Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > PEILLON ! C’est du travail bâclé !

PEILLON ! C’est du travail bâclé !

JPEG

Le rythme accéléré d'une réforme....

C'est vraiment dommage qu'un aménagement des rythmes de l'enfant demandé par beaucoup de professionnels, de chrono biologistes, de parents et même d'enseignants ait eu comme réponse un projet mal ficelé imposé à tous.

Aujourd'hui ce sont les élus à leur tour qui expriment leurs inquiétudes, voici la question posée par un sénateur du groupe CRC (Communistes, Républicains et Citoyens) :

 

« Question d’actualité 24 janvier 2013

Rythmes scolaires-Gérard Le Cam

 

Monsieur le président,

Monsieur le ministre,

Mes chers collègues,

 

La réforme des rythmes scolaires fait lobjet doppositions massives : grève des enseignants du primaire, rejet des instances consultatives et opposition de nombreux maires.

Les rythmes peuvent être un élément permettant la réussite des élèves, mais seuls, ils ne peuvent lutter contre léchec scolaire.

La réforme, telle quelle est prévue ne fera que déstabiliser lécole : elle manque de clarté sur ses visées et ses modalités dapplication. Quant aux délais de mise en œuvre par les communes le mois supplémentaire accordé hier ne change rien : ils sont trop courts.

Ce débat a perdu de vue sa visée éducative pour se trouver arbitré et enfermé à laune des capacités financières des communes qui ont la charge de sa mise en œuvre.

Le rôle du scolaire et du péri-scolaire nest pas précisé. Des activités pédagogiques pourront être mises en place, mais le gouvernement ne dit pas au service de quel projet éducatif. Sa faible durée, 30 à 45 mn, en réduit la portée et pose la question du personnel encadrant. Et ce nest certainement pas en assouplissant les normes dencadrements, piste actuellement privilégiée, quun projet de qualité pourra être porté. Au contraire, cela nuit à la sécurité des enfants.

Sans périmètre précis, cette réforme va aggraver les inégalités territoriales face au service public de léducation nationale, que la droite a amplifié depuis 10 ans.

Car si le coût de la réforme nest pas précisément évalué, on sait quil sera trop important pour que les communes les plus pauvres puissent y faire face.

Comment pourront-elles prendre en charge ces nouvelles activités pédagogiques périscolaires ? Comment pourront-elles faire face à laugmentation de la demande de transport scolaire, de cantine et de centre de loisirs découlant de la scolarité du mercredi matin ?

Vous répondez, Monsieur le ministre, par une dotation exceptionnelle de 250 millions deuros dont le montant, largement insuffisant, sert davantage de moyen de pression pour une mise en œuvre rapide que de compensation des coûts. Cette aide nest dailleurs attribuée quaux seules communes mettant en œuvre la réforme dès 2013, comme si laugmentation des dépenses étaient liées à la seule mise en place de la réforme et nétaient pas pérennes.

Il ny a aucune urgence et il faut prendre le temps de faire une réforme au service de la réussite de tous les élèves, sur tout le territoire. Cest pourquoi je vous demande Monsieur le ministre : allez vous enfin réaffirmer le rôle de lÉtat dans léducation nationale en accordant une compensation financière de la totalité des coûts aux communes  ? »

 

Ce sont là des questions pertinentes que pose ce parlementaire. Il exprime l'inquiétude de nombreux élus : l'aménagement des temps et l'application du décret aujourd'hui paru n'a pas que des incidences comptables, certes, mais il en a beaucoup.

Dans de nombreuses localités, les élus, proches du terrain - oui, cela existe - vont refuser de plaquer une traduction du décret. Ils vont débattre avec les parents, avec les enseignants et avec les animateurs pour construire avec eux un projet d'aménagement où soient conjugués l'intérêt de l'enfant et l'attente du public.

L’inquiétude des enseignants est légitime et je tiens à rapporter le propos d'une institutrice que j'ai rencontrée samedi :

« J'espère que les élus nous écouteront, nous sommes pour raccourcir la journée de classe mais nous demandons que cela s'effectue dans la concertation et que l'on donne du temps au temps pour obtenir l'accord de tous »....

Si effectivement beaucoup demandent à juste titre un moratoire de la réforme et le lancement d'un vrai débat, ils cherchent sur le terrain, si le décret paru s'applique, que tout se fasse dans une réelle démarche participative.

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • eric 31 janvier 2013 12:22

    Même chose qu’hier. On est dans le domaine que ce gouvernement connait le mieux : 70% de ministres fonctionnaires, 40% de profs. On imagine des lors facilement a quel point ses politiques sont adaptées aux secteurs qu’ils connaissent mal....


    • Yvance77 31 janvier 2013 13:53

      Salut,

      Si quelqu’un arrive à y comprendre goutte dans ce sac de nœud, et bien qu’il me fasse signe. Car je ne comprends rien de qui veut quoi, à qui, pour qui, pour quoi etc...


      • KeVal ? 7 février 2013 09:42

        Vous écrivez : "je tiens à rapporter le propos d’une institutrice que j’ai rencontrée samedi :

        « J’espère que les élus nous écouteront, nous sommes pour raccourcir la journée de classe mais noudemandons que cela s’effectue dans la concertation et que l’on donne du temps au temps pour obtenirl’accord de tous »....

        Autrement dit, il est urgent d’attendre.

        Vous connaissez quelque chose qui a l’accord de tous ?


        • KeVal ? 7 février 2013 09:44

          « L’inquiétude des enseignants est légitime »


          Ils n’ont rien d’autre que « leur inquiétude ».
          Quelle proposition des enseignants le ministre aurait-il refusé pour faire cette réformette ?

          La permanence du discours des enseignants quel que soit le sujet est tout de même significative.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès