:51

        « géré dans une société civile immobilière »de la Sapinière« créée en 1990 au capital de 914 694 euros (6 millions de francs) ».. ; »

        Sauf méprise de ma part, cette mention ne signifie pas que la société ne possède que ce capital. C’est d’ailleurs un chiffre de 1990, si je ne m’abuse.


      • (---.---.69.97) 17 novembre 2006 21:19

        « Le premier secrétaire du parti socialiste ne fait pas le vote, ce sont les militants. »

        Non, ce sont les milieux financiers qui imposent des décisions. Ils contrôlent les médias les réseaux d’influence... Surtout, dans ce genre de partis dits « de gouvernement » où beaucoup de militants avec les « bras longs » doivent en tout ou en partie leurs carrières professionnelles à l’aide discrète du parti.


      • melanie (---.---.121.158) 18 novembre 2006 11:43

        Oui.

        Totalement, en accord avec toi.

        Si pour une fois les intervenants d’ Agoravox, allaient chercher -de façon équitable- des crosses dans la tête du couple Sarkozy/Cécilia ?

        Pouquoi ce tabassage en règle contre les tenants du PS.

        Et les intérêts financiers de Sarkozy à Neuilly , ville phare où il se pavanne -en refusant l’accès légal au logements sociaux de citoyens non-grata- ?

        Il est où l’article sur Sarkozy ? Je l’attends avec impatience.

        Un peu d’équité sur ce forum ne ferait pas de mal. On tape toujours sur les mêmes .....


      • melanie (---.---.121.158) 18 novembre 2006 11:47

        Commentaire précédent destiné à figurer derrière celui de Jak


      • (---.---.50.113) 18 novembre 2006 21:47

        « beaucoup de militants avec les »bras longs« ... »

        Et ceux qui ne font pas partie des « initiés » n’ont aucun pouvoir réel. C’est un piège et une duperie, ce genre de partis.


      • (---.---.50.113) 18 novembre 2006 21:54

        « Pourquoi ce tabassage en règle contre les tenants du PS. »

        Je ne vois pas où est le tabassage contre le PS. Mais qui d’autre que Royal en est arrivé à parler de placer les jeunes dans des camps ? Je ne sais même pas si Le Pen a osé.

        Quant aux affaires de Sarko, bien sûr qu’on en a parlé. Mais c’est beaucoup moins gros que les affaires d’un Chirac ou d’un Mitterrand.

        Et pour ce qui est de Royal, elle est arrivée dans l’entourage de la coupole du pouvoir beaucoup plus vite que Sakozy. Elle était déjà chargée de mission de Mitterrand en 1982, au moment de l’opération de promotion du FN, elle l’est restée au moment de l’attentat contre le Rainbow Warrior, de Tchernobyl, des mensonges d’Etat sur le nucléaire... et a encore rempilé pour trois ans en tant que chargée de mission de Mimi avant d’être parachutée député et nommé ministre très vite. De ce point de vue, ELLE EST PIRE QUE SARKO, et avec Le Pen, ça reste à voir.


      • (---.---.71.169) 18 novembre 2006 22:07

        L’article aborde une question simple de DEONTOLOGIE et ne met pas en cause seulement le PS. Il dénonce le fonctionnement de l’ensemble du monde politique. Mais au sein du PS, il y en a qui à la moindre critique fondée et qui dérange ont l’habitude de crier qu’on les prend pour cible. C’est un peu facile.

        Par exemple, que voudrait Royal ? Que les enseignants en disent du bien, alors qu’il y a même eu, au moins, un suicide pendant qu’elle était ministre déléguée ? Lire :

        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=13976

        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15545

        etc...


      • melanie (---.---.121.158) 19 novembre 2006 12:53

        Ca s’appelle avoir de la constance et du talent politique.

        Arretez de voir des manipulations partout, ça devient ridicule.

        Je maintiens : Quand cette constance -y compris à trahir son mentor, comme Sarkozy sait si bien le faire- est à droite, on y voit que du feux.

        Lisez donc « Marianne », ça vous mettra les pendules à l’heure.


      • (---.---.4.131) 19 novembre 2006 14:32

        « ...de la constance et du talent politique »

        Quel « talent politique » ? Royal ne fait que copier des recettes réacs bien connues, avec une bonne dose de Bushisme déguisé.


      • parisien (---.---.160.74) 19 novembre 2006 21:57

        quand on ne connait pas les choses on s’abstient ! il n’ y a pas de machine au ps, tu confonds certainement avec l’ump ou tout le monde s’écrase devant le chef. personne n’ forcé personne a voter ségolène. L’ump va se faire LAMINER en mai car elle a dégouté la plupart des français. Royal représente un immense espoir et une alternative incontournable au nabot de la place Beauveau.


      • gerardlionel (---.---.112.79) 17 novembre 2006 13:57

        Non article impertinent, peut-être même non-pertinent et probablement partial ! Au moment ou nous avons de multiples personnages politiques condamnés à de si légère peines : Emanueli/Juppé...la liste est longue ; au moment ou nous sommes dirigé par un président sur lequel a pesé de si nombreux soupçons de corruption active et passive (et impossible de la traduire en justice) ; au moment ou une trés grave affaire financiaro-politicienne menace le premier ministre et d’autres( Clearstream)...ce soupçon d’impartialité n’apporte pas grand chose au titre d’une information politique, et que dire de tout un appareil de parti et 218000 militants pris pour des idiots !

        Pour faire bonne balance, attaquez donc le ministre de l’intérieur qui fait interdire la publication d’un livre qui le gène et alors je serai convaincu de votre bonne foi ! Bien sûr tout se passe dans la plus grande clarté à l’UMP !?

        Je précise que je suis et vote écolo !


        • (---.---.27.97) 17 novembre 2006 14:35

          Vous mélangez tout. Si un premier secrétaire de parti peut rester le principal responsable de cette organisation pendant la période où sa compagne est pré-candidate, on est retournés à la monarchie...

          Et si vous êtes écolo, vous nous expliquerez ce que faisaient les « écologistes » Royal et Voynet au gouvernement pendant que José Bové était attaqué en justice et condamné à des peines de prison.

          D’ailleurs, les écolos français gardent le silence de manière plus que suspecte sur l’affaire du Rainbow Warrior par rapport à laquelle les explications Ségolène Royal, qui était chargée de mission de Mitterrand au moment de l’attentat, paraissent très peu crédibles. Voir, par exemple :

          http://andorra.indymedia.org/news/2006/10/4437.php


        • gerardlionel (---.---.112.79) 17 novembre 2006 17:28

          qui melange tout ?

          J.Bové est jugé et mis en prison parcequ’il est jugé par un tribunal, et en vertu de lois de la république ! Je soutien ses actions, et sa lutte contre les OGM, mais lui même assume ses actes et « joue » médiatiquement de ses incarcérations !

          Quand à l’affaire du Rainbow Warrior je la trouve hautement criticable, et déplorable étant donné la mort d’un homme, mais c’est une affaire de sevices secrets, et de décisions en cercle restreint ! La présence de nombreuse personnes près de Mitterand au moment des faits les rend-t’elles coupables par leur seule proximité ?

          J’ai précisé que j"étais écolo pour souligner que je ne soutiendrai pas S.Royale à tous prix !(et seulement en cas de présence au second tour !)


        • (---.---.71.95) 17 novembre 2006 18:02

          « J.Bové est jugé et mis en prison parcequ’il est jugé par un tribunal, et en vertu de lois de la république ! Je soutien ses actions... »

          Vous êtes un drôle de « supporteur » de Bové. Auriez-vous donc oublié que les condamnations de José Bové à des peines de prison ferme en 2001 (donc, sous Jospin, en première instance comme en appel) ont eu pour origine des plaintes de l’Etat (le ministère public) et d’un établissement de recherche public (le CIRAD), placé sous les tutelles successives d’Allègre et de RG Schwartzenberg ? Deux ministres « de gauche » qui ont soutenu à fond les OGM, pendant que Dame Voynet fermait sa gu...

          Lire entre autres :

          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=11189


        • (---.---.71.95) 17 novembre 2006 18:10

          « Quand à l’affaire du Rainbow Warrior je la trouve hautement criticable, et déplorable étant donné la mort d’un homme, mais c’est une affaire de sevices secrets, et de décisions en cercle restreint ! La présence de nombreuse personnes près de Mitterand au moment des faits les rend-t’elles coupables par leur seule proximité ? »

          Tout de même ! Ne voyez-vous donc pas que Royal a surtout été carriériste ? Ce n’est pas une « simple proximité », elle a vraiment « grimpé » en s’accrochant à celui dont elle revendique la « lignée ».

          Enarque et sortie juge administrative de l’ENA, Mme. Royal pouvait sans problème quitter l’Elysée si elle n’était pas d’accord avec la politique de Mitterrand. Mais elle est restée encore trois ans chargée de mission de Mimi, qui en 1988 l’a parachutée dans les Deux-Sèvres et n’a pas tardé à la nommer ministre. C’est qu’elle aimait la bonne soupe.

          Lire :

          http://andorra.indymedia.org/news/2006/10/4437.php


        • gerardlionel (---.---.112.79) 17 novembre 2006 19:52

          Ne faites pas semblant de ne pas comprendre ! La loi existe ! et on peut ne pas être d’accord avec et vouloir qu’elle soit changée ! et on vote pour des personne qui représente des idées, des choix, et qui font des actions ! Il n’empeche qu’il reste la réalité !


        • (---.---.26.125) 17 novembre 2006 20:30

          « Ne faites pas semblant de ne pas comprendre ! La loi existe ! »

          NON, rien n’obligeait l’Etat ou le CIRAD à poursuivre au pénal José Bové et d’autres militants. Ce genre de poursuites ont constitué une véritable DECISION POLITIQUE.

          D’ailleurs, si vous soutenez José Bové, c’est ce que vous êtes censé plaider actuellement contre la « droite ». Pourquoi serait-ce différente lorsque la « gauche » gouverne ?


        • melanie (---.---.121.158) 19 novembre 2006 12:59

          Lorsque j’ai compris qu’Agoravox était « tenu » par des commentateurs sans culture politique et de droite systématique voire d’extrème droite, ça m’a permis de comprendre la mauvaise foi permanente des commentaires et de leurs appréciations.

          Relisez vous verrez, c’est une antenne « droitière » voire« extrème-droitière » Agoravox, après cous comprendrez mieux ce que noyautage veit dire.


        • (---.---.4.131) 19 novembre 2006 14:35

          « antenne »droitière« voire » extrème-droitière«  »

          Vous parlez de la clique royaliste ?


        • parisien (---.---.160.74) 19 novembre 2006 22:03

          C’est clair, c’est vraiment un site de droite !! incroyable les conneries qu’on peut lire ici . Il ne faut se laisser faire et les remettre a leur place ! Il y a de quoi ecrire des romans sur cette ordure de Sarkozy et sa clique. On va bien se marrer pendant les prochains 6 mois et le bouquet final sera Sarko viré dès le premier tour !!


        • (---.---.85.248) 21 novembre 2006 13:32

          « un site de droite !! incroyable les conneries qu’on peut lire ici... »

          En tout cas, le PS traîne, lui, un joli passé de colonialisme et d’extrême-droite...


        • pallach (---.---.0.137) 17 novembre 2006 14:02

          Ce commentaire me semble sans intérêt. Depuis quand le dirigeant d’une entreprise devrait-il s’interdire de diriger si sa compagne y est employée ? Pour un parti c’est comparable. Cela insinue que Mr Hollande serait partial dans sa direction parce que sa compagne est candidate ? C’est infantile ! Malgré quelques aigreurs, aucun des autres postulants n’a pu avancer un écart à la neutralité. Faux problème.


          • (---.---.27.97) 17 novembre 2006 14:39

            Une entreprise est une entité PRIVEE. Là, c’est un parti politique qui reçoit des moyens de l’Etat et des citoyens, et qui est censé accomplir une tâche civique. Justement, ça n’a rien à voir.

            L’impartialité des instances devant veiller au bon déroulement des élections « primaires » au PS n’a pas été garantie, du moment que François Hollande a occupé la fonction de premier secrétaire pendant cette période et disposait même, à ce titre, de moyens très conséquents d’influencer le vote des militants, de barrer la route à ces possibles pré-candidats... *


          • (---.---.88.25) 17 novembre 2006 14:59

            « Depuis quand le dirigeant d’une entreprise devrait-il s’interdire de diriger si sa compagne y est employée ? »

            C’est tout de même un aveu ! On compare Hollande au patron propriétaire d’une entreprise. Pour un « simple » directeur, les dangers de confusion d’intérêts seraient sans doute examinés par les actionnaires.


          • (---.---.88.25) 17 novembre 2006 14:57

            Evidemment, l’article dérange car il ne se borne pas à dénoncer les pratiques du couple Hollande-Royal, mais dénonce le caractère général de ce mode de fonctionnement ainsi que ses implications insitutionnelles.

            Si les autres pré-candidats socialistes étaient plus nets que les Hollande-Royal en la matière, ils se seraient plaints bien plus qu’ils ne l’ont fait. Et, si l’UMP était plus scrupuleuse en matière de mélange de genres, elle aurait dénoncé haut et fort le déroulement des primaires du PS. Mais, justement, c’est l’ensemble du monde politique qui a répandu les pratiques que dénonce l’article et d’autres du même acabit.


            • JaK (---.---.4.44) 17 novembre 2006 15:32

              ... et quand c’est le président d’un parti politique qui est candidat à la candidature (cas le plus fréquent quel que soit le parti politique et le scrutin observé), est-il plus impartial que quand il s’agit de sa femme. Pour mémoire, en 1995, les ’primaires’ socialistes opposaient Messieirs Jospin et Emmanuelli (Emanuelli était alors premier secrétaire du parti socialiste récemment élu)... les militants avaient alors désigné Jospin comme candidat. Aujourd’hui :
              - Marie_Georges BUFFET est à la tête du PC et est en même temps candidate à l’investiture.
              - François BAYROU est à la tête de l’UDF et est en même temps candidat à l’investiture (et déjà pratiquement désigné).
              - Nicolas SARKOSY est à la tête de l’UMP et est en même temps candidat à l’investiture (et déjà pratiquement désigné).
              - Jean-Marie LEPEN est à la tête du FN et est en même temps le candidat désigné de son parti.

              ... et vous trouvez scandaleux que HOLLANDE n’ait pas démissionné ? Vous êtes sûr que cet article n’a pas comme un air de chasse au sorcière ?


              • (---.---.70.5) 17 novembre 2006 17:03

                « ... et quand c’est le président d’un parti politique qui est candidat à la candidature (cas le plus fréquent quel que soit le parti politique et le scrutin observé), est-il plus impartial que quand il s’agit de sa femme.... etc... »

                Dans les partis que vous mentionnez, il n’y a pas eu de « primaires » avec des candidats, une campagne, des élections sur la base d’un vote direct des militants, etc... A l’UMP, la notion même de candidat du parti est contestée. Et, si vous prenez le FN comme modèle de démocratie interne, libre à vous.

                Certains partis fonctionnent sur la base de la désignation du candidat par les instances dirigeants, dans lequel cas le candidat est en général le premier secrétaire ou le président, et de toute façon ce sont des responsables ou des délégués qui décident, et pas la base. Mais, si on organise des élections, alors il faut veiller aux granaties d’impartialité de leur déroulement. Autrement, ces élections sont une fiction.

                D’ailleurs, l’article n’éparge en rien les autres partis. Ce qui est en cause, c’est le fonctionnement global de la classe politique qui se manifeste lorsque, comme cette fois-ci, un parti organise une primaire : on a affaire à un milieu qui se fiche de l’impartialité de ce qu’il organise.

                Lorsque les carottes sont cuites de cette façon, c’est plus honnête de ne pas faire le cirque des primaires.


              • (---.---.179.70) 17 novembre 2006 17:25

                D’accord avec (IP:xxx.x49.70.5) le 17 novembre 2006 à 17H03 : soit on organise un scrutin de cette nature, soit on ne le fait pas. Mais ce qui est inadmissible, c’est de jouer la comédie des Hollande - Royal, jusqu’aux félicitations du premier secrétaire.

                D’ailleurs, le petit jeu du « tu me pousses, je te pousse » a déjà suffisamment dénaturé et corrompu la politique française.


              • (---.---.179.70) 17 novembre 2006 17:21

                « s’il existe un lien de subordination entre le juge ou son conjoint et l’une des parties ou son conjoint »...

                En l’espèce, c’est même plus direct, car le premier secrétaire devant veiller à la régularité du scrutin est lui-même le conjoint (ou le compagnon) d’une candidate.


                • JaK (---.---.4.44) 17 novembre 2006 17:27

                  Je me cite : « Pour mémoire, en 1995, les ’primaires’ socialistes opposaient Messieirs Jospin et Emmanuelli (Emmanuelli était alors premier secrétaire du parti socialiste récemment élu)... les militants avaient alors désigné Jospin comme candidat. »

                  être pote (compagnon, femme, fils...etc...) voire être soi-même premier secrétaire du PS n’est pas un gage de réussite lors des primaires. Cela pourrait sembler n’être qu’un voeux pieu si l’histoire ne nous avait prouvé que c’était une réalité. (pour mémoire, en 1995, les médias annonçaient Emmanuelli comme le ’candidat naturel’ du parti socialiste puisque premier secrétaire.... eh ben non, les militants n’ont pas suivis malgrés le soutient de Fabius qui à l’époque vérouillait plutôt correctement les instances du PS). Je ne crois pas du tout à la théorie du complôt ayant amené SR à l’investiture (même si, à titre personnel, je préférais DSK pour lequel j’ai voté hier dans ma section). Dans les autres élections présidentielles que j’ai connues (1988, 2002), un seul candidat briguait l’investiture, l’enjeu des primaires étant du coup très très relatif.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès