Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pipolitique : Les jeunes bobos dans les pas de leurs tristes (...)

Pipolitique : Les jeunes bobos dans les pas de leurs tristes maîtres

Lapsus, petite phrase choc, parodie immature… De plus en plus, la politique est réduite à une petite querelle de basse-cour, où des people s’affrontent à coups de bec sous le regard passionné des médias en quête de « buzz ». Mais où est donc passé le véritable débat de fond ?

L’exemple le plus représentatif est également le plus récent. Jeudi dernier, la société Endemol, société de production de l’émission Secret-Story, a envoyé à un courrier à Alexandre Bruguère, porte-parole des Jeunes pop UMP et responsable de la coordination du collectif « France à venir ». Ce courrier faisant valoir les droits d’Endemol sur la parodie lancée par les membres du groupe proche du Ministre de l’immigration à l’encontre des dirigeants socialistes. Ces derniers étaient assimilés aux candidats de l’émission de téléréalité de TF1, et représentés sous la devise « Ils ont un secret, ils ne sont d’accords sur rien ». Le site créé pour l’occasion a aussitôt été retiré, mais les traces de cet acte dérisoire marquent toujours le web d’un montage-vidéo reprenant le générique du programme.

Cet exemple n’est pas un cas isolé. Je pourrais également vous rappeler une parodie similaire de la « Star Academy » (PS Academy) lancée par les mêmes protagonistes. Ce serait oublier le lip dub désormais célèbre de ceux qui veulent « changer le monde », ou encore bien-sûr l’hymne de ceux qui « votent optimiste, en un mot socialiste ».

Ces stupidités peuvent faire sourire. D’un côté, malheureusement, ceux qui trouvent ça bien vu et plutôt drôle. De l’autre, ceux qui s’en moquent royalement et pointe du doigt ces jeunes bobos et leurs plaisanteries enfantines. Cependant, la situation est plus grave. Elle reflète l’avenir de la politique, et déjà beaucoup de celle d’aujourd’hui. Ces jeunes écervelés qui se bagarrent sur la toile à coups de parodies et de blagues vaseuses, ne sont autres que les – tristes – éventuels responsables politiques de demain. Certains le sont même déjà !

Le réel débat de fond trouve-t-il asile aux extrêmes ?

Pour tout vous dire, ces petites moqueries grotesques n’en sont qu’à leurs débuts. Bien que l’UMP se désolidarise de la récente reprise parodique de sa jeunesse, le Mouvement Populaire ne s’est pas fait prier pour participer au fameux lip-dub l’été dernier. Et les petits révolutionnaires en costard, qui se revendiquent dans leurs beaux discours de la défense des ouvriers et des plus démunis, ne manquent pas eux-mêmes de rappeler s’inscrire « pleinement dans les pas de la majorité réformatrice qui gouverne actuellement notre pays » . L’avenir fait peur, et il ressemble de plus en plus à Benjamin Lancar (ci-contre), porte-drapeau le plus vaillant de ces nouveaux jeunes pipolitiques coupés de la réalité, qui n’ont pour autre référence culturelle que la société Endemol et ses chefs-d’œuvre télévisuels (Secret Story, Star Academy, Les enfants de la tété, Fear Factor…). 

Mais où est donc passé la politique ? Le règne de l’UMPS, mélange de bobos, de bien-pensants et de people surexposés, marque-t-il la fin du débat de fond ? Quoi qu’il en soit, ce dernier semble de plus en plus déserter la scène médiatico-politique centrale pour trouver asile aux extrémités de l’échiquier gauche-droite. Et on se demande encore pourquoi le score du Front National monte ?

2002 n’était qu’un avant goût. 2012 marquera la révolte de ceux qui, à raison, ne se sentent plus représentés par ces acteurs en trois-pièces, maquillés et coiffés pour en ressortir grandis sur les clichés des journalistes – sur qui il est désormais coutume de frapper. A l’image d’un François Hollande qui fait régime pour monter dans les sondages, et de cette jeunesse bobo qui empreinte à l’excès les plus mauvais traits de ses maîtres, la politique se meurt et la pipolitique gagne du terrain. Triste constat qui, soyez-en sûrs, se lira facilement dans les urnes - surtout à travers le score du Front National - d’ici deux ans. Pari pris ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • alberto alberto 12 octobre 2010 10:47

    « C’est stupidités peuvent faire sourire »

    D’habitude, je ne suis pas bégueule, mais là c’est pousser le crayon un peu loin !

    Pour le reste de l’article, sur le fond : affligeant !

    Je soutiens (encore) AgoraVox, mais quand je constate que des articles d’une telle nullité accèdent à la publication : je me gratte le menton...pour être poli !

    Morice : revient !

    Bien à vous.


    • sisyphe sisyphe 12 octobre 2010 11:03

      Plutôt que de pointer quelques parodies des hommes politiques (attribuées, par l’auteur, aux « jeunes bobos » ; terme passe-partout, ne correspondant à rien, terme de la novlangue de la droite décomplexée), il faudrait plutôt s’interroger sur les CAUSES de cette dégénérescence du débat politique, au premier rang desquelles se trouvent......... les hommes politiques eux-mêmes..


      A force de se discréditer, dès le plus haut rang de l’état, par une attitude et des propos de charretiers bling bling (« racaille », « casse toi pauv’ con », « karcher », et j’en passe...), de ravaler le débat politique à des anathèmes, des caricatures, à choisir comme « porte-paroles » les êtres les plus vulgaires et ignares (les Morano, Lefebvre, Estrosi, et autres Balkany), à force, SURTOUT, d’avaliser les exactions des gouvernants (conflit d’intérêt dans l’affaire Woerth-Bettencourt, refus de confier l’affaire à un juge d’instruction indépendant, propos racistes du ministre de l’intérieur, condamné, circulaires illégales contre les Roms), de vouloir démolir la justice, en la rabaissant au statut de bras armé de l’exécutif, de bafouer les décisions du peuple les rares fois où il est appelé à s’exprimer ( refus du Traîté européen par référendum, passé de force par l’Assemblée), à force de discours et de mesures démagogiques et anti-démocratiques, essayant de ratisser les voix de toutes les catégories possibles en seule vue des élections à venir, les dirigeants de ce pays ont totalement discrédité le discours et l’action des politiques,....

      C’est cette dégradation de l’action et du discours politiques par les politiques eux-mêmes, et, essentiellement ceux au pouvoir, qui favorise la montée des populismes, et des extrêmes..

      Il serait plus lucide, plus intéressant, et beaucoup plus productif de s’attaquer aux causes de cette détérioration, qu’aux artéfacts qui n’en traduisent que les effets. 

      Un article totalement à côté du problème. 

      • morice morice 12 octobre 2010 11:07

        L’entrisme ici du FN et de ses représentants devient GRAVE. Notre prétendu « étudiant en journalisme » fait quoi ? IL fait la promo à Martine. A chaque fois qu’il vient ici !


        démonstration :
        les expressions : comme par exemple « Le règne de l’UMPS, mélange de bobos, de bien-pensants et de people surexposés, marque-t-il la fin du débat de fond ? » sont bien celles d’un gars qui n’a aucune conscience politique propre et qui récite le bréviaire connu du FN.

        L’auteur est un habitué : il suffit de regarder sa liste de propagande ici :

        Ailleurs, on découvre davantage son activité et son rôle de promo :
        le foot, avec comme par hasard le PSG, noyé dans ses tribunes d’extrême droite racistes :


        mais on découvre surtout un ardent supporter de Zemmour, surtout quand il vient parler mercato en citant ....Marine...


        l’auteur qui vient ici faire la promo du FN ;, se révèle davantage en deux commentaires :
        « Comme chaque matin sur RTL, Eric Zemmour sort sa plume et marque l’actualité de son regard critique et réaliste. »
        un pour encenser Zemmour, l’autre pour faire la promo à fifille :
        « Ce jeudi, analyse de la situation de l’extrême droite en Europe, et en France avec le nouveau visage du FN proposé par Marine Le Pen. »

        on additionne ça avec le texte du jour, on obtient la conclusion :
        «  Triste constat qui, soyez-en sûrs, se lira facilement dans les urnes - surtout à travers le score du Front National - d’ici deux ans. Pari pris ? »
        signifie en fait « faites comme moi, les autres partis sont vieux, celui-là est récent et sa candidate à un »nouveau visage« ...


        Elle a peut-être un nouveau visage, mais vous ,votre MASQUE est évident : allez faire la promo de votre Marine ailleurs, ou repartez invectiver dans votre tribune du PSG, mais cessez de vous présenter comme »journaliste".


        • Jean Lannes Chris Lefebvre 12 octobre 2010 11:53

          Décidément vous me suivez partout ! Vous m’aimez ?

          Je ne vous en veut pas de votre agressivité. J’écris sans prétention, par envie, je ne prétend pas détenir la vérité absolue. Quand je pense quelque chose à propos d’un quelconque sujet, aussi insignifiant à vos yeux soit-il, j’écris. Ca ne fait de mal à personne.

          Enfin bref, pour la promo du FN, je ne me sent pas concerné. Et au Parc des Princes, je suis tribune Auteuil =). Dommage pour vous. Par contre pour « soutien de Zemmour », j’assume le compliment ;)

          Cordialement, en espérant que vous arrêtiez d’aboyer ;)


        • Philou017 Philou017 12 octobre 2010 13:29

          Pas d’accord avec vous Morice.
          D’abord Lefevre présente des points de vue sur différents sujets, et puis je vois pas où est le problème avec le FN. Le FN est un parti légal, qui se présente à toutes les élections. Ses membres ont tout à fait le droit de s’exprimer.
          S’il recèle quelques racistes et vrais négationnistes, il y a aussi des citoyens républicains qui ne s’y retrouvent plus dans la politique actuelle, à juste raison.
          Cette diabolisation d’un parti est exécrable, comme celle d’un Dieudonné, d’un Meyssan, de la supposée ultra-gauche. Elle vise essentiellement à diviser et marginaliser les opposants à la pense unique.
          L’UMP impulse une politique qui favorise les milieux financiers, appauvrit le peuple, mène sur le plan de l’immigration une politique qui n’est pas loin de ce que pourrait faire en pire le FN sur ce sujet et passe son temps à diviser les Français.
          Le PS a trahi tous ses idéaux et propose la même politique que la droite, à l’exception de l’immigration.
          Pourquoi diaboliser l’un plutôt que l’autre ? Cette façon de faire n’est qu’une version moderne du « diviser pour mieux régner ».

          S’il y avait un auteur à critiquer, c’est miss Ségurane qui passe son temps à écrire des articles à visées racistes et haineuses, et ce sans nuance.


        • Papybom Papybom 12 octobre 2010 18:29

          Monsieur Morice

          «  L’entrisme ici du FN et de ses représentants devient GRAVE. Notre prétendu « étudiant en journalisme » fait quoi ? IL fait la promo à Martine.A chaque fois qu’il vient ici ! »

          Martine ou Marine ? Il faut relire vos textes. Vous voyez qu’il y a des gens sérieux qui dissertent vos écrits.

          Cordialement et du repos…


        • Taverne Taverne 12 octobre 2010 11:24

          Mais à quoi sers-je,
          Se demande le bobo Serge.
          Pas le beau Serge de Claude Chabrol :
          Ce bobo-là se cherche un rôle.
           
          Alors il fait des parodies
          Qui ne valent pas un radis,
          Des « lip-dub » pour leur leader
          Et des lip-daubes en un quart d’heure.

          Mais à quoi sers-je,
          Se demande le bobo Serge.
          Alors il va au café des concierges
          Ou à la grand’messe poser un cierge.

          Les bobos Serge sont chanteurs
          D’ce seul refrain « mais à quoi sers-je ? »
          On entend jusqu’à Cergy-Pontoise.
          Le rire du Serge en recruteur.


          • bakounine 12 octobre 2010 11:25

            c’est nul cet article ; vous crtiquez un comportement politique, utilisez bobo à toutes les sauces et vous oubliez une chose Mr le web journaliste looooool et bien oui !!! vous même et votre metier. les politiques sont ce qu’ils sont devenu parce que les journalistes comme vous plutot que de travailler le fond ont préféré travaillé la forme le coté people de la fonction de politique.
            Aujourd’hui il ne faut pas avoir des idées mais une gueule pas trop laide un coté fashion et un discours qui plait a tous. et la merci les journaleux beau boulot. vous avez été efficace !!
            Votre travail ne vaut rien puisqu’au final vous n’etes, vous aussi, que des larbins qui ne cherchent que la reconnaissance et le pognon ^^ alors vous devenez des « bobo journalistes »
            pour finir Vos references sont terribles : twiter (pas plus beauf et people comme concept)
            face book wawouuuu vous avez plein d’amis^^ et un blog pour vous mettre en avant et bien avec tout ca je peux vous assurez que vous ne nous ferez que de la bonne grosse merde de journalisme......................oups non pardon un tres bon journaliste pour des journaux gratos a lire dans le metro et se torcher avec le soir.


            • LE CHAT LE CHAT 12 octobre 2010 11:45

              bobo est sur facebook  , est ce un jeune populaire ou un jeune socialiste ? smiley


              • Thérèse Leduc 12 octobre 2010 12:11

                Bonjour,
                Je pense que le terme bobo est détourné de son sens premier dans cet article.
                Cordialement.


                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 12 octobre 2010 13:28

                  J’allais le dire. Il y a erreur dans la définition.

                  Les bobos sont des socialistes instruits et aisés (csp+) qui vivent dans les beaux quartiers de Paris et pensent agir dans l’intérêt des classes laborieuses en votant DSK, alors que les jeunes UMP sont des blaireaux et des fils à papa, déjà vieillard dans leurs têtes, qui veulent surtout de l’argent. Ils soutiennent le Medef, Woerth, Lilianne Bettencourt, Sarko et pensent que TF1 et le Figaro disent la vérité.

                  Ceci dit l’auteur a raison quand il souligne qu’ils produisent tous des daubes innommables sur internet.


                • Thérèse Leduc 12 octobre 2010 15:11

                  Bonjour à vous,
                  Je suis presque d’accord avec vous mais je nuancerai en disant qu’ être bobo est dans un premier temps une façon de vivre et non pas une façon de voter.
                  Au plaisir de vous lire.


                • Ann O’Nymous 12 octobre 2010 12:28

                  La première partie de l’article peut se comprendre, notamment concernant la culture purement TV des jeunes pop.


                  La seconde partie, en faisant l’amalgame entre UMP et PS, est dans la pure veine FN.

                  • Rudolph 12 octobre 2010 13:43

                    J’espère que l’auteur gardera quand même courage à écrire sur Avox. Je pense que c’est une bonne chose de se faire les armes ici mais les lecteurs attendent probablement des articles présentant plus de fond ; car ce n’est pas une découverte ici que l’UMPS soit du flan défraîchi.


                    • Philou017 Philou017 12 octobre 2010 13:50

                      L’auteur : "Mais où est donc passé la politique ? Le règne de l’UMPS, mélange de bobos, de bien-pensants et de people surexposés, marque-t-il la fin du débat de fond ?"

                      Notre étudiant en journalisme découvre que la politique c’est fini. Bien vu.
                      L’Oligarchie a organisé le systeme de la pensée unique en promouvant ses pions dans les systemes médiatiques. Elle a compris dans les années 80 que la censure n’était pas productive et guère adaptée à l’époque.

                      Elle a donc décidé de s’approprier les médias, en mettant en place non pas la censure mais la promotion systématique d’une pensée unique : Europe libérale, Mondialisation, Monnaie unique, libéralisme économique, système de croissance.
                      Le truc est assez simple. On embauche et on fait la promotion de journalistes, commentateurs, intervenants qui vont tous dans le sens de ces options. D’autre part, on martèle le message que socialisme = communisme, et que toute forme de socialisme est dépassée et dangereuse. Sous prétexté d’audimat, on remplace les débats de fond par des débats polémiques et superficiels, où seuls les tenants de la pensée unique sont invités. On invite aussi massivement des économistes libéraux qui vont écraser le pékin moyen sous des arguties libérales qui démontrent à la fois l’inéluctabilité du libéralisme comme l’intérêt indiscutable de la prédominance du marché.

                      Dans le même temps, on infiltre le principal parti de gauche avec des gauchistes mous, qui vont se rallier à la thèse du libéralisme, et en faire la promotion. On infiltre de même le principal parti de droite avec des libéraux convaincus, en marginalisant le Gaulisme.

                      Voilà. La politique libérale, ne laissant que très peu d’options politiques, sociales ou économiques, rend obsolète tout débat réel sur ces sujets. Vu qu’il n’y a pas d’options, ni de choix économiques à discuter, encore moins de programme, pour nos tristes bobos de l’UMPS, que reste-t-il ?

                      La façon d’allonger les temps de cotisation, la politique sécuritaire, de l’immigration, et puis quoi ? La communication pour convaincre le pauvre électeur qu’il vaut mieux voter pour un libéralisme rose que celui en bleu, ou inversement.

                      Vous avez raison Lefevre, la politique a disparu pour l’essentiel. mais ce n’est pas un hasard.


                      • Proudhon Proudhon 12 octobre 2010 20:06

                        @l’auteur

                        Les Politiques ?

                        Qu’ils Partent Tous ! On fera bien mieux sans eux ! Comme l’’on fait les paysans après la « décapitation » de la noblesse, si l’on en croit Saint Simon...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jean Lannes

Jean Lannes
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès