Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Premiers sinistres

Premiers sinistres

La guerre du pouvoir est une figure classique de l’exercice politicien et ce même en Sarkozie, contrée bâtie sur l’idéal de rupture, qui ne sut couper avec ces coutumes ancestrales qui font et défont les élites politiques sous un fond de lutte des places. La dernière mouture du combat politique met en scène François Fillon, Premier ministre coqueluche - temporaire ? - des sondages, et Xavier Bertrand, ministre du Travail accessoirement la bouille ronde souvent placée derrière le président.

Dans l’objectif de saisir les tenants et les aboutissants de cette lutte future, il nous semble nécessaire de faire un détour par la genèse du sarkozisme au cœur du Curriculum Vitae de ces deux personnalités.

Le 30 mai 2005 Jean-Pierre Rafarin présentait sa démission provoquée par l’échec du traité constitutionnel européen. Jacques Chirac se trouvait alors face à la délicate mission de reconstruire un gouvernement capable d’estomper cet arrêt. Malgré les conseils de ses proches l’incitant à nommer Nicolas Sarkozy au poste de Premier ministre, le chef de l’Etat décidait de placer son chef de cabinet, Dominique De Villepin, à Matignon et demandait expressément au maire de Neuilly de réinvestir les locaux de la place Beauvau. Effet collatéral de ce remaniement, François Fillon perdit sa place de ministre de l’Education nationale et se jeta par la même occasion dans les bras du Sarkozisme. En effet, de cette mise au ban va naître une volonté ferme de procéder à l’exécution de la Chiraquie et de récupérer l’honneur des postes qui lui fut retiré lors du remaniement. Ainsi, le député de la Sarthe participa activement à l’élaboration du programme de l’UMP et à la campagne électorale de Nicolas Sarkozy. Un tel investissement, qui plus est couronné de succès, fut récompensé par un poste de Premier ministre.

Jusqu’ici nous pourrions croire que cet épisode de la vie politique s’apparente à la lutte de deux soldats qui parvinrent à faire choir le roi puis à se répartir les trophées de manière équitable. Or, la vie politique française n’est pas un de ces romans d’aventure livrant les clés de l’intrigue dès l’incipit, au grand dam de certains politologues. Un troisième homme vient contrecarrer la route tranquille des deux protagonistes vus plus tôt. Une bonhomie certaine, un ton arrogant ou percutant selon ses interlocuteurs et une carrière politique atypique font de Xavier Bertrand un invité étrange du combat en Sarkozie. Juppéiste puis Villepiniste, sous lequel il fut ministre, il sentit très vite l’ère du sarkozisme arriver et n’y résista que peu de temps. C’est grâce à ce flair qu’il accéda, durant la campagne présidentielle, au poste convoité de porte-parole du candidat Sarkozy. Poste qui l’exposa sur les plateaux télévisés et radiophoniques à tel point qu’il apparut rapidement comme un des visages de la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy. Son dévouement fut aussi récompensé par le poste délicat, mais plein d’opportunités politiques de ministre du Travail. Parmi ces opportunités, nous pouvons noter la réforme des régimes spéciaux que beaucoup de spécialistes jugeaient comme un premier test du sarkozisme. Xavier Bertrand parvint à faire passer cette réforme, en dépit de grèves et de quelques arrangements peu médiatisés, mais également à faire retourner la base syndicale contre les dirigeants de la CGT. Cette mise en difficulté de la CGT cheminot est un trophée politique qui compte dans l’air idéologique dominant depuis le 6 mai 2007. Un trophée qui, en politique, se doit de devenir une ressource pour une ambition personnelle. Cette dernière, Xavier Bertrand sait où elle se trouve et son regard fixe sur Matignon nous en donne une idée.

L’essor de ce concurrent premier ministrable n’a rien de rassurant pour François Fillon qui, avec l’aide de Jean François Coppé, tente de mobiliser, autour de son nom et contre l’avènement du ministre du travail, un grand nombre de députés. Coppé, Fillon et Bertrand voilà trois noms qui sont associés, dans l’hémicycle, au label « nés pour la politique » preuve d’une ambition peu cachée. Seulement sommes-nous face à une lutte entre deux hommes ou bien en plein cœur d’un stratagème mené par le troisième homme, actuellement président de la République ?

En effet, Nicolas Sarkozy ne goûte guère à la popularité de son Premier ministre qui ne fait que souligner le passage à vide présidentiel. De ce constat, en fin stratège politique, l’ancien maire de Neuilly a évalué les moyens dont il disposait pour enrayer l’envolée de son Premier ministre et rester le maître incontesté du navire UMP. Ce moyen se nomme Xavier Bertrand. En effet, le 27 mars dernier l’actuel ministre du Travail fut promu à la tête de l’UMP sous l’ordre de Nicolas Sarkozy. Une telle nomination a pour objectif d’asseoir la crédibilité politique de Xavier Bertrand, d’accroître son capital de popularité au sein de l’électorat de droite et d’appuyer son rôle dans la majorité et donc sa présence médiatique. Cette nomination, par cooptation, vise également à rappeler à François Fillon qu’il existe encore des éléments de substitution dans la botte sarkozienne qui pourraient être activés si l’ombre de Matignon devenait trop envahissante pour le reflet élyséen.

En fin de compte, cette épopée politicienne ressemble cruellement à l’historique adage « diviser pour mieux régner »...

Elbe


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 3 avril 2008 10:09

    OUi,je lis tous les matins tout les articles avant d’apporter un esprit de contradiction dans un flôt d’anti-Sarkozy primaire et qui ne permet plus pour certain de voir la réalité

    Vous cherchez des choses entre Le Président et son 1er Ministre alors qu’il n’y en a pas

    Nous voyons bien que le 1er ministre applique la politique économique et social du président

     


    • nick 3 avril 2008 10:36

      depuis quand tu lis les articles toi ? en tout cas ce qui est sûr c’est que tu ne les comprends pas...

      Et merci pour ta vision de la "réalité"...pour tout ceux qui comme tu le dis ne la voie pas...


    • RilaX RilaX 3 avril 2008 11:03

      Anyi sarkozyste oui. Primaire non.

      La plupart des articles a la suite desquels vous intervenez lerma, sont fondés, argumenté, débattu et sourcés. En revanche, je vous qualifie de pro sarkozyste primaire car en effet, jamais ô grand jamais dans vos commentaires vous ne dites de choses fondés (si peut etre une fois, de mémoire), ou argumenté, rarement sourcé, et vous ne repondez jamais a ceux qui vous interpelle (je vous accorde que les reponses a la suite de vos commentaire sont de moins en moins constructives, mais comme on dit, qui seme le vent ...).

       

       


    • spartacus1 spartacus1 3 avril 2008 10:36

      L’énorme erreur de Chirac, qui, d’après ce qu’on dit, ne peut pas voir Sarkozy, même en peinture, c’est de ne pas avoir nommé Sarkozy premier ministe en 205.

      Sarkozy, devenu premier ministre en 2005, serait tombé très rapidement dans les poubelles de l’histoire et la France ne serait pas dans la mouise actuelle.


      • tvargentine.com lerma 3 avril 2008 11:03

        @nick

        Vous argumentation est douteuse car elle induit le non respect des régles de la démocratie

        Votre modèle de pensée ressemble à la Chine communiste

        Savoir respecter les idées des autres ,c’est cela etre citoyen


        • pseudo pseudo 3 avril 2008 11:12

          @ Lerma

          "Savoir respecter les idées des autres, c’est cela être citoyen".

          Et dire : "votre modèle de penser ressemble à la Chine communiste", c’est respecter les idées des autres sans doute ?


        • nick 3 avril 2008 11:20

          @Lerma,

          Relis mon commentaire et dis moi où tu vois une argumentation de ma part...yen a pas...je maintiens que tu ne comprends rien à rien, surtout le contenu des articles et des commentaires.

          J’indiquais simplement mon opinion sur ta personne...si cela montre un non respect des règles de la démocratie je te suggère simplement de revoir la définition du mot démocratie...et communisme en même temps et puis tant qu’à faire pour tous les mots de trois syllabes et plus que tu utilises.


        • Spartakus FreeMann 3 avril 2008 11:48

          Ici la Cellule Communiste Combattante n°666 : Lerma merci de ton soutien à notre cause juste et loyale visant à discréditer sarko et son gouvernement de tigres de papier. Sache que nos camarades te suivent en exemple sur le Figaro et même - mais cela reste secret à l’heure actuelle - sur le site même du gouvernement (vidéo du voyage officiel en GB).

          Salut Camarade Idéologiquement pur Lerma !


        • tvargentine.com lerma 3 avril 2008 13:26

          @ nick ,vous affirmez dans votre raisonnement "je maintiens que tu ne comprends rien à rien, surtout le contenu des articles et des commentaires."

          Oui,il est évident que toute personne en France qui ne vote pas extrème gauche et forcement "je une personne qui ne comprends rien à rien"

          Vous devriez accepter le choix des urnes,car à ce jour seul la démocratie garantie des droits à tous et le communisme ou le troskisme c’est du fascisme rouge

           


          • nick 3 avril 2008 13:36

            @Lerma,

            c’est quoi le rapport avec l’extrême gauche ? J’imagine que tu penses que je suis d’extrême gauche.

            Etant donné que j’ai voté pour M. Sarkozy au 2eme tour des présidentielles (oh mon dieu...comme toi...j’ai du faire une connerie), ton commentaire a-til encore un sens ? Si oui, lequel...

            Et pour ta gouverne, je reste persuadé qu’il y a autant de gens à gauche qu’à droite qui comprennent très bien le monde dans lequel ils vivent.

            Je me répète : mon commentaire sur l’incompréhension se limitait expressément à toi...et non à un groupe de personnes ayant le même positionnement politique/économique... 


          • Spartakus FreeMann 3 avril 2008 13:53

            Cher Lerma,

            Non seulement vous ne captez rien (ni des articles, ni des commentaires, ni même de la gestion de sites web) mais en plus vous octroyez aux intervenants des idées politiques ou philosophiques qu’ils n’ont pas.

            Que vous soyez un trotskyste refoulé ne me chaud point, mais il y a des solutions pour apprendre à s’accepter.


          • RilaX RilaX 3 avril 2008 13:53

            Ce qui est marrant avec lerma, c’est qu’il est incapable de s’appliquer son propre raisonnement a lui meme.

             

            Il accuse nick de ranger ceux qui ne votent pas extreme gauche dans la catégorie "ne comprends rien a rien" (alors que ce n’est pas le cas).

            Mais lui, le lerma, accuses tous ceux qui le critique lui (les anti sarkozyste ainsi que tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lerma) de trotskystes ou de communistes.

             

            Lerma, il n’y a pas que l’extreme gauche qui ne puisse plus supporter la politique mené par sarkozy et son gouvernement. Il y a aussi plein de gens de droite, des gens de gauche, et des citoyens qui se sont rendu compte qu’ils ont été floués. Citoyens dont vous etes l’exact antithese, vu que vous adulez maintenant Sarkozy alors que vous le denigriez avant les elections a l’inverse donc de ceux qui ont cru en Sarkozy et qui voient bien ou il est en train de nous mener (dans le gouffre pour que vous compreniez bien lerma).


          • Spartakus FreeMann 3 avril 2008 13:55

            Cher Monsieur Lerma,

            Vous devriez accepter de retourner à l’école, votre manipulation de la langue française frise l’incivilité ! Que fais Sarko pour ça ?


          • Valou 3 avril 2008 14:46

            Moi j’aime bien vos commentaires Lerma, la première partie donne votre avis et élargit parfois le sujet à d’autres annecdotes.

            Par contre c’est un peu dommage que vous finissiez systématiquement par des accusations d’antisémitisme ou de communisme, mais je le prend comme une forme d’humour, un peu comme une signature pour ne pas décevoir votre public et ça marche : ça me fait sourire à chaque fois.


          • valere valere 3 avril 2008 13:52

            Sarko n’a pas digéré que Fillon est une meilleure place que lui dans les sondages. Et surtout il en a prit peur.

            Il ne supporte pas que quelqu’un soit considéré « mieux » que lui. Alors le bébé capricieux fait des siennes pour garder absolument le pouvoir sur tout, quitte à marcher sur les « gêneurs ».

            Donc, il se venge comme il peut et avec ses moyens habituels de traîtrise.

            Il "encadre" Fillon de ses larbins qui doivent lui servir « d’œil de Moscou ». Et surtout, Bertrand est là pour « spolier » en douceur la fonction de 1er Ministre à Fillon.

            Sarkotraître est égal à lui-même avec ses méthodes dignes de Poutine.

            Dans quelques temps, Fillon sera à la chôme…car même si Sarko est moins médiatisé ne vous inquiétez pas, le Sarkocircus est toujours en marche.


            • Elbe Elbe 3 avril 2008 14:11

              Pour en revenir au sujet je ne crois pas qu’il soit anti sarkoziste que d’évoquer les faits de la vie politique française. Cette analyse de la promotion de XAvier Bertrabd est recoupée par nombre de politologues et éditorialistes, à défaut d’être anti sarkoziste cette interprétation n’est elle pas fondée ? Il n’y a donc pas d’espace entre sifflet et acclamation ? Je remarquerais juste que l’accusation d’antisarkozisme est étayée par aucune remarque liée à l’article. Si être anti sarko c’est dire qu’il fait aussi de la politique politicienne, comme tous ceux qui sont si haut, bah alors oui cet article est anti sarko mais à la base c’était surtout de l’observation politique mais les oeillères sont là où le cocher veut bien les mettre visiblement dommage pour le débat.

               

              PS : j’aurai bien fait un article sur la manipulation gouvernementale de la gauche mais je crois que vous savez qui est président j’y suis pour rien


              • valere valere 3 avril 2008 14:17

                @ Elbe :

                Ne vous laissez pas troubler par les sarkozystes qui ne savent pas être objectifs.

                Leurs âmes ne leurs appartiennent plus, ils les ont vendu à Sarko. (Et pour pas cher, à coups de paquet fiscal, de Falcon et autres signes extérieurs de richesses).

                C’est de l’automatisme, dès que vous allez à l’encontre du sarkozysme, ils mordent !!!

                A quand une épidémie de rage ??

                PS : Je sais c’est pas gentil, mais ainsi Lerma aura de quoi causer…


                • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 3 avril 2008 22:32

                  On s’en tape de Sàrkö, Fillon, Copé Bertrand etc.................................

                  - L’important c’est de compter les points !

                  - L’idôlatre de Napoléon 1° devrait savoir : "protégez moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge"

                  - Sàrköléon se fera descendre par ses amis, pas par l’opposition.

                  -hihanhihanhihan

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès