Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pourquoi Sarkozy est allé au Fouquet’s

Pourquoi Sarkozy est allé au Fouquet’s

Pourquoi le nouveau président, Nicolas Sarkozy, a-t-il fêté son investiture au Fouquet’s, devant 20 millions de télespectateurs ? Pourquoi passe-t-il sa « retraite » sur un yacht de luxe, au large d’un paradis fiscal, où il s’est rendu en jet privé ? Réponse : pour battre la gauche en 2012.


On pourrait s’étonner qu’un président de la République aille, au soir de la victoire, fêter son élection dans un restaurant de luxe des Champs-Elysées, avec un parterre de stars, alors qu’il est attendu par 30 000 de ses supportes à la Concorde.

On pourrait s’étonner que ce même président, enfin parvenu à la Concorde, s’y affiche, en un instant aussi solennel, avec ses futurs ministres, comme François Fillon, aux côtés d’Enrico Macias, de Jean-Marie Bigard ou de Mireille Matthieu.

On ne comprend pas, ensuite, qu’après avoir passé la nuit au Fouquet’s - alors qu’il est, comme la presse nous l’a appris, l’heureux propriétaire d’un duplex sur l’Ile de la Jatte, à Neuilly -, il s’envole en jet privé à Malte, une destination de vacances pour milliardaires, avant de se rendre, en limousine Mercedes, séjourner sur un yacht de luxe.

Et qu’il persiste à appeler ça, tout comme son staff, qui n’a eu de cesse de le répéter, une « retraite »... ?

Sauf que... Tout cela est très cohérent. C’est cohérent, en particulier, avec les forts accents religieux des derniers meetings de Sarkozy, avant son élection. Ainsi, au Mont Saint Michel : « J’ai touché l’âme de la France (...) je me suis senti proche des moines qui avaient défié l’océan et le sable pour adresser à Dieu l’une des plus belles prières que les hommes aient jamais adressées au ciel ». On songe également à son discours du soir du premier tour, avec son adresse aux malheureux, aux pauvres, à tous ceux qui souffrent... Et à cette gestuelle très biblique affectée, en toutes occasions, par Nicolas Sarkozy.

Alors, formulons une hypothèse. Formulons l’hypothèse que les communicants de l’UMP - où comme l’a rappelé l’UMP Valérie Pécresse au soir du premier tour « On n’improvise jamais » - agissent de manière délibrée depuis le soir du 6 mai 2007. Qu’ils présentent le nouveau président sous un nouveau jour, pour imposer une nouvelle image, qui expliquerait aussi cette irruption étrange du religieux dans la campagne, dans les propos et les gestes de Sarkozy.


Cette nouvelle image, on pourrait la définir de quelques mots : elle est très exactement celle d’un monarque républicain. D’un homme qui allie, ensemble, la droite et la gauche. Qui, au soir du premier tour, remercie son adversaire, et ses électeurs. Qui légitime son pouvoir par des symboles religieux - chez les vrais monarques, on songe au rituel des mariages princiers, où le futur roi, au contact de la foule, reçoit un premier sacrement.

Mais qui, également, vit avec son temps. C’est-à-dire dans les pages people des magazines. Où la population est-elle, aujourd’hui, en contact avec les princes, si ce n’est dans les pages de Voici, Gala, Closer... Tout le monde a déjà vu, au moins une fois, ces photos prises au téléobjectif de la princesse Stéphanie ou de la princesse Caroline sautant dans l’eau, en maillot de bain. A la fois si proches, avec les cheveux mouillés, sans apprêt, et si lointains. Cette lointaine proximité qui, combinée au facteur religieux, est devenue la marque des monarchies modernes.

Cette stratégie présente plusieurs avantages.

Elle met en contact direct le nouveau président avec le peuple. Car les électeurs, aussi, rêvent de vacances paradisiaques ou de fêter leur anniversaire au Fouquet’s. Et ils lisent, massivement, la presse people.

Elle le place au-dessus des partis, dans un ailleurs de rêve et de hauteur, loin de la mêlée politique. Elle le légitime, via un discours religieux
- la « retraite ».

Elle pousse la gauche à réagir et donc, ce faisant, à se placer sur un terrain et dans une temporalité dictée par l’UMP. Ce qui a été le cas pendant toute la campagne, hormis lors de l’épisode du débat Royal-Bayrou, et c’est sans doute ce qui a expliqué la panique de l’UMP à ce moment, et sa maladresse dans l’interdiction du débat à la télévision. Jamais le PS n’a eu l’initiative, marchant dans tous les plans médias, répondant à toutes les provocations - comme celle sur Mai 68, qui visait à séduire, avec le succès que l’on sait, l’électorat des plus de 60 ans. Et ça marche. Si le PS ne réagit pas, s’il ne sort pas des débats lancés par l’UMP pour imposer ses thématiques, s’il n’apprend pas les bienfaits de l’indifférence à la communication sarkozyste, il est perdu pour encore cinq ans.

Enfin, dernier atout de cette stratégie : elle redonne des forces à l’extrême gauche, dans l’espoir de contrecarrer le processus de glissement du PS vers le centre, qui constitue une réelle menace pour l’UMP.

Quand il est allé au Fouquet’s, ce soir du 6 mai 2007, Sarkozy a accompli un acte politique. Le premier en vue de sa réelection, en 2012.


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 11 mai 2007 10:07

    pipole 1er allait quand même pas crouter chez mac do , on l’aurait accusé de bushisme smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 11 mai 2007 10:34

      MAIS BANDE DE RACAILLES VOUS NE SAVEZ PAS QU’UN PRESIDENT, CELA FAIT CE QU’IL VEUT !!! smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 11 mai 2007 14:19

      MAIS BANDE DE RACAILLES, VOUS NE SAVEZ PAS ENCORE QU’UN PRESIDENT, CELA FAIT CE QU’IL VEUT !!! smiley


    • Icks PEY Icks PEY 11 mai 2007 10:11

      Analyse discutable mais intéressante.

      Bien cordialement,

      Icks PEY


      • Rage Rage 11 mai 2007 23:27

        Bonsoir,

        Analyse complètement bidon, mais néanmoins pas fausse sur l’aspect « que le PS me suive dans ce jeu là ».

        Si le PS n’avait rien dit sur mai 68 par exemple on aurait dit « Qui ne dit mot consent ». Vu que le PS parle, maintenant c’est « le PS se fait avoir ».

        Arrêtez de planner : l’UMP matraque sa marque marketing et le vrai problème du PS ce n’est pas de jouer le jeu, mais plutôt de ne pas savoir en construire un autre.

        Quand Bayrou a changé de disque, changeant de fait la donne, ça a commencer à paniquer à l’UMP : ce n’était pas prévu.

        Si l’opposition veut briser Sarko, c’est très simple : il faut lui renvoyer le mirroir et prendre la main. Aux échecs cela s’appelle endormir l’adversaire, le provoquer et le pousser la faute.

        Quant à l’aspect « Fouquet’s and Malta beach », outre les croyances dans un culte de neo-templiers machin chose, je pense qu’il faut être plus terre à terre : Sarkozy c’est 2 millions d’euros d’actifs, des prêts qui permettent de faire « fléchir » l’ISF et des bons potes dans le show bizz pour faire sa promo et son affichage.

        En face, Bolloré, c’est un homme d’affaire et plus exactement un requin des plus values en « raid » avec des visées sur les médias.

        Sarko étant le produit médiatique par excellence, les 2 ont eu tôt fait se croiser, dans Voici comme dans Le Point.

        Conclusion : Votre analyse porte à sourire, mais là où personne n’a capté, c’est que Sarkozy est un néo conservateur marketé à grand coup de show business et de médias : même Bush n’était pas allé aussi loin.

        Conciliant conservateurs/libéraux/médias/finances, Sarkozy cristallise tous les pouvoirs « forts » et sera le président de tous les dangers. La France va changer, mais sûrement pas comme ses électeurs le pensaient...

        Sarkozy veut plus que le pouvoir : il veut une reconnaissance absolue (d’où la volonté de gouverner seul mais avec tous comme faire-valoir) et marquer l’histoire.

        Son but est sa faiblesse, c’est là qu’il faut tapper.


      • Philippe Moreau Philippe Moreau 12 mai 2007 00:01

        @rage

        Vous écrivez : « Si le PS n’avait rien dit sur mai 68 par exemple on aurait dit »Qui ne dit mot consent« . Vu que le PS parle, maintenant c’est »le PS se fait avoir« . »

        Je réponds : Le discours sur mai 68 de Sarkozy était totalement creux. Il était destiné à flatter l’électorat conservateur des plus de 60 ans - qui se souviennent de la « chienlit » -, à diviser la gauche, à un moment où elle avait besoin d’être rassemblée, et à l’empêcher d’avancer des propositions positives. Il la forçait à réagir. Au lieu d’avancer. Il aurait fallu répondre quelque chose comme : « Monsieur Sarkozy nous parle du passé, moi 68, ça ne m’intéresse pas, ce qui m’intéresse, c’est la France en 2007 » et embrayer sur les propositions du PS.

        Vous écrivez : « Si l’opposition veut briser Sarko, c’est très simple : il faut lui renvoyer le mirroir et prendre la main. Aux échecs cela s’appelle endormir l’adversaire, le provoquer et le pousser la faute. »

        Je réponds : Non, ce n’est pas simple. La stratégie du miroir n’est pas efficace, parce que Sarkozy se nourrit des débats sur son image, et sur ses « fautes ». Rien de ce que l’opposition ne peut dire sur lui ne l’affaiblit. Le PS est à côté de la plaque. Tragiquement. Il faut avancer sur ses propres personnalités, mettre des jeunes en avant, parler de ses propres propositions. Et laisser Sarko de côté. Sinon, vous faites exactement le jeu de ses communicants. Ne vous y trompez pas : nous avons assisté à la première campagne électorale « moderne » - en bien et en mal - que la France ait connue. Les vieux trucs ne marchent plus.

        Vous écrivez : « Sarkozy veut plus que le pouvoir : il veut une reconnaissance absolue (d’où la volonté de gouverner seul mais avec tous comme faire-valoir) et marquer l’histoire.Son but est sa faiblesse, c’est là qu’il faut tapper. »

        Je réponds : Taper sur lui, comme on l’a vu amplement, c’est le renforcer. Vous n’arriverez à rien avec ça. Tout est planifié, jusqu’à votre désaccord. Vous servez sa propagande en lui prêtant ces ambitions. Sarko est un produit. Qu’on en parle en bien ou en mal, tant qu’on en parle, il grandit. Regardez les sondages après l’affaire du yacht et vous ne pourrez aboutir qu’à un constat : il est toujours aussi populaire. Vos recettes, je suis désolé de le dire, appartiennent au passé. Si vous voulez le battre, il faudra en changer. Il ne faut plus être naïf, c’est une machine électorale que vous avez en face de vous, pas un Prince isolé dans sa superbe, avec des défauts et des failles. Il faut imaginer de nouvelles stratégies.


      • Cangivas 12 mai 2007 02:43

        @ l’auteur,

        D’accord avec vous sur l’ensemble de votre texte (vous auriez même pu me semble t-il aller plus loin dans l’analyse et le décryptage... puisque pour Sarkozy chaque image de lui compte) et de votre message à quelques exceptions près dont les deux suivantes.

        1/

        Avoir un ou plusieurs coups d’avance sur son ou ses adversaires, ce n’est pas nouveau ou moderne pour reprendre votre expression.

        Ce qui est nouveau est qu’un homme politique se refuse apparemment à déroger à cette règle ne serait-ce qu’une seconde, alors que nous vivons une époque apaisée (comparativement à d’autres).

        2/

        Vous dites que Sarkozy est un produit. Moi, je ne sais pas.

        Est-ce un roman dont il écrit lui-même les lignes (en utilisant les moyens de son temps c’est à dire la presse « peopolisée » et les médias internationaux 24/24, et les acteurs de son temps c’est à dire les acteurs puissants de la finance, du grand patronat, etc.) pour entrer dans l’histoire (à la manière d’un Bonaparte)...

        ... ou est-ce un produit dont il est la « victime » consentante (des acteurs mentionnés ci-dessus) et utilisant tous les moyens de son temps pour n’acquérir qu’un peu (ou beaucoup) de gloire et beaucoup d’argent (à la manière d’un Berlusconi) ?


      • Cangivas 12 mai 2007 03:01

        @ l’auteur,

        Il y a une photo que vous n’avez pas commentée.

        Celle où Sarkozy pose à l’arrière du yacht de Bolloré qui arbore un drapeau britannique (que Sarkozy aurait pu me semble t-il virer s’il l’avait voulu).

        Est-ce pour signifier à l’étranger (ou/et aux Français) que « voilà, la France adhère maintenant pleinement au libéralisme anglo-saxon... finie l’exception française (réelle ou supposée) » ?

        Ou est-ce un message au peuple anglais pour lui indiquer : « le couple franco-allemand c’est une obligation et je devrais aller à Berlin... mais ma préférence - et je ne peux le dire publiquement - va à la Grande-Bretagne ».

        Ou est-ce autre chose. Voire rien.


      • tvargentine.com lerma 11 mai 2007 10:30

        Personnellement si le métier que je fais me permettrais de m’offrir cela,je n’hésiterais à le faire.

        Sarkozy est un avocat qui à bien gagné sa vie il a le droit de dépenser son argent comme il se souhaite.

        Allez vous contester les dépenses de votre voisin ?

        Arrêtez cette haine stérile qui ne mène nul part et vous ne devez que vous en prendre qu’a vous même car en soutenant la candidature d’une techno choisi à la mode star académy avec des votants à 10 euros,on obtient ce résultat pitoyable d’un parti en faillite intellectuel

        Soyez plutôt constructif


        • Claudel 11 mai 2007 11:04

          Stoppons-là tout de suite le nuage de fumée qui est en train d’être construit autour de cette histoire.

          Ce qui est choquant, ce n’est pas (ou peu) que Sarko se prenne pour le Roi Soleil et affiche ses gouts de riche et son mépris de la médiocrité. Après tout, il en a le droit. Et, ca fait réver les lecteurs de Paris-Match

          Non, ce qui est révoltant, c’est la prise illégale d’intérêt. Elle est d’ailleurs punie par la loi. Traffic d’influence, ca vous dis quelque-chose ?

          Y’en a marre de se faire berner par ces politicos verreux qui disent ne pas trahir, ne pas mentir, mais qui sont en fait pourris jusqu’aux os.

          J’aimerai bien que la justice fasse son travail dans cette démocratie bananière.

          Mes sources ? tout simplement l’AFP : http://fr.news.yahoo.com/10052007/202/le-groupe-bollore-s-est-bien-vu-attribuer-recemment-des.html

          Il n’aura même pas attendu d’être investi pour commencer à mentir, et à profiter de sa prochaine nouvelle fonction.

          http://www.lemague.net/dyn/spip.php?article3358


        • Vincent 11 mai 2007 11:45

          @ Lerma

          « Sarkozy est un avocat qui à bien gagné sa vie il a le droit de dépenser son argent comme il se souhaite. »

          Petite rectification, si notre président est effectivement diplômé en droit et membre d’un cabinet d’avocat, il n’a jamais plaidé ou presque jamais plaidé.

          Par contre il continue de toucher les dividendes versés par le cabinet dont il est associé. Alors me dirait-vous pourquoi touche-t-il des dividendes s’il n’agit pas directement dans ce cabinet ?

          Quand on observe dans quelles affaires, le cabinet auquel il est associé, officie, on comprend un peut mieux.

          Son cabinet est missionné entre autre pour les expulsions des locataires consécutive aux ventes à la découpe par un organisme sous influence direct ou indirect de notre président.

          Son cabinet assure aussi la défense de la mairie de Levallois (dirigée par Patrick Balkany)

          Alors si gagner de l’argent sur le dos des contribuables d’autres communes pour défendre vos amis qui eux même ont détourné de l’argent à leur propre profit, vous trouvez cela une façon honnête de gagner de l’argent, c’est votre affaire, personnellement cela m’indispose fortement.

          Maintenant il est vrai que si vous gagnez honnêtement de l’argent, vous avez le droit de le dépenser à votre guise.

          Mais cette histoire de yacht me rappelle bizarrement un peu la famille Kennedy, souhaitons tous de même un autre destin à notre nouveau président.

          Enfin pour finir il n’a pas déboursé un suel cent d’euro, il était invité.


        • TiBo 11 mai 2007 13:29

          Invité... Et de plus par un grand patron. Cette sorte de lobbying est très pratiquée aux états-unis... Et nuit, à mon sens, grandement à l’indépendance de la sphère politique.

          En effet, après ce cadeau, comment monsieur sarkozy pourra rester neutre devant les revendications patronales ? Ne sera-t-il pas tenté de lui aussi faire un « cadeau » à ce patron en retour ? (à moins que ce ne soit déjà le cas, d’après ce que j’ai compris...)

          Je ne rentre pas dans le jeux des « mechants patrons et des gentils travailleurs », je dis simplement que pour quelqu’un qui se présentait comme le candidat du peuple « qui se lève tôt », c’est plutôt mal partit...


        • Ioannis 11 mai 2007 13:32

          Mais il ne paye pas ses vacances, il est invité ...

          Pareil au Fouquet’s c’est pas lui qui paye c’est le patron qui invite ...

          Mais très belle tentative de diversion :)


        • Rage Rage 11 mai 2007 23:39

          En tant que Président, accepter des invitations se « réfléchit » à deux fois.

          Si Royal avait été élue et qu’elle avait fait la même chose : quels cris d’orfrais on aurait entendu !

          Mais là, ce n’est pas grave, puisque la presse cautionne et que les lobbies sont là pour bénir le tout.

          Comme le dit le collègue là haut, et c’est bien là tout le drame du PS, c’est qui si on se penche sur les FAITS et les ACTES, Monsieur Sarkozy ressemble plus à l’avocat du diable en mode passif et déguisé en petite fille, qu’à une sainte nitouche.

          Le Cabinet de M.Sarkozy n’a rien à envié à M.Vergès (d’où la proximité sans doute avec M.Virenque) puisque ses activités consistent à défendre « la veuve et l’orphelin » contre les ripoux missionnés sur ordre. Mais une fois les ripoux condamnés, vient le 2ème tour du cabinet, qui vient cette fois-ci les défendre contre l’Etat (que Sarkozy haie plus que tout) et qui fait gobber par exemple que des M.Blakany sont des victimes alors que ce sont des voleurs.

          L’état français volé par ses réprésentants, au nom de la justice et de l’état, pour leurs propres intérêts : cela s’appelle être juge et parti donc conflits d’intérêts.

          Bush a fait de même par « méthodes interposées » pour faire fructifier ses actifs pétroliers. Sarkozy reprend la même piste, pour des actifs médiatiques entre autres.

          La séparation des pouvoirs n’est pas une question ancienne : elle sera le prochain combat des démocrates du 21ème siècle.


        • ExSam 11 mai 2007 10:50

          Analyse un peu tirée par les cheveux mais crédible.

          Quand à la gauche et la communication, j’irais plus loin en disant que la gauche, si elle veut survivre, doit combattre la communication, de toutes ses forces, avec les armes de l’ennemi.

          Il serait dommage de terminer sans saluer les Editions DANGER PUBLIC qui proposent des ouvrages de qualité, loin de la maîzena obligatoire sur le territoire des vieux cons et de l’UMP.

          On est pas obligé d’acheter CalliGraSeuil, pas plus qu’on est obligé de reconnaître Sarko comme légitime président.


          • Chichile Chichile 11 mai 2007 14:22

            Je suis dans le regret de vous dire que vous devez reconnaître Sarko comme légitime président, c’est le résultat des urnes.

            Par contre, vous reconnaître dans Sarkozy, c’est votre choix.


          • ExSam 11 mai 2007 16:17

            Non.

            Sarko a fait voter un million de gens avec machines électroniques, ce qui pose déjà un sérieux doute sur la validité de l’élection.

            Mais surtout, s’il a été élu selon les formes légales, la lépénisation de sa pratique, comme de son discours, est inadmissible pour un président démocratique et porteur des valeurs de la République.

            Ce type-là a bcp plus à voir avec Pétain qu’avec de Gaulle.

            Il faut ajouter le matraquage éhonté par les médias qui ont conduit directement à son élection, par imposition de son nom et de ses valeurs, suppression de dix des douze candidats, puis démolissage systématique de la candidature Royal.

            Pour résumer voilà un individu dont l’élection me semble, au plan des bulletins, douteuse.

            Voilà un individu qui porte des valeurs lepénistes et les met en pratique (considérer les gens comme digne du Karcher, ça veut dire les considérer comme des déchets ; critiquer la justice alors qu’il la dépouille, régler le cas de chaque citoyen par un tour de vis répressif, mépriser l’expression citoyenne en refusant le réferendum sur l’UE, s’asseoir, exactement comme le fait le Pen en truquant sur ses impôts alors qu’il fustige la « Ripoublique », sur la justice qu’on demande, en cumulant les mandats, en mentant sur les tenants et aboutissants de la Jatte...), bref c’est un répertoire à la Prévert, à la Kafka plutôt, que les actes et les intentions de cet individu.

            Sans parler des mesures de son programme qui ne s’intéressent, ne pensent et ne s’activent que pour une catégorie de la population : les riches ;

            C’est donc un politicien qui a une conception de la démocratie censitaire. Cet évident paradoxe le rend particulièrement anti-social, comme les mesures qu’il envisage.

            Réduire le peu que paye les riches (ils payent sur leurs revenus et bien immobiliers, mais quid des oeuvres d’art, par exemple...), supprimer 40000 fonctionnaires de l’éducation - qu’on imagine un peu cette folie qui peut doubler les effectifs des classes ; les parents se rendent-ils compte un instant du sabordage de l’Education Nationale qui est fomenté, alors que le même promet de s’occuper de tous les enfants de la Terre, de préserver notre modèle social, notre éducation, et même les martiens...-,

            On n’oubliera pas non plus qu’il casse le Code du Travail, cet instrument qui rend les rapports entre patrons et employés régis par la loi.

            Contrairement à ce qu’affirment les « modernes » du MEDEF, le fait que les relations entre un patron et un salarié soient régis par la loi, sur toute la France, permet d’opposer la loi aux abus possibles du patron .

            Alors que la pratique du contrat, c’est permettre à un patron d’imposer ce qu’il veut, du moment que l’accord de branche, d’entreprise, voire son humeur lui en donnent le droit.

            Car un contrat patron-salarié est aussi égal qu’un match entre un individu quelconque et Rafael Nadal.

            Il y a de plus en plus de chomeurs, huit millions de français pauvres. Le patron, quel qu’il soit, peut demander ce qu’il veut ou quasiment. Le salarié négocie avec un pistolet chargé sur la tempe. Sauf si la loi borne les abus.

            En conséquence, il faut rappeler, malheureusement trop tard, mais les réveils vont être très douloureux pour les jeunes entre vingt-cinq et trente ans, il faut rappeler donc les évidences.

            La première étant que contrairement au règne du contrat, la loi est une excellente chose, nécessaire à tout les salariés, entre autres.

            Sarko est un signal fort au patronat. cette quasi-destruction du Code du Travail en est le prolongement. Elle n’aboutira nullement à donner plus de liberté, de puissances aux salariés, mais aux patrons, comme je viens de le montrer.

            Ainsi, il faut s’attendre sans coup férir, à ce que les patrons licencient plus et plus vite, les précaires soient encore plus vite dehors et que les chomeurs ne touchent plus rien.

            Cerise sur le gateau les actifs vont « travailler pour gagner des miettes en plus », alors que le patronat n’embauche pas, mais licencie de plus en plus, ce qui « oblige » l’Etat à maquiller et à radier à fond. Tout en assurant que l’Emploi est sa priorité.

            A ce niveau de dangerosité, de mensonge et d’indécence, je crois que le fait de qualifier Sarko d’illégitime, c’est lui faire un cadeau.


          • Marc Viot idoine 11 mai 2007 11:22

            D’ailleurs, ceux qui le critiquent n’ont rien compris : Le Sarkozy, en se ramènant dare dare, après avoir été obligé d’écourter des vacances « méritées » va pouvoir se poser en victime de la vindicte intellectuel ...

            Alors franchement, qu’il y reste en vacance !

            D’ailleurs pour faire bonne mesure, je propose qu’à l’avenir le peuple ait la joie d’élire président, celui d’entre nous qui aura mérité des vacances de rêves ... à vie.


            • Christoff_M Christoff_M 12 mai 2007 01:07

              Etrange ces propos méprisants sur les électeurs, et la suffisance des opposants à NS qui par du peuple manipulé, des vieux cons, du populo pas malin qui a voté SARKOZY...

              Alors selon vous les électeurs sont vieux illettrés ne regardent que la télé... et vous les jeunes prétentieux de l’élite de gauche, à force de vous cacher derrière vos écrans, vos pseudos, vos groupes de réflexion qui ne débouchent que sur la pensée correcte et unique, vous ne croyez pas que vous vous regardez un peu le nombril !!

              A force de ne pas regarder devant, vous allez droit dans le mur ; l’élection est passée ; le résultat est là et il y a des types « jeunes », qui sont complètement instrumentalisés par de vieux gauchos malsains, qui pensent qu’ils vont refaire 1968 !! Mais la pietre agitation des émeutes de la Bastille montre les limites de tout cela...

              Nous sommes en 2007 et il temps de tourner la page avec des clichés ; l’ UMP est récent et s’est réformé , tous les autres partis datent et n’ont pas été capable de se remettre en cause et de se réformer ce qui explique l’effondrement du FN, du UDF, du PC, et surtout récemment du PS qui est train d’imploser car toutes les tetes du PS s’entredéchirent pour le pouvoir...


            • chmoll chmoll 11 mai 2007 11:42

              les socialos aussi étaient sur un bateau

              heu ct l’titanic j’crois


              • Webes Webes 11 mai 2007 12:08

                Dans ton titre tu aurais du ajouter « et avec qui » La liste des invites est edifiante. Mr Desseigne patron du groupe Barriere (a qui appartient le Fouquets) lui devait bien ca apres le service que Nico leurs a rendu en tant que ministre de l interieur en empechant le groupe Socodem (concurrent du groupe Barriere dans les jeux) de s installer en gironde.

                Et petite remarque qui est hors sujet. Quand le groupe Bollore nous explique que les commandes d etat ne represente rien dans le C.A du groupe, il devrait aussi nous eclairer sur les moyens (diplomatiques et militaires) que l etat Francais deploit pour proteger ses interets en Afrique.


                • Bulgroz 11 mai 2007 12:23

                  et sa (l’UMP)maladresse dans l’interdiction du débat à la télévision.

                  Avez vous des sources sur cette information ? Je suis preneur.

                  Ce que je sais est que les media nationaux ont interrogé le CSA sur la viabilité d’un tel débat eu égard aux règles électorales. Le CSA a répondu : « c’est votre responsabilité et à vos risques et périls.Le temps de parole de Royal dans le débat Royal-Bayrou devra être décompté quelque part. Vous ne pourrez donc pas transmettre le débat Sarko Sego. »

                  C’est trop facile d’insinuer de graves accusations sans preuves ainsi que l’ a fait Bayrou : « j’ai des certitudes mais pas de preuves. »

                  Merci donc de nous donner vos sources.


                  • Ioannis 11 mai 2007 13:42

                    Oui c’est très simple.

                    L’UMP a été contacté par ceux qui ont essayé d’organiser ce débat. L’UMP a refusé catégoriquement tout tant d’antenne sur ces radios ou télévision interdisant du coup au regard des règles du CSA ce débat.

                    Ils l’ont donc belle et bien tenté de l’interdir et de manière légale.


                  • Hub. Hub 11 mai 2007 13:03

                    Article trés éclairant, bravo !

                    Vous mettez trés bien en évidence le comportement calculé de notre nouveau président. En effet qui pourrait croire une seconde que tout cela fut spontané ? L’idée que cette façade soit destinée à installer un pouvoir de référence quasi-absolu puisque « divinisé », « monarchisé » et donc au dessus des partis, me semble être une approche tout à fait crédible de la stratégie en marche.

                    Le futur bipartisme à la française pourrait donc de se recomposer avec d’un côté les laïques républicains et de l’autre des néo-monarchistes idolâtres.


                    • Christoff_M Christoff_M 12 mai 2007 01:34

                      Decidemment vous avez une vision tres réductrice des électeurs, vous oubliez la création du MD et la liste du premier tour avec douze candidats ; émergence de la LCR et peut-être bientôt la fondation d’un nouveau parti de gauche !!

                      Alors simplifier les choses c’est se rassurer quand on ne comprends plus rien au monde dans lequel on vit...

                      Le cliché de la France bipolaire est en train d’exploser, et ce pays, replié sur lui même, refusant le reste du monde, englué dans des idéologies d’un autre age, dans ses contradictions, dans son protectionnisme... et les vieux soixante huitards sont dans un parti poussiéreux le PS ou passé simple, qui n’arrive meme plus à avancer à l’image de DSK et HOLLANDE qui n’arrivent plus à courir depuis longtemps... la motivation et les barricades sont bien loin et 68 est mort avec des descendants qui n’ont pas plus de courage que de convictions...


                    • Hub. Hub 12 mai 2007 11:32

                      Rassurez-vous, je ne faisais là que de la politique-fiction en fonction de ce que l’on peut entr’appercevoir au vu du comportement de nos futurs dirigeant qui reste eux, plus que jamais, dans cette vision bipolaire de la société. Tout n’a t-il pas été fait pour ramener sans cesse le débat sur le terrain classique de l’opposition droite-gauche ?

                      Alors pour demain, peu importe à notre futur gouvernement quelle sera, et entre qui sera cette opposition, pourvu qu’elle soit. Les gentils contre les méchants, c’est puéril je vous l’accorde mais je crains que cela ne fonctionne encore demain, hélas, tant beaucoup de gens ont encore besoin de responsables désignés de leurs propres maux...


                    • Fiwa 11 mai 2007 13:10

                      En 1998 Sarkozy etait l’un des avocats conseil (je ne sais pas si cela veut dire qu’il plaidait ou pas, si quelqu’un à des precisions)de Martin Bouygues lors d’un proces intenté contre Bolloré. C’est depuis cette affaire que les deux hommes d’affaires sont enemi total. Apparament le coup « nous sommes des amis de 20 ans » est completement bidon ...


                      • maxim maxim 11 mai 2007 13:42

                        voilà pourquoi Sarkosy est allé au Fouquet’s ......

                        Sarkosy avait dit avant les resultats,« si je gagne,tous au Macdo ,vous verrez ,ça plait à la populace ,et puis il y a longtemps que je n’ai pas mangé avec les doigts » en arrivant chez le restaurateur rapide,il y avait ,comble de l’ironie ,le special Mac Royal ....aussitot,ils passerent commande de ce juteux etouffe chretien .....

                        quelqu’un de l’entourage de Sarko dit « faisons gaffe,il parait que José Bové traine dans le coin avec ses potes ,et comme on connait le sort qu’ils reservent aux Macdos,il vaut mieux qu’on se casse ... » ...

                        « alors ,allons en face au Fouquet’s !!! »suggera Sarko.....

                        sitôt dit sitôt fait ,et les comperes atterrirent en façe ....au Fouquet’s ......

                        dans le decor somptueux de l’etablissement ,après avoir ete congratulé par le tout Paris ( je passe sur la liste des noms) ....et porté force toats à sa victoire ,et dans le brouhaha ,Sarkosy dit à un de ses proches ,« j’irai bien faire un tour aux chiottes !!! » dans le brouhaha donc,mr Bolloré qui etait de la fête,et ayant entendu le desir de Nicolas ,lui dit « un tour au yacht ??? rien de plus facile ,on prend mon jet privé et on se rend au mouillage ,amenez votre petite dame avec vous !!!! »

                        la suite de l’histoire on la connait tous ,pas la peine d’en faire un fromage ......


                        • Vincent 11 mai 2007 16:45

                          Exellent le j’ai bien faire un tour aux chiotes,

                          vous avez sans doute raison il s’agit d’un situation digne de Pierre Richard.

                          En fait nous avons un pésident roi du quiproquo.

                          Il a sans doute été élu sur un malentendu en fait.


                        • ZEN zen 11 mai 2007 17:27

                          @ Maxim

                          Trés drôle.Tu es remonté en ce moment.Est-ce l’euphorie du vélo retrouvé aprés la pluie ?

                          Si tu rencontres Cambronne, donne lui les secrets de l’ironie...ça va être dur !

                          Je viens de lire une déclaration de A.Finkelkraut (rallié à Pipole 1°) dans le Monde :« ...Pendant trois jours , il nous a fait honte » et parle d’« état de disgrâce »..

                          Gardez-moi de mes amis... Bye !


                        • maxim maxim 11 mai 2007 18:26

                          bonjour ZEN !!!!

                          l’avantage d’etre anarchiste de droite ,c’est que l’on peut etre politiquement incorrect ,et j’ai compris depuis longtemps que tout n’est que vaste comedie .....

                          Balzac nous en a fait une magnifique demonstration........

                          et puis le vélo permet de s’aerer le cerveau ......

                          bien cordialement .......


                        • Vierasouto Vierasouto 11 mai 2007 14:54

                          Je pense aussi que ce n’est pas une gaffe d’un homme qui essaye de tout contrôler de ses faits et gestes mais je n’ai pas très bien compris, ou très vaguement, votre argumentaire qui fait de ces vacances ostentatoires un acte politique. L’identificaction aux people, monarchies type Grimaldi, nouveaux dieux, est-ce suffisant ?


                          • LE CHAT LE CHAT 11 mai 2007 15:55

                            @demian west

                            t’inquiète pas , comme steevy boulay sera le futur ministre de la culture , tu pourra discuter peinturage avec lui , il est expert en albums à colorier smiley


                          • Philippe Moreau Philippe Moreau 11 mai 2007 19:21

                            Sarkozy a été élu grâce à un dispositif très important - communicants et publicitaires, porte-paroles très divers et formés aux médias, grands axes de campagne ou mots d’orde élaborés par l’équipe de communicants et de publicitaires, puis dispatchés entre les porte-paroles, élus, etc.

                            Je n’invente rien. Ce dispositif a d’ailleurs été décrit par les intéressés eux-mêmes, avec parfois une certaine fierté. Rachida Dati, par exemple, a reconnu publiquement avoir bénéficié d’un entraînement médias de la part des communicants et publicitaires de l’UMP.

                            L’opération « Les supporters de Sarko » (avec un écusson aux couleurs de l’OM et siglé « NS »), par exemple, a été élaborée par une agence de com.

                            Le bloggeur Versac a publié des actions internes au réseau des supporters de Sarko, qui montrent que des « actions » de promotion étaient régulièrement montées, à destination du grand public. L’« action 59 », par exemple, recommandait d’utiliser l’affaire de la maternelle de Neuilly. Voir ici : http://vanb.typepad.com/versac/2007/04/buzz_sur_sarko_.html

                            Là où Chirac pouvait compter, lui, sur ses propres capacités de séduction, Sarkozy a besoin d’un appareillage énorme pour exister.

                            On a vendu et survendu une marque Sarkozy, qu’on a matraquée pendant des semaines.

                            D’où l’effet de décalage bizarre qui s’est produit au moment où il a été élu. Comme si les gens s’attendaient à quelque chose de plus. Mais comment un homme pourrait-il espérer être à la hauteur d’une publicité aussi énorme, aussi massive, alors qu’il n’incarne plus une idéologie (ses communicants lui ont écrit des discours avec des références à la droite, à la gauche), mais un produit miracle ?

                            La déception est inévitable.

                            On s’endort avec un Brad Pitt qui parle comme Che Guevara et De Gaulle réunis, et on se réveille avec un mec d’1,58 m, physiquement assez banal, qui propose de faire un plan à trois avec François Fillon et tient le même discours que Pompidou... Il est logique qu’on se demande ce qui a bien pu se passer la veille...

                            Maintenant, en bonne logique marketing, il faut amener le produit à incarner autre chose. Sans remettre en cause les qualités du produit (fourre-tout idéologique miracle). La logique people, celle d’en faire un « lady Di », un monarque mais dans un cadre républicain, est la plus facile.

                            Pour susciter le désir du produit. A mon avis, ils prennent quand même des risques. Mais bon. Ils visent le long terme, 10 ou 15 ans.

                            En face, le PS subit, accompagne la promo et lui sert de caisse de résonnance, sans se doter des mêmes outils. Tant qu’ils font ça, ils sont morts.


                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 mai 2007 16:10

                            A l’auteur. Je suis entièrement d’accord. Depuis le 6 mai que je poste des commentaires pour dire que personne ne sait ce que Sarkozy fera et qu’il a l’étoffe d’un « président-prince ». La France a parfois tendance à vouloir prendre congé des valeurs républicaines. On verra bien... http://www.nouvellesociete.org/6.html

                            Pierre JC Allard


                            • moebius 11 mai 2007 16:30

                              Bonsoir. Article intéressant, mais qui est ce Sarkosy amitié


                              • odlhp 11 mai 2007 16:53

                                « il s’envole en jet privé à Malte, une destination de vacances pour milliardaires »

                                vous n’etes donc jamais allé à Malte ? c’est plutot une destination pour septagénaires voire octogénaires... surtout à cette période de l’année...

                                a part ça, l’article est interessant et je pense également que l’équipe en charge de la communication à l’ump est très forte et fine stratège. Le ps fait figure d’amateur en face.


                                • docdory docdory 11 mai 2007 16:58

                                  @ L’auteur

                                  Très fine analyse ! Néanmoins Sarkoléon Premier ne devra pas oublier dans cet objectif de 2012 que la Roche Tarpéïenne est proche du Capitole ...


                                  • moebius 11 mai 2007 17:06

                                    Mais qui est ce Sarkoléon ? etes vous sur que ça n’est pas plutot Sarkroksty ? non ça n’est pas ça mais je suis sur que c’est pas Sarkoléon, Sarbrowskri peut etre ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès