Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pays arabes : la démocratie ou l’islam ?

Pays arabes : la démocratie ou l’islam ?

De nombreux européens pensent que les deux termes sont antinomiques. L’islam serait totalement indigeste pour la démocratie. A l’appui : la dimension trop politique de l’islam, perçue comme omniprésente même en dehors des républiques théocratiques comme l’Iran ; la mise en place de la loi religieuse en remplacement des lois laïques ; la place de la femme dans certaines sociétés musulmanes ; l’affirmation que l’islam est la seule vraie religion actuelle et sa prétention à détenir la vérité unique et ultime.

Ce dernier point conduirait les musulmans à refuser la relativité intellectuelle qui prévaut en démocratie. Cette relativité laisse place aux différences d’opinions, aux analyses contradictoire de la société, au libre choix de sa vie et de ses croyances. La démocratie ne peut être une religion. Elle est l’organisation de la cité. D’où l’importance de cette relativité intellectuelle qui permet la différence au sein d’un même ensemble d’humains.

La démocratie place les religions non plus dans la sphère du pouvoir politique mais dans le domaine des itinéraires personnels. C’est la meilleure place pour la croyance. Associée au pouvoir la religion se trouve inévitablement arbitre dans les tensions antagonistes de la société. En son nom on prend parti, lui faisant perdre son caractère d’universalité.

Le cerveau humain est fait et éduqué en vue de gérer les antagonismes en choisissant un aspect contre un autre. Par exemple : faut-il punir plus sévèrement les criminel pour les dissuader de recommencer, ou faut-il comprendre leurs actes pour les soigner d’un mal qui les a conduits à être criminels ? La gauche va dans le seconde direction, la droite dans la première. Impossible d’associer de manière égale les deux démarches tant le clivage est entretenu.

La religion donnera une seule réponse, morale. La loi laïque accepte la morale du bien et du mal, mais la circonstancie. Elle peut à la fois comprendre, soigner et sanctionner. La loi morale ne fait que sanctionner. C’est du moins la tendance que je retiens, même si la présentation que je fais est quelque peu schématique. C’est d’ailleurs parce que le système dominant de sanction morale ne fonctionnait pas correctement que les humains ont développé la psychologie, qui offre plus de moyens de comprendre et de soigner là où la sanction n’a pas sa place.
démocratie.jpg
Au niveau personnel, avec suffisamment de répression mentale, le système de sanction peut marcher. Au niveau politique il est plus problématique de vouloir réprimer indéfiniment une partie de la société. La résignation ou la peur cèdent un jour le pas à la révolte.

La religion sera amenée tôt ou tard à se séparer du pouvoir. Soit la démocratie l’en chassera, soit elle le fait d’elle-même. En Europe il a fallu souvent l’en chasser. Mais l’on ne peut modifier d’un coup des ancrages collectifs qui durent depuis des siècles. Ainsi la démocratie-chrétienne a été très présente politiquement pendant des décennies, comme un lien entre un système et un autre.

Aujourd’hui la démocratie-chrétienne a perdu de l’influence politique mais les valeurs transmises par le christianisme restent présentes dans les lois. Par exemple, la responsabilité individuelle au civil comme au pénal, est déjà prônée par Jésus à plusieurs reprises - entre autre dans cette phrase qui condamnait la lapidation : « Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ».

Quel est le lien avec les pays arabes ? Et bien il n’est pas exclu que les nouvelles démocraties à venir soient fortement teintées d’islam politique. Les Frères musulmans sont en embuscade. Mais pour autant iront-ils vers des républiques islamiques de type iranien ? Cette question revient régulièrement dans les conversations dès que l’on parle de l’évolution du monde.

Et bien écoutons la parole arabe : les révolutions actuelles se font au nom de la liberté, pas au nom de l’islam. C’est la liberté, la misère, la fin de l’oppression qui fédèrent les insurgés. C’est cette référence qui se met en place. C’est elle qui sera rappelée, en cas de besoin, aux gouvernants à venir.

Debat.pngIl y aura peut-être des situations à la turque, avec des alternances au sein d’un système démocratique. Cela durera quelques décennies, puis les mentalités évolueront et la démocratie restera. Des étudiants arabes se plongent dans l’Histoire et l’évolution des démocraties européennes. Ils peuvent en tirer des enseignements utiles pour eux.

Ce que je retiens est cette immense aspiration à la liberté dans les pays qui se libèrent aujourd’hui. Et il est possible, peut-être probable, que c’est l’islam qui devra s’adapter à l’évolution des besoins et des mentalités. Si ce n’était pas le cas, cette religion pourrait subir, à terme, un rejet brutal.

De toutes façon, en douceur ou par la force, les religions sont condamnées à perdre de l’influence. D’une part parce qu’elle n’ont pas de réponse à la complexité grandissante du monde et de l’esprit humain. D’autre part parce que la période actuelle montre que l’aspiration à la liberté est au-dessus des croyances, et que trop souvent la croyance contraint sans ménagements la liberté de penser. Troisièmement parce que la multiplication des connaissances replace peu à peu la religion comme un objet parmi d’autres et lui fait perdre son caractère d’objet supérieur ou dominant.

Je me demande toujours pourquoi l'image d'un dieu est si violente, dominatrice, oppressante dasns les religions monothéistes. Pourquoi Dieu fait-il la guerre aux humains ? Je pense qu'une étude plus sociologique, un regard sur la religion en tant qu'objet, déserre l'éteau mental des religions.

Du moment où la religion devient un objet d’étude sociologique et non plus une vérité absolue, et dans la mesure où la croyance est affaire personnelle alors que l’organisation de la cité est l’affaire de tous, sa place change et diminue.


Moyenne des avis sur cet article :  3.31/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • njama njama 8 mars 2011 11:55

    Vous n’ignorez tout de même pas qu’il existe des républiques dans « le monde musulman » !
    Dans le monde musulman, le pouvoir a toujours été de nature civile.
    Qu’elles soient imparfaites, les musulmans eux-mêmes seraient les premiers disposés à l’admettre. Celles qu’a connues « l’Occident » sont-elles, ou ont-elles été à ce point si parfaites pour leur donner le diapason ?


    • hommelibre hommelibre 8 mars 2011 12:29

      Je n’ai pas écrit que les occidentaux doivent donner le diapason. Au contraire je pars d’un questionnement fréquent en occident pour arriver à dire : écoutons la parole arabe.

      Non, nos régimes démocratiques ne sont pas parfaits. Mais il y a des valeurs communes aux démocraties, si l’on souhaite que les citoyens soient libres dans leur conscience. C’est par exemple la séparation de l’Etat et de la religion. Il y a encore du chemin à faire chez nous. le mélange des deux existe encore, par exemple aux USA. Dans les pays musulmans aussi.


      • njama njama 8 mars 2011 16:43

        Les USA ne sont pas pour moi une démocratie, parce que par nature, c’est un État Fédéral, donc une Instance supra-nationale qui fédère 50 États assez éloignée de l’expression d’une volonté populaire.
        Si on prend le cas de la France, ce qu’énonce la Constitution ne peut être contraire à ce qui la fonde, à savoir, la déclaration des droits de l’homme censée établir comme vous dites des citoyens égaux en droits et libres dans leur conscience. En pratique un certain nombre de lois viennent restreindre, souvent avec raison, ces grands principes qui ne pourvoient pas à tous les cas de figures. D’où le rôle législatif du Parlement ...
        Dans le monde musulman, ce socle très basique est le texte du Coran, dont une petite partie, à peine un quart, a une portée législative. Très vite se sont donc constituées dans l’histoire du monde musulman des corpus législatifs qui faisaient jurisprudence pour répondre aux situations sur lesquelles le Coran ne pipait pas un mot. Depuis ces temps prophétiques, 4 écoles juridiques ont vu le jour, comme quoi, le monde musulman n’est pas aussi monolithique que certains voudraient le faire accroire.
        Pareillement en Occident, notre droit s’inspire du droit romain et de droits coutumiers, et diffère sur nombre de points du droit anglo-saxon, ... etc.
        Rien n’est parfait.

        Ce ne sont pas les oulémas qui gouvernent, ils n’ont jamais gouverné nulle part.
        La plupart des pays musulmans ont, outre un Président et un gouvernement, des régimes parlementaires qui tendent à respecter un équilibre entre les pouvoirs, même en Iran.
        Chaque pays a un grand mufti, dont la fonction est civile, et n’est pas d’être une autorité religieuse, mais celle de vérifier que les lois adoptées ne sont pas en contradiction avec les préceptes éthiques du Coran.
        Par analogie avec notre latitude hexagonale, le Conseil d’État a pouvoir de vérifier la Constitutionnalité des lois adoptées par l’Assemblée nationale et le Sénat.

        Reste la question que vous posez, à savoir si les pays musulmans ont des valeurs communes susceptibles d’être compatibles avec la démocratie, et si le Coran est porteur de ces valeurs donc !
        Je vais vous répondre que OUI, le Coran les contient intrinsèquement bien qu’elles n’aient jamais jusqu’à récemment (1980) été « répertoriées » comme dans une Charte semblable à celle de la déclaration des droits de l’homme.

        Maintenant, pareillement qu’avec les beaux principes de la déclaration universelle des droits de l’homme, ils ne sont pas toujours respectés partout et en tous lieux.

        Déclaration islamique universelle des droits de l’homme
        La présente Déclaration des droits de l’Homme est le second document fondamental publié par le Conseil islamique pour marquer le commencement du XVe siècle de l’ère islamique, le premier étant la Déclaration islamique universelle annoncée lors de la Conférence internationale sur le Prophète Mahomet (que Dieu le bénisse et le garde en paix) et son Message, organisée à Londres du 12 au 15 avril 1980.

        La Déclaration islamique universelle des droits de l’Homme est basée sur le Coran et la Sunnah et a été élaborée par d’éminents érudits et juristes musulmans et des représentants de mouvements et courants de pensée islamiques. Que Dieu les récompense de leurs efforts et les guide sur le droit chemin.
        (lire la suite sur le lien)

        .


      • jullien 8 mars 2011 17:02

        Les USA ne sont pas pour moi une démocratie, parce que par nature, c’est un État Fédéral, donc une Instance supra-nationale qui fédère 50 États assez éloignée de l’expression d’une volonté populaire.

        Euh... Faut-il en déduire que selon Njama la République fédérale d’Allemagne, l’Australie, le Brésil, le Mexique... ne sont ni des Etats-nations ni des démocraties ?

        Dans le monde musulman, ce socle très basique est le texte du Coran, dont une petite partie, à peine un quart, a une portée législative.

        Ce qui est beaucoup comparé à la Bible.

        Très vite se sont donc constituées dans l’histoire du monde musulman des corpus législatifs qui faisaient jurisprudence pour répondre aux situations sur lesquelles le Coran ne pipait pas un mot. Depuis ces temps prophétiques, 4 écoles juridiques ont vu le jour, comme quoi, le monde musulman n’est pas aussi monolithique que certains voudraient le faire accroire.
        Pareillement en Occident, notre droit s’inspire du droit romain et de droits coutumiers, et diffère sur nombre de points du droit anglo-saxon, ... etc.
        Rien n’est parfait.

        Ce ne sont pas les oulémas qui gouvernent, ils n’ont jamais gouverné nulle part.
        La plupart des pays musulmans ont, outre un Président et un gouvernement, des régimes parlementaires qui tendent à respecter un équilibre entre les pouvoirs, même en Iran.
        Chaque pays a un grand mufti, dont la fonction est civile, et n’est pas d’être une autorité religieuse, mais celle de vérifier que les lois adoptées ne sont pas en contradiction avec les préceptes éthiques du Coran.

        Merci de nous décrire la version musulmane du césaro-papisme.
        Par analogie avec notre latitude hexagonale, le Conseil d’État a pouvoir de vérifier la Constitutionnalité des lois adoptées par l’Assemblée nationale et le Sénat.

        Grossière erreur : ce rôle est dévolu au Conseil constitutionnel. Le Conseil d’État contrôle la constitutionnalité des décrets et des autres règlements mais c’est au titre de son rôle de gardien de la légalité des actions de l’administration.

        Reste la question que vous posez, à savoir si les pays musulmans ont des valeurs communes susceptibles d’être compatibles avec la démocratie, et si le Coran est porteur de ces valeurs. Je vais vous répondre que OUI, le Coran les contient intrinsèquement bien qu’elles n’aient jamais jusqu’à récemment (1980) été « répertoriées » comme dans une Charte semblable à celle de la déclaration des droits de l’homme.

        Très intéressant : il existe déjà (depuis 1948) une déclaration universelle des droits de l’Homme. Que des États aient ressenti le besoin d’adopter une déclaration islamique des droits de l’Homme est révélateur de la volonté de ceux-ci de se poser comme différent du reste de l’humanité.


      • njama njama 8 mars 2011 17:27

        Désolé Jullien, je rectifie

        les USA ne sont pas pour moi « l’expression idéale » pour parler de démocratie (idem pour l’Europe). Pour les autres cas que vous citez, République fédérale d’Allemagne, l’Australie, le Brésil, le Mexique ... vous confondez Régions et États.

        « Ce qui est beaucoup comparé à la Bible. »
        C’est peu par rapport au Talmud, et beaucoup par rapport aux Évangiles, mais la prédication de Mahomet s’étale sur une vingtaine d’années, celle de Jésus sur 3 ans à peine.

        « Grossière erreur : ce rôle est dévolu au Conseil constitutionnel. »
        Merci de m’avoir rectifié.

        « Très intéressant : il existe déjà (depuis 1948) une déclaration universelle des droits de l’Homme. »
        Elle n’est universelle que depuis 1948, mais elle existait dès 1789.
        Laissez leur le temps ... et ne leur fallait-il pas faire la démonstration qu’à peu de choses près, ces mêmes valeurs étaient déjà les leurs.
        Encore un peu, s’ils avaient pris celle de 1948, vous les auriez accusés de plagiat smiley 


      • jullien 9 mars 2011 00:53

        Pour les autres cas que vous citez, République fédérale d’Allemagne, l’Australie, le Brésil, le Mexique ... vous confondez Régions et États.

        Njama ne sait pas manifestement pas ce qu’est un État fédéral. Et il voudrait qu’on le prenne au sérieux quand il parle des institutions politiques ?


      • Flavia Flavia 8 mars 2011 16:22

        Pour avoir une idée Démocratie ou Islam ? Il suffit de regarder les reportages, et à chaque fois les personnes faisant la révolution crient en coeur « allah akbar » cela peu donner un idée de la prochaine orientation de ces pays. Ce que je ne leur souhaite pas !!!


        • daipivo 8 mars 2011 18:04

          J’ai l’impression que vous liez « allah akbar » avec islamisme terroriste

          Voila, une fois de plus, un exemple de ce que les médias et/ou les séries et films américains peuvent mettre comme conneries dans la tête des gens...

          Allah akbar signifie : Dieu est le plus grand.

          Copier/coller de wikipédia : (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Allah_akbar)

          Cette phrase est employée par les musulmans arabophones dans de nombreuses circonstances : notamment lors des batailles de conquête du Monde occidental, afin de motiver les troupes islamiques sur les innombrables champs de batailles foulés par les Sarrasins.

          —> d’où ce que vous entendez à la télé ou dans les films occidentaux.

          Cette expression est proclamée également en bien d’autres situations,comme expression de joie et de louange ou par exemple pour souligner les « miracles » de la nature ou la grandeur de Dieu dans les bienfaits tirés de la nature et la soumission de tous les hommes aux lois naturelles ( la mort).


        • njama njama 8 mars 2011 20:18

          "Cette expression est proclamée également en bien d’autres situations,comme expression de joie et de louange ..."

          Bien dit daipivo !
          Je suis français de souche, mais j’ai voyagé au Maghreb et au Machrek et j’ai pris goût à cette culture millénaire. Ce qui n’ôte rien aux qualités de notre culture que j’apprécie aussi.
          Rien n’est parfait, ici ou là, c’est évident, mais sachons apprécier les belles choses. Il y a de très belles âmes ici et là ... le monde changera en bien par des hommes de bonnes volontés, pas par des gens qui passent leur temps à dénigrer, ou pire, à calomnier.
          Juste un petit effort spirituel (djîhad intérieur je traduis pour le lecteur néophyte), un zeste d’humanisme sur tout ça ... je pense qu’il n’en faut pas beaucoup plus pour que nos cultures se rencontrent et s’apprécient.


        • Alliance Rebelle citoyen du sud 8 mars 2011 16:27

          d’abord faudrait expliquer en quoi la religion pourrais être contraire a la démocratie et qu’est ce que la démocratie ... la démocratie c’est la liberté de choisir les gouvernant et de leurs demander des comptes , ce qui repose sur le fait que la souveraineté appartient au peuple

          a partir de cette définition , l’islam sunnite n’est pas contraire a la démocratie , ne pas confondre avec le chiisme qui repose sur un clergé , dans le sunnisme y’as pas de clergé , et aucun homme qu’elle que soit sa position social ou politique ne peut se prévaloir d’une quelconque sacralité , quiconque prétendrais le contraire serais un hérétique selon l’islam sunnite ... le pouvoir est électif ( en islam sunnite ) , auncun pouvoir hereditaire ne peut se prévaloir d’une quelquonque légitimité , le contraire la encore releve de l’heresie , sauf dans le chiisme qui stipule que seul les descendant d’Ali , gendre du prophete ont la légitimité a diriger les croyants ( ahl el bayte ) ( et rappel : le prophète Mohamed n’as jamais eu de fils et donc n’as pas de descendant , ceux qui se décrivent comme tel sont au mieux les descendants de son gendre ALI IBN ABOUTALIB ) ... ce qui stipule de fait et de droit que toutes les monarchies arabe sunnite sont illégitime 
          pour le reste , concernant les sanctions , cela relève du droit pénal et du droit civil qui n’ont rien a voir avec la démocratie ... sinon l’Amérique qui pratique la peine de mort est un système barbare
          et pour ce qui est de l’évolution des sociétés arabes , quand on s’est qu’en France que tous les jours une femme meurt de violence conjugale ... a chaque sociétés sa délinquance , qui ne peut en aucun cas être considéré comme propre a tel ou tel valeurs civilisationelles qu’elles soit laïcs ou déiste ( déiste = islamique juif chrétienne ou hindouiste/boudhistes ) a moins de verser dans une pseudo-supériorité des races ...
          une meilleure connaissance des sociétés arabe et de l’islam serait nécessaire pour ne pas se mettre a débattre en se basant sur des préjugés a l’opposé de la réalité

          • njama njama 8 mars 2011 16:47

            "une meilleure connaissance des sociétés arabe et de l’islam serait nécessaire pour ne pas se mettre a débattre en se basant sur des préjugés a l’opposé de la réalité"

            100 % d’accord citoyen du sud !


          • OMAR 8 mars 2011 19:29

            Omar 33

            Bonjour Hommelibre :« c’est l’islam qui devra s’adapter à l’évolution des besoins et des mentalités..

            Donc, pour vous, l’Islam, c’est comme le logiciel windows, à chaque évolution technomogique, il faut créer une version....

            C’est aux uléma, exégètes, scientifiques et chercheurs de bien assimiler le Coran et la Sunna, puis de’interpréter honnetement, completement et simplement les textes sacrés.

            L’Islam ne s’oppose en aucun cas à la modernité, à la démocratie et à la justice.
            C’est son interprétation decontextualisée et dirigée qui le rend si »indigeste" pour l’Occident, ce même Occident qui se complaisait de cette religion quand il occupait la majorité des pays musulmans.

            Cependant, les peuples musulmans ont besoin actuellement de liberté, car longtemps opprimés et méprisés par leurs propres gouvernants.

            Et quand la véritable éducation et la formation seront lancées, toutes ces notions de démocratie, paix, fraternité, amitié, etc.. s’épanouiront le plus normalement du monde, sans aucune interférence religieuse.. 

            Donc, aprés avoir écouter la parole arabe (sic), il faut l’aider à se concrétiser... 


            • njama njama 8 mars 2011 20:34

              @ hommelibre

              Votre article a le mérite de poser des questions. Mais au lieu de la poser comme une alternative « Pays arabes : la démocratie OU l’islam ? » présupposant que l’un et l’autre ne serait pas compatible, qu’il faudrait choisir entre l’un ou l’autre, que l’assemblage serait hautement improbable, voire impossible ... la question de « l’islam ET démocratie » me semblait moins fermée, car cette question est débattue dans ces pays arabes.

              Je vous invite à écouter cette conférence Nadia Yassine pour vous en rendre compte Islam et Démocratie


              • hommelibre hommelibre 8 mars 2011 23:37

                Oui, je comprends votre remarque et votre première réaction. je vais prendre connaissance des liens. merci.


              • ELCHETORIX 8 mars 2011 20:42

                parlons-en de la démocratie comme en Zunie et les néo-cons sionistes et les évangélistes pro Bush et consorts !

                Quant à l’ISLAM et la démocratie , ces deux concepts de société sont en équilibre presque parfait en IRAN , chez les PERSES.
                RA .


                • Vent d'est Vent d’est 9 mars 2011 11:26

                  « Quant à l’ISLAM et la démocratie , ces deux concepts de société sont en équilibre presque parfait en IRAN , chez les PERSES. »

                  Puisque l’Iran est un état si démocratique que ça (enfin mise à part qu’ils pendent les homo sexuels, tirent sur la foule quand elle manifeste, et lapident les femme au nom d’un ami imaginaire dénommé allah...) pourquoi ne va tu pas vivre là bas ?


                • ELCHETORIX 9 mars 2011 11:41

                  Bonne idée , mais je préfère les Caraïbes , dont Cuba  : si songe de plus en plus surtout si en 2012, le mondialiste sioniste devient « président » de cette République devenue Bananière .
                  Mais la Perse m’interpelle tout aussi bien , en attendant ici en l’Hexagone je reste pour entrer en résistance face aux pourris de l’UMPSEECEet Modem !
                  Que se vayan todos !
                  RA .


                • Lorelei trinity 8 mars 2011 21:49

                  L’islam dans sa forme et interprétation actuelle est un totalitarisme, un absolutisme, le nier comme le fait la gauche qui je le remarque derive encore plus que la droite, surtout quand je regarde sa conception de la liberté d’expression..


                  Les pays dit musulmans doivent pour commence ne plus se nommer pays musulmans et quand ça arrivera on aura fait un pas vers la liberté de culte et diversité.

                    • franc 9 mars 2011 17:25

                      Au Liban il y a en ce moment de grandes manifestations pour réclamer la fin du système confesssionaliste et établir un Etat laïc -------------------------------------peut-être un espoir pour qu’enfin émerge une vraie laïcité et une vraie démocratie dans un pays culturellement musulmane ----------------------mais le Liban n’est pas un pays à caractère arabe tout comme l’Irak et la Syrie et la Turquie et possède un fond d’esprit chrétien ,c’est pourquoi si un pays de culture musulmane devait adopter le statut d’un Etat laïc ce serait peut-être le Liban 


                      Il faut faire une différence entre la Tunisie et l’Egypte d’un côté dont la révolte est portée surtout par des mots d’ordre de liberté et de justice ,et la Lybie où il semble que les insurgés soient dirigés par des islamistes 


                      • njama njama 9 mars 2011 23:54

                        La Turquie est laïque depuis 1923 ...
                        Les chrétiens de Palestine, du Liban, de Syrie, d’Égypte se considèrent comme « arabes » ...


                      • franc 10 mars 2011 15:35

                        La Turquie est laïque par la dictature militaire imposée d’en haut par Moustafa Kemal et non émanant du peuple,c’est un pays laïque artificiel ,et dès que les militaires ont été écartés du pouvoir les élections ont mis le parti islamiste au pouvoir ,les partis laîques sont minoritaires du moins pour le moment

                        les chrétiens de Palestine ,du Liban de Syrie se considèrent comme « arabe » (entre guillemet) mais ne sont pas ethniquement ou racialement arabe --------------------------c’est l’impérialisme arabe par l’intermédiaire de la religion islamique en se basant sur le Coran dont la langue est écrite en arabe et considérée comme la langue d’Allah ,la langue divine ,et par là a imposé cette langue en même temps que cette religion aux pays conquis .Les gens qui sont de religion minoritaires et qui doivent parler arabes se considèrent du même coup « arabe » pour ne pas être discriminés voire persécutés

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès