Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Politique : la finance à la manoeuvre

Politique : la finance à la manoeuvre

Depuis le premier tour de la primaire socialiste, le « système » se déchaîne pour protéger ses intérêts qui vont probablement être mis à mal dans les mois voire les années qui viennent. Nous allons exhiber 3 textes, comme par hasard tous trois parus dans Le Figaro et qui donnent le ton.

Commençons par le dernier paru d’entre eux. Devant la déconfiture de la zone euro, les deux fraichement nommés prix Nobel d’économie proposent de laisser tomber la souveraineté des états au profit d’une mutualisation de la dette des pays et donc au profit d’un état fédéral européen. A ce propos, commençons par remarquer que lorsque les prix Nobel se mêlent d’économie réelle, cela se passe en général très mal. On gardera, par exemple, en mémoire, le sinistre sort de LCTM aux Etats-Unis il y a quelques années et qui, bien que géré par des prix Nobel d’économie et selon leur orthodoxie avait déjà mis à mal le système financier américain globalement. Ce que disent ces gens-là ne peut donc pas être vraiment pris au sérieux et, plus philosophique, si l’on s’en réfère à la thèse de Karl Popper dans sa logique de la découverte scientifique, cette discipline ne peut aucunement prétendre à être une quelconque science. Pour terminer sur ce point, je voudrais apporter un témoignage personnel, puisque j’ai fréquenté, des années durant, les instances européennes du syndicalisme. Mettre en place un fédéralisme européen reviendrait inéluctablement à se mettre sous la coupe allemande. Je n’ai pas la place de détailler les raisons dans ce texte, mais je vous assure que je parle d’expérience. Chacun, alors, en son âme et conscience décidera s’il veut d’une Europe fédérale ou non.

Passons alors à l’éditorial du Figaro du 11 octobre dont l’auteur semble avoir une peur bleue des propos d’Arnaud Montebourg sur la « démondialisation ». Citons un extrait. L’un comme l’autre (Arnaud Montebourg et Marine le Pen NdA) veulent faire croire aux électeurs que la France et ses 62 millions d’habitants – soit 1% de la population mondiale – sont encore souverains et peuvent agir à leur guise. […] Pour y parvenir (à la régulation financière économique et sociale NdA) il faut trouver un accord avec tous les acteurs de la mondialisation, principalement les Américains, les Chinois et les Indiens. Qui sont beaucoup plus nombreux que les électeurs de la primaire socialiste. On trouve là tous les poncifs des gens qui nous gouvernent depuis des décennies et nous mènent à la décadence et à la misère. J’avais entendu lors d’un séminaire patronal à l’attention des syndicalistes, d’un grand patron du CAC 40 qui disait déjà, en 2005, que l’avenir de la France était de peser dans le concert mondial, un poids proportionnel à sa population. En 1945, dans un autre contexte, cela lui aurait valu le peloton d’exécution et il est malheureux que près de 70 ans plus tard, on en revienne à ce genre d’individus qui tiennent le haut du pavé. N’en déplaise à ces personnes, la France, depuis des siècles, pèse dans l’histoire du monde bien plus que le nombre de sa population et c’est parce que nos ancêtres ont travaillé pour cela que nous vivons aujourd’hui au niveau de vie qui est le nôtre et est dans les tous premiers mondiaux. La dernière remarque, rapide, que nous ferons sur cet éditorial affligeant, c’est que peu importe les USA, la Chine ou l’Inde. Les Lumières avaient inventé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Quand bien même 1% de la population du monde voudrait vivre différemment, à condition d’être rassemblée géographiquement, ce qui est le cas des français, il est alors légitime d’avoir cette souveraineté du choix de son mode de vie.

Terminons ce tour des articles du Figaro, par l’affligeante Laurence Parisot, qui ne doit sa carrière qu’à ses ascendants et sûrement pas à ses talents et qui est citée en conclusion d’une certaine Marie Visot qui est à peu près de même « pointure » puisqu’elle se fend d’un article dont 90% sont des citations des autres. Donnons la parole, donc, à la « clairvoyante » Laurence Parisot : aujourd’hui, nous sommes tous en train de chercher des dixièmes de points de croissance, et il faut bien comprendre que plus nous avons des possibilités vers des marchés extérieurs, plus nous permettons à nos entreprises de se développer et de contribuer à la croissance. Posons alors la question suivante à madame Parisot : Si nous comparons la croissance du niveau de vie de la révolution industrielle, disons 1850 à aujourd’hui, la mondialisation ayant été mise en place en 1974 (cf Maurice Allais), on a donc à comparer une croissance moyenne sur 50+74=124 ans, avec la croissance sur 2011-1974=38 ans. Il ne faut pas sortir de Polytechnique pour conclure. La croissance s’est faite sur les années où l’on n’a pas cherché les dixièmes de points de croissance à l’extérieur, mais sur les années où l’on a cherché des dizaines de points de croissance en interne ! Mais il est vrai qu’alors, le patronat vivait au milieu des français et non dans les paradis fiscaux au contact de la Jet Set.

Quand viendra-t-il enfin au pouvoir un homme ou une femme courageux et qui nous fichera tous ces guignols dehors ?


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 13 octobre 2011 10:14

    La solution n’est pas d’attendre 2012. Les principaux prétendants à la
    présidentielle sont d’accord pour revenir à un déficit de 3 % en 2013 et aucun ne
    défend ni le refus de payer la dette, ni un plan radical pour prendre sur les profits.
    Ce sera donc l’austérité contre les services publics et contre les classes populaires
    comme le font dès à présent les gouvernements socialistes en Grèce ou dans l’État
    espagnol.
    L’urgence est de prendre le mal à la racine, de remettre en cause radicalement le
    remboursement de la dette et l’austérité. Seul le rapport de force construit dans les
    luttes, dans les manifestations peuvent contraindre patrons et gouvernement à
    reculer. Lire ci-dessous :
    http://2ccr.unblog.fr/2011/10/10/refusons-de-payer-leur-crise/




    • VU L ETAT DU PAYS NOUS REPUBLICAINS SUGGERONS A A MONTEBOURG DE SE
       
      JOINDRE A J L MELENCHON POUR CHASSER LES LOUPS HORS DE PARIS...CA IRA CA
       
      IRA ... DES 2012 LE PAYS SERA VENDU SINON A LA DECOUPE PAR L UMP
      ...LE LOUP ET SA MEUTE (fable hongoise...)
      .
      par l ’..UNION DES MAGOUILLEURS PARISIENS "SECOND DEGRéu veut dire UMP


    • Kalki Kalki 14 octobre 2011 10:23
      Il n’y a pas de crise de la dette, il n’y a pas de crise économique.

      Il y a une crise de compétitivité qui est une fausse crise : la robotique et les systèmes informatiques existent ( et l’avancé de ceux ci dépendent aussi d’intelligence économique : et un travailler plus ne change rien en ce cas précis ). Il y a une crise politique globale, mais qui n’a rien à voir avec l’économie réelle …, soit la crise sociale … qui sert pourtant de fondement pour assoir un pouvoir totalitaire, sans réflexions DÉMOCRATIQUES sur la forme et le fond.

      • IL y a des choses qui ne doivent pas se marchander.
      An assessment of the costs and benefits of a great debt-write off for European countries

      Le professeur Evans a déclaré que ce que lui et ses collègues ont constaté « est stupéfiant ».

      • Les pays européen peuvent réduire leur dette totale de 64% grâce à l’annulation de la dette croisée interconnectés, prenant la dette totale de 40,47% du PIB à 14,58%
      • Six pays – Irlande, Italie, Espagne, Grande-Bretagne, France et Allemagne – peuvent amortir plus de 50% de leurs encours de la dette
      • L’Irlande peut réduire sa dette de près de 130% du PIB à moins de 20% du PIB
      • La France ne peut pratiquement éliminer sa dette – en la réduisant à seulement 0,06% du PIB

      Solutions :


    • jef88 jef88 13 octobre 2011 11:33

      La croissance s’est faite sur les années où l’on n’a pas cherché les dixièmes de points de croissance à l’extérieur, mais sur les années où l’on a cherché des dizaines de points de croissance en interne ! Mais il est vrai qu’alors, le patronat vivait au milieu des français et non dans les paradis fiscaux au contact de la Jet Set.

      C’est vrai !
      De plus l’ascenseur social fonctionnait. On donnait des responsabilités à des gens qui avaient peu de formation mais beaucoup d’imagination et de volonté.

      Maintenant tout fonctionne avec diplome, procédure, protocole.
      Comme disait mon adjudant en 1964 : « réfléchir c’est commencer à désobéir ».


      • révolQé révolté 13 octobre 2011 12:12

        Penser qu’une élection de plus changera quoi que ce soit en 2012... ???

        Ha !ha !ha !!!!

        Après 5 présidents c’est tjrs la même merde,certes accentuée depuis le nain.

        Le seul changement possible se fera malheureusement (un jour...)par la force comme à chaque fois.


        • BisonHeureux BisonHeureux 13 octobre 2011 14:15

          Nous pouvons créer la surprise en prenant conscience de la valeur de la candidature d’Eva Joly !
          Une femme d’exception qui se présente par soif de justice et non de pouvoir !
          Hasta la libertad
          Salut et fraternité


          • oui....MAIS ELLE PARLE TRES MAL LE FRANCAIS...POURRAIT ELLE PASSER LE NOUVEAU TEST DE FRANCAIS DU FACHO...GUEANT

            SINON NOUS LA VERRIONS BIEN GARDE DES SCEAUX

            ALORS LES MAGOUILLEUR ET MARCHANDS D ARMES QUELQUEFOIS MINISTRES OU LES DEPUTES ET SENATEURS DES CLUBS D INFLUENCE (HIPPOCRATE...101 MOUILLéS°)

            LE REITERE MA PROPOSITION........ REOUVRIR LE BAGNE DE CAYENNE EN PLUS GRAND POUR CES GENS LA...


          • herbe herbe 13 octobre 2011 21:51

            Tout à fait d’accord avec ce que vous dites :
            "Les Lumières avaient inventé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Quand bien même 1% de la population du monde voudrait vivre différemment, à condition d’être rassemblée géographiquement, ce qui est le cas des français, il est alors légitime d’avoir cette souveraineté du choix de son mode de vie." !!!

            Questionné sur le même sujet, je trouve que NDA s’en est très bien tiré aussi :

            http://www.fhdr.fr/841/dupont-aignan-vs-polony-pulvar-3-pol-ruquier-081011-onpc/

            On peut commencer vers 1mn18 ....


            • herbe herbe 13 octobre 2011 21:55

              Puis pour la réponse à la 1ère question de « la France seule » sauter vers 3mn29


            • TSS 13 octobre 2011 23:36


               mardi soir ,sur FR3,chez Taddei, frederic Lordon a fait une description apocalyptique(mais réelle)

              de ce qui nous attend malgré les milliards injectés dans les banques !!

              A.Madelin et les liberaux presents tiraient la« tronche »,habitués qu’ils sont aux economistes

              formatés« langue de bois »...rejouissant mais sombres perspectives... !!


              • kéké02360 14 octobre 2011 09:44

                l’eurodictature et les banksters c’est ici :
                la crise !!!!!! ils nous prennent vraiment pour des primaires !!!!! smiley

                http://fouthese.com/2011/10/12/video-lexcellent-olivier-delamarche-annonce-la-dictature-des-banquiers-sur-bfm-tv/ 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès