Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pour une nouvelle approche des Retraites

Pour une nouvelle approche des Retraites

Les retraites constitueront un point clef pour la présidentielle de 2012 ; La position de la gauche sur ce sujet n’est pas claire.

Par Claude Waret (D&E)*
 

1- LE CONTEXTE 

Les retraites constitueront un point clef pour la présidentielle de 2012 ; La position de la gauche sur ce sujet n’est pas claire.

Ségolène ROYAL, dans le Pacte Présidentiel avait proposé de passer sur un système à points, comparable à celui de la Suède, basé sur un système par répartition même si en Suède 2% est par capitalisation pour des raisons politiques de satisfaction des conservateurs.

La proposition du Pacte Présidentiel, à ma connaissance n’indiquait pas de quelle façon on allait financer les retraites correspondantes, nous ferons donc l’hypothèse que le système de financement était identique à celui qui existe aujourd’hui.

2- L’ENJEU

Le besoin de financement du système de retraite passerait de 0,2% à 1,8% du PIB entre 2006 et 2040Selon un rapport du Conseil d’Orientation des retraites (COR), les besoins de financement se creuseraient plus que prévu jusque vers 2040. Le niveau des pensions se dégraderait fortement.Le COR a mis à jour ses projections, en tenant compte de la révision importante, à l’été 2006, des perspectives démographiques et de population active de l’INSEE. Il ressort de ces nouvelles projections que la situation sera plus dégradée que prévu à moyen terme, mais plus favorable à long terme.Jusqu’en 2015, compte tenu de la diminution du taux de chômage, le nombre de cotisants progresserait vivement, passant de 25,2 millions en 2006 à 26,8 millions en 2015. Il serait ensuite quasiment stable entre 2015 et 2030, puis augmenterait légèrement entre 2030 et 2050. Parallèlement, le nombre des retraités progresserait rapidement jusqu’en 2050, passant de 13,8 millions en 2006 à 22,3 millions en 2050, sous l’effet de l’arrivée à l’âge de la retraite des générations du baby boom, la hausse étant particulièrement rapide jusque vers 2035. Ainsi, le rapport démographique (rapport entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités), diminuerait significativement, passant de 182 à 121 cotisants pour 100 retraités entre 2006 et 2050.Quelles seraient les implications financières de cette évolution démographique ? La masse des pensions progresserait plus vite que la masse des cotisations jusque vers 2040, du fait de la très forte croissance du nombre de retraités. Aussi, sans l’adoption d’une nouvelle réforme, le besoin de financement du système de retraite se creuserait jusque vers 2040. En pourcentage du PIB, il passerait d’environ 0,2% en 2006 à 1% en 2020 puis 1,8% en 2040, et 1,7% en 2050. Il se chiffrerait donc à environ 25 milliards d’euros en 2020 et près de 70 milliards d’euros en 2050 (en euros constants de 2006). Ces perspectives n’intègrent cependant pas les hypothèses de recettes supplémentaires, résultant de hausses de cotisations vieillesse gagées par des baisses de cotisations chômage, envisagées au moment de la réforme de 2003.Le rapport du COR se penche également sur l’évolution du niveau des pensions à long terme. A ce stade, il est prévu que le taux de remplacement net (rapport entre la première pension et le dernier revenu d’activité, nets de prélèvements sociaux) global lors de la liquidation de la retraite diminue d’environ 10 points entre les générations 1938 et 1985 pour les salariés du secteur privé. Pour un non cadre, ce taux passerait de 83,6% à 73,5%, et pour un cadre, de 64,1% à 53,2%.
 

Une dégradation très sensible, qui s’explique par la réforme de 1993 (allongement du nombre des meilleures années prises en compte) et l’évolution des pensions des régimes complémentaires (AGIRC-ARRCO), suite aux accords de 1996 et de 2003. D’ailleurs, dans l’hypothèse d’un prolongement de l’accord AGIRC-ARRCO actuel, qui court jusqu’en 2010 ,indexation sur les salaires de la valeur d’achat du point et sur les prix de la valeur de service du point), les taux de remplacement net des régimes complémentaires seraient divisés par deux entre les générations 1938 et 1985, la baisse de taux de remplacement net global s’établissant alors autour de 20 points (taux de remplacement de 64,4% pour les non cadres et de 42,7% pour les cadres de la génération 1985).

 

 3- LES VARIABLES ACTIVES DU COR SERVANT A EQUILIBRER LES RETRAITES 

Le COR a construit un système d’abaque pour formaliser ce qu’il considère représenter la diversité des choix possibles pour garantir le financement des retraites.

Il met en relation trois leviers :

-le niveau relatif des pensions ; par rapport au salaire de départ

-les recettes des régimes

-l’âge moyen de départ en retraite

Selon ce modèle, le besoin de financement du système de retraite qui représenterait 1% du PIB en 2020 soit 25 milliards d’euros pourrait être couvert par une hausse du taux de prélèvement pour la retraite de 2,3 points sur les revenus d’activité bruts combinée à une baisse de 9% du ratio pension moyenne nette sur revenu d’activité moyen net et un recul de l’âge moyen de départ en retraite.

Plusieurs combinaisons des 3 paramètres sont évidemment possibles.

Remarquons que dans ce modèle seuls les salaires sont concernés. 

4-PROPOSITIONS D’ORIENTATION

Nous proposons un système par répartition reprenant la proposition de Thomas PIKETTY utilisée dans le Pacte Présidentiel de Ségolène ROYAL, système qui permet à chacun, à chaque instant de savoir où il en est sans déroger à la notion de solidarité du système par répartition puisque les cotisations des salariés financent les pensions courantes, il est proposé un compte individuel pour chaque travailleur indiquant en euros les droits à pension à chaque instant.

Un lien direct est établi entre contributions des travailleurs et droits à pension.

Au terme de sa vie active, chaque travailleur a accumulé un patrimoine qui lui donne droit au versement d’une pension mensuelle calculée en fonction de l’espérance de vie moyenne de sa classe d’âge.

A cotisations égales, retraite égale.

Ce système a aussi le mérite d’être appliqué à toutes les catégories de populations : cadres, employés, fonctionnaires, artisans…

En ce qui concerne le système de financement il faut réfléchir à de nouvelles approches et ne pas se contenter de cotisations uniquement sur les salaires qui amènent à dire que le cout des charges sociales est trop élevé.

Il faut certainement examiner des solutions type CSG faisant porter l’effort non seulement sur les salaires mais aussi sur le capital.

* Claude Waret est administrateur de D&E et Président de la FIDES


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 février 2010 12:24

    Les solutions généralement envisagées aujourd’hui pour résoudre le problème des retraites, des 35 heures et du chômage sont d’ores et déjà totalement obsolètes et archaïques.


    • iris 17 février 2010 12:37

      ce sont les petits qui paient pour les grands groupes qui ont donné des primes à tout va pendant un temps- préreretraite et autres pour délocaliser-et qui continuent encore -avec la bénédictions de nos politiciens qui ont laissé faire et qui continuent-manque de courage-corruption-et élections pour toucher un salaire....
       l’arrogance de l’argent et de certains aura une fin -comme le régime de louis xvi peut etre-


      • Cap2006 17 février 2010 13:59

        Ne jouer que sur un levier ( allongement de la durée de cotisation) ne permet pas de relever le défi du financement des retraites.

        1- Construire la solidarité intergénérationnelle autorise les retraités à participer à la pérennité du système : au travers de la CSG, mais aussi de par la fin ou le report des exonérations uniquement basées sur l’age. Il ne faut pas oublier que ceux qui partent en retraite aujourd’hui, à base de cotisation égale, partent avec 30% de moins que nos ainés.( rien que la différence 10ans/25ans)
        2- L’emploi des jeunes et des seniors doivent être une priorité absolu... Mais bien malin qui pourrait aujourd’hui résoudre ce problème... Ceux qui ont un emploi n’aspire qu’à partir à la retraite, en souffre voir pire...et y passe beaucoup trop de temps... Le dogme en vigueur aujourd’hui encourage même à restreindre l’emploi sur le moins de monde possible...
        3- la situation de beaucoup de retraité est catastrophique. Faible cotisation des agriculteurs, statut des conjoints collaborateur ( trices le plus souvent), choix de vie le plus souvent défavorable aux mères.... Il faut trouver les leviers pour faire jouer la solidarité nationale.
         
        4- l’avantage d’une solution à la suédoise serait de permettre une souplesse individuelle...
         —> rachat de points
         —> arrêt à un seuil de revenus de pension : par exemple, je suis prêt à cesser de cotiser à 800 €/mois ou 2000€/mois
         —> partage des points acquis : par exemple, dans un couple, la possibilité d’affecter les droits acquis en 2 parts égales ( exemple : moi actif 100% et mon épouse active partielle pour être plus présente à la maison)

        Dans tous les cas... poser le problème en excluant d’emblée une augmentation des cotisations , la diminution des pensions actuellement versées et une diversification des sources de financement n’a guère de sens...
        C’est un vrai sujet de société, qui transcendent les clivages politiques et syndicaux...
        Mal barré  smiley)


        • Michel DROUET Michel DROUET 17 février 2010 14:57

          A propos de nouvelles approches, je me permets de signaler les 8 milliards de profits réalisés par TOTAL et à peu près le même montant pour SANOFI AVENTIS, sans compter les 5,8 milliards réalisés par la BNP.
          Juste comme ça, pour dire que par exemple la BNP qui a bénéficié du plan de soutien aux banques fin 2009 pourrait être sollicitée...
          Oui, je sais, je suis un peu naïf.


            • Laury 17 février 2010 17:16

              Bonsoir a tous @ Michel Drouet vous avez raison mais vous oublier comme d’autres que ses entreprises sont a l’international et bien sur nos gouvernants devrait aussi le leurs rappeler quant il sont dans la mer..e.
              Pour les retraites il serait vraiment plus que temps de nous mettre sur les même bases ?????
              Pourquoi une partie des retraites est calculé sur les six derniers mois alors que pour certains
              ce sont les vingt cinq meilleurs qui sont pris en comptes ????
              Que les syndicats acceptes cela prouve une fois de plus qu’ils ne sont pas de notre côté !!!
              Chercher bien quant vous aurez trouvé un très grand pat sera résolue et avec de telle condition ne me
              parlé pas de répartition !!!!! Les syndicats ce foute de notre gueule .


              • Romain Desbois 17 février 2010 17:41

                Laury
                "Pourquoi une partie des retraites est calculé sur les six derniers mois alors que pour certains
                ce sont les vingt cinq meilleurs qui sont pris en comptes ????" écrivez-vous.

                Je pense, parce qu’en 95 il n’y a eu que les cheminots pour défendre les retraites. Pas vu beaucoup du privé à se lancer dans le combat. Beaucoup à l’époque parlaient de grève par procuration.

                Le résultat on le connait.


              • iris 18 février 2010 11:09

                dans les pme et pte- soit tu la fermes soit tu prends la porte-
                alors la grève....
                peut etre lorsque il n’yaura + de personnel qualifié sur le « marche du travail » comprends t il que la cupidité a un risque- celle de tout perdre -le personnel n’est pas interchangeable et n’est pas une marchandise -
                j’espère que les salariés en place sauront faire valoir leur droits-


              • Panzerfaust 18 février 2010 11:10

                Blasphème : alors que nos admirables salariés du service public travaillent jusqu’à l’épuisement pour le bien commun. Ils méritent bien ce maigre privilège ainsi d’ailleurs que leur anecdotique sécurité de l’emploi. Encore un vilain jaloux qui préfèrerait sans doute garder son argent afin de ménager ses arrières en cas de licenciement, plutôt que de financer les retraites avantageuses et la sécurité de l’emploi des salariés du public.


              • King Al Batar Albatar 17 février 2010 17:20

                « ce sont les petits qui paient pour les grands groupes »

                Ce sont surtout des jeunes qui payent pour nourrir des vieux cons qui les detestent. Je crois que depuis plusieurs siecle en france il n’y avait pas eu de conflit de génératiion aussi important que celui que nous vivons en ce moment.

                Les vieux n’arretent pas de dire que les jeunes sont ci, les jeunes sont là, ils sont comme ci comme ça, ils leur font peur etc...

                Les vieux ils nous font surtout chier ! Les mecs ils ont foutu la merde en 68, a reclamer l’interdiction d’interdire, et maintenant que ce sont eux, les vieux, qui veulent interdire à tout va : ont ne peut plus fumer nulle part, on ne peut plus s’habiller comme on veut, et l’autre saloperie de pédophile ecolo (c’est à dire qu’il met des capotes biodegradables pour violer les enfants) vient nous expliquer que des fois la démocratie, si c’est la loi du plus nombreux c’est pas forcément bien, parce que le plus nombreux peut etre con....

                En gros le mec qui est venu faire chier nos grands pères en 68 avec des arguments de jeunes cons bourgeois, et en train de nous dire qu’il faudrait que le peuple ait moins le droit de s’exprimer qu’il ne l’a aujourd’hui. Déjà qu’on vient nous faire chier avec la pensée unique, maintenant on aura meme plus le droit de voter...

                Et c’est ces mêmes connards qui viennent dire que les jeunes ils font chier (sauf quand il les touche bien sur). Alors moi j’en ai un peu ras le cul de m’imaginer devoir payer et nourrir des vieux croutons qui crachent dans la soupe que je leur sert.

                Ca va finir par un mouvement de la jeunesse ou on va tous decider, nous les moins de 30 ans, de ne plus payer nos impots, tous ensemble, pour faire comprendre aux decideurs qu’on est pas des vaches à lait, et à tous les vieux cons qu’on ne crache pas dans la main qui va les nourrir.

                Après vous pourrez dire tous ce que vous voudrez sur mes parents, qu’ils m’ont nourri et habillé, certes, mais je ne les ai jamais insulté...

                Nan mais !


                • Cap2006 18 février 2010 08:46

                  Nous sommes un pays gouverné par des vieillards ( dans leurs têtes) pour des vieux... et c’est encore bien pire chez nos voisins...
                  Mais un jour les travailleurs qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts... mettront un terme à la solidarité... ce sera hélas violent smiley)


                • TSS 18 février 2010 11:44

                   generalisation un peu facile !!

                   il ya des vieux qui sont tres cons ! il y a des jeunes qui sont tres vieux dans leurs tetes !!

                   tout n’est pas blanc ou noir !!

                   un vieux ,ancien de 68 ... !!


                • pat30 pat30 20 février 2010 18:58

                  Vous connaissez quoi de la vie avant 68 ?
                   vous savez ce qu’elle était la vie des prolos avant 68 ?


                • iris 17 février 2010 17:26

                  le syncicats par manque de courage et la facilité et surement subventions du medef...et pressions en tout genre
                  nesesont nteressés qu’aux grosses boites et qu’aux TRAVAILLEURS....
                  lorsque les gros groupes se seront tous tirés à l’étranger peut etre daigneront tils s’interesser au petites gens qui travaillent dans pte et pme-ou alors ils n’auront plus qu’à s’auto détruire car il ne restera bientot + de travailleurs à défendre au train ou vont les choses..


                  • Romain Desbois 17 février 2010 17:35

                    C’est évident qu’il ne faut pas déconnecter le financement des retraites du niveau des salaires et du chômage. On veut ouvrir plus grand le robinet avant de boucher les trous de la baignoire.
                    D’exonérations en exonérations, on entretient l’idée que le système est bon à mettre à la casse.

                    Etonnant que personne ne propose la progressivité des cotisations.

                    Merci pour cet excellent article, très instructif.


                    • Noor Noor 17 février 2010 20:43

                      « On ne peut plus fumer nulle part, on ne peut plus s’habiller comme on veut, et l’autre saloperie de pédophile ecolo (c’est à dire qu’il met des capotes biodegradables pour violer les enfants) vient nous expliquer que des fois la démocratie, si c’est la loi du plus nombreux c’est pas forcément bien, parce que le plus nombreux peut etre con....

                      Ca va finir par un mouvement de la jeunesse ou on va tous decider, nous les moins de 30 ans, de ne plus payer nos impots, tous ensemble, pour faire comprendre aux decideurs qu’on est pas des vaches à lait, et à tous les vieux cons qu’on ne crache pas dans la main qui va les nourrir. »


                      PETITE QUESTION : vous êtes du 92 ou du 93 ?


                      • King Al Batar Albatar 18 février 2010 09:03

                        MAintenant je suis Parisien, ayant grandi dans le 93....


                      • Redj Redj 18 février 2010 11:26

                        Moi j’suis du 56, j’ai 36 ans, et je pense la même chose qu’Albatar !

                        Un problème ?


                      • pat30 pat30 20 février 2010 19:03

                        Non pas de problème .

                        N’importe qui peut écrire n’importe quoi.

                        C’est même souvent comme ça.


                      • TSS 18 février 2010 11:39

                        le regime general (les salariés) donne :

                         -0,9 M€ pour la retraite des commerçants

                        -0,4 M€ pour la retraite des artisans

                        -4,2 M€ pour la retraite des agriculteurs

                        total =5,5 M€, soit + de la moitié du deficit est une aide pour les autres regimes !!

                        je n’ai pas le souvenir que ces 3 categories aient fait quoique ce soit pour les salariés

                        chomeurs si ce n’est les traiter de fainéants ou parasites !!

                        et c’est encore aux salariés que l’on va demander de se serrer la ceinture... !!

                         

                         


                        • iris 18 février 2010 12:33

                          pour l’instant c’est la génération des 30 glorieuses qui ne comprennent pas les jeunes-ceux nés avant 1950-ce ne sont pas ceux de 68 qui travaillent encore-
                          ceux qui qui sont à la retraite sont ceux qui votent massivemetnpour sarkosy, sont souvent racistes noirs et magrhébin- et pense qu’ils ont + travailler que maintenant -+ galéré -et entendu les bombes de la guerre de 45-pas participé à la guerre-
                          à partir de 70 ans ils sont déconnectés de la réalité et ne connaissent pas le travail de maintenant-ils ont souvent des préjugés -sont tétus etcc...
                          mais peut etre seront nous comme cela-je l’èspère pas


                          • TSS 18 février 2010 13:26


                            florilège(ramassis) d’idées preconçues... !!


                          • iris 19 février 2010 17:48

                            que vous pensez !!


                          • Emile Red Emile Red 18 février 2010 13:18

                            Si nous avions un gouvernement consensuel, responsable et garant de notre république sociale, le problème des retraites et de la SS seraient vite réglés.

                            - plafonner les retraites à un X x smic,
                            - relever les cotisations exponentiellement aux salaires (comme l’impôt sur le revenu),
                            - surtaxer les bénéfices des entreprises au delà d’un quota proportionnel à la masse salariale,
                            - interdire les exonérations de cotisations et les licenciements dans les entreprise bénéficiaires, - nationaliser l’industrie pharmaceutique et le tissu hospitalier,
                            - imposer à 70 % tous les chapeaux et parachutes dorés,
                            - réintégrer les complémentaires retraites et les mutuelles maladie dans le système général
                            - imposer les transactions boursières

                            Mais qui osera défendre le peuple plutôt que les puissants ?


                            • Noor Noor 18 février 2010 19:18

                              je plaisantais Redj
                              petez un coup mon vieux...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès