Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Participer à la primaire socialiste ?

Participer à la primaire socialiste ?

La primaire socialiste est ouverte à tous. Elle concerne particulièrement les citoyens qui se proposent de voter pour le candidat ou la candidate socialiste au premier ou au second tour de l'élection présidentielle. Sauf si on pense que la personnalité socialiste sera exclue du second tour ou qu'on pense ne pas devoir choisir entre cette personnalité et la personne de droite qui lui sera opposée, Sarkozy ou Le Pen.

Préalable, l'élection d'un président de la République au suffrage universel direct fait-elle partie des « valeurs de la gauche » ? C'est discutable. Mais de moins en moins discuté à gauche en vertu du principe de réalité malgré tous les inconvénients démocratiques qui peuvent être attachés à ce mode de scrutin.
État-ce nécessaire d'utiliser la même méthode pour désigner le candidat socialiste ? C'est encore plus discutable.

L'organisation de la primaire socialiste traduit une prise en considération de la popularité de ce type d'élection dans la population. C'est pourquoi le PS (et EELV), après un galop d'essai restreint en 2007, l'a étendu cette année. Il y a fort à parier que, si l'opération est un succès, ce mode de désignation des candidats s'étendra à d'autres formations. A d'autre élections ? Pour échapper au discrédit des partis politiques, à l'opacité de leur fonctionnement, à l'inamovibilité de leurs « éléphants » ?

Bien sûr, la politique ne se résume pas aux seules élections. Mais les élections en font partie. D'autres moyens d'action sont à la disposition de militants, de ceux qui veulent réellement changer les choses. Mais on a bien vu que le résultat du référendum organisé par le gouvernement en 2005 n'a pas été respecté par la représentation nationale parce qu'il n'était pas conforme. Que les retraites ont été laminées malgré la révolte de la rue sans relais suffisant au niveau institutionnel.

Devant ce déni, répété, de démocratie, on peut estimer qu'il n'y a plus qu'à se retirer en attendant le « grand soir ». Au nom de critiques « démocratiques », il faudrait rejeter la primaire et la présidentielle et, pourquoi pas, les institutions de la Vème République et ne pas participer ? Ou, à défaut d'autre perspective, doit-on utiliser toutes les occasions, dans la rue et dans les urnes pour essayer d'introduire son petit grain de sable. Sans illusion. Sans renoncement.

Quoi qu'en disent experts et sondeurs, tout n'est pas joué.

Il y a eu deux primaires en France (socialiste en 2007, réservée aux adhérents avec « adhésions au rabais », écologistes ouvertes en 2011) et, dans les deux cas, experts et sondeurs se sont bien trompés. Cela ne les empêche pas de repartir de plus belle.
Un de nos éminents experts a même réussi à faire un livre sur les candidats de 2007 en oubliant de parler de celle qui s'est retrouvée en « finale ». Cela n'a pas mis fin à sa carrière. Qui continue avec la même assurance.
Quant aux sondeurs, la primaire leur donne du grain à moudre et du blé à engranger : 34 sondages le 20 septembre !!! (1).

Tous ont déjà sur leurs tablettes l'ordre d'arrivée de cette primaire. Mais rien n'est moins sûr. Ces résultats dépendent de la volonté d'un corps électoral dont nul ne connaît ni les contours, ni les intentions. Et les vrais résultats, peut-être inattendus, pèseront sur le second tour et sur les équilibres au sein du Parti socialiste.

De même qu'à la présidentielle, les résultats d'Éva Joly et de Jean-Luc Mélanchon au premier tour joueront sur le second tour, sur les orientations en cas d'une victoire de la gauche au second tour mais aussi sur les mobilisations et les structurations futures.

Même si aucun des candidats ne défend le programme idéal,

Participer à la primaire est une façon de peser de sa petite voix sur les équilibres internes du PS au premier tour et, éventuellement, au second.

Participer à la présidentielle au premier tour est une façon de peser sur les rapports de force à l'intérieur de la gauche à l'échelle nationale.

Et de dégager Nicolas Sarkozy au second si c'est possible.

Bien sûr, on peut dire que tout cela est futile et que seules les luttes comptent. Mais combien, parmi ceux qui l'affirment, regarderont, écouteront, liront pour connaître les résultats de ces élections futiles et iront même manifester pour fêter la défaite éventuelle de Nicolas Sarkozy ?

NB : Peuvent participer à la primaire socialiste, tous les citoyens français inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010, organisée les 9 et 16 octobre, s'ils s'acquittent d'une participation au frais d'organisation de 1 € minimum et signent l'engagement de reconnaissance dans les valeurs de la Gauche. Mais aussi, tous les mineurs qui auront 18 ans au moment de la présidentielle, ainsi que les mineurs membres du PS ou du MJS et les citoyens étrangers membres du PS ou du MJS s'ils se sont inscrits avant le 13 juillet.
Lors de la primaire organisée en Italie qui a désigné Romano Prodi comme candidat de l'ensemble de la gauche au poste de président du conseil, le scrutin était ouvert aux résidents étrangers même s'ils n'appartenaient à aucune organisation politique.

1 - http://www.observatoire-des-sondages.org/Sondages-sur-les-primaires,452.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 3 octobre 2011 10:25

    Je suis partagé sur le rôle de cette primaire : est-ce une manière de débattre sur notre avenir ?

    je ne le crois pas compte tenu de la faiblesse et du manque de contenu des propositions des candidats, trop appliqués à se maîtriser pour ne pas trop tacler les concurrents et à ne pas désepérer les financiers et le monde économique.

    J’ai parfois l’impression que l’on nous propose de la télé réalité ou un défilé de mode.

    Reste l’impact médiatique qui n’est pas négligeable...


    • kiouty 3 octobre 2011 11:13

      Tout-a-fait, c’est une star academy, ces élections présidentielles. Une mascarade démocratique qui va faire jaser le peuple pendant quelques temps, mais qui ne va rien changer au coup d’état néo-libéral en cours sur l’Europe, à la domination de la finance (c’est elle-même qui est en train de se suicider, les gouvernements n’y sont pour rien) et au marasme économique (grand choc récessif qui s’annonce).

      Bon courage au PS qui va se faire laminer pendant 5 ans et présenter la présidentielle de 2017 à l’UMP sur un plateau d’argent.

      Les primaires, ce sera sans moi, ces bouffons peuvent mettre qui ils veulent, j’en ai rien à battre. Ma voix au 1er tour sera pour Eva Joly. Au second tour, je ne voterai pour personne, sauf Eva Joly, éventuellement, mais ça m’étonnerait qu’elle y soit...

      Et je ne crois pas qu’Eva Joly changera quoi que ce soit si elle était élue, d’ailleurs, c’est juste que les guignols du PS, j’en peux plus.


    • Kalki Kalki 3 octobre 2011 12:09

      Vous voulez de la croissance, il y en aura pour tout le monde

      Le parti qui parlera de travail au lieu de parler de répartition, n’aura pas nos voix !
      plus personne ne travaille, le travail ca ne se chie pas, le travail continu de disparaitre dans un processus naturel ( meme pas besoin de délocalisation )
      , nous ne voulons pas de vos pseudo travails imaginaires

      Votez PIRATE

      Vous ne serez pas déçus : INTERNET, NOURRITURE, ÉNERGIE ET TRANSPORT POUR TOUS, PAR TOUS

      Ne demandez plus l’impossible, nous allons le créer pour TOUS

      Votez pirates :

      9% pour le Parti Pirate à Berlin ! Et si la politique pouvait vraiment être réformée ? Adieu l’UMPS : retour d’un meilleur niveau de vie !

      Nourriture libre et énergie libre .... ca vous dit quelque chose, vous devez vous recentrer

      50 euro de matériel pour produire votre nouriture , ca serait un bon slogan politique

      Pour des habitants totalement autonomes, il ne manque plus que a) de l’énergie renouvelable , et b) des fertilisants et engrais, biologiques, ou produit à partir d’un écosystème … les algues par exemple pour obtenir l’équivalent pétro chimique naturel. c) Soit de la conscience, et de la conscience politique : pas de la décroissance, mais du partage inconditionnel de la sur abondance ! le pouvoir d’achat conditionne la prospérité réelle d) des échanges d’informations sur un réseau respectant à jamais la neutralité du net e) Une mobilité ‘verte’ garantie, f) De la justice, et une intégrité des données / entités / individus

      Ce n’est pas tant, ou pas seulement les moyens de productions qu’il faut se réapproprier, mais bien plus le droit au dividende sur les ressources – qui surabondent  : et donc ni une taxe, ni un pouvoir d’achat basée sur le travail. Espérons que vous comprenez comment fonctionne l’économie basée sur les ressources : prenons l’exemple du pétrole ou son prix est arbitraire, sa quantité en stock truqué … « pour des raisons politiques et économiques », il n’y a pas que le pétrole … l’énergie est abondante. Second exemple : le travail qui disparait car il y a sur abondance de force de travail – y compris machine – dans tous les secteurs est il un problème ? … Est ce que cela empêche le partage pourtant nécessaire ? L’effet de comprendre l’économie de l’abondance, et de l’infinité des ressources, et le passage psychologique vers celle ci permet une « ‘explosion’ de croissance économique » … ou sinon tout du moins une vie bien remplie, pour tous.

      Les hackers / citoyennistes doivent donc prendre le pouvoir politique, suivant eux mêmes les règles des pirates : partage – celui qui a besoin assouvi son besoin, la communauté et le bien commun avant tout, et le chef n’a pas plus que deux fois la part de celle d’un autre. A l’abordage !!!


    • anarcococo 3 octobre 2011 10:51

      Pour les primaires du PS :

      Votez dur, votez mou, mais votez dans le t... !


      • Ariane Walter Ariane Walter 3 octobre 2011 11:03

        Je voterai pour les socialistes quand ils seront socialistes.


        • vasionensis 3 octobre 2011 17:16

           Armez-vous d’un fauteuil confortable et d’une riche bibliothèque : vous risquez de trouver le temps long !


        • Robert GIL ROBERT GIL 3 octobre 2011 11:05

          Les socialistes font partie d’une famille politique qui a accompagné le libéralisme.
          Le PS a favorisé son avènement par ses capitulations successives et ses décisions
          qui ont libéré les flux financiers. Il a mis en oeuvre une politique qui a été douce
          pour les détenteurs de stock-options, qui a privatisé à tour de bras, qui a oeuvré avec
          zèle pour l’Europe du libre-échange et de la finance toute puissante. Au
          gouvernement, les socialistes font des cadeaux de riches aux riches et des cadeaux
          de pauvres aux pauvres. Seulement les cadeaux pour les pauvres ne durent jamais
          très longtemps et la contrepartie est toujours douloureuse ! Voir :

          http://2ccr.unblog.fr/2011/06/10/rigolo-socialo-ecolo-bobo/


          • Fergus Fergus 3 octobre 2011 11:23

            Bonjour, Paul.

            Oui, il faut aller voter, et massivement, à cette primaire même si l’on est peu en accord (euphémisme !) avec le personnel politique du PS. Voter à la primaire pour créer une dynamique de victoire de la gauche et, a contrario, amplifier le sentiment de défaite qui se dessine à droite, jusque chez les élus UMP. La priorité est à l’élimination de Sarkozy, et il sera toujours temps, lors des législatives, de faire des choix alternatifs (plus à gauche) pour peser sur le gouvernement socialiste s’il arrive au pouvoir.

            Le 9 et le 16, votons ! Mon choix personnel : Montebourg !

            Cordialement.


            • Paul ORIOL 3 octobre 2011 11:58

              Bonjour,

              Deux articles intéressants :

              1  : Un contre la primaire socialiste : http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-marliere/300911/primaire-socialiste-une-fuite-en-avant-qui-fragilise-la-gauche

               2 : Un autre sur la campagne Montebourg : http://www.slate.fr/story/44467/montebourg-campagne-demondialisation

              Cordialement

              Paul


            • Michel DROUET Michel DROUET 9 octobre 2011 12:00

              Bonjour Fergus

              Montebourg, c’est aussi mon choix. Il laisse l’espoir d’un axe Montebourg/Mélenchon que l’on peut qualifier réellement de gauche, étiquette qu’il est difficile de coller aux autres candidats à la primaire socialiste.


            • eric 3 octobre 2011 11:24

              L’organisation de primaire est le reflet de l’autisme des partis de gauche, incapables d’entendre, sinon d’écouter, le reste de la population. Il est doublement paradoxal qu’un parti politique demande au reste de la population de lui dire qui il doit présenter.
              Dans le principe :
              Au terme de l’article 4 de la constitution, les partis sont réputés concourir à l’expression du suffrage universel. Ici, on demande aux gens qui connaissent le moins, le parti, le programme et les candidats, de se prononcer en lieu et place des militants.... !
              Dans les résultats :
              Chaque fois que le PS organise une consultation en faisant appel à l’extérieur, le résultat est qu’est désigné le candidat dont l’image est la plus éloignée de la ligne général du parti.Le moins politique. Sachant son électorat voir ses sympathisant beaucoup plus à droite qu’il ne l’est, plutôt que de changer de ligne, le parti préfère abdiquer de son rôle. Dés le départ, on sait donc que le candidat du parti sera désigné sur des critères contradictoires avec le programme. Et on nous parle de transparence...
              Comme les extérieurs vont voter plus à droite, mais que les militants les plus idéologisés vont proportionnellement plus voter, on risque de mettre en évidence un parti plus divisé encore qu’il ne l’est en réalité.
              Enfin ces primaires sont auto réalisatrices et vont conduire à choisir le candidat le moins politique. Auto réalisatrice puisque l’envie de gagner à tout prix contribue à ce que les électeurs volent au secours du succès, donc votent pour celui dont les sondages disent qu’il a le plus de chances, indépendamment de ses idées.
              Dé-politisantes, puisque celui là serra nécessairement celui qui fait de peine au moins de monde, donc fait le moins de choix politiques possible.

              Pour la même raison, les primaires visent à désigner un.candidat de premier tour... En faisant appel aux moins militants, aux moins idéologues, on assure le sucés de celui qui apparait le plus à droite, et donc le moins susceptible de mobiliser sur sa gauche au second tour. C’est faire le pari d’une alliance centriste sans le dire. Faire le pari qu’on perdra moins à gauche qu’on ne gagnera au centre. Suffira-il d’offrir d’autres places de Sénateurs, de président de région etc... aux partenaires de gauche pour mobiliser leur électorat ? Pas sur. Et à quel prix en termes de concessions politiques ?

              Qui plus est, le processus même constitue une remise en cause de la nature de l’exécutif tel que prévu par la Cinquième république. En principe, la nation choisit un chef de l’exécutif doté de larges pouvoirs. Il doit être susceptible de choisir de trancher, de décider.
              Avec la primaire, on se retrouve dans le syndrome Jospin. Les symboles importent plus que les réalités. Les bonnes intentions que la volonté. On ne va pas faire de peine à Taubira et à Chevènement en les empêchant de se présenter. Et on se retrouve avec Le pen aux second tour...
              Ici, c’est on ne va quand même pas se battre entre nous, on ne va quand même pas trancher entre les divergences de programme. Laissons les autres nous départager. Qui ne voit qu’accepter ce processus est déjà renoncer à être un chef ce l’exécutif autonome et décisionnaire ? Comme Ségolène, imposée de l’extérieur, n’a jamais vraiment réussi à s’imposer ou à rallier l’intérieur, le vainqueur de la primaire risque de se retrouver peu soutenu. SI il n’a pas réussi à s’imposer avant, le pourra-t-il après ?

              D’autant que tout est prévu pour que les résultats soient contestables. Il est à peu prêt sur qu’il se trouvera en fonction des résultats, des perdant pour s’étonner qu’on ait pu faire voter des enfants, des étrangers, des non socialistes.

              On reste dans la « participatude » : on ne prendra aucune décision, on ne choisira rien, on demandera l’avis de tous le monde avant toute action, même le choix du candidat. C’est extrêmement sympathique et parfaitement inadapté aux enjeux du moment dans un monde en crise.

              Un responsable d’association de progrès social et action locale.

              Voilà le candidat que vont produire les primaires. Pas sur qu’il soit adapté à un scrutin présidentiel.


              • foufouille foufouille 3 octobre 2011 11:57

                "ainsi que les mineurs membres du PS ou du MJS et les citoyens étrangers membres du PS ou du MJS s’ils se sont inscrits avant le 13 juillet."
                age minimum 6a ?


                • foufouille foufouille 3 octobre 2011 12:01

                  15 pour le MJS


                • Nanard39 Nanard39 3 octobre 2011 12:01

                  Ayant renvoyé ma carte au PS sous le règne de ventre mou, accompagné en son temps de la madone, je ne remettrai pas cent balles ..... l’un n’a rien fait (aucune grande élection gagnée sous son règne) l’autre a tellement d’idées qu’elle a été obligée d’ouvrir un blog pour qu’on lui en donne ! ... pauvre ps ! .... ; le PS (en interne) et les socialistes (en général) ne savent pas qui choisir pour les représenter ... ; les électeurs des autres partis 1) de gauche : conscients (malgré tout) que leur « cheval » ne peut pas gagner .... 2) de droite : conscient d’une défaite (presque) annoncée du petit nicolas (le costume de la cohabitation lui siérait-il ?) .... vont profiter de cette opportunité des primaires pour choisir par avance celui qui sera le moins pire pour les représenter (préparation au 2ème tour des présidentielles) et celui dont les idées sont le plus compatibles avec les leurs .... ; ce n’est plus le représentant du PS qui est à choisir (l’enjeu des primaires a changé !), mais c’est le futur président en cas de défaite du petit nicolas ..... détournement d’idée .... ; maintenant ça devient une logique « française » et non plus partisane ! ... ce sont les français qui choisiront le candidat du PS ! ….. et vous dites que vous avez des idées ? ….


                  • YVAN BACHAUD 3 octobre 2011 15:56

                    PAS UN CANDIDAT SOCIALISTE aux primaires n’a accepté de mettre - à leur prochaine niche parlementaire - a l’ordre du jour de l’A.N, une proposition de loi en faveur du référendum d’initiative citoyenne qui permettrait aux citoyens de reprendre la parole pendant les 5 ANS pour DECIDER de ce qui les regarde..
                    Ils veulent TOUS confisquer le pouvoir pendant 5 ANS.
                    Il ne faudra donc pas voter pour eux..
                    Que les promesses soient tenues ou PAS et quoiqu’il arrive en cette période de grave crise, Le PS ne veut pas que les citoyens puissent imposer un référendum sur le sujet de LEUR CHOIX. Et cela bien qu’il leur aura fallu au moins 20% de gens n’ayant pas voté pour eux au premier tour pour être élu... smiley . Ces gens là devraient pouvoir sur les popints où ne sont pas d’accord pouvoir tenter de lancer un RIC pour en appeler à l’arbitrage de la population...
                    Sur le site www.ric-france.fr il y aura dans qq jours tous les noms pour qui ne pas voter....


                    • vasionensis 3 octobre 2011 17:13

                       Participer à la primaire socialiste est très utile - si vous êtes de droite - et que vous n’êtes pas le seul à le faire dans cet esprit :
                       Votez de façon à plomber celui ou celle qui serait le meilleur candidat à gauche au second tour, ce qui n’est pas absolument évident car le meilleur candidat face à Sarkozy n’est pas ipso facto le meilleur face à Le Pen.
                       Bref, cela dépend de la droite à laquelle vous appartenez. En tout cas, cela ne coûte pas cher et c’est rigolo !


                      • lloreen 9 octobre 2011 13:22

                        Le moment est arrivé où ils sont tous démasqués, les uns comme les autres !
                        Pourquoi ?Parce que comme l’a confessé candidement Alessio Rastani devant des millions de téléspectateurs en évoquant la « crise financière », c’est Goldman Sachs , qui dirige le monde et pas les gouvernements...
                        Pour ceux qui ne l’avaient pas encore remarqué, çà a été LA révélation.
                        Pour les autres, Rastani n’a fait que déclarer à ce moment ce que d’autres savent depuis belle lurette.

                        Comme je l’écrivais à la suite d’un autre article de deux choses l’une :

                        - soit nos candidats ignorent que notre système financier repose sur une arnaque « légalisée », qui est le système pyramidal de l’argent-dette et on se demande quelle est leur légitimité pour vouloir « guider » d’autres personnes...

                        - soit ils sont les complices du système et n’ont guère plus de légitimité que dans l’hypothèse précédente à vouloir « guider » les autres.

                        Dans les deux cas, la preuve est faite que la seule solution est la souveraineté individuelle des citoyens à décider pour eux même dans quelle société ils veulent vivre.
                        Les « candidats » représentent le statu quo, c’est à dire la garantie de pérenniser le système de l’asservissement.
                        Tout le monde le remarque bien en observant la façon dont notre monde tourne...

                        Depuis des centaines d’années, ce sont quelques riches, qui se sont octroyé le « droit divin », carrément, de décider pour les autres ce qui était bon pour eux (les riches...).
                        Il suffit d’écouter les déclarations de « brillants cerveaux » comme Parisot, pour comprendre que les décideurs sont les payeurs.
                        Or, comment font-ils pour avoir tant d’argent...... ?
                        Et bien voilà leur secret .Ils « créent » de l’argent à partir de la dette.C’est à dire, à partir de votre propension à vous endetter.Vous aurez bien remarqué, que comme nous gagnons de moins en moins -et pour cause !!!!!-, de plus en plus nombreuses sont les personnes qui sont OBLIGEES de s’endetter pour se loger, acheter une voiture pour aller...travailler et donc la boucle de leur asservissement est bouclée...

                        Mais ce n’est pas tout.Comme ces riches ont besoin de beaucoup d’argent (sinon ils ne seraient pas multi-milliardaires...), il a fallu qu’ils endettent l’ état, c’est à dire chacun d’entre nous, de telle sorte que nous payons de plus en plus d’impôts (directs ou indirects)et de taxes pour rembourser les intérêts de la dette....

                        Grâce à la loi de 1973 dont très peu de candidats parlent (ignorance ou collusion ??...), c’est chose faite, grâce à la complicité de Pompidou( ancien directeur de la banque Rothschild), puis Giscard, qui a fait obligation (! !!!!on vous a demandé votre avis ???) à l’état de s’endetter auprès des banques privées....Oui, vous voyez l’ampleur de l’arnaque.

                        Sauver les banques, c’est plonger de plus en plus dans les abysses de ce système, qui est une arnaque « légalisée » par nos « représentants »......
                        Il faut savoir aussi que les banques mènent une double comptabilité, ce qui leur permet officiellement d’afficher des bilans positifs, alors qu’elles sont carrément en faillite !!!

                        Tout l’enjeu est d’imposer tout de suite LA FIN DE CETTE ARNAQUE LEGALISEE DE L’ARGENT-DETTE et d’exiger publiquement la prise de position de chaque « candidat » à ce sujet.
                        C’est la seule chose qui importe.


                        • lloreen 9 octobre 2011 13:39

                          Et quand on sait que le candidat est déjà désigné par ceux qui « mènent la danse », ce cirque ne peut faire que sourire...

                          Ce qu’il faut, c’est une révolution des mentalités et elle est déjà en route, car aux mouvements comme WeAreChange, anonymous, occupywallstreet, les indignés, et d’autres.

                          Les gens commencent à comprendre l’arnaque à laquelle nous sommes contraints d’adhérer grâce au système qui garantit sa pérennité : le système des partis, où les citoyens s’égarent d’un courant à l’autre sans jamais trouver la porte de sortie (c’est fait pour....), et où tout est fait pour ne jamais remettre le système en question.

                          Ces partis, quels qu’ils soient, partent du postulat que nous sommes du bétail à gérer.
                          Il suffit de relever les désignations qui ont cours dans le monde du travail comme directeur des « ressources » humaines.
                          Permettez-moi de vous dire ici que je ne considère pas comme une ressource (pétrole, eau, électricité...) , mais comme un ETRE HUMAIN.
                          Et que par conséquent, j’ai le droit d’ETRE.Or, tout le monde sait que ce droit est bafoué du berceau à la tombe, par ceux qui ont décrété, une bonne fois pour toutes que nous étions des « ressources », dont ils disposent à leur bon (mauvais pour nous...) gré.

                          C’est de cela qu’il faut prendre conscience, maintenant ou jamais !

                          Ce système des partis est une monumentale arnaque, qui tient du même esprit que le système de l’argent-dette, dont il le le pendant logique.
                          Comment supporter qu’à chaque « élection », plus de la moitié des électeurs s’abstiennent, preuve noir sur blanc que ce système est TOUT, sauf démocratique.
                          Et que malgré ce fait, que tous les électeurs ne se soient pas exprimés, il soit possible de déclarer le gagnant comme le « représentant » de TOUS les français ?????
                          N’est -ce déjà pas la preuve de l’arnaque d’un tel fonctionnement, qui n’est d’ailleurs qu’une mise en scène ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès