Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pourquoi un député ne serait pas bénévole ?

Pourquoi un député ne serait pas bénévole ?

Parce que l'autonomie énergétique territoriale permet la création de nombreux emplois non délocalisables, il est indispensable de mettre en place l’infrastructure nécessaire pour l'atteindre en s'appuyant sur les élus locaux de toutes les sensibilités politiques.

La commune de Gussing au sud-est de l’Autriche est l’exemple à suivre http://youtu.be/Nnd14nxDzOE Ce village de 4000 habitants a atteint l'autonomie énergétique avec 100% d'énergies renouvelables en 2008 et il a créé 1200 emplois non délocalisables. La Communauté de communes de Gussing avec ses 32000 habitants atteindra l'autosuffisance énergétique en 2012. Le chômage de cette région est à 3% au lieu de 10% en France et leur facture énergétique est inférieure de 40% par rapport à la notre. En France, l'agglomération de Perpignan avec 225 000 habitants atteindra l'autonomie énergétique en 2015 link link
 
Candidat aux législatives de juin 2012, je souhaite devenir le premier député bénévole, sans étiquette. Je m'engage à reverser mon indemnité de député si je suis élu, aux associations d’intérêt général Energie Partagée link et Terre de Liens link pour financer des projets citoyens sur ma circonscription. L'autonomie énergétique permettra la création de nombreux emplois locaux, la réduction des dépenses des ménages et des collectivités et la protection de notre environnement.
 
Il s'agit d'un projet global nécessitant l'adhésion de tous au niveau local, collectivités, élus et citoyens car les barrières administratives et politiques au développement des énergies renouvelables en France sont très nombreuses à l'échelon national. Alors même que les français sont favorables à 97% aux EnR selon le dernier sondage du Monde en décembre 2011.
 
Nous assistons aujourd'hui à la rencontre des énergies renouvelables et d’internet http://dai.ly/I6Dt8v . Sur ce socle, va émerger un nouvel horizon énergétique territorial qui nous permettra de sortir de l'impasse économique et écologique et transformera radicalement nos manières de vivre, de produire et de travailler.
 
Un député doit défendre son territoire, l'ensemble des habitants et des communes de sa circonscription. Il doit apporter des idées nouvelles pour relancer l'économie locale et améliorer le pouvoir d'achat. Il doit avoir une vision à long terme pour sa région. Il doit privilégier l'intérêt général avant celui d'un clan. Or quand on vote pour un candidat encarté, il collabore uniquement avec les citoyens et les maires de son bord politique, excluant systématiquement tous les autres. Cette politique ne peut pas faire évoluer positivement une circonscription vers un nouvel horizon énergétique territorial, très créateur d'emplois locaux.
 
L'autonomie énergétique des territoires que j'appelle de mes vœux ne pourra se faire qu'avec la volonté de tous les citoyens et de tous les élus de nos régions, peu importe leurs sensibilités politiques d'origine. Tout le monde profitera des bienfaits économiques de la transition énergétique tout en protégeant notre environnement.

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Traroth Traroth 29 mai 2012 11:21

    Et de quoi vivrez-vous ? Député, c’est une occupation à plein temps.


    • alinea Alinea 29 mai 2012 12:31

      L’idée est généreuse mais il ne faudra pas oublier de proposer des lois et être convaincant pour que les énergies renouvelables ne soient pas le projet d’un seul mais bel et bien l’avenir de tous.
      Bonne chance !


      • clostra 29 mai 2012 13:57

        Je m’arrête sur le sujet du bénévolat, particulièrement intéressant, une idée à pousser le plus loin possible.

        Qui, d’ailleurs irait de paire avec le développement soutenable, au-delà des énergies renouvelables, dans une approche systémique dont le bénévolat des élus fait partie.

        Faire de la politique à plein temps, c’est faire DU politique.

        Les exemples ne manquent pas de ces élites qui blablatent ce qu’on a bien voulu leur raconter.

        Ils n’ont jamais été « à l’usine », ni au moulin, pour certains. Pour d’autres, ils n’ont jamais dirigé une PME...et enfin pour ceux qui n’ont fait ni l’un ni l’autre et ni l’autre ni l’un : voyez ce que ça donne : un monde en perdition !

        Donc, le « politique » n’est pas soutenable, puisqu’il parle de ce qu’il ne connaît pas, de plus se permet de juger.

        Par expérience,

        il n’est pas bon d’avoir le nez dans le guidon

        il est très économique en temps d’avoir un cerveau qui fonctionne sur le réel, pour aborder des problèmes plus complexes tels que le sont les questions de société

        Et puis, si un seul homme n’y suffit pas, comme semble le dire le premier commentateur, deux ou trois cerveaux arrimés au réel feront mieux qu’un cerveau qui délire.


        • alinea Alinea 29 mai 2012 19:11

          L’idée de payer ceux qui s’occupent de politique était pour qu’il n’y ait pas que les riches qui s’y collent ( comme ce fut longtemps le cas). Pour éviter la professionnalisation, il suffirait d’exiger : un seul mandat, non renouvelable.


        • clostra 29 mai 2012 20:52

          Bonne réflexion. En effet, l’argent fait partie de l’accession au pouvoir de cette manière avec un bel exemple actuellement, celui de la georgie

          Cependant, bien des associations qui, au mieux expérimentent dans une structure souple de nouvelles solutions, au pire tentent de pallier les insuffisances voire les nuisances du pouvoir en place, revendiquent, au sein des conseils d’administration à titre bénévole, leur liberté d’action liée au bénévolat.


        • Damien Perrotin Damien Perrotin 29 mai 2012 15:19

          Député est un boulôt à plein temps avec pleins de tentations. C’est pour ça qu’on a créé les indemnités : pour ouvrir l’assemblée à ceux qui n’ont pas de fortune personnel et pour les aider à rester (globalement) intègres.

          Quant à Gussing... ses habitants n’ont ni voiture, ni matériel agricole ?


          • Jean Pierre Grau 29 mai 2012 19:13

            En réponse aux commentaires de Traroth et Damien, je dirais que je suis d’accord avec vous, en partie. 


            Pour autant, un député ne fait acte de présence que le mardi à l’assemblée et le reste du temps, il cumule les mandats de maire, de président d’une agglomération et de conseiller général avec un salaire à chaque fois. Si c’était une activité à plein temps, il ne pourrait pas cumuler les postes d’élus. 

            Je partage tout à fait le point de vue de Clostra. Je dirais que nous avons trop de carriéristes de la politique en France et qu’ils sont complètement déconnectés de la réalité du terrain. Combien de députés ont déjà créé un seul emploi dans leurs carrières ?

            Il n’y a pas suffisamment de représentativité à l’assemblée, 47% de salariés de l’état en activités et à la retraite, puis des avocats et des médecins. C’est à dire, les professionnels qui peuvent retrouver leurs anciens postes, en cas de non réélection. Ce n’est pas bon. 

            J’aimerais devenir député pour peser dans le débat public mais je veux absolument continuer à travailler et rester au contact du réel. 

            Pour répondre à Alinea, il y a déjà beaucoup de lois non appliqués. Concernant les énergies renouvelables, c’est surtout de liberté dont elles ont besoin. Car il y a dans notre pays, une multitude de barrières administratives, ajoutées aux lourdeurs habituelles des services d’état concernés. Il faut aujourd’hui 7 ans pour développer un parc d’éoliennes et 4 ans pour un parc solaire, par exemple. Et il faut rajouter les quotas mis en place l’année dernière pour freiner le développement des EnR chez nous. Eh oui, Il ne faudrait pas faire concurrence au monopole de l’atome trop vite !

            • Jean Pierre Grau 29 mai 2012 19:28

              J’ai oublié de répondre à la question de Damien sur les voitures et les tracteurs à Gussing. Bien sur que oui, ils en ont et ils peuvent les faire fonctionner avec le GNV (Gaz Naturel Véhicule) provenant des unités de méthanisation ou de l’huile de Colza ou de l’hydrogène et bien sur avec l’électricité des EnR.


              On peut produire du carburant aujourd’hui avec plusieurs sources d’énergies renouvelables même les éoliennes. Vous pouvez consulter mon site à ce sujet. Je sais, dire cela en France, qui a 15 ans de retard sur ce sujet, c’est compliqué. Nos cerveaux ont été irradié par 40 ans de propagande. Mais entre le nucléaire et la bougie il y a l’intelligence aujourd’hui...

              • citoyenrené citoyenrené 29 mai 2012 20:43

                belle initiative

                bonne chance à vous

                et vive les EnR !


                • herbe herbe 29 mai 2012 22:42

                  Bonjour,


                  C’est le deuxième cas de générosité que je constate, chouette tendance à priori :

                  Bonne continuation...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Député


Voir ses articles







Palmarès