Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pourquoi une victoire de Sarkozy n’est nullement souhaitable

Pourquoi une victoire de Sarkozy n’est nullement souhaitable

Les analystes politiques soulignent très rarement que la victoire de Sarkozy en 2007 reposait sur sa capacité à mobiliser en sa faveur les personnes du troisième et du quatrième âge. Tandis que Ségolène Royal faisait jeu égal chez les moins de 60 ans, Sarkozy la devançait très largement chez les personnes âgées (61% chez les 60-69 ans et 68% chez les plus de 70 ans).

En 2012, Sarkozy est malmené dans les enquêtes d'opinion qui le donnent toutes perdant, même si il a réussi à repasser devant Hollande dans les intentions de vote du premier tour. Etant donné la proximité des deux tours, Sarkozy ne pourrait arracher la victoire qu'in extremis, au prix d'un effort surhumain qui le verrait passer devant Hollande, "au finish" pour parodier les commentateurs sportifs. Bref, Sarkozy ne peut aucunement espérer une victoire aussi large que celle de 2007. Au mieux pourra-t-il gagner avec 50,5 % des suffrages exprimés, ce qui lui laisse une majorité trop courte pour gouverner. 

Attardons-nous sur l'un des ressorts d'une hypothétique victoire de Sarkozy le 6 mai 2012, en l'occurence celui qui a trait aux caractéristiques démographiques de la France.

Les plus de 60 ans rassemblaient en 2010 plus de 14 millions d'individus, soit environ 30% de la population en âge de voter. Du fait du vieillissement de la population, leur poids électoral ne cesse de croître et par conséquent leurs sujets de préoccupation occupent une place de plus en plus manifeste. Les raisons de voter à droite pour les personnes âgées sont multiples mais on peut en énumérer quelques uns :

  • Les personnes âgées sont moins enclines au changement (surtout ce qui a trait à l'évolution des moeurs, des habitudes en société...) et sont donc sensibles au respect des traditions et des valeurs que la droite prétend défendre.
  • Un sentiment de vulnérabilité dû à l'âge qui les rend plus sensibles aux problèmes d'insécurité.
  • Pour un certain nombre de retraités qui ont pu accumuler suffisamment d'épargne pour être propriétaires d'un ou plusieurs logements, ou posséder une épargne conséquente, la droite sera plus capable que la gauche de défendre leurs intérêts, c'est-à-dire ceux de rentiers qui veulent en particulier préparer leur succession dans de bonnes conditions, alors que cette dernière revendique la défense des actifs salariés et/ou des plus démunis.

Il n'est donc pas étonnant de voir que les "vieux" plébiscitent toujours Sarkozy : le dernier sondage BVA crédite Sarkozy du score astronomique de 48% chez les plus de 75 ans au premier tour. La crise a ébranlé le pouvoir d'achat de nombreux retraités, notamment ceux aux petites retraites et les réformes de Sarkozy ont retardé la mise à la retraite de milliers de personnes. Mais ces éléments ne sont pas suffisants pour remettre en cause l'adhésion à Sarkozy des personnes âgées. On peut supposer que ceux qui ont de petites retraites avec peu d'épargne constituaient déjà le noyau dur de ceux qui n'ont pas voté Sarkozy en 2007. 

Sarkozy n'est pas tant le président des riches que le président des rentiers. Une récente étude de l'institut des politiques publiques le montre très bien. Du fait que le pendant d'une rente, ce sont les intérêts et que les intérêts versés croissent avec le temps, beaucoup de rentiers sont des persones âgées. Pour désamorcer toute polémique, je précise que la retraite versée par l'assurance vieillesse n'est en aucun cas une rente pour moi. Elle se rapproche plutôt de la retraite par capitalisation que permet la souscription de produits financiers telle l'assurance-vie.

Il est ainsi très intéressant d'analyser la politique budgétaire d'un homme politique qui défendra les rentiers :

Un président qui défend les rentiers n'est pas contre la dette publique. Pire, la dette publique relève dans cette perspective d'un contrat implicite entre l'Etat et les souscripteurs (nationaux) des obligations émises par l'Etat. Lorsque un état est endetté, il peut augmenter les impôts (et faire porter le poids de la dette aux plus aisés), diminuer la dépense (inversement, il fait porter le poids de la dette aux populations bénéficiant de la redistribution des richesses, en général les populations les plus fragiles) ou encore emprunter auprès des marchés, tout en maintenant le niveau de dépenses et de recettes (il fera rouler sa dette). En réalité, les hommes politiques font souvent un mélange des trois avec des préférences pour telle ou telle solution. Choisir l'endettement, c'est donner sa préférence à des personnes qui auront les moyens d'épargner malgré les multiples rognures que l'on pourra faire sur les dépenses. Le contrat qui lie l'épargnant à l'état se substitue même au contrat social que la citoyenneté permet en théorie. Ce contrat est de type actionnaire-entreprise et le ratio dette/patrimoine des administrations publiques montre cette transformation qui a été opérée au cours des trente-cinq dernières années. Ce ratio était supérieur à cinq à la fin des années 1970, il stagne depuis une dizaine d'années à 1,3 et est similaire à celui que l'on peut retrouver pour les entreprises non financières. 

Comment se manifeste les droits du souscripteur d'obligations d'un état ? Ces trente dernières années, à l'exception de la période 1981-1983, les politiques économiques et budgétaires ont été sensiblement les mêmes, les différences pouvant s'expliquer par la conjoncture économique.

Quand Sarkozy a été élu président, sa lubie était d'atteindre les 3% de croissance du PIB, ce qui pouvait, selon ses dires, passer par une augmentation de la dépense publique. Ses premières mesures sont allées dans ce sens et on leur a donné le nom de paquet fiscal. Elles ont pu profiter aux plus riches (le bouclier fiscal qui comprend l'IR) mais également aux détenteurs d'un patrimoine important (mesures sur l'ISF, allégement des frais de succession...). La loi TEPA a eu des effets directs sur le déficit puisqu'en 2008, alors que l'on venait à peine d'entrer en récession, la France n'était déjà plus dans les clous du critères de Maastricht. La crise a fait exploser le déficit, notamment à cause des nombreuses mesures fiscales du gouvernement et du grand emprunt. Un déficit trop élevé peut provoquer une rupture de contrat entre les deux parties évoquées plus haut. La faillite d'un état aurait des conséquences sur les épargnants français qui détiennent des obligations françaises (un tiers de la dette française, deux tiers si on rajoute les résidents UE hors France, la problématique étant assez similaire pour tous les pays de l'UE*) et amoindrir très fortement leur épargne. Il avait donc le choix entre l'augmentation des recettes ou la diminution des dépenses et il a fait les deux en prenant soin de n'augmenter les recettes que via des impôts jugés inégalitaires comme la TVA à 5,5% et de ne pas remettre en cause de nombreuses niches fiscales jugées économiquement inutiles. 

Les conséquences d'une réélection de Sarkozy seraient simples :

  • Gouverner avec une faible majorité, ou pire devoir faire face à une assemblée (rouge&rose) qui rendrait nulle son élection. Une démission ou un changement de république serait presque inévitable.
  • S'il obtient tout de même une majorité, il continuera dans la voie qu'il a tracé durant son premier mandat, une politique d'austérité qui ne dit pas son nom, qui essayera de protéger sa clientèle électorale, qui est plutôt âgée et qui possède un patrimoine assez important. Il demandera un effort minimal aux personnes à hauts revenus et mettra en place des réformes dont les principales victimes seront les salariés (classe populaire et classe moyenne) et les jeunes qui réaliseront que l'école publique a été abandonnée et que le marché du travail ne leur offre que des emplois très précaires, outre l'impossibilité d'entrer dans la fonction publique qui se ferme (RGPP oblige) de plus en plus aux très diplômés.
  • L'austérité deviendra donc un principe dans une économie à croissance faible ou nulle, où il faudra trouver chaque année plus de 20 milliards d'économie pour respecter les engagements de réduction du déficit. Engagement très difficile à tenir, compte tenu de la nature structurelle du déficit français (corrélée à la croissance du PIB ; Olivier Berruyer montre très bien que depuis trente ans, le déficit correspond grosso modo à la croissance du PIB diminuée de cinq points). Etant donné le contrat liant l'Etat à ses créanciers, il n'est pas forcément désirable pour Sarkozy de revenir à un excédent de 0,5% du PIB en 2017 puisqu'il tarira une source de placement "sûr" pour ses électeurs préférés. 
  • Faire face à une population jeune et/ou active qui supportera de moins en moins un président qu'ils n'auront pas choisi. Parmi les jeunes, il sera même considéré comme le président des vieux et in fine comme un ennemi de la jeunesse qui empêche son épanouissement.
  • Faire face à un pays de plus en plus ingouvernable, qui sera probablement en proie à des émeutes localisées et qui peuvent à tout moment dégénérer en insurrection populaire. Les émeutes de 2005 avaient cette particularité qu'elles étaient circonscrites aux banlieues défavorisées et que les jeunes ne vivant pas dans les zones sensibles n'avaient nullement rejoint un mouvement qui était bien plus politique (et républicain...) que ce que l'on a voulu faire croire. Il en serait autrement si ça devait se reproduire.
  • Une probabilité non négligeable de ne pas venir à bout de son mandat  : il devrait faire face à une gauche plus radicale dans son opposition et à un centre qui craint avant toute chose l'instabilité politique et qui pourrait attirer une partie de la droite. 

 

Conclusion :

Je voudrais tout de même nuancer ma position. Bien que la réélection de Sarkozy ne soit pas du tout souhaitable, je dois avouer que certains points peuvent s'appliquer à son probable successeur François Hollande. Toutefois, François Hollande serait moins enclin à mettre en place une politique d'austérité qui toucherait en premier lieu les populations les plus pauvres (et plus généralement les classes populaire et moyenne salariées, les jeunes) du fait même de la structure de son électorat et de la pression qu'il aura à sa gauche. Par ailleurs élu par une population plus prompte à manifester et même à se révolter, le risque d'instabilité se trouverait décru de par le fait qu'ils ont voté par lui (période de grâce que n'aura pas Sarkozy). Excepté une trahison de ses engagements digne d'un Papandréou...

*La diminution de la part des résidents en France dans la dette française de deux tiers au début des années 2000 à un tiers aujourd'hui n'est que l'aboutissement logique de l'intégration de la France dans l'espace européen."L'actionnaire français" a préféré prendre des droits sur d'autres états européens tandis que les Européens faisaient de même sur la dette française. Pour parler simplement, les détenteurs de dette français et européens plus généralement (bien que ça soit dans des proportions moindres que les Français) ont soutenu l'union monétaire et c'est de ce soutien que dépend en partie l'avenir de l'euro. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • wesson wesson 9 avril 2012 10:23

    Bonjour l’auteur, 


    Je suis en accord avec la majeure partie de votre papier, la différence résidant dans l’appréciation de ce que pourrait être un quinquennat Hollande. Le désaccord venant pour moi de cette phrase : 

    «  François Hollande serait moins enclin à mettre en place une politique d’austérité qui toucherait en premier lieu les populations les plus pauvres »

    Il ne le voudra pas dans le texte, mais il le fera quand même, tout en disant que c’est imposé par l’Europe. J’y suis déjà : « je voudrais bien, mais nous devons économiser X milliards, donc vous voyez bien que je doit supprimer les APL et augmenter la TVA de 5 points »....

     Je pense que Hollande, pas plus que Sarkozy ne terminera son mandat. Il y aura probablement des émeutes, et également le contexte d’une droite qui - décomplexée par 5 ans de Sarkozisme - sera hystérique.

    C’est pourquoi je pense qu’il faut nous épargner tout ça et mettre au pouvoir quelqu’un qui ira directement taper là ou il faut. Mettons le FDG et au moins on prendra le problème par anticipation, plutôt que d’attendre qu’il nous tombes dessus. 

    Avec Hollande, nous aurions également une droite d’opposition hystérique, avec Mélenchon, elle sera KO !

    • CARAMELOS CARAMELOS 9 avril 2012 10:59

      Lucidité
      La situation est telle que rentiers ou pas rentiers, l’avenir n’est pas spécialement au beau fixe. Un remarque, je ne sais pas si tous les vieux votent pour SARKO, une petite retraitée de 70 ans avec sa maigre retraite ne doit pas être une rentière ! Quant à nous on galère pour trouver un job. Pas besoin de grandes phrases et de théories pour comprendre la situation de 58 millions de Français. 


    • gogoRat gogoRat 9 avril 2012 11:42

      peu importe qui sera élu : ce qui importe c’est la dynamique initée par cette campagne électorale, susceptible d’une prise de conscience durable de son pouvoir par le peuple


      Tout ne sera pas joué après les élections.
       De même qu’on ne fait pas boire un êne qui n’a pas soif, on ne pourra pas contraindre un peuple réfractaire.
       Certes, on n’a pas su mettre stopper, avant le terme officiellement programmé, les dérives de ce mandat. Mais cette façon d’abuser procédurièrement de défauts et d’archaïsmes de notre système de pouvoir risque bien de ne plus être considérée comme légitime !


    • colza 9 avril 2012 18:56

      @ wesson

      Bonsoir, Je partage votre analyse et votre désir de voir le FdG au deuxième tour.
      Je n’ai pas la science infuse, je ne sais donc pas si le programme du FdG est utopiste ou réaliste. Ce dont je suis certain, par contre, c’est que le programme de Hollande et l’absence de programme de Sarko vont nous mener tout droit au gouffre de la récession à la grecque.
      Alors je vais voter pour JL Mélenchon, parce que le programme du FdG vaut la peine d’être tenté.

    • The jester 9 avril 2012 11:01

      Je trouve ce papier et le premier commentaire interessantdans ce que represente la gauche a mes yeux, des anti democratie .... car les deux trouveraient normal des emeuttes en cas de victoire de la droite etde la gauche molle ... pauvre France


      • heliogabale boug14 9 avril 2012 12:16

        mais non trompez-vous...je ne souhaite nullement des émeutes... je présente les risques tels que je les perçois.


        On est au coeur d’un conflit des générations qui ont des intérêts diamétralement opposés. Un vieillissement à la japonaise nous éviterait de gros problèmes quitte à condamner la France à une mort lente... mais avec 2 enfants par femme, le conflit devient presque inévitable, surtout quand on privilégie démesurément les plus âgés. Les plus jeunes son plus prompts à se révolter, ne le voyez-vous pas ?

        Evidemment, ce conflit des générations brassent de nombreuses thématiques...tenez une déclaration de Todd qui croit au « Hollandisme révolutionnaire » (discutable mais intéressant)

        « Nous sommes là face à de l’inédit : un âge médian de la population de 40 ans en France, de 44 ans en Allemagne, c’est du jamais-vu dans l’Histoire. Va-t-on vers un sénilo-fascisme ? Une chose est sûre : dans un contexte de grand risque pour les institutions démocratiques, l’heure est à un vote de gauche discipliné. »

      • HELIOS HELIOS 9 avril 2012 11:10

        ... les « attaques » n’attendrons pas l’election !

        je peux vous predire 15 jours bien mouvementés, coté marché, coté securité etc... entre les 2 tours, pour aider les électeurs a « bien voter »... surtout aux journaux de 20 heures. ..
         
        Vous allez pouvoir admirer le style « Pujadas » pour les fana de FR2, et je vous laisse plein de plaisir aux oreilles si vous ecoutez RTL avec les infos « Apathie, Duhamet et cie » !... petit detail, esssayez aussi d’ecouter les « economistes » serieux sur les chaines de la TNT, ceux qui hantent les couloir, toujours prets a distiller leurs conseils et leur haute vue sur la societe par exemple sur C’est a Dire (FR5) et des autres canaux d’informations.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 9 avril 2012 14:53

          Tout à fait HELIOS, même le plateau de Ruquier est devenu une officine à la solde du pouvoir en place. Il a effectivement intérêt à ce que rien ne change. D’ailleurs, qui parmi tous ceux qui profitent du système dominant a vraiment intérêt à ce que cela change ? Absolument personne, même les promesses ( le changement c’est maintenant... la Finance forte...Blablabla... ) ne changent pas.

          français, si tu veux voir les chose changer, ne compte pas sur eux !


        • sdzdz 9 avril 2012 15:34

          L’IRC vient d’envoyer un courriel aux dirigeants du Modem leur demandant de clarifier leur position par rapport au vote des Français de 2005 puis le passage en force sur le traité de Lisbonne, puisqu’ils revendiquent hautement leur positionnement démocratique.


          cf blog IRC


          • NOJ71 9 avril 2012 15:49

            Un certain nombre de vieillards, ayant voté pour Sarko le néfaste en 2007, sont déjà morts.

            Toutefois, à la différence des jeunes, les vieux actuels iront en très grand nombre voter. La plupart sont des vieux cons, facilement manipulables car peu instruits. Tous les moyens financiers du MEDEF sont mobilisés.
            D’autre part, plus de 10% de votes pour Mélenchon gêneront Hollande et favoriseront Sarko le calamiteux.
            Au deuxième tour, le vote pour Hollande s’imposera, le vote blanc ou l’abstention favorisant le candidat des très riches.
            Ces évidences sont rarement prises en compte sur Agoravox.
            Il est temps d’arrêter de rêver.

            • wesson wesson 9 avril 2012 20:42

              bonsoir NOJ71,


              « Il est temps d’arrêter de rêver. »

              Si vous saviez comme j’en ai marre de lire ça « arrêtez de rêver », « il n’y a pas d’alternative », « aucune autre voie est possible », « TINA », ....

              Vous savez ce que m’inspire ce discours ? C’est un copier-coller du discours de Pétain au lendemain de la défaite Française contre l’Allemagne. Son explication : ça avait trop bamboché avant (il pensait tout particulièrement au Front Populaire). Sa solution : Pénitence, il fallait se serrer la ceinture un temps, et tout irait mieux après. 

              C’est très exactement ce discours là que vous tenez, et toute la médiacratie en coeur. Non, je ne suis pas d’accord !

              Arrêter de rêver, c’est d’abord manquer d’imagination.

            • bernard bernard 9 avril 2012 23:38

              @NOJ71
              « Toutefois, à la différence des jeunes, les vieux actuels iront en très grand nombre voter. La plupart sont des vieux cons, facilement manipulables car peu instruits » (SIC)
              facilement manipulables car peu instruits...
              ce qui reste à prouver !

              Je constate que vous avez un grand respect pour ...vos parents !
              Mais n’oubliez surtout pas que vous êtes un futur « vieux con »...
              sauf si vous l’êtes déjà...« con »
              ce que j’aurais tendance à croire !


            • NOJ71 10 avril 2012 00:32

              Wesson

              Moi j’en ai marre de lire que tout irait mieux grâce à la victoire de Mélenchon. C’est irréaliste.
              Je pouvais penser que vous faisiez partie de doux rêveurs idéalistes.
              Mais vous m’injuriez en me traitant de pétainiste. Votre vernis de culture historique vous amène à des comparaisons inappropriées.
              Vous n’êtes qu’un jobard berné par Mélenchon. Cet individu n’a comme seul objectif de devenir un nouveau Marchais, leader de l’opposition à la droite définitivement au pouvoir. Dans ce cas , pour lui, quelle satisfaction personnelle de pouvoir se pavaner à la télévision, et y dégoiser.
              Comme Marchais en 1981, appelant à faire un vote révolutionnaire en faveur de Giscard, Mélenchon va-t-il conseiller, à des fanatiques comme vous, de voter pour Sarko afin de faire barrage à la gauche réformiste de Hollande ?
              Sur Agoravox, des sympathisants du Fdg se définissent comme mélencho-marinistes, d’autres appellent à soutenir El Assad, le massacreur syrien. Votre imagination vous incite-t-elle à vous joindre à eux ?

            • NOJ71 10 avril 2012 00:53

              Bernard

              En 2007, la majorité des personnes âgées ont voté pour Sarko. Il était inimaginable de faire confiance à une femme, même passée par l’ENA. Ces personnes peu instruites, n’ayant pas pu bénéficier de la démocratisation mise en place par le PS, n’étaient pas bien armées pour s’informer sérieusement. Une minorité a donc voté pour Ségolène. Elle était constituée de personnes bien informées grâce à leur instruction ou leur syndicalisme ou leur militantisme politique.
              La majorité des jeunes et des actifs ont voté pour Ségolène.
              Ce sont bien les vieux cons , certains maintenant morts, qui ont fait élire Sarko,pourtant déjà connu comme ministre néfaste.

            • bernard bernard 10 avril 2012 13:33

              @ NOJ71...

              « Ce sont bien les vieux cons , certains maintenant morts, »(sic)

              vous persistez à traiter les vieux de« vieux cons »
              Pour mémoire, ce sont ces vieux cons (qui « sont mort maintenant ») qui vous permettent de bénéficier d’acquis sociaux.
              Respectez au moins vos anciens, car sans eux, vous ne seriez même pas un sourire dans l’oeil de votre grand père.
              C’est la réponse d’un« vieux con » (fier de son expérience) à un jeune con qui a encore tout à apprendre !


            • NOJ71 10 avril 2012 17:15

              Bernard

              Il est évident que vous êtes un vieux con car vous n’avez pas compris le texte que j’ai écrit.
              J’ai simplement fait remarquer que les vieux mal informés ont fait élire Sarko le calamiteux. C’était malheureusement la majorité des vieux, parce qu’entre autres, du fait de leur âge, ils n’avaient pas pu bénéficier de la démocratisation de l’enseignement par la gauche à partir de 1981.
              Je n’ai donc pas mis en cause tous les vieux.
              Comme vous n’arrivez pas à comprendre un texte, vous avez sans doute des difficultés à comprendre le temps présent. Mais vous devez pouvoir vous améliorer.

            • bernard bernard 10 avril 2012 20:37

              @NOJ71...
              (les vieux cons) « ils n’avaient pas pu bénéficier de la démocratisation de l’enseignement par la gauche à partir de 1981. »

              MORT DE RIRE.

              Je vous laisse à vos phantasmes,
              Puissent-ils vous faire le plus grand bien !

              PS : Vous êtes un vieux con en devenir...
              Est-il besoin de le vous rappeler ?


            • Dzan 9 avril 2012 17:18

              Dupont St Aignan que l’on ne peut qualifier de révolutionnaire a eu cette phrase
              « Si Sarkozy est réélu, il y aura du sang dans les rues. »
              Quand au vieux, dont je commence a faire partie, ils voient leurs enfants, et leurs petits enfants galérer,
              Il y a peu de familles, où il n’y a pas un membre de touché
              Ils voient que les problèmes de santé qui arrivent avec l’âge, sont durs à faire traiter, manque de médecins, d’infirmières. Suppressions des hopitaux de proximité, médocs de conforts non remboursés tel le Tanakan chers aux p’tits vieux pour la circulation du sang.
              Suppression de l’école du village,où toutes les générations sont passées.
              Suppression de la Poste, et parfois même du Point Poste.
              Envolée du prix du gaz, du fioul.
              Les p’tits vieux ne sont pas si obtus que ça.


              • heliogabale boug14 9 avril 2012 18:30

                Les p’tits vieux ne sont pas si obtus que ça


                Y a déjà 30 % qui ne vote pas Sarkozy, je dirais qu’il y a 15 à 25 % des personnes âgées qui votent contre leur intérêt (c’était le cas en 2007, juste parce qu’ils avaient été intoxiqués par le JT de Pernault) tout compte fait... 

              • colza 9 avril 2012 19:03

                @ boug14

                Ne vous y trompez pas, la plupart des français tirent uniquement leurs informations de TF1 et la 2. 
                Combien sont-ils selon vous qui se connectent sur internet pour avoir une autre vue de la vie politique ?
                Déjà combien sommes nous sur les sites comme Avox, Rue 89 (encore que rue89...), Médiapart ou Marianne2 ? 100 000, 200 000 ?

                • heliogabale boug14 10 avril 2012 12:08

                  Pour agoravox, Plus de 50 000 visiteurs/jour... ça doit faire au moins un million de visiteurs unique par mois... mais les articles étant vite relégués dans les archives, le nombre de visites par jour est plus parlant.

                  Imposer un cahier des charges strict aux télés me semble indispensable ainsi qu’un renouvellement fréquent des présentateurs JT... Pujadas est là depuis onze ans... Pernault depuis plus de vingt ans...


                • Buddha-dassa 10 avril 2012 07:30

                  quel vent de défaitisme parfois...même le bouddha le disait , la voix du milieu, est la ou les choses se font, ni rêve ,ni défaitisme, mais l’intelligence de celui qui sait et qui va agir et arrêter de pleurer sur son sort et ne rien faire...le temps de la réaction est fini , le temps de l’action doit lui succéder...de gré ou de force on sera obligé de se réveiller...car les malades mentaux qui essayent le passage en force, sont eux beaucoup plus inquiets que nous en fait...ils ont gros ,très gros a perdre...
                  En fait a être si grossièrement obtus et foncièrement mauvais les pseudo puissants du moment sont en train de creuser leur tombe..car il y a des limites a tout.....


                  • JL JL1 10 avril 2012 09:39

                    Les vieux votent peut-être pour Sarkozy, mais les jeunes votent pour Le Pen (*). Et que font-ils au second tour ? Ils votent Sarkozy !

                    (*) entendu ce matin sur France Inter : « c’est la classe d’âge la plus jeune qui s’apprête à voter le plus pour Le Pen. Motif invoqué ? Les immigrés leur prennent leurs boulots. Il est temps que ces duettistes escrocs que sont la droite et l’extrême droite soient virés avec pertes et fracas.

                    Ce matin, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Patrick Cohen : à écouter ou réécouter sans modération sur franceinter.com.

                    Il disait en particulier ceci : quel que soit le gouvernement qui sera élu, de toutes façons les marchés attaqueront la France. Il vaut mieux que ce soit un gouvernement préparé au combat qui leur tienne tête plutôt qu’un gouvernement qui est est allé à la City leur faire allégeance.

                    Il disait encore : »Nous utiliserons un moyen légal, le prêt forcé auprès des banques ; à 1%".

                    C’est cela la grande différence avec les gouvernements de droite inféodés aux marchés financiers, prêts à ruiner le pays en acceptant l’alternative d’étrangler le pays ou de payer des taux d’usure. Seul le Front de gauche saura remettre les pendules à l’heure, préservera l’emploi et les finances. N’y aurait-il qu’une seule raison pour élire JLM, que celle-là serait suffisante.


                  • heliogabale boug14 10 avril 2012 11:57

                    Ils ont voté à 56% pour Royal en 2007...

                    Les 25-34 ans avaient voté franchement pour N.S en 2007 mais ça devrait basculer cette année.

                    Ceux qui votent Le Pen sont souvent des jeunes peu ou pas diplômés, vivant en province... outre quelques particularismes comme chez les avocats...

                    Le vote des enfants d’immigrés serait intéressant à sonder...il pourrait y avoir de grosses surprises (on sait que Sarkozy y est ridiculement bas)


                  • heliogabale boug14 10 avril 2012 12:01

                    Le vote Le Pen des jeunes ne répond pas à des motifs strictement (voire pas du tout) xénophobes mais plutôt à un mal-être, celui de se sentir pressurisé par un modèle qui ne leur donne pas de place (taux de chômage des jeunes particulièrement élevé)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

heliogabale

heliogabale
Voir ses articles







Palmarès