Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pour François Hollande, le chemin se fait en marchant

Pour François Hollande, le chemin se fait en marchant

Il y a-t-il un pilote dans l'avion France ? Selon un sondage CSA des 5 et 6 mars, 55% des français considèrent que le gouvernement ne sait pas où il va en matière économique et fiscale. Si une relative sérénité règne encore l'Elysée, le manque de ligne directrice, de cap, a des effets hautement anxiogènes sur la France d'en bas.

Jeudi 7 mars, François Hollande s'est longuement recueilli devant la dépouille de Stéphane Hessel dans la cour des Invalides. A quoi pensait alors le président ? Au résistant, au vieil homme "délicieux", amateur de poème ?? Ou, au premier signataire de la motion "Oser, Plus Loin, Plus Vite" engagé à 95 ans dans la bataille du congrès socialiste de Toulouse à l'automne 2013 ? Sans doute aux trois. Mais peut être, à une phrase en particulier du disparu : "il ne suffit pas de savoir que ça va mal, il faut savoir comment aller dans la bonne direction".

Perçu comme flegmatique, surnommé "Pépère" au sein même de l’Élysée, François Hollande, après une campagne présidentielle et dix mois d'exercice du pouvoir, reste un mystère. Jamais départi de ce léger sourire qui n'est pas sans rappeler celui de la Joconde, le Chef de l’État est présenté comme un inoxydable optimiste.

Faute d'explications, de feuille de route partagée, François Hollande donne l'impression, et la France avec lui, d'être un bouchon balloté par les flots, sans voile pour avancer, sans carte pour s'orienter. Un Christophe Colomb qui faute d'apercevoir un bout d'Amérique est contraint de rationner toujours plus son équipage.

"Ça doit passer" estime-t-on au doigt mouillé au Château. Ce n'est qu'une question de temps avant une amélioration, voire un retournement de conjoncture. Il suffirait donc de faire le gros dos et d'attendre le retour des beaux jours. Avec l'option pour les angoissés, de brûler des cierges à l'autel de Notre-Dame des causes désespérées.

Le risque est pourtant double. D'une part que les amortisseurs sociaux, déjà largement sollicités, cassent en route. Que la période d'hivernage soit beaucoup plus longue qu'espérée d'autre part.

Homme intelligent, taxé par les observateurs d'habileté mais aussi de louvoiements, François Hollande sait qu'il n'a pas droit à l'échec. Que celui-ci, comme la faillite de la république dans les années 30, ouvrirait la porte au retour, sous des traits trompeur de douceur et de jeunesse, des vieux démons.

Faute de certitudes et de visibilité, le président, comme un homme dans le brouillard, avance à tâtons. Prudemment. N'hésitant pas à faire des crochets pour éviter les obstacles qui se dévoilent au dernier moment. Comme un premier de cordée, il tente de trouver une voie au flanc d'une montagne hostile. Peu importe que derrière, on râle et on s'interroge. Une seule chose compte. Pas après pas, avancer. Et ne jamais douter.

François Mitterrand disait, "là où il y a une volonté, il y a un chemin". François Hollande après une décennie à la tête du PS a fait siens les mots du poète espagnol Antonio Machado : "Caminante no hay camino, se hace el camino al andar". "Toi qui marche, il n'y a pas de chemin. Le chemin se fait en marchant". Il faudra s'y habituer.

Crédit photo : Présidence de la République (C. Alix)


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 9 mars 2013 09:18

    Bonjour, Henri.

    D’accord avec la tonalité de cet article. Au vu de la manière dont fonctionne l’exécutif, on peut effectivement penser que Hollande a basé toute son action (en l’occurrence son inaction) sur un hypothétique retournement de conjoncture qui lui permettrait d’aborder la fin de son quinquennat avec des indicateurs en voie d’amélioration, tant sur les comptes publics que sur l’emploi.

    Dans un article parodique publié jeudi (Hollande au ski), c’est précisément cet évitement des obstacles et ces louvoiements que j’ai brocardés. Il est encore temps de changer pour le président, mais il est à craindre que sa nature ne le pousse, au contraire, à continuer dans la même voie en s’en remettant à sa bonne étoile. Pas très glorieux pour un Chef d’Etat. Après le calamiteux mandat de Sarkozy, serions-nous abonnés à des « erreurs de casting » ?

    Cordialement.


    • bigglop bigglop 9 mars 2013 19:58

      Comme @Fergus, j’apprécie votre artcle.

      Hollande a pour cap le social-libéralisme, avec la même méthode utilisée au sein du PS, la fameuse ’’synthèse’’.

      Il est un joueur de poker, mais est-il aussi bon qu’il veut le croire ?

      Il fait deux paris dangereux, comme l’explique Jacques Sapir :
      ’’Le premier porte justement sur le TSCG. Ce dernier est censé signifier un engagement de « sérieux » des pays signataires, en échange de quoi l’Allemagne pourrait assouplir son attitude sur la BCE et accepter de financer des pays comme la Grèce et le Portugal qui auront besoin d’une aide supplémentaire. François Hollande fait le pari que ce qui importe est le vote et non l’application du traité’’
      ’’Le second pari porte sur le chômage. François Hollande semble se résoudre à une forte montée de ce dernier en France. Mais, il espère que ceci ne sera que momentané. D’ailleurs, il a dit dans sa récente intervention sur la chaîne de télévision TF1 qu’il se donnait pour tâche d’inverser le mouvement du chômage à la rentrée de 2013. Le pari réside ici dans l’espoir que la conjoncture internationale s’éclaircira dès l’été 2013, et que la croissance hors de la Zone Euro tirera cette dernière de la trappe de récession dans laquelle elle s’est enfermée.’’


      • zomboid zomboid 9 mars 2013 22:57

        Flamby flamba.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès