Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Premiers pas vers une union de l’opposition ?

Premiers pas vers une union de l’opposition ?

Qualifiés d’ « événement historique dans l’histoire de la gauche française » par son promoteur Vincent Peillon, les ateliers d’été du courant progressiste du PS « L’espoir à gauche » qui se sont déroulés les 21-22 août dernier à Marseille ont secoué le landerneau politique.

Le pari était risqué : alors que les partis d’oppositions se confrontent durement en prévision des élections régionales, et que le PS n’en fini pas de s’entre-déchirer, l’ex-futur premier secrétaire délégué du parti socialiste (si Ségolène Royal avait été adoubée) avait rassemblé autour de lui Daniel Cohn-Bendit (Europe-Écologie), Marielle de Sarnez (MoDem), Robert Hue (PCF) et Christian Taubira (PRG) pour un débat inédit sur le thème : « Une nouvelle majorité progressiste pour la France : comment et avec qui ? ».

Pari réussi si l’on en croit l’enthousiasme des quelques 1500 participants lors de ce débat et surtout les retombées médiatique de l’évènement, omniprésent dans les journaux.

Il faut dire que Daniel Cohn-Bendit avait ouvert la voie lors de l’université d’été d’Europe-Écologie la veille, en déclarant : « Il faut prendre à Sarkozy ce qu’il n’a pas, c’est-à-dire un projet émancipateur qui parle des problèmes d’aujourd’hui. Pour cela, il faut changer la gauche, même s’il faut y ajouter le MoDem ». Face aux contestations internes, il en avait rajouté une couche : « Si vous voulez une majorité, il faut aller chercher les gens là où ils sont, pas là ou vous êtes ! ».

Mais c’est Marielle de Sarnez, la numéro 2 du Mouvement Démocrate, qui emportait la mise en recueillant une standing ovation pour son discours dans lequel elle déclarait, tout en assumant son origine centriste : « Nous venons d’horizons divers mais nous partageons la même inquiétude pour notre pays. Et nous portons, je le crois, pour l’essentiel, le même jugement sur le pouvoir en place. Nous n’aimons ni sa façon de faire, ni sa façon d’être… Ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise ».

Dire que cette réunion a fait l’effet d’un pavé dans la mare dans la gauche française serait un pléonasme.

A gauche de la gauche tout d’abord, on a senti la menace. Pour le NPA, Olivier Besancenot s’est empressé de qualifier de « manœuvres » ces débats et d’appeler au « rassemblement anticapitaliste ». Il est vrai qu’une telle alliance ruinerait toute possibilité pour le NPA de participer à des exécutifs avec le PS. Or, c’est ce que réclament de façon croissante ses propres membres, en rupture avec les positions traditionnelles du mouvement trotskiste. Encore plus embarrassante est la situation du Parti Communiste vis-à-vis d’un tel accord, qui gère avec le PS de nombreuses régions. La présence de Robert Hue au débat de Marseille d’un côté et les réactions indignées d’autres responsables communistes de l’autre augurent de sérieuses discussions entre tenants d’une ligne dure et pragmatiques.

Chez les écologistes, le clivage apparaît entre militants et responsables Verts traditionnels, partisans d’un rassemblement uniquement réservé aux partis de gauche, et nouveaux venus de la société civile, beaucoup plus favorables à un accord englobant l’ensemble de l’opposition. C’est donc toute la stratégie d’ouverture d’Europe-Écologie, par rapport à la politique traditionnelle des Verts, qui est mise en cause. La suite dépendra largement de la résistance à l’usure de Daniel Cohn-Bendit. Artisan de l’ouverture, il a mené au succès les écologistes aux européennes mais sa stratégie se heurte aux positions traditionnelles des Verts, dont certains responsables subissent aussi les pressions « amicales » de la part de leurs alliés socialistes qu’Europe-Écologie menace de façon importante dans les régions.

Le Parti Radical de Gauche, après avoir été satellisé par le PS, était en passe de perdre son âme suite aux offres de Nicolas Sarkozy à ses quelques parlementaires restant en échange d’un plat de lentilles. Cette alliance représente ainsi son dernier espoir de sauvetage. Voici bien longtemps que sa dernière figure présentable, en la personne de Christine Taubira, a perdu ses illusions vis-à-vis de ce parti sans éthique, mais une telle alliance lui permettrait de partir la tête haute.

Mais c’est bien sûr au Parti Socialiste, le parti aux milles chefs, que ce débat a suscité les remous les plus visibles, tant il est vrai que toute référence au MoDem suffit à jeter le moindre responsable socialiste dans un état d’agitation incontrôlable. A la gauche du PS, Benoit Hamon avait bien sûr ouvert le bal des commentaires en fustigeant par avance toute idée d’alliance nationale avec un parti qualifié de « libéral », ce qui fera sans doute frémir d’indignation les militants du MoDem. Cette position a bien sur était reprise par Laurent Fabius ce matin. Plus prudemment, Arnaud Montebourg préfère appeler à l’union de la gauche d’abord, en supposant que le MoDem suivra nécessairement un tel rassemblement, façon commode de botter en touche. Déjà déchiré par la question de son leadership et des multiples propositions de primaires qui se croisent, le PS offre donc à son premier secrétaire un sujet de discorde de plus pour son université d’été. Gageons que les débats de fond n’intéresseront une nouvelle fois guère les journalistes à la Rochelle, tant le spectacle politique de ce parti leur paraitra incomparablement plus vendeur.

A droite, les responsables de l’UMP sont restés prudemment en retrait face à une initiative qui présente un risque considérable pour ses élus. Après la poursuite de droitisation de ce parti provoquée par l’absorption du courant de Philippe de Villiers, la création d’une telle alliance de l’opposition modérée représenterait en effet une proposition d’alternative infiniment plus dangereuse que celle d’un parti socialiste déchiré. Si les cadres de l’UMP se sont donc soigneusement abstenus de toute réaction, les électeurs eux ne s’y sont pas trompés : dans un sondage publié dans Libération aujourd’hui, on apprend que si les électeurs socialistes (comme ceux du MoDem comme l’indiquaient d’autres études) sont en majorité favorables à un accord avec le MoDem, les électeurs dans leur totalité (et donc surtout ceux de droite et d’extrême gauche) y sont très opposés, ces derniers ayant sans doute compris le risque d’un tel accord pour leur parti préférentiel.

Très commenté, ce débat aura certainement permis à Vincent Peillon et aux socialistes modérés du courant Royaliste de se mettre en avant, même si Ségolène Royal s’est habilement mise en retrait afin d’éviter toute image de division. Reste à savoir si l’idée d’une plateforme politique commune, proposée par Daniel Cohn-Bendit, réussira à franchir les obstacles nombreux posés sur son chemin. Pour le MoDem, nul doute que ce débat, qu’il appelle de ses vœux depuis sa création, et qui provoque tant de division à gauche, n’arrive à point nommé pour faire oublier un score décevant aux élections européennes. S’il parvient à emboiter le chemin d’Europe-Écologie dans le débat de fond et la proposition de politiques alternatives, François Bayrou se sera vu remis en selle plus rapidement que prévu. Car avec le retrait de D. Cohn-Bendit de la course aux présidentielles, et en l’état actuel du PS, ce débat et la perspective d’une alliance de l’opposition modérée profite à trois présidentiables potentiels : Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn et François Bayrou.

Crédit photo : AFP
 

Les réactions les plus appréciées

  • Gabriel (---.---.---.98) 25 août 2009 10:30
    Gabriel

    Bonjour,

    Voilà maintenant plusieurs années que la gauche parle d’unir, rassembler etc….  Que cela en est risible  ! Maintenant ils veulent des primaires et nombreux sont les postulants. Quand comprendront ils que le contenu est plus important que le contenant, que le texte est plus important que l’auteur ? En clair, ou et quel est le programme ? Et après, seulement après, le choix d’un leader pourra se faire. Je n’ai que faire de cerveaux si ceux-ci sont déconnectés de la réalité. Le pouvoir est autant illusoire qu’éphémère et la seule trace qu’on peut laisser dans l’histoire, c’est ce que l’on a fait pour les autres. 

  • barbouse (---.---.---.240) 25 août 2009 10:16
    barbouse, KECK Mickaël

    bonjour,

    comme c’est mou tout ça, quand on en est a vendre de l’espoir sans rien dedans, on est quand même dans le ridicule de la politique, de celle qui donne des mauvais spectacles.

    amicalement, barbouse.

  • Voltaire (---.---.---.14) 25 août 2009 11:37
    Voltaire

    Cher Bernard,

    Lorsque vous aurez identifié des responsables politiques sans ego démesuré, faites-nous signe ! la modestie est rarement un attribu majeur des politiques...

  • LE CHAT (---.---.---.148) 25 août 2009 10:42
    LE CHAT

    @barbouze

    oui , c’est une surboum entre quadras pour dire qu’ils existent encore , mais on joue en ligue 2 qui compte pour du beurre au PS , la ligue 1 c’est celle des éléphants à La Rochelle le week end prochain qui restera avec des résultats de ligue 1 (beaucoup de matches nuls ) . il se jouait aussi un match en CFA avec la Montebourg team dans le 71, mais pour le coup , tout le monde s’en tape !


Réagissez à l'article

89 réactions à cet article

  • barbouse (---.---.---.240) 25 août 2009 10:16
    barbouse, KECK Mickaël

    bonjour,

    comme c’est mou tout ça, quand on en est a vendre de l’espoir sans rien dedans, on est quand même dans le ridicule de la politique, de celle qui donne des mauvais spectacles.

    amicalement, barbouse.

    • LE CHAT (---.---.---.148) 25 août 2009 10:42
      LE CHAT

      @barbouze

      oui , c’est une surboum entre quadras pour dire qu’ils existent encore , mais on joue en ligue 2 qui compte pour du beurre au PS , la ligue 1 c’est celle des éléphants à La Rochelle le week end prochain qui restera avec des résultats de ligue 1 (beaucoup de matches nuls ) . il se jouait aussi un match en CFA avec la Montebourg team dans le 71, mais pour le coup , tout le monde s’en tape !

    • appoline (---.---.---.48) 25 août 2009 13:51
      appoline

      @ Barbouze,

      Tu as raison, autant de partis de gauche pour un si piètre résultat, il faut quand même une sacrée dose de connerie pour ne pas se poser de questions. Qui plus est, ils vont venir nous gonfler à La Rochelle, encore une montagne qui va accoucher d’une souris. Enfin, il faut bien qu’ils justifient les dépenses auprès des militants.

    • appoline (---.---.---.48) 25 août 2009 13:55
      appoline

      @ Le Chat,

      « c’est celle des éléphants à La Rochelle le week end prochain »

      Leur donner ce qualificatif est encore bien trop d’honneur pour des pseudo politiques qui ne pensent uniquement à leur carrière et non pas au bien-être du français. Ils sont quasiment la copie conforme de leurs copains de droite, c’est la raison pour laquelle ils se prennent râteau sur râteau.

    • dume (---.---.---.130) 25 août 2009 17:13
      Dominique TONIN

      C’est bien là le noeud du problème, des politiques déconnectés de la réalité et du peuple. Des promesses en période électorale pour s’acquérir les suffrages et puis après, chassez le naturel il revient au galop, c’est tout pour eux, leurs amis, 40 ministres et secrétaires d’état confondus, contre« 11 ministres et pas plus » lors de la campagne de SARKOZY !
      Tant que les francais ne comprendront pas que l’on se moque d’eux à longueur d’année et que le changement peut se faire, uniquement par le biais des urnes, nous resterons dans la merde et de plus en plus.
      Changer, mais pour qui me direz-vous ? Très juste, changer pour une équipe nouvelle, qui n’a jamais gouverné, mais qui n’en est pas moins capable, qd on voit ce qui se fait actuellement. Des gens s’y sont penché, ils ont crée le « PF » pour peuple français : www.peuplefrancais.fr . Soyez curieux , allez voir ce qui y est écrit, adhérez si affinité, et faites passer autour de vous. MERCI

    • appoline (---.---.---.48) 25 août 2009 19:19
      appoline

      @ Dume,

      Ma foi, tout n’est pas à jeter, il y a quelques lacunes malgré tout. Ceci dit effectivement il y a un grand ménage à faire qui rapporterait gros aux finances de l’état. Il n’est pas impossible que j’essaie d’en savoir plus.

    • Voltaire (---.---.---.37) 25 août 2009 11:07
      Voltaire

      Merci pour cette excellente contribution.
      Il m’étais impossible dans un bref article de coupler l’analyse politique avec un rapport détaillé des interventions sur le fond. Contrairement à ce que bien sûr les journalistes ont rapporté, et comme le pensent un certain nombre de commentateurs de cet article, ce débat sur une alliance républicaine n’était pas simplement bâti sur le sable des intérêts électoraux. Les deux interventions de Marielle de Sarnez et de Christine Taubira en particulier (des femmes politique comme par hasard ?) contenaient de très nombreux éléments programmatiques concrets pouvant servir de base de discussion à un accord de gouvernement.

      On pourra bien sûr polémiquer sans fin sur l’opportunisme de telles démarches et sur les obstacles internes nombreux qui attendent ses promoteurs au PS ou chez les écologistes, mais il semble que, pour la première fois, une discussion de fond et non simplement médiatique soit engagée entre des partenaires potentiels d’une alternative politique au pouvoir actuel. Il sera donc très intéressant de voir leur traduction dans les jours à venir lors des universités d’été du PS et du MoDem, et de regarder si une plateforme plus durable de dialogue se met en place.

  • Gabriel (---.---.---.98) 25 août 2009 10:30
    Gabriel

    Bonjour,

    Voilà maintenant plusieurs années que la gauche parle d’unir, rassembler etc….  Que cela en est risible  ! Maintenant ils veulent des primaires et nombreux sont les postulants. Quand comprendront ils que le contenu est plus important que le contenant, que le texte est plus important que l’auteur ? En clair, ou et quel est le programme ? Et après, seulement après, le choix d’un leader pourra se faire. Je n’ai que faire de cerveaux si ceux-ci sont déconnectés de la réalité. Le pouvoir est autant illusoire qu’éphémère et la seule trace qu’on peut laisser dans l’histoire, c’est ce que l’on a fait pour les autres. 

    • le mave (---.---.---.173) 25 août 2009 10:56

      Tout est dit , des candidats sans programme autre que celui d’aller à la soupe :
      « élisez nous , on verra après ..... »
      Quant aux primaires ,il me semble que ce serait un souhait de certains , transformer nos élections à deux tours en élection à un seul tour ,avec des primaire dans les grands partis .
      ainsi la soupe ne sera partagé qu’entre deux familiae .

  • arturh (---.---.---.35) 25 août 2009 10:44

    Rappelons une évidence : la gauche, en France, est majoritaire. Ca veut dire un chose, si on veut bien admettre cette autre évidence : Sarkozy, au cours des deux dernières années, à redéfini la droite.

    Cette gauche majoritaire fonctionne de la manière suivante : à toutes les élections, le candidat à l’élection est désigné par une primaire qui est ouverte aux gens de gauche.

    Les bureaucrates des différentes chapelles de gauche, crispés sur leurs fiefs, aggrippés à leur sièges, feront tout, absolument tout, pour empêcher cette gauche majoritaire de parvenir au pouvoir. 

  • Bernard Dugué (---.---.---.113) 25 août 2009 10:51
    Bernard Dugué

    Bonjour,

    Au vu de la brochette d’ego sur la photo, cela risque de nous faire des primaires avec plus de dix prétendants. Il faudra alors organiser des séries puis des demi finales, comme au 100 mètres

    • LE CHAT (---.---.---.148) 25 août 2009 10:58
      LE CHAT

      @bernard

      tu peux aussi les envoyer à Koh Lanta , comme en plus des épreuves faut savoir faire des alliances et survivre aux autres , ça leur fera du bien

    • Bernard Dugué (---.---.---.113) 25 août 2009 11:07
      Bernard Dugué

      T’es fou, à Kohl Lanta, s’ils n’arrivent pas à pêcher quelques poissons, ils risquent carrément de se bouffer entre eux pour survivre. Ce serait le deuxième cas de cannibalisme après celui des naufragés dans les Andes

    • arturh (---.---.---.35) 25 août 2009 11:27

      Exactement, et en tenant compte du fait qu’une primaire, c’est plutôt le 10 000 mètres que le 100 mètres, ce qui fait que très vite ceux qui comprennent qu’ils n’ont aucune chance abandonnent.

      C’est comme ça que ça fonctionne les primaires.

    • Voltaire (---.---.---.14) 25 août 2009 11:37
      Voltaire

      Cher Bernard,

      Lorsque vous aurez identifié des responsables politiques sans ego démesuré, faites-nous signe ! la modestie est rarement un attribu majeur des politiques...

    • appoline (---.---.---.48) 25 août 2009 13:59
      appoline

      @ Voltaire,

      On avait bien Arlette la belette en magasin, mais elle n’est plus d’actualité. C’était la seule qui a su rester sincère, il faut bien l’admettre.

  • Pierre JC Allard (---.---.---.166) 25 août 2009 10:57
    Pierre JC Allard

    On assiste à la création d’un vaste parti de centre gauche - Mouvement Démocrate - auquel s’opposera un futur « Mouvement Republicain » de centre droite. Tout ça est prévisible depuis longtemps.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/162-le-monde-a-l’envers/

    Modem et Morep seront les seuls partis de gouvernance et alterneront au pouvoir comme dans une démocratie à américaine : indiscernables et donc interchangeables sans vraie solution de continuité. Le sel changement sera qu’un groupe de notables pigera pour un temps plus goulument dans le plat, puis se sera au tour de l’autre…

    Si on a des idée, il faudra militer plus à gauche ou plus a droite, dans des petites partis qui seront en fait des clubs, marquant des points au premier tour pour influencer - lentement - les programmes des partis « sérieux“et permettre l’accession des jeunes loups aux grandes maisons quand ils auront fait leurs preuves…

    Ne pas compter sur Bayrou... mais il sera remplacé pour du neuf en 2011

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2009/06/10/bayrou-meteores-et-jumen…

    Si on n’aime pas cette évolution, il faut faire la révolution. Mais qui a un programme révolutionnaire à proposer ... ? 

    Pierre JC Allard

    • Gabriel (---.---.---.98) 25 août 2009 11:25
      Gabriel

      Si on n’aime pas cette évolution, il faut faire la révolution. Mais qui a un programme révolutionnaire à proposer ... ? 

      Le bateau prend l’eau de tous les côtés. Gauche et droite sacrifient la république sur l’autel des profits. Concernant la révolution, celle-ci a commencé, elle est rampante et prendra de l’ampleur de façon exponentielle dans un avenir proche. Elle a plusieurs formes. Elle est écologique, changement du climat, disparition des espèces, mutation des virus etc… Elle est sociale, zones de non droit dans les banlieues, marchés parallèles etc…. Le problème c’est qu’elle sera bientôt incontrôlable ce qui permettra de justifier l’usage de la force et ainsi mettre en place petit à petit un ordre « mondial ». L’avenir est dans les livres d’histoires, il suffit de les lire à l’envers. Je pense qu’une démocratie sans le respect des règles sombrera immanquablement dans un système totalitaire.

    • Pierre JC Allard (---.---.---.166) 25 août 2009 13:05
      Pierre JC Allard

      @ Gabriel : Où est votre trompette ? J’ai bien peur que vous n’ayez tout bon... mais après la pluie le beau temps. n’est-ce pas ? N’est-ce pas ?


    • Ecométa (---.---.---.41) 31 août 2009 10:55
      Ecométa

      Après la pluie... toujours de la pluie et encore de la pluie ; rien n’allant dans le bon sens, mais toujours dans la voie unique du « capitalisme financier », c’est plutôt le « Déluge » qui est prévisible, ceci, bien avant le beau temps !

      Après les « trente glorieuses » nous vivons les « trente », voire, et c’est bien parti pour cela tellement nous sommes à l’« ouest », au moins les « quarante piteuses » ! Tellement nous sommes à l’ouest ne signifie pas qu’il faut revenir à l’Est, surtout pas, mais simplement que nous avons totalement pété les plombs et, qu’il serait temps de redevenir nous mêmes : une Nation française, voire des Nations européennes de bon sens, et non de contre sens ou de non sens !

      Un peu de cohérence entre les différent systèmes, qu’ils soient de nature politique, économique ou social ; pour tout dire, un peu de cohérence au sein même de notre « Savoir » ne nuirait pas à l’ensemble : bien au contraire ! Redéfinir les concepts, les rôles, les fonctions, et non pas en fonction d’une « logique particulière », spécialisée au spécieux et au fallacieux, mais en fonction d’une « logique d’association, complémentaire et non en opposition : une logique complexe qui fait que les concepts s’entretiennent naturellement, mutuellement, au lieu de s’ignorer et se détruire !

      C’est un des rôles de l’Etat, celui « Républicain », garant de la collectivité, du lien social, que de veiller à la « Liberté » ; une « Liberté », non pas « inconditionnelle », mais forcément « conditionnelle » en société. C’est aussi le rôle de l’Etat républicain de veiller à l’ « Egalité », non pas égalitariste, ni égalitaire, mais tout simplement en droit et en devoir ! Le rôle d’un Etat Républicain que de veiller à la fraternité sociétale et sociale ! Le rôle d’un « Etat républicain »que de veiller à la solidarité, celle républicaine, bien sûr !

      De même qu’un peu plus de cohérence au plan de nos savoirs, plus d’entendement, surtout moins de dichotomie, ne nuirait pas ; il ne fait aucun doute, ce serait même plutôt le contraire, qu’un peu plus de « solidarité » ne nuirait pas non plus au système économique en place ! Bien sûr il ne s’agit pas de cette « solidarité charité » de l’Etat providence, celle imposée par l’économisme et ses corollaires que sont le libéralisme économique et le capitalisme financier, tellement dégradante pour ses bénéficiaires, et, assez étrangement, soutenue par les démocrates chrétiens qui sont comme cul et chemise avec le patronat ; mais d’une solidarité « principe le plus élevé d’intelligence collective », qui, assez visiblement brille par son absence !

      Sauf à tomber dans le « collectivisme », paroxysme de la collectivité, pendant de l’individualité et de l’individualisme ; sauf à tomber dans un collectivisme paroxysmique, nous sommes sensés être plus intelligents collectivement qu »’individuellement : pourquoi n’en est-il rien ? Il y a tout simplement, « individualisme méthodologique » oblige (méthode scientifique à l’oeuvre qui sépare et divise à l’antagonisme) que la société, en tant que telle, est savamment, délibérément, et même académiquement niée ! Et, que dire du moins d’Etat prôner par les soi-disant « libéraux », les nouveaux « sophistes » et « cyniques » des temps modernes !

      C’est le rôle d’un « Etat républicain », d’une « Nation société », ou d’une « Société Nation », qui se respecte, que de remédier aux égarements individualistes et à la cupidité qu’ils entraînent, au lieu de les entretenir comme actuellement, ceci, au prétexte spécieux et fallacieux d’une efficacité toute relative, close sur elle-même, on ne peut plus utilitariste et manipulatrice ! Comment faire tout cela ? Mais de la façon la plus simple qui soit, encore faut-il convenir de tout cela, en taxant suffisamment ce genre de comportements, tout simplement égoïstes, voire le plus souvent égocentriques, ayant pour seul but la domination économique et sociale !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès