Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pas de quoi être rassurés, après l’entretien anxiolytique de Jacques (...)

Pas de quoi être rassurés, après l’entretien anxiolytique de Jacques Chirac

Le docteur est donc passé et nous a administré sa potion pour bien dormir. Aussi, pour être diligents le lendemain matin. Clearstream, EADS, Airbus... tout va s’arranger. Au sein du gouvernement, aucun problème. De Villepin ? Soutien total ! Tous au boulot, l’important est d’avancer, la France va très bien. Mais peu de réponses aux questions que les citoyens auraient eu envie de lui poser.

D’après Le Nouvel Observateur, Jacques Chirac devait défendre son bilan de fin de règne lundi soir sur France 2. Pour Le Monde, il s’agissait de tenter de déminer son dernier 14-Juillet. Le Parisien demandait : Y aurait-il le feu à la maison ?, faisant remarquer que la classique intervention présidentielle reste prévue pour le 14 juillet. Pour Le Midi Libre, il s’agissait de tenter de calmer le jeu. Dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Oliver Picard écrivait : C’est le dos au mur qu’il [Jacques Chirac] va peut-être trouver l’ultime ressource pour se sauver. Pour l’AFP, il s’agissait de tenter de remettre de l’ordre dans la majorité. Juste avant l’entretien télévisé, France 2 évoquait un contexte de fronde de la majorité. Et ainsi de suite. La mise en scène politique s’accompagnait du "suivi" médiatique habituel. Lundi matin, le gouvernement avait relevé le SMIC de 3,05% . Nihil novum sub sole.

Alors que la situation d’EADS paraît loin d’être réglée et que le monde du travail s’inquiète de la fusion annoncée Mittal-Arcelor, les lecteurs français de la presse londonienne pouvaient se régaler avec deux articles parus dimanche dans l’hebomadaire The Observer. Le premier, intitulé : Crisis exposes crippling cronyism at heart of the French state (La crise met en évidence un copinage paralysant au coeur de l’Etat français) et s’en prenant violemment aux élites qui dirigent la France. Le deuxième, faisant état des contacts récents entre Nicolas Sarkozy et Tony Blair, auprès de qui l’actuel président de l’UMP rechercherait conseil et aide en vue des présidentielles de 2007. Quant à l’entretien télévisé, Times Online le présentait comme une tentative de secourir Dominique de Villepin. Et Jacques Chirac a en effet défendu Dominique de Villepin, estimant que son gouvernement avait rempli son contrat par rapport à la feuille de route qu’il lui avait fixée : chômage, croissance, sécurité, réformes...

Le président de la République a réaffirmé que la majorité soutiendrait le gouvernement malgré un sentiment d’insatisfaction. Jacques Chirac a souhaité que le gouvernement soit plus à l’écoute de la majorité, mais il a mis l’accent sur la nécessité de ne pas s’arrêter et martelé que le temps perdu ne se rattrape pas. Pour le reste, il a rappelé la politique déjà connue du gouvernement et affirmé son intention de ne pas se laisser distraire de ce qui intéresse les Français, à savoir, l’action et les résultats. A la fin, ça a été le foot... Un entretien télévisé, tout compte fait, pour ne rien dire, ou presque.

C’est que les critiques, certainement fondées, que les milieux d’affaires britanniques adressent à la nomenklatura de l’Etat français et aux "élites" qui nous gouvernent et nous "gèrent" n’ont pas pour objectif de réclamer une plus grande transparence de notre fonctionnement institutionnel. Elles visent à remplacer l’actuelle opacité bureaucratique par celle du secteur privé, du "secret industriel", de la propriété privée des informations et des connaissances... Et dans ce débat, le monde des décideurs n’a strictement rien à faire du point de vue des citoyens "de base". Jacques Chirac emploie le mot "réformes", mais pas forcément dans le même sens que la majorité de la population.

Par exemple, d’éventuelles réformes de la Justice, du fonctionnement de la coupole du pays... ne font pas vraiment partie du programme. Quant au chômage, à la précarité, aux délocalisations ou au dumping social, le président de la République a surtout raisonné en termes de mouvements de capitaux. Sur le contrat nouvelle embauche, apparemment rien à dire. Dans mon article du 26 juin, j’avais évoqué un certain nombre de dysfonctionnements institutionnels chroniques : ce n’est pas, non plus, de mesures tendant à y remédier qu’a parlé Jacques Chirac ce lundi.

Il semble, bien au contraire, que les "élites" bétonnent, toutes appartenances et tendances confondues, et entendent ne pas céder d’un pouce devant le peuple. Hors de question, pour elles, de reconnaître de manière conséquente l’existence de dysfonctionnements du système ou d’abandonner vraiment des privilèges. Et de tous ces politiciens qui nous dansent des zapateados pour les élections de 2007, lequel veut réellement changer quelque chose après cette échéance ? Le numéro des "alternances", ça fait vingt-cinq ans qu’on nous le joue.

Mais ce soir, une importante nouvelle nous a été confirmée : Bercy entend bien redonner la main aux actionnaires industriels d’EADS, Lagardère et DaimlerChrysler, pour prendre les mesures destinées à sortir le groupe d’aéronautique et de défense de la crise qui le secoue. On ne peut pas être plus clair : la crise profitera aux "partenaires industriels" privés, comme le réclame la presse britannique. C’est cela, le véritable débat "au sommet", loin des citoyens et des salariés concernés. Le reste, c’est pour nous amuser.


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • aurelien 27 juin 2006 12:05

    Et que dire de l’intervention de Madame Arlette Chabot ?

    C’est se moquer des français et des téléspectateurs de proposer une interview aussi lamentable, sans aucune question de fonds sur les sujets brûlants de l’actualité !

    Madame ARlette Chabot gaspille son temps d’entretien en questionnant frénétiquement le chef de l’Etat sur des querelles politiciennes internes à la majorité !

    Triste spectacle que celui du journalisme au sommet !

    Et pour couronner le tout :

    Demander au Président Chirac jusqu’où ira l’équipe de france dans la Coupe du Monde !

    Elle aura même raté sa question footbalistique au président !

    Arlette Chabot DEMISSION !


    • (---.---.145.35) 27 juin 2006 13:15

      je crois qu’elle est pas la seule à interroger les hommes politiques sur des questions anecdotiques... c’est devenu la mode ! ppff...


    • Yves (---.---.66.185) 27 juin 2006 13:06

      Bonjour ,

      - Les prestations des courtisans à l’Elysée sont toujours du même ordre ... , il n’y a rien d’étonnant ... , CHABOT ou DUHAMEL c’est du kif ... , ils passent les plats ... !!!

      - Ceci étant , CHIRAC , qui ne savait plus s’il intervenait comme Président de la République s’exprimant sur la politique de son Gouvernement pour la France ... , ou comme médiateur dans le conflit sionisto-palestinien ... , a déclaré : que « ... le Gouvernement a parfaitement rempli la feuille de route qu’il avait fixée ... et parfaitement rempli son contrat ... , notamment en matière de sécurité ... »

      - En réaction , le scientologue SARKOZY , chef du parti de la Majorité ... , s’est félicité que " le Président de la République ait dressé le portrait d’une France qui gagne ( et lui , il sait de quoi il parle ... , bébé requin installé dans le fromage ripouxblicain par Parrain CHIRAC ... , pour s’y goinfrer comme son mentor ... ) ... , et rappelé les résultats indiscutables obtenus depuis 2002 , notamment en matière de sécurité ... , et , enfin , a rendu hommage au travail collectif du Gouvernement et de la Majorité ...
      - Parallèlement , Patrick DEVEDJAN - conseiller politique de SARKOZY - a déclaré ... : « ... CHIRAC n’a pas réussi à convaincre l’Opinion publique ni à mobiliser la Majorité ... , je me pose la question de savoir ce qu’il y avait de si important qu’il faille anticiper la traditionnelle allocution du 14 juillet ... »

      - Conclusion : comme disait COLUCHE ... : « Les politiciens , on ne saura jamais s’ils sont sérieux ou si ce sont des comiques froids ... , parce que , quand même , entre leurs blagues extraordinaires et leurs promesses intenables ... , va savoir si , dans le fond , c’est pas des professionnels du rire ... »


      • Sam (---.---.192.67) 27 juin 2006 15:09

        Oui, la démocrature est bien là.

        Il faut en tirer les conséquences pour 2007 : une élection balisée de candidats officiels martelés par les médias, pour des projets politiqueront indigents, dont l’existence ne visera qu’à occulter la démission de nos élites.


        • moniroje (---.---.246.62) 27 juin 2006 17:44

          Oui, moi aussi j’ai trouvé la journaliste particulièrement nulle et obstinée à ne pas écouter ce que lui disait Chichi : « Ecoutez Madame, les Français n’en ont rien à foutre des questions que vous posez et auquelles je répondrai en temps voulu »

          Grâce à elle, le Président a pu se montrer seigneur. Elle a été un faire-valoir ; moi qui espérais qu’elle serait impertinente, voire insolente comme l’a déjà fait PPDA, qu’elle soit une vraie journaliste et en même temps notre porte-parole, ni droite ni gauche ni centre, mais tout ça à la fois et peuple qui a bon dos mais qui est moins couillon qu’on le croit et plus Coluche, pfffffff.... une journaliste façon Gala ou Voici, énervante seulement parce que elle comprenait rien !!!

          Chirac, on ne peut lui reprocher d’avoir dit ce qu’il a dit : en ce moment, tout va bien !!! ben tiens... en ce moment que lui gouverne !! C’est logique et donc on ne peut pas lui reprocher cette attitude.

          Conclusion : ces médias qui orchestrent notre façon de penser, en plus, sont nulles !!!


          • harakiri26 (---.---.13.92) 27 juin 2006 20:33

            Français ... je vous le dis, tout va bien !

            D’ailleurs je pronostique un fabuleux France-Brésil en finale de la coupe du Monde ...

            Pfffffff ... Marre ...


            • bernard29 candidat 007 27 juin 2006 23:26

              quelle erreur d’appréciation. Chirac a été trés bien. Il montre au élus de droite et de gauche, qu’ils ne servent à rien. Et c’est vrai. ils s’égosillent à qui mieux mieux. Pourquoi ? pour les beaux yeux des lecteurs de médias qui se repaissent de telle ou telle déclaration.

              Maintenant Chirac a remis tout le monde à sa place. Le 14 juillet il peut faire autre chose et annoncer par exemple la fin de la partie. en disant aux partis .« Trés bien j’ai compris la crise démocratique ! Vous êtes nuls, tout le monde le sait , Donc je propose par référendum aux citoyens de limiter le cumul des mandats ».

              Par exemple ; je soumets par référendum, aux français cette régle. « les mandats de député de sénateur, de conseiller régional et général, limités à 5 ans maximum, renouvelable une fois, ne peuvent se cumuler qu’avec le mandat de conseiller municipal. » Et c’est trés bien. il finit son mandat en douceur et vous envoie tous , partis et élus dans les cordes. A la limite je vote pour lui s’il se représente. ce qu’il n’a pas exclu. bravo Chirac.

              Pour pétitionnner voir ; http://www.ipetitions.com/petition/Abstention2007. merci de votre soutien.


              • Adolphos (---.---.59.170) 28 juin 2006 06:42

                C’est qui déja ce jacques chirac ?


                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 juin 2006 09:30

                  Y a t’il un économiste dans la salle ?

                  Allez zou, qu’il confirme les bons résultats du Président, et après nous achèterons deux camions de nonos pour les distribuer à la droite et à la gauche, pour qu’ils fassent joujou entre-eux !

                  Tous ça pour dire que nos politicards ne servent à pas grand chose !

                  Ce qui fait marcher le pays , les ouvriers et les patrons, (... et les commandes )le reste ce n’est que du blablabla !

                  Bonne journée.

                  @+ P@py


                  • Rage (---.---.231.3) 28 juin 2006 12:23

                    Un seul mot : P A T H E T I QU E


                    • BUFFALO BIDE (---.---.122.121) 28 juin 2006 15:27

                      Un message flash ! Pas rentrer dans les détails, trop long !

                      Marie-France Garaud écoeurée depuis longtemps !

                      Partez vite Monsieur Chirac !

                      Ca nous fera une récréation, on n’en peut plus !

                      Adieu ! Aller ! A la pêche ou au potager !


                      • tartator (---.---.95.31) 28 juin 2006 17:02

                        moi, personnellement, je n’attendais rien de ce président autiste (je dis « ce » et non pas « notre ») depuis 1995, il n’a jamais écouté que son estomac et les flateries empoulées de celui qui nous sert de premier sinistre jusqu’au coup de sifflet final qui sera donné par le peuple en mai 2007. Il n’y a plus rien à attendre de cette clique de nantis, de politicards véreux et corrompus, de cette « republica banana » installée en France depuis 2002. Il faut vraiment en avoir une certaine couche pour se dire que les 82 % de suffrages qui ont porté à nouveau le chirac à la présidence, ça voulait dire « vas-y mon gars, on te file les pleins pouvoirs pour déconner à fond pendant les 5 années à venir !!!!!! » mais surtout pas, "attention, mon gars t’as intérêt à te hisser au delà des partis pour redonner à la france la confiance qu’elle a perdu dans les politiques...et il nous la joue grand seigneur, pensant qu’il est la représentation de ces 82 % alors qu’il ne pèse en réalité que 19 % des français...et vas-y que je me la pète, et que je prend les français pour des cons. Je me demande dès fois si c’est pas le seigneur qui l’a mis sur notre chemin, hsitoire de nous forcer à nous mettre réellement en colère et à montrer à tous les politicards quel que soit leur parti, qu’on en avait marre d’être pris pour des imbéciles, et qu’ils n’avaient qu’un seul boulot à faire correctement, c’est celui de s’occuper de la place de la france dans le monde et du bien-être des français et de tous ceux qui vivent sur notre sol...à la place, c’est profits personnels et magouilles politicardes, enrichissement personnel et abus à tous les étages de la haute fonction politique, vraiment de quoi dégouter les gens de la politique politicienne et créer les situations d’une révolution violente du peuple...mais la france va bien, tout le monde va bien, à en croire le sonotoné de service qui a tenté surtout de rassurer sa majorité (sa clique de voyoux) et leur faire comprendre qu’il fallait pas toucher à son pote de dans peu de temps, le ci-devant galouzeau...vraiment, ils n’en ont rien à foutre de nous...la branlée va être cuisante en 2007


                        • BUFFALO BIDE (---.---.207.63) 29 juin 2006 11:05

                          Bravo Tartator,

                          J’aurai presque pû l’écrire moi-même ce pamphlet tellement il réflète la réalité.

                          Mais je me suis contenté du message juste au-dessus, c’était un résumé de la part d’un Français qui en a raz-le-bol de ces politicards parasites.

                          Malheureusement, je crois pas que 2007 change quelque chose à quoi que ce soit. A part LE PEN qui foutra encore un grand coup de pied dans la fourmilière au premier tour... Mais j’ai lu que PS, UDF, UMP se réunissaient déjà pour prendre les dispositions nécessaires. Nous auront encore un président ou une présidente à 82 % histoire de cocufier, comme d’habitude les Français. Mais après tout, n’est-ce pas ce qu’ils souhaitent, nos concitoyens ? Nous n’avons, hélas, que les politiques que la majorité des électeurs mérite.


                          • tintouin (---.---.124.54) 5 août 2006 17:38

                            Après le « mangez des pommes » de 1995, Chirac peut se préparer au « mangez des oranges » de 2007. Il va en avoir besoin et c’est très bien. Le reste n’est que l’écume des vagues...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès