Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Patrick Mottard et les 400 adhérents du Parti socialiste

Patrick Mottard et les 400 adhérents du Parti socialiste

La déclaration de candidature de Patrick Mottard aux prochaines municipales niçoises a déclenché de nombreuses réactions surtout au sein du PS azuréen. De la surprise à l’indignation en passant par la colère ou le soulagement, les militants socialistes se trouvaient, malgré eux, devant un choix cornélien. La guerre des Patrick (Allemand et Mottard) s’est poursuivie. Patrick Allemand s’est réjoui de son investiture labellisée PS avec près de 400 voix lors des primaires où il fut le seul candidat. C’est au tour, aujourd’hui, de Patrick Mottard de se vanter de rassembler des socialistes autour de sa candidature dissidente. Plus de 400 d’entre eux ont finalement décidé de rejoindre la liste Mottard en intégrant le comité de soutien initié par Marion Narran et Lucien Fouques.

La page polémique de la primaire est tournée. Le Parti socialiste niçois doit, à présent, faire face au choix de 400 de ses militants et adhérents qui ont opté pour suivre la candidature de celui qui était le candidat PS lors du dernier scrutin municipal. Le comité de soutien de Patrick Mottard s’est donc copieusement rempli durant ces derniers jours sous l’impulsion de Marion Narran, jeune adhérente niçoise depuis 2006 et Lucien Fouques, adhérent niçois depuis plus de vingt ans. Le camp Mottardien se félicite de ses soutiens et espère que dans les semaines qui viennent seront aussi fructueuses quantitativement et qualitativement.

A l’image du national, le Parti socialiste niçois ne sait toujours pas encore à quel saint se vouer et nul des deux Patrick n’est plus saint Pierre que Judas. 400 raisons d’y croire un peu plus d’un côté, 400 raisons de se poser des questions de l’autre, la gauche niçoise, qui ne connaît pas encore l’identité de son adversaire UMP, se doit de s’en construire une, d’identité, à quelques mois de l’échéance locale qui sonnera comme une primaire à grande échelle.

Dans les autres partis, après la candidature surprise de Rudy Salles, aucun d’entre eux ne s’est réellement positionné mis à part le PC, les Verts et le MRC qui ont opté pour rejoindre le candidat PS, Patrick Allemand. Reste tout de même le MoDem, le PRG et les alternatifs qui ne se sont pas encore clairement exprimés sur ce sujet, désireux sans doute d’analyser l’avancée des deux candidatures susceptibles de voir leurs rangs grossir par leurs arrivées. Bref, les jeux sont loin d’être faits et selon les règles, les équipes de chaque camp essaieront de convaincre le plus grand nombre de l’utilité et la pertinence de voter pour un Patrick.

Mais lequel ? Les électeurs niçois ont quelques mois pour se décider. D’ici là, le clan Allemand et le clan Mottard tenteront de les convaincre. Le risque latent est de voir les électeurs de gauche se lasser d’assister à ces jeux politico-politiciens et de se sentir mis à l’écart avec des préoccuppations occultées par les différents candidats et c’est valable autant pour la gauche que pour la droite.


REACTIONS DES FONDATEURS DU COMITE DE SOUTIEN

Nice Premium donne la parole à deux militants "mottardiens" qui expliquent le pourquoi du comment de leur choix.

Marion Narran
jeune adhérente au PS depuis 2006

"La candidature de Patrick Mottard est audacieuse et, en contournant la logique d’appareil, évite les processus internes qui nuisent à notre victoire. Elle est constructive, surtout, car elle met à la disposition de tous les citoyens le programme et les ambitions du candidat pour sa ville dans une dynamique socialiste de rassemblement et de réconciliation. En 2001, Patrick Mottard a fait naître de réels espoirs pour ses habitants. Depuis, cet élan n’a pas cessé, Patrick Mottard et son équipe ont effectué un travail efficace et incontestable pour Nice."

Lucien Fouques
adhérent du PS depuis vingt ans, responsable de la section Nice-Centre

"Patrick Mottard a toujours milité au Parti socialiste et incarne l’opposition de gauche. Il a acquis une légitimité qui permettra la poursuite de la dynamique gagnante de 2001. Patrick Mottard, en conduisant la liste en 2001, a frôlé la victoire de moins de 3 700 voix. Depuis cette date, il conduit avec succès et brio le groupe d’opposition Nice Plurielle au conseil municipal, fédérant les forces de progrès niçoises. Son bilan est largement positif. Il sera le seul à pouvoir faire gagner la gauche en 2008."


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 4 octobre 2007 11:03

    Bah, Sarkozy va dénouer le dilemme du PS Niçois en débauchant l’un des deux ...


    • tvargentine.com lerma 4 octobre 2007 12:50

      Franchement ,on sent fout des problèmes de personnes,qui recherche la bonne plaque au frais du contribuable

      C’est le reliquat du PS et l’exemple type de l’autodestruction

      Adieu PS


      • hervé06 5 octobre 2007 00:14

        Patrick Mottard a une légitimité certaine à Nice que Patrick Allemand n’a pas... Et ce n’est pas parce que ce dernier participe en tant que vice-président de la région PACA à toutes ou presque les manifestations publiques (clic-clac je suis sur la photo du journal : vous voyez bien que j’existe, bon sang de bonsoir...)qu’il faut y voir là une légitimité certaine : seul le refus de Vauzelle de venir dans le 06 (où il semblerait éprouver une gène « urticante » à fréquenter les nombreux hérauts de Droite qui pullulent dans ce département) fait que Allemand s’y colle... mais il n’y tient guère de discours audibles et militants ; juste des brèves dans le canard local, qui ne peut le lui refuser vu son statut d’élu local. Qui s’est opposé au pouvoir en place, non sans réplique cinglante, sinon souvent plus, du Maire, , lors des conseils municipaux ? Mottard... Qui semble recueillir une certaine légitimité quand on discute dans la vie de tous les jours avec des niçois qui ne sont pas de droite, notamment au regard de son score très élevé des dernières municipales où la droite faillit perdre ? Mottard... Allemand, c’est le candidat de l’appareil... Ségolène aussi le fut, et pourtant, les 3 débats primaires étaient télévisés : elle y brilla bien moins que DSK, dès l’entame du premier... et tout ça pour faire 47% des votes, dans un pays où celui d’en face n’obtint que 43% des inscrits, ce qui démontrait que la majorité des français n’a pas souhaité s’engager pour lui... En plus, dans le cas fort probable d’une primaire d’envergure à droite à Nice en 2008, le créneau de la légitimité populaire et historique d’un candidat de gauche fort de l’appui unanime de son propre camp pouvait s’avérer déterminant pour une victoire historique (le dernier maire de gauche à Nice fut le père de michèle Cotta : c’est dire si ça date)... A croire qu’au PS la ’cagade’ est la plus forte... Allez Mr Mottard : les votants de l’autre soir rue Biscarra ne sont pas la majorité des Niçois qui abbhorent Sarko et son pote Estrosi ou Peyrat le sortant (toutefois mal aimé, semble-t-il...) et qui souhaitent se prononcer sur de l’authentique (sans être d’ailleurs adhérents du PS ; de toutes façons, ils ne sont pas si nombreux à Nice,les encartés PS, et surement pas la majorité des votants pour Mottard en 2001)... Ayez confiance !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès