Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Patrick Buisson : le stratège du « ni – ni »

Patrick Buisson : le stratège du « ni – ni »

Qui a eu la bonne idée de conseiller Nicolas Sarkozy sur la stratégie du "ni - ni", ni Front Républicain, ni Front National, laissant ainsi 115 cantons sans consigne de vote pour un second tour cantonal PS - FN ? Un homme discret, expert es sondages, ancien du journal d'extrême droite Minute et plus proche conseiller du chef de l'Etat : un certain Patrick Buisson, qui penserait "comme Le Pen, parfois pire que lui" selon les dire de notre premier Ministre François Fillon...

Le 1er tour des cantonales s’achève sur un avertissement pour l’UMP : à peine 16% des voix, soit deux petits points de plus que le FN. Le PS caracole en tête avec 25% des suffrages, et affrontera le FN au second tour dimanche prochain dans 115 cantons. 115 occasions pour la droite Républicaine de rendre la pareille au PS qui avait appelé à voter Chirac en 2002. Lors d’une Présidentielle, et non pas de Cantonales. Lundi 21 mars 2011, premier jour du printemps, la stratégie de l’Elysée tombe : ce sera le « ni-ni ». Traduisez : ni Front Républicain, ni FN. Un appel à voter à gauche n’étant « pas la réponse à apporter au front national » selon le Président de l’UMP Jean-François Copé.

Buisson : le facho qui murmurait à l’oreille de Sarko…

D’où vient cette bonne idée d’abstention républicaine ? Qui a bien pu conseiller notre Président sur ce coup-là ? On pense à Guéant, avec sa dernière sortie sur « les Français qui ne se sentent même plus chez eux ». Ou son prédécesseur à l’Intérieur, Hortefeux, qui en aurait tout autant été capable, foi d’auvergnat ! Devedjan, ancien du GUD, serait-il revenu dans les bons papiers présidentiels ? Non, rien à voir. Notre homme n’est pas médiatique. En tout cas pas pour l’affaire qui nous intéresse. Au mieux certains initiés ou passionnés de l’actualité politique se souviennent-ils de lui à propos d’une sombre affaire de sondages, facturés plusieurs millions d’Euro à l’Elysée sans appel d’offre préalable.

Vous chauffez ? Allez, un petit tour sur Google actu, avec les mots clés « sondage » et « Elysée », et son nom apparaît en tête de liste : Buisson, Patrick. Age : 62 ans. Profession officiel : conseiller ès enquêtes d'opinion du chef de l’Etat. Profession officieuse : conseiller très spécial de Nicolas Sarkozy sur son positionnement par rapport à l’électorat d’extrême droite. Philosophie politique : l’UMP (ou tout autre trigramme symbolisant la droite républicaine) doit englober en son sein le FN (ou tout autre abréviation symbolisant la droite extrême, anti démocratique, xénophobe et réactionnaire). Pour ceux qui ne connaissent pas le « bonhomme », nous lui avions consacré un tableau au vitriole en 2009, date du début de la polémique sur les sondages de l’Elysée.

Ancien Rédacteur en chef de Minute, hebdomadaire d’extrême droite qui affiche son soutien au Front National, puis de Valeurs Actuelles, Buisson refuse l’existence de plusieurs droite : « Le Pen, le RPR et le PR, c'est la droite. Souvent, c'est une feuille de papier à cigarettes qui sépare les électeurs des uns ou des autres », « les électeurs du FN étant pour l'essentiel d'anciens électeurs du RPR déçus par le recentrage et l'évolution pro-européenne de Chirac ». Sarkozy le remercie personnellement pour sa victoire en 2007, Buisson étant l’artisan de l’ombre d’une campagne empreinte de sécuritarisme et de repli identitaire.

Fillon fait front


Patrick Buisson n’a pourtant pas que des amis à l’UMP. A commencer par le premier d’entre eux, le Premier Ministre Fillon, premier à condamner Buisson et aujourd’hui sa stratégie du « ni-ni ». Plusieurs petites brèves de la « Marre aux canards » du 9 mars dernier citant François Fillon nous le confirment : « La ligne Buisson conduit au désastre. Il faut dire que le Président est conseillé par un type qui pense comme Le Pen et parfois pire que lui. Droitisier à outrance à deux effets : l’électorat du centre nous lâche, et notre socle populaire file vers le FN. Cette droitisation fait l’effet d’un passeport qui autoriserait à voter en faveur de Le Pen ». La stratégie du « Buisson ardent » de Sarkozy est magistralement résumée – et réfutée – par Fillon : en donnant comme consigne de vote le « ni – ni », le Président, effrayé par les récents sondages plaçant Marine Le Pen en tête du premier tour de la Présidentielle – décidemment, il y a toujours une histoire de sondage avec Buisson ! –, brosse l’électorat du FN dans le sens du poil. Et tente de dédramatiser le vote d’extrême droite. Mais tant que Marine ne jouera pas le jeu d’une alliance avec la droite, foncer le bleu de l’UMP n’aura pas d’autres conséquences qu’une désertification de l’électorat RPR-UDF vers des horizons bleu marine ou bleu clair.

Marine Le Pen à l’UMP : Oh oui !

Seule solution pour que l’orientation droite dure de l’UMP s’avère payante : blanchir définitivement Marine Le Pen, l’adouber républicaine pure souche et, pourquoi pas, la nommer sous secrétaire de je ne sais quoi. Pour faire passer la pilule, on fera un peu de pédagogie : non, Marine n’est pas Jean-Marie. Autre époque, autre mœurs. Elle est bien moins radicale, bien plus respectable…
Et, s’il n’est pas à l’ombre – la vraie, la tôle, pas celle des antichambres de l’Elysée – Buisson l’aura enfin, sa droite recomposée !

Retrouvez le meilleur et le pire de la vie politique sur www.animalpolitique.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • BA 22 mars 2011 08:43

    Au premier tour des élections cantonales de 2008, le FN avait recueilli 647 749 voix.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_cantonales_fran%C3%A7aises_de_2008

    Trois ans plus tard, au premier tour des élections cantonales de 2011, le FN a recueilli 1 379 933 voix.

    http://www.latribune.fr/actualites/politique/20110321trib000609570/cantonal es-le-vrai-score-du-front-national.html

    Autrement dit :

    En trois ans, le FN a gagné 732 184 voix.

    Les résultats fournis par le ministère de l’Intérieur ont permis à l’institut Viavoice de calculer que le FN a bénéficié, dans l’ensemble des circonscriptions où il disposait d’un candidat, de 19,2 % suffrages, soit deux points de plus que l’UMP.

    Selon le dernier décompte du ministère de l’Intérieur, le PS arrive en tête avec 2.284.912 voix soit 24,94 %, suivi de l’UMP (1.554.726 voix,16,97 %) et du FN (1.379.933 voix, 15,06 %).

    « En 2004, le FN faisait 12,1% au niveau national. Et 13,8% dans les seuls cantons où il était présent », souligne Bruno Jeanbart, directeur général adjoint de Viavoice interrogé par La Tribune.

    Et ce dernier de préciser que la performance du FN dans ces conditions est finalement tout à fait conforme celle que réalise Marine Le Pen dans les sondages où les Français ont été interrogés sur leurs intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle.

    http://www.latribune.fr/actualites/politique/20110321trib000609570/cantonal es-le-vrai-score-du-front-national.html


    • goc goc 22 mars 2011 12:23

      Selon le dernier décompte du ministère de l’Intérieur, le PS arrive en tête avec 2.284.912 voix soit 24,94 %, suivi de l’UMP (1.554.726 voix,16,97 %) et du FN (1.379.933 voix, 15,06 %).

      ce qui veut dire que ramené au nombre de cantons ou le FN est présent, il fait mieux que l’UMP ce qui confirme aussi les derniers sondages


    • Taverne Taverne 22 mars 2011 09:03

      Pourquoi Sarkozy appellerait-il à voter contre Le Pen qui est de droite comme lui ? Cela n’aurait pas de sens. De plus, ils partagent de nombreuses idées.


      • Cocasse cocasse 22 mars 2011 09:58

        Le Front National EST le Front républicain !


        • jako jako 22 mars 2011 10:19

          Je ne pense pas que les électeurs suivent quelques consignes que ce soit, c’est amusant cette habitude de donner des consignes.
          Merci de révéler ce type ( un de plus) bien dans l’ombre propice au moisi.
          La république naphtalique


          • goc goc 22 mars 2011 12:27

            A mon avis le plus intéressant sera de savoir si les électeurs « PS » iront jusqu’à respecter le pacte républicain, ou si au contraire, comme je le crois, ils vont s’amuser à voter FN, histoire de faire la nique à l’UMP

            car il ne faut pas oublier que ces cantonales n’ont aucun rapport avec une élection présidentielle.
            Déjà on a vu un phénomène similaire avec les élections européennes


            • LE CHAT LE CHAT 22 mars 2011 12:50

              Les électeurs PS vont ils voter pour ceux que dénigrent leurs dirigeants ?

              les électeurs UMP vont ils pouvoir voter pour ceux qui , sarkophobes hystériques, insultent Talonetto 1er  ?

              Et si les électeurs étaient des grandes personnes et en avaient marre que des personnes immorales leur fassent la leçon ???????


              • le journal de personne le journal de personne 22 mars 2011 16:27

                Les enfumées

                Êtes-vous pour ou contre qu’on vous prenne pour un con ?
                Le sondage, ce n’est pas une opinion qu’on fige, mais une escroquerie de haute voltige,
                qui se substitue à moi pour élire, compter et opiner…
                Je préfère encore me shooter à l’héro matin, midi et soir, avorter ce que je devrais enfanter,
                renoncer à ma féminité que d’avoir l’illusion de penser quelque chose que je n’aurais jamais pensé,
                de choisir quelqu’un que je n’aurais jamais choisi, de vivre une vie que je n’aurais jamais vécue…
                Je préfère encore y laisser ma peau plutôt que de répondre à la requête d’un collabo.
                Si le pouvoir avait le pouvoir... Il interdirait tout sondage d’opinion !

                http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/enfumees/


                • TOHT 22 mars 2011 16:34

                  On peut s’amuser comme on veut mais de base le FN est un parti d’essence Fasciste qui ne s’en est jamais caché. Le plupart de ses cadres ont été formé à cette dialectique ou bon gré mal gré on mélange du Jaurès apposé à du Mauras.
                  Que l’oligarchie règne en maitre au sein de ce parti n’est pas une surprise par contre qu’ils aient accepté une reine à l’image de l’Angleterre voici qui est étonnant.
                  Lorsque le quidam ouvrier verra l’impasse et la trahison à la Pétain il ne fera pas bon porter sur son bras la « flamme » bbr.


                  • Sachant Sachant 22 mars 2011 22:21

                    Il y avait peu de chance qu’un ancien de Minute conseille de tourner le dos au FN

                    En revanche, il conseille de passer pas son organisme de sondage
                    Quitte à bâcler les appels d’offres

                    Comme quoi le « tous pourris » ne s’applique qu’aux autres...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès