Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Patrons voyous : elle a bon dos la crise !

Patrons voyous : elle a bon dos la crise !

Il est très délicat de définir un “patron voyou”. Pour beaucoup il s’agît d’un homme, moins souvent d’une femme, qui cherche d’abord et avant tout son enrichissement personnel. Aussi son but n’est pas de développer une activité, donc une production, donc des emplois. Son but est de développer son compte en banque. L’activité de l’entreprise devient alors un moyen au service de son enrichissement.

Avec cette vision finalement très restrictive de ce qu’est un voyou à la tête d’une organisation de travail, un nombre considérable de patrons délinquants perdure dans la délinquance sans aucune angoisse d’être rattrapé par la justice. Car le patron voyou finit toujours par plaider la bonne foi, des erreurs d’orientations stratégiques, des investissements risqués. Son avocat s’écriera alors haut et fort que l’erreur est humaine et qu’ainsi va la vie…

A gauche pour de vrai ! on préfère, et de loin, la vision froide et pragmatique des juges. Avec eux on s’en tient aux faits. Et les faits sont têtus, et les faits sont criants.

  1. Tenez, c’est comme ces suicides à répétition chez France Télécom. Si FT n’était pas une entreprise on croirait presque à une secte organisant la mort collective. Sauf que France Télécom n’est pas une secte, sauf que FT est une entreprise. Alors des syndicats, des salariés ont saisi les juges et les juges ont examiné les faits, d’abord les faits. En conséquence, le grand manitou, heu pardon on voulait dire le grand patron, au regard des faits, d’abord des faits, est mis en examen pour harcèlement moral ! Et oui Monsieur Lombard, le suicide n’est pas toujours la conséquence d’une personnalité trouble comme vous l’avez si souvent affirmé dans votre défense, qu’ainsi allait la vie en quelque sorte. Il peut être le fruit de lapression des forts sur les faibles afin d’obtenir des faibles plus qu’il ne peuvent raisonnablement donner. Au XXIe siècle c’est un délit Monsieur Lombard.
  2. Tenez, c’est comme chez Nielsen où l’on refuse de réintégrer dans les effectifs des salariés aptes au travail. Ou bien chez Toyota où il ne fait pas bon être malade puisque vous risquez d’être licencié durant votre arrêt de travail pour maladie. Sauf que les faits sont têtus. Sauf que les juges aiment bien les faits et uniquement les faits. Ainsi, chaque fois, les salariés qui ont eu le cran de se défendre ont vu leur droits reconnus !
  3. Tenez, c’est comme ces deux patrons qui ont racheté pour un Euro symbolique le site de production de Samsonite à Hénin-Beaumont. “On va y faire des panneaux photovoltaïques” qu’ils disaient. Sauf qu’aucun panneau n’est jamais sorti du site, même pas une petite cellule on vous dit. Sauf qu’entre temps ils ont perçu 5 millions d’aides du siège américain, sans compter les aides locales pour favoriser la revitalisation du bassin d’emploi. Sauf qu’entre temps ils sont partis avec les sous. Sauf qu’entre temps ils ont licencié 205 salariés. Et oui, que voulez vous braves gens, ainsi va la vie…on peut tous faire des erreurs stratégiques d’investissements. Tel était leur défense, une fois de plus. Sauf que pour les juges les faits, encore les faits, toujours les faits, ils sont têtus, mais alors hyper têtus. On ne peut pas ainsi bénéficier d’aides par millions et ne pas les injecter dans l’outil de production. C’est pas possible estiment les juges. Tellement pas possible que nos chefs de la magouille vont faire de la prison. Entre 1 et 2 ans. J’en connais qui, s’ils avaient dévalisé pour 5 millions d’Euros en auraient pris par dizaines des années de prison. Mais bon, de la prison ferme, c’est pas si mal après tout pour les deux délinquants économiques que sont Messieurs Goulletquet et Aurel.

Dès lors, si on s’en tient aux faits et uniquement aux faits, peut-on croire que l’arrivée d’un nouvel opérateur téléphonique génère chez SFR ou Bouygues une telle baisse d’activité que des départs volontaires, nouvelle appellation pudique du mot licenciement, par centaines vont être organisés ? Le doute semble permis !

Dès lors, si on s’en tient aux faits et uniquement aux faits, peut-on croire que FRAM serait l’une des rares entreprises de tourisme à ne pas bénéficier de l’essort d’un marché qui ne connaît que très peu la crise ? Le doute semble permis !

Dès lors, si on s’en tient aux faits et uniquement aux faits, peut-on croire que le poulet de chez Doux serait l’un des seuls à ne plus être apprécié du palais des consommateurs français ? Le doute semble permis !

Dès lors, si on s’en tient aux faits et uniquement aux faits, peut-on croire que la santé de nos très estimés concitoyens est si bonne ces derniers temps que les médocs produits et commercialisés par Sanofi ne peuvent plus s’écouler au point de virer, pardon d’organiser des départs volontaires par milliers ? Le doute semble permis !

Dès lors, si on s’en tient aux faits et uniquement aux faits, peut-on croire que la baisse des achats de voitures en France et en Europe coûte réellement 10 000 emplois à PSA alors que dans le même temps les ventes de Renault tiennent bon ? Le doute semble permis !

Dès lors, si on s’en tient aux faits et uniquement aux faits, peut-on croire que seule Air France ne profite pas de l’explosion du marché aérien mondial et demande à 5 000 de ses salariés d’avoir l’obligence de quitter les lieux volontairement et gentillement ? Le doute semble permis !

Pour en avoir le coeur net et lever les doutes une seule méthode : celle des faits, uniquement des faits. Car ils sont têtus les faits, ils sont criants. Et les garants des faits demeurent les juges. Alors A gauche pour de vrai ! on suggère une méthode certes osée mais techniquement fort simple à Arnaud Montebourg : déposer chaque fois des recours en justice, systématiquement, infailliblement. Car finalement le patron n’est pas voyou dans sa manière de penser mais à travers les actes qu’il commet. Nous verrons bien alors, grâce à l’examen des faits, si tous ces plans de restructuration sont si honnête qu’on nous le dit…

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 7 juillet 2012 11:22

    « Sauf que France Télécom n’est pas une secte, sauf que FT est une entreprise. »
    c’est une derive sectaire
    que fait la mivilude ?


    • alinea Alinea 7 juillet 2012 11:58

      Vous savez que Lombard ( ex P D G de France Telecom) passe en ce moment même au tribunal pour « harcèlement moral ».


      • spartacus spartacus 7 juillet 2012 12:23

        Quelle litanie de préjugés, de conneries et d’ignorance d’un patron !


        Un patron est une personne qui a pris des risques sur fond personnels et a mis en jeu bien souvent la totalité de ses bien personnels.
         Il ne dispose pas de la sécurité de l’emploi, ni d’assurances collectives obligatoires.
        Il est la personne la plus sociale de la société par les emplois qu’il donne, il permet aux salariés qu’il embauche de vivre dignement, d’emprunter, de se loger, de se nourrir, il en assume les responsabilités. Il ne reçoit rien en retour.
        Comme il est indépendant, il est jalousé pour sa liberté par ceux qui ont des comptes à rendre tous les jours à des petits chefs. 
        Il est obligé de faire le percepteur d’un état qui rechigne a prendre directement dans la poche et qui s’en sert d’intermédiaire pour servir de « bouc émissaire » de ses gabegies.
        Il est insulté et caricaturé en permanence par les « bobos » serviteurs de l’état comme l’auteur enfumé à l’idéologie criminelle communiste aux 100 millions de morts.


        Mais des salariés voyous qui créent le litige pour aller au casino prud’homme ?
        Mais des salariés voyous qui profitent de leur outil de travail pour des fins personnelles ?
        Mais des fonctionnaires « intouchables » profitant de leurs statuts ?

        Peut être tabou....

        • spartacus spartacus 7 juillet 2012 17:04

          Bonjour, 

          Alors le but unique du salarié serait de ne gagner que de l’argent au travail ?
          Heureusement, ce n’est ni la réalité d’un employeur, ni la réalité caricaturée d’un salarié. 

          Aujourd’hui avec les cessions que j’ai réalisé, je peux vivre sans travailler. Et j’entreprend toujours. 

          Le profit est une nécessité, donc forcément un but pour assurer la pérennité. Il permet une liberté financière, une liberté entreprenariale et une récompense de ses risques. 
          Le but dans 90% des cas n’est pas que financier. Il peut répondre a un défit de créer, de prendre des parts de marché, de créer une marque, une image, une entité, d’accéder à une liberté.

          Les salaires au « tric minimum » sont en général des emplois moins qualifiés dans des domaines de forte concurrence. La masse salariale représente en général un poids important dans la valeur ajoutée.

          Une personne qualifiée, indispensable ou compétente, n’est pas mal payée...Il faut sortir de Zola. 

          Vous pouvez mettre la totalité de ce que vous possédez sur la table avec les risques inhérents ?
          Les patrons méritent le respect, dans cette société dominée par les obligés de l’état ils n’ont que mépris et jalousie.

        • alinea Alinea 7 juillet 2012 17:53

          On dénonce toujours ce qui va pas Spartacus, et c’est bien normal ; certes il y a des patrons qui prennent des risques, qui bossent comme des fous mais il y en a tant d’autres qui en plaçant leur argent dans une entreprise ne cherche qu’ à faire fructifier leur mise ! Ils ne connaissent rien de rien à ce que leur entreprise fabrique, ils comptent sur leur ou leurs ingénieurs et sur le savoir faire de leurs ouvriers ; comme ils veulent rentabiliser le plus vite possible, ils pressurent, ils pressurent leur personnel !
          Enfin, ne dites pas que ça n’existe pas !
          c’est complétement fou cette idée d’avoir pu « vendre son entreprise » à un connard qui a juste pour lui d’avoir du fric, aucune morale et pas froid aux yeux !
          Quel système !


        • Scuba 7 juillet 2012 22:55

          Un patron est une personne qui a pris des risques sur fond personnels et a mis en jeu bien souvent la totalité de ses bien personnels.

          Lombard, il a pris des risques personnels dans FT ????

          Quelle blague !!!!!


        • Scuba 7 juillet 2012 23:04
          Mais des salariés voyous qui profitent de leur outil de travail pour des fins personnelles ?
          Mais des fonctionnaires « intouchables » profitant de leurs statuts ?

          s’ils étaient mieux traité par leur patron, ils feraient moins d’abus. C’est mon expérience dans le vrai monde de l’entreprise : les employés traités correctement ne "profitent’ pas de leurs status, ils n’utilisent pas leurs outils de travails pour des fins personnelles. Les abus sont une réaction envers la manière dont les patrons les traitent !!!

        • titi 11 juillet 2012 17:28

          « s’ils étaient mieux traité par leur patron, ils feraient moins d’abus »

          Moi c’est pareil...

          Je me sens maltraité par l’administration fiscale... alors j’abuse...

          C’est normal.


        • ACR26 ACR26 7 juillet 2012 20:13

          Il ne faut pas confondre un patron, un vrai patron qui porte son entreprise à bout de bras, et ces PDG qui ne sont que des salariés en or. Ces PDG n’ont jamais rien créé, n’ont jamais mis en gage leur biens personnels et ne sont jamais inquiétés pour leurs insuffisances. C’est bien pour cela qu’il faut distinguer « patron » de « PDG » !

          « ...il permet aux salariés qu’il embauche de vivre dignement, d’emprunter, de se loger, de se nourrir, il en assume les responsabilités. Il ne reçoit rien en retour... »
          Ah bon il ne reçoit rien en retour ? En êtes vous bien sûr ? Un général sans armée n’est rien !!

          L’ingénieur en chef du viaduc de Millau (extraordinaire réalisation) serait toujours les bras croisé à admirer la vallée et imaginer son viaduc s’il n’avait pas eu des ouvriers pour creuser les fondations des piliers !

          Beaucoup de patrons n’hésitent pas a donner des primes ou quelques avantages afin de récompenser et fidéliser leurs employés. Cela ma parait normal.

          Certains patrons tel ce jeune héritier qui m’a dit une fois « je paye mes employés au smic et si le smic était plus bas je leur donnerai encore moins et si la loi le permettait je les ferai bosser 2 fois plus pour le même salaire, c’est moi le patron il est normal que la maximum d’argent soit pour moi ! ». Cette mentalité est a vomir. Il apparait que beaucoup de ses employés sont partis ailleurs y compris ses 2 ingénieurs qui faisaient tourner l’entreprise. Depuis l’entreprise est en baisse constante... A méditer ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès