Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Penser à gauche a-t-il encore un sens ?

Penser à gauche a-t-il encore un sens ?

« Etre de gauche a-t-il encore un sens ? » : c’était le titre d’un article que j’écrivais à l’été 2007, au lendemain de 2 défaites électorales. Deux ans plus tard, l’interrogation perdure. Toutes les hésitations, toutes les incertitudes sur la vision du monde que peut aujourd’hui proposer la gauche, du moins celle qui accepte de se confronter à l’exercice du pouvoir, sont malheureusement toujours présentes.
Le credo libéral règne toujours sans partage dans les sphères intellectuelles et médiatiques, même à gauche. Nous avons accepté, sans réellement débattre, certains postulats qui s’imposent désormais à toute réflexion digne d’être prise en compte. Mais faut-il vraiment croire toutes ces affirmations les yeux fermés ?

 Et si nous étions aujourd’hui aux 50 H par semaine ?

Ainsi la question des 35 H et plus généralement celle de l’aménagement du temps de travail, apparaît comme particulièrement symbolique. « Le travail ne se partage pas » : qui aujourd’hui pourrait se permettre de remettre en question cette évidence ?

Les 35 H, c’est une question réglée, sont un frein (ou plutôt « étaient »…devrais-je écrire…) pour l’économie française. Nicolas Sarkozy les détricote petit à petit et, finalement, même au PS beaucoup s’en accommode.

Défendre une diminution du temps de travail dans un monde où le travail justement est érigé au rang de valeur, ferait immédiatement apparaître celui qui s’y risquerait, au mieux comme un gentil illuminé, au pire comme un dangereux gauchiste irresponsable.

Et pourtant, pose-t-on parfois la question à l’envers : « Et si nous étions aujourd’hui à 50 H par semaine, combien y aurait-il de chômeurs supplémentaires ? ».
Parce qu’une chose est certaine dans ce débat, la durée réellement travaillée, dans tous les pays développés (USA compris) avoisine, et est même le plus souvent inférieure à ces fameuses 35 H (il suffit de consulter n’importe quel organisme sérieux > Insee, Eurostat etc..). 

Cela veut juste dire que l’économie actuelle, avec des taux de productivité qui n’ont plus rien à voir avec ceux qui prévalaient il y a quelques décennies, n’a absolument pas besoin de surcroît de main d’œuvre pour produire…beaucoup plus !

Cela veut donc dire aussi que quand certains travaillent 40 H ou plus, dans un pays aux 27 millions d’actifs potentiels, beaucoup d’autres doivent se contenter de 15 ou 20 H, ou de rien du tout (les 4 millions de chômeurs).

La question qui se pose réellement n’est donc même plus de diminuer ou non le temps de travail, mais plus simplement d’organiser la répartition la plus juste et la plus efficace de ce temps réellement effectué.

Hélas ce débat n’existe pas ! Les attaques contre les 35 H se sont fait beaucoup plus discrètes en ces temps de crise, et pourtant, on continue à nous l’affirmer… « le travail ne se partage pas ». Qui le conteste sérieusement aujourd’hui ? Alors est-ce vraiment une question réglée ??

Travailler plus vieux est-il crédible aujourd’hui ?

Prenons un autre de ces postulats incontournables : « Il est indispensable de travailler plus vieux pour pouvoir payer les retraites ».

A première vue, rien que de logique. Le système même de retraite par répartition nécessite d’avoir un minimum d’actifs et donc de cotisants pour alimenter les caisses de retraites.

Mais réfléchissons pourtant une minute. Actuellement nous avons 4 millions de chômeurs. Travailler plus vieux est-il seulement crédible ? Un actif potentiel sur 3 travaille au-delà de 50 ans. A cet âge les autres sont chômeurs, préretraités, dispensés de recherches etc…

À l’autre bout de la chaîne, les jeunes n’ont pas, non plus, de travail.

Alors oui, travailler plus vieux serait peut-être une idée crédible… dans une société idéale de plein emploi. Le proposer aujourd’hui, dans une société où le chômage de masse sévit depuis plus de 30 ans, sans reposer la question de la durée du temps de travail tout au long de la vie, ne consistera-t-il pas simplement à transformer des retraités…en chômeurs supplémentaires ?

Des emplois, créés par une meilleure répartition du travail, ne seraient-ils pas préférables comme source de cotisations nouvelles ?

Sans croissance, point de salut ??

Parlons enfin de la croissance. Attention, là on touche aux fondamentaux de toute réflexion politique crédible : « Sans croissance point de salut ! ». Un léger frémissement, comme en ce mois d’août, et, sans rire, certains annoncent la fin de la crise !

Depuis le premier choc pétrolier, dans les années 70, le chômage n’a cessé de faire des ravages dans nos sociétés développées. Cela fait plus de 30 ans que l’ensemble des gouvernants affirme que la croissance va bientôt revenir et nous permettre de sortir du chômage.

Seulement, vu les gains de productivité réalisés chaque année, on sait qu’il faut 2,5 à 3 % de croissance pour que le besoin de travail augmente dans l’économie.

Si l’on ne veut pas créer simplement des petits boulots à 12 ou 15 H par semaine, si l’on compte sur la croissance pour créer de vrais emplois, il faut une croissance qui se maintienne pendant longtemps au dessus de 3 %.

Malheureusement son évolution est la même depuis 40 ans dans toute l’Europe.

Depuis 2001, le taux de croissance moyen, en France, était (et cela avant la crise !!) de 1,6 % …exactement le même que pour l’ensemble de la zone euro…soit le strict minimum admis pour ne pas avoir de …destructions d’emplois ! Et pour la période à venir la plupart des économistes annoncent « une croissance lente à 1% pendant une dizaine d’années ». Pas très encourageant, non ?

Un dernier mot sur ce sujet, parce qu’il est important : de quelle croissance parlons nous ? Il est, par exemple, hautement souhaitable, pour le bien-être de la planète, de diminuer fortement notre consommation d’énergie. Et bien, inéluctablement cela ferait baisser un peu le PIB …Mais serait-ce vraiment un mal ?

 Penser à gauche a-t-il encore un sens ?

Et on pourrait continuer comme cela sur bien d’autres « évidences » ! Alors faut-il continuer à accepter docilement et sans esprit critique, ces idées toutes faites ?

Faut-il continuer, par exemple, à attendre l’arlésienne de la croissance magique (qui ne le serait, de toute façon, sans doute pas pour la planète…), où n’est-il pas préférable de proposer, et de tester sans attendre, d’autres solutions comme une nouvelle organisation du temps, qui permettrait de mieux répartir le travail, les salaires, et de soutenir, à long terme, la consommation, les cotisations pour les caisses de retraites….et, au final…….la croissance ?

"Penser à gauche a-t-il encore un sens ?" : la question reste bien semblable à celle que je posais il y a deux ans. Et je réponds toujours "Oui"...mais seulement si nous sommes capable de proposer une vision du monde différente de celle du modèle libéral actuel. Sinon à quoi bon ?

Le tournant est là. L’avenir ne nous appartiendra que si nous ne restons pas englués dans des schémas de réflexions qui nous interdisent d’innover parce que c’est comme ça : « les riches sont riches, les pauvres sont pauvres, le travail ne se partage pas ! »… Tant mieux pour ceux qui en ont, tant pis pour les autres !

Alors, la rupture, n’est ce pas à nous de la provoquer......et notamment dans les esprits pour commencer ? 

Un autre monde peut être possible mais seulement si nous ne laissons pas les autres penser pour nous !!!


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 20 août 2009 10:12

    Tout au long de votre article , j’ai pensé à Larrouturu qui se bat comme un diable pour sa semaine de quatre jours. Mais même au PS, personne ne l’écoute .


    • LE CHAT LE CHAT 20 août 2009 10:25

      on peut fortement en douter , tant les electeurs socialistes ont été désorientés ces derniers temps ..... Y’a t il encore un pilote dans l’avion ???


      • Zord Zord 20 août 2009 14:41

        Je dirai même plus, y a t’il encore un avion ???


      • freelol freelol 20 août 2009 10:43

        Je ne sais pas ce que signifie « penser à gauche ».

        Cependant je crois que plus que jamais penser autrement en a un, penser différent, penser une nouvelle société et le chemin pour y arriver. Cela a un sens.

        Aujourd’hui y a t’il un idéal social ? Avons nous de réels projets que nous mettons en oeuvre pour améliorer les conditions de vie des générations futures ? Quel serait le résultat d’une croissance économique infinie dans un monde fini ?

        Il va devenir de plus en plus évident pour les citoyens que le système actuel est en faillite et qu’il ne conduit pas au bien être dans un monde de bisounours. Mais à la surexploitation des ressources, la mise en concurrence des travailleurs, à la pollution de l’eau, de l’air, de la terre et au bout du compte à l’appauvrissement du plus grand nombre et à la pénurie.

        Les dirigeants, gouvernements en place depuis quarante ans sont les défenseurs ardents du système, il faut finir de croire qu’ils veulent le réformer pour le bien commun. Ils sont définitivement hors jeu et il est temps de les remplacer et de porter des idées novatrices, solidaires et responsables.


        • Kalki Kalki 20 août 2009 11:33

          Deux ans plus tard, l’interrogation perdure. Toutes les hésitations, toutes les incertitudes sur la vision du monde que peut aujourd’hui proposer la gauche, du moins celle qui accepte de se confronter à l’exercice du pouvoir, sont malheureusement toujours présentes.

          Vous dites tout et vous ne voyez pas que vous porter votre propre probleme,

          quel gauche « accepte » ou est « credible », ou est porté credible pour etre au pouvoir ?

          LA GAUCHE SOCIAL DEMOCRATIE, LIBERAL.

          Et c’est cette gauche la que les gens ne veulent pas ou plus - en partie sans pouvoir le comprendre pour la plupart.


          • Julius Julius 20 août 2009 11:43

            Donc, nous devons mieux organiser la société (qui va l’organiser ?), donner un travail à chacun (qui va payer pour les travaux non rentables ?) et redistribuer plus (= plus de taxes) - et tout sera genial.

            J’ai une mauvaise nouvelles pour vous : nous avons essayé, ça n’a pas marché.


            • Frabri 20 août 2009 11:45

              Si on est pour la croissance « penser a gauche » a toujours un sens, mais si on est pour la décroissance , penser a gauche n’a plus aucun sens.

              Les couches dirigeantes de droâââte et de gôôôche étant pour la croissance, on voit pas comment la décroissance pourrait se faire avec la droite et la gauche.
              http://www.europedecroissance.eu/
              http://www.utopimages.org/index.php

              Pour la décroissance il faut remettre en question la place centrale du travail dans la société.
              C’est ce qu’avait commencé a faire Henri Salvador avec sa chanson « Le travail c’est la santé, rien faire c’est la conserver ».
              http://www.dailymotion.com/video/x4d5dz_henri-salvador-le-travail-cest-la-s_music


              • Leo29 Leo29 20 août 2009 12:29

                Penser à gauche ça veut dire quoi ?
                Ni gauche ni droite !
                Etre englué dans un schéma de pensée trop conventionnel ne peut déboucher sur rien de nouveau !
                La Gauche prétendait défendre les intérêts de la classe ouvrière de ceux qui n’ont que leur force de travail pour vivre !
                Qui a détricoté cette gauche ? Mitterrand ! En donnant la priorité aux problèmes de l’immigration dans les années 1980, il a détourné le ps des ouvriers qui ont fini par vôter à l’extrême-droite, tout ça pour affaiblir la droite et garder le pouvoir 14 ans...
                Ca a donné la constitution d’une gauche caviar arqueboutée sur des principes intellectuels du style « Touche pas à mon pote » pendant que ces messieurs se payaient chaussures de marques, montres et autres objets de luxe, faisant semblant de stigmatiser une extrême-droite qui est aujourd’hui inexistante...
                La Gauche est à réinventer.... en lui trouvant si possible un autre nom !


                • Jean-paul 21 août 2009 03:40

                  @ leo
                  La droite et la gauche ne font plus qu’un ,vous ne l’avez pas encore compris .


                • Actus Politikus 20 août 2009 13:18

                  oui, la durée du temps de travail dépend (ou doit dépendre) des niveaux de productivité.
                  D’après l’OCDE, les gains de productivité en France depuis 20 ans sont énormes (troisième performance mondiale). C’est le sens de l’histoire que de continuer à réduire le temps de travail.

                  Mais la gauche a perdu la bataille idéologique sur ce terrain, tu as raison.


                  • Massaliote 20 août 2009 14:25

                    « Penser à gauche », créer un précédent ?


                    • saint_sebastien saint_sebastien 20 août 2009 15:25

                      ceux qui pensent à droite ne pensent pas. Ils regardent les USA et se disent , on va faire pareil.

                      D’autres qui n’ont pas fait Princeton ou Harvard , se disent , le modèle américain ne vaut rien , il suffit de voir que peut de gens en profitent vraiment.
                      Les états unis sont un pays du tiers monde , avec un mode de vie tiers mondiste , ce n’est pas parce que tu as une grosse voiture , une télé , et une maison achetée à crédit que tu es riche.
                      Tu es riche quand tout les biens cités plus hauts t’appartiennent vraiment.
                      Bref , qu’est ce que penser à gauche aujourd’hui ? c’est regarder à travers la beauté hollywoodienne US , qui est donc par définition fausse , et avertir les gens qui croient en cette beauté qu’elle conduira la plupart d’entre nous à la misère.
                      La personne de gauche aujourd’hui devrait être nationaliste , protectionniste , laique , anti européenne . Sur le plan de l’économie elle doit pronée une certaine solidarité nationale . C’est le ciment de la France , si on enlève cette solidarité la France n’existe plus , car l’identité française n’est pas une identité de peuple fort , comme les allemands , ou les anglais. La France est une sorte de pacte. Si le pacte est brisé la France n’existe plus. C’es en cela uniquement que la France ressemble aux USA , sauf que leurs pactes respectifs ne sont pas de même nature.

                      • Mohammed MADJOUR Mohammed 20 août 2009 16:20

                        Tu parles !

                        Déjà penser tous azimuts ne sauve pas son bonhomme dans cette mondialisation batarde de l’argent, comment peut-on alors se permettre volontairement de bloquer son hémisphère droit ?

                        LA SITUATION AUJOURD’HUI EST TELLE QU’AUCUN LEXIQUE POLITIQUE NE PERMET LA CLARIFICATION !

                        D’un autre côté regardez l’UMP, c’est une coalition-nébuleuse qui ramasse tous les astéroïdes et aspire toutes les poussières d’étoiles naissantes ou filantes : Faut faire avec ça mon vieux ! « Gauche », « Droite », « Centre » et autres Machins c’est du passé !

                        Mohammed.


                        • anny paule 20 août 2009 17:23

                          Désolée, OUI, « penser à gauche » peut encore avoir un sens... un sens qui dépend de nous tous.
                          La droite, c’est le monde du calcul froid, des chiffres, des technocrates, des experts, de la modélisation hasardeuse... c’est le conservatisme. A-t-on vu des hommes de droite accepter de perdre leurs privilèges de Classe ? Jamais !!!
                          La gauche, théoriquement, c’est la « commun-decency » d’Orwell, c’est le partage, la justice, la solidarité, le don... C’est ce qui devrait être... si les grands mots « Liberté, égalité, fraternité » avaient encore un sens, si chacun ne voyait pas en l’autre le concurrent potentiel, dans un monde sauvage, si les humains se comportaient en hommes !
                          Le problème, c’est qu’il n’est pas un Politique, actuellement, qui puisse incarner ces principes et les porter haut et fort.
                          Le problème, c’est que la politique est devenue une affaire d’experts, est devenue une affaire de carrière à part entière et s’est désintéressée de l’intérêt général au profit des intérêts particuliers (souvent contradictoires, puisque particuliers !)... Fi, donc des grands principes fondateurs des Droits de l’homme et du citoyen !
                          Si l’on veut encore penser à gauche, il nous faut revisiter nos classiques (on peut aisément se contenter des Lumières, de Montesquieu, Voltaire, Diderot et d’Alembert, qui n’étaient pas de dangereux révolutionnaires, mais qui feraient aujourd’hui figure de « gauchistes » quand on prend la mesure des dangers qui nous guettent... avec la concentration des pouvoirs, de tous les pouvoirs...). 
                           


                          • tvargentine.com lerma 20 août 2009 17:49

                            Une très bonne réflexion de la politique.

                            Il est dommage que le PS n’ait pas fait cette réflexion peut être à cause du couple Hollande-Royal,qui avaient peut-être déjà des ambitions individuelles mais qui ont préféré le taire pour mieux tétaniser le PS.

                            Royal à pu se présenter et Hollande se prépare déjà pour 2012

                            Bref,voila en bref le vide du PS depuis 2001

                            Pour moderniser le PS,cela passe par le dépot de bilan,mais la cagnotte du PS est trop bien rempli pour que cela se produise,alors,la situation de neutralisation est encore la meilleure pour toutes ces personnes qui généralement sont des cumulars dans les postes de conseils d’administrations de sociétés,d’associations subventionnées ou de Région
                            Bref,pour eux,les fins de mois difficiles n’existent pas

                            Les 35 heures Aubry n’ont jamais été du « SOCIAL » mais des lois productivistes donc l’objectif était de réduire le cout par unité de poste de travail dans l’entreprise.

                            Nous voyons bien que cela a enfermé les salariés dans un piège qui empêche toutes augmentations de salaire

                            Regardons aussi le bilan de la gestion du PS dans les régions ,comment pourrions nous dire qu’il est positif ????

                            Huchon Président d’Ile de France a tapé dans la caisse et a été condamné par la justice

                            Etre de gauche c’est en parler car si personne ne veut en parler,il se produit que ce genre de personnage dirige toujours la région au nom du PS et s’éstime donc représentatif de la gauche et dans la mesure ou ils représentent aucunes idées socialistes ou de progrès
                            je ne vois pas pourquoi ils seraient autorisé à parler pour les citoyens de gauche

                            Penser à gauche a-t-il encore un sens ? OUI mais pas avec des J.P HUCHON et des Julien DRAY et encore moins avec la catholique Ségolène Royal 

                            http://www.tvargentine.com/
                             
                             


                            • Philippe NOGUES Philippe NOGUES 20 août 2009 18:34

                              Savez vous qu’en France plus de 400 entreprises fonctionnent sous le régime de la semaine de 4 jours ? Cet héritage de la loi de Robien, du nom du ministre de droite qui l’a initiée, est antérieur aux 35 H et les entreprises concernées, de toutes tailles, n’envisagent pas d’en changer ! Pourtant certaine d’entre elles (Mami Nova, Fleury Michon...) évoluent dans le secteur de la grande distribution et ne peuvent donc se permettre de ne pas être compétitives !
                              La diminution du temps de travail n’est pas une simple idée en l’air, elle est une réalité concrète...seulement c’est l’exemple type de ce que la propagande libérale a imposé dans les esprits, peu de gens semblent en avoir conscience. Il suffit pourtant de consulter les organismes que je cite (Insee, Eurostat..) pour s’en convaincre : le nombre moyen d’heures travaillées, dans les pays européens comme aux USA (et je ne parle pas en temps de crise !) est déjà, depuis plusieurs années, assez sensiblement inférieur aux 35 H..
                              C’est aussi pour cela que je parle de « penser à gauche ». Ca veut dire, entre autre, remettre en doute et ne surtout pas accepter comme postulats de départ, toutes ces « évidences incontournables » que la vague libérale nous a légué.


                              • sanskrit 21 août 2009 01:05

                                Pour comparer les temps de travail France/UK il faut aussi tenir compte du taux d’emploi qui est plus élevé en UK. :

                                UK : 71.5% * 36.9 h = 26.3835 h par semaine par personne en âge de travailer
                                France : 65.2% * 38 = 24.776 h

                                Donc taux d’emploi plus élevé en UK mais plus de temps partiels.


                              • sleeping-zombie 20 août 2009 22:43

                                La pensée de gauche n’est ni confuse, ni déroutante, ni dépassée...

                                Ceux qui doivent se sentir déroutés sont ceux qui pensent que le PS est de gauche. A l’instar de l’auteur qui écrit « l’été 2007, au lendemain de 2 défaites électorales. ». Seulement 2 ?

                                Une fois qu’on a fait une croix sur cette association (PS=gauche) de plus en plus difficile a défendre, le monde redevient extrêmement cohérent. Un peu désespérant aussi.

                                Mais j’aime bien ton article, au moins, quand tu parles de gauche, tu précises qu’il s’agit de notion, d’idées, et non juste une question de personnes et d’étiquettes. Ca se perd, c’est dommages...

                                edit : finalement, en relisant ta conclusion, je suis pas sûr que tu aies fait l’association (PS=gauche)


                                • Senatus populusque (Courouve) Courouve 21 août 2009 09:08

                                  Penser à gauche a-t-il encore un sens alors que le credo de la gauche, la théorie marxiste, est complètement décrédibilisé ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès