Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Peillon qui roule pour le privé, c’est des postes en moins pour (...)

Peillon qui roule pour le privé, c’est des postes en moins pour l’école publique !

Hollande avait une promesse forte, une promesse majeure : revenir sur les suppressions de poste dans l’éducation nationale. Pour cela, 60 000 postes devaient être crées. Certes, ce chiffre est très en dessous des besoins réels, très en dessous des dizaines de milliers de postes “évaporées” chaque année depuis 2002. Mais 60 000, c’est toujours bon à prendre pouvait-on entendre.

Cela donne un cap lisait-on. C’est la preuve qu’avec un président de la république “socialiste”, un ministre de l’éducation “socialiste”, le service public de l’école serait mieux, bien mieux traité. A gauche pour de vrai ! on avait un sérieux doute sur le sérieux de cette proposition. On ironisait en espérant avoir tord.

Sauf que depuis, le ministre de l’éducation “socialiste”, Vincent Peillon, en a dit un peu plus sur la nature réelle de ces 60 000 créations de postes et prouve que nous avions malheureusement raison de douter. Ils n’iront pas tous au service public d’éducation ! Mais alors, où donc un gouvernement “socialiste” peut-il bien créer des postes d’enseigants, d’infirmères scolaires, d’assistantes sociales ? Dans le secteur privé ! Vous ne nous croyez pas ? C’est vrai, c’est difficile à avaler. Alors voici la preuve de la bouche même de Vincent Peillon :

“le privé sera concerné par les 60 000 postes que nous comptons déployer dans les cinq années à venir”.

Et oui, l’état français, dirigé par un président “socialiste” va venir au secours du secteur privé en ponctionnant une partie des 60 000 postes promis en faveur de l’éducation NATIONALE vers des établissements souvent non laïcs, à but souvent lucratif, qui emploient des enseignants avec des contrat de droit privé, si souvent en CDD, si souvent en situation de précarité.

En clair, et sans décodeur, Vincent Peillon, ministre de François Hollande, n’entend pas stopper la mise en concurrence entre le secteur public d’éducation et le secteur privé qui tourne si souvent à l’avantage du privé. Et on sait vraiment de quoi on parle A gauche pour de vrai ! pour siéger au conseil d’administration du collège public de notre commune. Surtout, Vincent Peillon ministre “socialiste” de François Hollande entend caresser dans le sens du poil tous ces électeurs chrétiens démocrates à la veille des élections législatives.

Déjà en 2008, lors du congrès socialiste de Reims, nous entendions Vincent Peillon, ministre de François Hollande, prêcher pour un rapprochement politique avec le Modem de François Bayrou, vous savez, le démocrate chrétien du Béarn. En 2009 il déclarait même que le Modem était de gauche. Entre temps, 75% des électeurs chrétiens démocrates ont voté Sarkozy le 6 mai 2012 !

Mais Vincent Peillon, le ministre “socialiste” de l’éducation de François Hollande, ne s’est pas contenté d’annoncer la subvention du secteur privé d’éducation par un gouvernement “socialiste” avec de l’argent public, il a également annoncé le retour des profs retraités pour renforcer les équipes au sein des établissements.

Si Luc Chatel, ministre de droite de l’éducation de Nicolas Sarkozy avait annoncé dans la même interview vouloir subventionner le secteur privé d’éducation avec de l’argent public et renforcer les équipes pédagogiques par des professeurs à la retraite, la vague provoquée aurait été gigantesque, avec raison. Venant d’un ministre de “gauche” sous une présidence de “gauche”, la vague devrait se transformer en tsunami ! Seulement voilà, après 5 ans de Sarkozy, tout paraît soft. Seulement voilà, pour un gouvernement qui prétend vouloir défendre le service public d’éducation c’est hard !

Visiblement, le changement, c’est pas encore maintenant !

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • lucmentin 1er juin 2012 10:14

    Je ne comprends pas ces critiques. Toujours ces différences : gauche, droite ; cultes et cultures. Que signifie gauchet droite. En ce qui me concerne, je n’y ai toujours rien compris.

    En tous cas, après les 5 années passées sous la gouverne de l’INUTILE ET DE SES SBIRES, voilà que nous fevenons à une certaine sagesse. Ce qui me désole malgré tout, c’est que la Chrétienté, si Chrétienté il y a (ce sont les médias qui le sient, alors, doutons) apu votre pour l’ENGEANCE qui a su nous tenir sous on joug sans que quiconque ait trouvé à redire. Nous avons dû subir toutes leurs sales conneries et s’en contenter avec le Messieurs sortis et avalés par le Système, tels MITTERAND, KOUCHNER... et je stope, la liste est trop longue et sans intérêt, en tous cas, vus les connaissez tous.

    Alors, sachez, qu’il y a accord entre enseignement privé et public et qu’une répartition est obigatoire.

    Moi, je voudrais voir disparaître tous ces prétextés enseignants. La méthode est simple : un EXAMEN ; Alors, les Grandes gueules predont l’eau.


    • zarathoustra 1er juin 2012 10:53

      Quelle naiveté ! Vous êtes vraiment surpris ? J’ai abandonné cette approche gauche/droite-public/privé quand je suis entré au collège public et que mon camarde, fils d’une de nos instits syndiquées qui ne manquaient aucune grève, était dans un autre collège, privé celui là (les cours de religion ne semblaient plus déranger cette laicarde convaincue d’ailleurs).

      Quoiqu’emblématique ce cas est quelque peu extrême, il est vrai que la plupart du temps les profs préfèrent user de leur connaissance du système pour contourner la carte scolaire et mettre leurs gamins dans un collège public réputé (ça permet de soulager leur bonne conscience bourgeoise).

      Bref, toujours la même dualité de la gauche entre la théorie et la pratique.


      • Lalita 1er juin 2012 17:15

        Je suis enseignante et j’envisage (je ne dis pas que je le ferais) de mettre mon gamin dans le privé. il bosse pas et il y a pas photo le taux d’encadrement est supérieur. C pas de ma faute si on donne pas assez de moyen à l’éducation nationale...J’essaye juste de proteger mon gamin ça n’a rien a voir avec mes idées politiques
        Je suis pour la défense du public, mais c’est un fait on coule les établissements publics par manque de moyens et aussi par une organisation plus que déficiente...


      • leypanou 1er juin 2012 11:29

        @sydne93 :

        Pour ceux qui connaissent un peu les politiciens n’ont aucune illusion sur la prétendue « de gauche » de ce gouvernement. Si on a remarqué qu’aux postes « importants » (sauf La Justice, mais il faut voir qui prend vraiment les décisions, C Taubira ou quelqu’un de l’Elysée ou à Matignon), c’est quelqu’un de l’aile droite du PS qui a été nommé, ce n’est guère étonnant.

        Les moins de 52% de F Hollande malgré le ras-le-bol des Français contre le président sortant ont été une indication : à part un changement de président, qu’est ce qu’il propose de vraiment courageux : politique étrangère, santé, retraite, finances, éducation ? N Dupont-Aignan, qui est de droite, a osé proposer la re-nationalisation de la gestion des autoroutes, pas le PS, etc, etc.

        V Peillon est parfaitement dans la ligne de J Lang, quand celui-ci a été ministre de l’Education. Pour avoir d’autres idées des positions de V Peillon quand il a été candidat aux législatives en Picardie et qu’il a été battu et pas seulement à cause des chasseurs, il n’y a qu’à écouter les syndicalistes de la CGT.

        V Peillon fait partie des Modem-compatibles : il n’y a rien de nouveau sous le soleil.


        • Klisthène 2017 Kxyz 1er juin 2012 11:36

          si le public incarnait toutes les vertus cela se saurait..
          votre vision est d une autre époque... il n y a pas que dans les quartiers favorisés que les parents font le choix de l école privée sous contrat ...
          je crois que le vrai débat que j espère Vincent Peillon ouvrira un vaste débat sur les rythmes scolaires la place de la culture dans l enseignement français pour préparer nos enfants à devenir des Hommes Libres....


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 1er juin 2012 12:31

            Rien n’est fait à cette heure, attendons les premières mesures et nous verrons bien si le gouvernement de Jean-Marc Ayrault créera des postes dans l’enseignement privé.

            pour ma part je n’y crois pas.

            http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


            • Lalita 1er juin 2012 17:18

              Bien sûr que si ils créeront des postes dans le privé. La tendance est là : on favorise le privé.
              Dans mon lycée public on demande depuis des années l’ouverture d’un BTS. On nous la refuse faute de moyens mais on fait des ouvertures du même BTS dans des lycées privés. ça c’est du vécu !


            • njama njama 1er juin 2012 13:07

              Le privé (qui ne l’est pas vraiment puisque on parle des écoles sous contrat d’association avec l’État, même programme scolaire, même inspecteurs d’académie) représente en France environ 20 % des enfants scolarisés (18 % dit l’article que vous citez) , mais le pourcentage est très variable suivant les régions.

              D’après ce que j’ai compris, Hollande propose de rétablir sur son mandat, les postes qui ont été supprimés au cours des mandats précédents, Sarkozy - Chirac.

              Le nombre de postes d’enseignants supprimés n’avait pas touché que le public. Quand la droite décidait de supprimer 1000 postes, en pratique, cela a été 800 dans le public, et 200 dans le privé.

              Croyait bien cher auteur que les syndicats du public et du privé sont là pour vérifier tout ça, et qu’ils défendent âprement cette équité au prorata de ce qu’ils représentent.

              Que Hollande / Peillon proposent de rétablir 1000 postes par ex., cela fera 800 pour le public, et 200 pour le privé.

              Logique, non ? mais peut-être pas pour vous Sydne93 ... ?

               


              • Laurent 1er juin 2012 13:37

                Votre article montre votre méconnaissance totale du sujet, les établissements d’enseignement privé sont en grande partie sous contrat avec l’Etat ce qui signifie que leurs enseignants sont rémunérés par l’Etat. Cela ne date pas d’hier mais de 1959 :

                "Pour les établissements d’enseignement privés sous contrat
                , selon la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959, l’État prend en charge la rémunération des personnels enseignants, les charges sociales et fiscales incombant à l’employeur ainsi que les dépenses de formation initiale et continue des enseignants." (lien)

                En conséquence les coupes budgétaires dans l’Education Nationale ont également concerné le privé. A partir de ce moment il me paraît légitime que le gouvernement actuel s’il redéploie des moyens le fasse également dans les établissements privés sous contrat.

                L’enseignement privé existe depuis longtemps et est assujetti à des règles très proches de celles des établissements publics en ce qui concerne les créations de postes du fait de ce financement public. Si les besoins s’en font donc sentir il est normal et républicain de la part de la gauche de répartir les nouveaux postes comme les suppressions ont été réparties.
                Vincent Peillon en faisant cela ne fait que respecter une situation pré-existante mise en place de manière démocratique.

                Votre polémique est donc sans fondement et n’a rien à voir avec gauche ou droite, ce qui était de droite c’était de supprimer des postes (des deux côtés), ce qui est de gauche c’est d’en rajouter (des deux côtés également).

                Maintenant si vous voulez discuter du fait que l’Etat finance des établissements privés, alors dans ce cas c’est un vrai sujet , et là il y a matière à débat. Faut-il ou ne faut-il pas autoriser des établissements privés ? Si oui alors doit-on les financer, sachant que les programmes sont imposés (pour assurer l’égalité pour tous les élèves) ainsi que les niveaux de qualification des enseignants ?
                J’avoue que le débat n’est pas si simple, j’ai été un temps férocement contre le privé surtout à fonds publics, je ne suis pas certain d’être encore de cet avis. De toute manière la question n’est pas si simple (sans même y mêler la religion) et cela est un vrai sujet.

                Mais de grâce renseignez vous avant de jeter l’anathème sur untel ou unetelle cela rendra vos critiques plus pertinentes. Sans connaissance réelle du sujet, votre œil critique souffre de myopie sévère.


                • njama njama 1er juin 2012 18:44

                  Pour être juste, l’Etat ne finance pas des établissements privés.

                  C’est le personnel « enseignant » (exclusivement) qui est rémunéré par l’Etat. Toutes autres charges (immobilier, mobilier, secrétaires, personnel d’entretien, ... ) étant assumées par des ressources internes des écoles (scolarités versées par les familles, mais aussi participation « légales » reçues des municipalités, dons parfois ...)

                  Maintenant si l’Etat veut « nationaliser » le privé, il faut qu’il reprenne intégralement à sa charge environ 20 % des écoles. On ne peut pas dire qu’il fera une économie. Par les temps qui courent, ça ne risque pas d’arriver de si tôt ...

                  L’enjeu que soulève l’auteur est purement politique. Et s’il s’en souvient Mitterrand avait essayé de le faire. Devant la lever de boucliers, il a laissé tomber ...
                  voir Projet de loi Savary en 1984


                • lebreton 1er juin 2012 22:11

                  Mais vous vous mentez effrontément ,point !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                • njama njama 2 juin 2012 00:04

                  A qui s’adresse votre commentaire ?
                  Argumentez un peu lebreton ...


                • sharpeyeinthesky 3 juin 2012 18:37

                  Je suis tellement content de lire l’intervention de Laurent. Tellement heureux de lire que vos propos qui sortiront je l’espère de leur obscurantisme certains qui vivent en virtuel une guerre scolaire qui n’existe pus que dans leur imaginaire.
                  Les enseignants des établissement privés sous contrat d’état ne travaillent pas dans des établissements à but lucratif. Ils ont les mêmes diplômes que leurs homologues du public et sont inspectés par le même corps d’inspecteurs .... mais ils ne sont pas fonctionnaires et ont des salaires inférieurs.


                • Anaxandre Anaxandre 1er juin 2012 16:58

                  Je précise que cette biographie est tirée du site Islam & Info car certaines vérités parlantes sont souvent « omises » par les sites plus consensuels. Il est donc intéressant de multiplier ses sources (qu’on soit musulman ou pas !)


                  • rosemar rosemar 1er juin 2012 17:07

                    Attention ...il y a erreur :les profs retraités seront simplement employés pour donner des conseils aux jeunes et les aider ,et non pour assurer des cours :il ne faut pas déformer la réalité 


                    Bonne journée

                    • jef88 jef88 1er juin 2012 19:48

                      Ou nos énarques ont ils été dans le primaire ? en école privée !
                      On n’oublie pas er on paye ....................


                      • teddy-bear teddy-bear 1er juin 2012 22:39

                        NE confondons pas école privées et écoles confessionnelles0


                        • Oliver HACHE Oliver HACHE 2 juin 2012 11:15

                          Preuve en est, encore une fois, qu’il n’est qu’un gouvernement de gauche pour mener une politique de droite, et vice versa.

                           

                          il semble que vous fassiez partie des militants de gauches convaincus (vous avez vu ? Je l’ecris en un mot.. !) qui n’ont pas vu toute la fumisterie qui entourait les propos du candidat Hollande durant la campagne.

                          Mais qu’imaginiez vous.. ? Qu’imaginez vous encore.. ? Que la gauche va rendre les pauvres moins pauvres et les riches moins riches.. ? Que la gauche va faire baisser le prix de l’essence.. ? Que la gauche va faire baisser le chômage.. ? Que la gauche va sauver l’Euro.. ?

                          Vous n’êtes pas au bout de vos désillusion. Ca, le candidat Hollande aurait pu le promettre et tenir sa parole.. !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès