Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Politique fiction (1)

Politique fiction (1)

Imaginons. Première partie.

Imaginons que le maire de Paris, Bertrand Delanoë, soit très populaire. Qu’après le congrès de Reims, en automne dernier, et avec la crise sociale et économique, il devienne un véritable recours. En quelques sortes, l’homme providentiel comme il y en a peu dans un siècle.

Et imaginons que parallèlement, le Président de la République française, Nicolas Sarkozy, se soit complètement effondré dans les sondages. Qu’on le rende responsable de la crise, de la pauvreté, de la précarité, des mauvais soins, de la malnutrition. Et imaginons aussi qu’on lui reproche son népotisme, son amitié pour les riches, son intérêt personnel dans toutes les affaires financières du pays, ses liens avec des grands groupes privés étrangers.


Plantons encore le décor

Le gouvernement de François Fillon, soutenu par une très large majorité parlementaire UMP à l’Assemblée Nationale et au Sénat, n’avait cependant pas trop d’inquiétude pour le Président de la République. Élu jusqu’en mai 2012, Nicolas Sarkozy avait de toute façon encore le pouvoir pour les prochaines années et comptait sur quelques divines surprises de l’actualité pour se refaire une popularité.

Quant au Conseil Constitutionnel, présidé par un fidèle de l’ancien Président de la République Jacques Chirac, Jean-Louis Debré, même s’il se méfiait de Nicolas Sarkozy, il lui restait complètement acquis.

La popularité de Bertrand Delanoë n’était pas nouvelle mais elle devenait désormais …géante. Grâce à quelques tours de passe-passe financier avec l’une de ses entreprises, il avait réussi d’ailleurs à s’emparer de la chaîne de télévision M6 ainsi que de la station de radio Europe 1, deux médias essentiels pour progresser vers le pouvoir suprême grâce à leur forte audience.

Heureusement pour Nicolas Sarkozy, la chaîne de télévision TF1 et la station de radio RTL lui restaient acquises malgré son impopularité, notamment grâce à ses réseaux très étoffés au sein des grands patrons. Et il pouvait aussi se reposer sur l’audiovisuel public avec France Télévisions et Radio France dont il avait la maîtrise de la direction.


La mairie tremplin

Le maire de Paris Bertrand Delanoë avait vite compris que ses fonctions avaient plus d’importance politique que ne le laissaient prévoir ses attributions. Ce n’est pas pour rien que le gouvernement de la République avait refusé pendant plus d’un siècle de République de faire exister ce poste qui mettait en danger la sécurité du pouvoir en place dans capitale.

Ce fut le Président Valéry Giscard d’Estaing qui recréa cette fonction politique essentielle et malheureusement pour lui, il la perdit dès la première élection, en mars 1977, au bénéficie de son ancien Premier Ministre Jacques Chirac devenu un de ses farouches adversaires. Ce dernier, grâce à cette mairie, après bien des vicissitudes, près de deux décennies plus tard, parvint à devenir lui-même Président de la République.

Bertrand Delanoë n’a pas oublié cette histoire ni le fait aussi que recevoir tous les grands hôtes de marque, tous les chefs d’État et de gouvernement, le mettait à égalité avec Nicolas Sarkozy sur le plan international.

Et puis, son ambition dévorante et sa soif de pouvoir, alliées à un certain sens de l’ego, permettait à Bertrand Delanoë d’être lui-même convaincu que son tour venait et qu’il était effectivement bien l’homme de la situation.


Un appel aux armes

Tout commença quand sa télévision M6 retransmit une interview en direct de l’ancien Premier Ministre Lionel Jospin.

Bertrand Delanoë s’était bien gardé de montrer son amitié et sa fidélité pour Lionel Jospin car Jospin était, dans ce pays si volatile, encore plus impopulaire que Nicolas Sarkozy.

On reprochait à Lionel Jospin tout et son contraire, mais l’unanimité se faisait sur son ego détestable (mais quel homme de pouvoir n’aurait-il donc pas d’ego détestable ?). On lui reprochait tout à la fois d’être un trotskiste masqué représentant les intérêts d’une Union soviétique déchue et d’être à l’origine de la privatisation d’EDF, des délocalisations, d’avoir favorisé le grand capital international. Il était tellement haï par les Français qu’il avait préféré se réfugier aux États-Unis (les États-Unis, pour une raison historique obscure qu’il serait trop long à expliquer ici, avaient annexé entre temps l’Île de Ré).


Or, dans cet entretien télévisé en direct, Lionel Jospin demandait de son exil aux Français de sortir dans la rue les armes à la main et de renverser le pouvoir UMP par tous les moyens. Un appel à l’insurrection illégal qui, heureusement, n’était passé sur aucun autre chaîne de télévision.

M6, qui avait été mis sur le fait accompli par Lionel Jospin en raison du direct, a cependant voulu persévérer en annonçant que son service des programmes rediffuserait l’interview dans son intégralité.

Nicolas Sarkozy, aidé de Christine Albanel, la Ministre de la Culture et de la Communication, a alors décidé l’irréparable : interdire de diffusion M6.

Heureusement pour Bertrand Delanoë, Europe 1 pouvait encore diffuser et ne se privait plus à demander à ses auditeurs de se rassembler pour défendre la démocratie et la liberté d’expression.

Comme à chaque nouvel an, Nicolas Sarkozy avait cependant invité Bertrand Delanoë à assister à ses vœux. Un moyen, selon lui, de renouer le dialogue. Mais ce dernier, loin de vouloir y assister, mit en demeure le Président de la République de rouvrir M6 avant la veille de ces vœux.

N’aimant pas être soumis à ultimatum, Nicolas Sarkozy n’obtempéra pas. Et ce fut le début de la crise.


Des foules de plus en plus nombreuses

Le premier week-end qui suivait, en décidant que la place de la Nation s’appellerait désormais la place de la Démocratie, Bertrand Delanoë voulait montrer au pouvoir sa grande capacité à mobiliser les foules. Et les parisiens l’ont aidé : ils venaient en masse le soutenir. Mais la place n’était plus assez grande.

Alors il changea de lieu ; à chaque nouveau rassemblement, essentiellement le week-end, Bertrand Delanoë faisait le plein des foules à la place de la République. Une masse noire de Français, venus parfois de loin, sans le sou mais avides de reprendre un peu de pouvoir face à la logique financière internationale.

Au bout de quinze jours, la situation était franchement mauvaise pour l’UMP qui était paralysée et ne réagissait plus. Nicolas Sarkozy décida d’envoyer la troupe à la fois vers Europe 1 (en plein Paris) et à Radio France (à l’ouest de Paris) pour fermer l’antenne révolutionnaire et protéger la radio nationale.

C’est là que tout dégénéra…


La suite dans un prochain article.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 mars 2009)


Pour aller plus loin :

L’influence opaque de Lionel Jospin.

Nicolas Sarkozy serait un dictateur.



Moyenne des avis sur cet article :  2.07/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 21 mars 2009 15:06

    Maintenant quand Sarkozy apparaît, plus personne ne s’en aperçoit. Il n’intéresse plus les gens...


    • wesson wesson 22 mars 2009 00:43

      Bonsoir la taverne,

      "Maintenant quand Sarkozy apparaît, plus personne ne s’en aperçoit. Il n’intéresse plus les gens..."

      quand Sarkozy défile, on ne s’en aperçoit même plus !


       smiley


    • Polemikvictor Polemikvictor 21 mars 2009 15:11

      Bertrand Dalanoe !! La victime institutionnelle des JO ! un recourt ? Une tisane pour ceux qui veulent se raconter des histoires pour pleurer !
      Il est une des nombreuses illustrations du peuple de gauche , peuple de victimes, il ne souhaite pas etre dirigeant.
      Lui et Ruquier, pour la bonne conscience arrongante, sont les 2 illustrations de la gauche qui m’ont fait voter Sarkozy.


      • wesson wesson 22 mars 2009 00:46

        @polemik,

        "Lui et Ruquier, pour la bonne conscience arrongante, sont les 2 illustrations de la gauche qui m’ont fait voter Sarkozy."

        ce qui nous porte à croire que en définitive votre problème c’est plus l’homosexualité que la gauche !


      • Polemikvictor Polemikvictor 22 mars 2009 08:38

        Recuperation typique des abrutis par la propagande. Reliser moi, j’ai expliqué pourquoi ils ont participés à mon rejet de la gauche. se voir comme une victime n’est pas le propre des homosexuels, la bonne conscience arrogante non plus. Par contre, essayer de classer les gens qui ne sont pas d’accord avec vous sont typiques de tous les totalitarismes :
        On ne discute pas avec untel car c’est un anticommunisme primaire a été la démarche classique es Staliniens
        Tout contradicteur des écolos , se voit automatiquement cataloguer comme vendu au lobbys.

        Et toute critique d’un homosexuel ne peut etre le fruit que d’un homophobe convaincu. Renseignez vous les homos ont des idées , ils n’existent pas qu’en fonction de leur orientation sexuelle et comme les autres ils ont le droit que l’on critque leurs opinions, c’est une question de respect. 


      • morice morice 22 mars 2009 09:49

         fort juste, mais sylvain a le même problème... son droitisme fondamental l’empêche de l’accepter. En gros, il les attire...


      • foufouille foufouille 22 mars 2009 10:12

        @ pole
        alors heureux que ton maitre ait favoriser les tres riches ?


      • JONAS JONAS 21 mars 2009 15:33

        @ L’Auteur :

        " Fluctuat nec mergitur " est une locution latine signifiant " Il est battu par les flots, mais ne sombre pas ".

        Nicolas Sarkozy l’a notamment cité dans son discours du 31 février 2007 à l’attention de Bertrand Delanöé, alors en procès pour corruption.

        J’ai bien peur que Delanöé " de l’Arche ", sombre avec " sa " ville ! La dernière Arche a fini par s’échouer sur le Mont Arras, en Arménie.

        Par Isis, je vous parie que Paris restera au fond des flots pour longtemps et ne sauvera personne… !

        Mais, finir dans la " Cage aux Folles ", si c’est votre choix ! Je le respecte…. !

        Les goûts et les couleurs ne se discutent pas…..  smiley  smiley  smiley

        @ +


        • wesson wesson 22 mars 2009 01:24

          Cher auteur, cher ami,

          tout d’abord, je tenais à vous féliciter car, depuis le 13 octobre 2008 ou je fut accepté à la fonction de modérateur, j’ai pu voter pour la première fois en modération sur l’un de vos articles.

          Depuis cette date, vous avez écrit environ 70 articles, et j’en ai (enfin) vu passer 1 (seul) en modération. J’ai voté pour, tellement je me délecte à chacune de vos roboratives contributions !

          Bon alors, en quoi consiste votre cours de politiquement correct aujourd’hui ? Ah la vache : Un coup d’état contre Sarko, on joue à se faire peur à l’UMP dites moi !

          Vous faites dans l’audace cette fois. Bon, ça reste quand même une audace soigneusement mesurée. Delanoë on a quand même plus de mal à l’imaginer en auteur de Golpe que sur la scène du crazy horse avec une plume dans le derche à coté du PDG de Radio France. 

          Vous auriez pensé à Dati comme dictateur que ça eut été plus audacieux, en tout cas plus logique !

          Et puis avec Delanoë au pouvoir, on risque de pas trop sentir la différence. N’est-ce pas cet homme de gauche qui a sorti juste avant la crise - et avec un certain sens de l’à propos - un livre vantant le libéralisme et les bienfaits de la mondialisation ? Mais oui c’est bien lui, notre Blair Français. Pas de doute que avec des gens de gauche de la trempe de Delanoë, on a plus besoin de la droite pour faire des politiques d’inspiration ultralibérales, tout en les emmitouflant dans un discours de goche bobo façon novlangue.

          Au delà de ce superficiel sur lequel vous faites fond, ce que vous proposez en fait c’est autant de la même merde, mais dans un emballage différent, moins beauf, moins tapageur.

          tout le sophisme de votre scénario d’anticipation est bien visible dans le role que vous attribuez aux médias : d’un coté TF1, RTL resté pro sarko, et de l’autre M6, Europe 1 et France Inter du coté des putschiste.

          Entre TF1 et M6, ou entre RTL et Europe 1, la différence reste quand même subtile.Tout au plus troquerait-on un bétonneur breton contre un fainéant belge obnubilé par l’arrondissement de sa galette.

          Bref, on sents déjà la superproduction américaine dans votre série d’anticipation. Du cliquant, quelques effets spéciaux, et un scénario très simple à trois balles qui nous permet de mettre sa cervelle au frigo.

          Allez, économisez-vous l’écriture de votre prochain article, on a déjà tout compris. Ou alors proposez-le à TF1 (ou M6 si vous êtes du coté des putschistes), ils cherchent des séries avec des idées simples et consensuelles.


          • foufouille foufouille 22 mars 2009 10:15

            le choix du revolutionnaire est mauvais
            ces gens mangent entre tous les mois au siecle


            • Traroth Traroth 25 mars 2009 01:51

              Ce n’est pas de la politique-fiction, c’est du roman. Nul.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès