• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pour un débat du premier tour sur AgoraVox

Pour un débat du premier tour sur AgoraVox

A un moment où existent à la fois un fort intérêt pour la politique et une terrible impression de confusion, une très grande majorité des Français souhaitent un débat du premier tour entre les principaux candidats. Hélas, à dix-huit jours du premier tour, un tel débat semble de plus en plus difficile à réaliser à la TV. En effet, comment l’organiser avec douze candidats, en respectant l’égalité des temps de parole ?

Il existe pourtant une façon efficace de contourner tous ces obstacles : Internet. Il y a plus de 28 millions d’internautes, dont 13 millions d’abonnés ADSL, soit au minimum 50% des foyers français susceptibles de voir sur Internet des images dans de très bonnes conditions. Les contraintes du CSA ne s’appliquent pas à notre média : les trois ou quatre principaux candidats peuvent tout à fait décider de débattre, et fixer, en toute liberté, les conditions du débat.

Pour la première fois, Internet deviendrait l’élément positif et essentiel d’une grande élection. Pour cette raison, nous avons décidé d’organiser en direct sur AgoraVox un débat entre les principaux candidats. Nous avons commencé à prendre contact avec les différents partis et tous se sont montrés très intéressés. D’ailleurs, comme le montre ce récent article du Figaro, Bayrou a toujours été favorable à ce débat et Ségolène Royal se déclare prête à un débat avant le premier tour. Nicolas Sarkozy a dit qu’il n’y était pas hostile mais il ne souhaitait pas le faire à la TV à cause des contraintes du CSA jugeant que l’égalité du temps de parole rendait difficile l’organisation d’un tel débat.

Ces contraintes étant tombées, il n’y a en principe plus aucune difficulté pour empêcher un tel débat.

Nous travaillons sur ce projet depuis plusieurs jours, et les choses semblent se préciser et même se précipiter en ce moment. Je vous tiendrai informés des nouveautés directement ici.

MAJ (03 avril 19h50) : Nicolas Sarkozy vient de refuser l’idée d’un tel débat. A l’inverse de ce qu’il avait déclaré sur Le Figaro, il précise dans une dépêche AP que "un débat à quatre serait contraire à la règle d’égalité du temps de parole imposée par le CSA".... Néanmoins, nous pensons que grâce à Internet il est tout à fait possible de trouver des formules de débat afin que le pluralisme souhaité par Nicolas Sarkozy puisse être assuré. Est-ce que Monsieur Sarkozy va accepter de participer si les 12 candidats pourront s’exprimer (par exemple sous forme de 3 débats différents) ?

MAJ (03 avril 21h00) : Ségolène Royal vient d’accepter l’invitation et l’a communiqué ce soir au Grand Journal de Canal+. Le Pen également.

MAJ (03 avril 22h00) : Premières retombées de notre initiative dans les médias notamment avec Le Figaro, TF1, Le Monde, L’informaticien....

MAJ (04 avril 12h) : Un nouveau site essaye de coordonner les différentes initiatives autour du projet : http://debat.agoravox.fr et T. Crouzet a fait une nouvelle proposition.

MAJ (11 avril 09h) :

Les internautes appellent les candidats à débattre le 16 avril (communiqué commun)


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (819 votes)




Réagissez à l'article

280 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 3 avril 2007 16:07

    Ce serait une excellente nouvelle !

    Cette campagne manque de véritables débats, on assiste à des monologues sans contradiction (même les journalistes politiques évitent de contredire les deux favoris).

    Il est temps que les positions de chacun s’affrontent, et internet est efefctivement le meilleurs média pour cela.

    Bonne chance (même si j’ai quelques doutes sur la bonne volonté des deux favoris à participer).


    • Neos 3 avril 2007 17:28

      Oui, ce serait une bonne idée. De plus, Agoravox possède en son sein d’excellents modérateurs.

      Nous pourrions, par exemple, inviter nos lecteurs et rédacteurs à préparer un certain nombre de questions précises et à les poser pendant l’événement.

      Le contact virtuel pourrait prendre la forme d’un chat entre les candidats et les Internautes. Peut-être pourrions-nous ainsi nous inspirer de ce que Le Monde fait dans sa rubrique ’Chat’ tous les jours en fin d’après midi. Le concept est intéressant et pourrait retenir notre attention.


    • Neos 3 avril 2007 17:35

      Je n’avais pas lu la réplique, plus bas, de Carlo Revelli. Un débat ’filmé et diffusé’ sur vidéo.

      Why not. L’expérience vaut d’être tentée. Après tout, le futur Président se doit d’être (ou apparaître) un Président moderne, n’est-il pas ? S’il peut-être en plus un précurseur en matière d’interactivité avec son bon peuple, quel bonheur !


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 3 avril 2007 17:42

      Bien sûr le but n’est pas du tout de ridiculiser le CSA. Le but est de faire discuter les candidats entre eux. D’une manière ou d’une autre, il faudra trouver une formule pour que les 12 candidats puissent participer aux discussions. On y réflechit.


    • Rage Rage 3 avril 2007 17:54

      Bonjour Carlo,

      Bien sûr que la solution Internet est à proposer ! F.Bayrou et S.Royal viennent d’ailleurs d’aller en ce sens, puisque, derrière le prétexte médiatique, c’est surtout la confrontation des idées qui fait peur à M.Sarkozy et autres.

      Internet pourrait une nouvelle fois mettre les médias face à leurs contradictions et offrir ce que le CSA s’efforce méticuleusement de flinguer sous couvert « d’équité ».

      Dans « ma » fonction publique, cela s’appelle user d’un prétexte cachant le motif réel : protéger le candidat du parti unique des attaques pouvant briser le masque.

      Monsieur médias aurait-il peur d’affronter ses « challengers » ?

      Si on est le meilleur, alors il faut le prouver dans une compétition à ciel ouvert. Voilà pourquoi je suis plus que FAVORABLE à un débat sur le net ET à la TV.

      Et si on cherche des « poseurs de questions », je veux bien être de ceux-là : croyez moi, ça ne sera pas des questions de « cour des miracles », mais des questions de fond et de vision de société. (instant com’ !)


    • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 21:39

      Dans toutes les démocraties européennes dignes de ce nom, il y a des débats et il y a une limite fixée, celle de 5% des suffrages.

      Si cette règle s’appliquait, elle permettrait un débat avec les candidats représentant les partis qui ont eu plus de 5% à la dernière élection de ce type.

      Je rappelle donc ceux qui avaient obtenu plus de 5% en 2002 : RPR 19,88%, Front national 16,86%, Parti socialiste 16,18%, UDF 6,84%, Lutte ouvrière 5,72%, Les Verts 5,25%

      Dans une démocratie normale et digne de ce nom, il devrait être possible d’organiser un débat entre ces personnes qui représentent tout de même un fort pourcentage de Français et les courants les plus représentatifs du pays.

      Je ne comprends pas le sens de la question concernant le FN qui a recueilli plus de voix que le PS à la dernière élection. Il faudrait arrêter d’empêcher la respiration démocratique en France. Dans tous les pays vraiment démocratiques une telle question ne se poserait pas.

      Les Français qui ont une forte conscience politique pourront juger des projets de chacun lors d’un débat sur internet, filmé et organisé par AGORAVOX.


    • Romain Baudry 4 avril 2007 00:03

      Je suis opposé à cette idée de seuil. Il y a douze candidats à l’élection présidentielle et chacun d’entre eux devrait avoir l’occasion d’exposer ses idées (et ses lacunes) en un débat qui permettent aux électeurs de comparer et de se forger une opinion. Même Nihous et Schivardi peuvent avoir des perspectives intéressantes à apporter à un débat et, si certains candidats mineurs font des « impasses » dans certains domaines, cela apparaîtra très vite.


    • (---.---.51.126) 4 avril 2007 10:44

      « nous avons décidé d’organiser en direct sur AgoraVox un débat entre les principaux candidats »

      C’est ce que dit l’article. C’est donc bien une « opération Bayrou », exactement dans la ligne de ce que venait de réclamer le candidat UDF. Carlo Revelli n’a toujours pas répondu sur l’apparence d’impartialité d’Agoravox, dont le contenu et la modération sont pro-Bayrou, de même que le « livre collectif » diffusé à un mois des présidentielles.

      Plutôt que de répondre, des commentaires ont disparu.


    • la fee carabosse (---.---.242.62) 4 avril 2007 11:13

      tip top niveau ça


    • Asu Asu 3 avril 2007 16:10

      Bah bonne chance alors, ca pourrait etre drole xD


      • eLE A (---.---.47.116) 3 avril 2007 16:14

        Arrete l’acool ?


      • bernard29 candidat 007 3 avril 2007 16:13

        Pour éviter le brouhaha général et « ... une terrible impression de confusion... », il serait bon de limiter les questions aux compétences de la fonction présidentielle.

        je rappelle qu’il y a les élections législatives qui suivent et qui permettront, elles, le débat sur les détails des questions programmatiques, économiques et sociales.


        • Marie Pierre 3 avril 2007 16:25

          Excellent commentaire de Candidat007 ! Cessons de confondre présidentielles et législatives.


        • toto (---.---.130.101) 3 avril 2007 18:37

          Effectivement, il ne faut pas confondre la présidentielle et les législatives.

          Cependant, personne ne peut dire que le résultat de la présidentielle n’influera pas sur les législatives. D’ailleurs, dans l’esprit du législateur (CHIRAC pour l’UMP, JOSPIN pour le PS), le quinquénat (présidentielle + législative) est une machine à fabriquer la bipolarisation de la vie politique française, c’est à dire à faire disparaître plus de 50% des électeurs.

          Le vote utile, c’est voter en concience. VOTONS MG BUFFET


        • toto (---.---.130.101) 3 avril 2007 19:06

          Il est par contre nécessaire de faire participer les 12 candidats puisqu’il s’agit du débat du premier tour.

          Par contre limiter le débat entre grands candidats est particulièrement anti démocratique : c’est décider avant les électeurs les candidats importants. Sur quel(s) critère(s) ? Les sondages, les dernières élections présidentielle, législatives, les meetings... ?

          Attention, 1/3 des français qui hésitent, c’est que rien n’est joué : des petits candidats peuvent devenir grands et l’inverse aussi !

          MG BUFFET parmi les grands, c’est plausible au vue des 15000 à Bercy. Cela donnerait de la couleur à la gauche.


        • toto (---.---.130.101) 3 avril 2007 19:18

          C’est quoi un(e) petit(e) candidat(e) ? Un(e) candidat(e) qui peut devenir grand(e) !

          Avec 1/3 d’indécis, rien est figé.

          Au vue des 15 000 personnes à Bercy ce dimanche, MG BUFFET fait parti des grands.

          Donnons de la couleur à la gauche.


        • Romain Baudry 4 avril 2007 00:16

          Si on s’en tient à la lettre de la Constitution, les pouvoirs du président sont limités. Mais on sait bien qu’il n’en est rien en pratique. De plus, la victoire aux présidentielles aura un impact déterminant sur les législatives.


        • non666 non666 3 avril 2007 16:25

          Candidat 007 lance un coup bas : « Pour éviter le brouhaha général et »... une terrible impression de confusion..., il serait bon de limiter les questions aux compétences de la fonction présidentielle.

          je rappelle qu’il y a les élections législatives qui suivent et qui permettront, elles, le débat sur les détails des questions programmatiques, économiques et sociales. "

          Mais si on fait cela, on risque de parler de sujets qui fachent :

          Le referendum sur le TCE car le president est le signataire de tout traité international...

          Les limites de l’Europe.

          Le role de l’Otan...

          Le Type d’Europe que l’on souhaite

          Ce qu’est etre français car le president est garant de l’unité « nationale ».

          bref on va faire tache avec les candidats reels qui parlent de tout et de n’importe quoi...sauf de sujets presidentiels !


          • Vincent 3 avril 2007 16:27

            Houlà que voilà une bonne idée, à ceci prêt : Prendre ouvertement les gens du CSA pour des cons, et s’assurer des représailles en conséquences.

            Les contraintes techniques : est-ce que les serveurs d’Agoravox supporteraiennt un nombre assez énorme de connexions, déjà qu’en temps normal ça rame un peu.

            Comment s’assurer qu’il s’agisse bien d’un direct et que les interventions n’allant pas dans le bons sens (suivez mon regard) ne soient pas squizées par un quelconque problème technique.

            Et puis au cas ou certains ne seraient pas inviter, n’y trouveraient-il pas un moyen après le premier tour de faire invalider celui-ci sous prétexte qu’ils n’ont pas eu accès à ce type de débat.

            Ces quelques remarques immédiates formulées, oui effectivement ce serait pas mal, mais qui inviter, et comment s’intercaler dans des plannings de campagne déjà surchargés.

            Si l’idée de départ me semble excellente, la réalisation me parait plus que scabreuse, d’autant plus que ce site est fréquenté par une majorité de pro-Bayrou.

            Mais pour conclure vous avez mes encouragements monsieur Carlo.


            • Carlo Revelli Carlo Revelli 3 avril 2007 16:43

              Ca va de soi que si on arrive à l’organiser les débats seront dirigés par un journaliste reconnu pour son indépendance. Et il y aura aussi plein de journaliste présents forcément pour vérifier que tout se déroule bien. Pour les contraintes techniques, nous mettrons en place les solutions techniques pour supporter la montée en charge bien sûr.


            • Vincent 3 avril 2007 17:27

              Allez une p’tite boutade pour rire un peu

              Carlo, une petite suggestion de journaliste indépendant au hasard et libre de tout engagements en ce moment :

              Un certain Alain D.......


            • Yannick J. Yannick J. 3 avril 2007 17:29

              ou alors un certain Jean Pierre E.....  smiley


            • Michel (---.---.205.224) 3 avril 2007 17:33

              « Ca va de soi que si on arrive à l’organiser les débats seront dirigés par un journaliste reconnu pour son indépendance. »

              ça existe encore ce genre de journaliste ? D’ailleurs pourquoi ça devrait être un journaliste ? Pourquoi pas un prof en sciences politiques ?

              Mais pour organiser un débat politique de fond, les meilleurs spécialistes se trouve ... en suisse, le pays de la democratie directe et du débat d’idées. Et en plus ce serait un gage de neutralité.

              ça a l’air d’une boutade mais plus j’y pense, plus je me demande si ce n’est effectivement pas une bonne idée !


            • Yannick J. Yannick J. 3 avril 2007 17:39

              « Je vois déjà les titres : »Les trois ou quatre principaux candidats s’entendent en douce pour débattre loin de la foule des petits !« Dés que ça se concrétisera, ça sera une levée de boucliers généralisée au nom du principe de l’égalité des temps de parole, même si formellement vous avez la loi pour vous. Je ne vois pas bien comment contourner l’obstacle du 4ème, 5ème...Nième pouvoir...Bon courage quand même. »

              Et si réellement là venait le temps du Nième pouvoir ? Si justement les médias étaient obligés de se rendre compte que malheureusement par décompte officiel (sous forme d’un huissier ou autre...) ce débat avait été suivi par un vrai panel représentatif de la population française ??? (disons qu’a partir de 10000 personnes ça fait 10 fois plus que les sondages tout de même...)

              je ne fait que poser ces questions, non pas mettre en doute votre commentaire...


            • Yannick J. Yannick J. 3 avril 2007 17:43

              pardonnez moi ce commentaire est au mauvais endroit... oupsssss smiley


            • Cyprien (---.---.204.8) 4 avril 2007 10:01

              Y a t-il une autre solution pour diffuser ce débat que d’utiliser la propre connexion des internautes ? (genre P2P, bittorent ou autre ???)


            • Yves (---.---.182.250) 5 avril 2007 13:48

              C’est une chose que je ne comprends pas : pourquoi ne parle-t-on que d’un débat video filmé autours d’une table ? en quoi cela en fait il autre chose qu’un débat télé ? Le propre du net est la communication textuelle. C’est moins spectaculaire mais ça véhicule plus efficacement les idées.
              Je propose plutôt d’ouvrir un forum internet qui ne serait ouvert qu’aux douze candidats. Chacun pourrait y poster et y répondre, répondre aux réponses, etc... C’est la forme la plus pure du débat. Ainsi les douze candidats peuvent tous parler de ce qu’ils veulent et répondre à chacun des autres. Il s’agirait d’un vrai débat internet et ça ne consommerait pas la quantité de bande passante qu’exige une diffusion vidéo.

              Et si certains ne peuvent s’empêcher de faire du spectacle, les candidats peuvent aussi bien poster une video qu’un laius en guise de réponse, mais je ne pense pas que ça les serve beaucoup.

              Qui pourrait ainsi dire que le CSA serait directement attaqué ?


            • Statis Statis 5 avril 2007 16:49

              Très bonne idée creusée par Thierry Crouzet comme le signale l’auteur

              Il faut faire en sorte que TF1 et compagnie accepte un tel débat. J’ai proposé une idée inspirée par T. Crouzet et tous les autres contributeurs http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=21892#commentaire896643 avec tous les candidats volontaires parmi les 12, chacun étant filmé en simultané mais dans des salles séparées et répondant en même temps à la même question.

              Peut-être qu’une chaine de télé est capables de faire du multiplexe (à 12) dans ce cas cela résoudrait la difficulté sur la capacité du réseau si une chaîne a le droit de diffuser en exclusivité (dans ce cas ce serait France Télévision). Ou à défaut peut-être douze chaînes TNT pourraient reprendre chacune un candidat : problème laquelle prend en charge quel candidat.

              Ensuite le différé serait en intégral sur le net (sur un site à créer).

              Statis


            • 1984 1984 3 avril 2007 16:41

              Très bonne idée, espérons que vous arriviez à la mettre sur pied avant l’échéance.


              • (---.---.102.38) 3 avril 2007 16:42

                Vu la politique suivie en matière de « modération » (lire censure), très favorable à l’UDF et à des courants « rassemblables » dans la politique préconisée par François Bayrou, il paraît raisonnable de penser qu’Agoravox n’est pas plus impartial que les grandes chaînes de Télé. Et que les prétendus « débats » dans un tel contexte n’offrent guère d’intérêt.

                D’ailleurs, on ne peut pas valablement parler de « journalisme citoyen » lorsqu’on fonctionne de cette façon, car la différence avec un blog proche d’un parti politique s’efface considérablement.

                Quant à Yahoo ! Actualités, source privilégiée de promotion d’Agoravox, sa politique n’est pas très claire, non plus, sur le plan de l’impartialité. Le choix des blogs-éditos paraît très « orienté au centre ».

                Il serait intéressant de voir de près quels sont les intérêts des multinationales de la « Toile ».


                • (---.---.101.26) 4 avril 2007 12:42

                  Ce commentaire caché est intéressant. A lire absolument, comme la plupart des commentaires cachés.


                • (---.---.101.26) 4 avril 2007 13:16

                  Dans un commentaire de « le mave » à 11h38, déjà caché par une trentaine de voix contre, à l’article :

                  http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=21743

                  on peut lire :

                  " J’AVAIS ECRIT DANS UN ARTICLE REFUSE

                  "Bayrou sera t il présent au second tour ?

                  Et comment ferait il ... ? "

                  [fin de citation]

                  Un autre article réfusé par Agoravox :

                  http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=79

                  « François Bayrou, candidat entre deux eaux et à coloration variable »


                • (---.---.35.134) 4 avril 2007 13:35

                  La Toile n’a jamais été « libre ». Lire, par exemple :

                  http://fr.blog.360.yahoo.com/blog-57ABH50kfLRheGdMlyU-?cq=1&p=8

                  Contrôle de la Toile, intérêts privés et mythe du « pouvoir internaute »

                  La campagne en vue des élections présidentielles françaises étale au grand jour la course aux blogs politiques de la part des principaux partis dits « de gouvernement » et l’emprise à des degrés divers de ces partis sur des sites présentés comme citoyens, « neutres » et ouverts à tous. A cette situation s’ajoute le contrôle stratégique de la Toile par un certain nombre d’entités privées : moteurs de recherche, hébergeurs, entreprises diverses... qui offrent des services payants ou sont susceptibles de développer des intérêts politiques. Paradoxalement, l’évolution de plus en plus nette dans cette direction est masquée par une propagande sur le prétendu « pouvoir des internautes ». Ce « pouvoir » aurait même rendu réelle une démocratie que de plus en plus de citoyens considéraient de pure façade. Mais, tout compte fait, la situation est-elle vraiment si différente sur la Toile, au-delà des apparences et des discours publicitaires, par rapport à ce qu’on a connu avec d’autres moyens de communication ? S’ajoute à cette question un problème encore plus grave : de quel moyen de contrôle effectif disposent les citoyens sur les technologies de « surveillance » de l’Internet et d’intervention sous toutes ses formes que développe le secteur privé ?

                  (...)


                • (---.---.35.134) 4 avril 2007 13:37

                  Même à l’intérieur de ce qui se dit « citoyen », qui peut contrôler la modération d’un site ou d’un forum, les intérêts de ses détenteurs, les choix des moteurs de recherche ?

                  Le « petit internaute » est bien démuni.


                • maxim maxim 3 avril 2007 16:43

                  pour la durée des debats et la tranche horaire ,qu’y a il de prévu ?????

                  les commentaires seront ils filtrés ?????

                  sinon,oui l’initiative est louable .....


                  • demos demos 3 avril 2007 16:51

                    Monsieur Revelli, je préfère être franc : bravo. Nous ne le voulons pas ce débat, nous l’exigeons ! Je suis convaincu que votre proposition est innovante et de nature à élever le débat ... nous ferons tout ce qui est possible pour la soutenir et la promouvoir ...


                    • (---.---.199.18) 4 avril 2007 00:34

                      « je commençais à m’ennuyer sérieusement sur AgoraVersailles et quand je m’ennuie je deviens mordant les cuisses. »

                      Essaie donc de trouver un boulot, tu verras ça occupe bien les journées.


                    • Karel (---.---.39.32) 3 avril 2007 16:55

                      Une excellente idée, mais ATTENTION !

                      L’accès technique au débat sera un gros enjeu. Vos serveurs sont-ils capables de supporter un taux très élevé de connexions simultanées ? Si votre site plante, cela sera un fiasco.


                      • demos demos 3 avril 2007 17:02

                        Au contraire ... ça prouverait le succès ... question d’état d’esprit et de com ...


                      • ExSam (---.---.119.133) 3 avril 2007 17:10

                        Ca me paraît une bonne initiative.

                        Le problème étant les 50% de non connectés...


                        • Vincent 3 avril 2007 17:30

                          Ce sont les 50% de part de marché de TF1 et M6 ? les temps de cerveaux disponibles

                          donc pas d’inquiétude......

                          Leurs choix sont déjà fait.


                        • ExSam (---.---.119.133) 3 avril 2007 17:56

                          Vincent

                          Il y a aussi les gens qu’on pas les moyens, qui se sentent pas capable intellectuellement de surfer, les réticents au Web...Pas que des lobotimisés, tout ça.


                        • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 21:48

                          Chaque internaute connaissant des personnes sans net pourrait les inviter à voir le débat chez eux. Ce serait convivial et pourrait animer les débats dans les chaumières...


                        • Yannick J. Yannick J. 3 avril 2007 17:10

                          Je rjoins plusieurs de ces commentaires m. Revelli.

                          - Primo, techniquement, il va certainement falloir incrémenter la puisssance des serveurs...

                          - Secundo, l’impartialité reconnue du journaliste dont vous parlez se devra d’être d’une approbation incontournable...

                          - Quid de la modération ? En effet si des commentaires ineptes et impolis sont à juste titres censurés, d’autres par contre se doivent d’être parus... De ce fait il faudra certainement non pas permettre la notation des commentaires par tous mais sélectionner un panel représentatif de toute tendance garant d’une impartialité modératrice et qui lui par contre serait soumis à l’approbation des lecteurs (qui, j’en suis persuadés s’ils mesurent l’enjeu de ce débat, le seront, pour qu’aucun excès de modération n’intervienne)... Voilà je n’ai peut-être pas été clair, mais j’espère cette tierce requète compréhensible...

                          cordialement Y.J.


                          • Carlo Revelli Carlo Revelli 3 avril 2007 17:15

                            Juste pour que ce soit clair. Le débat sera filmé et diffusé au format vidéo (comme on a fait avec notre journée du 24). Il ne s’agit pas de faire un chat ou un article. Sur l’interactivité avec le site et les lecteurs, on réfléchis à des idées.


                          • Yannick J. Yannick J. 3 avril 2007 17:19

                            préparons donc tous ensemble ce débat sur aggoravox ! qu’un panel de question soient envoyées par thèmes et qu’ensuite elle soient sélectionnées pour leur pertinence et leur fréquence...


                          • demos demos 3 avril 2007 17:20

                            Ah mince ! Pas de chat ?


                          • demos demos 3 avril 2007 17:21

                            Yannick, on va pas commencer avant même de savoir si c’est réalisable à modérer ?


                          • Carlo Revelli Carlo Revelli 3 avril 2007 17:28

                            J’ai pas dis ça.Dans la forme ce sera un débat filmé comme à la TV mais diffusé via le net. Ensuite, on peut imaginer des solutions style chat pour assurer une intéraction avec le net


                          • Vincent 3 avril 2007 17:36

                            Nous pourrions commencer par préparer une série de questions qui :

                            dans un premier temps seraient soumises par les internautes

                            ensuite synthèse et proposition

                            enfin vote pour ne garder qu’une une vingtaine de questions.


                          • demos demos 3 avril 2007 17:42

                            Non, je suis ne pas d’accord, en ce qui me concerne ... sans filet, c’est ça le web ... sans filet ...


                          • CogniFix (---.---.166.77) 3 avril 2007 18:49

                            je suis tout à fait favorable à ce débat. Je ne me fais pas d’inquiétude de l’accès à tous à ce débat. Si cela se fait j’organiserais sans problème, dans mon Université, une projection publique d’un tel débat. Je pense que chacun accueillera chez lui d’autres qui souhaiteraient le voir.

                            Une question cependant : dans quels formats vidéo serait diffusé le débat ? Il faudrait que ce soit dans divers formats dont si possible des formats non propriétaires.

                            En ce cas d’ailleurs la diffusion du débat sera d’autant meilleur qu’avec un débat télévisé puisqu’il pourra être transmis par différents canaux, archivés, etc. D’ailleurs les chaînes télévisées qui le souhaitent auraient la possibilité de le rediffuser ensuite...


                          • josew (---.---.25.142) 3 avril 2007 17:14

                            Ce serait une belle intiative, mais je crois que Ségo et Sarko, les candidats des lobbies militaro-financiers, n’ont aucun intérêt à débattre et ni à confronter leurs idées avec d’autres intervenants car ils seraient immanquablement les perdants compte tenu de leurs postures respectives.

                            Bref, il y a de bonnes chances que cette idée fasse psschitt !! tellement le débat démocratique est verrouillé au plus haut niveau de l’Etat.

                            Mais un tel débat sur internet en général et Agoravox en particulier serait un plus pour notre démocratie bien malade...


                            • (---.---.194.131) 3 avril 2007 17:20

                              « les candidats des lobbies militaro-financiers »

                              Précisément, Bayrou est un candidat très marqué de ces lobbies. Voir sur son site son programme en matière de « Défense ». Plus sa participation à la Trilatérale jusqu’en 2005, etc...


                            • josew (---.---.25.142) 3 avril 2007 17:29

                              Bayrou est moins nettement marqué, il suffit de voir le traitement qui lui est réservé au quotidien dans la presse alignée par rapport au duo Sarko-Ségo !!!

                              A-t’il fait la Une de tous les journaux et tous les magazines pendant des mois avant la campagne ? Est-il tous les jours à la Une de la presse alignée ?

                              Evidemment non.

                              De même, il a pris publiquement ses distances envers ces lobbies et a inscrit à son programme des mesures précises permettant de limiter la force de ces mêmes lobbies, il a fait un pas que les autres candidats n’ont pas osé entreprendre. Et on les comprend : ils ne veulent pas mordre la main de ceux qui les ont fait rois, plusieurs mois avant le début de la campagne...

                              Certes, cela reste notoirement insuffisant, mais c’est nettement plus que les propositions des autres candidats sur ce sujet brûlant.

                              Bayrou n’est pas un révolutionnaire et il ne faut pas se leurrer sur ses capacités à rénover en profondeur notre société, mais c’est quelqu’un qui a des convictions réelles et assez saines, et qui peut amener des améliorations importantes à la démocratier française.


                            • josew (---.---.25.142) 3 avril 2007 17:31

                              Si un candidat a lieu entre les soi-disant grands candidats, il faudra aussi qu’un débat ait aussi lieu avec les autres candidats qui ont aussi des chose à dire.

                              On comprend bien qu’il ne peut y avoir 1 seul débat à 12, mais des débats à 4 seraient en effet intéressants à suivre.


                            • media64 (---.---.222.1) 3 avril 2007 17:16

                              Bravo pour cette démarche qui me semble indispensable !!


                              • Emmanuelle Compagnon 3 avril 2007 17:27

                                « Les contraintes du CSA ne s’appliquent pas à notre média ». Peut-être mais imaginez le scandale si ce projet est mené à terme.

                                Je vois déjà les titres : « Les trois ou quatre principaux candidats s’entendent en douce pour débattre loin de la foule des petits ! » Dés que ça se concrétisera, ça sera une levée de boucliers généralisée au nom du principe de l’égalité des temps de parole, même si formellement vous avez la loi pour vous. Je ne vois pas bien comment contourner l’obstacle du 4ème, 5ème...Nième pouvoir...Bon courage quand même.


                                • le pen la vie la vraie (---.---.98.2) 3 avril 2007 17:31

                                  organisons le débat sur Bellaciao ou François desouche, ce ne serait pas moins neutre.


                                  • Valérie/ Valje (---.---.233.210) 3 avril 2007 17:35

                                    Je rejoins également certains des commentaires ci -dessus : très bonne idée , mais à mon avis, pratiquement irréalisable :

                                    D’abord techniquement : le serveur va t-il « tenir le coup » ?

                                    De plus il va falloir faire très très vite maintenant ; ensuite, vu le planning de folie des candidats : pas sûr qu’ils aient le temps ...

                                    Je ne suis pas certaine non plus que les plus « gros » d’entre eux en aient envie.

                                    Enfin, j’ai peur des dérives de certains internautes : on voit la hargne et la violence de certaines réactions sur quelques récents articles : vous risquez aussi d’être envahis par certains « extrémistes » de tout bord, qui n’ont pas forcément l’habitude d’aller sur AGORAVOX et qui vont se défouler.

                                    Cela dit, c’était plus qu’une très bonne idée.

                                    A voir.


                                    • (---.---.171.170) 3 avril 2007 18:08

                                      @ valérie

                                      Cette fois c’est vous qui avez posté la première lol !

                                      Donc c’est a moi de vous dire que j’approuve totalement votre position.

                                      Bien à vous


                                    • patrick patrick 3 avril 2007 18:11

                                      pardon je ne m etais pas identifié


                                    • Valérie/ Valje (---.---.233.210) 3 avril 2007 18:19

                                      Bonsoir Patrick

                                      Je ne vous avez pas encore « lu » de la journée.

                                      Bonne soirée


                                    • Denis Marron 3 avril 2007 17:53

                                      Une idée en passant. Pourquoi ne pas convier tout les candidats et faire des mini-débats à quatre participants tirés au sort ?


                                      • olirac (---.---.132.37) 3 avril 2007 17:53

                                        riche idee cela mettrait un peu de piment et de democratie dans une campagne terne ou chacun court apres l autre pour n etre surtout pas a court d une proprsition souvent reloockee..ainsi fonctionne cette campagne marketing ou la forme prime en permanence sur le fond...alors oui au debat !particulierement sur les questions particulierement absentes ou eludees touchant au domaine dit reserve du futur chef de l etat..domaine non neutre y compris en politique interieure...quels engagements europeens compte tenu de notre position singuliere,nous fera t on simplement revoir la copie meme corrigee a l instar du mauvais eleve qui n a rien compris et qui doit malgre ca rentrer dans le rang ?quels engagements publics concernant l omc ?quels engagements concernant notre defense :pour nos besoins ?pour des interventions exterieures au service de qui ou de quels interets ?allons nous soutenir les EU dans cette guerre illegale ou semblent ne compter que les morts americains ?que faisons nous en afghanistan dans une guerre legale cette fois ou l otan montre son impuissance ?ou nous servons le president valet de bush ?que faisons nous du conflit israelo palestinien ?quelle politique exterieure pour lUE ?a quoi sert solana ex secretaire de l OTAN ? que faisons nous dans l OTAN ?la guerre globale a peut etre bon dos des lors que le nouveau leader l arabie saoudite alliee de bush (democratie exemplaire )montre son nez pour ramasser la mise ? avons nous des ennemis designes des lors que le mur est tombe ?lesquels ?la russie ,lachine ?les memes que bush ? ou sont nos interets strategiques francais ou et europeens ?quelles alliances dans lUE et hors lUE ?bien d autres questions serieuses a verser au debat d une election presidentielle me semble t il d autant que les echanges actuels me semblent ressrtir plus du futur debat legislatif meme si je ne minimise la puissance d impulsion du president:il ou elle aura peu les mains dans le camboui....alors chiche pour de grands debats publics.....


                                        • JC BENARD (---.---.251.35) 3 avril 2007 18:05

                                          Bonjour Carlo,

                                          Bonne idée. C’est quand tu veux pour commencer


                                          • (---.---.171.170) 3 avril 2007 18:05

                                            Je pense que c est certainement une bonne idée. Il est souhaitable que cela soit géré parfaitement afin que les bonnes questions soient posées.

                                            De même, merci d’éviter la methode « j’ai une question à vous poser » ou chaque intervenant ne s’interresse qu’à son nombril. On va élire le Président de la république, ni un plombier ou une assistance sociale. La courte vue a ses limites et régarder un peu plus haut est plus interressant que de chercher la réponse ponctuelle et forcement fausse à son problème perso.

                                            Sur la partie « chat », il faudrait qu ago ne se ridiculise pas en ne filtant pas les attaques stupide ad hominem qui se rependent sur les fils divers.

                                            Je comprend aussi que lorsqu’on regarde le « sondage » agoravox sur les intentions de votes , les partisans sur representés de FB souhaitent ce mode débat ! 40 % c’est pas très representatif !

                                            Il reste que mettre 12 personnes face à face risque d’être totalement non productif.

                                            J’ai sans doute l esprit tordu mais je n’arrive pas à comprendre pourquoi ceux qui veulent (ou celui) ce débat ne le propose qu’apres que nous soyons entrés dans la période de l’unité du temps de parole ???

                                            bon courage !


                                            • guillaume (---.---.118.132) 3 avril 2007 18:11

                                              Bravo ! Très bonne idée sans doute difficile a réaliser dans des délais aussi serrés mais cela vaut vraiment le coup d’essayer !


                                              • patrick patrick 3 avril 2007 18:12

                                                pardon pour le post annonyme, erreur d identification !

                                                Je pense que c est certainement une bonne idée. Il est souhaitable que cela soit géré parfaitement afin que les bonnes questions soient posées. De même, merci d’éviter la methode « j’ai une question à vous poser » ou chaque intervenant ne s’interresse qu’à son nombril. On va élire le Président de la république, ni un plombier ou une assistance sociale. La courte vue a ses limites et régarder un peu plus haut est plus interressant que de chercher la réponse ponctuelle et forcement fausse à son problème perso.

                                                Sur la partie « chat », il faudrait qu ago ne se ridiculise pas en ne filtant pas les attaques stupide ad hominem qui se rependent sur les fils divers.

                                                Je comprend aussi que lorsqu’on regarde le « sondage » agoravox sur les intentions de votes , les partisans sur representés de FB souhaitent ce mode débat ! 40 % c’est pas très representatif !

                                                Il reste que mettre 12 personnes face à face risque d’être totalement non productif.

                                                J’ai sans doute l esprit tordu mais je n’arrive pas à comprendre pourquoi ceux qui veulent (ou celui) ce débat ne le propose qu’apres que nous soyons entrés dans la période de l’unité du temps de parole ? ? ?

                                                bon courage


                                                • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 21:56

                                                  Avant le dépôt des signatures, on ne savait pas définitivement QUI serait candidat.


                                                • Trick (---.---.38.22) 3 avril 2007 18:13

                                                  Il est en effet plus que temps d’avoir un débat entre les prétendants à la présidentielle. Qu’on puisse enfin s’attarder sur les questions de fond.

                                                  Par contre j’ai du mal à saisir si nous (peuple de l’internet) sommes mis à contribution en amont ? Faut-il donner un avis sur les modalités du débat ? J’ai l’impression que beaucoup de choix ont déjà été faits.

                                                  Concernant la technique je ne me fais aucun souci. Si les serveurs sont trop faibles, il y en aura d’autres, et sinon ce sera du verbatim, et à l’extrême ce sera une vidéo à télécharger et à partager en P2P.


                                                  • Voltaire Voltaire 3 avril 2007 21:33

                                                    La solution concernant les journalistes serait de confier le débat à quelques représentant de la presse étrangère... forcément plus neutres, surtout si on les choisi en dehors des organes de presse orientés. Il existe d’excellent journalistes francophones qui peuvent réaliser ce débat.


                                                  • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 21:59

                                                    Il y a les journalistes de - latelelibre.fr - et un seul journaliste ne serait pas OK - il en faudrait plusieurs


                                                  • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 22:00

                                                    oui, certains ont proposé des journalistes suisses, habitués à la démocratie... plus qu’en France


                                                  • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 4 avril 2007 11:14

                                                    Il y a autant de malhonnèteté intellectuelle à l’étranger qu’en France... « Un journaliste suisse, eux sont plus habitués à la démocratie », mouaffff !! Pas d’escrocs, en Suisse ? Pas de ’pression médiatique’, en Suisse ? Vous auriez dû aller constater les méfaits lors de la campagne qui a précédé le référendum sur l’immigration (sur le rejet du texte adopté par le système), là bas... C’était comme en France avant la campagne officielle pour le référendum sur le TCE (’replis zidentitaires et zégoïmes nationos’), voire, pire, comme la dernière ligne droite des élections municipales belges de l’automne dernier.

                                                    Il faut choisir un deux ou trois journalistes les plus neutres possibles, et puis voilà... Mais la Finlandaise de 16ans et demi « comme dans les démocraties du nord », n’a jamais garanti l’absence de manipulation, ni d’arnaque, de tromperie, loin de là...


                                                  • simplet simplet 3 avril 2007 18:18

                                                    bonjour,

                                                    je trouve cette initative très interressante, tant la qualité des débats est proche du zéro absolu pour le moment...

                                                    par contre, en aucun cas je ne vous suis dans votre idée de confronter et de laisser plus de temps aux 4 principaux candidats, TOUS les candidats ont des idées plus ou moins interressants, si on prend l’exemple du FN par exemple, qui devrait selon votre décompte faire partie des 4 principaux, il est tout de même le représentant du frange extremiste, et défend des idées allant à l’encontre des droits fondamentaux des citoyens, alors je ne vois pas en quoi Besancenot, bové buffet ou autre nihoud ou chivardi ne pourraient pas défendre leurs idées.

                                                    ensuite reste le problème de l’animateur/modérateur de ce débat, qui pourrait convenir... ???

                                                    pas une tête couronnée des JTs j’espère, leur mépris pour les petits candidats est trop visible...

                                                    si je peux me permettre, il existe des redacteurs très éguisés et qui poseraient des questions bien plus pertinentes à mon avis !

                                                    Sortir des sentiers battus, poser les questions qui fâchent et qui départageront vraiment les candidats, en somme une personne qui délierait les langues de bois.. dans ce choix je vous souhaite bon courage !!!


                                                    • Tristan Valmour 3 avril 2007 18:20

                                                      Excellente idée que ce débat Carlo, mais qui engendrerait des frustrations si les lecteurs d’Avox ne pouvaient pas poser de questions. On sait combien les lecteurs (et les rédacteurs) de ce médium sont avides de participation et d’action. Si c’est pour faire « comme à la télé », l’intérêt ne serait que très faible ; on n’y trouverait pas la « valeur ajoutée internet ».

                                                      D’un autre côté, il serait irresponsable de laisser passer toutes les questions. Et si je ne vois pas les principaux intéressés répondre, peut-être que leurs lieutenants y seraient disposés.

                                                      Enfin, plusieurs intervenants ont posé le problème du CSA. J’ai toujours été favorable à un temps de parole identique pour chaque candidat, petit ou grand, mais respecter les règles du CSA serait prouver la maturité d’Agoravox.

                                                      En tout cas, beau projet.


                                                      • Tristan Valmour 3 avril 2007 18:45

                                                        De même, un débat organisé par un journaliste reconnu ne m’apparaît pas séduisant. Je suis plutôt favorable à un débat organisé par plusieurs rédacteurs et commentateurs. Il y en a qui sauront conserver une neutralité malgré leurs engagements. Je ne pense pas à moi, mais à d’autres rédacteurs. Pourquoi ne pas élire sur Agoravox les rédacteurs et commentateurs qui organiseraient le débat ?


                                                      • Dominque84 (---.---.187.162) 3 avril 2007 18:31

                                                        http://agoravox.fr/smileys/surprit.png Il est impératif pour la démocratie, pour le respect de l’intelligence du peuple et pour le maintien de la grandeur du rôle de président qu’un débat aie lieu au moins entre les 3 candidats les meiux placés. Ce qui n’empêche pas un débat ... à 12. Mais pas les représentants, les candidats !


                                                        • karl (---.---.57.75) 3 avril 2007 18:31

                                                          = fait partie des gens qui mettent un chapeau lorsqu’ils sont chez eux (genre Mme de Fontenay) donc pas normal.


                                                          • josew (---.---.25.142) 3 avril 2007 18:39

                                                            Sans surprise, le candidat soutenu par lobbies médiatico-militaro-financiers vient de refuser expressément le débat (source Yahoo) :

                                                            Pour lui, il faut d’abord que les Français choisissent leurs candidats et qu’ensuite ils débattent, après les élections.

                                                            Extrait de son interview sur le débat : « Nous sommes à un peu plus de 15 jours du premier tour, il faut laisser les Français choisir les deux candidats qui seront sélectionnés pour le deuxième tour, et à ce moment-là, il y aura des débats »

                                                            Cette vision néoconservatrice de la « démocratie » ressemble à celle de Bush : d’abord on bombarde, et puis ensuite on négocie...

                                                            Lien :


                                                            • Pierre (---.---.34.142) 3 avril 2007 18:46

                                                              Le « principe » de base de l’article (il « faut » qu’il y ait débat) n’est pas forcément vrai.. Pourquoi croire que les français veulent un débat ? En quoi est-ce intéressant et utile ? Les Français attendent peut-être + de propositions détaillées et concrètes et pas forcément un débat/combat entre des hommes et femmes politiques qui pour prendre l’ascendant visuellement ou d’une autre manière « vitrine » ne feraient que des effets de manches.. Le débat de fond, si il intéresse quelqu’un est faisable facilement : comparons les programmes (quand il y en a) Prenons l’exemple du sport.. Bcp de courses se font et se gagnent par des champions qui suivent LEUR rythme et ne s’intéressent pas à l’adversaire.. Débattre c’est entrer dans un jeu à somme nulle et donc sortir d’un jeu différent mais + ouvert quand aux possibilités.. Le débat n’est il pas meilleur quand il s’organise dans la tête de CHAQUE électeur en fonction de ce qu’il a retenu ? On passe bcp de temps à critiquer les affrontements stériles .. et on réclame des débats.. —> paradoxe non ?


                                                              • Bertrand (---.---.142.113) 3 avril 2007 18:48

                                                                Un joli pari à relever !


                                                                • pote (---.---.255.36) 3 avril 2007 18:50

                                                                  SARKOZY oppose une fin de non-recevoir à un débat sur Internet smiley

                                                                  il a peur décidement. C’est pas digne d’un président. Il n’assume rien.

                                                                  http://fr.news.yahoo.com/03042007/5/sarkozy-oppose-une-fin-de-non-recevoir-la-demande-de.html


                                                                  • Voltaire Voltaire 3 avril 2007 18:50

                                                                    Apparemment, Nicolas Sarkozy refuse ce débat... (yahoo news). Il indique que seul un débat à 12 serait acceptable (sachant qu’il est impossible à organiser bien sûr...).


                                                                    • Yvance77 3 avril 2007 19:09

                                                                      J’avoue que si Voltaire à raison, ce serait un tel dommage !

                                                                      J’applaudis des deux cette initiative, même si je pense qu’elle n’aura pas lieu, un des gros candidat se défilant.

                                                                      Internet est un nouveau lieu pour le média de masse. Avec un frein notamment, même si beaucoup ont l’adsl, il reste encore de petites connexions qui empêcheront la visualisation en « streaming ».

                                                                      Et encore un grand nombre de gens ne savent pas se servir d’un pc (j’exagère sans doute)

                                                                      Mais si cela devient réalité, alors ce serait énorme.

                                                                      Je rêve d’un John Paul Lepers à la baguette, cela aurait une autre gueule qu’une Arlette Chabot qui déroule le tapis rouge 2 X 3 heures à un certain NS. Pas étonnant qu’il flippe celui-ci, on irait au fond des choses enfin !

                                                                      Bravo pour tenter cela néanmoins.

                                                                      A peluche


                                                                    • jmparm (---.---.239.216) 3 avril 2007 18:53

                                                                      Ca sera vraiment une bonne nouvelle . Enfin une confrontation qui permette de mettre les 3 ou 4 favoris en perspective !


                                                                      • ChristianB 3 avril 2007 18:59

                                                                        Débattre en utilisant internet est une très bonne idée. Les candidats qui ne sont pas inquiets disent leur envie de participer. Mais à l’UMP sont ils aussi courageux ? Je n’en suis pas certain. Il est même possible qu’ils tarderont le plus possible et feront ainsi capoter l’affaire. Qu’en pensez vous ?


                                                                        • Marianne Marianne 3 avril 2007 19:09

                                                                          Tout à fait d’accord avec la proposition de Carlo. LES FRANCAIS VEULENT UN DEBAT ! Ils ne demandent que ça et on leur refuse au motif de l’égalité des temps de paroles. On aurait pu déjà ouvrir les débats avant la date imposant l’égalité des temps de parole, ou organiser des débats à tout le moins sur les candidats dépassant 10% dans les sondages. Il est vrai que court-cicuiter les médias traditionnels de cette manière relève un peu de la provocation et affaiblit le CSA, démontrant aussi la force du 5ème pouvoir (profitons-en !), mais cela répond surtout à une demande des français. Et si on faisait un sondage pour attester cette demande ? Agoravox démontrerait ainsi qu’il répond à un besoin démocratique !

                                                                          Modalités :
                                                                          - c’est un direct (qui plus est avec interactivité) qui risque de provoquer un engorgement technique. Une rediffusion immédiate sur internet est plus simple.
                                                                          - débat limité aux candidats dépassant 10% dans les sondages (les 4 premiers que l’on sait) ? Ou bien ouvert à tous ?
                                                                          - 2 par 2 ou à 4 ?


                                                                          • JKY56 (---.---.255.128) 3 avril 2007 19:16

                                                                            Sarko n’était déjà pas d’accord quand F.Bayrou réclamait un débat TV entre Sarko et lui, car disait-il il ne voyait pas bien le projet de socièté de Ségo...c’était il y a 2 semaines environ !!!

                                                                            Moi je trouve que c’est une bonne initiative mais il va y avoir des frustrés, tous ceux qui ne pourront pas participer : pas de PC à la maison, pas d’ADSL... croyez-moi je vis à la campagne et il n’y a pas tant de connectés Net smiley


                                                                            • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 22:04

                                                                              On pourrait organiser des soirées chez ceux qui ont internet haut débit, cela animerait les débats...


                                                                            • (---.---.155.104) 3 avril 2007 19:19

                                                                              C’est triste, qu’une dizaine de commentaires aient disparu, sur cet article qui voudrait promettre précisément un débat transparent.

                                                                              On aurait pu espérer, au moins, que Carlo Revelli réponde sur l’apparence d’impartialité d’Agoravox, vu sa ligne en matière de « modération » et le « livre collectif » très favorable à Bayrou.


                                                                              • (---.---.38.118) 3 avril 2007 20:36

                                                                                Et vu la « corrélation » dans le temps entre cette inititaive et la revendication de Bayrou :

                                                                                http://www.linformaticien.com/Actualit%C3%A9s/tabid/58/newsid496/1716/Default.aspx

                                                                                Le candidat UDF a déclaré ce mardi lors d’une conférence de presse à Paris vouloir organiser un débat sur Internet entre les quatre principaux candidats, soit Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, Jean-Marie Le Pen et lui-même.

                                                                                A moins de 20 jours du premier tour de l’élection présidentielle, François Bayrou semble plein de confiance en lui, malgré ses résultats en baisse dans les sondages actuels.

                                                                                Alors que tous les français réclament un dialogue entre les quatre candidats « phare » de cette élection 2007, François Bayrou a annoncé ce matin vouloir organiser un débat sur Internet. « Je propose que tous les bloggeurs d’internet, tous ceux qui ont des sites, se groupent pour organiser un débat sur internet entre Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, Jean-Marie Le Pen et moi », a-t-il dit, selon l’AP.

                                                                                [fin de citation]


                                                                              • (---.---.12.213) 3 avril 2007 20:54

                                                                                Quand on lit sur Yahoo ! Actualités : « Vous pouvez commenter cet article », et qu’ensuite on voit ce qui se passe ici...


                                                                              • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 22:05

                                                                                Je signale juste que Bayrou demande un débat depuis le début.


                                                                              • (---.---.34.89) 3 avril 2007 23:28

                                                                                « Je signale juste que Bayrou demande un débat depuis le début. »

                                                                                Quand il était très bas dans les sondages. D’ailleurs, sa montée soudaine ressemble à un coup de pouce de Parisot, qui discutant avec tous les candidats et a pu s’en servir pour faire pression sur Royal et Sarkozy.


                                                                              • guillaume (---.---.118.132) 3 avril 2007 19:25

                                                                                Meme si Sarko se défile je pense que cela vaut quand même le coup d’essayer. Si tous les autres accepte (au moins les 3 principaux) et pas lui, cela le deservira au final...et pourrait le faire changer d’avis finalement ! Gardons espoir c’est vraiment une belle idée ce débat !


                                                                                • bbar502 (---.---.76.134) 3 avril 2007 19:33

                                                                                  C’est ça un débat, mais un vrai débat honnête où les questions ne sont pas communiquées aux candidats préalablement.
                                                                                  Au fait, je suis comme beaucoup de français : totalement écoeuré, c’est mou, c’est creux, ça manque de panache.
                                                                                  Entre ceux qui promettent tout en sachant que les promesses n’engagent que ceux qui les entendent et l’attitude équivoque de François Bayrou qui nous demande de voter pour lui sans vrai programme sauf (sauf sa proposition de créer des emplois, l’ENA, etc) et celui d’être élu !.
                                                                                  Ce qui est dommage c’est qu’on a l’impression qu’il est bien seul, tous ses anciens « amis » le laissent tomber. C’est déroutant !

                                                                                  Pourtant, lui est au moins honnête ! Mais il se trompe d’attitude car les français aimeraient bien en savoir plus pour se décider...

                                                                                  Quand va-t’il se décider à leur rentrer dedans.

                                                                                  (Peut-être quand les médias ne chercheront plus à l’éliminer, car avec ses idées neuves, il gêne !)


                                                                                  • (---.---.155.104) 3 avril 2007 19:38

                                                                                    Voic donc l’article qu’Agoravox avait censuré au moment où Bayrou était au plus haut dans les sondages.

                                                                                    Et qu’on ne vienne pas nous dire que c’est hors sujet, alors qu’Agoravox lance cette initiative le lendemain d’une déclaration de Bayrou dans le même sens. Manifestement, il y a un mois, le « débat » ne pressait pas.

                                                                                    Voici l’article censuré :

                                                                                    http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=79

                                                                                    François Bayrou, candidat entre deux eaux et à coloration variable

                                                                                    « Tous contre Bayrou », titre la une du Journal du Dimanche. Le candidat de l’UDF se présente comme une cible traquée. S’agirait-il d’un révolutionnaire ? Pour l’UMP, « Bayrou fait du Sarkozy en moins bien ». Le sénateur socialiste Jean-Marie Bockel n’est pas opposé à l’idée d’un gouvernement d’union nationale défendue par l’UDF. Mais le citoyen peut demander : l’union nationale, pour quoi faire ? François Bayrou s’en prend à une « guerre perpétuelle » entre le PS et l’UMP qui accablerait le pays. Cependant, la continuité de la politique française depuis trois décennies, au milieu de cohabitations et d’alternances, semble infirmer ces propos. Sur l’essentiel, les médias parlent peu de la politique que préconise vraiment François Bayrou et des intérêts qu’il représente. Y a-t-il vraiment une différence entre la « droite », la « gauche » et le « centre » ? Le candidat de l’UDF n’est, semble-t-il, ni de « droite », ni de « gauche », mais tout le contraire. Seulement, en quoi incarnerait-il une rupture avec la « politique unique » ?

                                                                                    Date : 5 Mars 2007

                                                                                    Source : http://blog.360.yahoo.com/quicalt

                                                                                    « Pax in nomine Domini Fetz Marcabrus los motz e.l so. Aujatz que di... »

                                                                                    François Bayrou n’a pas eu besoin de quitter la Gascogne pour découvrir cet appel à la paix civile, composé par l’un des plus grands poètes du XII siècle. Mais le troubadour Marcabru, auteur du poème et de la musique qui l’accompagne, chante en réalité un devoir de guerre : celui d’une croisade pour laver nos pêchés. C’est pourquoi on appelle souvent ce texte « Vers del Lavador ».

                                                                                    La croisade, première entreprise « européenne » ? Après l’Empire d’Occident de Charlemagne, ce fut la montée du théocratisme sous le Pape Grégoire VII et, juste après, le « Deus lo volt ! » de Clermont-Ferrand qui acclama l’appel d’Urbain II à la première croisade. Marcabru exhorte les chrétiens à participer aux conquêtes militaires du Comte de Barcelone Ramon Berenguer IV dans la « reconquête » espagnole.

                                                                                    Les papes du Moyen-Age revaient d’imposer le gouvernement d’une euro-nomenklatura ecclésiastique régnant sur un troupeau de seigneurs féodaux. Mais cette euro-gouvernance médiévale se heurta à l’opposition des plus influents seigneurs de l’époque. Elle fut finalement mise en pièces par la montée de la royauté et par le développement d’une classe bourgeoise de plus en plus puissante.

                                                                                    Quant à la « pensée unique » et à la « politique unique », l’Eglise du Moyen-Age fut bien en avance. A une époque où les idées politiques s’exprimaient principalement par des voies religieuses, le Pape Innocent III prépara, décreta et organisa la Croisade Albigeoise. Après cette implacable guerre de religion, la police politique des « enquêteurs de la perversité hérétique » (Inquisitio haereticae pravitatis), fonctionnant en même temps comme un tribunal d’exception, vit officiellement le jour et sévit longtemps dans de nombreux pays. A ce dispositif policier et judiciaire, l’Eglise ajoutait : a) la menace de l’Enfer contre tout écart de pensée ; b) une machine à broyer intellectuelle, basée sur le dogme et sur l’implacabilité du raisonnement scolastique.

                                                                                    Ce n’est pas tout. La schéma politique théocratique mis en avant par l’Eglise du Moyen-Age n’était pas celui d’un ordre local, ni même continental. Il s’agissait bien d’un ordre mondial. Etant entendu qu’il fallait espérer que, pour leur bien, à terme tous les peuples de la planète se convertiraient au catholicisme. Encore un point où ces papes étaient « en avance » sur le plan de la stratégie des classes dominantes. On ne peut même pas dire qu’ils employaient des procédés répressifs d’une brutalité inégalée, compte tenu de ce qui s’est produit dans l’Europe du XX siècle. Raison de plus de s’inquiéter de tout signe qui puisse paraître précurseur d’un retour à la censure de la pensée ou de la diversité politique, fût-ce (ou surtout !) au nom de l’évidence.

                                                                                    Huit siècles après la Croisade Albigeoise, dans une Europe qui a connu entre autres le fascisme, le nazisme et deux guerres mondiales, deux traits médiévaux s’affirment de manière inquiétante : la banalisation des partis par la politique et la pensée « uniques », et la mise en place controversée d’un pouvoir européen où les lobbies de la grande finance ont remplacé l’Eglise toute-puissante de jadis.

                                                                                    A son tour, cet « ordre européen » s’inscrit de plus en plus ouvertement dans le cadre d’un futur « ordre mondial » qui ressemble fort au schéma de gouvernance préconisé par des cercles d’influence comme la « Commission Trilatérale ». A savoir, une direction à trois composantes (Amérique du Nord - Europe - puissances de l’Asie) des affaires planétaires, comme déjà envisagé dans les premiers documents de travail de cette Commission ou dans les comptes rendus de ses réunions annuelles. Le monde, gouverné par une théocratie de l’argent ? C’est ce que suggèrent la composition, les objectifs et le mode de fonctionnement de ce genre d’organisations fort éloignées des citoyens mais très actives et influentes.

                                                                                    La création de la Commission Trilatérale est d’ailleurs intervenue à un moment (1973) où les Etats-Unis venaient de se désengager du Viêt Nam dans des conditions défavorables. D’où la stratégie, de la part des milieux financiers, d’impliquer dans la « gouvernance mondiale » l’ensemble des puissances du monde capitaliste de l’époque. Une orientation incontestablement intelligente, du point de vue de la défense des intérêts de la grande finance.

                                                                                    Dès janvier 1974, on trouve le futur premier ministre français Raymond Barre parmi les membres la Trilatérale. En même temps qu’un certain James E. Carter, Jr, gouverneur de la Géorgie.

                                                                                    Mais François Bayrou, membre également de la Trilatérale jusqu’en 2005 et héritier autoproclamé de la tradition « centriste », ajoute un troisième ingrédient à connotation médiévale à l’actuel panorama politique : l’appel à la paix civile, dans un pays où règne d’après lui : « Perpétuellement la guerre entre le PS et l’UMP, perpétuellement en embuscade l’un contre l’autre ». Raison pour laquelle, poursuit notre homme providentiel : « J’ai vu mon pays décliner, s’appauvrir ». Rien de moins. La mondialisation, les élargissements de l’Union européenne, le méga-espace économique du Conseil de l’Europe, les exportations de capitaux, les délocalisations, le marché mondial de la main d’oeuvre, le dumping social... n’y sont semble-t-il pour rien. Toute la faute revient à la « guerre entre le PS et l’UMP »... Curieux, dans ce cas, qu’on ait tant de mal à trouver des textes d’une législature franchement désavoués par la législature suivante après une « alternance ».

                                                                                    Le discours de l’UDF sur les « guerres » entre partis et la nécessité d’un gouvernement d’union nationale ressemble à du pipeau pour distraire les électeurs des vrais problèmes auxquels personne n’entend apporter de solution. A quoi rime de promettre un « gouvernement rassemblant des compétences et des sensibilités différentes », voire même « un premier ministre de gauche », si de toute façon, comme le reconnaît François Bayrou, il n’existe aucune différence essentielle entre les courants qui ont gouverné le pays depuis les années 1970 ? Le slogan « union nationale » fait partie depuis des mois des lieux communs de la campagne électorale. Une manière, peut-être, de tenter d’imposer un « retour au bercail » aux électeurs réfractaires en rendant la « politique unique » incontournable.

                                                                                    Le candidat de l’UDF nage entre deux eaux, avec des propositions qui se voudraient de « gauche » et d’autres plus proches de la « droite » . Selon les cas, il changera de coloration apparente pour s’adapter de la manière la plus éclectique possible à ces prises de position. Mais, dans l’ensemble, rien de très novateur par rapport aux stratégies déjà appliquées par les autres partis.

                                                                                    C’est qu’en réalité, dans la politique que prépare l’UDF, comme dans celles du PS et de l’UMP, l’ensemble des paramètres macro-économiques et macro-politiques est par définition intouchable. On gouverne en s’y adaptant, et les Français n’ont qu’à manger « ce qu’il y a à la maison » . Sauf que « ce qu’il y a à la maison » s’en va, avec les départs de capitaux et les délocalisations à la recherche des plus bas salaires possibles. Quels que soient les partis en litige, on a affaire à un débat politique vidé de son contenu. Ce n’est pas grave, il en restera toujours assez pour bien nourrir l’infime partie de la population que représente la composante « superieure » des appareils politiques, administratifs, gestionnaires, médiatiques... « Les gens » n’ont qu’à essayer de s’y incruster. Pour le reste, peu importe que le gouvernement soit de « droite », de « gauche » de « centre », d’ « entente nationale » ou que sais-je encore. La politique restera la même.

                                                                                    Ce qui paraît en l’espèce très inquiétant, c’est que par le passé les appels à l’union nationale sont toujours intervenus la veille de décisions très douloureuses pour la population, ou pour gérer des situations de cette nature. Le but du consensus étant d’imposer les mesures adoptées comme étant incontournables. Autrement, on joue à la « droite », à la « gauche », au « centre » ... mais on ne parle pas d’entente nationale, d’union nationale, de rassemblement des compétences, etc... Il s’agit précisément, dans une période « normale », de faire croire à une réelle diversité politique entre les différents partis du système. Lorsque cette apparence n’est plus respectée, c’est qu’on prêche l’inéluctabilité. Mais de quoi, en l’espèce ? Touchons du bois.

                                                                                    Pendant que les capitaux amassés avec la sueur des Français continuent de quitter le pays sans qu’aucun politique bien-pensant ne s’y oppose, François Bayrou s’écrie : « Arrêtez les promesses dont nous n’avons plus le premier sou ! ». Il ajoute que « l’effort de tous les Français » sera indispensable dans la « lutte contre la dette ». Un discours bien « barriste »... et bien « trilatéral ». Mais quel effort peuvent faire les Français pour concurrencer des salaires dix ou vingt fois plus bas, pratiqués dans des pays dont le potentiel technologique et universitaire ne cesse de s’accroître grâce aux délocalisations ? Où est, d’ailleurs, la prétendue originalité de ce candidat aux présidentielles ? On a déjà donné avec Giscard et Barre, et on peut très bien nous la refaire avec Bayrou président et Rocard premier ministre. Sauf que cette fois-ci, ce sera beaucoup pire. Et que signifie l’expression « république sociale », que même Mussolini avait employée ? On peut tout faire avec ce genre d’expressions...

                                                                                    La politique étrangère du candidat Bayrou n’est pas piquée des vers, non plus. Sur son site intitulé « La France de toutes nos forces », où il déclare vouloir « rompre avec vingt-cinq années d’archaïsme politique », on peut lire notamment : « Nous devons construire une défense européenne. Dès lors, l’Alliance atlantique aura un tout autre visage, et les réticences françaises à son égard s’effaceront. (...) Notre continent doit devenir capable de faire face aux crises qui nécessitent une intervention au loin ». Il s’agit donc, à terme, de mettre en place une puissance militaire continentale alliée des Etats-Unis, à un moment où la puissance US éprouve d’énormes difficultés pour poursuivre seule sa stratégie d’interventions. Qui paiera les dépenses de cette « défense européenne » , alors que « nous n’avons plus le premier sou » ? Le candidat de l’UDF recherche également un maximum d’appuis parmi les lobbistes européens influents, s’engageant à « sauver la substance du projet de Constitution européenne » que les électeurs ont rejeté en 2005. Quant au caractère profondément antisocial de la « substance » de ce Traité, ce n’est manifestement pas l’essentiel pour François Bayrou.

                                                                                    Ce ne sont que quelques illustrations du contenu réel d’un programme politique qui se veut « de centre » et basé sur l’évidence et le bon sens, mais qui en réalité constitue une défense engagée des intérêts du capitalisme pur et dur. Annonce de la poursuite de la destruction des acquis sociaux des Français, voire même avec des aspects militaires dont on mesure mal les dangers réels. Lors des élections présidentielles, le Carême sera fini. Mais une longue pénitence sociale et citoyenne risque de commmencer le lendemain du second tour, quel qu’en soit le résultat.

                                                                                    Date : 5 Mars 2007

                                                                                    Source : http://blog.360.yahoo.com/quicalt


                                                                                    • (---.---.155.104) 3 avril 2007 19:44

                                                                                      Ou celui d’hier du même auteur tiré de la même source, et qui aurait sans doute eu du mal à passer ici, vu les « antécedents » :

                                                                                      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=128

                                                                                      François Bayrou, l’ENA et la privatisation des services publics

                                                                                      François Bayrou vient de proposer « une réforme en profondeur de l’Etat qui commencera par la suppression de l’ENA (Ecole Nationale d’Administration) et son remplacement par une école de haut niveau, une Ecole des services publics ». Quelques jours plus tôt, à Lille, Nicolas Sarkozy s’en prenait à la « pensée unique » tout au long d’un discours manifestement destiné à rassurer son électorat. Le 28 février, la simulation de la présidentielle organisée à l’ENA avait placé en tête Ségolène Royal, très loin devant les candidats de l’UMP et de l’UDF. A ce stade, la pantomime électorale dévoile une information intéressante sur ce qui nous attend après les présidentielles. Car, indépendamment du rôle néfaste joué par l’ENA dans le fonctionnement de l’Etat, des administrations et de la politique au cours des trois dernières décennies, le projet de François Bayrou met en évidence une volonté politique de ramener les services publics à de la simple administration. Autrement dit, de procéder à une privatisation générale de la matérialité de ces services.

                                                                                      D’après les dépêches récentes, François Bayrou s’en prend à une « caste ». Mais, à l’examen de son curriculum, on ne voit pas en quoi il serait fondamentalement différent de celui de Ségolène Royal. Certes, Bayrou n’est pas passé par l’ENA. Mais à différence de l’avocat Nicolas Sarkozy, qui n’est pas un énarque, et de l’énarque Ségolène Royal, il a fait personnellement partie de la Commission Trilatérale. Et si Ségolène Royal est devenue chargée de mission à l’Elysée à vingt-neuf ans (1982), deux ans après sa sortie de l’ENA, François Bayrou est devenu à vingt-huit ans (1979), sous Giscard et Barre, chargé de mission de l’alors Ministre de l’Agriculture Pierre Méhaignerie. A trente ans (1981), il était chargé de mission au cabinet du président du Sénat Alain Poher, et à trente-trois (1984), il est devenu conseiller du président du Parlement européen Pierre Pflimlin. La nomenklatura politique française ne comprend pas uniquement des énarques.

                                                                                      L’ordonnance du 9 octobre 1945, instituant l’Ecole Nationale d’Administration (qui à présent s’autoproclame « Ecole européenne de gouvernance ») et les Instituts d’Etudes Politiques (IEP) avait pour objectif d’opérer, à terme, une véritable reprise en main administrative et politique. La politique cessait d’être l’affaire des citoyens, pour devenir une sorte de « savoir officiel » couplé à la technique de l’administration. Dès lors, la mise en place d’une « pensée unique » et d’une « politique unique » était une simple question de temps. Dans les années 1970, le processus était déjà bien avancé et, par la suite, le milieu professionnel énarque est devenu hégémonique dans l’administration et dans la politique politicienne. Evidemment, si les médias mettent l’accent uniquement sur la première partie, « suppression de l’ENA », des déclarations de François Bayrou, beaucoup de citoyens seront d’accord. Mais le plus important réside précisément dans cette deuxième partie, « une école de haut niveau, une Ecole des services publics », dont ont parlera un peu moins.

                                                                                      Ce que le candidat UDF propose, tout compte fait, c’est de transformer l’ENA en une « Ecole des services publics », qui restera toujours une école d’administration, avec un mode de recrutement différent. Mais la véritable transformation réside dans le « détail » du nom de l’Ecole, qui réduit la notion de « service public » à celle d’administration. De nos jours, les services publics comportent de nombreuses prestations à caractère matériel, intellectuel, technique... qui ne relèvent pas de l’administration et qui ne peuvent en aucun cas être enseignées dans le cadre de l’Ecole que propose François Bayrou. Les universités publiques sont un service public, mais leurs enseignants sont issus de ces mêmes universités. Les ingénieurs, les techniciens, les personnels hospitaliers... sortent également d’établissements et d’écoles possédant des compétences pour les former. Il y a donc, à première vue, une sérieuse contradiction dans la proposition de François Bayrou. Sauf si...

                                                                                      L’UDF a à plusieurs reprises exposé que, de son point de vue, l’Etat doit intervenir dans les secteurs de l’économie où il existe des difficultés, et « laisser faire » le secteur privé dans les autres domaines. Elle défend à fond la politique de l’Union Européenne, la « construction européenne », la politique de l’Organisation Mondiale du Commerce... et, par là, elle ne peut que soutenir « tout naturellement » l’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS). Evidemment, si les prestations des services publics font l’objet d’une privatisation générale, ce qui restera formellement de ces services ne pourra que relever de l’administration. A une exception près.

                                                                                      Dans mon article « Après les présidentielles françaises, mine de rien, l’ « Europe militaire » (1) », j’avais évoqué la stratégie « européenne » de François Bayrou, notamment dans les domaines militaire et du « renseignement ». Le candidat UDF déclare notamment : « L’Europe sera au cœur de notre politique de défense. (...) Priorité à la recherche : des moyens supplémentaires massifs doivent y être consacrés. Presque toujours, la recherche militaire a des applications civiles. (...) La France a besoin de combler son retard en matière d’observation et de renseignement... » , ou encore : « Et évidemment, la clé, c’est la confiance entre les administrations des pays, et les services de renseignement ». Des domaines de la recherche, de la technologie et d’autres activités, jugés d’intérêt militaire ou « stratégique » sur le plan du « renseignement », pourraient échapper à la privatisation suivant le modèle de l’Etat US, même si aux Etats-Unis les multinationales et d’autres entreprises privées collaborent très directement avec le « renseignement » et l’industrie militaire.

                                                                                      En somme, François Bayrou nous dit ce qui « va se faire », et comment il faut d’après lui adapter l’ENA à ces « changements ». L’Etat ne sera à l’avenir rien d’autre que de l’administration et de l’appareil répressif. A l’exception près de quelques « domaines réservés » sur lesquels, de toute façon, le secteur privé paraît destiné à empiéter de plus en plus, au fur et à mesure que sa puissance grandit et celle de l’Etat décline. Et dans cette opération qui est déjà bien lancée, la « politique européenne » de l’oligarchie jouera un rôle décisif.

                                                                                      Qui évoque ces questions essentielles dans le simulacre de débat des élections présidentielles ?

                                                                                      L’article est signé par :

                                                                                      De ço qui calt ?

                                                                                      quicalt@yahoo.fr

                                                                                      http://blog.360.yahoo.com/quicalt


                                                                                    • (---.---.38.118) 3 avril 2007 20:39

                                                                                      On cache parfois les commentaires à une vitesse fulgurante. Il est peut-être trop tard pour les enlever...


                                                                                    • (---.---.154.21) 3 avril 2007 20:46

                                                                                      En tout cas, les deux commentaires si vite cachés portent sur deux articles fort intéressants :

                                                                                      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=79

                                                                                      François Bayrou, candidat entre deux eaux et à coloration variable

                                                                                      http://blog.360.yahoo.com/blog-hemwnYcgbq_SQcISKczR?p=128

                                                                                      François Bayrou, l’ENA et la privatisation des services publics

                                                                                      Tirés du blog :

                                                                                      http://blog.360.yahoo.com/quicalt

                                                                                      Cette manière de cacher ou supprimer les commentaires, faute de pouvoir y répondre, incite à se demander ce que Bayrou peut vraiment apporter dans un débat.


                                                                                    • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 22:11

                                                                                      Votre article est plein de contrevérités et d’insinuations malhonnêtes. Dommage, j’ai pris le temps de le lire, mais il est vraiment trop malhonnête et manipulateur...


                                                                                    • (---.---.158.38) 3 avril 2007 23:22

                                                                                      « Votre article est plein de contrevérités et d’insinuations malhonnêtes. »

                                                                                      L’auteur de l’article n’est pas forcément celui du commentaire. Mais, pour le reste, votre « réponse » est très classique des mamamouchis d’Agoravox. AUCUN ARGUMENT.


                                                                                    • truc (---.---.77.170) 4 avril 2007 03:06

                                                                                      comment voulez vous qu’on commente un commentaire qui est paru une bonne centaine (millier ???) de fois en commentaire d’articles qui n’ont rien à voir ??? z’en avez pas marre monsieur l’anonyme ??? on a compris qu’il était à coloration variable, on a compris que vous n’aimiez pas Bayrou, on a compris que vous pietinniez tel l’enfant devant la vitrine du magasin de jouet parce qu’il n’a pas ce qu’il veut.... aller encore un tit caprice ?


                                                                                    • (---.---.33.75) 4 avril 2007 09:33

                                                                                      TOUJOURS PAS DE REPONSE ARGUMENTEE.

                                                                                      Si les vairons sont à ce point incapables de répondre sur les questions de fond, pourquoi veulent-ils un débat ?


                                                                                    • (---.---.33.75) 4 avril 2007 09:49

                                                                                      Bayrou et l’UDF, c’est la succession de Giscard et Barre. A propos de ce dernier, on peut lire :

                                                                                      « M. Raymond Barre a témoigné au procès de béatification d’Escriva de Balaguer, attestant les « signes de sainteté » du fondateur de l’oeuvre. »

                                                                                      Le problème étant le rôle POLITIQUE de l’Opus Dei depuis la guerre d’Espagne.

                                                                                      Dans l’article dont un extrait suit :

                                                                                      http://www.monde-diplomatique.fr/1995/09/NORMAND/1804.html

                                                                                      Archives - Septembre 1995

                                                                                      GARDE BLANCHE DU VATICAN

                                                                                      La troublante ascension de l’Opus Dei

                                                                                      Si l’intégrisme musulman fait la « une » des journaux, les activités de la droite chrétienne s’effectuent souvent dans l’ombre, comme en témoigne la troublante ascension de l’Opus Dei. Milice religieuse au comportement de secte, héritière d’un anticommunisme militant, puissance à la fois économique et politique, l’OEuvre exerce une influence multiforme sur l’Église, mais aussi sur les pouvoirs temporels, qu’elle cherche à infiltrer. On retrouve ses proches jusque dans le gouvernement de M. Alain Juppé. (...)

                                                                                      Par François Normand

                                                                                      PAR une politique de nominations épiscopales qui ne tient guère compte des souhaits exprimés par les Eglises locales, Jean Paul II mène son entreprise de restauration, utilisant tous les moyens à sa disposition : doctrinal, disciplinaire et surtout autoritaire, avec l’aide d’un certain nombre de mouvements « musclés » traditionalistes, souvent sectaires et politiquement à droite, tout à sa dévotion. Ils font partie du « renouveau charismatique » ou ont pour noms : Comunione e Liberazione, organisation italienne née dans les années 70 ; les Focolari, mouvement lancé en 1943 à Trente ; le Néocatéchuménat, fondé à Madrid en 1964 ; les Légionnaires du Christ, groupe ultra-secret constitué au Mexique dans les années 40, et surtout l’Opus Dei (l’« OEuvre de Dieu »). Ce dernier mouvement fut créé en 1928 par le Père Escriva de Balaguer. L’Opus Dei, qui jouit de l’appui inconditionnel de l’évêque de Rome, s’infiltre dans tous les échelons de la hiérarchie catholique. Est-il l’arme secrète du pape dans la reconquista catholique ou Jean Paul II est-il le prisonnier inconscient de cette « mafia blanche » dans sa propre conquête du pouvoir ? Le président Jacques Chirac a-t-il nommé des membres de l’Opus Dei au gouvernement de M. Alain Juppé ? La question peut paraître saugrenue, sachant le peu d’attrait du fondateur du RPR pour la « chose cléricale », mais la composition du gouvernement devait satisfaire les nombreuses composantes de la droite française qui avaient soutenu la candidature du maire de Paris, dont le puissant lobby catholique conservateur. Si on a souligné la proportion relativement élevée de femmes dans ce cabinet - douze ministres ou secrétaires d’État sur quarante-deux membres - , on a moins relevé la coloration bien-pensante de ces ministres. Mme Colette Codaccioni, ministre de la solidarité entre les générations, mère de cinq enfants et ancienne sage-femme, se définit comme « chrétienne et pour l’éducation à la vie » ; Mme Elisabeth Dufourcq, secrétaire d’État à la recherche, est l’auteur d’une thèse sur les congrégations religieuses féminines, dont elle a tiré un livre intitulé Les Aventurières de Dieu ; Mme Anne-Marie Idrac, secrétaire d’État aux transports, est la fille de l’un des pères fondateurs du Mouvement républicain populaire (MRP), parti catholique, et militante elle-même de leur héritier : le Centre des démocrates sociaux (CDS) ; et Mme Françoise de Veyrinas (CDS), secrétaire d’État aux quartiers en difficulté, est issue d’une famille toulousaine catholique militante. On peut s’interroger sur l’entrée au gouvernement et dans les cabinets de deux personnes « proches » sinon membres de l’Opus Dei : M. Hervé Gaymard, secrétaire d’État aux finances, et son épouse, Mme Clara Lejeune-Gaymard, directeur de cabinet de Mme Colette Codaccioni, fille du professeur Jérôme Lejeune (décédé en 1994), fondateur du mouvement antiavortement Laissez-les vivre, nommé par Jean Paul II au Conseil pontifical pour la famille et membre de l’Opus Dei...

                                                                                      (...)

                                                                                      ... l’Opus continue de pratiquer le secret, d’utiliser prête-noms et sociétés écrans, sous prétexte d’« humilité collective » et d’« efficacité apostolique » ! « Parce qu’il se refuse à toute transparence, l’Opus Dei excite la curiosité et l’hostilité, suscitant même quelquefois des fantasmes de complot. (3) » Nombreux sont ceux qui sont donnés comme membres ou sympathisants. M. Raymond Barre a témoigné au procès de béatification d’Escriva de Balaguer, attestant les « signes de sainteté » du fondateur de l’oeuvre. Dans l’entourage de M. Philippe de Villiers, on désigne Mme Christine Boutin, secrétaire national du CDS et député des Yvelines, le prince Michel Poniatowski, ancien ministre de l’intérieur, et Mme Françoise Seillier, coordinatrice des très réactionnaires associations familiales européennes. Dans le monde des affaires, on cite les noms de ceux qui ont donné des conférences au Centre Garnelles de l’Opus, à Paris : M. Claude Bébéar, le patron du groupe des assurances AXA, M. Michel Albert, patron des assurances AGF, M. Didier Pineau-Valencienne, PDG du groupe Schneider et M. Louis Schweitzer, patron de Renault. Plusieurs familles royales d’Europe auraient montré de la sympathie pour l’Opus : Otto de Habsbourg en fit la propagande, alors que l’archiduc Lorenz d’Autriche en serait membre. Le roi Juan Carlos de Bourbon fut élevé par des prêtres de l’oeuvre tandis que le secrétaire de sa femme Sofia appartenait au mouvement.

                                                                                      (...)

                                                                                      Le jeune Escriva de Balaguer vécut la guerre civile en Espagne comme une lutte entre catholiques et communistes, en qui il voyait l’incarnation du mal. Sa vision du monde en fut déformée et, tout comme Pie XII, il minimisa l’horreur du nazisme, et même la gravité de l’holocauste, y voyant un rempart « providentiel » contre le communisme. Vladimir Felzmann, ancien membre de l’Opus, rapporte une conversation avec Escriva qui en dit long. Après avoir maintenu que le christianisme avait été sauvé du communisme par la prise de pouvoir du général Franco avec l’appui du chancelier Hitler, il ajouta : « Hitler contre les juifs, Hitler contre les slaves, c’était Hitler contre le communisme. » Cette indulgence pour le fascisme mène à l’engagement de l’Opus dans le franquisme.

                                                                                      (...)


                                                                                    • (---.---.35.134) 4 avril 2007 13:27

                                                                                      « M. Raymond Barre a témoigné au procès de béatification d’Escriva de Balaguer, attestant les « signes de sainteté » du fondateur de l’oeuvre. »

                                                                                      Il n’y a pas si longtemps, Barre défendait Papon. Au point de gêner son héritier (y compris, à la Trilatérale) Bayrou, qui a sans doute jugé que ce n’était pas le bon moment...



                                                                                      • (---.---.102.191) 3 avril 2007 20:04

                                                                                        « C’est une idée de François Bayrou ! »

                                                                                        Aussitôt suivie d’exécution ici...


                                                                                      • Eugène 3 avril 2007 21:12

                                                                                        Comme quoi Bayrou a de bonnes idées.


                                                                                      • (---.---.27.170) 3 avril 2007 21:20

                                                                                        Comme quoi Bayrou est un ultra-opportuniste qui roule pour les milieux financiers et qui est prêt à tout faire si jamais, par malheur, il est élu.


                                                                                      • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 22:14

                                                                                        Vous semblez particulièrement enfermé dans votre monde idéologique... Dommage... vous n’êtes plus ouvert au dialogue...


                                                                                      • (---.---.158.38) 3 avril 2007 23:24

                                                                                        Bayrou va chercher son « idéologie » dans les réseaux des milieux financiers comme la Trilatérale.


                                                                                      • Martine06 (---.---.112.178) 3 avril 2007 20:07

                                                                                        Ce serait vraiment excellent d’avoir ce debat. Il faut se mobiliser pour convaincre les candidats pas encore convaincus


                                                                                        • (---.---.34.137) 3 avril 2007 20:16

                                                                                          Ah oui, maintenant « ils » veulent ce débat. « On » les comprend :

                                                                                          http://www.rmcinfo.fr/presidentielle2007/index.php?2007/04/03/553-10-eme-sondage-hebdo-rmc

                                                                                          Sondage Hebdo RMC : Royal et Sarkozy creusent l’écart ; Besancenot à 5%...

                                                                                          Par RMC, mardi 3 avril 2007 à 08:44 :: RMC :: #553 ::

                                                                                          A moins de 20 jours du premier tour de la présidentielle, découvrez la 10e vague du Sondage Hebdo RMC - BFM TV - 20 Minutes (réalisé par LH2).

                                                                                          - Nicolas Sarkozy, 29% (+2)

                                                                                          - Ségolène Royal est à 26% (-1)

                                                                                          - François Bayrou, 18% (-2, -4 en deux semaines)

                                                                                          - Jean-Marie Le Pen 13% (+1)

                                                                                          - Olivier Besancenot 5% (+2)

                                                                                          Marie-George Buffet (3%, +1) ; José Bové (2, +0.5) ; Arlette Laguillier (1%, -1.5) ; Frédéric Nihous (1,=) ; Dominique Voynet (1,=) ; Philippe de Villiers (1, -0.5) ; Gérard Schivardi (rien, - 0.5).


                                                                                        • Dan66 (---.---.252.2) 3 avril 2007 22:37

                                                                                          Bizarre, vous oubliez de citer un sondage paru ce jour :

                                                                                          http://www.blogdsk.net/dsk/2007/03/trait_de_rome_5.html#comment-65280396

                                                                                          A la question : A propos de F Bayrou, pensez-vous que son projet d’un gouvernement d’union nationale composé de personnalités de gauche et de droite répond bien aux souhaits de changement des Français ?

                                                                                          56% répondent OUI

                                                                                          A la question : Pensez-vous qu’il sera au second tour ?

                                                                                          58% répondent OUI

                                                                                          En outre, dans ce sondage il est à 2 points de S. Royal et à 7 points de Sarkozy.

                                                                                          Puisqu’ils sont à si peu de différence - vu le pourcentage d’erreur - la question du 2ème tour avec Bayrou donne ce résultat :

                                                                                          Bayrou 54% - Sarkozy 46%

                                                                                          Bayrou 57% - Royal 43%

                                                                                          Enfin le « DUEL » que les médias veulent nous vendre donne :

                                                                                          Sarkozy 54% - Royal 46%.

                                                                                          Je cite ces chiffres juste pour remettre les choses à leur place...

                                                                                          Le débat permettra de remettre N. Sarkozy dans l’argumentation solide et non dans le marketing médiatique.


                                                                                        • (---.---.34.89) 3 avril 2007 23:33

                                                                                          DSK, membre de longue date du Siècle et d’autres cercles d’influence, comme Bayrou, est lui-même un candidat à la combine de l’UDF.

                                                                                          Mais, dans l’histoire de la France, c’est de ce genre de gouvernements (« centre », « union nationale », etc...) que sont venus les pires coups tordus (colonialisme, première guerre mondiale, etc...). Ils ont fait des choses que l’extrême-droite n’aurait jamais pu faire.


                                                                                        • pote (---.---.255.36) 3 avril 2007 20:20

                                                                                          Les choses avancent !

                                                                                          Bayrou, Le Pen et Royal sont d’accord pour un débat sur Internet. 20minutes.fr veut bien s’y associer et proposer ses services...

                                                                                          C’est sur de bons rails :)


                                                                                          • maxim maxim 3 avril 2007 20:30

                                                                                            absolument,aux infos d’europe I ,il a ete fait allusion au debats des politiques sur internet ....

                                                                                            Sarkosy ne serait pas tres chaud pour y participer .....

                                                                                            et donc pour confirmation que Pote nous a relaté.....

                                                                                            Bayrou,Royal,LePen .....


                                                                                            • (---.---.136.181) 3 avril 2007 20:30

                                                                                              "nouvelobs.com est tout à fait disposé à organiser un tel débat. (nouvelobs.com)


                                                                                              • le pen la vie la vraie (---.---.98.2) 3 avril 2007 20:31

                                                                                                bayrou 40% au premier tour !!! ... sur agoravox.., ce qui en dit long sur la prétendue neutralité du site pourquoi un site neutre attirerait-il comme des mouches tous les adorateurs du béarniais ?

                                                                                                La gueule de bois c’est pour le 22...


                                                                                                • Hibernatus (---.---.203.199) 3 avril 2007 20:36

                                                                                                  Sont réactifs au Figaro smiley :

                                                                                                  http://www.lefigaro.fr/presidentielle-web/20070403.WWW000000440_un_grand_debat_sur_le_web_.html

                                                                                                  A la limite un débat sans le psychopate de Neuilly ça pourrait même être mieux moi je dis huhuhu... Faut qu’il arrête de penser que tout passe par lui celui là ^^


                                                                                                  • Claire (iSubway) (---.---.138.57) 3 avril 2007 20:47

                                                                                                    Ce débat est une excellente idée. Mais est-ce qu’il ne serait mieux d’en faire profiter tout l’internet et d’organiser ça en association avec plusieurs sites ? Nous avons émis l’idée ici : http://www.isubway.fr/content/view/308/141/ Et lancé un débat à ce sujet ici : http://www.isubway.fr/forums/index.php?showtopic=6841&st=0&#entry284633

                                                                                                    En espérant pouvoir compter sur le soutien de tous smiley


                                                                                                    • Eugène 3 avril 2007 20:53

                                                                                                      Je vais être grossier mais sincère : Sarkozy n’a pas de couilles. Il sait très bien qu’il y perdrait à avoir ce genre de débat. Je suis 100% pour, et je suis même pour que l’on l’organise avec ou SANS lui pour bien le mettre face à sa lâchetée.


                                                                                                      • alex (---.---.132.84) 3 avril 2007 20:59

                                                                                                        C’est antidémocratique et discriminatoire (seulement une partie des français ont accès à l’internet ; les pauvres, les personnes agées et tous ceux qui ont un emploi de temps très chargé seront exclus du débat). Et en plus, qui paye pour tout ça ?


                                                                                                        • Hibernatus (---.---.203.199) 3 avril 2007 21:07

                                                                                                          La belle affaire... C’est plus démocratique et moins discriminatoire les débats à la téloche peut-être ?

                                                                                                          Personnellement moi je n’ai pas la tévévision... Quand à ceux qui ont un emploi du temps très chargé, que le débat se passe sur la toile ou à la TV je ne pense pas que ça change grand chose à leur emploi du temps ^^

                                                                                                          Bien à vous


                                                                                                        • Eugène 3 avril 2007 21:10

                                                                                                          Je suis RMIste et j’ai internet haut-débit, et je connais nombre de personne dans mon cas. Argument faussé.


                                                                                                        • noireb (---.---.30.2) 4 avril 2007 11:00

                                                                                                          J’ai pas la télé.

                                                                                                          J’ai un emploi du temps chargé. Je regarde les shows politiques, quand ils sont dispo, sur le net. Un débat directement sur le net est accessible par définition tout le temps, puisque le streaming permet d’enregistrer et de mettre en video à la demande en meme temps que la diffusion.

                                                                                                          Et là on est sûr qu’il manquera pas la partie qui ne plait pas à l’un des candidats, pas comme les émissions télés qui sont encodées (Cf TF1 et Sarkozy dont l’émission avait été raccourci d’un passage « génant »).


                                                                                                        • Dan66 (---.---.46.151) 4 avril 2007 14:35

                                                                                                          Justement, c’est bien plus accessible qu’à la TV. Car les débats peuvent être enregistrés et revisionnés grâce à un CD ou une clé USB et vu dans une grande salle ou en famille ou dans un bistrot, par portions, ou à l’heure choisie...

                                                                                                          Bien plus flexible et accessible que la TV.

                                                                                                          Votre argument ne tient pas...

                                                                                                          C’est justement une grande respiration démocratique...


                                                                                                        • Socdem (---.---.97.17) 3 avril 2007 21:14

                                                                                                          Il faut le faire absolument, et faire du bruit autour de l’initiative pour que les principaux candidats (en fait Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, car Bayrou est déjà partie prenante de l’affaire et pour ma part l’absence de Le Pen ne me gênerait pas) ne puissent pas refuser sans perdre en crédibilité. Il faut que chacun en parle à sa mesure, dans ses blogs, avec pétitions etc. ... Je viens de lire un arti un article de Nouvelobs.com. Le site propose lui aussi d’organiser le débat. Peu importe où il a lieu, mais il ne faut pas que la concurrence entre des sites installés le compromettent. Peut-être faudrait-il alors qu’un site soit créé spécialement ? C’est en tout cas très enthousiasmant ! J’ai publié un texte de soutien sur mon blog, venez l’approuver ! http://pourquoibayrou2007.over-blog.com


                                                                                                          • anne (---.---.101.57) 3 avril 2007 21:16

                                                                                                            il reste que si cela est indispensable, ce débat contradictoire, s’il est fait sur internet cela n’est pas accessible à tous, mais à des privilégiés

                                                                                                            et c’est très génant en démocratie !

                                                                                                            comme si cela avait lieu sur une chaine payante

                                                                                                            ça me gêne

                                                                                                            il faudrait que cela ait lieu à la télévision ET sur internet, plusieurs débats en somme, qui serviraient mieux les électeurs que tous le s monologues des candidats qui disent tjs la meme chose sans jamais être contredits


                                                                                                            • Bernard Dugué Bernard Dugué 3 avril 2007 21:26

                                                                                                              Carlo, ah que voilà une belle idée

                                                                                                              qui seront les Chabot et Duhamel d’Agoravox désignés pour orchestrer ce débat qui ne doit pas ressembler aux affrontements que l’on connaît sur les grandes chaînes. C’est là le secret de la réussite, trouver des maîtres de discussion à la hauteur


                                                                                                              • frc (---.---.73.120) 3 avril 2007 21:43

                                                                                                                Puis-je faire remarquer qu’en 2002 il n’y a même pas eu débat entre le 1er et le 2ème tour , ce qui apparemment n’a pas choqué une grande majorité des français


                                                                                                                • Axel Karakartal Axel Karakartal 3 avril 2007 21:47

                                                                                                                  Organiser un débat avec seulement quelques principaux candidats serait contraire à l’esprit du Net, qui est d’assurer le pluralisme des idées.

                                                                                                                  Qui décide des candidats principaux ? Les sondages ?

                                                                                                                  Il me semble que sur Agoravox on s’en est souvent pris aux sondages, où est la cohérence ?

                                                                                                                  Bayrou a passé l’année à dire, qu’il n’était pas normal que le petit milieu médiatique décide, à la place des Français, de qui est en situation de passer au second tour.

                                                                                                                  Il n’est pas logique qu’aujourd’hui Bayrou décide de sélectionner « quatre principaux candidats » en excluant les autres.

                                                                                                                  Il est encore moins normal qu’il demande aux blogueurs de monter une opération de buzz, au seul service de « 4 principaux candidats ».

                                                                                                                  Le débat doit être proposé aux 12 candidats, dans les mêmes conditions.


                                                                                                                  • Dan66 (---.---.46.151) 4 avril 2007 14:39

                                                                                                                    Il n’y a aucun problème à organiser un débat sur le net entre les 12 candidats.

                                                                                                                    Ils n’ont pas besoin d’être tous réunis dans la même salle. Ce qui est important, c’est que chacun soit filmé et interrogé par un journaliste ou prof en politique.


                                                                                                                  • Dan66 (---.---.46.151) 4 avril 2007 14:40

                                                                                                                    Cependant, il conviendrait de n’interroger que les candidats qui ont déclaré vouloir être Président.

                                                                                                                    Une quantité de « petits » candidats a déclaré ouvertement que leur candidature était une candidature de « témoignage » et qu’ils ne pensaient pas du tout être élus.

                                                                                                                    Il conviendrait d’en tenir compte dans l’organisation des débats.


                                                                                                                  • Samouch (---.---.155.248) 3 avril 2007 21:53

                                                                                                                    Tout cela est très joli, mais comment comptez vous réellement pouvoir supporter techniquement l’afflux de plusieurs centaines de milliers, voire plusieurs millions de personnes SIMULTANEMENT en streaming sur le site ??? En achetant 10 blades demain ? smiley


                                                                                                                    • roumi (---.---.74.206) 3 avril 2007 22:14

                                                                                                                      c’est ton destin ne te plains pas .

                                                                                                                      tu l’as choisis .

                                                                                                                       smiley


                                                                                                                    • debatteur (---.---.42.113) 3 avril 2007 22:02

                                                                                                                      Le nouvel obs propose un débat sur leur site internet. L’écueil de ce débat est l’équité et contourner la loi du CSA n’est pas très démocratique. Mais voici un moyen de préserver l’équité des candidats et de permettre un débat clair. C’est ce que j’ai proposé au nouvel obs, mais à divre vrai, le nouvel obs étant marqué un site comme agoravox serait mieux adapté. Voici le message envoyé (et peut-être sensuré car je ne l’ai pas vu passer) « Une proposition au nouvel obs qui veut organiser ce débat. Pour une équité (ce qui se discute évidemment car tous les candidats qui font moins de 3 % en réalité ne représentent pas grand chose) envers les candidats je propose qu’il y ait effectivement un débat internet entre les 4 candidats qui dépassent chacun les 10 % et que le nouvel obs donne un temps de parole sous forme de vidéo (puisque ce débat sera filmé si j’ai bien compris) identique au temps de parole de chacun des 4 candidats dans ce débat aux autres 8 candidats. Ce sera 8 tribunes libres. Exemple le débat dure 2 heures chacun des 8 autres candidats aura une tribune libre de 30 mn. Elle sera diffusée en deux groupes de 2 heures le lendemain et le surlendemain. Toutes les vidéos seront téléchargeables. On réalise l’équité et la démocratie car la démocratie c’est le débat, la contradiction, la possibilté de réfuter un argument ou un mensonge évident ou une fausse vérité assennée avec force. »


                                                                                                                      • (---.---.28.158) 3 avril 2007 22:04

                                                                                                                        Tout ça, c’est de la poudre au yeux. Les candidats comme Bayrou, Sarkozy, Royal... ne discutent jamais des vrais enjeux devant le « grand public ».

                                                                                                                        Voir, par exemple, le programme « grand public » que Bayrou vient de diffuser au même moment où Agoravox lance « de son propre chef » son « initiative » :

                                                                                                                        http://www.bayrou.fr/evenements/download/programme-action.pdf

                                                                                                                        et comparer avec la réalité des « écrits militaires du Président Bayrou » sur l’Europe militaire, la recherche militaire, le « renseignement »...

                                                                                                                        http://www.bayrou.fr/propositions/defense.html

                                                                                                                        http://www.bayrou.fr/discours/bayrou-relationsinter-220606.html


                                                                                                                        • (---.---.158.38) 3 avril 2007 23:19

                                                                                                                          Exact.

                                                                                                                          Juste un exemple : combien d’universitaires, de chercheurs, d’ouvriers, techniciens et ingénieurs de la recherche et de l’enseignement supérieur... seraient d’accord avec ces extraits du "Président Bayroué qui suivent plus bas ?

                                                                                                                          http://www.bayrou.fr/propositions/defense.html

                                                                                                                          Défense

                                                                                                                          « L’Europe sera au cœur de notre politique de défense. »

                                                                                                                          Par nature, par pesanteur, les armées préparent toujours la « guerre d’avant ». Un certain colonel de Gaulle l’avait exprimé, en son temps. François Bayrou propose une nouvelle politique de défense, intégrant l’échelle européenne, et dans laquelle la défense civile répond aux nouveaux risques, évidents depuis le 11 septembre 2001.

                                                                                                                          « Priorité à la recherche : des moyens supplémentaires massifs doivent y être consacrés. Presque toujours, la recherche militaire a des applications civiles.

                                                                                                                          (...)

                                                                                                                          La France a besoin de combler son retard en matière d’observation et de renseignement, en particulier le renseignement économique. On a besoin non seulement de technologie, mais de la longue expérience du terrain, des moeurs, des langues, des coutumes, des cultures : c’est une démarche européenne. c’est aussi une démarche européenne qui doit être construite.

                                                                                                                          (...)

                                                                                                                          Nous devons enfin reformuler notre doctrine nucléaire. Face au risque de prolifération des armes atomiques, la question du droit d’ingérence se pose selon le degré d’instabilité prévalant dans un pays - ce dont l’analyse pourrait être confiée à la communauté internationale.

                                                                                                                          Nous devons construire une défense européenne. Dès lors, l’Alliance atlantique aura un tout autre visage, et les réticences françaises à son égard s’effaceront.

                                                                                                                          (...)

                                                                                                                          Notre continent doit devenir capable de faire face aux crises qui nécessitent une intervention au loin (...)

                                                                                                                          http://www.bayrou.fr/discours/bayrou-relationsinter-220606.html

                                                                                                                          (...)

                                                                                                                          Je voudrais ouvrir un troisième chapitre qui me paraît absolument nécessaire.

                                                                                                                          On a besoin d’ouvrir un chapitre nouveau dans le chapitre de l’observation et du renseignement. Un observateur me disait que la capacité de renseignement française était de 1 à 10 par rapport à la capacité britannique - qu’on vante rarement par rapport à celle des Américains, et en tout cas, les moyens du renseignement américain sont de 10 à 1 par rapport à ceux du Royaume-Uni.

                                                                                                                          Nous avons à bâtir un chapitre nouveau dans l’efficacité française en matière de renseignement, dans beaucoup de domaines, en particulier le renseignement économique, industriel, où nous apparaissons trop souvent désarmés, et alors que le sentiment d’insécurité globale est croissant. On a trop souvent la tentation de regarder le renseignement comme uniquement technologique. C’est en matière humaine qu’il doit se construire. On a besoin de la longue expérience du terrain, des moeurs, des langues, des coutumes, des cultures, des forces et parfois des faiblesses humaines, pour avancer vers la détention de l’information fiable.

                                                                                                                          Évidemment, dans mon esprit, c’est aussi une démarche européenne qui doit être construite. Et évidemment, la clé, c’est la confiance entre les administrations des pays, et les services de renseignement. (...)


                                                                                                                        • (---.---.101.26) 4 avril 2007 12:57

                                                                                                                          Les « débats » électoraux ont toujours été des mises en scène. la politique se fait ailleurs.


                                                                                                                        • (---.---.37.163) 5 avril 2007 00:08

                                                                                                                          Et la « liberté de la Toile » est une autre mascarade. Lire :

                                                                                                                          http://fr.blog.360.yahoo.com/blog-57ABH50kfLRheGdMlyU-?cq=1&p=8

                                                                                                                          Contrôle de la Toile, intérêts privés et mythe du « pouvoir internaute »

                                                                                                                          La campagne en vue des élections présidentielles françaises étale au grand jour la course aux blogs politiques de la part des principaux partis dits « de gouvernement » et l’emprise à des degrés divers de ces partis sur des sites présentés comme citoyens, « neutres » et ouverts à tous. A cette situation s’ajoute le contrôle stratégique de la Toile par un certain nombre d’entités privées : moteurs de recherche, hébergeurs, entreprises diverses... qui offrent des services payants ou sont susceptibles de développer des intérêts politiques. Paradoxalement, l’évolution de plus en plus nette dans cette direction est masquée par une propagande sur le prétendu « pouvoir des internautes ». Ce « pouvoir » aurait même rendu réelle une démocratie que de plus en plus de citoyens considéraient de pure façade. Mais, tout compte fait, la situation est-elle vraiment si différente sur la Toile, au-delà des apparences et des discours publicitaires, par rapport à ce qu’on a connu avec d’autres moyens de communication ? S’ajoute à cette question un problème encore plus grave : de quel moyen de contrôle effectif disposent les citoyens sur les technologies de « surveillance » de l’Internet et d’intervention sous toutes ses formes que développe le secteur privé ?

                                                                                                                          La Toile est-elle un service public ? Dans la pratique, il paraît de plus en plus difficile de répondre à cette question par l’affirmative, vu le rôle qu’y jouent des puissants intérêts privés. Certes, il existe une façade d’accès pas cher, compte gratuit, site gratuit... Mais cette apparence fait oublier la situation de privatisation à peu près totale du plus puissant des moyens de communication existants. A quelques exceptions près, l’internaute découvre quelques services gratuits assortis d’implications publicitaires et un nombre croissant d’offres de services payants adressées à des entreprises et à des clients riches. De surcroît, le citoyen qui accepte sur la Toile une prestation gratuite de quelque nature que ce soit, se trouve dans une situation de totale dépendance par rapport au fournisseur de ce service.

                                                                                                                          (...)


                                                                                                                        • Marie Tesard (---.---.181.232) 3 avril 2007 22:05

                                                                                                                          Si vous proposez un débat à 12, vous tuez l’idée du débat. Il faut le faire à 3*4. Sinon vous n’aurez RIEN !


                                                                                                                          • La Taverne des Poètes 3 avril 2007 22:08

                                                                                                                            Prémonition peut-être : j’avais publié le message suivant dans les forums du Monde, journal qui relate ce soir cette initiative :

                                                                                                                            Allons-nous sortir de notre Moyen-Age démocratique et oser franchir enfin le rubicon qui nous sépare, nous citoyens, du niveau supérieur qui nous est depuis longtemps promis et qui nous est aujourd’hui seulement accessible ?

                                                                                                                            Nous sommes à un tournant décisif qui permet de réaliser ce que nos parents auraient aimé réaliser mais qu’ils n’ont pu voir émerger. Deux conditions s’y prêtent : La première est l’émergence d’Internet avec ses riches possibilités dont le débat citoyen en direct et le partage des connaisances (les « wiki », les blogs...). La seconde est la volonté de deux grands candidats à la Présidentielle de rénover les institutions pour instaurer une démocratie plus directe et plus délibérative.

                                                                                                                            Les voies et solutions se présentent ainsi à nous : réforme des assemblées, de l’ENA, des régions...Mais allons-nous oser ou bien nous rangerons-nous frileusement derrière celui qui incarne la continuité de l’Etat UMP ?

                                                                                                                            Le nouvel âge démocratique c’est le renouvellement des élites dirigeantes, la fin des postures dépassées que nous jouent les représentants des partis alors que derrière la scène, dans les coulisses, ils jouent un autre jeu. Comme si nous ne le savions pas !

                                                                                                                            C’est aussi la mise sous cloche des idéologies devant les grands enjeux vitaux auxquels la nation doit faire face, la pensée cohérente plutôt que la polémique, le débat véritablement démocratique comme sur ce forum. C’est confronter sans s’affronter. Ni s’injurier.

                                                                                                                            Le nouvel âge démocratique est là à portée de nos mains. A nous de le voir et surtout de croire en nous. « Avec nous tout devient possible ! », nous les citoyens.

                                                                                                                            Aujourd’hui, je suis prêt, séance tenante si le peuple en décide ainsi, à apporter ma modeste contribution à cette entreprise riche en potentialités, à ce « projet d’espoir »(*). Et vous ?

                                                                                                                            (*) « Projet d’espoir » est le titre du dernier livre de François Bayrou.


                                                                                                                            • N-Y (---.---.183.164) 3 avril 2007 22:42

                                                                                                                              Stop, Nicolas Sarkozy a dit non. Les débats entre candidats seront pour le deuxième tour.


                                                                                                                              • Hibernatus (---.---.203.199) 3 avril 2007 22:51

                                                                                                                                Et alors ? Les autres candidats n’existent plus sans lui ? Ils n’ont plus rien à dire ? Il me semble au contraire que rien n’interdit aux autres de débattre sans lui.... NS n’est pas le centre du monde, ni non plus l’alpha et l’omega de la politique smiley


                                                                                                                              • La Taverne des Poètes 3 avril 2007 23:49

                                                                                                                                Que l’on fasse le débat sans Sarkozy et l’on verra que « sans Sarkozy tout devient possible ! »


                                                                                                                              • Cassiel (---.---.129.9) 3 avril 2007 22:49

                                                                                                                                N’y a-t-il pas un grande différence entre la télévision et internet, au niveau de l’interactivité ? Dans le sens ou, il n’y a pas de « programme télé » ici qui limite réelement la duré du débat. Chacun pouvant relir et/ou revisionner les points de vu de chaque candidat à sa guise (ce qui est bien moins évident à la télé). Sur internet ce qui compte c’est que chacun de ces points de vu soit accessible de façon égale. Via un affichage clair sur la page qui sera dédié au débat.

                                                                                                                                Ainsi chaque candidat peut s’exprimer le temps qu’il veut (peut) s’il a des choses à dire, (tant qu’il n’endort pas le citoyen ^_^).

                                                                                                                                S’il y a un espace ou tout les candidats peuvent être égaux (du moment que c’est pas organisé n’importe comment) à mon avi c’est bien internet, ça coute bien moins cher que de mettres des affiches horribles avec des poses ridicules partout.

                                                                                                                                Bref, ce débat m’a l’air d’etre une tres bonne idée. A suivre, (nottement pour voir si j’ai bien tout capté).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès