Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Près de 40 milliards d’euros de déficit

Près de 40 milliards d’euros de déficit

Le solde de l’exercice comptable de l’Etat publié au Journal officiel. La suppression des départements permettrait de gagner des milliards d’euros.

Le Journal officiel vient de publier la loi n° 2008-759 du 1er août 2008 de règlement des comptes et rapport de gestion pour l’année 2007.

Le solde d’exécution du budget est négatif de 38 403 080 895,82 euros. En considérant une population de 60 millions d’âmes, cela fait tout de même 640 euros par personne, montant qu’il faudrait payer en plus en impôts pour équilibrer le budget de l’Etat à dépenses constantes !

Bien entendu, diminuer les dépenses publiques peut être un objectif sain au même titre que n’importe quel ménage souhaite optimiser son budget et éviter de payer trop cher chaque achat. Mais sous réserve qu’il ne s’agisse pas de supprimer des services importants. Pour continuer de prendre l’image du ménage, en période de vaches maigres, il est normal de ne pas acheter le dernier album de la Star’Ac (même si Vivendi Universal en tire argument pour démontrer que le piratage le ruine), mais il est beaucoup plus gênant de ne pas acheter de la nourriture. Or, l’Etat dépense sans compter sur des équivalents albums de la Star’Ac et restreint les dépenses vitales au prétexte du déficit budgétaire.

Depuis l’époque de Louis-Philippe Ier (1830-1848), les archéo-libéraux ont toujours usé du déficit budgétaire pour, d’une part, s’enrichir sur le dos de l’Etat (grâce aux bons du Trésor) et d’autre part "affamer la bête" (baisser les ressources de l’Etat pour lui retirer des moyens d’action, l’acculer à l’inaction pour le remplacer par le privé).

Parmi les dépenses idiotes, il y a les administrations départementales. Deux problèmes différents y sont liés. D’abord, la décentralisation n’a pas été achevée et pas forcément très bien conduite, ce qui a abouti à doublonner toute une série d’administrations (voire à les tripler avec la région) au lieu de transférer les administrations en même temps que les compétences. L’absurdité des statuts de la fonction publique dont les principes du XIXe siècle (et pertinents à cette époque-là) ne sont pas remis en cause est la principale raison de ce gâchis : impossible de migrer des fonctionnaires d’Etat vers la fonction publique départementale ! Certaines décentralisations tenaient de plus surtout du passe-passe budgétaire (comme faire passer le RMI, dépense de solidarité nationale, sur les budgets départementaux). Surtout, le département n’est plus un niveau de pouvoir pertinent. Conçu à l’époque où l’on se déplaçait à cheval et pour briser de vieux cadres obsolètes, le département correspondait aux préoccupations du XVIIIe siècle. Aujourd’hui, qui en a quelque chose à faire de pouvoir rejoindre sa préfecture en moins de vingt-quatre heures de cheval de n’importe quel endroit du territoire ? Paris-Marseille se fait en trois heures de TGV... et il y a le téléphone et internet ! Les niveaux pertinents de pouvoir sont l’intercommunalité (la métropole, le canton) pour les services de haute proximité, la région (notamment pour l’aménagement du territoire), l’Etat et l’Europe.

Si les départements font de la résistance, c’est surtout à cause des Conseils généraux : une centaine d’assemblées d’élus qui se retrouveront au chômage en cas de suppression des départements ! Et il faudra bien les recaser quelque part ! La concurrence risque d’être rude au sein des partis et il va être difficile de pouvoir continuer à donner un poste à chaque petit copain. Ne nous leurrons pas : c’est bien l’objet de la véritable panique de certains députés dans la "crise des plaques d’immatriculations". Si on supprime l’identité départementale, l’attachement sentimental de Mme Michu va s’émousser et la retraite va se profiler pour nos conseillers généraux favoris...


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • QuidNovi QuidNovi 8 août 2008 11:51

    Il est plus que temps de supprimer ces départements obsolétes qui ont été créé il y a deux siècles et dont la longueur doit correspondre au maximum à la distance parcouru par un cavalier en une journée. Ces circonscriptions fonctionnent dans bien des domaines en doublon avec les régions voire avec l’Etat et coutent une petite fortune en entretien et fonctionnement. Cas unique dans le monde, ces départements doivent être dissous par la Loi mais on voit mal comment les élus qui votent les lois voteraient une telle lois qui iraient à l’encontre de leurs intérêts de petits mandats locaux.


    • Rage Rage 11 août 2008 10:12

      Bonjour,

      Vous évoquez 2 points sur lesquels je ne fais que m’efforcer de souligner leur importance depuis que je viens publier sur Agoravox. Autant dire que je partage votre avis :

      1. 40G€ de déficit annuel soit effectivement 640€ annuel de dette par habitant, soit 1350€/an par actif et même pire si on ne prend que le ratio sur l’emploi privé...
      Si l’on ajoute cette facture annuelle à la DETTE qui avoisine les 1250-1300 milliards d’euros ( à coups de 40G€/an) on peut arriver à la somme rondelette d’environ 20 000€/habitants et le double par actifs.

      Je résume, il faudrait travailler une année "à blanc" pour rattrapper un tel retard.

      Le pire étant surtout que cette dette aurait un sens (type achat de maison) s’il y avait un investissement à terme : la section investissement de la sphère publique réduit à vue d’oeil pour ne faire plus que du fonctionnement. Et quand on fait du fonctionnement en déficit on fait ce qui s’appelle : banqueroute.

      2. Parmi les "pompeurs de fric", il y a très clairement les échelons territoriaux. Qu’on le veuille ou non, une commune de 2000 habitants doté de 2M€ + un CG au budget de 500M€ à 1G€ + 1 région au même niveau, l’Etat, l’intercommunalité et l’Europe... ça commence à faire non ?

      Pour quel service puisque 2/3 des financements sont noyés dans le fonctionnement ?

      Quel intérêt d’avoir 36 000 communes et 500 000 élus si ce n’est arroser tout le monde pour flatter les égos ? C’est politiquement doux, mais économiquement néfaste.
      100 départements pour faire quoi ? A quelle échelle ? Pour gérer du RMI ?

      En clair, on a perdu le sens de la mission publique pour faire de l’administration "service politique", au service d’élus en mal de projets. Ce n’est pas le rôle de l’administration.


      Bilan : Trop d’élus, trop d’échelons, trop d’intérêts qui ont tous en ligne de mire de préserver leur propre strapontin plutôt que de limiter le poids de la charge de la dette.
      On focalise alors sur "l’alimentaire" pendant que l’on s’achète de la "star-ac’", affaiblissant encore l’Etat pour ne lui laisser que les postes déficitaires.

      Le démembrement d’une machine en ne prenant que les pièces qui fonctionnent (cf autoroutes) finit tôt ou tard à faire en sorte qu’il ne reste dans la machine que des pièces défaillantes.


    • MagicBuster 8 août 2008 11:56

      On aurait aussi bien pu commencer par supprimer des communes qui NOUS une fortune....

      La France a le record avec ces 40.000 communes.

      40.000 maires, 40.000 feux d’artifices, 40.000 endroits de votes etc .... .


      • dup 8 août 2008 17:19

        le mondialisme dans toute sa splendeur :
        supprimer les departements signifie centraliser ,être loin du problème , sovietiser l’administration . 
        plus de département c’est niveler la culture et deresponsabiliser à l’échelle local . Autant de departements c’est autant d’expériences qui permettent de comparer les gestion . La voie royale pour le j’emfoutisme
         40000 commune signifie qu’il y a 40000 mairies , maires et secretaires qui trouvent un gagne pain et un emploi utile et local . Ils feront vivre des épiciers , des bouchers et des instituteurs .
        40000 feux d’artifices c’est 40000 commandes pour Ruggieri qui emploie de nombreuses personne . C’est 40000 points où les gens se rencontrent ,s’asseillent dans l’herbe pour regarder un magnifique feux d’artifice .40000 endroits de votes , c’est 40000 points de rencontre en moins pour discuter et boire un coup au café de la La Poste . Encore un qui gagnera plus sont pain grace à vos idées connes. Vous ne voyez pas que la vie est faite de partage . Que chaque être est irrationnel par définition et demande à s’inserer dans le tissus social LA OU IL VIT !! niveler , rationnaliser , c’est exclure , mettre hors jeu des personnes qu’il faudra prendre en charge comme chômeur . Le benéfice du rationnel (s’il y en a ) n’est pas redistrubué , et c’est une injustice . Sans parler du coté enfantin qui veut que tout soit pareil . AVEC VOS IDEES VOUS TUEZ LA VIE


      • Rage Rage 11 août 2008 10:22

        Bonjour,

        Je ne partage pas votre commentaire.
        36 000 communes réduites à 6000 bien dimensionnées n’empêcheraient pas 6000 mairies, 6000 feux d’artifice etc...

        C’est vrai, on ne créerait plus une économie "fictive" en faisant l’aubole à 36 000 maires et secrétaires ou même en surgonflant l’activité d’une boîte de feu d’artifice.

        Est-ce le rôle de l’administration de ne pas faire d’économies sous prétexte que cela rapporte à d’autres ? Ce raisonnement clientèliste du "à non, il ne faut pas supprimer" entraîne le "subventionnisme" aveugle et surtout l’incapacité au changement.

        Je connais des villes qui n’ont plus un € de marge mais continuent à financer des ratios sur-élevés d’associations et à s’offrir de feux d’artifice magistraux : après ça ira voter des hausses d’impôts en disant que les finances sont "justes".

        C’est la course aux échalottes : le public dépense plus qu’il ne le devrait, alors il demande plus, et comme il demande plus, il faut travailler plus, pour que les dépenses augmentent encore un peu plus etc....
        Les volumes gonflent et l’on obtient une formidable machine à aspirer les rémunérations sous prétexte que cela crée de l’emploi...

        Esprit libéral ? Surement pas.
        Esprit rationnel : je le cherche encore à gauche.
        On ne peut pas gouverner et se payer un train de vie hors de propos avec les ressources du pays. Cela aurait par ailleurs l’avantage, si les économies de FOND étaient réalisées, de conduire à l’abaissement des prélèvements sur les SALAIRES et donc à augmenter les niveaux de vie...


      • Krokodilo Krokodilo 8 août 2008 12:37

        Il suffit de procéder à un transfert des postes juteux vers l’intercommunalité ! c’est déjà probablement en cours...
        Le seul argument valable contre la suppression des départements, c’est la démocratie locale, mais ceux qui le mettent en avant sont souvent des élus locaux...


        • tvargentine.com lerma 8 août 2008 12:47

          Eric Orsenna écrivain, passionné de finance et d’économie, a écrit voici quelques mois

          L’intérêt général
          « Ce n’est pas en faisant la somme des intérêts particuliers qu’on relance une ambition collective. Il faut aussi être porteur de cet intérêt général.

          La puissance publique
          « J’ai vu partout des organisations territoriales. Jamais je n’ai vu un tel millefeuille administratif qu’en France. On dit que ça tisse, mais ça bloque aussi, à tous les étages, de la ville jusqu’à l’Etat, avec toutes les agglomérations, les départements, les régions, etc. Tout le monde sait qu’il y en a de trop. Il faut que les réseaux que vous avez, pallient cette superposition qui est un blocage ».

          Bien souvent les citoyens n’ont pas encore dans l’esprit le rôle que joue la Région dans la fiscalité sur les factures

          Une simple consultation sur le site de la Région Ile de France,dirigé par Jean Paul Huchon qui est parti en Chine aux frais du contribuable d’Ile de France ,permet de constater que l’on distribue de l’argent à des associations qui n’apportent aucunes valeurs ajoutés (ce ne sont pas des entreprises) et seules les entreprises apportent de la valeur ajouté et donc des créations d’emploi

          Sans parler de financement ’"internationnal" dans des projets "douteux" avec l’argent du contribuable qui
          ne peut plus prendre les transports en commun tellement ils sont délabrés (RER)


          http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200831/huchon-pourquoi-je-vais-a-pekin_137161.html

          D’ailleur,la question pour Jean Paul Huchon n’est pas de savoir si la Chine respecte ou pas les droits de l’homme,mais de s’offrir sur le dos du contribuable régional un beau voyage

          Soyons certain que Madame (condamnée aussi par la justice pour prise illégale d’interet) sera aussi du voyage

          Ceci pour dire qu’il existe de grave dérive dans les budgets régionaux

          D’ailleurs,la question de la dette se pose pour toutes ses régions et sur quel produit des marchés financiers cette dette a t-elle était placée ???

          L’état des infrastructures se dégradent à vitesse grand V en Ile de France et il faut être aveugle pour ne pas le voir



           


          • Bertrand Lemaire Bertrand Lemaire 8 août 2008 13:07

            La région est un niveau pertinent de pouvoir, au contraire des départements. Les abus de Jean-Paul Huchon sont connus et ont déjà été sanctionnés, que ce soit par son parti ou par la justice.
            Dans "le camp d’en face", les problèmes du département des Hauts-de-Seine sont infiniment pires. Les frasques des familles Balkany ou autres ont coûté quelque argent au contribuable, là aussi.
            La question des transports en commun en île de France n’est pas le sujet mais je suis au regret de vous informer que depuis la victoire de la Gauche les investissements sont massifs dans ce domaine (voir le plus gros marché jamais passé dans le domaine des transport relatif au renouvellement de tous les trains de banlieue par exemple). Il n’en reste pas moins que le retard accumulé est considérable et que beaucoup d’investissements sont liés à un feu vert de l’Etat : l’Ile de France n’est pas une région comme les autres, Paris n’est pas une ville comme les autres. Quand Nicolas Sarkozy s’est plaint du mauvais niveau de qualité des transports et indiqué qu’il fallait lancer un projet en stand-by depuis longtemps pour relier en RER E Saint-Lazare et La Défense, il a juste oublié de donner 1,5 milliard d’euros, argent qui pourrait être récupéré dans les caisses du Conseil Général des Hauts-de-Seine, fief UMP et de ce même Nicolas Sarkozy.


          • tvargentine.com lerma 8 août 2008 13:12

            Que cela soit la famille Balkany ou Huchon le problème reste le contrôle des fonds publics

            Les investissements de la Région sont peut etre massif mais ils arrivent pour les élections ! et les citoyens de l’ile de France constatent que c’est quand même un peu tard et que du temps à été perdu tout les jours mais c’est vrai que le temps perdu par le citoyen tout les jours n’est jamais pris en compte comme unité de gestion.

            Sans tomber dans la politique politicienne,la question de la dette me semble importante car je crois qu’elle a été placé sur les marchés financiers et mériterait ici des explications car ce sont les contribuables qui vont payés les erreurs de "stratégie de la dette"


            • Forest Ent Forest Ent 8 août 2008 14:26

              Tout le mode sait qu’il y a au moins un étage administratif de trop. Il y a empiètement entre région et département, et commune et intercommunalité. Ca fait 25 ans que ça dure, et pour l’instant aucun parti ne semble avoir envie de résoudre le problème.

              Mais ce n’est pas la raison du déficit de l’état, au contraire, puisque celui-ci transfère de plus en plus de charges aux collectivités territoriales. Les principales raisons du déficit de l’état sont :


              - l’abus des niches fiscales par clientélisme, surtout UMP,


              - l’évasion fiscale généraliée des revenus du patrimoine,


              - un grand nombre de gaspillages, en particulier dans les dépenses d’équipement, souvent clientélistes, voire franchement corrompues,


              - des allers-retour catastrophiques en nationalisations-privatisations,


              - le bradage d’actifs publics comme ASF et GDF.


              • Krokodilo Krokodilo 8 août 2008 16:12

                Il faut nommer une personnalité incontestée pour veiller aux intérêts de l’Etat et dénoncer tous les gaspillages, chargée en somme de suivre les rapports annuels de la Cour des comptes et d’en tirer les conséquences, un homme poltiique honnête qui ait vraiment le sens de l’Etat, qui soit reconnu par les deux bords, je pense à Bernard Tapie, par exemple !

                Quand le Québec a lancé un grand plan de réduction des dépenses de l’Etat, les ministres mettaient en ligne leurs notes de frais... chez nous, c’est plus classe, on peut flamber le budget d’un minsitère en quelques mois, l’Elysée peut doubler son budget comm., on peut confier à un comité privé l’arbitrage d’une affaire que l’Etat est assuré de gagner, on peut couler une boîte et partir milliardaire, la France, c’est la vie de château !
                (La télé French 24 : 80m/an).


                • Thierry LEITZ 8 août 2008 16:25

                  @ Forest

                  Je plussoie votre commentaire. Le déficit chronique de l’Etat ne pourra qu’etre aggravé par le réflexe de saper les ressources du Budget d’un côté tout en étant large d’un autre (défense, mégaprojets scientifiques à intérêt contestable).

                  Ainsi, les fleurons nationaux tels France Telecom, EDF, GDFou les Autoroutes en restant dans le giron de l’Etat, auraient pu apporter une manne publique "renouvelable", à même de combler des besoins logiques liés à l’accroissment démographique et au vieillissement, soutenant ainsi croissance et progrès social.
                  .
                  Au lieu de çà, ces potentialités vont bénéficier au privé, et plus précisément à quelques uns dont le niveau de fortune est indécent en regard de la moyenne des contribuables, lesquels sont pourtant partie prenante de la réussite desdites entreprises, par leur impôt ET leur clientèle.

                  Administration surnuméraire, niches fiscales pour une évasion "sur mesure", revenus financiers largement exemptés d’impôts ou cotisations, marchés truqués, démocratie budgétaire confisquée, la liste des causes est longue...

                  Enfin, le maintien de taux de rémunération attractifs des BT, placement sans souci, contribue sans doute au statut quo de la dette, dont les seuls intérêts versés annuellement sont l’équivalent du déficit annuel, soit 40 milliards € ! Quel gâchis !



                  • Adrian Adrian 8 août 2008 22:36

                    Racheter ces entreprises couteraient des centaines de millard d’euro. Ou tu va trouver cette argent ? La France est pas assez endetté ? De plus l’Etat est un très mauvais gestionnaire d’entreprise...


                  • impots-utiles.com 8 août 2008 16:33

                    La Tribune a publié des chiffres quelque peu différents ( mais qui démontre néanmoins une hausse des déficits) :
                    Selon eux, la dette s’élève à 32,8 milliards d’euros au 30 juin, contre 30,5 milliards à la même date en 2007.

                    http://www.impots-utiles.com/le-deficit-budgetaire-francais-se-creuse-encore-un-peu-plus.php#more


                    • impots-utiles.com 8 août 2008 16:35

                      Ce qui signifie donc que la dette de l’Etat français se serait creusé de près de 6 milliards depuis le mois de juin...
                      c’est tout simplement énorme...

                      http://www.impots-utiles.com/le-deficit-budgetaire-francais-se-creuse-encore-un-peu-plus.php


                    • Bertrand Lemaire Bertrand Lemaire 8 août 2008 17:14

                      Attention à ce que l’on inclut ou non dans les chiffres. En suivant le lien vers le Journal Officiel que je donne au début de mon article, vous verrez que selon le niveau que l’on prend en compte (avec ou sans les cessions d’actifs par exemple), le chiffre peut beaucoup varier. J’ai choisi le chiffre le plus spectaculaire mais aussi à mon avis le plus pertinent : je trouve inadmissible de financer le budget courant par la cession des bijoux de famille.


                    • Krokodilo Krokodilo 8 août 2008 17:33

                      Hier les autoroutes, demain le nucléaire civil, on brade tout à prix d’ami, on affaiblit l’état financièrement et politiquement au nom d’une idéologie ultralibérale qui ne dit pas son nom. Demain, envoyer une lettre dans un bled perdu coûtera bien plus cher que d el’envoyer à Lyon, puisque le coût est plus élevé, en bonne logique économique ; finie la continuité territoriale !
                      Et dans le même temps, on se la joue grande puissance en augmentant les missions militaires, voire les situations de guerre...


                    • Internaute Internaute 8 août 2008 19:11

                      Ce ne sont pas les départements qui coûtent, ce sont les conseils généraux auxquels la loi de régionalisation a laissé la responsabilité de la Ferme Générale ce dont ils abusent comme sous la monarchie.

                      Il faut annuler la régionalisation, interdire aux conseils généraux de lever l’impôt et renforcer les préfectures. Il est anormal à l’heure de l’informatique que l’on en soit encore à couper le territoire en parcelles de plus en plus petites pour soit-disant être plus proche de l’usager. Ce n’est qu’un mensonge. Quand on se connecte sur Internet à la CAF de son département, peu nous importe que le serveur soit en République Abkhaze, dans la banlieue parisienne ou ailleurs. De toute manières on est face à une machine et jamais personne ne répond si par hasard on téléphone.

                      Il faut supprimer 9 députés sur 10, supprimer les couches et surcouches de parasites professionels qui formemt les sivom, sico-quelque chose et des comités sans fin dont la résultante est avant tout d’engraisser ceux qui y participent. Les décisions techniques concernant routes, transport en commun, sales de soins, justice etc doivent être laissées à des fonctionnaires contrôlés par les préfectures et non soumis aux aléas de la politique. Les économies ne peuvent passer que par un dégraissage profond du secteur parasitaire (les employés publics) et aujourd’hui les techniques le permettent. Il suffit de voir comment Bercy est arrivé à envoyer 25 ou 30 millions de déclarations d’impôts préremplies. Nul besoin d’avoir une pyramide à 5 niveaux qui descend jusqu’au comité de quartier.

                      En faisant celà, le premier bénéfice visible sera l’arrêt net de la destruction du réseau routier. Ensuite viendront les économies.


                      • jaja jaja 8 août 2008 19:19

                        Internaute : "Les économies ne peuvent passer que par un dégraissage profond du secteur parasitaire (les employés publics "

                        Jaja :
                        " Les économies ne peuvent passer que par un dégraissage profond du secteur parasitaire le patronat "


                        • fabrice 8 août 2008 20:50

                          faudrait peut être arrêter aussi l’engraissage des professions de santé
                          la consultation du généraliste valait 17 € en 2002 et sera bientôt à 23 € soit un différentiel de 6 €
                          sachant que la durée moyenne d’une consultation est de 12 minutes , cela représente 6 000 € SUPPLEMENTAIRES pour 200 heures de travail mensuel ce qui est même un peu moins que la réalité puisque les médecins affirment travailler 60 h/ semaine soit 240h/ mois

                          c’est une somme énorme à comparer avec les années blanches des salariés et petits retraités dont les salaires et retraites sont vissés à mort 


                          • donino30 donino30 10 août 2008 18:29

                            Je croyais qu’on militait pour les 35h ici, tout le monde n’y a pas droit ? Et pas droit aux vacances non plus ? Si on part sur un chiffre plus réaliste de 3 consultations par heure, à 150 h/ mois en moyenne (la moyenne française est de 1516 heures par an) => 450 consultations * 6 euros = 2700 euros.

                            Si on enlève la TVA et les charges sociales et fiscales il reste 900 euros pour le généraliste. Vous ne saviez pas ? Ce n’est pas rien, mais ce n’est pas tout à fait la même chose.


                          • craven 8 août 2008 22:12

                            Les divers gouvernements que nous subissons depuis quelques années nous promettent tous de belles économies substantielles grace aux divers plans de modernisation lancés avec la promotion Figaro / TF1 et consorts.

                            Force est de constater qu’il n’en est rien, poudre aux yeux et rodomontades des uns et des autres. Exit les stratégies ministérielles de réforme, vive les audits de modernisation rapidement enterrés par la révision générale des politiqes publiques. La mise en oeuvre de toutes ces démarches n’a, pour solde de tout compte, servit qu’a nourrir un discours démagogique, renforcer les bénéfices déjà conséquents de quelques cabinets d’audit privés tel que Price Waterhouse, Cap Gemini, Accenture, Roland Berger, Deloitte, Mc Kinsey, Mars and Co etc... Chacun a eu sa part du lot et selon l’époque a su revendre à prix d’or ses solutions toutes faites sans aucune considération pour les administrés et l’essentiel des administrateurs.

                            En conclusion rien n’a été fait et rien ne se fera tant que le pouvoir politique refusera de prendre ses responsabilités. Au contraire il est plus que certain que dans le contexte actuel le déficit budgétaire va continuer de dériver, en contradiction avec les principes validés au niveau européen et tout cela au plus grand profit de quelques acteurs du CAC 40. Le déficit collectif de toute une nation sert oh combien à consolider les marges d’une minorité, tout en arrosant de quelques prébendes tous ceux qui nous représentent qu’il soient d’un coté comme de l’autre.

                            Il existe toutefois une différence singulière : aujourd’hui ce racket s’exerce quasiment au grand jour car cette insolence insupportable s’exprime sous le doux vocable de rupture.


                            • titi 10 août 2008 19:22

                              Le déficit budgétaire se traduira tot ou tard par de l’impot.
                              C’est ce qui c’est passé avec "l’invention de la CSG" pour le trou du social, c’est ce qui adviendra pour le trou du budget.

                              Aujourd’hui les sociétés sont taxées à 33% (un des plus haut taux européen).
                              Pensez vous vraiment que le déficit les avantages ?

                              La réalité est que le niveau de prélèvement en France n’est plus extensible.
                              Avec l’Allemagne et la Belgique nous avons le record.. certains pays taxent plus leurs entreprises, mais ils taxent moins les personnes. D’autres taxes plus les personnes mais moins les entreprises.
                              En France c’est le pompon. Avec un plus la CSG : cette taxe sur laquelle on paie l’impot.

                              Il est donc nécessaire de limiter les dépenses.
                              En 2003, 20% de la population active l’était dans le fonction public (d’état ou territoriale).
                              Pour le service rendu, celà ne fait il pas un peu beauxoup ?


                            • ranik 8 août 2008 23:16

                              En effet,les économies réalisées dans la supression des départements ne résoudront pas les déséquilibres
                              budgétaires liés aux flux financiers du nouvel échiquier planétaire...il y aura des mesures plus radicales à prendre,des concepts de société plus novateurs,et l’abandon des populations par l’état nation au profit des marchés ne génèrera pas une transition...disons....plus paisible.


                              • logan 9 août 2008 01:42

                                Bonjour,

                                En 23 ans il est possible de rembourser toute la dette sans toucher aux dépenses ni aux recettes.

                                Pour cela il faut rendre le pouvoir de création monétaire à l’état et le retirer aux banques privées.

                                Voici le détail de la projection :
                                http://img363.imageshack.us/img363/5020/dettepwe2.jpg

                                Calculé à raison de 60 milliards d’argent créé par l’état chaque année

                                Ces 60 milliards correspondraient aux investissements de l’état. L’année dernière l’état a investit 64 milliards d’euros.



                                • donino30 donino30 10 août 2008 18:30

                                  ça recommence...


                                • foufouille foufouille 9 août 2008 06:23

                                  idee liberaliste
                                  ca donnerait juste le pouvoir aux CG que personne n’elit
                                  en province une region c’est grand...
                                  supprimons l’etat et donnons le pouvoir aux regions.............


                                  • hynkel hynkel 9 août 2008 10:12

                                    A quoi servirait de supprimer les échelons administratifs locaux ? A mettre encore plus de distance entre le terrain et les populations et les centres de décision. Non, il faut arrèter avec ces thèmes démagogiques et idéologiques. Les économies seraient ridicules par rapport à l’efficacité. Car les Maires et les Conseillés Généraux sont efficaces et la plupart de bons gestionnaires.

                                    Le vrai problème du déficit, c’est que notre pays, contrairement à l’Allemagne, a un tissus d’entreprises trop petites ou trop grandes.Les moyennes PME (3500/4000 salariés) sont trop peu nombreuses. Nos PME ne font pas le poids tant sur la compétitvité que sur la partie Recherche et Dévelopement. Notre appareil industriel est obsolète et malgré l’inventivité et l’expertise des petits entrpreneurs, les concurrents sont plus agressifs et disposent eux de vrais potentiels industriels et commerciaux.
                                     
                                    Mettons aussi de l’ordre sur le plan social. Arrètons de payer les gens une misère et offrons la possibilité à ceux qui veulent travailler de le faire ... Le monde du travail ne doit pas se brader, mais pour cela, il faut d’abord réorganiser notre système de production. Les 35 h étaient en soi une bonne idée mais peu ont joué le jeu de la répartition du travail ... Formons aussi les entrepreneurs qui ont souvent des vues à court terme, et qui gèrent leur boutique comme il y a deux siècles. Y’a de quoi faire !


                                    • logan 9 août 2008 12:06

                                      la vrai raison du déficit c’est le système monétaire mis en place qui oblige l’état à payer des intérêts et qui plonge l’état dans un mécanisme vicieux d’endettement

                                      les intérêts payés en 2007 sont de 39 milliards d’euros




                                    • ranik 9 août 2008 19:37

                                      C’est évident !!et la question est :à qui profite le crime ?


                                    • titi 10 août 2008 19:40

                                      "A quoi servirait de supprimer les échelons administratifs locaux ? A mettre encore plus de distance entre le terrain et les populations et les centres de décision"

                                      Euh parce que vous vous trouvez que d’avoir l’échelon local vous apporte qq chose ?
                                      Vous arrivez à avoir une réponse aux questions que vous posez ?

                                      Bah moi clairement les échelons locaux ne servent à rien.
                                      Mais je nuance...
                                      Je pense qu’en effet, la commune est l’échelon adapté aux campagnes. Ou du moins le maire qui est accessible, bien que la plupart des compétences soient remontées au niveau communauté.
                                      Alors qu’en ville c’est un échelon qui ne sert à rien. Il ne sert à rien car vous ne pouvez atteindre aucun service compétent : c’est toujours le service d’à coté ou la personne qui est en vacances qui a la réponse à votre question. Les horaires d’ouverture interdisent aux personnes ayant une activité professionnelle de rencontrer qui que ce soit.
                                      Un peu comme une hot line de FAI...

                                      Donc pour ce qui est de "mettre encore plus de distance entre le terrain et les populations et les centres de décision" je dirai que réduire augmenter la distance physique n’y changera rien.
                                       


                                    • Ha-n Ha-n 10 août 2008 03:50

                                      Le problème, c’est que ce gouvernement n’a pas les moyens de résoudre les problèmes (on s’en était rendu compte) mais qu’il les édulcore en fait (il FAUT réformer pour réformer). Le passage du RMI aux départements est un truc intéressant, puisque les régions et villes passent à gauche, on va les punir en décentralisant à vitesse grand V histoire de bien consolider notre place et ainsi pouvoir dire aux prochaines présiendentielles "voyez ce que vous avez fait des régions madame Royal...." ; en fait le petit Nicolas n’a plus rien à apprendre de Gerard Majax......


                                      • bv36 10 août 2008 12:48

                                        Sarko nous avait bien promis que nous gagnerons plus ! Donc, soyons reconnaissant : il mérite la médaille d’or olympique du plus gros menteur. Et l’entrainement fut efficace... comme ministre de l’intérieur il avait déjà complètement apaisé la Corse et remis en ordre les banlieux affligées !


                                        • Marc Bruxman 10 août 2008 20:47

                                          Le problème, c’est que ce gouvernement n’a pas les moyens de résoudre les problèmes (on s’en était rendu compte) mais qu’il les édulcore en fait (il FAUT réformer pour réformer). Le passage du RMI aux départements est un truc intéressant, puisque les régions et villes passent à gauche, on va les punir en décentralisant à vitesse grand V histoire de bien consolider notre place et ainsi pouvoir dire aux prochaines présiendentielles "voyez ce que vous avez fait des régions madame Royal...." ; en fait le petit Nicolas n’a plus rien à apprendre de Gerard Majax......

                                          D’un autre coté c’est la gauche qui a voulu la politique sociale et qui continue à foutre la merde pour ralentir les réformes. La racaille syndicaliste a en effet par exemple touché 300 000 € + des avantages en nature pour fermer sa geule dans le dossier de la fusion des ASSEDICS. (Source : Canard Enchainé).

                                          Alors la on lui transfére ses propres coups de pute. Vous allez voir que quand ils vont voir ce que ca coute, ils vont se manier de souhaiter le retour en activiter des RMistes. Bien sur ils ne le diront pas, mais feront. Au final cela sera bénéfique pour tout le monde.



                                          • Auffret Auffret 10 août 2008 23:29

                                            Quand la nostalgie nous tient !

                                            Les plaques d’immatriculation des voitures vont changer et abandonner
                                            le numéro des départements au premier janvier 2009.

                                            Ce changement semble faire plus d’émoi que la mondialisation, les délocalisations
                                            et le sort de la planète.
                                            Ciel ! personne ne saura d’où je viens et moi, je ne saurai pas où je suis.
                                            Ce changement semble une atteinte à l’identité personnelle.


                                            Il est curieux de constater que cette nostalgie subite s’appuie sur le mot "département"
                                            qui est le symbole même du pouvoir central, bien centralisateur.
                                            Les girondins seraient-ils devenus jacobins ?
                                            "Diviser pour régner" reste toujours la devise à la mode afin d’éviter toute région trop forte.
                                            En fait, ce ne sont pas les plaques d’immatriculation des voitures qu’il faut changer
                                            mais bien abolir les départements et réunir les budgets départementaux et régionaux.
                                            Au lieu de crier contre les gouvernements qui n’en peuvent plus, unissons nos efforts
                                            pour une meilleure visibilité et une grande économie d’échelle.
                                            L’Europe est "régionale", encore faut-il qu’il y ait des régions de taille européenne.
                                            Voyager avec son "numéro" à l’arrière de sa voiture ne fait que dire :
                                            "tiens, celui-ci n’est pas d’ici", c’est donc un étranger.
                                            France Télécom nous a habitués à d’autres numéros que ceux du département
                                            et nous n’avons rien dit. Les opérateurs du téléphone portable ont su, avec sagesse,
                                            se débarrasser de cet encombrant "territoire".
                                            A l’heure de l’Europe, nous avons bien besoin de nous appeler "Français",
                                            alors que le département fleure bon le sous-préfet aux champs.
                                            "Big brother" nous traque allègrement chaque jour, essayons cette liberté d’être
                                            nous-mêmes, sans le regard oblique et soupçonneux.


                                            • décurion 11 août 2008 00:06

                                              Là, pour le coup, je serais curieux de voir ça : Que l’on puisse diminuer les dépenses en supprimant un poste budgétaire ? Franchement, je serais épaté ! Dans ce cas, tant qu’à faire, le sénat, ne sert à rien, autant y aller gaiement.

                                              La seule façon d’assainir les finances publiques, passent par l’assainissement du personnel politique. Ce qui manque, c’est que les élus soient réellement des représentants du peuple, qu’ils se conduisent en gestionnaires responsables et justiciables du fait, et non plus en propriétaire de la France et des français.
                                              Ce qu’ils ne feront pas par bonté d’âme, il reste donc aux citoyens de se procurer les moyens nécessaires pour mettre au pas leurs dirigeants.
                                              Ce qui peut etre long, mais pas impossible.


                                              • logan 11 août 2008 09:23

                                                vous avez bien appris la leçon !

                                                je vous assure que jamais vous ne resoudrez quoi que ce soit de cette manière
                                                vous pouvez vendre les bijoux de famille, réduire l’état, vous résoudrez le pb temporairement, mais le vrai mal sera tjrs présent, celui des intérêts, le mécanisme d’endettement continuera son oeuvre, et viendra un temps où il n’y aura plus rien à réduir plus rien à vendre


                                                • Christopher Lienard Christo 11 août 2008 12:43

                                                  40 milliars de déficit ? Oui mais...Tous les ans l’état perd environ 10 milliards d’euros par gaspillage (cf cour des comptes), 40 à 50 milliards d’euros estimés pour fraudes fiscales, et 73 milliard d’euros dans les niches fiscales (dont seulement une petite partie est utile).

                                                  Et au lieu de s’attaquer à ces sujets, le gouvernement rajoute de nouvelles niches fiscales et utilise le prétexte de la dette pour diminuer les dépenses publiques dans l’éducation (suppression de postes) et la santé (franchises médicales)...

                                                  Il semblerait que pour ce gouvernement, creuser la dette est utile, quelque soit la somme astronomique qu’elle nous coûte tous les ans en intérêts.


                                                  • logan 11 août 2008 17:19

                                                    parce qu’une partie non négligeable de ces intérêts va droit dans les poches de leur clientèle électorale
                                                    ne va pas chercher plus loin
                                                    ces 40 milliards d’intérêts c’est tout l’impot sur le revenu qui va dans les poches de financiers et de rentiers

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès