Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pourquoi je soutiens l’autonomie de la Bretagne (alors que je ne suis (...)

Pourquoi je soutiens l’autonomie de la Bretagne (alors que je ne suis pas un facho)

Crises, transitions et résiliences.

Trop de moquerie et de préjugé visent la révolte des bonnets rouges. S’il est indispensable de pousser des coups de gueule publiques en manifestant et en s’opposant aux décisions inadaptées prise par le gouvernement et les autres responsables, il faut se rendre compte de leurs incapacités à comprendre les problème locaux et trouver nous même les solutions.

 

Derrière l’Etat on oublie que ce sont des individus qui sont aux manettes, l’opacité administrative leur offre une déresponsabilisation du fait de la multiplication des responsables. De la même manière que l’on formait un peloton d’exécution pour fusiller un condamné de façon à amoindrir la responsabilité de chaque tireur. Il devient inutile de reprocher à tel ou tel individu une décision générale et il devient facile pour chacun à leurs tours de se dédouaner de leurs actes.

L’exemple extrême de ce système administratif est celui des fonctionnements des multinationales et des grands groupes privés qui fonctionnent totalement sur ce principe. L’opacité des statuts administratifs et le secret bancaire qu’elles obtiennent légalement dans les paradis fiscaux leurs permettent une entière liberté face aux Etats. On ne sait plus qui prend les décisions, ni même qui les possèdent. Et les Etats se retrouvent dans l’incapacité de leur reprocher quoi que ce soit, encore moins de leur imposer des décisions, car les lois ne peuvent les suivre en dehors de leur juridiction. Nos gouvernants se retrouvent coincés entre le marteau du marché mondial et l’enclume qu’est la population, étant eux même les acteurs de cette dérive de par la promotion inévitable de la « saine concurrence » inattaquable moralement.

 

Ces puissants « d’en haut » sont ainsi de moins en moins puissant, voire même déjà totalement impuissant selon l’avis de certains, la seule force qui leur reste est la capacité de répression du peuple, de ces mouvements de ras le bol ou de ces actes de réappropriation des propriétés du peuple (légitime ou non cela dépend de l’avis de chacun). Pourquoi alors continuer de leur porter des doléances ? 

(Cette capacité de répression montre déjà aujourd’hui ces limites devant des mouvements massifs tel celui toujours en cours à Notre Dames des Landes. On peut reprocher à ces opposants un déni de démocratie illégal, difficilement défendable moralement sans l’intervention de valeur personnelle, mais la démocratie donne t elle le droit à l’imposition implacable de décisions nationales à des situations particulièrement régionale ? )

 

Non comptant d’être presque impuissant nos dirigeants nationaux vivent et travaillent dans un environnement qui les coupe de la réalité locale et sociétale propre à chaque administré, à chaque situation. Les applications au niveau national de décisions administratives vont creuser les différences entre les localités, en favorisant certaines et en handicapant d’autre. Cela au moins il semble l’avoir comprit (même s’il l’on peut être sous estimé) lorsque l’on regarde les dérogations accordées à certaines régions quant à l’application de l’éco-taxe.

Rajouter une taxe pour verdir une politique de production nationale et vielle comme la cinquième république semble un peu facile, voir inutile devant toutes les solutions d’esquives offertes par la mondialisation du système de production d’aujourd’hui. Cette décision arrive pour répondre à un besoin de résilience* sociétale majeure. Devant la profusion (et la confusion) de rapports scientifiques plus ou moins alarmant le gouvernement se devait de trouver des idées de façon à augmenter nos chances de survivre aux changements climatiques et aux futurs de plus en plus largement constaté.

Pourtant tout en reconnaissant l’existence de particularité locale ils n’ont d’autres choix que généraliser leurs décisions à l’ensemble du pays. On peut donc remettre en cause l’efficacité d’un petits nombres de grandes interventions venus d’en haut face à celle d’un grands nombre de petites décisions adaptés à chaque « niche » locales.

 

 Alors pourquoi attendre du gouvernement et réclamer des décisions adaptées à chaque particularité ? Comme nous sommes encore en démocratie il appartient à chaque partie du peuple de prendre les décisions adaptées car nous sommes la force directe de la démocratie. En agissant directement localement on court-circuite toutes les dérives du système et on possède au final une plus grande capacité de changement.

 

Les poulets, les porcs (et tous les autres) produits de l’agro industrie traversent plusieurs fois les continents et changent sans cesse de main offrant les dérives les plus surprenantes. Le cheval devient du bœuf, quelque chose devient des nuggets ou du poisson pané etc… La vraie traçabilité des produits devient impossible, tout en restant officiellement et légalement défendable et offrant des labels complètement détourné de leur but premier. Les déséquilibres sociaux de pays liés par les mêmes accords de libre échange créent une concurrence forcément déloyale mais saine administrativement. Ceci n’évitant pas le risque de pénurie alimentaire, nos civilisations (occidentale) ne bénéficiant que de quelques jours de sécurité avant une pénurie alimentaire pouvant conduire à une insurrection désespérée des citoyens.

 

Devant cette incapacité nationale il devient vite évident qu’il appartient au citoyen lui même de garantir la résilience de sa propre société.

 

Selon l’économiste David Fleming, les bénéfices pour une société à haute résilience seront que :

• Si une partie est détruite, le choc ne se répercutera pas à travers tout le système.

• Il y a une grande diversité de solutions développées avec créativité en réponse à des circonstances locales.

• Elle peut couvrir ses besoins même sans des déplacements et des transports importants.

• Les autres infrastructures et bureaucraties de l’économie des ‘intermédiaires’ sont remplacées par des alternatives adaptées aux besoins locaux à un coût drastiquement moindre.

 

Une résilience accrue et une économie locale renforcée ne signifient pas la construction d’un ‘mur’ autour de nos régions, villes et communes ni que rien n’est autorisé à y entrer ou à en sortir. Ce n’est ni le rejet du commerce ni d’une manière ou d’une autre le retour, dans une version édulcorée, à un passé imaginaire. C’est l’acceptation d’un accès direct remarquable au bien-être et un moyen d’intégrer le meilleur de ce que nous pouvons nous rappeler et inventer.

Ce qui est en jeu c’est d’être mieux préparé pour un futur plus efficace, plus autosuffisant, et donnant priorité au local sur l’importé.

 

L’autonomie d’une région telle que la Bretagne recentrerait tous les centres de décisions au cœur même de leur nécessité, accélérant la vitesse des réponses gouvernementales (dès lors bretonnes) et améliorant leur compatibilité avec des problèmes locaux. Chaque région autonome d’un Etat saura mettre en avant ces capacités et ces particularités. Se complétant les unes aux autres, garantissant une variété et une intensité de production. L’argent, circulant le plus possible localement, ne pourra plus fuir abusivement d’un bout à l’autre du monde, ni échapper aux impôts nécessaires à l’entretien des services publics. Même si pour cela, il faut institué des monnaies locales car c’est là qu’est leur pouvoir.

 

Il est tant d’enclencher une vraie transition** en Bretagne, même si d’autres régions n’ont peut être pas encore ce besoin déjà présent ici du fait de la situation géographique de notre région. Nous n’avons pas à souffrir de comparaison ou de généralisation. La Bretagne à la chance d’avoir conservé une culture traditionnelle riche et toujours en évolution, et c’est grâce à ces valeurs particulières qu’elle peut assumer l’expérimentation d’autres solutions peut être plus facilement que d’autres régions. Car pour oser se démarquer des autres sans se refermer, il faut être bien dans sa peau.

 

 Les changements nécessaires à la survie des habitants de notre société se feront car lorsqu’il n’y aura plus de travails en Bretagne, la pluie ne nous gênera définitivement plus car on crèvera de faim comme en 1675, et alors nous changerons de façons de travailler car nous n’aurons plus l’occasion d’être exploiter comme aujourd’hui. Mais il est possible d’anticiper ces changements et d’éviter la misère. A nous de faire ce qu’il faut sans en avoir peur. 

 


 

* Résilience : capacité d’une société à ne pas disparaître ou se désorganiser au premier signe d’une pénurie par exemple d’emplois, de pétrole ou de produits alimentaires mais, au contraire, de répondre à ces crises en s’adaptant.

 

** Documentation sur le mouvement de transition apparu en Grande Bretagne en 2006 et exemple de transitions possible sur : http://villesentransition.net

 

Jean R. Breton par choix.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.3/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Le taulier Le taulier 8 novembre 2013 11:05

    Avant de partir n’oubliez pas de rendre la Carte bleue « République française » et bon voyage.


    • bakerstreet bakerstreet 8 novembre 2013 11:48

      Si les bonnets rouges arrivent au pouvoir au pays, 

      moi je démonte ma niche, je me tire !

      Tiens, à propos, 
      On apprend qu’armox lux a fait fabriquer ces fameux bonnets en Ecosse !
      Ouest france nous rassure, l’étiquette est bien « made in breizh » !
      Ouf ! On respire.

      Ecosse, Eco-taxe....
      Pourtant, dans ce pays de bume et de malt, 
      L’étoffe des tartans,et le drap des fantômes
      leur vient parait-il des pays du soleil levant !

      Il y a des monstres du loch ness, un peu partout
      Qui ne disent pas leur nom !
      C’est à rien y comprendre cette valse des tankers et des camions
      Qui sortent leur exception nationale leur gwen ha du quand ça les arrange !
      Et exigent de l’europe ce qu’ils appellent des « restitutions »
      Pour exporter en afrique au brésil, des poulets dansant la salsa

      Les restitutions, c’est pas retour d’argent prêté
      ça veut dire en bon français, de l’oseile, du fric, du flouze
      Le breton qui est une langue de l’âme et des images
      N’est pas assez riche en mots sonnants pour parler de ces choses !

      D’est en ouest, et du nord au sud, on y perd son latin, son breton
      Et le sens des point cardinaux !
      Mais ne nous parlez pas des curés, on en a assez bouffé !
      le sang épais, le bras levé 
      Un peu bas du front quand il s’y met !

      Mais je voudrais pas cracher sur le pays
      « Peut-être ben que oui, que non ! »
      C’est pas pour rien que la bretagne est si près de la normandie !

    • Xenozoid Xenozoid 8 novembre 2013 16:57

      bakerstreet le besoin de trianguler ,est connu


    • @lbireo @lbireo 9 novembre 2013 03:49

      à bakerstreet, votre manie d’improviser des poèmes dans nombre de vos commentaires, me rappelle un autre agoravoxien pseudonommé voris. un lien entre vous ou s’agit-il d’un hobbie commun pour l’improvisation poétique ? cela dit je n’ai rien contre, travailler son coté artistique n’a jamais fait de mal à personne. (du moins récemment)


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 8 novembre 2013 11:20

      « Pourquoi je soutiens l’autonomie de la Bretagne (alors que je ne suis pas un facho) »

      Selon ce qui précède, tout « autonomisme » serait donc « fascisant » d’où la nécessité primordiale et immédiate de bien souligner qu’on n’est pas « fasciste ».
      Quelle connerie ! ! !...
      Cela ne donne absolument pas envie de lire la suite.



      • Jean R. Jean R. 8 novembre 2013 11:38

        J’ai choisi ce titre par provocation c’est vrai. smiley (Erreur de débutant sans doutte mais c’est comme cela qu’on apprend) Mais j’en ai tellement marre que les masses-médias utilise tout le temps ce raccourci... Que je n’ai pas pu cacher mon intention de briser la logique autonomiste = fachos. Essayez tout de même de lire la suite...

        (je suis l’auteur)

        <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

      • jnpri 8 novembre 2013 11:31

        Excellent article
        Ca change des inepties et commentaires consternants que l’on trouve habituellemnt sur ce site


        • @lbireo @lbireo 9 novembre 2013 03:52

          lisez vous vraiment tant de ces articles ?

          NB : les commentaires comptent aussi, ce sont les avis d’autre lecteurs.


        • Fergus Fergus 8 novembre 2013 11:36

          Bonjour, Jean R.

          L’autonomie des régions est le plus court chemin vers l’éclatement des nations, écartelées entre le pouvoir de l’Union européen et celui des grandes entités régionales. A manier avec énormément de précautions !


          • Jean R. Jean R. 8 novembre 2013 11:42

            Surement s’il n’y a que cela qui change, mais je me prends à rêver que l’on peut construire une société basée sur l’autonomie et l’autogestion, sans pour autant perdre de vue l’unité entre régions. Notre république est si figée depuis si longtemps... j’aimerais secouer le cocotier pour voir ce qu’il en tombera.

            <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

          • Richard Schneider Richard Schneider 8 novembre 2013 16:16

            Bonjour Fergus,

            Juste un mot : l’autonomie des régions françaises (rattachées à d’autres régions européennes) permettrait d’affaiblir encore plus l’état français : ne jamais oublier que c’est un des objectifs des pro-européïstes. Ainsi Bruxelles n’aurait face à elle plus aucune force organisée … 
            Heureusement, l’ensemble des citoyens n’est pas encore prêt à perdre le restant de son identité.
             Cf. le référendum en Alsace - qui a été un cinglant échec pour le PS, EEV, l’UMP etc … Seuls le PCF et le F de G, à gauche, et le FN, à droite, ont appelé à voter contre l’autonomie régionale de l’Alsace. Le 8 avril 2013 au matin, Richter et ses sbires n’ont pu que constater les dégâts. (Soulignons que les politiques ne furent pas les seuls écœurés d’avoir totalement échoué dans leur funeste entreprise ; la presse dans son ensemble aussi - Relire l’Éditorial du Monde daté du 8.04.2013).
            Les électeurs alsacien ont, semble-t-il, compris qu’ils mettaient le doigt dans un engrenage fatal qui verrait leur région annexée par le Baden-Wurremberg - bien plus puissant économiquement.

            Bonne fin de journée,
            RS

          • almodis 8 novembre 2013 17:10

            Fergus , ce que vous dites -ainsi que R.Schneider- est parfaitement juste ( et méconnu , hélas des « autonomistes » )

            MAIS PERMETTEZ MOI DE REVER que , le piège une fois connu , il ne se refermerait pas sur les Bretons rendus méfiants par les magouilles passées , méfiants vis à vis de cette Europe du fric !

             Lorsqu’on lit Jean R . , on voit bien que le modèle qu’il nous propose est un vrai changement de société , avec l’autosuffisance alimentaire , la prise de décision budgétaire , un système éducatif ( et , n’oubliez pas , l’enseignement agricole ! ) entièrement revu et adapté à la REGION , et en plus , une possibilité d’expérimenter à l’échelle locale UNE DEMOCRATIE PARTICIPATIVE .

            Alors , on rêve ensemble ? et merde à l’U.E. ?


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 novembre 2013 18:30

            @jean r

            demander la libération de la BRETAGNE est aussi stupide que de demander a nos élus nationaux d’etre honnetes ;; ;non cumulards et lobbyistes des grands groupes genre banquespétroliers

            si vous connaissez l’histoire de BRETAGNE vous savez qu’en 1675 LES BRETONS AVAIENT FAIT LEUR REVOLUTION DITE DES BONNETS ROUGES(contre les papiers timbrés de colbert)

            DANS LA CORBEILLE DE MARIAGE DE LA DUCHESSE ANNE IL Y AVAIT L ’EDIT DE CESSON QUI ENGAGEAIT LA FRANCE A NE LEVER AUCUNE TAXE SUR LES VOIES BRETONNES

            on PEUT DIRE ICI COCHON QUI D EN DEDIE POUR MOSCOVICE OU TOUS LES MINISTR ES DES FINANCES UMPS AYANT BAFOUE CET EDIT...DES ROIS DE FRANCE

            DONC L’ ECOTAXE NE NOUS CONCERNE PAS ET SI BERCY VEUT LA FAIRE PAYER IL FAUT
            LE DEMANDER AUX HYPERMARCHES QUI SUR UN PRIX DE VENTE DU PORC A 11 EUROS PRENNENT LA PLUS GRANDE MARGE 4’50 EUROS SOIT 42 % rappelons que le producteur
            touche seulement 3.50 EUROS IDEM POUR LE POISSON BRETON ACHETE AU MARIN A 3 EUROS IL SE RETROUVE A 15 EUROS SUR LES ETALS DES HYPERS

             RAPPEL AUX JACOBINS PARISIENS NOUS NE SOMMES PAS DES NIGAUDS OU BENETS NOS FEMMES NE PORTENT PLUS LA COIFFE MAIS LE BONNET ROUGE ELLE NE SONT PAS (pire insulte)DES BECASSINES lire l’excellent article de l obs sur madame hourmant de FO UNE DURE CHEZ DOUX

            NE COMPTEZ PLUS SUR NOUS POUR ETRE VOS CHAIRS A CANONS C EST FINI LE TEMPS DE BECASSINE LA GUERRE ECONOMIQUE DOITRE FAIT PAR NOS MINISTRES SENATEURS ET DEPUTES CONTRE L ALLEMAGNE DE MERKEL QUI SE FAIT TIRER L OREILLE PAR L’ UE ET LES USA POUR METTRE EN PLACE UN SMIC POUR LES 4 PAUYS DITS RICHES....DE L UE AU LIEU DE PAYER AVEC OU SANS CHARGES 5OO EUROS POUR 70 HEURES DE TRAVAIL AUX OUVRIERS DE L EST METHODE STASi de CETTE CHANCELIERE  


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 novembre 2013 18:32

             RECTIF SVP « DOIT ETRE FAITE »


          • Kern Kern 8 novembre 2013 18:35

            @ Tousensemble


            Quand vous aurez perdu cette manie des majuscules on pourra vous lire

            Dommage cela avait l’air interêssant pour une fois

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 novembre 2013 20:24

            Jean R,
            Ne rêvez pas trop, les eurorégions sont destinées à faire éclater les Nations façon puzzle, diviser pour mieux régner.

            Deux sources : Pierre Hillard : « La décomposition des Nations européennes. »

            et la vidéo d’ Asselineau : «  Euro-régions, allons-nous laisser détruire les Nations ? ».

            Pour l’instant, la Bretagne est sous perfusion d’argent public, vous vous tournez vers l’ Etat français, bonne pomme, et bizarrement, pas vers Bruxelles, qui vous a mis dans les choux.

            Et n’oubliez pas que les 1000 entreprises qui sont en train de déposer le bilan, sont loin d’être toutes bretonnes. Le taux de chômage en Bretagne est un des plus bas de France.


          • @lbireo @lbireo 9 novembre 2013 04:22

            @ Tousensemble

            il ne s’agit pas ici de libération de la Bretagne, mais de son autonomie.

            bien que dans les deux cas je préfèrerai voir la Loire-atlantique rattachée à la Bretagne (le château des ducs de Bretagne, c’est bien à Nantes non ?).

            les bonnets rouges actuels sont surtout un référence à la révolution du même nom. toutefois, un bonne partie des revendications peuvent trouver une justification, mais cest valable aussi pour d’autres régions. voyons voir d’abord ce qui est proposé, ensuite, si ça ne convient pas, on parlera de révolution.

            beaucoup de réformes et de taxe sont faites à la « va vite » et sans concertation locale. si l’on devait se révolter pour chacune d’entre elles, le pays serait plongé dans une guerre civile depuis des années !

            pour éviter une situation qui nuirait à toute la population, mieux vaut discuter un peu !

            si toutes les bonnes idées que j’ai vues dans les articles comme dans les commentaires depuis que je lis agoravox étaient appliquées, nous serions proche du pays idéal. mais comme les politiques de tout bords semblent penser davantage à leur intérêt qu’au bien commun, et surtout passent trop de temps à se tirer dans les pattes, nous devons nous contenter de la situation actuelle !

            chaque nouveau gouvernement hérite des erreurs du précédent, reste à espérer qu’un jour, quelqu’un en tire les leçons (même ci c’est clair que c’est pas gagné)...


          • @lbireo @lbireo 9 novembre 2013 04:32

            @ Fifi Brind_acier

            à savoir qu’une directive de l’UE oblige tous ses membres à préserver le patrmoine culturel régional (langue ou patois, culture, etc...), et est ignorée entre autres par la France depuis plus de 10 ans. et ce quelle que soit l’orientation politique du gouvernement en place.
            cqfd...


          • @lbireo @lbireo 9 novembre 2013 07:01

            par contre Tousensemble, je suis d’accord pour ce qui concerne l’édit de nantes. un engagement, c’est un engagement ! m^me si on n’est pas celui qui l’a signé.

            si l’édit était révoqué, alors ils auraient de vrai bonnet rouges sur les bras, et là, ça ne rigolerait plus !


          • @lbireo @lbireo 9 novembre 2013 07:04

            zut ! encore ce système qui ne permet pas d’éditer les posts et de corriger les fautes de frappe smiley


          • crawfish crawfish 8 novembre 2013 11:59

            Article intéressant, mais qui aurait gagné en clarté en étant plus court.

            Votre critique de la dilution des responsabilités et de la lourdeur administrative ( travers français accentués par l’actuelle mondialisation de l’économie) est pertinente, mais je suis loin ( à mon grand regret) de partager votre optimisme : la solution que vous préconisez me semble très difficile à mettre en oeuvre.


            • Jean R. Jean R. 8 novembre 2013 12:39

              Il suffit pour cela de ne lire que les caractère gras. Cela résume le texte.

               Pour autant je partage l’avis de chomsky, la concision empêche de défendre correctement des idées alternatives. Et c’est le jeu des masses médias, laisser parler l’alternative mais pas assez pour qu’elle puisse devenir « normale »...

              Quand à l’optimisme, ces changements sont déjà en cours et produise déjà des effets. seul leur nombre manque .

              <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

            • Jean R. Jean R. 8 novembre 2013 12:40

              * produisent

              <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

            • tesla_droid84 8 novembre 2013 16:47

              Attention Jean R, la stratégie de la régionalisation est celle une stratégie des mondialiste. Voir le livre de Pierre Hillard sur les Euro régions. Vous seriez étonné de savoir que la CIA a toujours poussé/aidé/financé les indépendantistes Basque/Catalan/Breton pour qu’ils deviennent « autonommes » mais toujours dans l’UE... Comment expliquez vous que des nations qui ne se sentent pas du tout écouté par l’empire européen, une région aurait plus de poids. Apres s’il s’agit d’une vrai indépendance (monétaire, fiscale, douanière), pourquoi pas mais ce serait triste de voir la France se deliter. Je préfererai que la révolte bonnet rouge contamine toute la France et nous sorte de l’UE.


            • @lbireo @lbireo 9 novembre 2013 04:44

              les différentes agences de renseignement américaines sont responsable de bien des maux, d’accord. mais pas de tous.

              pour qu’elles poussent, financent, etc... il y a bien quelque chose de préexistant.

              un peu comme un grogne générale.


            • alinea Alinea 8 novembre 2013 12:25

              La Bretagne est peut-être la région de France qui a été le plus arrosée ( sans vilain jeu de mots) par l’argent de l’État ( et de l’Europe) ! Certes, ce n’est pas le petit peuple qui en a profité !!
              Alors je la trouve bonne votre analyse !Il faudrait des bonnets verts en Bretagne pour faire place nette, et produire local ! Pas des productivistes polluants ( parce que l’on peut mettre un « s » à certains participes présents quand ils sont adjectifs !!!)


              • BarbeTorte BarbeTorte 8 novembre 2013 13:25

                « La Bretagne est peut-être la région de France qui a été le plus arrosée ( sans vilain jeu de mots) par l’argent de l’État »

                Voilà bien le genre d’affirmation gratuite qui n’est étayée par aucun argument. Alors vous mettez peut-être devant pour atténuer un peu.
                Qu’est ce que vous en savez au juste ? Comment pouvez vous affirmer que le Bretagne a touché plus de subvention nette (c’est à dire subventions moins impôts et taxes sur le territoire) par tête d’habitant que le Centre ou le Limousin ? Quand on sort de affirmations aussi péremptoires, ce serait pas mal d’avoir quelques éléments pour étayer le discours, vous ne croyez pas ?


              • bernard29 bernard29 8 novembre 2013 13:40

                Alinéa,

                 « La Bretagne est peut-être la région de France qui a été le plus arrosée ( sans vilain jeu de mots) par l’argent de l’État ( et de l’Europe).... ».

                j’ai bien lu le « peut être » aussi, mais où avez-vous trouvé cette information ? ...

                Maintenant l’ « autonomie régionale » c’est à mon avis une notion complétement virtuelle et dépassée. Les pseudos « autonomistes » font partie de ceux qui empêchent la régionalisation démocratique dont on a besoin. 

                 


              • Le faucon maltais Le faucon maltais 8 novembre 2013 15:56

                @ alinéa,

                Vous vous faites berner.
                Ce mouvement pseudo spontané breton est orchestré par le lobby du nouvel ordre mondial, pro mondialisation, pro-mariage gay, pro-prostitution, pro tout ce qui tue la France, qui veut justement faire passer les bretons pour des fachos, justement, en les attirant dans des manif violentes, et les assimiler à des extrêmistes.
                On vous descendra en flammes dans les médias, vous faisant passer pour des anti-français, alors que c’est le contraire.
                Les organisateurs sont d’anciens industriels mondialistes millionnaires, des bobos reconvertis dans le pseudo local, tout ça est du toc...

                Bretons ne vous faites pas avoir ! N’y allez pas, c’est un piège.


              • alinea Alinea 8 novembre 2013 17:54

                « peuit-être » parce que je n’ai pas les chiffres, mais à part les céréaliers du Nord, les subventions reçues par Doux et consort ne font pas rire ! et je ne parle pas des porcheries bien sûr !! Nulle part ailleurs l’agriculture est aussi intensive et nocive ! Alors, oui, luttons, luttons tous ensemble pour la préserver !


              • alinea Alinea 8 novembre 2013 17:55

                Pourquoi je me suis fais berner ? Et par qui ?


              • bakerstreet bakerstreet 8 novembre 2013 19:18

                Alinea a parfaitement raison. 


                Tout n’est pas que chiffre, d’ailleurs, il y aussi l’esprit. 
                Mais pour les faits, ils sont éclairants : Le jour où les subventions européennes s’arrêtent, ces boites mettent la clé sous la porte, ou font semblant, mettant leurs ouvriers en travers de la route, abattant les portiques......

                Le plus préocupant, c’est le battage médiatique, sans retenue ni analyse, ne voyant pas plus loin ni plus haut que le bonnet !

                En tout cas certains le perdent pas le nord. et profitent à fond de l’aubaine

                Je lis aujourdh’ui dans ouest france, que la député maire de Morlaix, dont la baie, et la qualité de l’eau ( pourtant très belle) sont particulièrement sinistrées, appelle à une refondation structurelle, ou un truc du genre....
                Novlangue pour faire le constat que la bretagne n’a pas perdu la bataille, si elle met en l’air les quelques règles environnementales qui lui restent, afin de rejoindre les autres pays emergents dans la course au strip tease ( déshabillé coquin, copain comme cochon.).

                Dans le texte :
                « Il faut supprimer ou alléger les normes asphyxiantes !
                Procédure d’extension ou d’agrandissement doivent être simplifiés
                Normes sur le bien être animal, ou loi littoral, doivent être assouplies !
                Trop de grands projets sont bloqués à cause de ces normes ! »

                « Cette rigidité normative, continue t’elle, est souvent la surtransposition en droit français, par la france elle même des directives européennes.
                Leur assouplissement, ( a t’elle le culot de conclure), ne contrarierait en rien l’objectif de préservation de l’environnement auquel tous les bretons sont attachés...

                Ouf...On frémit de penser à ce qu’il se passerait si cette région était autonome....L’europe est parfois un incitateur, parfois un »restituteur", parfois un paravent, parfois un bouc émissaire, parfois un fusible qu’il faudrait faire sauter !

                Qu’appelent ces gens, sinon au libéralisme déchainé, alors que cette région est déjà sinistrée, au plan environnemtal. Car ne croyez pas que cette déclaration soit unique. Elle est à l’expression dans plusieurs rubriques du journal, dont je me demande, d’ailleurs pourquoi je l’achète. Du moins cela a le mérite de montrer la pensée agissante !

                En d’autre terme : Retirons les fusibles, cassons le thermomètre, et en avant à toute pompe vers l’iceberg ! 
                Y a a pas de raison que le Titanic bourré de cochons, ne batte pas le record de la traversée de l’atlantique !

                Ce discours est de plus en plus récurent, je dirais que c’est l’étage deux de la fusée dans son accomplissement : D’abord s’attaquer au symboles, ensuite aux loies... 

                Des paquebots aux fusées, les métaphores ne manquent pas.
                Ce pays de cochons ressemble de plus en plus à un pays de shaddocks 

                At last but no least, le problème environnemental existe bel et bien, autant que le problème de santé : Passeport breton ou français, vous aurez bonne mine avec votre bonnet rouge, et votre cancer de la prostate.....

                Car il faut savoir que les cancer des voies digestives, en relation avec les pesticides, explosent totalement, et que le département bretons sont parmi les plus touchés.....le cancer de la prostate a vu une progression fondamentale de 500% ? en 25 ans !

                Bonnet vert ou bonnet bleu, je me fout de la couleur, mais il serait temps de mettre un coupe feu à la manipulation et à l’incendie !

              • alinea Alinea 8 novembre 2013 21:36

                Je parle d’agriculture


              • pissefroid pissefroid 8 novembre 2013 12:44

                Je ne suis pas d’accord avec votre texte.
                Cependant,
                j’ai pensé en le lisant que,
                hors de l’union européenne,
                hors de l’euro,
                la france aurait les moyens de se protéger contre la mondialisation.


                • cathy30 cathy30 8 novembre 2013 13:05

                  Le piège s’est refermée sur la Bretagne. Bientôt sur l’Alsace et la Lorraine. Car l’Europe n’a aucune reconnaissance.


                  • BarbeTorte BarbeTorte 8 novembre 2013 13:26

                    Quelle région Bretagne autonome.
                    La région administrative actuelle, dessinée par Vichy ? Ou la région Bretagne à 5 départements, avec Nantes ?


                    • Jean R. Jean R. 8 novembre 2013 13:30

                      allons qui croit encore que vichy ai fait quoi que ce soit de bon ? (désolé pour la gendarmerie...) smiley

                      <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

                    • @lbireo @lbireo 9 novembre 2013 05:02

                      d’accord avec jean R. sur ce point.


                    • Yohan Yohan 8 novembre 2013 13:44

                      Une France nourrie aux mamelles d’un Etat obèse ne peut qu’engendrer des paralytiques.

                      L’Etat est présent aujourd’hui à Marseille, et à Rennes... pour faire quoi ? pour arroser de subventions ceux qui qui brûlent des pneus Il est grand temps de changer de logiciel, mais on ne le fera jamais, car la seule justification d’un poste de député, de sénateur ou de ministre tient aux subsides qu’ils sont susceptibles de déverser sur leurs électeurs.
                      Si je soutiens les bretons, ce n’est certainement pas pour plus d’Etat, mais bien pour moins d’Etat, et notamment moins de taxes. 

                      • bourrico6 8 novembre 2013 15:10

                        Je te signale à tout hasard qu’il arrose aussi les entreprises, par des aménagements, par des déductions fiscales.

                        Moins d’Etat ?
                        Très bien on démonte les infrastructures d’origine étatique, et on va voir ce que tu vas faire sans Etat.
                        Pas d’Etat, pas de police, pas d’armée, pas de routes, pas d’aéroport, pas de chemin de fer, etc, etc.

                        Tu te trompes d’ennemi et tu t’en rends même pas compte, l’Etat se fait démembrer de l’intérieur, et toi tu veux l’achever de l’extérieur, ça va vachement t’avancer au final tiens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès