Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Passeport RFID hacké en 4 heures

Passeport RFID hacké en 4 heures

Le Daily Mail vient d’écrire une nouvelle page de la pitoyable histoire du passeport RFID. Il a réussi à lire intégralement le contenu d’un passeport britannique neuf, dans son enveloppe postale, en quatre heures.

Le cerveau de cet exploit est Adam Laurie, cet expert en sécurité qui a déjà permis au Guardian de titrer « Cracked it ! » en novembre 2006. À l’époque, la performance consistait à mimer la procédure officielle d’accès à la puce, telle qu’elle est effectuée aux frontières. Le policier présente devant un lecteur optique la page du passeport contenant la photo, et l’ordinateur lit la « clé MRZ », dans la « zone à lecture optique » (Machine Readable Zone). Le dialogue radio avec la puce RFID démarre. Un dialogue crypté, que le guichet décode grâce à la clé MRZ.
Avec du matériel acheté légalement pour 400 €, et un logiciel fait main, Adam Laurie savait à l’époque faire parler la puce d’un passeport, à l’aide de cette clé. Celle-ci étant inscrite dans le passeport, l’épreuve suivante devenait : peut-on obtenir le même résultat sans ouvrir le passeport ? L’expert expliquait déjà que cette clé est facile à deviner, du moins à cerner. C’est une séquence de données triviales, comme la date de naissance du titulaire, la date d’expiration du passeport et un numéro de série beaucoup moins aléatoire qu’il en a l’air. Adam Laurie avait mis au point une méthode d’attaque en « force brute », c’est-à-dire en essayant toutes les combinaisons possibles. Il estimait alors qu’un passeport pourrait être craqué en 24h. Sidérant : votre carte de crédit se bloque après trois essais infructueux, mais le passeport RFID européen encaisse sans broncher des milliers de tentatives d’effraction.
L’enquête du Daily Mail pulvérise l’hypothèse des 24h. Il s’agit du vol, concret, en quatre heures, du contenu de la puce d’un passeport enfermé dans une enveloppe, portant seulement le nom et l’adresse de son titulaire. En situation réaliste. Mais avec un avantage : le passeport étant neuf, sa date d’expiration se situe dans dix ans, moins quelques jours. Le logiciel d’Adam Laurie a testé un grand nombre de valeurs possibles pour le numéro de série et les dates plausibles pour l’expiration. La date de naissance du titulaire, dont on ne connait que le nom, écrit sur l’enveloppe ? Trouvée sur Internet... quelque part. En deux heures. Des milliers de hackers savent où chercher.
Donc, un filou capable d’approcher pendant quatre heures un passeport neuf dont il connaît le nom du titulaire devrait pouvoir voler une identité numérique complète. Quatre heures, c’est encore long pour celui qui rêve de chiper en série des identités numériques à distance, dans la poche de voyageurs croisés dans un hôtel. Mais quatre heures, c’est déjà six fois moins que l’estimation hasardée il n’y a pas quatre mois. Combien de minutes dans un an ?
Après le Guardian, le Daily Mail. Que fait notre presse ? Comment s’appelle le ministre qui a instauré en France ce passeport qui roule pour les voyous ? Les Démocrates libéraux britanniques se sont prononcés pour l’arrêt de cette folie, que disent nos candidats à la présidence ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (167 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • bourgpat (---.---.219.225) 9 mars 2007 12:38

    Voir un lien donnée il y a peut sur framasoft.

    Lors d’une conférence dernièrement, un conférencier à dus annulé sa présentation sur l’insécurité des passeport RFID en raison du risque de poursuite par les entreprise créant ces chose pour cause de brevet.

    http://solutions.journaldunet.com/0703/070301-rfid-black-hat.shtml


    • pvdg pvdg 9 mars 2007 12:47

      C’est un joli scandale en effet. Il s’agit bien de RFID, mais dans ce cas précis, pas du passeport à puce. Il faut dire que la technologie RFID étant employée à tort et à travers, on la retrouve derrière un vaste choix de scandales petits et grands.


      • alpo47 (---.---.77.85) 9 mars 2007 13:41

        Le fait que la puce du passeport soit « crackable » n’est pas le problème actuel des gouvernants.

        Leur souci, c’est de ficher tout le monde, de pouvoir nous suivre dans notre quotidien, nous cataloguer.

        Or, pour se faire, il faut justement que la puce soit lisible à distance... Ceci explique, à mon sens, cela.


        • George (---.---.209.131) 9 mars 2007 13:48

          Hé bien, encore une démonstration de la vulnérabilité des systèmes informatique... A quand le vote electroniqueu niqueu niqueuh !


          • pvdg pvdg 9 mars 2007 14:05

            alpo47 dixit : "Leur souci, c’est de ficher tout le monde, de pouvoir nous suivre dans notre quotidien, nous cataloguer. Or, pour se faire, il faut justement que la puce soit lisible à distance... Ceci explique, à mon sens, cela."

            Je ne souscris pas du tout à cette hypothèse conspirationniste. Le monde est à la fois plus simple et plus compliqué que ça. Pour moi les causes de cette incroyable décision de mettre une puce RFID dans les passeports sont multiples. Je mets en tête de liste :

            1/ Le règne de la « com ». Les marchands du secteur ont réussi à faire croire que la puce RFID serait un outils de sécurisation, ce qui est une parfaire contre-vérité. Ils ont réussi à le faire croire à tout le monde : journalistes, businessmen, politiques, et souvent eux-mêmes.

            2/ L’ignorance crasse des politiques sur tout ce qui est scientifique ou technique. Leur incapacité à se retourner vers les gens compétents pour prendre ce genre de décisions.

            3/ Leur coupable penchant à écouter le discours de leurs potes industriels, voire à légiférer dans le but de leur offrir un marché.


          • alpo47 (---.---.77.85) 9 mars 2007 15:09

            « conspirationniste », le mot est laché. Etes vous conscient que cela aussi, c’est de la com. Qualifier une prise de position, opinion, attitude, personne .. d’un terme dévalorisant vise tout simplement à le discréditer. Dérisoire.

            De mémoire, je me rappelle, il y a quelques années, lorsque Simone Weil envisageait de se présenter à la magistrature supprème, elle avait été qualifiée de « mamie Rénova »... Discréditée.

            De même, on qualifie les faits de petite délinquance, d’incivilités, pour les minimiser.

            Et des dizaines d’autres exemples. De la com.

            Alors, si on envisage des forces, lobbies, qui tentent de s’imposer, de manière fascisante, on est qualifié de conspirationniste.

            Votre hypothèse, rassurante, qui dit : « imposons un produit qui ne sert à rien, pour faire du profit » est, plausible, certes, mais n’est pas la seule. Si je regarde l’évolution de nos sociétés, le prétexte du 11/09 pour imposer une sécurité paranoîaque tous azimuts (bien sur d’abord aux USA), les projets qui se répandent ici et là dans le monde, qui vont tous dans le sens d’une restriction des libertés et de contrôle des individus, si je m’efforce d’analyser tous ces fait avec du recul ... OUI, je crois qu’il y a « une main » derrière tout cela et que l’eau commence à chauffer pour les « froggies » que nous sommes et les autres ...


          • pvdg pvdg 9 mars 2007 15:53

            Je comprends parfaitement ce que vous voulez dire en parlant de com. Et nous sommes au moins d’accord sur un moint : la guerre des mots fait rage. Un certain nombre me font hurler chaque jour. Comme « sans domicile fixe ». Qui laisse planer la possibilité d’un « domicile variable », cool, non ?

            Mais là n’est pas le sujet du jour. Désolé si vous l’avez mal pris. En employant le mot « conspirationniste », je n’ai pas voulu me débarrasser d’un interlocuteur. Cependant, je pense que vous voyez une « conspiration » là où je vois quelque chose de plus compliqué. Dans les bandes dessinées, dans les séries américaines, on rencontre quantité de gens qui veulent devenir « maître du monde ». Et qui pour cela organisent, structurent de vastes réseaux interconnectant des milliers d’agents de toutes sortes prêts à agir selon un plan prédéterminé.

            D’ailleurs, on nous vend aussi des descriptions (bidons) de réalités comme Al Qaeda ou les francs maçons calquées sur ce modèle.

            Mais le monde réel est très différent. Il n’y a pas de chef d’orchestre. Pas de « main derrière tout cela », comme vous dites.

            Je ne peux pas vous démontrer cela proprement en quelques mots, mais il est facile de voir que dans ce cas précis cela ne tient pas debout.

            Vous dites : « Leur souci, c’est de ficher tout le monde, de pouvoir nous suivre dans notre quotidien, nous cataloguer. »

            Si vous avez un passeport, à puce ou sans puce, vous êtes catalogué. Vous l’êtes d’ailleurs pour beaucoup moins que cela. Depuis le jour où vos parents ont déclaré votre naissance à la mairie. Vous avez un emploi ? Vous payez des impôts ? Vous avez la sécu ? Vous êtes salement catalogué.

            Alors maintenant : « suivre dans notre quotidien ». Vous vous baladez avec votre passeport ? Si vous le faites, je vous recommande de l’emballer dans du papier alu, les barbouzes qui vous filent seront bien attrapés.

            Non, je crois que si Big Brother veut nous pister tous, seconde après seconde, il ferait bien de voir ailleurs. Mais au fait, à quoi ça lui servirait, à Big Brother de nous pister tous ?


          • parkway (---.---.18.161) 9 mars 2007 16:15

            pvdg,

            que l’on ne puisse pas mettre un nom à big brother, je suis bien d’accord.

            mais je crois que nous le construisons petit à petit et que nous en sommes tous responsables.

            jean ferrat chantait dèjà dans les années 1970 : « c’est fou ce que je m’acclimate au jardin d’acclimatation où l’on conserve les primates en bon état de conservation... »

            car c’est quoi le but de notre société actuelle ? devenir riche ? notre être se fait avoir, dans les deux sens du mot, et la description de notre société par de nombreux auteurs de science fiction au xxème siècle commence à devenir une réalité.

            Voyagez-vous en bus ? je le prends tous les jours.

            80% des voyageurs ont des écouteurs sur les oreilles ou tripotent leur portable.

            la réflexion s’amenuise de plus en plus et une majorité de gens prennnent les désinformations de la télé pour argent comptant.

            pire, des fauchés vont voter pour des super nantis ! contre leurs intérêts.

            Big Brother n’existe pas ?


          • pvdg pvdg 9 mars 2007 16:46

            Voila un discours que je reçois beaucoup mieux que le « chef-d’orchestrisme ». Je ne connaissais pas ces paroles de Ferrat, elles me plaisent bien. D’accord avec vous, nous sommes cernés, disons par des « forces » qui ne nous veulent pas du bien. Et nous nous laissons fourguer toutes sortes de drogues dures qui nous abrutissent grave. « Zique », « Look », « Food »... sans oublier la PSP, Lost, etc. À quoi sert un Coca, si ce n’est à me donner envie d’en acheter un autre ? Là-dessus nous sommes d’accord (me semble-t-il).

            Mais précisément, cet ennemi là est diffus. Appelons-le « le marché » ou « la loi de l’offre et de la fabrication de la demande ». Ou pourquoi pas le libéralisme ultra. Mais ce n’est pas quelqu’un. Je ne vois pas de chef d’orchestre.

            Bien sûr cet ennemi diffus peut ourdir des plans démoniaques. Mais ce n’est pas si facile. Des tas d’intérêts contradictoires sont en présence.

            Par ailleurs, ce que vous dites montre aussi qu’un flicage généralisé de la population n’est pas du tout nécessaire pour la couillonner dans les grandes largeurs.


          • obiwan k. (---.---.209.45) 12 mars 2007 22:01

            « Les marchands du secteur ont réussi à faire croire que la puce RFID serait un outils de sécurisation, ce qui est une parfaire contre-vérité. »

            Cela me fait penser à la Grande-Bretagne et à ses millions de caméras. Ce pays qui a misé sur les seuls services en est rendu à accepter tout et n’importe quoi en économie, pourvu que ça crée de l’activité.

            Vous avez donc raison quand vous écrivez (à peu près) que l’obsession de la sécurité, c’est aussi une histoire de gros sous.


          • (---.---.20.123) 9 mars 2007 14:02

            Qu’il est bête sarko !!!

            Pourquoi on ne met pas une puce seulement dans les oreilles des méchants ?

            Ha Ha Ha smiley


            • norbert (---.---.47.122) 9 mars 2007 14:33

              Juste pour comprendre :

              qu’est ce que cela apporte de ’craker’ cette puce ?

              cela ne revient’il pas au meme que de faire une photocopie des anciens passeports ?


              • pvdg (---.---.211.49) 9 mars 2007 15:25

                Il y a deux aspects.

                Primo, considérons seulement l’état de l’art immédiat : on vient de craquer un passeport en quatre heures, dans des conditions xyz. C’est déjà très inquiétant, puisque cela fournit une piste très concrète pour voler des identités électroniques massivement, dans des conditions d’impunité remarquables. Une complicité dans les postes, un PC et 400 € de matos, et hop, je copie l’intégralité du contenu de dizaines de passeports chaque jour. Sans même ouvrir les enveloppes, j’obtiens bien mieux qu’une photocopie : la copie conforme des fichiers. Dans le contexte britannique, cela permet par exemple de réaliser une pseudo photocopie de la page du passeport comprenant la photo, grâce à quoi des tas de formalités peuvent être accomplies. Celui qui capture ces identités n’a même pas besoin de les exploiter lui-même, il existe un marché florissant de l’identité numérique, en pleine croissance.

                Mais cela n’est rien.

                Secundo. Le passeport RFID a fait ses premiers pas en Europe début 2006. Quelques mois plus tard, Lukas Grunwald, en Allemagne, réussissait à cloner la puce RFID du sien. Sans la lire (cryptage). En novembre, comme je le rappelle dans mon billet, le Guardian titre « Cracked it ! ». Cette fois, on lit le contenu de la puce, mais après avoir ouvert le passeport (clé MRZ). Aujourd’hui, ce passeport a un an et on sait le lire en 4 heures, sans l’ouvrir. Tout indique que la cuirasse est trop mince et qu’il ne faudra pas des siècles pour mettre au point les armes qui permettront successivement toutes sortes de scénarios dont nous n’avons même pas idée. Je parie que les premiers emmerdes viendront bien avant que le premier passeport délivré n’arrive à sa date d’expiration, disons avant 2016.

                On n’a jamais gagné une guerre en prenant ses adversaires pour des cons. Ce « proverbe » est largement vérifié en général, mais c’est surtout un principe fondamental de la sécurité électronique. Or il semble qu’il ait été totalement oublié dans cette affaire. Si la mafia ou Al Qaeda ne comprenait que des gens stupides, cela se saurait.


              • Gnole (---.---.192.187) 9 mars 2007 15:53

                Le premier problème qui va se présenter c’est des faux passeports totalement indétectables !

                La sécurité étant basé sur la puce RFID, si cette puce est entièrement crackable (en peu de temps en plus), c’est qu’on peux fabriquer un vrai passeport qui sera en faite une copie RFID du premier et ce sans qu’il soit possible pour les systèmes de le détceter comme faux...

                Après on peux imaginer des choses encore bien pires :(


              • pvdg pvdg 9 mars 2007 17:46

                Heureusement que le reste du passeport, la partie « papier » reste bien plus difficile à imiter ! Revanche de la low-tech...


              • Gnole (---.---.192.187) 9 mars 2007 19:25

                Reste à savoir si nos « intelligents » gouvernants ne vont pas baser la reconnaissance uniquement sur la new tech (c’est plus rapide de scanner une puce RFID)...

                Et il existe déjà des faux passeports très bien faits... donc rajouter une puce avec tout ce qu’il y a de biométrique dedans risque de ne pas déranger grandement les contrefacteurs.

                Mais c’est vrai que c’est assez ironique de se dire le filigranne du papier de nos passeports est une gage plus sur que la puce électronique (dont le développement à couté une fortune) qu’il y a dedans smiley


              • tchoo (---.---.222.70) 9 mars 2007 17:25

                avec ces trois arguments :

                1/ Le règne de la « com ». Les marchands du secteur ont réussi à faire croire que la puce RFID serait un outils de sécurisation, ce qui est une parfaire contre-vérité. Ils ont réussi à le faire croire à tout le monde : journalistes, businessmen, politiques, et souvent eux-mêmes.

                2/ L’ignorance crasse des politiques sur tout ce qui est scientifique ou technique. Leur incapacité à se retourner vers les gens compétents pour prendre ce genre de décisions.

                3/ Leur coupable penchant à écouter le discours de leurs potes industriels, voire à légiférer dans le but de leur offrir un marché.

                on est pas loin de la théorie conspirationniste, non pas par ceux que vous décrivez là, mais juste « leurs amis » à coté !


                • pvdg pvdg 9 mars 2007 17:44

                  Ben non, justement. C’est le contraire d’une « conspiration », au sens habituel du terme, en tout cas.

                  ** Les marchands vendent leur camelote, qu’elle marche ou pas, qu’elle sécurise ou insécurise, bof, l’objectif c’est de toucher le pactole.

                  ** Le ministre vend au bon peuple un nouveau passeport pour sa sécurité et pour la sécurité nationale en même temps.

                  ** Le technocrate achète la camelote, parce que c’est un vomi pour un rendu : tu me renverra l’ascenseur un jour, par exemple en finançant une campagne électorale ou en me filant un job quand j’en aurais marre de la politique.

                  ** La télé merdique fait des sujets à la con sur la « RFID qui sécurise » parce que c’est ce que raconte l’attaché de presse et que ce serait trop compliqué de faire l’enquête et surtout que c’est plus vendeur, coco, de faire un sujet que une « baguette magique » que sur un truc qui n’est ni tout blanc ni tout noir.

                  ** La plupart des cabinets qui vendent de l’expertise en sécurité ferment leur gueule alors qu’ils savent bien que la RFID n’est pas une bonne approche, parce que bon, si les cleinst en veulent, c’est toujours du business.

                  Bref, je vois là plutôt un puzzle, avec des intérêts qui partent dans tous les sens. Mais qui trouvent une configuration qui maximise les intérêts des puissants au détriment des... gens.

                  Pas de chef d’orchestre, pas de plan, rien que du contingent, du darwinisme.


                • Gecko (---.---.55.146) 9 mars 2007 18:59

                  je trouve que vous insistez lourdement pour faire passer le message qu’il s’agit seulement d’une problème de recherche de profit de la part de « petits malins ».

                  Question : Qu’en savez vous ? N’êtes vous pas en train de faire une hypothèse, que vous considérez avérée, et de la répéter jusqu’à ce que le message soit passé ?


                • ExSam (---.---.54.53) 9 mars 2007 17:25

                  Excellent.

                  Et dire que ls bouffons qui prétendent nous gouverner vont mettre des milliards d’Euros pour nous fliquer avec cette merde.

                  Lamentable. J’ai honte de notre personnel politique. De plus en plus.


                  • Fred (---.---.20.123) 9 mars 2007 17:33

                    Le fichage de tout le monde ... C’est précisement un article de ce style que je suis en train de lire.

                    http://www.syti.net/BigBrother.html

                    http://www.syti.net/Implants.html

                    C’est de la science fiction...

                    mais la vérité dépasse souvent la fiction...

                     smiley


                    • pvdg pvdg 9 mars 2007 17:50

                      Voila précisément le genre de sources d’information qui, à force de tout mélanger, obscurcissent le sujet plutôt que d’aider à comprendre et à se défendre.


                    • Renaud D. (---.---.212.32) 9 mars 2007 17:52

                      Rockefeller a reconnu l’objectif de l’élite de pucer la population.

                      Pour ma part, il me semble impossible que ceux qui contrôlent déjà une part sensible de l’économie mondiale n’aient pas la volonté d’étendre par tous les moyens leurs pouvoirs sur les individus. They want to get more power C’est trop dans la nature humaine.

                      Vus de là-haut, nous ne sommes que de la piétaille à plumer.

                      Voir l’article sur mon blog : http://kochab.over-blog.com/article-5595599.html

                       smiley


                      • pvdg pvdg 9 mars 2007 18:46

                        J’ai suivi votre piste. Après trois clics et deux minutes de lecture, j’ai l’intime conviction d’être en présence d’un foutage de gueule de première grandeur. Peut-être l’expérience... Prenez votre temps, suivez les liens, réfléchissez. Si vous ne vous rendez pas compte que ces gens là sont tout sauf sérieux, c’est peut-être parce que vous aimez ça.


                      • ExSam (---.---.54.53) 9 mars 2007 20:11

                        They want to get more power C’est trop dans la nature humaine

                        Il y a au moins deux raisons pour ne pas te suivre dans ce raisonnement.

                        La première c’est qu’il est faux. Moi le premier, et des millions d’autres ne veulent plus de pouvoir, mais plus de liberté et de bien-être, de convivialité, de buts, de sens et de solidarité.

                        La seconde c’est que ton raisonnement « naturalise » les comportements de nos chers salopards, de France, des USA et d’ailleurs.

                        Ainsi, j’ai entendu ce matin une jeune secrétaire, apprenant les complaisances données par l’entreprise Lasserre à Sarko et révélées par le Canard, m’affirmer que les gens qui ont du pouvoir, c’est normal qu’ils en abusent. Ajoutant, pour faire bonne mesure droitière que « les gens, il faut les diriger, les contrôler, de toute façon, donc y aura toujours un pouvoir ».

                        Si le cas s’est produit beaucoup, c’est une bonne raison pour ne pas le supporter plus longtemps, et le pouvoir et la dérive. C’est aussi une excellente raison de nommer quelqu’un qui connaît la privation de pouvoir au quotidien, quelqu’un qui démontre, aussi, qu’il a des valeurs et des attitudes dignes.

                        C’est également, et surtout, la bonne période, le bon régime (le moins pire) pour structurer les pouvoirs de telle manière qu’ils ne puissent dégénérer. Cumul interdits, limites temporelles, conditions financières, juridiques et morales, tout une batterie « technique » s’offre pour avancer vraiment, progresser, donner au pouvoir le sens que Rousseau y mettait comme condition pour cette République dont il créa le Contrat.


                      • Papypeinard (---.---.110.85) 9 mars 2007 20:37

                        Le pire ce n’est pas la possibilité de copier un passeport, c’est en fait de pouvoir effacer les données sur le passeport, imaginer un aéroport international où tous les passeports sont invalides, en terme financier une perte phénoménale. N’oublions pas que le terrorisme ce n’est pas seulement des bombes.


                        • Emmanuel (---.---.175.138) 9 mars 2007 22:34

                          Ce qui ferait vraiment reculer le gouvernement Britanique, c’est que ce hacker, construise un passeport + puce faux et qu’il passe les frontières. Le reste n’est pas un problème affectant directement l’état dans ses devoirs régaliens. Craquer la puce c’est gentil mais il est probablement plus facile de recuperer ces informations ailleurs. Qui n’a pas mis une de ses photos sur internet ?


                          • obiwan k. (---.---.209.45) 12 mars 2007 22:16

                            Oui. Il y quand même pas mal de c-ons qui mettent toute leur vie privée sur internet.

                            Leur date et lieu de naissance, cv, loisirs, adresse, photo, opinions. La photo du salon avec la télé, le chien. Leur bagnole. Tout y est, même leur mariage, leurs vacances .

                            Qu’on ait la trouille du crackage des passeports, soit. Mais ne faut pas abuser, quand même. Il n’y a rien de neuf. La fausse monnaie, ça existait déjà dans l’Antiquité.


                          • bourgpat (---.---.150.246) 10 mars 2007 10:39

                            un des points interessants à voir reeste la possibilité de propager des virus à partir du rfid.

                            Pour l’instant, cela reste limité par la quantitée d’information que peut contenir la puce. Mais cette quantitée va grandir dans l’avenir.

                            Sinon, des aujourd’hui pensez à la modification de l’ensemble des passeports des passages ayant la même destination. En ajoutant à ceux ci un morceau d’information diffèrent, celle ci pourrait alors se reformer entièrement dans l’ordinateur réalisant le traitement un peu comme les différentes parties d’un fichier torrent.

                            Vous me direz que les puces peuvent être en lecture seule. Mais on peut rajouter aussi une puce sur le passeport et au vue de la taille des dernière, cela sera inaperçus.

                            Pour quoi faire, modifier la base de donnée pour rajouter à l’intérieur une personne qui ne devrait pas y être comme une fausse identité ou détruire la base de donnée pour profiter de la pagaille pour faire entrer des fausse identités.


                            • Raph (---.---.35.133) 11 mars 2007 13:13

                              Je ne pense pas que les passeport soient accessibles en écriture. Par contre, le rfid meurt au micro-onde...

                              Concernant l’attaque proprement dite, je pense que la vitesse est limitée par le débit du rfid, mais que les prochaines puces auront un meilleur débit...

                              Enfin, plus le nombre de passeport cracké augmente, plus il y a des chances de retrouver une cohérence dans les numéros apparement aléatoire du passeport, donc plus les schémas sont connus, moins la bruteforce est longue.

                              Enfin, on pourra s’inquiéter (un peu plus) lorsqu’on nous forcera à intégrer des données biométriques dans ce même passeport (photo de visage et empreintes digitales numérisées).... un jour notre adn peut être.... au rythme ou notre « décadence » progresse....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès