Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pierre Péan : faux enquêteur, vrai fantassin de Sarkozy

Pierre Péan : faux enquêteur, vrai fantassin de Sarkozy

Feinter la transgression et les révélations pour mieux endormir son audience... Avec son dernier livre, "La République des mallettes", Pierre Péan parvient à vendre un livre d'investigation sur les pratiques occultes du pouvoir... sans jamais mouiller Nicolas Sarkozy... et en chargeant au contraire de bien commodes "intermédiaires" issus des cercles villepinistes.

Doit-on y voir une coïncidence ? En l'espace de quelques jours, Dominique de Villepin a été relaxé dans l'affaire Clearstream... avant que Robert Bourgi ne sorte de sa boite pour lui renvoyer à la figure tous les maux de la Françafrique et que Pierre Péan ne publie un livre à charge notamment axé sur l'un de ses proches, Alexandre Djhouri.

L'enquêteur qui refuse de dévoiler les "vrais" secrets d'Etat

Un livre "d'investigation" qui préserve les vrais puissants et les vrais secrets tout en bâtissant des scénarios à la James Bond autour de personnages secondaires de la farce élyséenne. Il faut dire que "Les Mallettes de la République" reprend tous les clichés du style Péan, fait "d'insinuations, d'erreurs et d'omission", mais aussi de constructions "trop systématiques" dixit son ami Pascal Boniface.

C'est que Pierre Péan a développé une approche bien personnelle de l'enquête, qui s'oppose selon lui au "journalisme plénélien". En clair, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire et le journaliste a un devoir de réserve face aux "vrais secrets d'Etat". Une doctrine pour le moins étrange que Pierre Péan met en oeuvre depuis plusieurs années par sa bienveillance à l'égard des présidents successifs.

S'il ne dit jamais rien des turpitudes de ceux qui nous dirigent, le journaliste nhésite pas en revanche à expliquer l'essentiel de la politique de la France à travers l'influence occulte de sombres intermédiaires. Ou quand Pierre Péan invente le concept de théorie du complot visant à exonérer les vrais responsables, et en premier lieu le président de la République.

Alexandre Djhouri, Iago des temps modernes

Histoire de diluer la responsabilité de Nicolas Sarkozy dans la gestion de la "zone grise" de la politique française, Pierre Péan a choisi d'ériger en Iago des temps modernes, un (gros) intermédiaire spéicalisé dans les contrats internationaux : Alexandre Djhouri. Par la magie de sa plume, le banlieusard devenu milliardaire (après un passage par la case pègre ?) se transforme en incontournable éminence grise, faisant et défaisant la politique de la France lors d'entretiens nocturnes.

Une construction pour journalistes en quête de scoops, qui ne tient pas la route. N'en déplaise aux théoriciens du complot c'est bien une horde d'énarques certains de leur supériorité qui prennent les décisions qui comptent à l'Elysée... et pas un banlieusard à forte gouaille.

Qu'Alexandre Djhouri ait joué et joue un rôle dans des négociations de grands contrats internationaux ne fait aucun doute. Que son parcours et ses méthodes laissent de larges zones d'ombre, c'est tout aussi évident. Que Nicolas Sarkozy, comme Jacques Chirac avant lui, le consultent à l'occasion, personne ne le nie. Mais les déductions que fait Pierre Péan à partir de ces faits largement connus depuis des années, est proprement farfelu.

Le pouvoir de l'imagination enrobé de faits épars

Petit florilège des constructions ésotériques de Pierre Péan... Alexandre Djhouri entretient de bonnes relations avec un certain nombre de patrons du CAC, dont Henri Proglio ; c'est donc lui qui a eu la peau d'Anne Lauvergeon, rivale honnie du PDG d'EDF. Comment ? Pourquoi ? Le lecteur en quête d'éléments tangibles restera sur sa faim... Comme il aura du mal à comprendre comment Alexandre Djhouri est parvenu faire libérer les infirmières bulgares grâce à son influence sans bornes. Ou le pouvoir de l'imagination enrobé de quelques faits.

Une puissance imaginative et un pouvoir d'insinuationqui qui trouve tout de même ses limites lorsqu'il s'agit d'expliquer comment l'un des plus proches amis de Dominique de Villepin (une amitié et des liens jamais reniés par les deux hommes) est devenu l'homme à tout faire de la Sarkozie... et comment Claude Guéant ne peut plus prendre une décision sans le consulter. Comprenne qui pourra !

En réalité, le dernier livre de Pierre Péan a cela de commun avec les précédents qu'il est fondamentalement basé sur les mêmes ressorts : faux-secrets, détails mis bouts à bouts arbitrairement et jugements tranchés qui ne sont jamais confrontés à la réalité. Et qu'en ressort-il in fine ? Une enquête sur les dessous du pouvoir qui évite soigneusement de parler du pouvoir pour se concentrer sur l'accessoire et sur des personnalités au mieux de deuxième classe.

Non seulement Alexandre Djhouri n'est pas une oie blanche, mais en le dépeignant en faiseur de roi occulte de la politique française, Pierre Péan a sans doute rendu à son business d'influence le plus fier des services... comme à Nicolas Sarkozy auquel il vient d'inventer un nouveau fusible.


Moyenne des avis sur cet article :  2.37/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • frugeky 19 septembre 2011 10:35

    Péan n’a plus aucune crédibilité depuis son livre sur le Rwanda.


    • morice morice 19 septembre 2011 12:40

      J’ai commencé à lire son livre et le trouve très, très, très... léger.


    • platon613 19 septembre 2011 11:11

      A découvrir absolument... une chronique pertinent et drôle !!!

      Morningbull : J’espère que vous avez pris des photos de la hausse de la semaine passée

      Les ministres européens semblent d’accord sur le fait qu’il faut recapitaliser les banques en difficulté. Du coup, on s’autorise à penser dans les milieux autorisés, que ça serait aux contribuables de mettre la main au porte-monnaie...

      http://www.news-26.com/bourse/1087-...


      • K2017 Kxyz 19 septembre 2011 11:37

        vous vous trompez de coupable....Péan au moins pour celles et ceux qui auraient vécu dans leur caverne pourront ouvrir les yeux sur le Tsarkosysme et son système mafieux...avec l argent publik

        je vous recommande l excellente émission de Stéphane Paoli 3d sur France Inter sur le sujet...

        http://www.franceinter.fr/emission-3d-le-journal


        • BARTH 19 septembre 2011 11:52

          « Pour essayer de démêler le faux du vrai », il peut être utile de rapprocher différentes informations émanant de Péan, du Canard ou de Médiapart et de ...

          Ce rapprochement dit bien ce qu’est devenu cette république.

          En tout cas, il ne m’apparaît pas évident que sarko, lui’même et ses proches soient passés entre les gouttes.

          Que Villepin soit aspergé est tout à fait logique, au vu des fonctions qu’il a exercées.

          Attention à la théorie du complot qui dirait qu’il n’y a pas de complot ! eh, eh !!!


          • morice morice 19 septembre 2011 12:43

            Il me semble dans son livre la république des mallettes que Sarko en prend pour son grade , non ?


            pas vraiment c’est même plutôt le contraire... le thème c’est pas BourghI, c’est Djourhi : à croire que le premier s’est sacrifié pour qu’on ne parle pas du second ! or le DANGER, pour Sarko c’est plutôt Djourhi...


            et ça va loin 

            Son interventionnisme parfois brutal s’illustre dans l’affaire de l’Angolagate, dont le procès en appel vient de débuter - une vente d’armes remontant aux années 90 qui continue d’empoisonner les relations entre Paris et Luanda.« Des contrats portant sur 50 milliards d’euros sont depuis en suspens »,souligne Hervé Seveno, ancien policier devenu l’un des ténors de l’intelligence économique et intime de Djouhri, pour justifier l’irruption de Djouhri dans le dossier. Relayant la cause de Pierre Falcone, principal prévenu du dossier Angolagate, il milite au plus haut sommet de l’Etat pour sa libération, quitte à faire pression sur des magistrats. Le conseiller justice de Nicolas Sarkozy, Patrick Ouart, jugé trop peu actif, n’y a pas survécu : il a quitté l’Elysée fin 2010 pour pantoufler chez LVMH après s’être plaint de menaces. Comme l’a révélé l’Express (1), Djouhri, aurait parlé de le« fumer ». Simple propos à l’emporte-pièce ou héritage de son passé où l’on ne compte plus les coups de feu ? Retour sur le parcours hors norme d’un demi-sel devenu tout puissant.



            • paul 19 septembre 2011 13:15

              L’article tente de discréditer le livre de Péan en l’accusant d’éviter « de mouiller Sarko » : pas crédible du tout . D’autant que l’auteur avec son article « Sarkophobie » paru en décembre dernier sur ce site , ne risquait pas d’enfoncer Sarko ....
               http://m.marianne2.fr/Pierre-Pean-Villepin-ne-doit-pas-etre-l-arbre-qui-cache-la-foret_a210284.htm&nbsp ; l
               


              • gaspadyn gaspadyin 19 septembre 2011 16:15

                à l’auteur : vous êtes de très mauvaise foi.

                En ce moment même j’écoute en différé l’émission ( évoquée par Morice) : 3D : la république des coups tordus, France Inter, Stéphane Paoli, du dimanche 19.


                • notilux 19 septembre 2011 17:00

                  bon article, Péan est un mytho qui fatigue billancourt avec ses tours de bonneteau


                  • TOHT 19 septembre 2011 19:13

                    Péan est sur la touche depuis le départ de son ami Krouchner il n’a plus rien à se mettre sous la dent. Enfin si, il survit en étant l’antithèse d’un Plenel


                    • Diane-Annabelle 20 septembre 2011 09:24

                      @ l’auteur
                      « Feinter la transgression et les révélations.. »
                      Peut-être s’est-il contenté de feindre, et c’est nous qui sommes feintés !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès