Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pour une insurrection démocratique !

Pour une insurrection démocratique !

Les sondages à la sortie des urnes sont sans appel pour le futur Mouvement démocrate (MD). Crédité de 12% d’intentions de vote pour IFOP et de 15% pour CSA contre respectivement 29% et 30% pour le PS et 34 et 35% pour l’UMP, le futur parti centriste, créé pour être indépendant, ne pourrait espérer provoquer beaucoup de triangulaires. Ainsi, ce parti ne sera peut-être pas en mesure de constituer un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale en dehors d’une alliance qui le dénaturerait. Ne serait-il pas pourtant démocratique que de permettre aux 6 800 000 électeurs de François Bayrou d’être représentés au parlement ? L’enjeu des législatives à venir ne réside-t-il pas moins dans l’étendue de la majorité que Nicolas Sarkozy obtiendra que dans la survie ou la mort du MD ?

Avant même sa naissance officielle, le Mouvement démocrate se trouve menacé par le sempiternel système bipolaire qui s’ingénie à tenter de colmater la brèche ouverte aux présidentielles. En effet, le PS et l’UMP semblent ne pas supporter l’idée d’un centre indépendant. Ces deux partis, avec des méthodes différentes, font leur possible pour tenter de corrompre ou de faire mourir dans l’œuf l’idée d’un centre indépendant.

L’on a ainsi assisté, derrière le discours rassembleur d’un Nicolas Sarkozy qui se voulait « loin des petites combines en coulisses » à un véritable débauchage des députés UDF à coup de menaces et de promesses. L’on a ainsi vu Gilles de Robien travailler à la création d’un pôle centriste « loyal, fiable et indépendant » ( cherchez la contradiction... ) qui viserait à concurrencer directement l’UDF. L’on a ainsi vu la télévision snober la déclaration de François Bayrou au soir du second tour et depuis concentrer à nouveau toute son attention sur la préparation des législatives dans les « deux » camps. L’on a ainsi vu, au sortir de la défaite, le PS sommer François Bayrou de choisir et de rejoindre la gauche, en opposition totale avec les dernières déclarations de Ségolène Royal qui clamait vouloir « sortir de la logique camp contre camp » et en opposition total avec l’esprit de la démarche de François Bayrou. En effet, Quelle serait la raison et l’intérêt de la création du futur MD si celui-ci rejoignait le camp de l’UMP ou du PS ?

D’aucuns me demanderont peut-être de justifier l’intérêt de l’existence d’un tel parti sur l’échiquier politique. Je crois, pour ma part, que les 6 800 000 électeurs de Bayou me semblent à eux seuls justifier la nécessité de cette existence.

En outre, un bref coup d’œil sur les intentions de vote pour les législatives se révèle très éloquent.

L’on retrouve en effet, selon un sondage CSA un renforcement des deux formations majoritaires, le PS et l’UMP qui conserveraient, avec 30% des voix leur leadership. Ensuite viendrait le parti de François Bayrou, avec 15% puis le FN, avec 8% des voix. L’extrême gauche représenterait 3%, le PC 2%, CPNT 1%, le MPF 2% et les Verts 1%.

Le FN, cependant, a des chances à peu près nulles d’obtenir des députés.

L’extrême gauche, désunie et peu désireuse d’alliance avec le PS, n’a que peu de chances de peser. Les Verts et le PC mêleront certainement leurs voix avec celles du PS mais ont peu d’espoir d’avoir ne serait-ce que dix députés au vu de leurs médiocres résultats au premier tour de la présidentielle .

Dès lors, que se passerait-il si le MD n’obtenait aucun député ? Aucun parti ne serait alors en mesure d’obtenir un groupe parlementaire en dehors du PS et de l’UMP et la bipolarisation de la vie politique en serait sans doute renforcée comme jamais elle ne l’a été. Nous entrerions alors pleinement dans un système à l’américaine.

Constatant l’attitude peu constructive de l’UMP et du PS ces 25 dernières années, détruisant une fois au pouvoir ce que leurs prédécesseurs avaient réalisé, je ne crois guère que ce système apporterait progrès à notre pays. La France n’a rien à gagner avec une opposition toujours en faux avec la majorité. De plus, ceci souvent est de mauvaise foi, comme en témoignent les collaborations par delà les frontières partisanes que l’on observe au parlement européen, en Nouvelle-Calédonie, dans les mairies des petites villes ou en Allemagne.

J’invite à ne pas accréditer l’idée de l’existence de seulement deux offres politiques diamétralement opposées, mais forcément toutes deux caricaturales, l’une étant ainsi atlantiste, néolibérale et sécuritaire, et l’autre avec un programme économique fragile et une vision étatiste du pays.

Quoi qu’il advienne, le PS sera dans l’opposition et l’UMP aura la majorité à l’Assemblée nationale. Je vois mal en effet comment les Français pourraient mettre le nouveau président en minorité après l’avoir élu dans un fauteil. Le véritable enjeu des législatives est autre. En effet, que le PS ait 50, 100 ou 200 députés, celui-ci sera la deuxième force du pays et le principal parti de l’opposition. Le véritable enjeu des législatives réside dans le nombre de sièges qu’aura le Mouvement Démocrate. Si celui-ci arrive à obtenir 20 députés, il pourra constituer un groupe parlementaire et verra son avenir assuré. En revanche, dans le cas contraire, je doute qu’un centre indépendant émerge en France avant longtemps. C’est pourquoi, j’invite les personnes favorables à l’idée d’une force pivot en France de voter pour les candidats du MS, même s’ils se sentent un peu plus proches d’un autre parti.

J’invite à lutter pour qu’un projet ayant rassemblé 6 800 000 Français ne disparaisse pas dans les oubliettes de l’Histoire. L’important est moins de se déterminer de droite ou de gauche, que de se demander si l’on pense que l’émergence d’un centre indépendant peut être utile au pays et à la rénovation de la vie politique. L’important est de se de savoir si l’on souhaite conforter le système actuel ou participer à une insurrection démocratique pour que tout simplement le centre ne reste pas le vassal de la droite.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (108 votes)




Réagissez à l'article

142 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 11 mai 2007 12:19

    Je ne partage pas votre pessimiste

    Nombre d’électeurs socialistes décus de la voie sans issus qu’a mené Ségolène Royal et la cannibalisation du vote utile fera que le PS aura aux prochaines législatives,le score le plus bas de son histoire.

    Le Parti démocrate sera la 2eme force politique de ce pays car elle incarne un renouveau des idées.


    • impertinent3 impertinent 12 mai 2007 08:50

      Pour être à peu près au même niveau que le commentaire de lerma :

      Il existe en France 3 qualités :

      1) On peut être intelligent.

      2) On peut être honnête.

      3) On peut être sarkozyste.

      Malheureusement, on ne peut avoir en même temps que 2 qualités. C’est à dire que :

      1) On peut être intelligent et sarkozyste, mais alors on est malhonnête.

      2) On peut être honnête et sarkozyste, mais alors on n’est pas intelligent.

      3) On peut être honnête et intelligent, mais alors on n’est pas sarkozyste.

      À méditer avant de prochaines élections !


    • JPP 11 mai 2007 13:12

      Un article interessant mais très contestable. En premier lieu les 6,8 Millions de voix de Bayrou ne sont que très partiellement les siennes. Beaucoup de gens des deux camps n acceptaient ni Sarkozy ni Segolene et ont voté pour Bayrou par défaut sans pour autant renier definitivement leur camp, on verra clairement cela aux legislatives . Ensuite parce que dans un système democratique il faut etre pour ou contre, la vie politique à trois que propose Bayrou c est la 4eme republique, la course à une minorité instable qui vend ( parfois littéralement) ses voix au plus offrant sans que l electeur ne sache plus pour qui et pour quoi il a voté. Toutes les grandes democraties sont bipartisanes. Il faut s y resoudre ou retourner aux combinazione dont nous sommes heureusement sorti en 1958 - merci De Gaulle.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 mai 2007 16:01

        A JPP. Tout choix est essentiellement binaire 0/1. Il n’apparaît parfois plus subtil que parce qu’on combine inconsciemment plusieurs décisions sequentielles. Quand on parle d’un MD remplaçant le PS face à l’UMP, on parle donc d’une « droitisattion » de l’électorat en bloc, mais on ne change pas cette structure « bipolaire » essentielle.

        Au cours de cette campagne,j’ai dit qu’un pays moderne est si complexe et l’interdépendance entre les acteurs si cruciale, qu’il n’y a finalement qu’UNE politique a suivre, imposée par la réalité, et que cette politique devant faire raisonnablement consensus et doit donc être au Centre.

        D’où l’intérêt de Bayrou/UDF durant la campagne, mais ceci ne se solde pas par un systeme tripartie permanent, seulement par un correctif pour qu’au mouvement vers le centre de la Gauche corresponde un aussi un déplacement vers le centre de la Droite

        Quand l’équilibre se rétablira, on aura encore deux partis, mais l’un comme l’autre seront devenus plus centriste. Ils tendront d’ailleurs indéfiniment vers le Centre jusqu’à devenir interchangeables,les divergences étant mineures et largement cosmétiques.C’est la situation qui prévaut aux USA depuis longtemps et, depuis peu, au U.K. également.

        La France y va tout droit et c’est l’avenir de la démocratie. Que ce soit Bayrou ou un autre qui occupe l’un des pôles est donc relativement anodin.

        Cette évolution est-elle irrésistible ? Dans l’hypothèse démocratique, elle l’est. L’alternative est celle d’une évolution « moins démocratique ». J’ai dit en commentaire à un autre article, le soir de l’élection, que PERSONNE ne sait ce que Sarkozy fera, sauf qu’il fera ce qu’il veut faire. « Prince Président ayant déjà servi,il serait astucieux de réserver sur Google les mots clefs »président-prince". http://www.nouvellesociete.org/5148.html

        Pierre JC Allard


      • Totoro 11 mai 2007 16:08

        ouaip, la III eme fonctionnait comme ca. Plein d autres pays aussi...on est peut etre plus con que les autres ? Plus simplement, une dose (c est important comme nuance) de proportionnelle s impose (comme au temps de Lepen a 17% d ailleurs). Mais pas 100% pour eviter l instabilite chronique.


      • spartacus1 spartacus 11 mai 2007 17:28

        À vos yeux, JC Allard, la Suisse n’est pas une démocratie ? Parce que pour les élections au parlement, elle applique la proportionnelle intégrale, avec un quorum de 5 % (pour qu’un groupe soit représenté, il doit au moins avoir 5 % des suffrages), possibilité pour l’électeur de biffer, rajouter, ou doubler le nom d’un candidat, de prendre une liste de parti ou une liste officielle vierge, bref un véritable choix et les différences tendances populaires sont équitablement représentées au parlement.

        Et pas d’instabilité gouvernementale du tout, les ministres restent en poste, parfois plus de 10 ans.

        Alors, les français seraient-ils incapables de faire comme les suisses ? Sont-ils vraiment infiniment plus stupides que les suisses ou, bien plus probable, on leur concocte un système électoral et un découpage des circonscriptions qui ne favorise qu’une certaine classe dirigeante.


      • pifo 11 mai 2007 20:17

        @ JPP

        « Toutes les grandes democraties sont bipartisanes. Il faut s y resoudre ou retourner aux combinazione dont nous sommes heureusement sorti en 1958 - merci De Gaulle. »

        C’est une chose que d’être pour, c’en est une autre que d’être contre. Il peut effectivement arriver, et c’est actuellement en France que les représentants du « pour » ou du « contre » ne soient pas à la hauteur. Dans ce cas, quelle alternative proposes-tu au peuple ?

        Qu’il continue à voter pour ou contre, au motif que « toutes les grandes démocraties » souscrivent à ce dogme idiot ?!

        Et puis c’est quoi une grande démocratie ? Les USA, vive la démocratie dans ce cas. Certains gouverneurs se sont permis de nier à certains électeur leur droit constitutionnel de voter afin de garantir toutes les chances de succès du boucher de l’IRAK. Et c’est sur eux qu’il faut prendre exemple ?!

        Taches de trouver un autre argument pour justifier la bipolarisation qui n’est en fait que l’aboutissement d’une parodie de démocratie, tant elle prive le peuple de ses droits.

        Le malaise ambiant en France à ce jour n’a d’égal que l’acharnement qui a été mis pour écarter FB du deuxième tour, et contraindre le peuple à choisir entre deux candidats qu’il obère.

        Si c’est ça ta définition de la démocratie, ...


      • Eve 12 mai 2007 09:27

        Belge vivant en Belgique (un trop petit pays que pour le citer ?) : nos élections législatives du mois prochain commencent seulement à faire quelques remous (faut bien que la presse vive) alors que la France se déchire depuis des mois. Mais nous, nous avons la proportionnelle à tous les niveaux, en un seul tour, sans désistement, la représentativité des électeurs à tous les niveaux ; les alliances après élections variables et basées sur les points communs des programmes. C’est tellement simple que la plupart des pays européens pratiquent de même...


      • Nicolas C. 12 mai 2007 11:31

        Pierre JC Allard : Au Royaume Uni il y a bien plusieurs partis politiques, et les trois principaux aux dernieres éléctions etaient les Travaillistes (Blair), les Conservateurs (les Tories) et les Liberaux. Mais le mode de suffrage fait que les 22% des liberaux (et la bas ils savent que liberal c’est pas forcement de droite) n’ont fait qu’un dixieme des sièges à la chambre des communes

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_du_Royaume-Uni#Les_partis_politiques_britanniques


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 mai 2007 18:21

        A Spartacus. Je n’ai pas dit que la proportionnelle n’était pas démocratique. Je dis qu’en donnant des mandats de représentation à plusieurs élus dont aucun n’a le pouvoir, elle leur donne celui de négocier entre eux des ententes qui se font portes closes, tendent à être d’abord à l’avantage de ceux qui les négocient plutôt que de leur commettants et écarte donc la population d’un vrai choix entre des solutions concrètes, souvent incompatibles, et donc une seule en définitive doit donc être choise. O vs 1. Le principe d’identité. Incontournable. http://www.nouvellesociete.org/6.html

        PCJA


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 mai 2007 18:33

        A Nicolas C. La plupart des pays qui acceptent la proportionnelle, par respect pour la pureté du concept démocratique, reculent devant les conséquences néfastes sur la gouvernance de son application stricte. La proportionnelle est alors « corrigée » par des pondérations variables qui ne règlent pas les vrais problèmes d’instabilité et de manque de transparence, mais enlèvent au concept même la cohérence qui en fait une option au moins intellectuellement satisfaisante, ce dont je ne disconviens pas.

        Pierre JC Allard


      • ADRAELLE 13 mai 2007 10:35

        JPP, je ne suis pas d’accord avec vous.

        J’ai 37 ans, je vote à gauche depuis les présidentielles de 1988 car j’ai toujours privilégié l’aspect solidaire des programmes politiques. Mais je suis déçue par le PS comme beaucoup autour de moi, déçue par leur inertie, leur incapacité à se réformer...Même si Mme Royal a tenté de faire bouger les lignes, en face d’elle : quels boulets !!!

        Le discours de F.BAYROU m’a séduite et j’ai voté pour lui avec conviction au premier tour des élections présidentielles de 2007...Comme dirait l’un des futurs adhérents du Mouvement démocrate : « la tête à droite , le coeur à gauche et les mains vertes... ».On nous propose de ne plus être obligé de renier son coeur ou sa raison...Et nous avons envie d’y croire !

        Longue vie au Mouvement Démocrate !


      • Nicolas C. 13 mai 2007 12:48

        Pierre JC Allard : Je reagissais à cette sentence : « Quand l’équilibre se rétablira, on aura encore deux partis, mais l’un comme l’autre seront devenus plus centriste...C’est la situation qui prévaut aux USA depuis longtemps et, depuis peu, au U.K. également. »

        Au Royaume Uni il y a plus que 2 partis, et le 3eme recolte 22% des suffrages. Pour moi ca n’est pas négligeable. Ensuite la question du mode de representation est une autre affaire.


      • claude claude 13 mai 2007 15:05

        bonjour,

        je suis de l’avis d’adraelle : pourquoi est-ce que les presque 7 millions de voix qui se sont portées sur bayrou, ne seraient qu’un choix par défaut ? smiley

        je rejoins son analyse : droite et gauche ne sont foncièrement pas totalement mauvaises, mais à force de rester en situation de « siège perpétuel », elles en ont oublié l’objectif principal : essayer de résoudre les problèmes de la france ! smiley

        @ l’auteur : je trouve votre analyse fort pertinente.

        bon dimanche ! smiley


      • Fab 11 mai 2007 13:24

        J’aimerai qu’on m’explique une chose sur ces sondages :

        comment les gens peuvent savoir pour qui ils vont voter alors qu’on ne connaît pas encore les candidats ?

        Notamment concernant les candidats MD.

        ça veut dire que les gens vont voter de toute façon UMP sans réfléchir quelque soit le candidat ou alors que ce sont des sondages sur des pronostics et non pas sur les intentions ?


        • daryn daryn 11 mai 2007 15:29

          Ah, les sondages. Quel sujet intéressant.

          Avez vous remarqué la variation extrême qu’ils ont marqué lors des deux derniers jours du second tour ?

          Depuis la fin du premier tour, SR accusait un retard que tout le monde présentait comme rattrappable. C’est normal, les électeurs doivent être convaincus que leur vote est important, et les medias doivent pisser de la copie et vendre de l’heure d’antenne. On n’allait pas expliquer aux électeurs, lecteurs, auditeurs et autres téléspectateurs que c’était déjà cuit.

          Comme personne n’est en mesure de vérifier quoi que ce soit, et que les instituts s’adjugent des marges d’erreurs confortables, il est facile de maintenir artificiellement un suspense fictif.

          Par contre, l’heure du scrutin et donc de la mesure effective approchant, il fallait bien recadrer les chiffres pour être au final le plus proche possible du résultat réel. Ce qui a été fait dans ces deux derniers jours. Et si quelqu’un pose une question embarassante, il suffit d’invoquer par exemple une ’contre performance de SR lors du débat contre NS’, totalement invérifiable, et le tour est joué.


        • Chtipit 11 mai 2007 17:22

          Le sondage cité dans l’article n’était qu’un exemple pour mieux illustrer mes propos. L’important n’est pas tant le résultat donné par ces sondages que le risque, et vous conviendrez qu’il est assurément grand avec un scrutin majoritaire, de ne pas avoir de groupe MD à l’assemblée.

          Inutile de couper les cheveux en 4... smiley


        • minijack minijack 11 mai 2007 18:16

          On n’échappera pas aux étiquettes...
          Evidemment, les électeurs ne connaîtront pas les nouveaux candidats de MD, mais qu’est-ce que ça change ? Ce qui compte c’est qu’ils votent en masse pour d’AUTRES PARTIS que l’UMP. Afin de NE PAS DONNER à Sarkozy une majorité monolithique, et qu’il soit obligé de COMPOSER avec divers groupes. Si la facilité à gouverner n’y gagne pas, au moins la Démocratie, elle, y gagnera, et les débats à l’Assemblée aussi.

          Si nous ne faisons pas cela, nous repartons dans un Etat UMP, avec un « Prince-Président » comme dit Allard, lequel me fait davantage penser à un pouvoir absolu façon Napoléon III qu’à la République Française.


        • alex.nd 11 mai 2007 23:54

          Je souhaite rebondir sur cette excellente remarque pour rapporter un point très interessant que j’ai lu dans les commentaires publiques du site du figaro.

          Que l’auteur me pardonne ce copier-coller, mais je pense qu’il est important de le souligner ici :

          Bon. Quelques rappels constitutionnels :

          — Un Parlement est par définition un contre pouvoir. Le pouvoir Exécutif s’oppose au pouvoir Législatif. Quelqu’un connait Montesquieu ici ?

          — Un député n’est pas un « représentant » d’un parti, c’est un « représentant du Peuple Souverain ». Son but n’est pas de dire « oui oui » quand c’est son parti qui dit un truc, et « non non » quand c’est un autre parti, mais « d’éclairer » l’Executif, en « représentant » (c’est à dire en suivant la volonté souveraine, donc l’intérêt général) le Peuple, et peu importe la couleur politique de ce dernier.

          — Un député est libre, il n’a pas à se soumettre. Ce n’est pas à un député de prendre l’engagement de ne pas censurer un Gouvernement, mais au Gouvernement de faire en sorte de ne pas l’être.

          — Un député doit « rendre compte » aux Français de l’utilisation de l’argent public. Cela demande donc que son aprécciation se fasse après avoir eu connaissance du budget de la Nation, et non après ! Comment mesurer l’efficacité d’une chose qu’on ne connait pas ?

          — Un Parlement n’est pas là pour soutenir un Gouvernement. Il est là pour alerter ledit gouvernement sur les attentes des citoyens, et pour voter des lois, qui soient favorables à notre France.

          — Un député n’a pas à aller CONTRE la décision des Français, établie par référendum. C’est contraire à la Constitution : donc la ratification d’un texte européen, par le Parlement, est simplement anticonstitutionnel. Le Souverain c’est le Peuple.


        • spartacus1 spartacus 12 mai 2007 14:59

          @alex.nd

          Il faut aussi rajouter une chose : le pouvoir judiciaire, qui doit aussi être indépendant.

          La notion de garde des sceaux, institution héritée de l’ancien régime, et en totale contradiction avec la séparation des pouvoirs, c’est une grosse entorse à la démocratie. Lorsqu’un ministre nous dit « les coupables seront (et non pas devraient être) sévèrement punis », il commet un ingérence intolérable du pouvoir exécutif dans le pouvoir judiciaire. Il est vrai qu’à ce ministre, récemment élu chef de l’État va être le premier président inculte de la cinquième République et qu’on ne peut pas trop lui demander. Force est de reconnaitre, que tous ses prédécesseurs, que l’on ait été d’accord ou non avec eux, de De Gaulle à Chirac, en passant par Pompidou, Giscard et Mitterand étaient, eux, des gens cultivés

          Malheureusement, on doit bien constater que la France est relativement loin d’une démocratie idéale. La représentation proportionnelle constituerait un pas dans la bonne direction.

          Le pire en la matière étant le cas de la Grande-Bretagne où un Blair, gouverne depuis plusieurs années contre l’avis de la majorité de la population. Son parti (je répugne à l’appeler travailliste) a, aux dernières élections obtenu 35 % des suffrages, moyennant quoi, il obtient 58 % des sièges et Blair, en tant que chef de parti, devient de facto le premier ministre, moyennant quoi, avec l’approbation de moins de 30 % de la population, il englue son pays dans une guerre.


        • ARMINIUS ARMINIUS 12 mai 2007 15:20

          Ave Spartacus ! permets moi de te tutoyer à la romaine, car comme toi j’ai choisi un pseudo symbolisant la résistance à l’imperator ( mon épouse étant une authentique Teutonne révoltée du Teutoburger Wald, où Arminius défit les légions romaines). Hommage à tes articles et à ta clairvoyance ; quant au ministre d’outre-manche, n’ai crainte ! la détestation de son peuple pour sa personne est presque aussi grande que celle qu’inspire Bush en son pays, il n’y a guère que notre très futur président pour l’ignorer !


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 mai 2007 18:36

          A FAB. Parce que les gens votent pour un PARTI, porteur d’un PROGRAMME et non pour les candidats. Ceci souleve un grave problème de représentativité que je discute ailleurs en détail en y suggérant une solution. http://www.nouvellesociete.org/6.html

          PJCA


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 mai 2007 21:37

          A Alex. C’est l’approche que veut ressusciter la démocratie contractuelle. Vous devriez aimer : http://www.nouvellesociete.org/6.html

          PJCA


        • claude claude 13 mai 2007 15:22

          je suppose que le réservoir des « futurs députés MD » va être constitué grâce aux nombreux élus locaux udf (du moins, ceux qui n’ont pas tourné leur veste à l’appel de sarkosirène) : ils sont nombreux les élus : maires, conseillers généraux, régionaux, qui par leurs actions sur le terrain ont prouvé leurs compétences.

          qui de nous à par les « ténors » de la scène politique, comme santini, lelouche, devedjian, strauss-kahn, hollande ... connait 2 ou 3 députés hors de leur circonscription : avez vous déjà entendu le « dynamique » gilbert meyer, député de colmar ? ou bien mr ueberschlag, maire de< st-louis ? ou Arlette Grosskost ??? j’ai pris pour exemple des députés de mon département (le haut-rhin). même moi qui y réside, je ne suis que partiellement au courant du travail législatif de mon député gilbert meyer...

          alors, tous les espoirs sont permis. et s’il y a un candidat MD chez moi, je votrerai pour lui, carj’aime les « petits poucets » et « les david », car ils ont gagné leurs combat grâce à leur intéligence et leur foi en l’avenir ! smiley


        • l’effraie 11 mai 2007 13:29

          Peut-être faudrait-il rajouter aux 6 800 000 voix pour Bayrou ceux, et ils doivent être nombreux, qui ont pensé « voter utile » au premier tour sans vraiment voter pour le candidat qui répondait au plus près à leurs attentes.


          • Audi 11 mai 2007 14:59

            Oui plus tout ceux qui ont découvert qu’il était le meilleur de tous depuis le premier tour !!! Bravo pour la méthode Coué.

            Et si on essayait de faire progresser des idées plutot que ces affirmations sans fondement...

            Question déception je pense que les électeurs de F Bayrou ont d’excellente raison d’être déçus aujourd’hui. Pour l’avenir, il faudrait que Bayrou développe son programme en dehors du ni droite ni gauche, une posture pas un programme. J’attends avec impatience les idées neuves de Bayrou (la réforme des institutions est très semblable à celle du PS et la seule idée qui ressort sur l’économie est une mesure de droite éculée et inefficace de détaxation générale de 2 CDI).

            Pour 2007, le choix est simplissime : le pouvoir absolu à l’UMP ou un (contre) pouvoir qui sera incarné en majorité par le PS. Le pluralisme politique (très souhaitable), existera, le jour où le PS arrivera au pouvoir pour modifier nos institutions... En attendant, la position du centre est déterminée par les trajectoires personnelles des notables du parti (y compris celle de F Bayrou qui d’après l’ensemble des commentateurs a toujours visé 2012).


          • slaf 11 mai 2007 15:15

            Comment pouvez affirmer sans être partisan que le programme de F. Bayrou est inexistant alors que bon nombre de journaux ont comparés son programme aux autres.

            Une des grosses différences avec celui de Nicolas Sarkozy est bien un renforcement des libertés d’information de la population. Ce qui est bien opposé aux trucages en tout genre qui sévissent actuellement.


          • midnight 11 mai 2007 13:31

            Je reviens sur une de vos phrases : « Ne serait-il pas pourtant démocratique que de permettre aux 6 800 000 électeurs de François Bayrou d’être représentés au parlement ? »

            Cela est contestable. En effet que represente une election legislative ? Une election ou l’on envoit son deputé de sa circoncription a l’assemblée. Dans ce cas, le choix de la proportionnelle ne se justifie pas, puisque c’est un choix local qui est fait. Donc vos commentaires sont innapropriés par rapport a la representativité du MD et de ces deputés.

            En revanche, si l’on considere qu’un deputé est un representant global et qui n’a plus aucun lien avec ses electeurs, alors la proportionnelle se justifie, et vos commentaires sont comprehensibles.

            Mais cela revient a definir quel type de representation des deputés nous voulons ...

            Crdt

            B


            • LE CHAT LE CHAT 11 mai 2007 13:35

              @midnight

              je ne suis pas d’accord avec toi , il y a des elections régionales pour les pouvoirs locaux ; les législatives doivent permettre à l’ensemble des courants de pensée d’être représentés à l’assemblée nationale et ne pas exclure 40% des votants .


            • LE CHAT LE CHAT 11 mai 2007 13:32

              pourquoi serait il plus légitime que Bayrou ait des députés que Le pen , Voynet ou Besancenot ? ce qui est injuste pour l’un l’est aussi pour les autres et seul le rétablissement de la proportionnelle supprimé par chirac en 1995 afin d’éliminer toute contestation du système est la seule voie qui garantit la nature véritablement démocratique du régime . NON au bipartisme !


              • Chtipit 11 mai 2007 17:29

                Idéalement oui, même si je ne crois pas que la proportionnelle intégrale soit souhaitable.

                Le fait est que le MD a une position assez particulière en ce sens qu’il ne peut passer d’accord électoral général sans choisir son camp et renoncer à l’esprit qui soutend sa création. Mme Voynet et le PC passeront certainement des accords avec le PS.

                Quand au FN et aux trotskystes, je reconnais qu’il y a là un problème. Tout au moins peut-on reconnaître au MD un caractère plus « acceptable » pour la majorité des Français.


              • Eve 12 mai 2007 11:49

                Je ne galvaude rien ne vous en déplaise et je suis libre de choisir mes intérêts sans réchigner à la tâche dans la lutte contre l’immobilisme.

                La tâche sera rude mais il faut savoir mettre les mains dans le cambuis, même à l’étranger.

                Une élection chasse l’autre, je crois savoir qu’il y en aura encore d’autres l’année prochaine chez vous, et encore d’autres après.

                Donc en avant les démocrates !


              • Thomas Thomas 11 mai 2007 13:46

                C’est vrai qu’il y a désormais embouteillage au centre, entre la révolution sociale-démocrate que prône DSK, le MD de françois Bayrou et le pôle centriste de de Robien.

                A tout le moins, ça prouve la pertinence du positionnement et de la démarche de FB. Ses idées sont là pour rester. En revanche, rien ne dit que c’est lui qui pourra les porter dans l’avenir... et ça risque fort de se décider le 17 juin.

                La bipolarisation est sans doute la seule mesure sur laquelle PS et UMP parviennent à s’entendre et, outre le fait de museler durablement FB, elle permettrait au PS de repousser encore son examen de conscience... et à l’UMP de rester au pouvoir.

                Mais ne nous y trompons pas, FB prospère sur l’espace laissé libre par un des seuls PS d’Europe à ne pas avoir encore réalisé sa rénovation sociale-démocrate. La bipolarisation est effectivement de plus en plus souvent la norme, entre un parti de droite à tendance sociale et un parti de droite ultra-libérale, façon US ou Canada (à noter que le Canada conserve un parti de centre gauche autour de 15%). Ce que veut Bayrou, c’est plumer le PS et prendre sa place dans le bipôle ! (c’est d’ailleurs un positionnement plus crédible que celui d’arbitre).

                Le centre a désormais vocation à devenir la 2ème force politique du pays. Bayrou est arrivé le premier mais il lui manque la « puissance de feu » pour tenir la position. Si le PS s’enferre à gauche, il sombrera. S’il comprend enfin que son salut est au centre, Bayrou ne pourra résister... mais ses idées seront elles bien vivantes !


                • slaf 11 mai 2007 15:26

                  Vous n’avez pas écouter le dernier discours de F. Bayrou. Ils s’attendent à une défaite cuisante. C’est bien le début d’une nouvelle aventure avec un homme de conviction saine qui n’ira jamais sur des chemins nauséabonds. Le problème français c’est que beaucoup vote pour ne pas perdre. Le jour ou ces derniers voteront pour leurs idées il se retrouveront vers F. Bayrou ou le parti démocrate qui leur laissera l’espace pour s’exprimer. Le parti démocrate est un espace de liberté politique et non un lieu d’idolatre sans foi ni rigueur dans le temps. bien à toi.


                • spartacus 11 mai 2007 13:46

                  le pouvoir au peuple !

                  le parlement devrait être le lieu de décision (les lois) via ses représentants, les députés.

                  De l’extrème-gauche à l’extrème-droite (il faut être logique), toutes les tendances devraient être représentées, au prorata du nombre d’électeurs.

                  Tout autre système me semble anti-démocratique, puisque ne reflétant pas la réalité politique du pays.

                  D’autre part, de De Gaulle à Mitterrand, il y a un net déséquilibre entre représentants du peuple et « chef » de la nation.

                  On se croirait dans une monarchie, pseudo-républicain e. Et ce n’est pas avec Sarkozy, qui veut encore renforcer les pouvoirs du président, à l’américaine, que cet état de chose va s’améliorer !

                  Seule une VIème république, avec un pouvoir redonné au peuple, pouvait vraiment faire bouger les choses.

                  Les Français, dans leur majorité, ont choisi d’élire l ’« autorité suprême », hélas...

                  A croire qu’au lieu de se prendre en main il leur faille à tout prix un guide ou un gourou !

                  Et c’est bien triste...


                  • vachefolle vachefolle 11 mai 2007 13:57

                    Pour avoir un depute au parlement il faut avoir au moins la majorite relative dans une des 570 circonscriptions.

                    C’est quand meme pas la mort ?


                  • spartacus1 spartacus1 12 mai 2007 15:16

                    Je ne suis pas le spartacus du message immédiatement précédent. Je viens de m’apercevoir qu’il y a deux entités répondant au même pseudo « spartacus ». Il me semble que les administrateurs d’agoravox ne devraient permettre de créer deux pseudos identiques.

                    Dans ce cas de figure, cela ne me gêne pas, j’aurais tout aussi bien pu signer le message précédent, j’ai exactement le même avis que l’autre spartacus.

                    Je viens d’essayer de changer mon pseudo de spartacus en spartacus1, on va voir si ça marche.


                  • vachefolle vachefolle 11 mai 2007 13:50

                    Le ninibrilisme de bayrou est suicidaire. Ce n’est pas parce que le chef du MODEM a une strategie stupide, que l’on doit changer les regles de la democratie.

                    Si les gens veulent une opposition, quils votent PS. Si les gens veulent soutenir la majorite, quils votent UMP.

                    Bayrou doit assumer que son parti est dorenavant de centre gauche, puisqu’il a perdu son aile droite avec le depart de tous ses deputes UDF. Il doit donc faire des alliances avec le PS pour esperer avoir des deputes.


                    • slaf 11 mai 2007 15:28

                      Bayrou à perdu son aile droite, c’est une blague. Il a surement perdu son aile extreme droite qui était dissimulée jusqu’à maintenant smiley))


                    • claude claude 13 mai 2007 15:32

                      @ vachefolle,

                      non ! smiley le PS ne soit pas être la seule alternative à l’ump !!! certains de leurs membres sont à côté de la plaque sur l’économie et la gestion des retraites. seul, un virage les amenant enfin, à avoir des relations saines avec la menière de gérer les finances publiques, en acceptant les contraintes du vieillissemnt de la socité française, leur permettrait d’affronter avec clarté la machine ump.

                      à côté du ps, il est nécessaire d’avoir des verts, des communistes, des radicaux de gauche pour jouer les « poils à gratter » .

                      et au centre la 3° proposition du mouvement démocrate, est également essentielle, car elle pourra servir de passerelle pour faire avancer de vraies réformes, indispensables pour que la france garde son rang dans le monde, tout en respectant sa société et son autonomie. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès