Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Point de rupture

Point de rupture

Il n’est nul besoin d’être de gauche ni de figurer parmi les détracteurs du contrat première embauche (CPE) pour en venir à la conclusion que la méthode de Dominique de Villepin - le passage en force - est la plus mauvaise qui soit. Il suffit de se référer aux engagements du gouvernement précédent, dont l’actuel Premier ministre était membre, qui ont été consignés dans la loi relative au dialogue social de mai 2004.

"Le gouvernement prend l’engagement solennel de renvoyer à la négociation nationale interprofessionnelle toute réforme de nature législative relative au droit du travail. [...] Il saisira officiellement les partenaires sociaux, avant l’élaboration de tout projet de loi portant réforme du droit du travail, afin de savoir s’ils souhaitent engager un processus de négociation sur le sujet évoqué par le gouvernement", assurait cette loi. L’engagement était de bon sens. Et, arrivant à Matignon, M. de Villepin, s’est empressé d’y souscrire, déplorant que "les pratiques actuelles" de discussion entre le gouvernement et les partenaires sociaux soient "trop souvent sources d’incompréhension mutuelle".

Alors pourquoi, ensuite, avoir renié cette promesse ? Pourquoi avoir lancé le CPE sans écouter les mises en garde des ministres "sociaux" du gouvernement, dont Jean-Louis Borloo ? Pourquoi l’avoir fait adopter à la hussarde par le Parlement, en urgence et à coup de 49-3 ? Pourquoi n’avoir jamais pris langue avec les syndicats, pas même les plus ouverts au dialogue, comme la CFDT ? Aujourd’hui enfin, après les fortes manifestations de samedi, pourquoi s’entêter et faire la sourde oreille face à la colère ou à l’incompréhension d’une partie significative de la jeunesse et du monde salarié ?

A toutes ces interrogations, on devine qu’il n’y a en réalité qu’une seule vraie réponse. Alors que la sagesse commanderait d’engager enfin une réelle concertation sur l’emploi des jeunes, M. de Villepin veut montrer qu’il n’est pas homme à flancher. En bref, ce n’est pas l’emploi qui commande. Mais, bien davantage, la compétition avec Nicolas Sarkozy pour apparaître comme le chef de file de la droite, un an avant l’élection présidentielle.

Inquiétant aveuglement ! Car nul n’a intérêt à un durcissement du conflit social. Qui ne comprend les risques de dérapages ou de surenchères de cette épreuve de force ? Si le Premier ministre n’a pas la sagesse de le mesurer, il revient au chef de l’Etat d’imposer, enfin, le dialogue social. Trop d’incompréhensions se sont accumulées de part et d’autre pour sortir de l’impasse sans un geste fort : l’annulation ou la suspension de la réforme. En s’y refusant, Dominique de Villepin espère l’emporter à l’usure. C’est un pari irresponsable, tant il creuserait, davantage encore, la fracture sociale, et désormais générationnelle, qui mine la France.

Coupé du peuple, la politique gouvernementale risque bien de fâcher durablement les citoyens non seulement avec les lois, mais aussi avec la notion de "courage politique". En effet, à force d’obstination aveugle, la perte de confiance de la nation envers ses représentants risque de déchirer définitivement la "fracture sociale" et d’opposer les 2 France décrites par J.Marseilles, celle qui profite, et celle qui rame pour que les autres puissent en profiter.


Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • jco4667 (---.---.12.62) 21 mars 2006 10:42

    Effectivement : point de rupture.

    Ce message s’adresse aux administrateurs et modérateurs d’Agoravox.

    Est-il possible de filtrer les posts de certains commentateurs automatiquement, quitte à les réactiver éventuellement de façon ultérieure ? En effet, certains hyperactifs saturent depuis un certain temps les threads avec une logorrhée qui souvent ne m’apporte pas grand chose sinon me rappeler leur existence. Une sorte de « Comment Spam ».

    Je comprends bien que tout le monde puisse s’exprimer de façon égale. Je demande simplement à pouvoir filtrer certaines sources de commentaires (là, je parle de mecs qui postent sur TOUS les articles, TOUS les jours, comme si c’était leur job) afin de rendre plus agréable ma lecture quotidienne d’Agoravox. Au moins, à la TV, quand passe BHL, je peux zapper sans le revoir à nouveau 5 mn plus tard.

    Sinon, à défaut, est-il possible de ne pas afficher en regard des posts le visuel attaché au profil du commentateur ?

    Merci de votre réponse.


    • Marsupilami (---.---.190.22) 21 mars 2006 10:57

      Non à la censure, évidemment.

      Mais il faudrait quand même qu’Agoravox trouve l’équivalent informatique de l’entartage pour ponctuer chacune de tes interventions boboesques et maniéristes.


    • jco4667 (---.---.12.62) 21 mars 2006 11:13

      Damian,

      Encore une fois, tu lis mal. Je ne réclame aucune censure de quelque sorte que ce soit mais simplement un outil qui me permettrait de filtrer des commentaires répétitifs qui me gènent personnellement dans ma lecture d’Agoravox par leur fréquence excessive et leur redondance. Les autres peuvent encore lire ta prose si ça leur chante. Moi, j’identifie tes sempiternels et systématiques commentaires à l’emporte pièce sur tous les sujets à du spam.

      Si au moins tu changeais ton avatar de temps en temps, cela atténuerait le côté intrusif. Prends par exemple des cartoons, il existent en grande variété : tu as Bugs Bunny, Elmer, Daffy Duck et bien d’autres encore.

      Bien cordialement.

      PS : Je n’ai pas identifié d’autres hyperactifs sur Agora. J’ai du mal à me figurer les motivations d’une telle activité : pour moi, Agoravox n’est pas le dernier salon où on cause.


    • Marsupilami (---.---.190.22) 21 mars 2006 11:20

      Autre suggestion de pseudo : Noël Gaudin.


    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 21 mars 2006 11:51

      Il y a Scipion, le facho à côté de la plaque. Lui, si on peut le censurer, ça fera vraiment des vacances...


    • Sam (Paris) (---.---.108.229) 21 mars 2006 15:44

      Oui, oui, oui !

      Cela ferait du bien à la tête car il y en a, sans dire leur nom, qui spamment un maximum (Spam = commentaires non sollicités) en plus avec la photo... A croire qu’ils n’ont rien d’autre à faire, heureusement que le CPE va arranger çà !

      L’idée est excellente, ALORS LES MODERATEURS ???


    • Sam (Paris) (---.---.108.229) 21 mars 2006 15:59

      ...juste la photo, aller soit sympa vire la photo ou met celle de ta soeur, non pas à poils c’est pas la peine... hmmm bon alors parce que t’insiste...


    • José Peres Baptista José Peres Baptista 21 mars 2006 11:11

      Rage,

      La rivalité avec Nicolas Sarkozy est effectivement le moteur de Dominique de Villepin. Sa stratégie, calamiteuse non seulement politiquement mais socialement, était jusqu’à présent de doubler Nicolas Sarkozy sur les propositions qu’il envisageait de programmer. Le CNE-CPE était ainsi une première étape vers le contrat unique, une de ses propositions phares. La nécessaire refonte du Code du Travail, credo de l’UMP et des libéraux, était annoncée. Dominique de Villepin, en ne voulant pas attendre pour ne pas être taxé d’immobilisme face à l’activité de son rival, a pêché par orgueil et vanité.

      C’est bel et bien cela le drame de notre pays : nous sommes dirigés par des querelleurs orgueilleux...


      • jcm (---.---.37.232) 21 mars 2006 11:35

        @ Rien n’est impossible :

        « ...à force d’obstination aveugle, la perte de confiance de la nation envers ses représentants risque de déchirer définitivement la »fracture sociale« ... »

        Entièrement d’accord.

        Le rôle du pouvoir est-il d’imposer de force ce qu’il suppose « bon » (dans l’objectif d’un « plus grand bien commun »), quitte à provoquer de graves protestations, ou est-il de rechercher parmi les divers partenaires en présence ce que pourrait être une solution meilleure que l’existant et qui serait acceptable pour tous ?

        La différence porte exactement sur ce qui se produit aujourd’hui : ces manifestations qui sont un désordre coûteux pour tout le monde avec une issue incertaine.

        Il me semble que l’état ne doit pas être cette entité dominatrice et isolée qui éventuellement injectera du sable dans les articulations de la société parce-que tel sera son bon plaisir (la vision du « bien » qu’il voudra considérer sans avoir tenté de la partager) mais plutôt ce lieu de délégation du pouvoir par les citoyens afin que le pouvoir soit capable de placer là où il faut et au moment opportun ce qu’il faudra d’huile dans les rouages afin que le fonctionnement de la société en soit amélioré.

        Et l’on voit que le CPE fait plutôt figure de gravier que de lubrifiant : c’est une faute du pouvoir, qui pourtant avait été prévenu que cette loi avait peu de chances d’être bien acceptée par un grand nombre de citoyens.

        @ jco4667 : Point n’est besoin d’une telle censure (et je ne donnerai pas mon point de vue sur ce qu’elle pourrait avoir d’inacceptable).

        Je me contenterai juste de signaler qu’en utilisant Firefox comme navigateur, avec certaines extensions comme Adblock ou Greasemonkey chacun obtiendra exactement ce qu’il souhaite voir affiché sur les pages visitées.

        Inutile donc de proposer une mesure qui priverait tout le monde de contenus qui pourraient avoir un intérêt pour certains !


        • Yaarg (---.---.109.93) 21 mars 2006 12:48
          <<>> Encore un article sur le CPE, ça commence à devenir pénible. <<>>

          • (---.---.23.177) 21 mars 2006 13:16

            Personne ne vous oblige a le lire.

            .


          • Clem (---.---.89.19) 21 mars 2006 13:10

            Attention ceci est un article du « Monde » d’hier si je ne m’abuse. Mais je suis entièrement d’accord avec cet article.


            • PJ-BR (---.---.220.140) 21 mars 2006 14:26

              Une fois de plus on retrouve le travers français : l’incapacité de négocier avant le conflit, conflit étant le seul moyen d’évaluer les forces en présence. La boutade de Villepin à l’Assemblée Nationale « J’entends ceux qui manifestent mais j’entends aussi ceux qui ne manifestent pas » est d’ailleurs révélatrice de ce mode de pensée, comme le sont les grèves préventives des syndicats.

              En résumé la gestion des rapports sociaux à la française c’est : * Tout envisager en rapport de force.
              * Profiter d’un conflit pour évaluer les forces en présence
              * Surtout ne commencer la négociation qu’après le conflit.
              * N’aboutir à rien puisqu’au moment de la négociation tout le monde est bloqué sur des positions de principe et que tout compromis est impossible

              Méthode stérile. Il serait temps que nous changions.


              • (---.---.129.3) 21 mars 2006 15:20

                Le problème réside en réalité dans la tradition française, selon laquelle les rapports entre employeurs et employés passent par l’Etat. Il faut dire que les syndicats en sont essentiellement responsables, qui font systématiquement appel à lui en cas de conflits sociaux.

                Il existe des pays, pas forcément « ultra libéraux » ni même simplement libéraux, l’Allemagne par exemple, ou la négociation se déroule entre les partenaires sociaux.

                Si tel était le cas, ce sont les syndicats patronaux et ouvriers qui auraient mis au point les dispositifs par consensus, ce qui ne veut pas dire que les affrontements ne soient pas parfois significatifs. Et non la bureaucratie politico-administrative, toujours a concocter des usines a gaz technocratiques.

                Une « porte de sortie » puisque c’est, parait-il , ce que tout le monde cherche dans l’affaire du CPE pourrait être de renvoyer la balle aux partenaires sociaux pour qu’ils se mettent d’accord sur une solution acceptable à la place du CPE ou en concurrence avec lui.

                Ce serait, à la révolte, substituer une revolution.


              • Christophe (---.---.221.46) 21 mars 2006 16:04

                L’allemagne a adopté le principe de cogestion qui n’est pas en vigueur en France. Cela marque une grosse différence qui ne permet pas de les comparer.

                Mais si vous prenez l’exemple suédois, danois, ... enfin globalement nordique, la négociation entre patronat et syndicats a une place de choix et l’Etat n’intervient pas !


              • Eric (---.---.72.45) 21 mars 2006 15:36

                Bonjour

                Je suis conscient qu’un simple quidam qui cherche à comprendre et à exprimer une opinion n’a que peu de chance d’être entendu dans ce qui est plus un dialogue de sourds qu’un débat constructif. Et pourtant, celui qui ne dit rien n’est-il pas déjà coupable de contribuer à l’état général des choses...

                De ce fait je ne me positionne ni en pro, ni en anti gréviste « CPE ». Non, ma démarche serait plutôt de vouloir contribuer au déblocage de la situation d’une façon ou d’une autre. Car en fait, je suis employé de l’université des sciences de Toulouse et je vois nos étudiants partir, fleur au fusil, se battre contre un contrat qui ne sert que de carotte à ceux qui tiennent le bâton. Suite à une discussion avec un délégué syndical de mon service, il m’a été suggéré de venir exposer mes interrogations en Assemblée Générale. Quoi de plus normal, c’est donc ce que j’ai fait aujourd’hui. J’ai donc abordé 3 aspects et voici ce qui s’en est suivi : 1. J’ai souhaité savoir qui pouvait me dresser un comparatif objectif (sous forme d’un tableau par exemple) du CPE face aux 11 autres contrats existants en France : Pas de réponse. 2. J’ai souhaité savoir pourquoi appuyer à ce point l’aspect précaire du CPE alors qu’à ce jour plusieurs contrats précaires sont déjà utilisés et que rien n’est fait pour en demander l’abrogation ou la modification. J’ai aussi proposé que l’action se porte plus sur cet état de précarité en général plus que sur le retrait d’une mesure en particulier : On m’a répondu que tel n’était pas la préoccupation des Assemblées Générales, seule l’action comptait et non pas la proposition de solutions. 3. J’ai contesté l’action de blocus réalisée la veille ayant pour effet le blocage d’ambulances voulant se rendre à l’hôpital de Rangueil : il m’a été répondu que des consignes avaient été données pour les laisser passer aux abords de l’université et que le fait qu’elles soient bloquées en amont ne les regardait pas.

                Que dire de plus ? On pourrait refaire le monde sur des critiques sans apporter aucune solution. M. le Premier Ministre se dit ouvert au dialogue mais personne ne lui parle... Tout le monde se bat pour un nouveau contrat qu’à priori les grévistes n’ont pas lu (et je ne parle pas de leur porte parole). Tout le monde s’offusque que des entrepreneurs gagnent des salaires importants mais personne ne dit rien quand un joueur de football connu engrange 1 milliard d’euros par an. Bien sur leur carrière ne durent que jusqu’à 35 ans... finalement il n’y a pas tant de différences entre un joueur de football et un ingénieur informaticien dont personne ne voudra à ses 40 ans... sauf le salaire et le fait que l’ingénieur devra se reconvertir...

                On peut prétexter toutes les bonnes raisons pour prendre une population en otage, mais une prise d’otage reste un acte de non respect d’autrui, comme on peut arriver à tuer pour un tas de bonnes raisons (légitime défense par exemple) mais au final une vie s’est éteinte. A ce jour tous les établissements ayant fait un référendum à bulletin secret se sont prononcés pour la non reconduction de la grève. Par contre à l’oral cela semble être différent... Est-ce que de nos jours les personnes ont plus peurs des syndicats que des policiers ? Est-ce, comme il a été vu dans une commune proche de la mienne, la peur que quelqu’un qui travaille plus que ses confrères dans une administration communale se voit l’objet de menace et d’atteinte à la personne ?

                Je ne suis qu’un simple ingénieur de développement travaillant pour la fonction publique mais ayant vécu plus de 4 ans dans l’incertitude d’un emploi passant de contrats en contrats, publics et privés, j’ai connu la précarité bien avant que le CPE arrive et je me suis battu pour être là où je suis à ce jour. Je pense qu’il y a d’autres façons que la prise d’otage pour s’exprimer, c’est ce que les arts martiaux que j’enseigne m’ont appris.

                La suite donné à ce mail par vous tous me dira si j’ai raison ou si j’ai tord... Mais à force de croire que les gens ne savent pas penser par eux-mêmes, la surprise risque d’être encore grande l’an prochain... peut être que certains nos politiques nous expliqueront encore que les français n’ont rien compris...

                Bien à vous.


                • Sam (Paris) (---.---.108.229) 21 mars 2006 15:55

                  Ca fait du bien d’entendre enfin quelqu’un de sensé, je finissais par douter de mes contemporains...

                  Et pour compléter, l’UNEF n’a depuis 1968 fait que semer la merde dans les universités, mais chuut, faut pas le dire ils vont encore cogner.

                  Merci pour votre commentaire.


                • Hikaru (---.---.194.249) 21 mars 2006 18:21

                  Sans vouloir excuser la bêtise et la brutalité que vous dénoncez, je pense qu’elle est le reflet de celle du camp d’en face et qu’il est utopique d’imaginer des protestataires paisibles, nuancés, constructifs face à un gouvernement borné, autiste et idéologue.

                  Autrement dit, on pourrait imaginer d’organiser des forums, des discussions, des négociations autour du CPE. On se rendrait sans doute compte que des réformes peuvent remporter l’adhésion de la majorité de la population si elles répartissent d’une façon un minimum juste l’effort entre les entreprises et leurs salariés. Le gouvernement écouterait, débattrait, négocierait avant de promulguer la loi.

                  Mais ce qu’on a en fait c’est une bande d’incompétents méprisants, arrivés au pouvoir par défaut et qui, à l’encontre de leurs promesses d’une politique de droite modérée (« Je serai le président de tous les Français » a dit Chirac en 2002, ou quelque chose du genre) mênent une politique d’idéologues neo-libéraux tellement fermés à la discussion qu’ils n’ont pas jugé bon de consulter les partenaires sociaux avant de modifier le code du travail. Et que la majorité des Français soient déclarent opposés au CPE ne leur inspire pas des interrogations, mais le classique « ce n’est pas la rue qui gouverne ». Il me paraît dès lors inutile de rêver d’une réaction calme et nuancée de la population, elle ne serait simplement pas écoutée.

                  Alors face à un gouvernement de droite brutal, borné et idéologue, qui retrouve-t-on ? Surprise ! des protestataires de gauche brutaux, bornés et idéologues. Ben oui, c’est con mais il n’y a que ça qui marche pour les faire reculer.

                  C’est une espèce de spirale de la violence regrettable, mais je ne vois pas trop comment elle s’arrêterait. C’est comme pour le TCE. Les idéologues neo-libéraux qui nous gouvernent ne veulent pas savoir que la population n’est pas d’accord avec leurs choix. Le seul moyen se faire comprendre d’eux, c’est de leur mettre des baffes. Alors ce sont les brutes qui monopolisent les tribunes protestataires, c’est tout à fait regrettable mais il ne faudrait pas oublier que seules des brutes peuvent se faire entendre de nos jours.


                • Clém (---.---.89.19) 21 mars 2006 16:05

                  En écoutant les revendications des manifestants vous constaterez que la précarisation de l’emploi est le thème principal des revendications et cela concerne l’interim, les ssii, le cdd, les intermitents... Le CPE n’est qu’un pretexte pour combattre l’idéologie du « On a pas le choix », cad être obligé de faire des boulots de merde mal payés pour s’en sortir tout en s’apercevant que les richesses ne font que s’accumuler sans être réinvestit...


                  • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 21 mars 2006 16:27

                    Tout à fait... La précarité existe déjà via le cumul de CDD un peu traficoté, mais n’est pas légal. Le CPE institutionnalise cet état de fait, c’est là qu’est la nouveauté...


                  • Aramys (---.---.250.90) 21 mars 2006 22:50

                    Cet entêtement de Villepin ne viserait-il pas à focaliser l’attention du peuple sur un sujet bien moins préoccupant que d’autres sur lesquels il ne voudrait pas que les projecteurs soient braqués ? Je trouve tout cela très suspect.


                    • www.jean-brice.fr (---.---.2.76) 22 mars 2006 09:34

                      Il serait peut-être bon de chercher les CAUSES de la situation actuelle : pour cela, le site www.jean-brice.fr vous en donne une sérieuse...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès