Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pourquoi cette agression israélienne contre Gaza ?

Pourquoi cette agression israélienne contre Gaza ?

La question demeure : pourquoi cet assaut meurtrier contre Gaza l’enfermée ? Pour résoudre ce mystère il faut retourner un mois en arrière. Le 16 octobre dernier, sans motif apparent, Benjamin Netanyahou, premier-ministre majoritaire à la Knesset de Jérusalem occupée, déclenche des élections anticipées afin de renforcer sa crédibilité face à Barack Obama dont la réélection semblait déjà assurée...

À l’évidence, l’armée israélienne sanguinaire n’a pas reçu l’ordre de bombarder l’enclave de Gaza emmurée, surpeuplée (1,6 millions d’habitants) et d’y massacrer femmes et enfants encerclés, à la merci de leurs bombardiers lourdement armés (plus de 100 victimes en 5 jours), afin de stopper une invasion des gazaouis contre les boîtes de nuit de Tel-Aviv !

Combien les correspondants des médias planqués à Jérusalem ont-ils dénombré de F-16 et d’hélicoptères de combats palestiniens dans le ciel israélien ? Aucun bien évidemment. L’assassinat par Tsahal, le 14 novembre dernier, d’Ahmad Jaabari chef militaire du Hamas à Gaza, a brisé la trêve et déclenché la riposte palestinienne, voilà la vérité.

Les sous-fifres journalistiques colportent toujours les mêmes fumisteries empruntées à l’État-major de Tsahal, à l’effet que ces jeux de massacre seraient une guerre entre deux armées de métier ; une partie détenant l’arme thermonucléaire, des sous-marins nucléaires et des tanks Merkava ; l’autre partie, équipée de vieux pétoires et de quelques rockets artisanaux ; les deux « armées de métier » combattant à armes égales sur le champ de bataille israélo-palestinien. Malgré leurs prétentions d’objectivité, ces observateurs « engagés » s’agitent, mais n’éclairent nullement l’horizon, car pour ce faire ils devraient dévoiler la mission de leur ami « bibi » Netanyahou, l’adjudant au Levant de l’impérialisme israélien et de ses alliés européens et américains.

La question demeure : pourquoi cet assaut meurtrier contre Gaza l’enfermée ? Pour résoudre ce mystère il faut retourner un mois en arrière. Le 16 octobre dernier, sans motif apparent, Benjamin Netanyahou, premier-ministre majoritaire à la Knesset de Jérusalem occupée, déclenche des élections anticipées afin de renforcer sa crédibilité face à Barak Obama dont la réélection semblait déjà assurée, n’en déplaise aux sondeurs d’opinion étatsuniens qui ont tenté de maintenir le suspense du scrutin jusqu’à la fin (1).

Quelques jours plus tard, « Bibi » annonçait la coalition du Likoud avec le paria Lieberman, un sioniste hystérique Ministre des affaires étrangères, signifiant en cela que sa faction israélienne n’entendait pas céder aux pressions de ses alliés américains et européens une fois conclue l’élection du Président décevant. « Décevant », ont prétendu certains collabos car quelques âmes bien nées avaient laissé penser qu’Obama mettrait Israël au pas, là où ses prédécesseurs avaient échoué…ou fait semblant d’échouer.

Quelques mois auparavant, un rapport secret – habilement exfiltré via les services secrets iraniens – avait laissé entendre que l’appareil d’État étatsunien – qui fera bientôt face à la pire crise économique-bancaire-boursière-monétaire de son histoire – se questionnait sur l’avenir d’un Proche-Orient sans soldats « hébreux », sans « État » terroriste-sioniste israélien (2).

Pire, le 10 novembre 2012, « quelques jours avant son assassinat, Ahmed al Jabari, l’homme fort du Hamas à Gaza, avait reçu le projet de texte d’une trêve permanente avec Israël qui comportait des mécanismes pour maintenir le cessez-le-feu dans le cas d’éruptions de violence entre Israël et différentes factions de la bande de Gaza. » (Haaretz). (3)

La classe capitaliste monopoliste israélienne a horreur de ces soumissions palestiniennes visant à céder à leurs admonestations et réclamations, lesquelles, nonobstant ses atermoiements, forcera un jour l’État « hébreu » à commencer à discutailler afin d’éventuellement signer un traité visant à concéder un bantoustan sur une portion de terre spoliée au peuple palestinien.

Deux courants de pensée bouleversent la diaspora sioniste en Israël et dans la « communauté internationale occidentale » : le premier courant espère fortement que si Tsahal rend la vie insoutenable aux millions de Palestiniens accrochés à leurs terres ancestrales, ceux-ci finiront par quitter leurs propriétés non encore occupées-spoliées et alors le Grand Israël des boniments de la Torah pourra émerger comme une mystique « Terre promise ».

Le second courant de pensée sioniste, ceux que l’on qualifie de réalistes car moins hystériques, comprend fort bien qu’il est impossible d’exterminer 5 à 8 millions de Palestiniens (selon que l’on comptabilise ou non les ressortissants vivant en apartheid depuis la Nakba au sein de l’État hébreu de 1948). Ceux-là comprennent que les 5 millions de Palestiniens enfermés à Gaza et en Cisjordanie colonisée n’ont nulle part où aller et qu’il faudra donc, tôt ou tard, leur concéder un bantoustan que les laquais de l’Autorité palestinienne administreront sous le joug israélien. Pour eux, l’État hébreu serait mieux aviser de régler cette infâme négociation au plus pressant, pendant que Mahmoud Abbas est toujours en poste malgré son illégitimité.

Nous venons de résumer la cause palestinienne observée du côté impérialiste de la lorgnette. Le dilemme des impérialistes-internationaux se résume à ceci : la conjoncture est-elle favorable pour concéder ce bantoustan aux thuriféraires palestiniens et de le laisser reconnaître par l’ONU ; où vaut-il mieux attendre encore d’avantage dans l’espoir que quelques acres de terres supplémentaires puissent être arrachées à ce peuple prisonnier ?

L’autre question à résoudre pour les Sionistes et leurs alliés étatsuniens et européens tient à la mainmise que leurs sous-fifres et leurs larbins palestiniens détiennent réellement sur le peuple palestinien.

Chaque comploteur sioniste comprend qu’il est inutile de céder quelques arpents de désert à Mahmoud Abbas, plénipotentiaire du Fatah, parangon de l’État croupion palestinien – quel qu’en soit le statut pourvu qu’il soit « reconnu par l’ONU » – si demain le Hamas, le FPLP ou le Jihad Islamique peuvent surgir sur l’avant-scène palestinienne répudier le traité de capitulation signé par la ridicule Autorité et quémander la restitution de plus de terres expropriées et exiger davantage de subsides de la « communauté internationale » complice de ces malversations anti-palestiniennes.

Le pire des scénarios pour les sionistes – le plus probable – serait qu’un référendum populaire palestinien – impliquant les réfugiés des camps de la misère dans les pays arabes voisins (Liban, Irak, Jordanie, Syrie, Égypte) – répudie ces ententes licencieuses-frauduleuses. Toute la « négociation-capitulation » serait alors à reprendre dans une position défavorable pour les sionistes spoliateurs de terre et pour leur armée de guerre déglinguée (que le Hezbollah a déjà humiliée).

En tant que représentant politique de la diaspora impérialiste sioniste, Benjamin Netanyahou sait déjà tout cela et il intervient aujourd’hui par ces attaques criminelles contre Gaza la résistante afin de défier ses alliés étatsuniens et européens qui jonglent avec ses flagorneries et voudraient bien le voir s’asseoir à la table de négociation pour enfin céder le bantoustan palestinien à une faction palestinienne en mesure d’imposer ces compromissions au Peuple palestinien en prison.

En exécutant le chef militaire du Hamas et en détruisant le siège de l’organisation à Gaza, Netanyahou tente d’affaiblir cette faction et de donner une chance aux factions rivales (FPLP et Jihad islamique) de s’emparer du pouvoir à Gaza – pour qu’ensuite ces groupuscules – décrétés « extrémistes » par les analystes à la solde des impérialistes – présentent leurs revendications que « Bibi » déclarera irréalistes, exagérées, folles, délurées, justifiant ainsi son refus de nouvelles négociations… ce qui, ses alliés le savent bien, ne fera que reporter l’échéance obligée de ce conflit vieux de 65 années de plus en plus superfétatoire compte tenu du déplacement du centre de gravité géostratégique mondial vers l’Asie-Pacifique.

Le présent épisode des massacres sionistes contre le peuple palestinien martyr n’est que le baroud d’honneur d’une faction impérialiste israélienne déshonorée et désespérée. Le peuple palestinien ne doit rien céder, ne doit rien signer, ne doit rien concéder et il doit persévérer et résister encore et toujours sans désespérer. Le jour viendra où, la conjoncture internationale se détériorant chaque jour davantage pour les impérialistes, y compris pour leur faction israélienne dégénérée, il sera alors approprié pour ce peuple courageux d’imposer ses conditions de règlement pour mettre fin définitivement à cette ignoble occupation qui, nous en convenons, a déjà trop duré.

 

(1) http://www.elwatan.com/international/une-agression-sur-fond-de-campagne-electorale-en-israel-17-11-2012-192582_112.php

(2) http://les7duquebec.org/7-au-front/de-lextinction-de-letat-israelien/

(3) http://www.michelcollon.info/Israel-attaque-Gaza-Michel-Collon.html

(4) http://www.assawra.info/spip.php?article1564

(5) http://www.oulala.info/2012/11/cadavres-exquis-en-palestine-occupee-recit/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • Yves Dornet 22 novembre 2012 09:28
    Pourquoi cette agression israélienne contre Gaza ?

    Il ne s’agit en rien d’une agression mais d’une action militaire pour démanteler les structures lance-roquettes ainsi que les caches d’armes, non contre gaza mais contre des organisations terroristes qui sacrifient les civils (enfants notamment) pour satisfaire leur propagande morbide.



    • cogno4 22 novembre 2012 12:12

      C’est toujours rigolo de vous lire, ça rappelle l’époque des discours Soviétiques.


    • charlyposte charlyposte 22 novembre 2012 13:49

      une certaine situation 


      C’est difficile de répondre, mais certains craignent en effet que le conflit s’étende, dans une région particulièrement instable, plus encore avec le conflit syrien.

    • Mr-J 22 novembre 2012 15:53
      C’est cela oui. 1. Vous parquez les civiles. 2. Vous les provoquez en brisant votre parole. 3.Ils ripostent. 4. Vous poursuivez le génocide.

      Si vous vouliez faire une guerre vraiment propre vous agiriez différemment, mais force est de constater que l’état d’Israël en plus d’être une usurpation est une véritable plaie pour l’humanité. Finalement la terre sainte n’est surement pas faite pour vous, votre orgueil devra un jour payer pour ces horreurs que vous perpétrez au nom d’une aberration.

    • David 22 novembre 2012 17:03

      C’est exactement ce que l’on a fait aux Indiens. On les parquait puis des colons venaient autour et tuer leur moyen de manger d’où à nouveau guerre et réserve plus petite jusqu’à leur extermination.


    • Traroth Traroth 22 novembre 2012 16:46

      @assassin : Vous avez oublié les civils assassinés, dans votre tableau.


    • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 22 novembre 2012 10:27

      vous n’êtes pas pro-palestinien vous ? pour un « journaliste », n’est-ce pas un peu partial ?
      Feriez mieux de faire des publi-reportages sur ouma


      • charlyposte charlyposte 22 novembre 2012 14:02

        personne n’est un seul combattant !!!




      • leypanou 22 novembre 2012 16:45

        Vous êtes mieux placé pour faire des contre-publi-reportages sur ouma non, pourquoi lui demander ?


      • Traroth Traroth 22 novembre 2012 16:49

        @thatcher : pourtant, le constat de l’agression israélienne est indiscutable.


        Elections israéliennes à venir -> « Assassinat ciblé » -> riposte dérisoire palestinienne -> Déluge de bombes israélien -> probable réélection triomphale de Netanyahou (en tout cas c’est le but)

        Il y a quelque chose de faux dans le processus ? Une erreur ou un mensonge de ma part ?

      • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 22 novembre 2012 19:57

        si on ne veut pas être griffé, il ne faut pas embêter le chat


      • Traroth Traroth 22 novembre 2012 21:52

        Quelle partie du raisonnement n’avez vous pas compris ?


      • volt volt 22 novembre 2012 10:48

        peut-être avez-vous rédigé ces lignes avant la trêve...


        ayant décidé de me cultiver intensément cette semaine, 
        j’avais relevé que le benjamin, dans ses tweets, 
        employait beaucoup, mi-novembre, l’expression : 
        « is not prepared ».
        je me demandais à quoi.

        je ne crois pas à une guerre déclenchée pour quelque cause électorâle.

        par contre, 
        il ne faudrait pas que passe inaperçue la réaction iranienne - plutôt menaçante - aux prétentions élyséennes de rhabiller soudain en plus haute couture les rebelles syriens... :
        « vous allez foutre la foire dans toute la région »

        difficile de trancher la question de savoir 
        si au fond les occidentaux veulent ou non la chute du bachar ;
        le fait est qu’il présente dernièrement de sérieux signes d’affaiblissement.
        or, 
        une fois le corbeau de son arbre tombé, 
        le fromage en son bec est au sol...

        au sud-liban il est de ces nouveautés... 
        un certain cheikh assir, un sunnite, 
        plutôt salafo - et pas que sur les bords -
        multiplie désormais les discours incendiaires anti-hezbollah, 
        et parle le plus ouvertement de :
        constituer une « milice de résistance anti-iranienne »...

        or qu’est-ce que le hamas comparé au hezbollah ? 
        là où les gazeux balancent trois ou quatre missiles, 
        leurs voisins barbus du nord procèderaient, dans le même laps de temps, 
        par centaines, 
        cela, tout bibi qui se respecte ne l’oublie pas.
        jamais.

        or une fois bachar tombé, 
        il faudra d’abord laisser pourrir, 
        entre barbus quoi -
        car la joie est désormais qu’il y a barbu et barbu...
        et ensuite rentrer, cueillir le fruit tombé.

        seulement à cette fin justement, 
        il faut avoir les coudées franches, 
        c’est-à-dire avoir joué à fond la carte de coinçage du morsi 
        tellement à la morci de son hilarante tirelire, 
        pour bien stabiliser le front sud, 
        histoire de passer aux choses sérieuses, 
        c’est-à-dire d’aller à la vraie source, plus au nord.

        voilà qui est chose fête.
        et n’est-ce pas étonnant 
        cette incroyable vitesse de désengagement 
        en une semaine...

        sans doute gaza n’était que l’arbre cachant encore la forêt,
        le bref et maladroit avant-propos 
        de tout un roman, 
        encore à venir, 
        hélas.

        • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 novembre 2012 15:11

           

          OUI ce texte fut crit avant la trève - TREVE qui d’une part n’est pas encore assurer - pour savoir si cette trève est sérieuse (du côté de l’agresseur israélien) vérifier si les 75 000 réservistes rappelés ont été relâchés ... si la réponse est non Israël reprendra ses bombardements sous quelques fallacieux prétexte.

          Ensuite, mon analyse éclaire parfaitement cette trêve. Je l’ai dit et je le redit le but de netanyahou n’est pas d’exterminer 1,6 millions de palestiniens - ni comme l’écrit Meyssan d’annexer GAZA ni comme le dit Dinnucci de mener une pratique avec l’OTAN au-dessus de Gaza.

          Le but était, est et restera de la part de la partie sioniste-israélienne - de défier ses alliés américians et étatsuniens qui lui poussent dans le dos pour négocier et accorder un BANTOUSTAN morcele et ridicule à la faction de Mahmoud Abbas avant que ce dernier ne quitte la direction de la ridicule AUTORITÉ sans autorité. Pour cela le HAMAS qui contrôle Gaza doit s’assujettir à l’Autorité ou être chasé et remplacer A) par un fin comploteur - accrédité par Israël b) remplacer par des radicaux comme le Jihad qui justifiera Netanyahou de refuser de négocier avec des « teroristes » soi-disant

           

          Dans les deux cas le PEUPLE PALESTINIEN est trahi. Alors qu’il retourne tous ces gens à leur manigance et qu’il refuse tout compromis...attenant son heure patiemment ( smiley

           


        • volt volt 22 novembre 2012 16:35

          l’opération au sol n’a pas été lancée, 

          car c’est justement une toute autre affaire, 
          non pas que les palestiniens soient plus déterminés ou suicidaires, 
          soyons réalistes, c’est une question de technologie, 
          et l’armement anti-char dont ils pourraient disposer 
          a sans doute pesé lourd dans la décision ; 
          car qui a amélioré son artillerie a dû également songer a perfectionner 
          d’autres modes du combat.

          mais il devient impossible, après 2006, de négliger le facteur perse, 
          principal fournisseur après tout de tout ce qui est tombé sur israël ces derniers jours. 
          La vraie menace est là-bas, 
          non pas tant nucléaire comme on le chantonne, mais juste à la porte : 
          les quelques dizaines de milliers de hezbollahis qui ont compris, 
          au sol cette fois, en 2006, 
          qu’ils n’avaient plus du tout affaire à l’armée du temps d’ariel sharon, 
          mais à tout autre chose, 
          et que par conséquent, 
          de toutes autres visions du combat devenaient possibles, 
          voilà la vraie menace.

          si la largeur de la bande de gaza est de cinq kilomètres 
          et le gâteau plutôt découpable à l’envi, 
          les retraites des montagnes du liban 
          ainsi que les profondeurs de la vallée de la bekaa 
          sont une histoire bien plus compliquée.

          j’ai bien aimé votre : « relâcher » un réserviste smiley

        • Traroth Traroth 22 novembre 2012 17:04

          @volt : ne soyons pas ridicule. Militairement, les Palestiniens n’ont aucun poids. Ca n’entre pas en ligne de compte.


        • volt volt 22 novembre 2012 17:37

          je n’ai amais écrit ça, Traroth, simplement je n’oublie pas qu’un shalit s’échange contre quelques milliers, et que cette équation est toujours de mise, il suffit d’un char crâmé, deux ou trois morts, et des sondages qui basculent, sans plus, c’est connu.


        • lionel 22 novembre 2012 11:03

          Très bon article, merci de votre contribution au désenfumage.


          • Slift Slift 22 novembre 2012 11:48

            Evidemment les 3 blaireaux sionistes de service sont déjà là pour vomir leur venins.


            • cogno4 22 novembre 2012 12:15

              En l’absence de fond, je m’amuse avec la forme de leur discours.
              Faut avouer que c’est franchement risible.


            • charlyposte charlyposte 22 novembre 2012 14:37

              Entre les USA qui fournissent des anti-missile, l’Iran qui fourni la moitié des missiles qui tombent sur Gaza, l’ONU qui brille par son silence, et la communauté international Qui encourage le massacre, les israéliens sont les plus aidés aux monde.


            • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 novembre 2012 14:56

              MERCI - Merci de me prévenir camarade. 

               

              Alors je vais tenter d’identifier les 3 blaireaux parmi le lot ( smiley))

              Je te pari que ce sera facile...


            • charlyposte charlyposte 22 novembre 2012 15:50

              L’Iran, l’Egypte et le Hezbollah libanais sont en mesure d’éliminer ensemble Israël, a estimé un des chefs du mouvement égyptien Frères musulmans.

              Des déclarations similaires ont été faites en Iran où l’opération d’Israël dans la bande de Gaza a été qualifiée « d’agression sauvage contre le peuple martyr de Palestine ».

              Le secrétaire général du Hezbollah Hasan Nasrallah a exprimé hier le soutien de son mouvement aux dirigeants du Hamas à Gaza face à l’opération militaire israélienne. Il a appelé les pays arabes à ouvrir leurs frontières et à envoyer des armes aux habitants de l’enclave pour qu’ils puissent se défendre contre « l’intervention israélienne ». T


            • David 22 novembre 2012 16:58

              Il faut avoir pitié d’eux cela doit être vraiment dure de défendre un crime.


            • Stof Stof 22 novembre 2012 12:00

              En fait, quand on n’a que de vieilles « pétoires » (des AK47 et des M16 quand même) et des lance-roquettes artisanales, on devrait s’abstenir d’attaquer un voisin sur-armé. C’est une règle de survie.

              Si Gaza était un pays à part entière, celà serait considéré comme un acte de guerre, dont la riposte pourrait être un bombardement massif.
              Doit on rappeller, en outre, que l’intégralité des territoires de Gaza ont été restitués ?

              • cogno4 22 novembre 2012 12:16

                Hihihi  smiley


              • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 novembre 2012 15:16

                FAUT ÊTRE POURRIT JUSQU’A L’OS POUR ÉCRIRE DES SORNETTES SEMBLABLES. La simple consultation d’une carte de 1947 - RÉSOLUTION DE L’ONU MONTRE que la bande de Gaza faisait selon l’ONU le triple de la surface actuelle - elle s’étirait longuement le long de la frontière égyptienne et embrassait partie du désert du Négev pour rapatrier les bédouins musulmans avec les palestiniens - bédouins aujourd’hui agressés par les tueurs (serial killer) israéliens qui veulent les y délogés.

                 

                Quand on est ignare on devrait s’abstenir SVP.

                 

                 


              • charlyposte charlyposte 22 novembre 2012 15:48

                En même temps, le 22 novembre est déclaré la Fête nationale de Gaza. Les autorités de cette enclave ont appelé tous les Palestiniens à célébrer largement cet événement et à visiter les familles des victimes de l’agression. Est-ce qu’on peut parler de la victoire des Palestiniens ? Voici l’opinion de l’expert de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des sciences de Russie Boris Dolgov.

                « Pour la première fois depuis le début de la confrontation les détachement armés palestiniens ont atteints Tel-Aviv et Jérusalem par leurs roquettes. 1500 roquettes ont été tirées. Cela veut dire que les groupes palestiniens ont augmenté leur potentiel militaire, mais on ne peut pas parler de la victoire des Palestiniens ».


              • Mr-J 22 novembre 2012 15:56
                Faire l’apologie de la lâcheté et de la soumission, fallait quand même le faire.

                Vous parlez de ce qui à suivit après plomb durci ? Non content d’avoir détruit une grande partie des structures de première nécessité Israël à interdit tout entré de matériaux pour reconstruire ce qu’elle avait elle même provoqué. Notez qu’elle avait agit pour détruire le réseau de tunnels qui reliait Gaza à l’extérieur, qui permettait il est vrai d’y importer des armes, mais aussi des médicaments, de la nourriture ou même de l’eau.

                Les sornettes que vous débitez font naitre en moi le mépris et je pense que si il y avait eu des survivants du ghetto de Varsovie qui passait par là, vous auriez même fait couler des larmes avec votre insolente stupidité.


              • Traroth Traroth 22 novembre 2012 17:06

                @Stof :


                « En fait, quand on n’a que de vieilles »pétoires« (des AK47 et des M16 quand même) et des lance-roquettes artisanales, on devrait s’abstenir d’attaquer un voisin sur-armé » :

                Ce ne sont pas les Palestiniens qui ont attaqué.

              • Traroth Traroth 22 novembre 2012 21:51

                Ce que j’observe, personnellement, comme d’habitude, c’est à quel point le Hamas est discipliné : Israël n’a qu’à appuyer sur le bouton et paf, ils font exactement ce qu’il faut pour que ce porc de Netanyahou soit réélu dans un fauteuil. C’est quand même vachement bizarre, non ?


              • lala 23 novembre 2012 14:53

                Bibeau toi aussi tu devrais t’abstenir de raconter tes conneries. Tu oublies volontairement les parties de l’histoire la période antique et la période d’après-guerre que tu conte à ta façon. S’il n’y avait pas eu certaine déportation de juif par les anglais tout cela ne serait pas arriver. Mais suite à la guerre il fallait bien ce donner bonne conscience. Alors arrête de faire un journalisme médiocre, partial voir raciste. Car la Palestine n’appartenait pas aux musulmans. Parmi les palestiniens toutes les religions étaient présentent aurais tu oublié que le berceau des religions est la Palestine. Parles tu aussi des coptes et de ce qu’ils vivent en Egypte, Syrie, Irak. Parles-tu de l’expansionnisme musulman auquel tu adhères.


              • SEPH 22 novembre 2012 12:12
                Gaza brûle : voici l’incendiaire

                D’un côté les États-Unis jouent au modérateur lorsqu’Israël attaque Gaza. De l’autre, ils lui fournissent les armes et la formation qui lui permettent ce type d’attaque. Le calendrier de Tel-Aviv est calé sur celui de Washington. Manlio Dinucci rappelle que la dernière attaque contre Gaza a débuté lorsque se finissaient les manœuvres militaires conjointes USA-Israël.

                par Manlio Dinucci :

                "Jamal, un commerçant de Gaza, était sorti dimanche matin quand un puissant missile israélien à guidage de précision est tombé sur sa maison, exterminant sa famille : neuf personnes dont quatre enfants de 2 à 6 ans. Trois générations balayées en un instant.

                Plus de 5 000 Palestiniens ont été tués en dix ans par les Israéliens à Gaza, dont 1 200 rien qu’en 2009, plus 2 000 autres en Cisjordanie. Des 70 000 personnes enlevées, plus de 6 000, parmi lesquels 400 enfants, sont encore emprisonnées. Un prix très élevé, quand on sait que la population des Territoires palestiniens occupés est de 5,5 millions.

                Mais on ne meurt pas que par les attaques militaires dans le ghetto de Gaza et dans celui de Cisjordanie, encerclé par le Mur de 750 kms. On meurt chaque jour de pauvreté, de manque de nourriture, eau potable et médicaments. L’alternative est disparaître ou résister.

                Les Palestiniens résistent, en revendiquant le droit à un État libre et souverain qui, selon la décision des Nations Unies, aurait dû naître il y a 64 ans à côté de l’État israélien.

                En termes militaires, cependant, l’armement palestinien équivaut à celui de quelqu’un qui, centré par un tireur dans le viseur télescopique d’un fusil de précision, essaie de se défendre en lui lançant la fusée d’un feu d’artifice.

                Dans la foulée de Washington, l’UE condamne par contre « le tir de roquettes par le Hamas et d’autres factions, qui ont lancé cette crise ». Et le ministre des Affaires étrangères italien, Giulio Terzi di Sant’Agata, prenant les roquettes pour des missiles, souligne que ce sont « les tirs de missiles qui sont à l’origine de la crise » et que « la limitation de la force de la part d’Israël doit reposer sur la certitude absolue que les tirs de missiles ne se répètent pas ». Version qui serait grotesque si elle n’était tragique.

                La nouvelle crise, volontairement amorcée par Tel Aviv avec l’assassinat à Gaza du commandant militaire du Hamas, entre dans la stratégie de l’axe Otan-Israël. Pendant que les gouvernants étasuniens et européens jouent sur la scène internationale le rôle des modérés qui cherchent une solution pacifique au conflit, l’Otan soutient de plus en plus les forces militaires israéliennes.

                Ce n’est pas par hasard que l’attaque contre Gaza a commencé le 14 novembre, le jour même où se terminait en Israël la grande manœuvre conjointe Austere Challenge 2012, avec la participation de 3 500 spécialistes étasuniens de la guerre.

                En même temps dans le ciel de Sardaigne se sont intensifiées, selon divers témoignages, les manœuvres auxquelles participent les chasseurs bombardiers israéliens qui utilisent la base de Decimomannu. En Sardaigne, explique un pilote, nous disposons d’une aire plus grande qu’Israël tout entier. Et bientôt l’aéronautique israélienne disposera de 30 vélivoles M-346 d’entraînement avancé, fournis par Alenia Aermacchi. Ainsi les incursions sur Gaza seront plus meurtrières encore. Tout ceci entre dans la potentialisation de la machine guerrière de l’Otan dans la zone méditerranéenne.

                Depuis les États-Unis sont en train d’arriver d’autres unités navales et aériennes pour les forces spéciales, qui opèreront depuis des bases situées sur la rive nord (surtout Sigonella) comme sur celle du sud (en Libye et autres pays). Tandis que le Pentagone annonce qu’il faut 75 000 hommes à envoyer en Syrie, formellement pour s’emparer des armes chimiques avant qu’elles ne tombent dans les mains du Hezbollah.

                L’incendie de Gaza s’élargit, poussé par le même Vent de l’Ouest."

                Traduction
                Marie-Ange Patrizio

                Source
                Il Manifesto (Italie)



                • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 22 novembre 2012 12:17

                  « Quatre dirigeants du Hamas sortent de l’hôpital où ils se cachaient depuis le début des combats et, dans une marche triomphale, partent à pied vers le centre ville, entourés de leurs militants. »  smiley les pleutres à barbe

                  et c’est dans le nouvel obs 


                  • charlyposte charlyposte 22 novembre 2012 14:40

                     Qui fait suite a la visite de l’émir du QATAR a GAZA... Le HAMAS n’est plus en odeur de sainteté avec l’iran son principal fournisseur de missiles Fajr5 et s’est rapproché des WAHABITES SUNITES eux mêmes valets des américains qui remplaceront surement l’iran comme fournisseurs... La ou ça se complique c’est que les USA sont alliés des israéliens et je me demande comment ils vont pouvoir concilier tout ce fatras d’alliances !... A moins qu’il n’y ait un « plan » destiné a priver le HAMAS des armes et des finances de l’Iran !... Si les émirats pétroliers ferment les robinets le HAMAS n’en a pas pour longtemps avant de fuir en Égypte...


                  • EL MATI 22 novembre 2012 17:23

                    On vu aussi des généraux israéliens a plat ventre dans les jardins publics après avoir entendu les sirènes.......


                  • jef88 jef88 22 novembre 2012 12:25

                    Les trolls sionistes sont de sortie !


                    • charlyposte charlyposte 22 novembre 2012 15:03

                      L’agence de presse palestinienne Wafa, basée à Ramallah (Cisjordanie), a précisé que Mahmoud Abbas avait reçu « un appel téléphonique du frère Haniyeh qui l’a informé de la situation à Gaza après le cessez-le-feu ». « Le président a salué la détermination (palestinienne) face à l’agression et a souligné l’importance de parvenir à un cessez-le-feu et d’épargner les ravages de la guerre », a précisé l’agence.


                    • Traroth Traroth 22 novembre 2012 17:13

                      « le financement par les USA de nouvelles batteries Dome de Fer »


                      CQFD...

                    • charlyposte charlyposte 22 novembre 2012 14:05
                      • Par ailleurs, M. Mechaal a remercié l’Iran pour avoir armé et financé les groupes palestiniens dans la bande de Gaza, et ce malgré leurs divergences au sujet de la crise syrienne.
                      • Lors de la conférence de presse confirmant l’entrée en vigueur de la trêve, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a indiqué qu’ « Israël ne peut pas regarder passivement ses ennemis se doter d’armes de terreur ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès