Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pour la République une et indivisible

Pour la République une et indivisible

L'EUROPE DES REGIONS QUE L'ON VEUT NOUS IMPOSER, C'EST COMME LE MONTRE L'ILLUSTRATION DE CET ARTICLE LA FIN DU CODE DU TRAVAIL ET DES LOIS EN FRANCE EN FONCTION DES REGIONS !

Non à la ratification de la charte européenne des langues régionales et minoritaires

 

Une alliance se noue entre les nostalgiques de l’ancien régime et les libéraux.

Certains parlent d’une alliance contre nature ! A voir

Les premiers aimeraient revenir aux grandes régions traditionnelles avec une valorisation institutionnelle de la langue « d’origine »

Les seconds : libéraux et européistes voudraient que l’Europe soit constituée de grandes régions ayant leur propre personnalité et leur propre loi.

Cette évolution permettrait de mettre fin aux statuts nationaux et aux acquis, de tout ce qui protège les citoyens mais gêne la « concurrence libre et non faussée ».

Des défenseurs des droits de l’Homme, se disant pour le progrès et favorables au développement des langues régionales voudraient faire croire que les adversaires de la Charte Européenne des langues régionales et minoritaires seraient opposés à l’existence de ces langues….

Il ne faut pas se tromper de débat….

Les langues régionales ne sont pas mises en cause par les laïques que nous sommes, elles ne doivent pas devenir le marqueur de régions, rattaché à un territoire devenant un stigmate d’exclusion.

 

« Contre la dislocation de la République,

Pour l’égalité des droits

 

Participez tous à la Rencontre nationale

Contre la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires

Pour la défense de l’unité de la République !

A Paris le 10 Mai 2014

Le gouvernement a décidé d’accéder aux revendications séparatistes et régionalistes des partisans de l’Europe des régions, du Saint-Empire Romain germanique des landers. Sous couvert de la promotion de langues régionales qui ne sont nullement menacées, il s’agit de redessiner la carte du pays en créant des régions de toutes pièces avec des « langues » différentes.

Aucune langue « minoritaire » qui ne se rattache pas à un « territoire » n’est concernée par la mise en œuvre de cette Charte européenne. Sont exclus : l’allemand, l’espagnol, l’italien, le portugais, l’arabe, le turc…. Il ne s’agit que d’idiomes qui permettent de redécouper le territoire de la République, parfois avec des arrière-pensées pour des régions frontalières d’autres pays.

C’est la mise en œuvre de l’Europe des régions sur le cadavre des Etats-nations. Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation, revendique que l’Acte III de la décentralisation donne le pouvoir réglementaire aux régions et futures régions en cas de redécoupage. C’est-à-dire la capacité d’édicter des lois, décrets et circulaires différents d’une région à une autre.

Cela serait la fin de l’Egalité en droit des citoyens

Cela serait la fin de la République une, indivisible, démocratique, laïque et sociale !

La Fédération nationale de la Libre Pensée appelle les libres penseurs, les laïques, les démocrates, les républicains, les syndicalistes et les militants à se mobiliser massivement pour faire échec à cette tentative réactionnaire qui nous ramènerait à l’Ancien-Régime des provinces.

 

Le 10 mai 2014 à 14H

Bourse du Travail – Salle Ambroise Croizat

3 rue du Château d’eau 75010 Paris

(Métro : République)

Sous la Présidence de Christian Eyschen Vice-Président de la Libre Pensée

Exposé introductif de Jean-Sébastien Pierre Président de la Libre Pensée

Prendront la parole :

 Gilbert Abergel, vice-Président du Comité-Laïcité-République

Jean-François Chalot, Secrétaire général du Conseil National des Associations Familiales Laïques

Aliette Geistdoerfer, Secrétaire générale de l’Union rationaliste

 Ramiro Riera pour l’association Laïcité-Liberté

Yves Pras, Président du Mouvement Europe et Laïcité (CAEDEL)

Georges Gastaud, Président de COURRIEL

 Jean-Noël Lahoz, syndicaliste libre penseur

Une communication de Françoise Morvan sera portée à la connaissance des participants

Les conclusions seront faites par David Gozlan, Secrétaire général de la Libre Pensée.

La mobilisation commence pour la défense de l’unité de la République et de l’Egalite des droits. »

 

Chaque association et organisation invitée à cette rencontre a sa propre orientation et son champ de compétences mais ENSEMBLE, elles mènent le débat et agissent pour la défense de la République.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.05/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Loatse Loatse 2 mai 2014 18:56

    C’est le syndrome de la tour de Babel dans un pays ou l’on débaptise la salle napoléon III à Fontainebleau pour la rebaptiser Théâtre Cheikh Khalifa Bin Zayed al-
    Nahyan. (une petite stèle de remerciements suffisait), ou nos chateaux et hotels sont dépecés et le mobilier, cheminées, dorures, tableaux emmenés à l’étranger, ou l’on s’apprête à vendre alstom aux ricains tandis que les chinois s’offrent nos vignobles..

    Quand nous serons à poils et que plus rien ne nous appartiendra, m’est avis que nous aurons d’autres préoccupations plus urgentes que d’apprendre le breton, le catalan, le nissart... etc...

    Foutage de gu...le en long en large et en travers destiné à nous diviser encore un peu plus et in fine à nous affaiblir. Le meilleur moyen de nous amener à accepter la disparition de l’état nation qu’on brade déjà au plus offrant. 

    Il faut rester groupir ! smiley




    • njama njama 2 mai 2014 19:58

      tu oublies Loatse
      ... et des immeubles entiers vendus à des fonds de placement étrangers, dont les loyers serviront à payer des pensions de retraites d’anglais, d’américains, ou de rentiers du Qatar et copains ...
      et n’escomptez pas que ces investisseurs seront conciliants, l’anonymat des actionnaires permettra qu’ils soient de véritables Thénardier féroces sur la rentabilité de leurs placements ...
      je ne serais pas très surpris que d’ici une décennie ou deux, resurgissent des bidons villes (favelas) en Europe 

      http://www.dailymotion.com/video/x169mq_groupir_fun

       smiley


    • Txotxock Txotxock 2 mai 2014 19:50

      C’est du même niveau qu’à droite, les fantasmes sur la théorie du genre. Avec le même type d’aveuglement


      • claude-michel claude-michel 3 mai 2014 08:42

        Encore une trouvaille des politicards pour dissoudre notre pays dans la fange de l’UE... !


        • oncle archibald 3 mai 2014 08:52

          Monsieur Chalot, quel manque de confiance en vos propres convictions … pourquoi donc la France ne pourrait-elle être au contraire le moteur d’une évolution de la règlementation du travail dans le reste de l’Europe ? 

          C’est bien à mon avis le seul avenir de l’Europe, être à nouveau le moteur du progrès social, fabriquer une société qui fasse envie au reste du monde. Cela nécessite de s’opposer aux anglos saxons et aux asiatiques, et alors ? Ce que tout le monde feint d’oublier c’est que l’Europe est à la fois le premier producteur et le premier marché du monde … 

          Nous sommes très puissants, il n’y a aucune raison de se plier. Les chinois seront plus ennuyés que nous si un jour nous décidons de fabriquer des chaussettes et des chemises en Europe. Les autres ennuyés seront les actionnaires de quelques multinationales qu’il serait grand temps de ramener à la raison, et nous le pouvons.

          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 4 mai 2014 05:24

            Bonjour Oncle Archibald, j’ai pensé à vous en écrivant un petit topo passant par Fontarèche, Sérame, manière de dire à cet auteur jacobin et autoritaire que les régions ont le droit de vivre... 
            http://dedieujeanfrancois.blogspot.com/2014/04/fleury-en-languedoc-corbieres-mysteres_20.html


          • zygzornifle zygzornifle 3 mai 2014 09:42

            Dans peu de temps c’est Bruxelles qui va gérer les régions .......Nos élus deviendront des têtes de gondoles comme dans les hypers ....


            • CHALOT CHALOT 3 mai 2014 11:51

              Oncle Archibald :

              l’Union Européenne d’aujourd’hui c’est une chape de plomb sur les parlements nationaux....La fin des services publics, le tout concurrence pour que certains s’en mettent plein les poches.
              Avec la charte européenne des langues régionales, première étape vers l’Europe des régions, chaque région aura ses lois, ses textes....Ce qui mettra un terme à la République une et indivisible. Vous êtes bien naïf !

              • oncle archibald 3 mai 2014 18:23

                Ainsi d’« après vous on ne peut rien faire avec un bulletin de vote dans un pays démocratique, lui même partie portante d’une europe démocratique ?

                 »Ils« en profitent parce qu »ils" ont réussi à persuader les citoyens que c’est comme ça et qu’on n’y peut rien. C’est totalement faux ! 

                Nous pouvons tout, et je suis persuadé qu’une immense majorité de citoyens d’Europe aspirent quasiment à la même société. Il suffit donc d’en être conscients et de le vouloir vraiment pour que ça se passe. C’est en baissant les bras comme vous le faites que tout le monde se fait bouffer par des technocrates qui ne sont que nos commis et ne seraient rien sans nous.

              • kimbabig 5 mai 2014 20:43

                « une immense majorité de citoyens d’Europe aspirent quasiment à la même société »

                En voilà une belle sottise ! chaque pays a des besoins, des attentes, des modes de fonctionnement qui sont incompatibles. C’est ce qui fait que justement le projet de « construction européenne » est une erreur gravissime... qui se révèle en un échec lamentable, surtout par rapport aux merveilles promises pour arracher 51% de oui en septembre 1992.

                Par contre, malgré sa diversité, le peuple Français est un peuple soudé, qui a pu obtenir un modèle social assez généreux et à vocation égalitaire, entre les gens comme entre les territoires.

                Notre modèle social jacobin, c’est la garantie des mêmes droits pour tous et sur l’ensemble du territoire.

                Pour casser cela, et tenter de diviser pour mieux régner, l’union européenne et ses collabos aiment ressortir de la naphtaline un régionalisme qui ne correspond plus à rien d’autre que du folklore. Allez vous balader dans le 66, dans 29, dan le 06, les jeunes n’y parlent plus les dialectes locaux, mais .


              • Hervé Hum Hervé Hum 3 mai 2014 13:57
                l’Union Européenne d’aujourd’hui c’est une chape de plomb sur les parlements nationaux....La fin des services publics, le tout concurrence pour que certains s’en mettent plein les poches.
                Avec la charte européenne des langues régionales, première étape vers l’Europe des régions, chaque région aura ses lois, ses textes....Ce qui mettra un terme à la République une et indivisible. Vous êtes bien naïf !

                Vous êtes tellement aveuglé que vous ne voyez pas la contradiction dans vos propos.

                D’un coté vous dites que l’UE impose ses lois, de l’autre vous dites que ce sera les régions !!!

                Sans doute avez vous oubliez quelque chose en route, et c’est là le problème... Vous oubliez ce qui dérange votre propre égo, la France n’est pas ou plus le nombril du monde, ni l’Europe, ni les USA, ni la Chine, etc... Nous partageons tous la même planète. Si la culture est locale par nature, l’économie est globale par destination.


                • kimbabig 5 mai 2014 20:44

                  Nous sommes Français, puis nous sommes Terriens. L’europe ? A la poubelle !


                • Bergegoviers Bergegoviers 3 mai 2014 15:32

                  Ce qu’il faut à la France, c’est que son peuple prenne enfin conscience qu’il est le plus grand, le plus beau et le plus intelligent du monde.

                  Que sans son action lumineuse, humaniste et bienfaisante, la société humaine sombre dans l’abime de la barbarie la plus rétrograde.

                  Si le peuple comprenait cela, alors il soutiendrait son Gouvernement démocratiquement élu par lui à la majorité et le représentant fièrement sur la scène internationale, et lui permettrait de porter cette Grande Nation, Pays des Droits de l’Homme Universels, Fille Aînée de l’Eglise ayant inventé l’idéal laïque pour exprimer son amour inconditionnel de tous les hommes et de toutes les femmes, au firmament des nations.

                  Alors la France pourrait jouer enfin ce rôle de moteur mondial de l’évolution humaine que la divine providence lui a à coup sûr assuré.

                  J’appelle donc tous les Français à s’unir afin de sauver le monde et d’apporter à l’univers l’harmonie et la prospérité joyeuse que seule la France a le pouvoir de lui apporter.


                  • Petrus Amritam Romanus Petrus Romanus 3 mai 2014 15:52

                    mort de rire ou plutôt rire de mort smiley


                  • Hervé Hum Hervé Hum 3 mai 2014 21:03

                    Ce qu’il faut bergegoviers, c’est que tous le monde pense la même chose que cela

                    "que son peuple prenne enfin conscience qu’il est le plus grand, le plus beau et le plus intelligent du monde.

                    Que sans son action lumineuse, humaniste et bienfaisante, la société humaine sombre dans l’abime de la barbarie la plus rétrograde."

                    de l’humanité et de la vie... Mais peut être n’êtes vous pas un humain ???


                  • Steini 3 mai 2014 15:49

                    Il n’y a strictement aucun rapport entre le droit du travail et la Charte Européenne des Langues Régionale. Quelle piteuse diversion de la part des ennemis des langues régionales que de vouloir le faire croire...

                    Le français est une langue ethnique comme toutes les autres langues de la terre, et non un volapuk surgi de nulle part et qui cristalliserait miraculeusement sur son nom toutes les vertus républicaines...

                    La République n’a pas à avoir de langue unique, elle doit parler toutes celles de ses citoyens. Lorsqu’un groupe culturel dominant abuse de sa supériorité numérique pour imposer l’usage et l’hégémonie de sa langue aux autres groupes linguistiques d’un pays, cela porte un nom : l’impérialisme et le colonialisme !

                    Lorsque ce viol linguistique se fait au nom d’une pseudo « égalité républicaine », cela porte un autre nom : l’imposture !
                    Lequel de nos ultra-nationalistes jacobins (pléonasme) oserait affirmer qu’imposer l’usage et l’hégémonie de la langue anglaise à tous les ressortissants Canadiens, y compris aux dialectophones Québécois et aux patoisants Acadiens, serait de nature à favoriser « l’égalité républicaine » au Canada ???

                    Au contraire, ces mêmes pharisiens nous expliqueraient alors qu’il s’agirait plutôt d’impérialisme anglo-saxon, et que « l’égalité républicaine » au Canada implique obligatoirement l’égalité des langues minoritaires et majoritaires (anglais/français) et non la suprématie d’une langue sur l’autre. Quelle duplicité idéologique !

                    Ce qui est valable pour les minorités régionales francophones à l’étranger (Acadiens, Québécois, Wallons, Romands, Valdotains), à savoir la reconnaissance publique et la coofficialité de leur langue spécifique, l’est également pour les minorités régionales allophones de France : Bretons, Corses, Basques, Catalans, Occitans, Flamands, Alsaciens-Mosellans ! Tous le reste n’est qu’hypocrisie, double-langage, impérialisme panfrancophone et chauvinisme grand-gaulois !


                    • Petrus Amritam Romanus Petrus Romanus 3 mai 2014 15:58

                      Chaque corps n’a-t-il pas sa propre (ou sale) langue ?

                      Le mot « langue » prononcé par Jean produit-il la « même » vibration que lorsqu’il est prononcé par Paul ?

                      La vibration produite par la prononciation du mot « langue » tout à l’heure est-elle la « même » vibration que celle produite par la prononciation de ce « même » mot maintenant par le « même » Jacques ?

                      Jacques et sa langue sont-ils les « mêmes » maintenant que tout à l’heure ?

                      Ainsi de la relativité... smiley


                    • Petrus Amritam Romanus Petrus Romanus 3 mai 2014 16:06

                      Lorsque « je » éructe un « nouveau » son pour désigner un « nouvel » objet, par exemple ce chien « kylorephazumif », étendant ainsi la langue d’un nouveau « nom », est-il nécessaire d’étendre aussi le nom de la langue de français à « francokylorephazumifais » et d’en demander la reconnaissance à tous les légiférants-à-la-place-du-sans-nom ? 


                    • Steini 3 mai 2014 16:51

                      N’est-il pas honteux qu’en plein 21ème siècle, au soi-disant « Pays des Droits de l’Homme », les locuteurs Bretons, Corses, Basques ou Alsaciens en soient toujours encore réduits à devoir batailler bec et ongles pour le respect de leurs droits linguistiques les plus fondamentaux !!!
                      « Une langue que l’on n’enseigne pas est une langue que l’on tue, tuer une langue est un crime » releva fort justement l’historien Jullian.
                      Comme pratiquement tous les Alsaciens, j’ai subi une scolarité complète sans jamais y avoir rencontré une seule fois notre propre langue ostracisée et pourchassée jusque dans les cours de récréation. De la Maternelle à l’Université, de la salle de lecture à la cour de récréation, les jeunes Alsaciens doivent baigner dans un univers exclusivement francophone destiné à les couper définitivement de leur propre langue maternelle.

                      Imaginez l’indignation de nos ultra-nationalistes jacobins (pléonasme) s’il en était de même au Québec, en Wallonie ou en Romandie !

                      En France, défendre ses droits linguistiques les plus fondamentaux est considéré comme une magnifique vertu lorsqu’il s’agit des patoisants ’Acadiens’, des dialectophones Québécois, des Wallons, des Romands ou des Valdotains, et comme un horrible vice lorsqu’il s’agit des des Bretons, des Corses, des Basques, des Catalans, des Occitans, des Flamands, ou des Alsaciens-Mosellans. Ainsi va la morale au pays de l’impérialisme panfrancophone érigé en religion d’état.

                      Aujourd’hui, toutes les langues régionales de France sont menacées d’éradication pure et simple par l’assimilation scolaire obligatoire des enfants. Ce qui n’empêche nullement le pays des belles déclarations de donner des leçons de savoir-vivre au monde entier, notamment sur la manière dont les Canadiens anglophones ont impérativement à respecter et à officialiser le « droit inaliénable » des dialectophones Québécois, - et même des patoisants Acadiens ! -, à je cite « une société distincte du reste du Canada anglophone », basée sur le particularisme régional de « l’exception culturelle francophone » !

                      Lorsque la France n’y attise pas carrément le séparatisme ethno-linguistique : « Vive le Québec libre ! »

                      La France tient un discours ici, et son exact contraire là-bas, en fonction des lubies de l’impérialisme pan-francophone et du chauvinisme Grand-Gaulois.


                      • scylax 3 mai 2014 21:22

                        Tout à fait d’accord.

                        Ca me fait rigoler de voir ces anciens soixante-huitards (dont l’auteur de l’article) renier les idées de leur jeunesse, le régionalisme par exemple (gardarem lou Larzac), pour se réfugier dans un laïcardisme petit-bourgeois à la Ferry ou Combes, et dans un républicanisme dont Marx disait qu’en France il est le cache-sexe du pouvoir de la bourgeoisie.

                      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 4 mai 2014 05:43

                        @ Steini. Entièrement d’accord.
                        @ Scylax. Tout mon soutien après la censure dont vous avez été victime... Et estimez-vous heureux de n’être plus à l’époque de Robespierre... Il n’empêche que les dictateurs révolutionnaires existent encore (dont certains soixante-huitards transgéniques). A propos des Jacobins, ne sont-ils pas responsables de la réaction qui s’ensuivit et qui nous valut un empereur et un grand désastre en conclusion ? (toute ressemblance avec la France de 2014 et des personnes existantes ne saurait être que fortuite).


                      • scylax 4 mai 2014 12:53

                        @ Jean Francois Dedieu


                        Merci pour votre soutien. Il faut vraiment que le lobby islamique soit puissant pour cette censure, car je ne parlais que de 6 Nobel juifs sur 9. Bref...
                        En revanche, vous l’avez peut-être vu, mon article sur Mussolini a pu passer. 
                        Dont acte.

                      • oncle archibald 4 mai 2014 08:37

                        @ Steini : si les Alsaciens ou les Occitans ont été obligés par l’état centralisateur à abandonner leur langue régionale, c’est pour qu’ils soient des Français à part entière. Dois-je vous rappeler qu’au début du XXeme siècle les Français parlant la langue d’Oil ne pouvaient même pas communiquer avec les la plupart des autochtones Alsaciens, ou Catalans, ou Corses, ou Basques, etc … 

                        Il était indispensable pour l’unité nationale d’avoir une langue unique et donc de demander à ceux qui utilisaient leur langue régionale en langue unique d’y renoncer. Est-ce anormal ? Ou bien souhaitez vous une « Alsace libre » pour reprendre les exhortations du général De Gaulle aux Québécois ? 

                        Les langues régionales d’accord, mais au titre de la conservation d’un patrimoine culturel local, rien d’autre. Une option parmi d’autres, comme c’est le cas actuellement. Et dans mon midi ou la langue d’Oc parlée au quotidien s’éteint en même temps que les plus vieux du village, on n’entend désormais que les écolos tombés de leur combi Volkswagen en 1968 pour parler mal un occitan approximatif avec l’accent parisien, ce qui fait hurler de rire tous les autochtones.

                        Les problèmes de l’Europe sont ailleurs. Réglons d’abord l’unification des systèmes de protection sociale et de la fiscalité, décidons si on protège ou non les frontières de l’Europe par des taxes douanières, et pour ce qui est de l’Occitan ou de l’Alsacien, on verra plus tard, par ce que ç’est complètement secondaire.

                        • Steini 6 mai 2014 16:35

                          au ’sahib’ Archibald 

                          « Il était indispensable pour l’unité nationale d’avoir une langue unique et donc de demander à ceux qui utilisaient leur langue régionale en langue unique d’y renoncer. Est-ce anormal ? » 

                          Oui, absolument, d’autant que ce n’est pas du tout le bilinguisme que vous prônez, mais l’hégémonie coloniale d’une langue sur toutes les autres !!!!

                          « Une langue unique serait indispensable pour l’unité nationale » décrétez-vous, ...selon l’évangile jacobin de Saint Robespierre, je suppose !? 

                          Encore une ’vérité’ révélée qui se passe de la moindre démonstration...

                          La Suisse, voisine de l’Alsace, a pas moins de 4 langues nationales, les Suisses Francophones sont-ils moins Suisses parce qu’on ne leur a nullement imposé la dictature d’une langue allemande auto-proclamée : « langue nationale unique et obligatoire de toute la confédération hélvétique » ?

                          Tous les Suisses sont fiers de l’être, la diversité linguistique n’empêche nullement l’unité nationale. Il n’y a pas de séparatisme dans les pays qui ont toujours respecté leur pluralité linguistique, car les gens heureux n’ont pas besoin de se révolter.

                          Au contraire, c’est la France « une et indivisible », pays de l’impérialisme et du colonialisme panfrancophone, qui est de loin le pays occidental qui a le plus de mouvements séparatistes sur son sol, et pour cause !

                          La plupart des pays démocratiques, grands ou petits, riches ou pauvres, sont pluriethniques et donc officiellement plurilingues (Canada, Inde, Suisse, Belgique, Italie Espagne etc), seule la France jacobine a fondé son identité sur le mensonge d’Etat de son uniformité linguistique (ethnicisation de la langue française). Tous les crimes ont donc été commis pour que la réalité colle enfin à ce mensonge d’Etat. Le jacobinisme, c’est comme le stalinisme, lorsque la réalité ne colle pas à l’idéologie, c’est la réalité qui est fausse et non l’idéologie...

                          Et voila le résultat : de plus en plus de Bretons, de Corses, de Basques, de Catalans, de Flamands et d’Alsaciens-Mosellans en ont par-dessus la tête de ce pays où l’enflure panfrancophone a remplacé Dieu et le roi, et où même les athées et les anars se prosternent servilement devant cette idolâtrie.

                          et bien sûr, comme par hasard, cette « langue nationale unique indispensable » selon vous, c’est évidemment la vôtre... Le hasard fait si bien les choses...

                          Enfin, si je vous ai bien compris, la sauvegarde de langues spécifiques comme celle des dialectophones Québécois et des patoisants acadiens, est une chose tout à fait secondaire et anecdotique.

                          Il faut d’abord veiller à l’unification des systèmes de protection sociale et de la fiscalité en Amérique du Nord, avant de songer à octroyer un quelconque statut à la langue régionale française au Canada. 

                          L’enseignement de la langue française dans la province du Québec ne doit être envisagé « qu’au titre de la conservation d’un patrimoine culturel local et rien d’autre. Une option parmi d’autres », ...entre la couture, le grec ancien, la bourrée ou le freesbee...

                          Quant à l’avenir (ou non) de la langue française au Canada, une langue qui n’est parlée que par moins de 2% des Nord-américains !, ...« on verra plus tard, par ce que c’est complètement secondaire »...

                          Mais qu’attendez-vous pour le claironner à vos coreligionaires francophones Acadiens, Québécois, Wallons, Romands ou Valdotains, eux qui s’imaginent tous avoir des droits linguistiques particuliers ???

                          Le Nigéria anglophone, à lui tout seul, a plus d’habitants que tous les pays francophones additionnés, alors à quoi bon sauvegarder cet idiome inutile et encombrant...

                          Ah j’oubliais, Il faut sauver le soldat ’panfrancophonie’ parce que le français est la langue du « Pays de la Liberté », du « Pays des Droits de l’Homme », du « pays-phare de l’Humanité », du « Pays des Déclarations » gratuites en tout genres, bref du pays des fanfarons et des ’gens importants’, ceux aux idées courtes et au melon extra-large...

                           

                           


                        • tolérance 13 mai 2014 19:38

                          Ma langue maternelle n’est pas le français, mais une langue régionale. Ai-je néanmoins le droit d’être Français, ou faut-il que je renie mon passé, mes souvenirs d’enfant heureux ?
                          La démocratie aime le pluralisme et la différence. Je pense m’être épanoui grâce à l’apport de plusieurs bains linguistiques. C’est toujours avec plaisir que de pouvoir évoluer à l’étranger en connaissant plusieurs langues. Le bonheur passe par l’ouverture sur les autres, la communication et le dialogue. Le passé nous a montré que les origines des conflits ont pour causes le nationalisme et le repli sur soi, la négation de la différence. Nous sommes à l’heure de l’Europe et non à la notion de territoire ou de défense du « village ». Je revendique l’usage des langues régionales au nom de la liberté, condition indispensable à l’accès au bonheur.


                          • CHALOT CHALOT 13 mai 2014 19:58

                            Ce n’est pas l’usage de telle langue régionale que je mets en cause mais le fait qu’on va arriver à recruter en fonction de la langue régionale.
                            Or la France c’est une Nation, une langue qui permet de vivre ensemble, de se comprendre.
                            Lisez l’intervention que j’ai faite au nom du CNAFAL et qui est en lien plus haut.


                            • Steini 14 mai 2014 16:45

                              Cher M. Chalot, peut-être l’ignorez-vous, mais le temps des colonies est révolu, même en France.

                              C’est à l’administration qu’il incombe de parler la langue des administrés et non l’inverse. L’administration est au service des citoyens et non l’inverse.

                              D’ailleurs que repondrieriez-vous à un fonctionaire Canadien anglophone qui s’établirait au Québec, qui exigerait cranement de tous ses administrés Québécois l’usage exclusif de la langue anglaise, une langue arbitrairement décrétée « langue unique et obligatoire de la royauté britannique et du Canada un et indivisible » et qui refuserait catégoriquement d’apprendre et d’utiliser le dialecte francophone local ?

                              Un comportement de goujat et d’impérialiste anglo-saxon ? 

                              Que répondrierez-vous à un fonctionnaire Suisse alémanique qui s’établirait à Lausanne ou à Genève, tout en refusant d’apprendre le français local mais en exigeant au contraire des autochtones Romands l’usage de la langue allemande, arbitrairement décrétée « langue unique et obligatoire de toute la Confédération helvétique »...

                              Un comportement indigne de ’race supérieure’ germanique ? 

                              Même les nazis en France vaincue ne se comportaient pas ainsi, c’est dire !

                              Eh bien le comportement de sahib de certains fonctionnaires grands-gaulois qui s’établissent en Bretagne, en Corse, au Pays Basque ou en Alsace tout en refusant hautainement de s’intégrer dans leur région d’accueil en apprennant la langue autochtone est tout aussi condamnable.

                              Le devoir d’intégration ne s’adresse pas uniquement aux non-francophones et aux immigrés, les francophones sont eux aussi concernés. Vous n’appartenez pas à une race supérieure !

                              Si un Canadien anglophone qui s’établit au Québec est obligé d’apprendre le dialecte français local, - et ce avec votre bénédiction ! -, je ne verrai pas pourquoi un francophone qui s’établit dans une région allophone de France ne serait pas lui aussi obligé d’apprendre la langue de sa région d’accueil.

                              Oui aux immigrants francophones qui font l’effort de s’intégrer dans leur région d’accueil, non aux colons grands-gaulois qui abusent de leur supériorité numérique en France pour imposer l’hégémonie et la dictature de leur langue à tout le monde.

                              L’impérialisme panfrancophone est tout aussi condamnable que l’impérialisme anglo-saxon. 

                               


                              • CHALOT CHALOT 14 mai 2014 17:01

                                Steini

                                Nous ne sommes ni au Québec, ni en Suisse, ni en Belgique, mais en France.
                                Dans notre pays il n’y a pas pas de bilinguisme mais une langue qui permet à chacun de se comprendre.
                                Les libéraux aimeraient bien que la charte des langues régionales soit adoptée ainsi ils pourraient faire d’une pierre deux coups : instaurer la division avec des régions ayant une langue régionale et des lois spécifiques et permettre à la langue anglaise de surpasser notre langue.
                                Lisez attentivement l’intervention qui fut la mienne au rassemblement du 10 mai 2014



                                • la vergonha 22 mai 2014 18:22
                                  « Dans notre pays il n’y a pas pas de bilinguisme mais une langue qui permet à chacun de se comprendre.
                                  Euh.... bah en fait si.... de moins en moins en ce qui concerne les langues régionales, mais vous vous faits tout de même une fausse idée des capacités lingusitiques de la population Française. En fait, vous êtes ceux là même qui fixent des barrières linguistiques à la France là où il ne devrait pas y en avoir. Tout le monde a toujours été polyglotte.... même mes arrières grands parents qui n’ont guère été à l’école (deux patois + Français d’un coté, Arabe et Français de l’autre.... ).

                                   »instaurer la division avec des régions ayant une langue régionale et des lois spécifiques et permettre à la langue anglaise de surpasser notre langue.«  »
                                  Malheureusement pour votre argumentaire, si on suit votre raisonnement, le Français n’est qu’un patrimoine culturel inutile et qu’il convient, objectivement, d’adopter l’Anglais comme langue officielle. Etant incapable de parler deux langues, nous pourrons alors commercer correctement avec tout interlocuteur parlant Anglais. Car c’est bien ce manque de diversité qui nous oblige tous à utiliser l’anglais comme une lingua franca.

                                  Bon pour vous faire plaisir on ajoutera quelques plaques avec des noms de villes en Français, histoire de dire qu’on est pas fasciste !

                                • Steini 24 mai 2014 16:52

                                  La France ne peut pas continuer à tenir un discours ici, et son exact contraire la-bas, en fonction des lubies du chauvinisme pan-francophone. Un discours totalitaire lorsqu’il s’agit de s’opposer aux droits linguistiques les plus fondamentaux des minorités linguistiques régionale de France (le français est la « langue de la république » unique et obligatoire pour tous) et un discours émancipateur lorsqu’il s’agit de promouvoir les droits linguistiques spécifiques des minorités régionales francophones à l’étranger (dialectophones Québécois, patoisants Acadiens, Wallons, Romands, Valdotain). Cette duplicité et cette fourberie est indigne d’un pays qui prétend être le ...Pays des Droits de l’Homme


                                • Steini 17 mai 2014 16:50

                                  çà, on l’a bien remarqué qu’on n’était ni au Canada, ni en Suisse, ni en Belgique, ni dans aucun autre pays respectueux des droits de l’Homme des minorités linguistiques régionales, mais en France, pays de dictature panfrancophone qui s’asseoit sans vergogne sur les droits fondamentaux des locuteurs d’autres langues...

                                  « et permettre à la langue anglaise de surpasser notre langue ».

                                  Et çà visiblement, ce serait un drame pour vous...

                                  Et pourquoi les Français seraient-ils habilités à instaurer la dictature de leur langue à tout le monde, et pas les anglais ? Au Québec par exemple ?

                                  l’anglais pour tous, çà permettrait « à chacun de se comprendre », comme vous dites !

                                  Ah, j’oubliais, il y a les langues de Sahibs, dont fait partie la vôtre, et puis il y a les sous-langues des sous-races... c’est à dire toutes les autres langues ! Cocorico !


                                  • la vergonha 22 mai 2014 18:28

                                    « l’anglais pour tous, çà permettrait « à chacun de se comprendre », comme vous dites ! »

                                    C’est exactement ce que l’auteur ne comprend pas : ne pas soutenir la sauvegarde de nos patois, c’est enterrer le Français !
                                    De même que nos parents ou grands parents ont abandonné la transmission de leur langue maternelle pour, croyaient-ils, offrir un avenir meilleur à leurs chérubins qui parleraient uniquement Français, n’allons nous pas bientôt favoriser uniquement l’apprentissage de l’Anglais au nom d’un utilitarisme forcené ? (Avant ou après avoir supprimé l’histoire, la psycho, le grec ancien, etc... ?)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès