Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Poutine-Sarkozy, même combat ?

Poutine-Sarkozy, même combat ?

L’avocat se fait procureur. Dans une entretien au quotidien Libération le député socialiste Arnaud Montebourg, ne mâche pas ses mots. Sans détour, il évoque une Poutinisation du régime. Loin d’un simple effet de manches, force est de constater que Nicolas Sarkozy imprime aux institutions une inflexion qui va dans le sens d’une concentration inédite des pouvoirs.

Tel un peintre impressionniste, Nicolas Sarkozy, petite touche par petite touche, a modifié et continue à changer sensiblement le fonctionnement de nos institutions. Un jeu de mikado subtil qui a toutefois ses limites. Aux yeux des socialistes, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est le projet de réforme du travail législatif.

Nicolas Sarkozy est un homme pressé. Les réformes se multiplient mais peinent à trouver une traduction législative concrète notamment du fait d’un embouteillage sans précédent au parlement. L’opposition a compris que face au rouleau compresseur présidentiel, elle avait intérêt à jouer la montre. Quitte à dévoyer parfois le système par une multiplication d’amendements factices qui n’apportent rien mais, qui retardent tout.

Puisque les règles de fonctionnement du parlement ne permettent pas d’aller vite, il suffit de les changer. Sous prétexte de rationaliser du travail législatif, le Président de la République entend en fait l’encadrer.

Arnaud Montebourg préfère parler d’une atteinte aux droits du parlement. “Cette réforme veut instaurer deux limitations graves des droits du Parlement : l’institutionnalisation de la procédure simplifiée qui existe déjà mais peut recevoir le veto d’un président de groupe. Il s’agit de faire sauter ce droit de veto pour enfermer le Parlement dans les desiderata, voire les caprices de l’exécutif. Et la création d’un « crédit temps » qui vise à faire en sorte que les débats parlementaires ne sortent plus de l’hémicycle. (…) La réforme ferait du Parlement une chambre automatique d’enregistrement examinant des lois fondamentales en deux ou trois jours, sans débats, pour ne pas perturber les plans de l’exécutif.”

A première vue le projet du Chef de l’Etat semble venir en contradiction de la révision constitutionnelle censée renforcer des pouvoirs du parlement votée cet été. En apparence seulement. Plutôt que de donner plus de pouvoir au parlement dans son ensemble, le président semble désireux d’accroître les pouvoirs de la majorité présidentielle, pas ceux de l’opposition.

Le député socialiste voit dans le projet de texte “une opération de l’Elysée pour limiter les pouvoirs d’une opposition qui fait son travail et d’une majorité indocile. Ce sont à la fois les députés de l’opposition et de la majorité qui sont attaqués. Lors de l’examen des lois sur les OGM ou le travail du dimanche, les batailles d’amendements de l’opposition ont révélé les défaillances de la majorité, qui était divisée, et ont permis aux députés UMP en désaccord avec le texte de s’exprimer et de s’affranchir.”

Mais Arnaud Montebourg va plus loin et, replace le projet gouvernemental dans un cadre plus général. “Ce texte participe à une opération de plus grande envergure de l’Elysée visant à écraser toutes les formes de contre-pouvoir. Les perquisitions se multiplient chez les avocats ou les journalistes, comme les pressions sur les juges. Après avoir pris le contrôle de nombreux médias privés à travers ses amis du Fouquet’s, Nicolas Sarkozy vient faire de même avec les chaînes et radios publiques. Il fait courir un risque grave à la démocratie, il s’agit bien d’une poutinisation rampante”.

Poutine-Sarkozy, même combat ? Les tentatives de diabolisation du candidat de l’UMP lors de la campagne présidentielle, s’étaient révélées contreproductives. La leçon doit être retenue. Les procès d’intention sont voués à l’échec. Les faits à eux seuls suffisent. Mis bout à bout ils permettent de retracer le chemin parcouru en terme de régression démocratique.

Immergés dans leurs soucis quotidiens, les français ont voulu se choisir un homme providentiel, un super président qui tranche avec les années Chirac marquées par un immobilisme décadent. Fort du trousseau de clés de la maison France, le nouveau locataire de l’Elysée veut se charger de tout mais, seul. Le réveil risque d’être difficile d’autant que la sage précaution n’a pas été prise de ranger un double dans un tiroir.

Documents joints à cet article

Poutine-Sarkozy, même combat ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 24 décembre 2008 17:57

    Sarkozy, tel un peintre impressionniste... A cette énorme différence près que le résultat était harmonieux chez Renoir ou Manet, mais que l’opus réalisé par petites touches par un Sarkozy effectivement poutinisé risque fort de devenir hideux.


    • Alexandre 24 décembre 2008 22:19

       Si Sarkozy pouvait se poutiniser au point d’arriver à sa cheville, les français auraient de quoi être optimistes.


      • SALOMON2345 26 décembre 2008 18:18

        Dans les livres de jeunesse, jadis, on proposait un jeu d’enfant consistant à relier une succession de points, lesquels, une fois réunis, laissaient apparaître un dessin, une forme, un personnage, etc..., qui n’était visible et lisible qu’à la fin !
        Dans le cas évoqué ci-dessus, le DESSEIN est effectivement perceptible gràce au DESSIN obtenu in fine lequel révèle, petite touche après petite touche, la véritable nature de l’action engagée...en douce ! La vigilance d’un démocrate par cette astuce et ce faux semblant est trompée, perturbée qu’elle est, de surcroît, par un quotidien lui-même cahotique et trouble !
        Ailleurs, beaucoup de radars sur les routes, beaucoup de PV, beaucoup de permis supprimés (100.000 en 2007 suivant AUTOPLUS) et l’ensemble laisse ainsi supposer que l’ordre règne partout en France, la banlieue muette, sauf la délinquance en col blanc libre de circuler comme bon lui semble, sans risque aucun de PV qui frappent ces salauds de conducteurs ou voleurs de poules, mettant en taule celui qui vole un oeuf ignorant celui qui vole un boeuf... ?
        Si l’un de ceux-ci, par exemple (en col blanc), est ancien préfet et se nomme Marchiani, pas de problème, surtout s’il est sage...et ferme bien sa gueule, tout ira bien pour lui...comme pour cet ex taulard également, grande gueule, ancien et furtif ministre et ex patron d’un club de foot, récemment indemnisé pour cause d’honneur perdu à cause d’une banque publique et qui, en récompense aura pour bonus et indemnité, le droit de jouer à la TV publique dans une pièce de théatre...comme si une seule comédie ne suffisait pas ?
        Vive l’amitié utile et Bonne Année !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès