Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pôle emploi : un dérapage voulu par le gouvernement ?

Pôle emploi : un dérapage voulu par le gouvernement ?

Les dysfonctionnements du pôle emploi ont-ils été cyniquement programmés par le gouvernement ?

Une question que nous ne devrions pas éluder !

220px-Santi_di_Tito_-_Niccolo_Machiavelli's_portrait_headcrop.jpg

Nicolas Sarkozy avait annoncé pendant sa campagne électorale la fusion de l’ANPE et des Assédic (ce projet était ancien mais n’avait jamais abouti). Depuis le 5 janvier 2009 le pôle emploi qui regroupe les ex ANPE et ASSEDIC soit environ 45 000 agents fonctionne.

Force est de constater que cette mise en place se fait dans la douleur, l’augmentation du nombre de chômeurs aggravant la situation.

Une préparation trop légère en amont semble-t-il qui ressemble à de l’amateurisme.

Selon le Directeur général du cabinet Altedia, Xavier Lacoste qui accompagne les entreprises dans leur fusion : « La préparation est toujours longue, un an au moins. Là, en plus, les statuts - public et privé - n’ont rien à voir. Il fallait davantage étudier les conditions de convergence. Pôle emploi, lui, a cru bon d’annuler l’appel d’offres sur l’accompagnement au changement. » ( source challenge)

Une fusion de cette ampleur qui rassemble 45 000 personnes qui ont des statuts différents ( statut public et statut privé ), une culture d’entreprise opposée, des méthodes de travail et des métiers divers ainsi que des implantations géographiqtues séparées aurait dû être davantage préparée.

Cette précipitation imposée par le gouvernement pour des raisons politiques a généré les problèmes qui retentissent sur le personnel du pôle emploi, les chômeurs et l’image du pôle emploi auprès du public.

AC20090505-01-poleemploi-charpy.jpgLaurent Wauquiez attribuant une note au Pôle emploi comme on distribue des bons points à l’école maternelle me fait sourire à défaut de me désoler.

C’est une attitude cynique et politicienne pour tenter de se dédouaner de la décision du gouvernement qui a obligé par ses directives irréalisables une fusion à "marche forcée".

Et si toute cette mascarade avait été programmée et si le but du gouvernement et de Nicolas Sarkozy était de mettre ces deux organismes en difficulté pour justifier une privatisation à terme du placement et du reclassement des chômeurs ?

Le marché est porteur, une manne royale que pourraient se partager sociétés d’intérim, conseils en stratégie et en placement en tous genres etc.. et le fruit est prêt à cueillir !

200904111702_zoom.jpgFin mars, Pôle emploi a lancé un appel d’offres au privé pour assurer le placement de 320 000 chômeurs pendant deux ans à partir du 1er juillet. L’appel se décompose en deux lots : la « prise en charge intensive » de 170 000 chômeurs éloignés de l’emploi et l’accompagnement de 150 000 licenciés économiques dans le cadre des conventions de reclassement personnalisé (CRP)

La sous- traitance de plusieurs milliers de dossiers par des entreprises privées m’interpelle.

Elle devrait inquiéter les salariés du pôle emploi, les syndicats et le public.


Petit résumé de la situation :

  • au niveau de pôle emploi et de ses salariés.

Des retards ont été pris dans la mise en place des sites mixtes ( agences qui regroupent ex ANPE et ex ASSEDIC),

dans les négociations collectives pour uniformiser les statuts laissant ainsi des disparités choquantes de traitement entre les agents,

la nouvelle convention n’étant pas encore signée , les deux statuts cohabitent ainsi que les deux niveaux de rémunération ( les ex-Assédic gagnent en moyenne près de 40% de plus que les ex ANPE )

dans la nomination des directeurs d’agence ...pour ne citer que ces quelques exemples

sur le terrain les agents qui doivent apprendre un nouveau métier sont formés trop rapidement ( voir en fin d’article le nombre de jours de formation) ce qui entraîne des erreurs dans le traitement des dossiers et des flous dans les réponses des agents

la montée du chômage n’arrange rien les conseillers pouvant suivre jusqu’à 200 chômeurs alors qu’initialement un portefeuille de 60 demandeurs d’emploi devait être prévu pour chaque agent.

Dans ces conditions s’occuper du suivi d’un chômeur de manière correcte devient mission impossible.

Une fusion constitue toujours une opération délicate car elle déstabilise toujours le professionnalisme des salariés.

Résultats :des tensions et des incertitudes en interne, des agents surchargés qui doivent en même temps se former, apprendre un nouveau métier et traiter un nombre croissant de dossiers.

Bref les résultats habituels d’une fusion mal préparée et mal gérée

  • au niveau des chômeurs et du public

Les agents font les frais d’une fusion menée trop rapidement et de la crise qui exacerbe les tensions

Débordés ils doivent faire face à un public mécontent et déstabilisé par l’ampleur du chômage.

Les offres d’emploi se sont effondrées et les chômeurs savent que retrouver du travail sera très difficile

Alors les tensions montent

" C’est toujours très dur d’obtenir un interlocuteur au 3949. Et il y a un tel afflux de nouveaux inscrits que les dossiers ne sont pas bien traités. Pôle Emploi demande aux gens de rapporter plusieurs fois des pièces qu’ils ont déjà fournies pour leur dossier, sans explication. Quand le dossier traîne, les conséquences sont graves. Les personnes ne savent pas si elles vont toucher ou pas une allocation, et sans cette réponse elles ne peuvent pas faire de demande de RMI ou d’ASS. »

Les chômeurs perdent patience » confie Jean-Pierre Antoine, Comité chômeurs rebelles CGT Lorient.

Alors il y a des dérapages qui sont inacceptables et les salariés du pôle emploi sont en première ligne.

Pour le seul premier trimestre 2009, la direction a communiqué aux syndicats un premier recensement, non exhaustif, des incidents : en trois mois, il y aurait eu sur tout le territoire 1 125 agressions verbales, 41 agressions physiques et 175 dégradations matérielles. « La comparaison est difficile avec les années d’avant la fusion car nous n’avions des chiffres nationaux que côté ANPE, mais il est certain que les incidents augmentent de façon exponentielle », commente Philippe Sabater, du SNU-Pôle emploi (ex-ANPE).

Médias, forums, sites divers et variés ne cessent de critiquer le fonctionnement du pôle emploi.

Ils n’ont pas tort mais le principal responsable est encore une fois le gouvernement qui a précipité par idéologie politique la fusion et la maintient malgré la crise.

Le public adhère massivement à ces critiques et s’en prend à tort aux salariés du pôle emploi qui prennent de plein fouet cette vague de mécontentement.

Mais encore une fois il est nécessaire de souligner que beaucoup d’entre eux font leur métier très consciencieusement et comme dans toutes professions il y en a d’autres qui sont moins motivés mais c’est humain et que celui qui n’a jamais eu dans son entreprise une baisse de" régime" leur jette la première pierre !

 

 Pour aller plus loin :

Salariés
Ex-ANPE : 29 838
Ex-Assédic : 14 837

Salaire mensuel
Ex-ANPE : 2 135 euros sur 12 mois
Ex-Assédic : 2 582 euros sur 14,5 mois

Formation au nouveau métier (d’ici à septembre)
Ex-ANPE : 3 jours (3 semaines auparavant pour un nouveau aux Assédic)
Ex-Assedic : 7 jours (6 mois auparavant pour un nouveau à l’ANPE)

Cinq mois après la naissance officielle du nouveau service public de l’emploi, le journal L’Humanité dresse un bilan de la fusion en temps de crise.

Un dossier en quatre volets :

Maltraités des deux côtés du guichet
Des mesurettes face à la déferlante
320.000 chômeurs « au casse-pipe »
Pôle emploi : points de vue

article paru dans Challenges

article de libération

voir "les dessous du social"blog de Marc landré journaliste au Figaro ( plusieurs articles sont consacrés au pôle emploi)e.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • jondegre jondegre 5 juin 2009 10:15

    Bonjour,

    Pour aller plus loin, je conseille la « strategie du choc » de Naomi Klein qui decrit bien tous les mécanismes mis en œuvre pour privatiser le bien commun depuis 30 ans dans le monde.


    • Colandon Colandon 5 juin 2009 10:26

      Bonjour,

      Au sujet de Pôle Emploi, 3 compte-rendus significatifs d’actions en Basse-Normandie.
       
      Bonne lecture

      http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-31133825.html


      Germain de Colandon



      GdC


      • ARTEMIS ARTEMIS 5 juin 2009 13:36

        bonjour colandon

        j’ai lu les articles que vous indiquez
        intéressant 
        comme je l’indique à pôle emploi vous avez tous les profils comme dans toute entreprise

        ceux qui sont humains, ceux qui le sont moins ,ceux qui font du zèle et ceux qui font leur métier pour essayer de reclasser au mieux les demandeurs d’emploi bref ...
        pôle emploi cafouille et les demandeurs d’emploi sont les grands perdants

        les fautifs ne sont pas les agents de base qui sont dans cette tourmente mais la hiérarchie et surtout le gouvernement
        le public est assez "remonté contre le service public en général c’est la porte ouverte à la privatisation.


      • titi 5 juin 2009 11:01

        En tout état de cause, l’ANPE et l’ASSEDIC fonctionnaient mal voire pas.

        Le « Pole emploi » n’améliorera peut être pas les choses, mais il peut difficilement faire plus mauvais que la situation antérieure...


        • ARTEMIS ARTEMIS 5 juin 2009 13:41

          bonjour titi

          d’accord avec vous avec de légères différences entre les régions
          mais ne pensez vous pas qu’il y a eu des erreurs intentionnelles ou pas du gouvernement dans la mise en place de cette fusion ?


        • appoline appoline 5 juin 2009 19:40

          @ Titi,

          L’anpe a toujours manqué à sa mission première : accompagner le demandeur d’emploi dans ses démarches et à retrouver du travail. Gros problème d’organisation, il aurait fallu former les conseillers à chercher les emplois là où ils se trouvent. Enfin, c’était avant, maintenant il n’y a plus rien à trouver. Peut-être chez certains restaurateurs qui ne se seront pas mis la TVA dans leur poche, là c’est moins sûr.


        • Bulgroz 5 juin 2009 11:53

          Il faut réformer la carte militaire,mais pas comme ça
          Il faut réformer la carte judiciaire,mais pas comme ça
          Il faut réformer le temps de travail,mais pas comme ça
          Il faut réformer l’Université,mais pas comme ça
          Il faut réformer l’école (les petites, les moyennes),mais pas comme ça
          Il faut réformer les écoles maternelles,mais pas comme ça
          Il faut réformer l’immigration,mais pas comme ça
          Il faut réformer l’Internet,mais pas comme ça
          Il faut réformer la taxation des hauts revenus,mais pas comme ça
          Il faut réformer l’indemnisation du chômage,mais pas comme ça
          Il faut réformer les procédures judiciaires,mais pas comme ça
          Il faut réformer les ports de commerce,mais pas comme ça
          Il faut réformer la représentativité des travailleurs,mais pas comme ça
          Il faut réformer le système bancaire,mais pas comme ça
          Il faut réformer les rémunérations des patrons,mais pas comme ça
          Il faut réformer la constitution,mais pas comme ça
          Il faut réformer la médecine de ville et de campagne,mais pas comme ça
          Il faut réformer l’hôpital,mais pas comme ça
          Il faut réformer la politique du logement,mais pas comme ça
          Il faut réformer la sécurité,mais pas comme ça
          Il faut réformer les régime spéciaux de retraite,mais pas comme ça
          Il faut réformer l’Etat et la décentralisation,mais pas comme ça

          Bien entendu et nous sommes tous unanimes sur ce point, il faut réformer le suivi des chômeurs mais PAS COMME CA.

          Je me demande bien pourquoi un président élu s’enquiquine à vouloir réformer quoique ce soit, alors qu’il serait si doux et surtout bien plus prudent et plus courageux DE NE RIEN FAIRE.


          • ARTEMIS ARTEMIS 5 juin 2009 13:44

            bonjour Bulgroz

            réformer oui mais pas comme cela
            c’est une frénésie de textes légaux et réglementaires qui inondent l’espace social
            tout ceci n’est pas raisonnable
            le retour de balancier risque d’être douloureux pour la majorité en place....


          • tchoo 5 juin 2009 12:16

            Pour avoir fréquenter, bien malgré moi, les deux entités ces dernières années, j’ai constaté, notamment avec une embauche importante de nouveaux agents, que l’accueil et l’écoute à l’ANPE s’améliorait.
            Depuis la fusion, c’est tout le contraire, et l’on ressent chez les agents une certaine lassitude et désaffection dans une pagaille assez indescrpitible....


            • Yohan Yohan 5 juin 2009 14:34

              Bonjour,

              Je suis curieux de savoir à quel prix ces lots vont s’arracher.
              Si ce sont des gros cabinets (Altédia, Ingeus, ...) qui sont choisis, les prix vont grimper, puisque déjà ils travaillaient autour de 4000€ (tarif assedic) l’année dernière. Si ce sont des groupements de pettites associations et petites structures, les prix risquent fort de chuter (340€ tarif ANPE). Il faudra bien qu’on nous explique ce que la fusion assedic/anpe aura permis de fixer comme taux moyen, « acceptable ».
              Sachant que les résultats des premiers avoisinent ceux des derniers, je crains néanmoins que les rillettes Bordeaux Chesnel bénéficient d’un sponsoring plus efficace que les Rillettes Leader Price.


              • ARTEMIS ARTEMIS 5 juin 2009 15:49

                bonjour Yohan bonjour vilain petit canard

                lorsqu’on examine l’arsenal des textes concernant le droit du travail on s’aperçoit que tout est fait plus flexibiliser à outrance les salariés
                maintenant ils vont être sans les mains des boites d’interim qui vont se charger de leur placement quel progrès social !!!!


              • Vilain petit canard Vilain petit canard 5 juin 2009 15:32

                Ben bien entendu c’est voulu ! Vous pensez bien, un marché de 4 millions de chômeurs, on va pas laisser ça au secteur public non concurrentiel, faut filer ça aux copains !

                On fait ça en plusieurs temps. On part du principe que les choses sont mal faites, puisque ce sont des « fonctionnaires ». Puis on « rationalise », en nommant comme exécuteur le bon gros Bertrand, qui décrète la « seule solution rationnelle » : fusionner, puisque c’est bien connu (deuxième principe) que plus c’est petit plus c’est « efficace » (ce principe n’est valable que pour les structures publiques). Au passage, on glisse que dans le privé ça marche mieux, mais bon, on va tenter l’expérience « fusion ». Une fois que c’est le bazar, on va s’exclamer, désolé : ah ben zut, finalement, on a tout essayé, va falloir passer tout le truc au privé.

                Les tarifs vont augmenter, mais bon ce sont les entreprises qui paieront, alors, c’est un peu normal, tout ça c’est la libre concurrence.

                On diminuera (un peu) les abominables charges sociales qui handicapent la France pays moisi et arc-bouté sur ses avantages acquis et qui paralysent la libre-entreprise.

                Quelqu’un touchera au passage un chèque de chez Addeco ou autre Manpower. Ou un poste de Directeur-Général grassement payé.

                Et après les agressions et les déprédations, on comptera les suicides des « fusionnés ». Mais bon, ce sont des « fonctionnaires », alors ça ne compte pas vraiment, n’est-ce pas ?


                • paulemploi 16 juin 2009 19:08

                  LES AGENTS ANPE N’ONT JAMAIS EU UN STATUT DE FONCTIONNAIRE...


                • barbouse, KECK Mickaël barbouse 6 juin 2009 09:45

                  bonjour,

                  en complément de la liste des dysfonctionnement il semble qu’il y a aussi l’installation de nouveaux logiciel, nécessitant une formation qui n’a pas été faite, ou presque, et qui au final place les agents dans une posture intenable :

                  lex agent assedic et l’ex agent ANPE n’accèdent pas aux mêmes parties du dossier, et finalement c’est le chomeur seul qui accède a la totalité de son dossier, ce qui fait qu’il a en face de lui des agents qui en savent moins que lui sur sont cas et ne peuvent répondre.

                  amicalement, barbouse ; 


                  • Dzan 6 juin 2009 09:46

                    C’est le propre de ce gouvernement : Tout à l’arrache.

                    On lance des « réformes » sans tenir compte des tenants et aboutissants.

                    Les concernés, se dé....

                    Voir la « réforme » Dati, contre vents & marées.

                    Bien sûr qu’il faut évoluer, mais réformer, pour dire « Voyez ; MOI, j’agis »

                    Sauf que la 1ère tentée par Son Immense Sérénitude ( je fais gaffe maintenant à ce que j’écris )
                    Celle des conducteurs de trains, sa Suffisance s’est vautré. Ca n’a pas fait de bruit, mais c’est ainsi.


                    • hans 6 juin 2009 11:03

                      Bonjour Artemis, oui j’ai immédiatement pensé aussi à une sorte de blocage voulu pour provoquer des radiations par défaut de réponses aux nombreux appels téléphoniques.
                      J’ai remarqué cependant que par exemple dans la région ou vivent mes enfants qui bien sur on sans cesse affaire à ce pole emploi (Chateauroux) tout se passe très bien.
                      L’engorgement ne concerne apparement que les régions riches en chomage (nord, est etc...)


                      • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 6 juin 2009 19:09

                        @l’auteur

                        Cette fusion avait été déjà concoctée dans le passé, certes mais sous des formes différentes l’Anpe devenant EPIC établissement public à caractère industriel et commercial, ensuite Maisons de l’emploi regroupant sur un même site les divers composants du SPE.
                         
                        Il a été aussi envisagé le passage en administration territorial de l’Anpe, fusion avec l’AFPA puis mariage à trois etc ... La pierre d’achoppement était toujours le différentiel entre les masses salariales de 1 à 2 voir +, toujours en défaveur des nouveaux impétrants ; l’Anpe ayant les plus bas salaires des 3 organismes.

                        C’est ce dernier projet qui est mis en oeuvre car, dans votre exposé, vous oubliez les 1 000 psychologues du travail qui seront trés prochainement rattachés à Pôle Emploi pour le versant orientation professionnel suite au démembrement de l’AFPA et sa mise sur le marché concurrentiel et marchand.
                         
                        Il faut donc ajouté ces personnels ce qui porte à 47 500 les effectifs à court terme (1 an )

                        Mais là où le bats blesse, c’est la décomposition des effectifs : les diverses directions doivent peser au minimum 12 500 (étiage) à maximum 16 000 (crue) et encore.

                        Faites le ratio et au sorti, vous obtenez une véritable armée mexicaine. La preuve, le nouveau siège de PO à Paris 20 éme -trés remarquable avec patio etc. au demeurant- se révèle trop étroit pour caser tout l’Etat Major ; où des services ont des sous directions sans directeur et où règne un trés large flou ou chevauchement des compétences techniques ou territoriales ou managériales.

                        La fusion a provoqué des schismes au niveau des reclassements ; certains voyant leurs plans de carrière mis à mal voir mort-nés avec toutes les conséquences que cela peut générer de rancoeur. L’Anpe est maitre en matière de mises aux placards dorés mais cela n’est pas ou prou le cas dans la culture Assédic et Afpa. Les cadres Assédic qui ont senti le vent du boulet ont négocié une rupture de leurs CDI dans de bonnes conditions ce qui n’est pas le cas sauf de manière spécieuse pour ceux de L’Anpe.Réintégration dans la Fonction Publique pour les cadres détachés avec cerise sur le gâteau une promotion pour un certain nombre.

                        Comme décrit par vos soins, les 3 cultures d’entreprise sont antagonistes et pour cause 

                        - L’Assedic « était » une compagnie d’assurance couvrant le risque de perte« s » d’emploi à statut privé- ayant encore cours 
                        -l’Anpe « était » une entreprise de décabossage suite à sinistres à statut public- mais pas Fonction Publique - salariés contractuels toujours en cours.
                        _L’Afpa est une entreprise de prévention et de formation suite à sinistre« s » à statut privé avec Convention Collective de l’Armement.

                        Il y a aura obligatoirement des cocus avec l’avênement d’une prochaine mouture de convention de gestion du personnel P.O et une explosion de sa masse salariale même à minima sans contre partie budgétaire.

                        Aucun financement pérenne n’est actuellement connu, les engagements actuels sont transitoires et tout laisse à penser que l’abondement budgétaire risque de traverser le Pot au Noir.

                        Quant à l’avenir de Pôle Emploi, il se situe dans le merchandisage. La situation d’échec dans laquelle s’engage P.O va causer sa perte par démonstration provoquée par les politiques.

                        Cette fission va laisser des morts sur le bas côté aussi bien les demandeurs d’emploi que le personnel de ce Machin comme disait le Grand Charles...Il ne faut pas omettre les entreprises, elles seront aussi touchées ;

                         On joue actuellement une partie PERDANTS/PERDANTS ...surtout si les « fondamentaux économiques » mettent du temps à se refaire une santé ce qui est loin d’être le cas actuellement. 

                         


                        • ARTEMIS ARTEMIS 6 juin 2009 20:36

                          @ furtive sentinelle

                          merci à vous pour ce long et trés enrichissant développement
                          concernant les fondamentaux économiques je vous conseille le blog de Paul jorion et la vidéo mise sur dailymotion http://www.dailymotion.com/video/x9hzmv_parlons-net-recoit-paul-jorion-5609_news
                          la crise est devant nous


                        • Manshivas Manshivas 7 juin 2009 00:35

                          Il y a presque trois ans, j’ai eu l’occasion de passé par l’une de ces sociétés, Ingéus.

                          J’étais à l’époque sur Rouen, je venais d’envoyé baladé mon employeur, une société éditrice de logiciels bancaire, ils me proposaient encore un CDD alors que cela fessait déjà 26 mois que j’enquillais des CDD chez eux...

                          Après avoir fais mes inscriptions à l’ASEDIC et à l’ANPE, j’ai été convoqué à une réunion d’information à l’ANPE. A cette réunion, un personnel de l’ANPE nous annonce que nous avons été sélectionnés pour être suivis par Ingéus, elle nous explique que c’est une expérimentation mené en Seine Maritime et dans les Hauts de Seine, et que nous sommes ici parce que nous sommes soit des chômeurs de longue durée, soit parce que l’on est dans une catégorie ou il n’est pas facile de trouvé du taf...
                          La, je m’dit que quelque chose cloche, ça fait que 2 semaines que je suis au chômage et étant développeur informatique, je n’suis pas dans une branche pauvre en offres d’emplois...

                          A la fin de son speech, lors de la séances questions-réponses, je lui demande comment cela se fait que je suis ici, bredouillage gêné de sa part sans pouvoir m’apporter de réponses. Je lui dit aussi que je suis attaché à mon service publique et que je ne désire pas être suivit par une société privée, avec un petit sourire gêné, elle me répond que si je refuse je serais radié..... 

                          Pas le choix, obligé d’y aller...

                          Je me rends donc à mon premier entretient la semaine suivante, ma « coach », une charmante jeune femme m’explique le fonctionnement, un RDV par semaine pour faire le point, épluchage des p’tites annonce de l’ANPE avec elle, elle distribue mon CV aux antennes parisienne, vue que je recherchais aussi en RP.

                          D’entrée de jeu, je lui fait part de mon mécontentement d’être « géré » par Ingéus, et que pendants quelques semaines, il ne faudrait pas compté sur mon assiduité à chercher du taf, ma femme était en début de grossesse et donc, j’avais d’autres chats à fouetter.

                          Les premiers rendez-vous se passent sans problème, comme je lui avais dit, ma recherche est plutôt très calme, à part m’être inscrit sur des sites de recherche d’emplois, dont celui de l’ANPE, je n’ai rien fais... On parle surtout de la grossesse de ma femme....

                          Au bout de deux petits mois, je trouve un emplois en région parisienne, cet emploi, je l’ai trouvé, ou pour être plus précis, c’est lui qui m’a trouvé. Je suis embauché par une société de service, et mon commercial est tombé sur mon annonce du site internet de l’ANPE.

                          J’appelle donc ma coach d’Ingéus pour lui dire que je ne reviendrais plus la voir parce que j’ai trouvé du taf, elle me félicite, et rapidement me demande de lui envoyer une copie du contrat. Je lui demande pourquoi, elle me répond que c’est pour permettre à Ingéus de dire à l’ANPE qu’ils ont remplis leur contrat avec moi, qu’il m’ont aidé à trouver du travail.....

                          Je lui dit gentiment que je ne suis pas d’accord avec elle, mon travail, je l’ai eu grâce au site internet de l’ANPE, et que de par ce fait, ils n’auront donc pas mon contrat.

                          Si mes souvenirs sont bon, à cet époque Ingéus touché un peut plus de 2000€ pour s’occuper d’un chômeur pendant un an (pas sur de la durée) et le double si le gars trouvait un taf, pas étonnant que pendant plusieurs moi je recevais des mails de relance pour que j’envoie mon contrat...


                          • ARTEMIS ARTEMIS 7 juin 2009 11:50

                            bonjour Manshivas

                            votre témoignage est fort intéressant
                            acceptez vous que je le poste sur mon blog droit du travai
                            voici le lien de mon blog

                            les lecteurs seront intéressés
                            merci de votre réponse


                          • cambacérès cambacérès 8 juin 2009 08:03

                            Mille et un faits et arguments intéressants dans cet artice, certes

                            Mais rien de convaincant par rapport à un titre qui semble relever davantage de la parano que de la réalité

                            Et toujours ces éternelles revendications de ceux qui ont un emploi et une carrière grace à ceux qui n’en n’ont plus.

                            çà suffit !!!


                            • ARTEMIS ARTEMIS 8 juin 2009 09:59

                              bonjour Cambacérès

                              si c’est tout ce que vous avez à dire c’est vraiment léger car parano est un bien grand mot !!

                              si réfléchir, chercher , déduire c’est de la parano alors vous portez mal votre pseudo vous devriez vous appeler je « gobe tout »


                            • cambacérès cambacérès 8 juin 2009 23:18

                              bonsoir artemis

                              je parlais du titre quand je parlais de parano
                              ce que ’j’ai à dire, surtout, c’est que la teneur de cet article, j’en ai déjà lu l’essentiel et les détails sur des sites où s’expriment en propre les contestations internes à POLE EMPLOI
                              c’est pourquoi je reste des plus perplexes


                            • ARTEMIS ARTEMIS 9 juin 2009 07:12

                              bonjour Cambacérés

                              vous savez les titres doivent être un peu accrocheurs 
                              concernant votre remarque je n’ai aucun lien ou intérêt dans pôle emploi je me pose coome vous beaucoup de questions sur les raisons du bourbier dans lequel sont les salariés
                               force est de constater qu’ils ne rendent pas le service attendu et les perdants sont les chômeurs
                              je pense sincèrement qu’on va lentement mais surement vers un transfert de leur activité vers le privé et tout est fait en ce sens
                              cordialement
                              bonne journée


                            • cambacérès cambacérès 9 juin 2009 11:12

                              je ne pensais pas à vous comme ayant partie ou intérêts aux arguments de cet article
                              reste que son contenu a pour qui connait un peu le sujet...un sérieux goût de déjà vu, compte tenu de l’eampluer des moyens employés par ceux qui voulant tropiller cette réforme, se répandetn sur internet, y compris de l’intérieur de POLE EMPLOI

                              Je partage votre tristesse vis à vis des perdants de ces petits jeux catégoriels : c’est pourqui je déplorais et déplore le comportement de ceux qui doivent leurs pantoufles à ceux qui n’ont plus de travail

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès