Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pierre Cot et Jean Moulin, cibles de la Cagoule ?

Pierre Cot et Jean Moulin, cibles de la Cagoule ?

Jean Moulin peut-il avoir été victime des agissements de la Cagoule, cette organisation secrète d'extrême-droite qui a défrayé la chronique des années trente en réalisant quelques assassinats politiques ciblés ?

Cette question est d'une extrême gravité en ce qu'elle se rattache aux fondations mêmes du régime politique dans lequel nous vivons désormais : la Cinquième République.

Il suffira, pour s'en convaincre, d'évoquer les liens étroits qui semblent unir certains hauts responsables politiques de notre pays à la firme L'Oréal, dont l'actuelle actionnaire principale, Liliane Bettencourt, est la fille d'Eugène Schueller, créateur, financeur et idéologue de... la Cagoule.

Eugène Deloncle, responsable de la Cagoule militaire

Nul besoin cependant d'empiéter sur la situation d'aujourd'hui : le témoignage de Pierre Cot dans le livre qui écrivit aux Etats-Unis durant le printemps et l'été 1943 - Jean Moulin étant lui-même tout à la création et à la mise en oeuvre du Conseil National de la Résistance, avant d'en mourir - va nous fournir un premier éclairage particulièrement instructif.

Il faut d'abord rappeler que Jean Moulin a rencontré Pierre Cot en 1925 pour ne plus guère se séparer de lui avant 1940. Mieux, à partir de 1933, dans les multiples occasions où le second occupera le ministère de l'Air - et notamment lors du gouvernement de Front Populaire - il appellera à ses côtés, au titre de chef de cabinet, le futur créateur du Conseil National de la Résistance.

Lisons donc Pierre Cot :
"La liste des hommes politiques à faire disparaître en premier, en cas de succès du fascisme, avait été dressée par les auteurs de ce fameux complot des Cagoulards sur lequel nous aurons l'occasion de revenir. La liste comprenait les noms de ceux qu'on tenait pour spécialement dangereux, c'est-à-dire pour capables d'organiser la résistance populaire contre le fascisme, ceux dont on avait juré - je dis bien juré - de tirer vengeance, parce qu'ils avaient été les plus ardents dans la bataille contre le fascisme."

Même si elle a été utilisée pour décrire la situation des années 1933-1939, nous voyons que la formule "capables d'organiser la résistance populaire" s'applique parfaitement aux activités de Jean Moulin durant la période 1940-1943.

Ecoutons encore Pierre Cot :
"Je me suis battu sans répit, depuis mon entrée dans la vie politique, contre les Royalistes, contre les Croix-de-Feu, contre les Cagoulards, contre les réactionnaires de toute obédience et les conservateurs de toute étiquette. Mon nom a figué sur toutes les listes de gens à tuer ou à traduire en Haute-Cour, composées, depuis dix ans, par les ennemis de la République."

Concrètement, voici ce que cela a pu donner, lors des événements du 6 février 1934, et selon le témoignage même de Jean Moulin qui rapporte dans une lettre à ses parents datée du 12 février qu'en ce qui concerne le ministre de l'Air :
"Chez lui, toutes les 10 minutes, on l'appelait au téléphone pour lui lancer des menaces de mort."

Encore Jean Moulin ne se sera-t-il pas toujours trouvé lui-même en dehors de l'oeil du cyclone durant cette période, puisque, au temps de la guerre d'Espagne et alors que l'aide à destination des républicains transitait par le ministère de l'Air, on aura pu lire dans L'Action Française du 26 août 1936 :
"Nous savons qu'on s'affaire beaucoup en ce moment dans les hangars Bloch de Villacoublay pour mettre au point les deux Bloch 200 destinés au Frente Popular. L'affaire, préparée par M. Moulin, l'un des hommes de Pierre Cot, se poursuit en dépit des belles déclarations de neutralité."

Voici donc que Jean Moulin, avec Pierre Cot, résiste déjà en 1936, et que cela "se sait"...

N.B. Pour d'autres éléments biographiques concernant Jean Moulin et Pierre Cot, mais aussi pour une analyse succincte des rapports de force travail-capital autour de la question du chômage, voir :
http://mjcuny-fpetitdemange.hautetfort.com

Michel J. Cuny


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Mr Dupont 8 juin 2013 15:55

    La Cagoule ?

    Ce mouvement d’extrême-droite d’ou sorti de ses rangs un Président de la République française en 1981 ; élu qu’il fut par les socialistes du Parti Socialiste français associés avec le Parti Communiste Français et le Parti Radical de gauche ( français aussi comme il se doit )

    Tous de bons français qui ne « savaient » pas ( à part le Président en question)


    • wesson wesson 8 juin 2013 16:54
      re-bonjour M. Dupont,

      « Ce mouvement d’extrême-droite d’ou sorti de ses rangs un Président de la République française  »

      vous oubliez également De Gaulle, qui lui aussi faisait très probablement partie de la cagoule. 

      ça l’as aidé lors du coup d’état qui as vu l’avènement de la 5ème république.



    • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 8 juin 2013 16:15

      Bonjour,


      Les 1ers membres de la Résistance, et plus simplement la Résistance de 1940, étaient de Droite et d’Extréme-Droite. 
      De Passy à d’Estienne d’Orve, de Freinet à Remy, et De Gaulle lui-même , la Droite est partout. 
      En 40 une partie de la Gauche est occupée à lécher les pompes aux Allemands (comme Duclos à Paris) ou à rejoindre les Nazis (Déat, Doriot, etc ...), tout comme une partie de la Droite et du Centre (Pétain, Laval).

      La vérité est que ce sont les réseaux de la Cagoule qui ont bien souvent formés les 1ers réseaux de la Résistance, entrant en conflit avec d’autres membres de la Cagoule qui rejoignent Vichy.
      A Gauche de quasi*dissidents comme Guingoin initient à leur tour des réseaux de Résistance.

      Là dedans Moulin est absent. Il ne rejoint la Résistance que bien plus tard, une fois le combat engagé, et les mouvements formés.
      Il unifiera tous ces réseaux et mouvements , souvent à leur corps défendant - de là entre autres les conflits avec Brossolette (et Passy ! ) et Freinet.
      Et de là aussi toutes les accusations diverses et variées dont vous vous faites le rapporteur.



      • wesson wesson 8 juin 2013 17:04

        bonjour Victor,


        vous oubliez que la stratégie de la cagoule était de ne pas apparaître en temps que telle, mais de faire faire le sale boulot par des gens que l’on s’employait à retourner.

        Bref, il fallait recruter des syndicalistes, des gauchistes prêt à trahir pour les honneurs ou l’argent. Et cette stratégie fut couronnée d’un certain succès, la prise de Doriot était une pièce majeure dans ce dispositif.

        Pétain là dedans était dès le départ dans le petit cercle de décideur. Personnage très secret, sa propre femme disait de lui qu’elle ignorait totalement ce que son mari pensait réellement et ce qu’il comptait faire. 

        Et ce dispositif était prêt d’ailleurs bien avant la seconde guerre mondiale. Il a été largement contrarié par le front populaire, mais n’as dû son succès que grâce à la défaite contre les armées nazies, qui était voulue notamment par les industriels Français (car le nazisme leur permettait d’en finir avec les syndicats et le communisme). 

        Dès lors que cette défaite fut actée et que la république fut rayée d’un trait de plume par Pétain (1ère décision de son gouvernement), les salaires des travailleurs ont instantanément baissé de 40%, et tout ce qui ressemblait de prêt ou de loin à la gauche fut non seulement interdit, mais férocement réprimé. 

        C’était ça, le sens des réseaux de la cagoule, certainement pas pour résister, mais pour traquer toute vélléité de résistance.

      • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 8 juin 2013 18:09

        A Wesson,

        Merci pour cette belle explication qui m’évite d’intervenir cette fois-ci.

        S le coeur vous en dit, n’hésitez pas à prendre directement contact avec moi ici :

        michelj.cuny@orange.fr

        Très cordialement à vous,

        Michel J. Cuny


      • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 8 juin 2013 20:04

        @Wesson


        Je ne méconnais pas les habiletés et agissements de la Cagoule.
        Mais simplement son influence était relativement limitée, et ses affiliés avaient des personnalités objectifs souvent différents. 
        Quoi de commun entre Marie Madeleine Fourcade, chef du Réseau Alliance, et Darnand chef de la Milice ?
        Quant à l’arrestation de Moulin elle ne doit rien à la Cagoule (même si certains semblent vouloir y impliquer Bénouville). De plus elle n’a rien modifiée à la suite....Ce qui prouve que son influence et son action étaient trés limitées.

        Enfin le régime Pétainiste (qui est un régime de coup d’état malgré son apparence « légitime ») est plus le résultat d’un effondrement des valeurs républicaines que le fruit d’un complot ourdi par des Fantomas à Cagoule.
        Les gens de la Cagoule ont profité du désastre, ils n’en sont que trés partiellement les auteurs, au même titre que les communistes qui ont sabordé l’armement, les pacifistes payés par les nazis, etc...

        Et puis survaloriser le rôle de la Cagoule, ou du PC, dans la dérive Vichyste c’est une maniére un peu facile de diminuer la responsabilité des Pétain, Laval, Pucheu, Bousquet, qui eux étaient réellement aux manettes et avaient des pouvoirs réels de décision.


      • wesson wesson 8 juin 2013 21:50

        « Enfin le régime Pétainiste [...] est plus le résultat d’un effondrement des valeurs républicaines que le fruit d’un complot ourdi par des Fantomas à Cagoule. »


        Pas d’accord. Pour moi l’affaire s’est jouée avec le piège du Massilia. C’était en fait très finement joué de la part de Laval (qui était en fait le vrai chef du régime de Vichy, d’ailleurs lorsque Pétain a voulu le virer, les Allemands l’en ont empêché).

        Il y avait dans ce bateau les députés et les personnalités politiques qui ne voulaient pas l’armistice et qui souhaitaient continuer le combat depuis les colonies. Notamment les poids lourds tels que Georges Mandel, Jean Zay, Pierre Mendès-France. Les éloigner a permis à Laval d’opérer son coup d’état « en douceur », sans que ce soit trop voyant.

        Votre Fantomas était bien Pierre Laval, qui a su très bien agir pour faire cesser les combats et faire rentrer la France dans la collaboration. Les Allemands le lui ont bien rendu, en ce sens que l’occupation en France fut l’une des plus « douce » que les nazis aient faite.

        Quand aux sabotages des communistes, c’est de la foutaise : ça se résume à un cas vraiment très peu clair, en tout cas sans aucune comparaison en importance avec par exemple le refus catégorique des Renault et Berliet (entre autres) pour réorienter avant guerre leur production vers le militaire, ce qu’il feront sans problème dès la collaboration.

      • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 8 juin 2013 16:29

        A Mr Dupont et à Victor Lazlo...

        En ne méconnaissant pas ce qui vous différencie, je vous propose de regarder attentivement cette vidéo :

        http://youtu.be/_BRHRFeYmuM

        Avec toute ma sympathie,

        Michel J. Cuny


        • Akerios 8 juin 2013 18:03

          Après on se demande .....mais qui est  F. Hollande ? Qui est ce traitre qui avec un PS passif donne 25 milliards d’euros a la finance et au MEDEF et pour boucler le budget a mis en place une taxe spéciale sur les retraites et va les baisser.

           

           

          Qui est ce F. HOLLANDE qui fait des cadeaux au MEDEF et vote avec la droite l’ ANI  ?

           

          Qui est ce F. Hollande qui détruit le code du Travail !

          Oui F. Hollande est UN TRAITRE !

          Mais que font les membres du Parti sociliste devant cette TRAHISON  !

           

          Le Parti socialiste ne dit rien et surtout ne fait rien !

           

          La prochaine déroute aux élections ils l’attendent , ils savent qu’elle va survenir en réponse a leur trahison. Mais les dirigents vont faire semblant d’ être surpris par les électeurs qui ne les ont pas compris !

          Après la trahison vient a nouveau le temps du mensonge et de la duperie !

           C’est notre histoire qui le dit.

           

           


          • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 8 juin 2013 18:20

            A mon tour de vous remercier, Akerios.

            Je ne peux que vous répéter ce que j’ai indiqué précédemment à l’un de mes interlocuteurs :
            Si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à prendre directement contact avec moi par le courriel ci-dessus mentionné.

            Amicalement,

            Michel J. Cuny


          • Mr Dupont 9 juin 2013 01:12

            Mr Akérios

            Je vous demande de cesser de critiquer Mr Hollande

            Mr Hollande est le seul à avoir fait cette pertinente analyse :

            http://www.leparisien.fr/politique/hollande-au-japon-la-crise-dans-la-zone-euro-est-terminee-08-06-2013-2878245.php

            On avait peur : il ne faut plus


          • bdoume bdoume 9 juin 2013 13:37

            Vous n’avez rien en rayon sur le complot de Vercingétorix et du vase de Soisson ?


            • Akerios 9 juin 2013 14:53

              Il semble que vous prenez déjà bien en main cette omission.


            • bdoume bdoume 9 juin 2013 20:32

              heum !!! a quelle heure ?????


            • Hamel Hamel 9 juin 2013 14:27

              Pour ceux qui s’intéressent à la Cagoule, je vous signale la sortie de mon livre « Les Bettencourt, derniers secrets », aux éditions de L’Archipel, racontant notamment l’engagement d’Eugène Schueller, fondateur de L’Oréal, et père de Liliane Bettencourt, avant guerre dans le financement de la Cagoule, pendant la guerre au MSR, et après la guerre pour protéger les anciens Cagoulards. 

              Quant à André Bettencourt, journaliste à La Terre française, pendant la guerre, il a financé après guerre le Cercle Pinay, un Cercle peu connu en France, qui soutenant les dictatures d’Amérique du Sud et le régime d’Apartheid en Afrique du Sud.
              Ian Hamel

              • Jacques Gelin 12 juillet 2013 11:54

                Je viens de publier un livre chez Gallimard : L’affaire Jean Moulin, trahison ou complot ? J’apporte des éléments très nouveaux sur cette question posée déjà à la fin de la guerre par Henri de Kerilis. Jean Moulin a-t-il été victime d’un complot cagoulard ? C’est peut-être ainsi qu’il faut poser la question, plutôt que de parler d’un complot de la Cagoule. J’apporte des éléments largement recoupés sur ce point. 

                Le colonel Georges Groussard avait été envoyé au contact de la Cagoule en 1936 par le Maréchal Franchet d’Esperey. Il est répertorié comme Cagoulard dans la liste Corre des adhérents de cette société secrète qui complotait contre le Front Populaire, Pierre Cot le ministre de l’air et son chef de cabinet Jean Moulin. Le chef de cabinet organisait alors des transferts illégaux d’armes soviétiques vers les républicains espagnols. 
                Le Colonel Groussard surveillait de très près Jean Moulin - qu’il connaissait par des liens « familiaux » indirects - en 1936. Il a constitué par différentes voies un dossier sur lui. A la fin de 1942, informé sur le fait que Max, le représentant du général De Gaulle en France, était Jean Moulin, il a adressé un rapport au général à Londres dans lequel il dénonçait Jean Moulin comme beaucoup trop proche des communistes français - et même comme un probable agent soviétique - pour occuper ce poste stratégique pour la Résistance intérieure. 
                Il était ami avec le général de Galle pour avoir occupé plusieurs années le même bureau au Secrétariat général de la défense nationale, de part et d’autre d’un même grand meuble... Il a également prévenu Pierre de Benouville, son ami, qu’il voyait en Suisse régulièrement, sur le fait que Moulin était probablement un agent soviétique. Benouville était au minimum très proche de la Cagoule. Il se vantait d’avoir participé à l’assassinat des frères Rosselli, antifascistes italiens, en 1937, un acte imputé à La Cagoule. Il admettait avoir été leur idéologue et ses plus proches amis étaient cagoulards.
                Sans entrer dans le détail, Hardy ayant informé Benouville de son arrestation par les allemands et Benouville l’ayant envoyé à Caluire malgré tout, on peut se poser la question suivante : l’élimination de Moulin n’a t-elle pas été voulue et décidée par un cagoulard, sur information d’un autre cagoulard et pour des raisons politiques ? Benouville et Groussard étaient très amis avec Allen Dulles, en poste à Berne, un anticommuniste forcené qui est devenu directeur de la CIA plus tard. Ces gens se rencontraient chez Groussard. En mai-juin 1943, les services américains avaient de bonnes raisons de vouloir éliminer Moulin, pour affaiblir de Gaulle à qui ils préféraient Giraud. On peut imaginer un complot, mais ce n’est pas nécessaire. La décision peut avoir été prise quasi individuellement. Même s’il y avait complot, ce qui n’est pas démontrable en l’état actuel des connaissances sur ce point, on ne pourrait parler de complot de la Cagoule. En revanche deux cagoulards au moins pourraient y avoir été impliqués. 

                • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 12 juillet 2013 14:25

                  Bonjour monsieur Gelin,

                  Vous pouvez bien penser que j’ai lu votre commentaire avec le plus grand intérêt.

                  Pour des raisons qui sautent aux yeux, certaines choses ne doivent cependant pas être débattues ici, contrairement à ce que j’avais imaginé antérieurement.

                  Je vous propose donc de prendre contact directement avec moi à cette adresse :

                  michelj.cuny@orange.fr

                  Bien cordialement à vous,

                  Michel J. Cuny

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès