Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Premier Gaou n’est pas Gaou...

Premier Gaou n’est pas Gaou...

c’est 2ème Gaou qui est gnata … ce dicton africain, mis en chanson par « Magic System » pourrait se résumer ainsi : se faire avoir une fois n’est pas grave, mais se faire avoir deux fois de la même manière est totalement idiot.

A 9 mois de la présidentielle, les stratégies se mettent en place dans chaque parti, et nombreux seront les candidats qui feront volte face afin d’être à l’unisson avec la majorité des français et de tenter de mettre l’électeur dans sa poche.

« Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent », la légendaire phrase de l’ex-président Edgar Faure peut s’appliquer à tant de nos femmes et hommes politiques qu’on ne sait par qui commencer.

Marine Le Pen en est l’une des illustrations, elle qui, quelques jours après la catastrophe de Fukushima disait encore : « Reculer sur le nucléaire au moment ou nous sommes entrés dans l’après-pétrole apparait totalement fou, sauf à retourner au moyen-âge » (lien) et qui a déclaré le 14 juin dernier : « la sortie du nucléaire est un objectif qu’il faut avoir à l’esprit parce que c’est une énergie énormément dangereuse ».

Ce n’est pas interdit de changer d’avis, mais il est probable que les récents sondages montrant que 77% des Français veulent sortir du nucléaire soient pour quelque chose dans ce brusque revirement. lien

Elle n’est pas un cas isolé.

Jean-Louis Borloo, l’ex-ministre de l’environnement du gouvernement Sarközi, qui s’était brillamment illustré en décidant discrètement par décret l’exploitation des gaz de schiste, est aussi une girouette.

Il avait déclaré le 26 juin dernier, lors de la réunion formatrice de son nouveau mouvement à Epinay sur Seine, l’ARES (alliance républicaine écologiste et sociale) : « Nous sommes la force anti-front national ». lien

Cette présomptueuse déclaration mérite d’être méditée à la lumière d’une interview donnée au journal « Minute  » en février 1993.

A la question « l’autre problème de la droite, c’est celui des alliances avec le Pen ? », il répondait : « C’est certain. Personnellement, j’ai des rapports corrects avec les gens du FN de ma région, et je ne serais pas contre. Mais s’il devait y avoir des alliances, il faudrait que toute la droite suive. Celui qui prendrait cette initiative tout seul se ferait descendre politiquement ». lien

Comme le rappelle Fabrice Nicolino dans son blog, jean-Louis Borloo affirmant qu’il avait refusé les voix du FN afin de devenir président de la Région Nord-Pas de Calais, en 1992, est contesté par Jean Pierre Gendron, élu FN de la région : « Nous avions passé un accord avec Jean-Louis Borloo, alors sans étiquette, pour lui donner nos voix, afin que la présidence de la région ne bascule pas à gauche (…) Borloo était d’accord sur le principe ».

Voyons aussi le cas de Nicolas Hulot : il a changé d’avis au sujet du nucléaire, qu’il voyait auparavant comme une énergie acceptable pour son bilan carbone, puis admettant qu’elle représentait un réel danger.

En 2006, dans un article du « Monde », « il ne souhaitait pas fermer la porte à une éventuelle 4ème génération de centrales » puis en avril 2011, Pascal Durand, l’un des membres de son équipe affirmait : « Nicolas a été clair, il a dit que l’accident de Fukushima avait totalement modifié sa vision, lui avait fait apparaître que le nucléaire n’était pas acceptable ». lien

Restent pourtant les liens étroits qu’il entretient avec son conseiller Jean Marc Jancovici, lequel est un pro-nucléaire avéré. lien

Il avait aussi affirmé accepter le résultat des primaires écologistes, et rester dans le mouvement quel qu’il soit, mais n’est plus si serein aujourd’hui, maintenant que sa défaite est fondée.

Le mauvais perdant qu’il est devenu s’en prend maintenant autant à celle qui l’a fait tomber, qu’aux militants eux-mêmes. lien

Aujourd’hui, il n’est plus sur de « vouloir rester dans le mouvement  », (lien) et ce ne serait pas une grosse surprise de le voir rejoindre son ami de toujours, Jean Louis Borloo, même si Gérard Feldzer, l’un de ses conseillers, affirme « qu’il n’a qu’une parole » (lien) et qu’il a lui-même déclaré le 3 juillet « je ne rejoindrai pas un autre candidat  ».

Sa présence (ou non) lors des journées d’été d’EELV à Clermont Ferrand, du 18 au 20 août sera un premier élément de réponse. lien

On se souvient qu’il n’y a pas si longtemps, affichant son amitié avec Nicolas Sarközy, il avait fait miroiter l’éventualité de sa candidature en 2007, lançant son « Pacte écologique  » dans lequel le nucléaire avait été soigneusement évité, et récoltant 750 000 signatures, se retirant finalement, plus le plus grand profit de celui qui allait devenir Président de la République, et lançait avec lui l’illusoire « Grenelle de l’environnement  ». lien

Comme le rappelait le 19 septembre 2009, «  Le Nouvel Observateur », Hulot est « l’homme qui parle à l’oreille de Sarközi  ». lien

Mais le champion de la pirouette est justement l’autocrate présidentiel comme le prouve ce texte amusant rédigé par un auteur facétieux, que l’on peut lire indifféremment à l’envers ou à l’endroit.

Lui qui avait affirmé «  je ne toucherais pas à la retraite à 60 ans » a fait exactement le contraire une fois élu. lien

Ce n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres : « Marianne2  » en a fait un abécédaire assez complet à découvrir sur ce lien.

D’agriculture à travailler plus, en passant par Droits de l’Homme, on ne compte pas moins de 28 revirements.

Mais le meilleur est à venir.

Au moment ou la Cour des Comptes dénonce le fastueux train de vie de l’Elysée, reconnaissant tout de même quelques modestes progrès, force est de reconnaitre qu’aucun gouvernement n’a été si dépensier.

La Cour des Comptes n’y voit pas de lien avec la crise, comme le prétend Sarközy, et affirme que ce déficit historique vient d’un laisser aller dans la gestion des finances publiques : Les cadeaux fiscaux, le bouclier fiscal, l’exonération des charges sur les heures supplémentaires, les exonérations de charges sociales, déséquilibrent lourdement les finances publiques et feront payer à nos enfants les cadeaux faits aujourd’hui, aux plus riches. lien

Elle épingle aussi la politique de sécurité de Sarközy, dénonçant les violences aux personnes, les statistiques biaisées, la baisse des effectifs et des moyens, et le choix d’un équipement couteux. (lien)

Au chapitre des dépenses fastueuses, en 2009 les frais de déplacement représentaient 19,25% du total du budget de l’Elysée, contre 14,5 % en 2008. lien

A titre d’exemple, le déplacement à L’ONU en septembre 2009 a couté plus d’un milliard d’euros. lien

Les frais de restauration de l’Elysée (8,3 millions €) ont augmenté de 27,6% en 2 ans.

Les reproches de la Cour des Comptes 2011 concernent aussi les énormes contrats de conseil et communication, le non respect des règles de passation de marchés public, comme par exemple le contrat passé avec Patrick Buisson, ancien directeur du journal d’extrême droite « Minute  » Patrick Buisson, proche du président. lien

Cerise sur le gâteau, Olivier Faure, secrétaire général du groupe socialiste à l’assemblée nationale nous en apprend « une bien bonne ».

Alors que sous la présidence sarkozyste la dette publique dépasse 85% de la richesse nationale (lien), record peu enviable, Sarközy vient de mettre au point « une règle d’or » par laquelle on voit qu’il ne manque pas de souffle, puisqu’ il souhaite apparaitre comme le Président de la « remise en ordre des comptes publics ».

Le plus cocasse étant que si cette proposition est votée, elle ne sera applicable qu’après l’élection 2012. lien

Pour revenir à l’écologie, l’autocrate présidentiel, malgré ses liens avec Hulot, semble accumuler les lacunes en la matière, outre le fait de son engagement aveugle sur la question nucléaire, puisque lors d’un déplacement récent à Montluçon, il a confondu le nombre de centrales nucléaires et celui du nombre de réacteurs.

Ça ne devrait pas nous surprendre puisque dans son livre autobiographique «  Libre  » paru en 2001, comme le remarque le philosophe Michel Sourrouille, il n’accorde pas une seule ligne à l’écologie. lien

Le « Grenelle de l’environnement » illustre bien la contradiction qui l’habite, puisqu’il prétend répondre aux méfaits issus de la croissance, en voulant en même temps accélérer celle-ci.

Ce qui ne l’a pas empêché de s’affirmer en 2009 « le 1er écologiste de France » (lien), avant de déclarer lors du salon de l’agriculture de mars 2010 : « l’environnement, ça commence à bien faire  ». lien

Aujourd’hui, du «  Grenelle de l’environnement  », que Fabrice Nicolino surnomme « une farce  » il ne reste qu’un listing de belles promesses et pour les associations qui s’y sont fourvoyées, un sentiment d’amertume qui, non seulement ont été « Gaou » lors du premier Grenelle, mais « Gaou » aussi lors du second,

Après la catastrophe de Fukushima, L’écologie et la sortie du nucléaire, seront au cœur de la prochaine présidentielle, mais il est probable que le candidat de l’UMP fera l’impasse sur le sujet, restant centré sur ses thèmes fétiches : « l’insécurité, et l’immigration ».

Car comme dit mon vieil ami africain « quand tu es boubou, tu sors boubou sur la photo ».

 L’image illustrant l’article provient de « nutterstyle.vip »


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Marco07 1er août 2011 10:54

    Bof, la critique est facile, étrangement ça se limite à certains bords...

    Pour Marine, elle dit autant de vérités que Mélenchon ou NDA... Partant de là je ne l’exclue pas de mes choix. (tout comme les deux autres candidats) Et ne prends pas en compte les avis concernant les « extrêmes ».

    Un vieil adage dit ’Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis« pourquoi cette règle serait systématiquement fausse ?

    Concernant les liens entre Hulot & cie, ça ne veut rien dire. Je fréquente les articles de Cabanel (que j’apprécie en partie) sans pour autant être un »obsédé anti-nuk« , je pense que la sortie du nucléaire doit faire partie d’une politique de diversification des énergies et non sortir absolument au plus vite du nucléaire »à tout prix"...

    • Marco07 1er août 2011 10:57

      D’ailleurs c’est un peu dommage, pourquoi se limiter dans cet article qui commençait bien et glisser sur la présidence ?

      ça aurait été très intéressant d’avoir un aperçu globale du phénomène de la girouette dans tous les bords politique (même si la liste est extrêmement longue). Mais au moins le top du retournement de veste électorale.

    • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 11:39

      marco
      ce n’est pas bien !
      si vous avez lu attentivement l’article, pas grand monde n’est épargné.
      alors bien sur, la gauche n’étant pas au pouvoir, il est difficile de dire qu’elle ne tient pas ses promesses, puisqu’elle n’est pas en situation de pouvoir le faire,
      et il ne s’agit pas non plus d’évoquer la courte époque pendant laquelle elle a été aux affaires,
      j’ai tenu à rester dans l’actualité.
      mais croyez bien que si en mai 2012, le vent tournait et que de nouvelles promesses ne soient pas tenues, je ne serais pas le dernier à le dénoncer.
      et vous serez la pour me le rappeler, j’en suis sur.
       smiley


    • Kalki Kalki 1er août 2011 11:40

      SI il suffisait de changer de vision ... si il y a tout ce qu’il faut partout ?

      N’est ce pas olivier

      toute l’énergie, toute la place, toute la matière, toute la force de travail, tout


    • Kalki Kalki 1er août 2011 11:41

      Mais pas la compréhension ou la volonté

      Est ce que l’on va produire de l’énergie dans les désert ? Ou ca en est pour l’europe ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 11:53

      Kalki
      oui, tu as raison, on a tout sous la main,
      il manque juste la volonté de s’en servir.
      un ami me répète souvent qu’il y a dans la nature tout pour nous soigner, nous nourrir, nous rendre heureux, encore faut-il que nous ayons conscience...et la connaissance.
      merci de ton commentaire.


    • Kalki Kalki 1er août 2011 12:14

      Il y a tout, meme la surabondance de force de travail

      mais que fait on, quand il n’y a plus de travail ?

      Ou que fait on, quand il n’y a plus rien à faire ? Plus rien à découvrir , a construire , penser, rêver ?

      c’est une grande question que le capitalisme ou la pensée conforme ne résoud pas


    • Kalki Kalki 1er août 2011 12:15

      Alors il faut être non conforme


    • Marco07 1er août 2011 12:50

      Kalki, si il y a une chose que je comprends dans vos commentaires, c’est que vous avez adopté la philosophie d’ A table les sauvages...

      Je ne sais pas de quelle variété vous vous nourrissez, mais je suis persuadé qu’elle n’est pas légale sur le territoire !


       smiley

    • Kalki Kalki 1er août 2011 12:59

      Not the destruction of the sign, Money, capitalism, symbolism, but rather destruction of the ownership of the sign.


    • Marco07 1er août 2011 13:21

      J’en veux, dites-moi de quelle variété de plante il s’agit et si possible le nom de votre fournisseur !


       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 13:36

      marco
      qu’elles soient vertes ou liquides, l’abus de drogues est dangereux.
      et si elles permettent parfois de nous proposer des textes, des peintures, rimbaudelairiennes ne sont pas à mettre dans toutes les gosiers, les narines...
       smiley
      mais vous le saviez ?


    • Kalki Kalki 1er août 2011 13:43

      Y en a qui fume de la merde, je la leur vend au kilo jusqu’a overdose


    • Marco07 1er août 2011 14:59

      Très intelligent de votre part, j’ai toujours soutenu que la sélection naturelle était encore d’actualité !



    • Marco07 1er août 2011 15:03

      Tout à fait Olivier, il faut reconnaître que dans certains cas il y a eu de graves problèmes.

      J’ai moi même été témoin d’un cas qui fait réfléchir : un ami, pourtant intelligent et objectif s’est mis à consommer du cannabis... cette « drogue douce » a fait des ravages côté intellectuel, depuis il a été hospitalisé et est devenu un anti-nucléaire maladif.

    • Kalki Kalki 1er août 2011 15:41

      On a surement pas du lui donner la brochure explicative en rentrant dans le club des fumeurs anonymes. Tout le problème de l’électron libre


    • Marco07 1er août 2011 17:00

      Vous voulez parler du neurone libre ?

       smiley

    • Kalki Kalki 1er août 2011 17:23

      La question est simple et redondante

      on est soit pour une redistribution des richesses dans une allocation universelle

      Soit on est autre chose : alors , un pourri, un ripoux, un capitaliste, un ogre, un pharaon en haut d’une pyramide, un utopiste du changement dans le travail ; la lutte des classes, ou le mérite ou , l’asservissement

      La lutte des classes ca marche quand il y a du travail. La il reste des fonctionnaires et des riches et des autres, en sursit

      Quand il n’y a plus de travail, il y a une chose qui se passe quand on ne redonne pas de l’argent aux gens, ils meurent, salement

      Il faut juste se décider d’y aller a fond , NON ?

      On attend que les gens en aient marre pour mettre l’armé en renfort ?

      LE PROCESSUS DE LA CAPTATION CAPITALISTE ET LA DESTRUCTION DU TRAVAIL NE SE STOPPERA PAS
      Si on ne désire que cela stop


    • mick_038 mick_038 2 août 2011 00:15

      « ça aurait été très intéressant d’avoir un aperçu globale du phénomène de la girouette dans tous les bords politique »

      Marco, vous n’y pensez pas !! Vous êtes anti-écolo ?
      Vous imaginez le nombre de tera octets qu’il faudrait pour stocker tout ça ? Voir de serveurs ? L’a facture d’électricité ?
      Non mais sérieusement....


    • Fergus Fergus 1er août 2011 10:57

      Bonjour, Olivier.

      A en juger par le nombre de girouettes qui s’agitent dans espace, les vents sont décidément bien changeants. Des girouettes de couleurs très variées qui donnent à notre paysage politique un caractère bigarré.

      A nous, électeurs, de rompre avec notre naïveté passée. A nous de renvoyer à leurs collections de timbres ceux qui se sont montrés plus habiles à retourner leur veste qu’à pendre des décisions efficaces dans le sens d’une plus grande justice sociale.

      Cordiales salutations.


      • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 11:41

        Fergus,
        c’est effectivement de naïveté qu’il s’agit, la question étant « seront-ils dupes une seconde fois » ?
        merci de ton commentaire, et bravo pour tes articles, que j’aime beaucoup.
         smiley


      • BOBW BOBW 1er août 2011 12:38

        Ces girouettes grinçantes deviennent de plus en plus insupportables , de toutes façons il n’est pas question de les « vaseliner » mais plutôt de mettre à la ferraille ces« vieux coqs tranfuges rouillés ».


      • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 12:59

        bobw
        jeunesse ne rimant pas toujours avec sagesse, je suis d’accord pour les coqs rouillés, mais je pense qu’il nous reste à trouver des candidats crédibles, quels que soient leur age.
        ceux qu’on a déjà vu à l’oeuvre nous ont montré les limites de leurs talents.
        faut qu’ils s’en aillent, qu’ils dégagent.
        et pas seulement à la tête de l’état, mais dans les rangs de l’assemblée, du sénat.
        la France a besoin d’intelligence a sa tête, et les « professionnels opportunistes, et baratineurs en tout genre » de la politique n’intéressent plus grand monde.
        pour y arriver, il faut baisser drastiquement les salaires des élus députés, sénateurs, et que les ministres choisis soient une affaire de compétence, plus qu’une affaire d’amitié, de convergence.
        et là, c’est pas gagné.
         smiley


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 1er août 2011 11:09

        Slu Gaou qu’une fois,

        beau travail d’investigation, c’est vrai dans un champs constellé de contradictions sur tous les plans. Le plus triste dans l’histoire, c’est qu’il se trouvera encore des gens pour revoter pour lui. Tu me diras, on en trouve encore chez toi qui misent tout sur le nucléaire malgré la ruine des soviétiques ainsi que celle des japonais. Ces faits indéniables ne leur servent pas de leçons, ils restent absolutionnistes de l’idéologie radioactiviste. Mais, comme le reconnait le néanmoins candidat JLMélenchon, « je ne souhaite à personne d’hériter du bilan de NS ».

        Franchement, qui peut souhaiter ardemment et légalement prendre la barre du vaisseau national après une si forte dégradation de l’entretien général des outils et du moral du personnel, sachant que la véritable tempête qui arrive sera la résultante de l’échéance fatale. Il est désormais évident que tout est maintenu en place sans vagues trop flagrantes et que tout commencera vraiment après les prochaines élection en cas d’échec des partis dominants. Sans aucun doute, si tout foire, ce sera la faute, non pas du précédant, mais bien de l’incompétence du suivant, té, C’est évident !

        Bonne journée à toi et à tou$.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 1er août 2011 11:22

          Extrait de ton lien sur Jean Marc Jancovici : " Le livre est un exemple de pragmatisme. Il constitue une référence pour tous ceux qui se posent des questions et peinent à imaginer des solutions concrètes. Les auteurs cassent tout les préjugés et affirment que les solutions existent, sont simples et connues de tous. Le vrai problème et de se mettre au travail. En temps de guerre nous avons été capable de mobiliser des nations entières au service de la violence. Pourquoi ne serions-nous pas capable d’en faire autant pour la paix ? Les solutions existent et sont connues de tous.

          Comme dit le proverbe chinois, « si tu veux ramasser les pépites d’’or au sol, lâche d’abord les cailloux que tu as dans les mains » En deux mots si nous voulons changer de système politique ou énergétique, il faut d’abord commencer par lâcher les anciens.


        • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 11:44

          Lisa,
          c’est sur que la pente va être difficile à remonter.
          mais si en 7 ans le déficit a doublé, pourquoi ne pas imaginer que dans les 7 qui suivent, il pourrait diminuer de moitié ? à condition bien sur que le vent tourne, et que le nouvel élu ne déçoive pas...une fois de plus.
           smiley


        • Kalki Kalki 1er août 2011 13:02

          On peut remettre les compteur à ZERO, vous savez, c’est possible déjà fait par le passé

          La quette est forcément toujours plus grande que notre capacité présente à rembourser

          sauf et surtout à la fin de l’histoire quand, tout est capté, et que le travail disparait

          The call for a debt jubilee

          Quand on a pas de solution , et bien on en invente

          Vous n’avez pas de solution, peut être qu’il n’y a qu’un problème « capitalisme pyramidale empirique »


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 août 2011 09:26

          « c’est sur que la pente va être difficile à remonter. » On est bien d’accord et pour ceci, non seulement renverser ce pouvoir mis aussi son organe moteur qui tourne à l’envers. Voici la description de la méthode de captation résumée dans cet article d’hier :

          Je retiens entres autres pour alimenter les débats 2012 : Tout… car il faut lire tout le document de A à Z pour comprendre à quel point les mondes de l’eau et de l’information publique sur l’état de l’environnement paraissent « troubles » !Le seul exemple des turpitudes administratives de l’Ifen illustre cependant bien la situation : "L’histoire de l’IFEN témoigne d’un véritable échec, qui renvoie à une interrogation de fond sur la gouvernance dans le domaine de l’eau […] L’Institut français de l’environnement (IFEN), qui était le « point focal » des données sur l’environnement en France, notamment vis-à-vis de l’Agence européenne de l’environnement, jouissait depuis sa création d’une indépendance découlant de son statut d’Etablissement public de l’Etat. Il y est brutalement mis fin en 2004. L’Institut devient un service du ministère. A dater de 2006, le personnel expert en charge du traitement des eaux de surface sera éliminé dans des conditions particulièrement brutales, qui seront dénoncées par les syndicats du ministère de l’Ecologie […] Un climat délétère règne en 2009 au siège historique de l’IFEN à Orléans, désormais placé sous la tutelle brutale du nouveau Service de l’observation et des statistiques (SOeS) créé en 2008, lui-même piloté par le nouveau Commissariat Général du Développement Durable de « l’hyper-ministère » de l’Ecologie. La quasi-totalité de son personnel technique a été muté, et les rares rescapés ont changé d’affectation. Les personnels spécialisés dans la connaissance environnementale y sont désormais supplantés par ceux de l’INSEE ou de l’Equipement. Plus « d’environnement », et bientôt plus d’information environnementale, puisque le site de l’ex-IFEN devrait aussi disparaître en tant que tel pour être intégré dans celui du SOeS. Le cabinet de Jean-Louis Borloo confondrait-il volontairement « communication » et « information » ? La direction de la communication du ministère de l’Ecologie est donc désormais en mesure de censurer tous les rapports techniques susceptibles d’évoquer les sujets qui fâchent. Les traditionnels « 4 pages » de l’IFEN, devenus « Le point sur » ne sont quasiment plus adressés aux journalistes, histoire d’éviter toute enquête qu’ils pourraient susciter… L’IFEN n’est plus habilité à diffuser des communiqués, comme il le faisait régulièrement dans le passé. Bientôt l’information sera uniquement disponible sur le site du ministère, et se résumera donc aux inaugurations et aux cocoricos post-Grenelle.« 

          extrait de cet article, entre tes mains tu devrais en faire encore un carton de retentissement mérité et merci à Milan.http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/l-etat-reel-des-eaux-un-dossier-et-98374#forum3004022
           » http://eau-evolution.fr/ "

          bon courage à toi, L.S.


          • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 11:48

            anarcoco
            oui, j’ai lu ça !
            la cogéma est dans tous les mauvais coups !
             smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 11:51

              gaijin
              il les avait traité effectivement de veaux,
              ce qui n’est pas très gentil, mais reste d’une belle lucidité,
              de là à les traiter de gnata, il y a un pas de plus.
              ngata, c’est vraiment « l’idiot, l’imbécile »
              ce que nous ne sommes pas ?
              du moins je l’espère.
              la réponse en mai 2012.
               smiley


            • Pyrathome Pyrathome 1er août 2011 12:06

              Bonjour Olivier et merci de tes articles, toujours un vrai plaisir de gourmet !

              Toujours sur le pont même en ces périodes estivales où il fait bon construire des châteaux sur la plage.... smiley

              La naïveté est entretenue par le manque d’informations ou de dissimulations des médias dominants, on roule dans la farine, on beurre généreusement, les lapins sortent des chapeaux, on illusionne, on enfume, on trouble en semant le doute dans la population, on capture le plus de temps disponible du cerveau à des choses sans importance, bref, on fait tout ce qui est possible de faire pour détourner l’attention des gens aux graves problèmes que le monde est en train d’affronter et qui ne sont que le résultat de l’irresponsabilité et de la cupidité politique et financière....
              Arrêtons de regarder le doigt et observons la lune..
              http://stream-info.blogspot.com/2011/06/12-choses-ou-les-medias-reste.html
              .


              • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 13:06

                Pyra,
                merci, c’est sympa.
                ceci dit, la naïveté est surtout une affaire de clairvoyance politique,
                il faudrait que les français arrêtent de gober tout ce qu’on leur propose,
                et comme tu le dis, qu’ils cessent de regarder le doigt, mais s’intéressent à la lune.
                le récent accord européen pour « sauver » la Grèce à d’étranges odeurs.
                les premiers menacés sont les banques françaises.
                elles ont beaucoup investi en Grèce, plus que les autres états européens, et n’ont guère d’alternative, le crédit agricole en premier.
                je ne suis pas économiste mais j’ai cru comprendre que si les prêts consentis ne sont pas rapidement honorés, le crédit agricole va se trouver dans une situation ingérable.
                mais comme disait Kipling, ceci est une autre histoire.
                 smiley


              • BisonHeureux BisonHeureux 1er août 2011 12:11

                Bonjour Olivier :
                « L’Elysée fut dans Paris le coin inquiétant et noir.
                Dans ce lieu mauvais,on était petit et redoutable.On était en famille entre nains.On avait cette maxime jouis.On vivait de la mort publique.Là on respirait de la honte,et l’on se nourrissait de ce qui tue les autres.C’est là que se construisait avec art,intention,industrie et volonté,l’amoindrissement de la France.Là travaillaient,vendus,repus et complaisants les hommes publics,lisez prostitués. »
                Victor Hugo « Histoire d’un Crime »
                Le parallélisme entre la mise en place de la dictature sous Napoléon 3 et la situation actuelle de destruction de tout ce qui fait la force de notre nation est saisissant !
                Jamais l’oligarchie n’a été aussi arrogante,jamais depuis la révolution le marasme collectif et social n’a été aussi fort !
                Nous sommes en situation pré-révolutionnaire !
                Il y a dans cette campagne qui s’annonce homérique car beaucoup de masques vont tomber un élément nouveau !Il y a une femme qui se présente car elle a conscience de la situation de souffrance collective dans laquelle nous évoluons,elle se présente car elle a soif de justice ;ce qui la démarque de la plupart des autres candidats qui eux ont tout simplement soif de pouvoir !
                Cette femme courageuse qui fait trembler l’oligarchie s’appelle Eva Joly !
                Je milite pour elle depuis quelques temps et l’écho que je reçois est réellement favorable !!!!
                Osons la révolution avec Eva !
                Dans son ouvrage « Littérature et philosophie mêlées »,V.Hugo annonce qu’un jour les femmes se mêleront à la politique et que là les choses pourront changer !
                Cette femme déterminée et lucide,nous l’avons,à nous de saisir l’opportunité et de commencer 2012 par un formidable « CASSE-TOI PAUVRE CON » !!!!!
                Hasta la libertad
                Salut et fraternité


                • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 13:07

                  Bison
                  pas mieux, je partage.
                   smiley


                • Loatse Loatse 1er août 2011 12:31

                  Bonjour Olivier,

                  On est prit entre le marteau et l’enclume...Quelque soit le candidat et ses promesses en ce qui concerne la sortie du nucléaire, celui ci devra se confronter à la réalité... qui est que démanteler une centrale coute énormément d’argent... et que d’argent, nous n’en avons plus !

                  Donc une sortie du nucléaire, financièrement parlant ne pourra se faire que progressivement... tout en optimisant les mesures de sécurité et l’entretien de nos centrales.. et en mettant en place afin que la transition se fasse sans heurts, les technologies de remplacement..

                  D’autre part, porter essenciellement son choix de vote sur un candidat anti nuc, sans tenir compte de ses capacités à redresser notre économie de façon réaliste ne me paraît pas raisonnable du tout...

                  et puis voter efa choly au premier tour et se retrouver avec martine aubry ou francois hollande au second et recommencer avec le vote utile pour contrer l’ump, pas question, on a déjà donné !

                  La seule personne parmi tous ces candidats qui sont actuellement en train de faire leur beurre sur la récupération de l’affaire Breivik ( à vomir ce comportement), et qui me semble paré de toutes les qualités nécessaires pour nous aider à sortir de ce marasme est pour moi francois ASSELINEAU..

                  parceque pas de sous, pas de sortie du nucléaire possible.. ni à court, ni à moyen terme...









                  • Kalki Kalki 1er août 2011 13:05

                    On peut remettre les compteur à ZERO, vous savez, c’est possible déjà fait par le passé

                    La dette est forcément toujours plus grande que notre capacité présente à rembourser

                    Surtout avec 6 ou 10 % par ans pour les états .. .... .... c’est pas les petites gens qui se sont foutus dans la merde ... désolé

                    Et sauf et surtout à la fin de l’histoire quand, tout est capté, et que le travail disparait

                    The call for a debt jubilee

                    Quand on a pas de solution , et bien on en invente

                    Vous n’avez pas de solution, peut être qu’il n’y a qu’un problème « capitalisme pyramidale empirique »

                    Vous savez ou vous mène la voie prise néo ? nulle part, on y est


                  • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 13:12

                    Loatse
                    la sortie du nucléaire est plus facile que l’on l’imagine.
                    je vais le prouver bientot, et je l’ai déjà abordé,
                    une affaire de choix politique.
                    au sujet d’Eva (pas Efa  smiley ) elle est autant française que beaucoup d’entre nous.
                    la droite se sentant menacée utilise l’argument de son origine, et ferait bien de balayer devant sa porte.
                    à combien de génération faudrait-il remonter pour se revendiquer français ?
                    situation qui pourrait en géner plus d’un.
                    le chef de l’état en premier, et bien d’autres.
                    méfions nous de ces amalgames manipulateurs.
                    enfin, ce n’est que mon humble avis.
                     smiley


                  • olivier cabanel olivier cabanel 1er août 2011 13:30

                    kalki,
                    totalement d’accord.
                    merci
                    nous avons de l’imagination, il serait temps de s’en servir.
                    sinon à quoi bon, comme disait Gainsbarre.
                     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès